AAC – Produits menacés, produits oubliés – 1er oct. 2016

appel à communication colloque TERESMA

Appel à communication du colloque dans le cadre du programme TERESMA, Bordeaux les 4 et 5 avril 2017 : »Produits menacés, produits oubliés, produits disparus. Causes et mécanismes du déclin XIVe-XXIe siècles »

Les propositions de communication sont à renvoyer avant le 1er octobre 2016 à
corinne.marache@gmail.com et phmeyzie@club-internet.fr.
Elles doivent comprendre impérativement :
– le titre de votre communication
– un résumé de 10 à 15 lignes
– une courte présentation biographique

 

24 mai-Technology in Early Modern Transoceanic Empires- Maria Portuondo

Mardi 24 mai

 Le groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré,Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

a le plaisir d’accueillir pour une séance spéciale

Maria Portuondo

(Johns Hopkins University, Baltimore) professeure invitée à l’EHESS en mai-juin 2016

Elle présentera la conférence suivante

Technology in Early Modern Transoceanic Empires

EHESS, 105 bld raspail, salle 8

14h-16h

Résumé

This conference discusses the panorama of the historical studies of technology during the early modern era, and in particular, those technologies that were integral to the development and successful establishment of transoceanic empires. It beings with a survey of the state of historical studies on a select technologies: navigation & instrumentation, shipbuilding and design, planning and construction of defenses, urban planning and construction and the development of overland transportations networks. Examples of these will be drawn not just from the Spanish case, but from English and Dutch cases as well. I then present a series of theoretical approaches that have been proven useful in studies of later technologies and propose ways in which these could be brought to bear on technologies of transoceanic empires. Finally, I will argue that this field of study, rooted as it is in material culture and the built environment, must rely on the interdisciplinary collaboration between historians, archeologists, anthropologist, engineers and sociologists of technology.

Vous êtes tous bienvenus

page de Maria Portuondo

http://host.jhu.edu/directory/maria-m-portuondo/

 

TRANSHUMAIN TOI-MEME ! 27 mai 2016

IMAGE
TRANSHUMAIN TOI-MEME !
Penser, questionner et échanger avec le public sur les promesses et menaces auxquelles renvoient les technosciences portées par la mouvance transhumaniste, telle est l’ambition des élèves du CNAM des formations à la médiation culturelle des sciences et techniques en société. Elles/ils proposent de le faire au travers d’une création théâtrale : « Transhumain toi- même ! ». Une représentation unique aura lieu au Théâtre de la Reine blanche le vendredi 27 mai à 21h, à Paris – passage Ruelle (18e)

http://www.reineblanche.com/portfolio_page/carte-blanche-michel-lette-cnam-transhumain-toi-meme/

L’imaginaire de la maison étanche 20 mai 2016

Programme du 20 mai 2016 Journee ____Maison etanche____

L’imaginaire de la maison étanche

 Journée d’étude réalisée dans le cadre du projet Hesam :  Cetcopra (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette.

20 mai 2016, 9h30-12h30 Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville 60 bd de la Villette  75019 Paris. Salle vitrée de l’IPRAUS, 3e étage, 1er escalier

Appel à communication -1er Atelier Artefact (rappel)

Appel à communication

 1er Atelier Artefact

cloture de l’appel : 18 mai 2016

Avec le soutien des laboratoires ICT/ Paris Diderot Paris7, le Centre Alexandre Koyré, COSTECH/ equipe CRED

La Revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance une dynamique d’ateliers annuels qui ont pour objet de faire émerger les nouvelles recherches en histoire et sciences humaines des techniques, entendues dans un sens large.

Nous avons le plaisir de vous inviter à candidater pour la première édition Atelier Artefact 2016, qui se déroulera les 29 et 30 septembre 2016 à Paris.

Il s’agit de proposer un espace d’exploration permettant aux jeunes chercheur.se.s  en histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, philosophie et archéologie, dont les travaux portent sur des périodes anciennes ou contemporaines, de développer et de diffuser les facettes de leur recherche qui relèvent du champ des techniques.

Les participant.e.s proposeront un article dont la discussion par un groupe de chercheur.se.s internationaux confirmé.e.s formera le cœur de cette rencontre. Les projets d’articles seront retenus par un comité de sélection international. L’esprit de cet atelier est d’offrir durant deux jours une opportunité de travail approfondi et constructif dans le but de pouvoir faire progresser la proposition de chacun, et dans cet échange, de contribuer également à faire connaitre les aspects les plus novateurs de leur recherche.

Nous encourageons tout doctorant en fin de thèse et post-doctorant (jusqu’à 5 ans après la thèse) à envoyer le 18 mai 2016 au plus tard :

  • un CV
  • un résumé (maximum 5000 caractères) en français
  • la traduction en anglais de leur résumé

à l’adresse suivante : artefact.thsh@gmail.com

Les candidats retenus devront faire ensuite parvenir leur projet d’article (en français, 35000 caract.) pour le 1er septembre.

 Artefact prendra  dans la mesure du possible en charge leur frais transport et d’hébergement.

Comité de sélection:

  • Ricardo Cordoba (University of Cordoba, Spain)
  • Thomas Le Roux (CNRS, France)
  • Aleksandra Kobiljski (CNRS, France)
  • Suzanne Moon (University of Oklahoma, USA)
  • Tirthankar Roy (London School of Economics, UK)
  • Marie Thebaud-Sorger (CNRS, France)

Pour toute question et information, contactez le comité d’organisation :

Liliane Hilaire Pérez : liliane.perez@wanadoo.fr Aleksandra Kobiljski : aleksandra.kobiljski@ehess.fr Marie Thébaud-Sorger : marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

http://calenda.org/363651

Revue Artefact. Techniques, Histoire et sciences humaines

https://www.facebook.com/revue.artefact/

https://techniqcak.hypotheses.org/267

Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Xavier Daumalin, Daniel Faget et Olivier Raveux (dir.), La mer en partage, 2016

Xavier Daumalin, Daniel Faget et Olivier Raveux (dir.), La mer en partage. Sociétés littorales et économies maritimes (XVIe-XIXe siècle). Études offertes à Gilbert Buti, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, 363 pages, 29 euros.

L’histoire maritime a su rénover ses objets, ses interrogations et ses méthodes au cours des trois dernières décennies. Les études portant sur les sociétés littorales et les économies maritimes entre le XVIe et le XXe siècle sont aujourd’hui devenues un champ de recherches profondément novateur, capable de questionner et d’éclairer le fonctionnement des sociétés passées et présentes. À partir de différents observatoires et d’approches variées, depuis la micro-histoire jusqu’à l’histoire globale, les contributions rassemblées dans cet ouvrage autour de quelques thématiques structurantes entendent montrer le chemin parcouru par la « discipline » et dévoilent les chantiers les plus prometteurs pour le futur. Des rives de l’Empire ottoman aux Caraïbes, des côtes provençales au littoral breton, la mer y est appréhendée et analysée, successivement ou simultanément, comme gisement de ressources, lieu de travail, vecteur d’échanges et de mobilités, territoire de cultures et de pouvoirs, observatoire de relations sociales, autant d’éléments qui, mis en relation, brossent un tableau global des sociétés littorales et des économies maritimes, en évoquant leurs évolutions et leur diversité.

Technique et technoscience après Simondon, 13 mai 2016

Le Centre international des études simondoniennes (Fondation « pour la science »/MSH Paris-Nord) organise sa journée d’études le vendredi 13 mai, salle 410 de la MSH Paris-Nord, 20 avenue George Sand, Paris

Technique et technoscience après Simondon

9h30 : Vincent Bontems (Larsim – CEA / CIDES) : « Modéliser les lignées techniques: au-delà de Simondon »

10h20 : Yuk Hui (Université Leuphana (Lüneburg) / CIDES) : « Qu’est-ce que la « marge d’indétermination » dans MEOT ? »

11h20 : Ludovic Duhem (ESAD Valenciennes / CIDES) : « Le sublime technologique »

12h10 : Jérémy Grosman (doctorant, Université de Namur): « Communiquer la technique : encyclopédisme et pédagogie, conditions d’une technologie »

14h30 : Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1) : « La temporalité des objets techniques »

15h10 : Jean-Hugues Barthélémy (CIDES) : «  »Technoscience » et découverte/invention: propositions épistémologiques pour un devenir-concept d’une idée devenue embarrassante »

Vincent Bontems dir., Gilbert Simondon et l’invention du futur, 2016

22520100798680L

Gilbert Simondon et l’invention du futur – Introduction par V. Bontems

Gilbert Simondon et l’invention du futur

Vincent Bontems dir., aux éditions Klincksieck, 2016 : http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100798680

La décade « Gilbert Simondon ou l’invention du futur », qui se tint du 5 au 15 août 2013 au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, a rassemblé des participants du monde entier et de toutes disciplines. Elle fut un intense moment d’émulation et d’échange où les spécialistes, comme Jean-Hugues Barthélémy, Andrew Feenberg ou Bernard Stiegler, et les chercheurs venus d’autres horizons, tels que Armand Hatchuel, Gilles Cohen-Tannoudji ou Thierry Gaudin, ainsi que toute une génération de jeunes chercheurs eurent à cœur de partager leur pensée la plus vive dans un esprit d’ouverture. Il en résulte un livre foisonnant où l’astrophysique côtoie la psychothérapie, où l’architecture dialogue avec l’informatique et où tous les savoirs tendent vers une communication encyclopédique.

Ces actes regroupent une trentaine de contributions et abordent sept thématiques transdiciplinaires : les transductions politiques de Simondon ; la technoesthétique et le design ;  la culture technologique ; le préindividuel en mécanique quantique ; l’information et les réseaux ; le sens du transindividuel ; et une philosophie en devenir. Premier jalon dans l’internationalisation des études simondoniennes, cet ouvrage propose un panorama des recherches menées à partir de la pensée de Simondon dans une perspective opératoire résolument orientée vers l’avenir.

 

Françoise Lucbert et Stéphane Tison (dir.), L’imaginaire de l’aviation pionnière, 2016

1459239136

L’imaginaire de l’aviation pionnière

Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927

2016 Françoise Lucbert et Stéphane Tison (dir.)

Ce volume cherche à comprendre la façon dont les progrès de la locomotion aérienne entre 1903 et 1927 transforment l’appréhension de la réalité et renouvellent les représentations, matérielles autant que symboliques, de l’imaginaire aérien. Dans quelle mesure la maîtrise du plus lourd que l’air contribue-t- elle à déterminer le rôle et la place de l’être humain dans la société, le monde, l’univers ?

Thomas Golsenne et Patricia Ribault éd., Essais de bricologie, Techniques&Culture, n°64, 2016

039aad422f

Revue Techniques&Culture, n°64

Essais de bricologie, Ethnologie de l’art et du design contemporains

Sous la direction de Thomas Golsenne et Patricia Ribault

L’art et le design d’aujourd’hui ne proposent plus seulement des tableaux à contempler et des chaises pour s’asseoir, mais des protocoles, des modes de vie, des pièces à activer, des outils, etc. Le rapport à l’objet et le statut de l’objet se sont renouvelés.

Techniques&Culture s’intéresse à un des aspects fondamentaux de notre propre culture : notre production artistique, sous l’angle de la « bricologie » qui est à l’art et au design ce que la technologie est à la technique : une réflexion sur les pratiques. C’est un univers de pensée où le savoir se combine au faire.

ISBN 978-2-7132-2505-5    Mars 2016

 

3CFHC – Troisième Congrès francophone d’Histoire de la Construction – 17 mai2016

Constr.

3CFHC- Appel a communication

Appel à communication – prolongation jusqu’au 17 mai 2016

3CFHC – Troisième Congrès francophone d’Histoire de la Construction

21 au 23 juin 2017, ENSA de Nantes

Une fois encore l’interdisciplinarité en sera le maître-mot. L’archéologie, l’histoire de l’architecture, l’histoire du droit, l’ingénierie, la mécanique, la littérature… seront confrontées dans leurs méthodes et leurs résultats. De même, praticiens de la construction et chercheurs pourront croiser leurs approches.
Si les thématiques traditionnelles à l’histoire de la construction seront bien présentes, des sujets peu évoqués dans les précédents colloques (construction des paysages) ou propres aux laboratoires nantais seront aussi abordés. Enfin, des thèmes liés plus spécifiquement à l’espace géographique nantais sont proposés. Ainsi ce troisième congrès, embrassant tous les territoires dans un champ chronologique très large sera-t-il placé sous le sceau de la continuité et de la nouveauté.

Résumé de 300 mots maximum, avec un titre et assorti de six mots clés choisis parmi la liste dans l’appel à communication en ligne: Voir l’appel à communication en ligne

Site web : http://3cfhc.sciencesconf.org/
Contact : 3cfhc@sciencesconf.org

Exposition Ne Rêvez plus, Volez ! – LE HAVRE 9 avril – 7 novembre 2016

Ne rêvez plus, volez !-1

En cette année du bicentenaire de la mort de Louis-Bernard Guyton de Morveau, aéronaute dès 1784 puis initiateur de l’aérostation militaire, nous vous informons que l’inauguration de l’exposition :

Ne Rêvez plus, Volez ! Montgolfière ou Ballon ?

Maison de l’Armateur, 3 quai de l’Ile – 76600 – LE HAVRE

9 avril – 7 novembre 2016

Avec le printemps 2016 et jusqu’à l’automne, la Maison de l’armateur, Musée de France voué à l’architecture de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle et à tous les arts qui conduisent au ravissement des lieux, se tourne vers la plus folle ambition de l’homme : voler.

Cette exposition illustre, à travers plusieurs centaines de pièces : porcelaines, mobilier, peintures, estampes, objets d’art…, la fascination pour les premières machines volantes. Elle peut voir le jour, grâce à la passion de femmes et d’hommes qui ont mis le souvenir de ces envols au cœur de leur pensée.

 

La coopération spatiale du global au national – CAK, 20 avril 2016

Journée d’étude du 20 avril 2016  – La coopération spatiale du global au national : enjeux, échelles et éléments de comparaison, organisée par FRAMESPA et Centre A. Koyré

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

1- L’environnement, le global et l’international

Sabine Höhler, KTH Stockholm : Local Disruption or Global Condition? The Satellite View of El Niño

Nina Wormbs, KTH Stockholm : The Environmental Sublime and Remote Sensing Imagery

Paul Counet, Eumetsat : La coopération dans le domaine de la météorologie spatiale

2- L’espace et la coopération régionale

Florence Sborowsky, FRS : D’Arabsat à Hope, d’un projet de coopération régionale concret à un discours symbolique arabe

 3-Les approches nationales des programmes de coopération internationale

Isabelle Gouarné, CURAPP-ESS : Ouverture et secret, la difficile gestion par l’Union soviétique de la coopération spatiale avec la France au temps de la guerre froide

Clair Juilliet, FRAMESPA : Les manifestations de la coopération internationale pour les salariés d’une grande entreprise aéronautiques (années 1940-années 1970)

David Comby, CNES : Galiléo, les composantes d’une coopération complexe dans le domaine de la navigation par satellite

Néstor Herran, Sebastian Grevsmühl, Projet HoNEST, Sorbonne-Universités : Les isotopes comme traceurs de la coopération internationale nucléaire

Claire Jolly, OCDE : La place de la coopération dans les travaux OCDE sur le suivi des activités spatiales

Richard Bonneville : La coopération au sein du COSPAR

Jeudi 14 avril 2016-José Ramón Bertomeu-Sánchez-Les savoirs opératoires de la matière-

Prochaine séance du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré, co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF),

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 14 avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence, Espagne/IHMC)

Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

“The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.”

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

1er avril- Les sens dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

Ateliers  du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Vendredi 1er avril 2016, de 14h à 18h

 Séance 1 : Les sens  dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

La reconstitution-Affiche-Campus-CondorcetLa reconstitution in vivo permet de recréer par les conditions matérielles de l’expérience, sans  résoudre toutefois le problème de l’historicité des sens impliqués. Dans le cas du virtuel, la reconstitution des sens constitue souvent une pierre d’achoppement. On se concentrera plus particulièrement sur les sons et les moyens techniques de leur restitution.

Nous accueillerons

Henri Chamoux (LARHRA)

« Cylindres et disques à la Belle Époque : productions et reproductions »

Mélissa Van Drie (Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoine /ARIAS- THALIM, CNRS)

« Écouter l’archive : pour une reconstitution d’une culture auditive du passé »

 Alexandre Vincent (HeRMA/Université de Poitiers)

« Quelques réflexions sur les reconstitutions sonores de l’antiquité : le cas des cornua de Pompéi »

Nelly Poidevin, archetière

Lieu : Cnam, 2 rue conté, 75003 Paris.

salle 37.2.43 (salle des thèses Boris Vian)

voir le programme des séances à venir :

Programme ateliers reconstitution                                                                                      

Plan d’accès Cnam

plan d'accès cnam

AAC – La notion de modèle en architecture du Moyen Âge à nos jours – 21 mai 2016

Appel a communication – La notio n de modèle en architecture

« La notion de modèle en architecture du Moyen Âge à nos jours », 13 octobre 2016.

Journée organisée par Léa D’Hommée-Kchouk, Charlotte Duvette, Justine François et Alison Gorel Le Pennec (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA/ED441), sous la responsabilité de Jean-Philippe Garric (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne, HiCSA) et de Philippe Plagnieux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA).

Date limite d’envoi : 21 mai 2016.

 

Appel à proposition- 1er Atelier Artefact

Appel à communication

 1er Atelier Artefact

cloture de l’appel : 18 mai 2016

Avec le soutien des laboratoires ICT/ Paris Diderot Paris7, le Centre Alexandre Koyré, COSTECH/ equipe CRED

La Revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance une dynamique d’ateliers annuels qui ont pour objet de faire émerger les nouvelles recherches en histoire et sciences humaines des techniques, entendues dans un sens large.

Nous avons le plaisir de vous inviter à candidater pour la première édition Atelier Artefact 2016, qui se déroulera les 29 et 30 septembre 2016 à Paris.

Il s’agit de proposer un espace d’exploration permettant aux jeunes chercheur.se.s  en histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, philosophie et archéologie, dont les travaux portent sur des périodes anciennes ou contemporaines, de développer et de diffuser les facettes de leur recherche qui relèvent du champ des techniques.

Les participant.e.s proposeront un article dont la discussion par un groupe de chercheur.se.s internationaux confirmé.e.s formera le cœur de cette rencontre. Les projets d’articles seront retenus par un comité de sélection international. L’esprit de cet atelier est d’offrir durant deux jours une opportunité de travail approfondi et constructif dans le but de pouvoir faire progresser la proposition de chacun, et dans cet échange, de contribuer également à faire connaitre les aspects les plus novateurs de leur recherche.

Nous encourageons tout doctorant en fin de thèse et post-doctorant (jusqu’à 5 ans après la thèse) à envoyer le 18 mai 2016 au plus tard :

  • un CV
  • un résumé (maximum 5000 caractères) en français
  • la traduction en anglais de leur résumé

à l’adresse suivante : artefact.thsh@gmail.com

Les candidats retenus devront faire ensuite parvenir leur projet d’article (en français, 35000 caract.) pour le 1er septembre.

 Artefact prendra  dans la mesure du possible en charge leur frais transport et d’hébergement.

Comité de sélection:

  • Ricardo Cordoba (University of Cordoba, Spain)
  • Thomas Le Roux (CNRS, France)
  • Aleksandra Kobiljski (CNRS, France)
  • Suzanne Moon (University of Oklahoma, USA)
  • Tirthankar Roy (London School of Economics, UK)
  • Marie Thebaud-Sorger (CNRS, France)

Pour toute question et information, contactez le comité d’organisation :

Liliane Hilaire Pérez : liliane.perez@wanadoo.fr Aleksandra Kobiljski : aleksandra.kobiljski@ehess.fr Marie Thébaud-Sorger : marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

http://calenda.org/363651

Revue Artefact. Techniques, Histoire et sciences humaines

https://www.facebook.com/revue.artefact/

https://techniqcak.hypotheses.org/267

 

Colloque-15 et 16 Mars- Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée
(fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Mardi 15 et mercredi 16 mars 2016

Institut des sciences de la communication

CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC 20 rue Berbier-du-Mets
75013 Paris

Colloque organisé par le LATTS, l’ISCC et le Centre Alexandre-Koyré, avec le soutien du LabEx EHNE et de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

colloque systeme infoPar leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles.

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

–   les caractéristiques et les usages des   systèmes d’information ;

– les acteurs ;

–   les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations… ;

– les systèmes d’information comme « analyseurs »

Comité scientifique : Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Arielle Haakenstad (LabEx EHNE), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre-Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).

voir le programme:

programme systèmes d’information[1]

Inscription souhaitée auprès de : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 

Source iconographique : carte extraite de A Traffic Survey of the Chicago District, made by Illinois Division of Highways, Indiana State Highway Commission, City of Chicago, Chicago Park District, Cook County Highway Department, DuPage County Highway Department, Lake County Highway Department, Will County Highway Department, Chicago, Illinois, The Inland Press, avril 1943

Pôle documentaire de la Fonderie

Fonderie

Le pôle documentaire de la Fonderie met en ligne sur son site  (http://www.pole-doc-fonderie.uha.fr/ ) des documents issus des archives et bibliothèques mulhousiennes concernant l’histoire et le patrimoine industriels, techniques et scientifiques.

Vous y trouverez notamment :

– 3 bases de données : Images du chemin de fer ; Galerie de portraits (250 environ avec biographies) ; Travail et risques (dossiers sur le travail des enfants, le logement ouvrier, les statistiques mulhousiennes au XIXe siècle ; série de photos d’ouvriers de fonderie et d’apprentis de la SACM, etc.)

– 3 expositions virtuelles sur le chemin de fer et le logement social à Mulhouse

– Trésors du mois : album de la manufacture Huber à Moscou, échantillons de DMC, albums d’Engelmann, fonds de la Compagnie du chemin de fer du Yunnan, costumes hindous, daguerréotypes de Dollfus-Ausset, livres scientifiques, etc.

Ces documents sont également disponibles sur Gallica.

Which craft? Milan, juillet 2016

Which craft? Politics and aesthetics of handicraft in post-industrial contexts

14th EASA Biennial Conference Anthropological legacies and human futures – University of Milano-Bicocca

20-23 juillet 2016

Transdisciplinary, contextual approaches looking beyond the formal dimensions of « what is craft » are needed to unravel the political economics and aesthetics that underlie the growing social demand for handicraft, a once inconsequential activity now at to the forefront of global identity politics

To propose a paper : http://nomadit.co.uk/easa/easa2016/panels.php5?PanelID=4169 Reference / Quellennachweis:CFP: Which craft? Politics &aesthetics of handicraft (Milan, 20-23 Jul 16). In: H-ArtHist, Feb 12, 2016. <http://arthist.net/archive/12216>.

AAC – Patrimoines du sud : les marbres du Midi – Mars 2016

appel à contributions marbres _Patrimoines du sud n4

Appel à communication : revue Patrimoines du sud : actualité de la recherche sur les marbres du Midi

  • La connaissance du matériau : analyses pétrographique et pétrophysique, techniques de restauration, études des circuits de production et de commercialisation ;
  • La connaissance des techniques d’extraction : études des outils, des machines et des savoir-faire ;
  • La mise en œuvre des marbres : études d’un ensemble architectural, études d’un ensemble mobilier ;
  • Les carriers, les tailleurs et les maçons : études portant sur les circulations des techniciens, monographies d’un groupe ou d’un individu ;
  • La patrimonialisation du marbre : projets ou réalisations muséographiques, exemples de mise en réseau, exemples de circuits touristiques, approches artistiques autour du marbre.

L’appel à court jusqu’au 15 mars 2016

Lisa Caliste et Géraldine Mallet pour la revue Patrimoines du Sud

 

Séminaire Savoirs opératoires de la matière- 4 février- Victoria Lee

séminaire du groupe TAK techniques à Koyré

 Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

séance est mutualisée avec le séminaire collectif du Centre Japon

 jeudi 4 février, de 13h à 15h à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (105, Bld Raspail, 75006 Paris, salle 7)

Victoria Lee (Max Planck Institut, Berlin)

“A Study of East Asian Fermentation Chemistry”: Asia’s Microbial Gardens in Japanese Eyes

A scientist of the early twentieth century once described the molds and yeasts kept in Japanese laboratories as being like “microbial gardens”—collections of useful objects, like plants, that could be cultivated for specific purposes. With the importance of traditional brewing in the Japanese economy, microbes’ (especially kōji and other molds used in Asian brewing) ability to transform the chemical composition of their surroundings gradually became a broader tool to intervene in political economy and the environment. Between military and industrial expansion on the one hand, and massive rice riots as well as unprecedented Malthusian visions of social instability and agricultural resource limits on the other, the management of national production in such everyday areas as the food and alcohol industries was a critical problem in interwar Japanese society. In this light, this talk looks at fermentation chemistry in imperial Japan: the ways in which it sought to alter the national-level relationships between resources and consumption, as well as vividly reflected the use of regional knowledge in practice.

http://carnetsjapon.hypotheses.org/4660

Programme complet du séminaire TAK : http://techniqcak.hypotheses.org

http://calenda.org/340287

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric, Gilbert Richaud dir.Les leçons de la terre. François Cointeraux (1740-1730), 2016

Cointereaux

Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric, Gilbert Richaud dir., Les leçons de la terre. François Cointeraux (1740-1730). Professeur d’architecture rurale, Paris, INHA/Ed. des Cendres, 2016

Inventeur obstiné, activiste solitaire, publiciste inspiré, François Cointeraux tient une place singulière dans l’architecture de son temps. C’est à l’approche de la cinquantaine, après une première carrière de maçon lyonnais, qu’il s’installe à Paris, se dédie à la théorie et s’autoproclame « professeur d’architecture rurale », titre que personne ne lui dispute, mais qu’il échoue pourtant à faire reconnaître.

Son œuvre imprimée abondante et variée s’inscrit à la croisée de l’histoire du livre ; de l’histoire de la construction et des techniques, qui voit en lui l’un des précurseurs du béton et le premier prosélyte de l’emploi de la terre crue ; de l’histoire de l’architecture, parce qu’il incarne une extension de la discipline à de nouveaux terrains et de nouveaux acteurs ; et, de façon plus générale, d’une histoire culturelle et sociale des arts, aux yeux de laquelle il représente une figure d’artisan inventeur héritier des Lumières, dont les ambitions sociales et l’engagement intellectuel sont étroitement solidaires.

Ce livre comble une lacune, en abordant pour la première fois toutes les facettes de ce personnage hors du commun. Sa publication fait suite au colloque « François Cointeraux, Pionnier de l’architecture moderne en terre », organisé à Lyon en mai 2012 par Laurent Baridon, Louis Cellauro, Jean-Philippe Garric et Gilbert Richaud, en partenariat entre le LARHRA et l’INHA.

Savoirs opératoires de la matière- journée d’études laboratoire

Jeudi 14 janvier
Dans le cadre du séminaire
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
3ème séance
co-organisée par leGroupe TAK (techniques à Koyré) et le Club d’Histoire de la chimie (CHC-SCF)
Journée d’étude
9 h 30 à 16 h 30
Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIesiècle et au début du XIXesiècle
9 h 30 – Accueil
 
9 h 45 – Introduction de la journée
 
10 h 00 – Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) : Guyton et la vraie nature du diamant.
 
D’abord à Dijon, puis à l’École polytechnique, Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) va tenter sans relâche pendant trente années, entre 1781 et 1811, de prouver la similitude entre deux substances aussi différentes que le diamant et le charbon. Ses notes manuscrites conservées à l’École polytechnique permettent de le suivre pas à pas dans la recherche de cette analogie pressentie dès 1772 par Pierre-Joseph Macquer et Antoine-Laurent de Lavoisier. Ces notes révèlent plus que leurs simples résultats numériques : elles montrent la ténacité de Guyton aux prises avec les difficiles mises au point des dispositifs expérimentaux, quelquefois son découragement, ainsi que la dimension internationale prise par les expériences sur le diamant. De ses résultats, Guyton maintiendra la différence chimique entre le charbon et le diamant à l’inverse des chimistes britanniques pour qui seule une cristallisation différente suffit à expliquer leurs particularités respectives.
 
11 h 00 – John Perkins (Oxford Brookes University) : « Voici de la bonne chymie » : les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.
 
Depuis le commencement du XVIIe siècle les apothicaires ont joué un rôle important dans l’enseignement de la chimie en France.  A la fin du siècle et pendant les premières décennies du XVIIIe siècle plusieurs apothicaires, y compris les Geoffroy, Lemery, et Boulduc, étaient très actifs dans les travaux chimiques autour de l’Académie royale des sciences.  Dans ses cours Guillaume François Rouelle forma la plupart de ceux qui s’intéressèrent à la chimie entre 1750 et 1790.  Vers la fin de l’Ancien Régime, on trouve encore des apothicaires à l’Académie : Baumé et Cadet de Gassicourt. On ne peut pas comprendre Sage dans ce nombre, parce qu’il n’a jamais été reçu apothicaire.  Le dernier académicien apothicaire fut Bertrand Pelletier. Mais dans ces mêmes années et après la maladie et la mort de Rouelle en 1770, il semble que les apothicaires soient devenus moins importants dans la chimie en France et qu’ils aient été de plus en plus marginalisés.  Pour les historiens de la chimie en général, à l’exception de ces figures assez bien connues et de quelques autres comme Parmentier, Bayen et Cadet de Vaux, la grande majorité des apothicaires sont restés obscurs et conservateurs, et pour les historiens de la révolution chimique, ils ont surtout joué le rôle de résistants contre Lavoisier et la nouvelle chimie, et adversaires de la nouvelle nomenclature.
Je souhaite proposer une autre histoire chimique des apothicaires. De 1750 à 1790, ils ont joué un rôle important dans la construction de la chimie comme une science publique dans une trentaine de villes provinciales.  Durant ces mêmes années, ils ont pris part à la grande croissance de la chimie à Paris et à la restructuration sociale du monde chimique parisien qui devenait de plus en plus décentralisé et moins hiérarchique.  Comme apothicaires chimistes, ils étaient membres d’une communauté qui comprenait plusieurs centaines de personnes dans les années quatre-vingt.  Les membres de cette communauté, y compris des apothicaires, ont participé très activement aux débats autour de la chimie antiphlogistique de Lavoisier.  Un grand nombre de ces apothicaires n’étaient ni indifférents envers la nouvelle chimie ni opposés.  De plus, les apothicaires ont joué un rôle important dans le développement de l’analyse chimique ainsi que, comme experts, dans la santé publique en particulier et la police en général à Paris et en province.  Je terminerai cette présentation par une discussion des activités économiques, industrielles plutôt que commerciales, des apothicaires, surtout dans la création de l’industrie chimique.
 
Pause déjeuner libre
 
14 h 00 – Bruno Belhoste  (Paris I/IHMC) : L’art de la teinture.  Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins.
 
L’art de la teinture comme art chimique connaît des développements importants au XVIIIe siècle, en particulier en France. L’atelier des Gobelins est particulièrement réputé pour la variété et la qualité de ses teintures. Dans cette présentation, j’évoquerai le fonctionnement de cet atelier, les problèmes qui se posent et l’œuvre aussi remarquable qu’oubliée du teinturier Quémizet à la fin des années 1770.
 
 
15 h 00 – Corinna Guerra (Hastec/CAK) : How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples.
 
Mon intervention vise à démontrer qu’à la fin du XVIIIe siècle dans le royaume de Naples, nombre d’érudits et de savants font des matières volcaniques et du processus éruptif de véritables outils d’investigations chimiques.
Naples n’avait aucun lieu institutionnel pour l’enseignement et la recherche dans le domaine de la chimie, mais deux lieux peuvent être considérés comme sièges de débats chimiques, à savoir : l’Académie militaire de la Nunziatella où les artilleurs avaient besoin d’apprendre les meilleures théories chimiques – et où, en effet, deux professeurs traduisirent pour la première fois en italien le Traité élémentaire de A.-L. Lavoisier – et le Vésuve. Je voudrais prouver que l’approche napolitaine de la chimie subit l’influence du Vésuve en tant que « lieu de savoirs » à cause de l’absence de lieux institutionnels dédiés à ce genre d’études scientifiques.
Les nombreuses descriptions des éruptions vésuviennes pendant la dernière décennie du siècle ont presque toutes en commun la considération que la chimie constitue le substrat scientifique des phénomènes. En particulier, les savants napolitains considéraient les réactions chimiques qui se dégageaient du Vésuve, comme la plus forte confirmation des théories de la « nouvelle chimie ». L’exemple des nombreuses publications concernant l’alimentation – car les cendres recouvraient les puits, les fruits et légumes – atteste que les chimistes intervenaient dans cette question très importante pour l’ordre public avec les instruments de la révolution chimique française. 
Deuxièmement même la population paraît modelée par la présence du volcan et aussi les chimistes napolitains améliorèrent leurs instruments analytiques et leurs pratiques en étudiant et en exploitant les produits volcaniques. Pour cette raison le Vésuve apparaît comme un objet chimique multidimensionnel.
Enfin les savants du Vésuve n’étaient que rarement de « purs » chimistes. Leurs pratiques interconnectaient matériellement études érudites, travail manuel, pharmacologie, intérêts industriels, curiosités d’histoire naturelle, etc. comme le démontrent leurs travaux présentés dans mon intervention.
 
16 h 00 – John Perkins présentera la base de données en ligne issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.
 
 
(La séance sera suivie de l’Assemblée générale du Club d’histoire de la chimie, 17 h-18 h)
la rencontre se tiendra exceptionnellement à la  Société chimique de France, 250 rue St Jacques, 75005 Paris.

 

  
Contacts
Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr
Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr
Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

1896/2016 : Lumière/Méliès – 15 janvier 2016

Melies

Conservatoire des techniques, Cinémathèque française, 51 rue de Bercy 12e  –  15 janvier 2016, 14h30

1896/2016 : Lumière/Méliès, les débuts du spectacle cinématographique

Conférence de Maurice Gianati, Jacques Malthête, Laurent Mannoni – Projections en 35 mm de films forains et de films Lumière peints à la main (restauration de la collection Olivier Auboin-Vermorel, suite) et du deuxième film de Georges Méliès tourné en 1896 et retrouvé en 2015 : Une séance de prestidigitation

 

Appel : 18e prix François Bourdon – Avant le 31 janvier 2016

18e prix d’histoire François Bourdon « Techniques, entreprises et société industrielle » attribué par l’Académie François Bourdon et la Fondation Arts et Métiers

www.afbourdon.com <http://www.afbourdon.com/>

– Prix de 1500 euros pour un ouvrage, manuscrit original
d’une HDR ou thèse publié ou soutenu entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2015.

– Prix « jeunes chercheurs »  de 750 euros, pour un mémoire soutenu entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2015.

Envoyer à l’Académie François Bourdon, son écrit en deux exemplaires en version papier, ou en un fichier PDF avant le
31 janvier 2016 accompagné de son CV en version électronique.

Prix CILAC Jeune chercheur 2015

CILACprix

5e éd. du Prix CILAC Jeune chercheur en patrimoine industriel scientifique et technique,
avec le soutien de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale,
jeudi 17 décembre 2015,
à l’Hôtel de l’industrie, place Saint-Germain-des-Prés,

14h15-14h35 BOTHEREAU Benjamin, La technique et le symbole. Imaginaire technique et économie urbaine de l’éclairage. (Paris-Barcelone, XVIIIe – XIXe siècles), EHESS, doctorant en Histoire des sciences, technologies et sociétés

14h45-15h05 CALLENS Anne Céline, Éditions Paul-Martial : recherche et valorisation. Un fonds d’archives d’une entreprise d’édition publicitaire spécialisée dans l’industrie. Université Jean Monnet – Saint Etienne, doctorante en Esthétique et Sciences de l’Art

15h15-15h35 FLORESCU Michaela, « Voyage en carrosse ». Étude et conservation – restauration d’un prototype de micro car en aluminium de Paul ARZENS, 1951, INP Paris, master Restaurateur du patrimoine

15h50-16h10 PASCU Gabriela, Le patrimoine industriel minier, facteur de développement territorial. Complexité et enjeux en Roumanie, en comparaison avec la France et la Grande-Bretagne, Docteure en Architecture et Aménagement 2015, Université Jean Monnet – Saint Etienne et Université Polytechnique Timisoara

16h20-16h40 PERINAUD Clémentine, De la ville industrielle à la ville désindustrielle : analyse de la production socio spatiale passée et présente de deux territoires ceux de Givors et de Terrenoire, Université Jean Monnet – Saint Etienne, Doctorante en Géographie et Aménagement

16h40-17h SCHIAVON Taïs, Le chemin de fer «Noroeste do Brasil » et les paysages industriels de la partie ouest de l’état de São Paulo, comme patrimoine de la mobilité, Université Paris 1 Panthéon –Sorbonne, Master 2 Erasmus Mundus TPTI (Techniques, Patrimoine et Territoire de l’Industrie)

17h30 Remise du Prix par Olivier MOUSSON, président de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Thèse : Delphine HENRI, Production et consommation textiles à Tours aux XVe et XVIe siècles : approche archéologique; 18 déc. 2015

20151201 invitation
20151201 invitation

18 décembre 2015, université de Tours

Soutenance de thèse de Delphine HENRI, « Production et consommation textiles à Tours aux XVe et XVIe siècles : approche archéologique », dir. : Elisabeth Lorans

Jury : Catherine Bréniquet, Pascal Brioist, Sophie Desrosiers, Liliane Hilaire-Pérez, Sophie Jolivet, Elisabeth Lorans

L’INDUSTRIE DE L’ART : GOTTFRIED SEMPER – 13 et 14 janvier 2016

L’industrie de l’art : Gottfried Semper, l’architecture et l’anthropologie dans l’Europe du XIXe siècle

13 et 14 janvier 2016

Auditorium du Musée d’Orsay (13 janvier, 13h30-18h30) Centre Allemand d’Histoire de l’Art (14 janvier, 9h30 -12h30) Auditorium de l’INHA (14 janvier, 14h00-18h30)

Architecte, théoricien de l’art et des « arts industriels », Gottfried Semper (1803, Hambourg – 1879, Rome) a nourri ses écrits des apports de la linguistique, de l’anthropologie, de l’archéologie et des sciences naturelles.

Ses projets muséaux sont au cœur des débats sur l’art et le musée des XIXe et XXe siècles. Ils ouvrent des voies encore largement inexplorées à l’étude des pratiques contemporaines dans ce domaine. Les séjours de Gottfried Semper à Paris, décisifs dans la formation de sa pensée, ainsi que ses échanges avec ses contemporains, sont autant de prétextes pour jeter un regard neuf sur son œuvre. Ses idées sur la polychromie, sa conception originale du style et des arts industriels, comme ses projets d’un musée mondial des arts, sont marqués par la pluridisciplinarité. L’artefact est pris comme objet d’étude et étudié sous l’angle multiple de l’anthropologie, de l’histoire de l’art et de l’archéologie, disciplines auxquelles Gottfried Semper a apporté des contributions importantes. Une approche qui n’a rien perdu de son actualité.

Comité Scientifique: Patricia Falguières (EHESS), Sigrid de Jong (Université de Leyde), Isabelle Kalinowski (CNRS), Thomas Kirchner (Centre Allemand d’Histoire de l’Art), Johanne Lamoureux (INHA) Odile Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Scarlett Reliquet (Musée d’Orsay), Alice Thomine (Musée d’Orsay), Caroline Van Eck (Université de Leyde)

 

AAC – Ports nouveaux, ports pionniers, XIVe-XXIe siècles – Lorient 6-8 oct. 2016

Ports

Appel à communication IVe colloque LA GOBERNANZA DE LOS PUERTOS ATLANTICOS Lorient oct 2016_vf

Appel à communication – IVe COLLOQUE INTERNATIONAL DU RÉSEAU LA GOBERNANZA DE LOS PUERTOS ATLÁNTICOS (XVIe-XXIe SIÈCLES)  6,7 et 8 oct. 2016 à l’université Bretagne Sud à Lorient dans le cadre du 350e anniversaire de la création du port de Lorient.

Ports nouveaux, Ports pionniers, XIVe-XXIe siècles 

  • Date limite : le 15 mars 2016 pour envoyer le titre, les références de l’auteur (statut, institution, laboratoire, e-mail) et un résumé de 500 mots + CV.

 

gobernanza@geo.uned.es

AAC – Les arsenaux de marine (vers 1600-vers 2000) – Bordeaux 19-22 oct. 2016

Le CEMMC, en partenariat avec l’IUF, organise à Bordeaux, du 19 au 22 octobre 2016, un colloque international sur :

Les arsenaux de marine (vers 1600-vers 2000).

Les propositions de communication sont à retourner à Caroline Le Mao (carolinelemao@yahoo.com) avant le 15 janvier 2016.

Modalités de soumission : chaque proposition sera accompagnée d’un CV du communicant de 2 pages maximum et d’un résumé de 3 000 signes.

AAC – Moissonner la mer – 11-12 oct. 2016 (Aix-en-Provence)

Appel à communication.
Colloque international-11-12 oct. 2016 (Aix-en-Provence, MMSH)

Moissonner la mer. Économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes (XVe s.- XXIe siècle)

Coord. : Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal
Aix-en-Provence, AMU-CNRS-UMR TELEMME (MMSH), 2016

Occupant aujourd’hui moins de 250 000 actifs pour l’ensemble du bassin méditerranéen, les activités halieutiques ont marqué l’histoire des sociétés littorales depuis l’Antiquité.
Sur les rives nord-occidentales, ces activités ont connu d’importantes mutations depuis la fin du Moyen Âge. A partir du XVe siècle, une série d’innovations technologiques accélère l’intégration des communautés de pêche aux économies de leur temps. La multiplication de nouveaux acteurs liés à la fourniture des engins de pêche, à la transformation de la ressource, à sa distribution, mais aussi à la mise en œuvre de politiques édilitaires destinées à assurer l’approvisionnement des marchés urbains, produit alors une dilatation de la sphère des économies halieutiques. Interconnectées  au sein de l’espace nord-occidental de la Méditerranée dès le XVIe siècle, les communautés de pêche répondent aussi à une demande élargie au bassin oriental et à l’ensemble océanique, les flux Ouest-Est constituant des axes de distribution privilégiés pour certaines ressources endémiques. Croisant les flux de poissons de l’Atlantique qui arrivent massivement dans les ports méditerranéens dès les débuts de l’époque moderne, les flottilles occidentales se retrouvent également dans l’activité de la pêche morutière. Présentes sur les côtes du Maghreb et de la Mauritanie durant toute l’époque moderne, capables d’assimiler certains procédés de pêche qui leur étaient peu familiers, ces flottilles diffusent  progressivement leurs techniques sur les rivages orientaux de la Méditerranée, alors que s’expriment très tôt des  inquiétudes sur la pérennité de la ressource.
En réunissant des chercheurs spécialisés sur l’étude de la Méditerranée, le colloque international d’Aix-Marseille a pour objectif d’aborder l’ensemble de ces questions dans une dimension interdisciplinaire (histoire, archéologie, biologie, économie, droit) en invitant à des approches diachroniques et comparatives.
De quelles mutations les pêches méditerranéennes marines ou lagunaires ont-elles été l’objet depuis le XVe siècle, selon quels rythmes et dans quels espaces ? L’évolution des économies halieutiques de la rive sud a-t-elle été autonome avant la période de la colonisation ? Dans quelle mesure l’économie des pêches est-elle connectée au monde océanique dès l’époque moderne ? Comment les communautés de pêche se sont-elles adaptées à la capitalisation progressive de leurs activités ? Peut-on relever les signes et dater les premiers effets d’une surexploitation réelle ou perçue du milieu marin en Méditerranée ? La réactivation de techniques anciennes peut-elle fournir  une réponse aux défis posés aujourd’hui par les impératifs d’un développement durable ?
L’ensemble de ces questions pourront faire l’objet de propositions de communications qui doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 mars, accompagnées d’un résumé de 1500 à 2000 signes (espaces compris) et d’un court cv. Une publication des textes est prévue, ces derniers étant préalablement soumis à l’approbation d’un comité scientifique.

Contact
Daniel Faget: daniel.faget@univ-amu.fr<mailto:daniel.faget@univ-amu.fr>

Les communications du colloque devront être présentées en français, anglais, espagnol ou italien

Thèse de Henri Chamoux, La diffusion de l’enregistrement sonore en France à la Belle Époque (1893-1914) Artistes, industriels et auditeurs du cylindre et du disque, 7 déc. 2015

Soutenance de thèse de Henri Chamoux, La diffusion de l’enregistrement sonore en France à la Belle Époque (1893-1914)
Artistes, industriels et auditeurs du cylindre et du disque

7 décembre à 9h30, à l’ENS, 29 rue d’Ulm 75005 Paris
Salle Assia Djebar, au rez-de-chaussée à gauche

Composition du jury :
M. Bruno Belhoste – Directeur de thèse (Professeur, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
M. Georges Bloch – Examinateur (Maître de conférences, Université de Strasbourg)
Mme Liliane Hilaire-Perez – Rapporteur (Professeur, Université de Paris 7 Diderot)
Mme Marie-Madeleine Mervant-Roux – Rapporteur (Directeur de recherche au CNRS, Laboratoire THALIM, équipe ARIAS)
M. Marc Kaiser – Examinateur (Maître de conférences, Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis)

Thèse de Sophie TIRAT, Propriétés physico-chimiques et vieillissement des vernis huile de lin/colophane : de la technique du luthier à la conservation des instruments de musique vernis, 7 déc. 2015

Sophie TIRAT soutiendra sa  thèse le 7 décembre à 14h30 à la Cité de la Musique – Philharmonie 2, Salle des colloques. Elle est  intitulée « Propriétés physico-chimiques et vieillissement des vernis huile de lin/colophane : de la technique du luthier à la conservation des instruments de musique vernis ».

Résumé et information pour assister à la soutenance.

Savoirs opératoires de la matière-Samir Boumediene

 

Jeudi 10 décembre , de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré 

Nous accueillerons

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC)

Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

« A partir des années 1640 est importée en Europe une écorce péruvienne soignant les fièvres paludiques (ou « intermittentes »), le quinquina. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’extraction de cette écorce, son passage vers l’Europe et son administration aux malades transforment conjointement la théorie et la pratique médicales, le gouvernement de la santé, le commerce des drogues exotiques et les paysages andins. Le but de cette communication est de suivre, à travers la relation à ce matériau médicinal, la reconfiguration des rapports entre Indiens, missionnaires jésuites, marchands, médecins, apothicaires, droguistes et malades. Diverses sources, en particulier les recettes du quinquina, permettent d’approcher la dimension politique des savoirs de la transformation en observant comment, par où, et à travers quelles limites s’établit une solidarité entre maîtrise de la nature et maîtrise des activités humaines. »

Discutant : Stanis Pérez (MSH Paris Nord – Pleiade/Paris 13)

Le séminaire se tiendra dans la salle de séminaire, CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Programme complet du séminaire : http://calenda.org/340287

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS. http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/1005/

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

 

 

 

Journée Les « deux cultures » et la « culture technique » – 11 déc. 2015

Les « deux cultures » et la « culture technique »

Journée d’étude du projet HomTech « Sciences de l’homme en univers technologique » –  11 décembre 2015 – Institut de Management de l’Information (IMI/UTC), 2e étage, Salle Descartes 62 Boulevard de Sébastopol, 75003 Paris, Métro Réaumur Sébastopol / Etienne Marcel.

Université de Technologie de Compiègne – Institut Polytechnique La Salle Beauvais  – Programme FEDER Picardie avec le soutien du Groupement d’intérêt scientifique UTSH, Unité des Technologies et des Sciences de l’Homme (http://www.utsh.fr/) 09h15 Introduction de la journée – Sacha Loeve et Pierre Steiner (UTC)

09h45 Positionnement des SHS dans les écoles d’ingénieurs en France : éclairages par une double sociohistoire et par des cultures technoscientifiques spécifiques – Catherine Roby (Univ. Rennes 2)

10h45 Les écoles d’ingénieurs : creuset d’une culture technique ?- Pierre Lamard (UTBM)

11h45 Culture technique : passé, présent, futur – Jocelyn de Noblet (CRCT)

14h00 DIYbio and e-waste hacking: A politics of demonstration in times of precariousness – Ana Delgado Aleman (Univ. Bergen)

15h00 Une culture du milieu technique ? Le cas Friedmann – Victor Petit (UTT)

16h10 Culture et civilisation : l’enjeu de la culture technique selon Simondon – Vincent Bontems (CEA)

17h10 Synthèse des échanges de la journée – Xavier Guchet (UTC) 

L’intégration des sciences humaines et sociales (SHS) dans la formation des ingénieurs et les projets d’innovation semble aujourd’hui faire consensus. Pourtant, si les discours encensant le potentiel et la pertinence des SHS dans ces contextes se multiplient, leur rhétorique lénifiante ne suffit pas à dissimuler une certaine pauvreté du questionnement concernant les attendus, les finalités et les modalités de l’intégration des SHS en environnement technologique.

L’hypothèse de travail de cette journée d’étude est que ces discours se fondent dans leur grande majorité sur une reconduction implicite du postulat des « deux cultures »[1] : la séparation et l’exclusion mutuelle de la culture scientifico-technique et de la culture humanistico-littéraire. En effet, les  SHS  en école d’ingénieurs sont la plupart du temps, soit identifiées à des pourvoyeuses de culture générale et d’« ouverture d’esprit » censées contrebalancer un socle de formation en sciences et techniques de l’ingénieur ( STI ) perçu comme nécessairement réductionniste et a-culturel, soit réduites à des instruments de maîtrise de l’humain et du social. Elles visent alors à adapter les profils des étudiants à un environnement socioéconomique complexe que leur formation technique ne permettrait pas, par essence, d’appréhender. Les  SHS  en école d’ingénieur sont d’ailleurs souvent définies négativement, comme « tout ce qui n’est pas du ressort des enseignements scientifiques et techniques ». De même, l’anticipation en amont des « impacts » éthiques, légaux et sociétaux encouragée par les initiatives d’intégration des  SHS  dans les processus d’innovation technoscientifiques prend pour acquise une division du travail entre la recherche technoscientifique d’un côté, domaine de compétence des ingénieurs et des scientifiques, et ses dimensions sociétales et culturelles, de l’autre, domaine de compétence des  SHS .

Cette journée d’étude entend d’abord interroger de manière critique le rôle des « deux cultures » comme discours façonnant les pratiques d’intégration des  SHS  en environnement technologique.  SHS  et  STI  seraient implicitement d’accord sur le désaccord fondateur des « deux cultures ». Dans cette perspective, l’intégration des  SHS  viserait à corriger les effets d’une séparation perçue comme délétère mais inévitable, sans remettre en question son fondement.

Il s’agira ensuite d’évaluer le potentiel de la « culture technique » comme discours susceptible de faire alternative aux représentations des « deux cultures » et, partant, de fournir un autre cadrage aux pratiques d’intégration des SHS en univers technologique. La culture technique désigne un programme de compréhension épistémologique mais aussi historique, anthropologique, éthique et politique des techniques dans leur dimension constitutive et constituante des expériences humaines. C’est aussi une manière de poser la question de la dimension technique de la culture. La culture technique était au cœur de la philosophie de l’éducation démocratique de John Dewey. En France, le programme de culture technique fut porté tant par des penseurs des techniques tels que Georges Friedmann[2], Gilbert Simondon[3], ou André Leroi-Gourhan[4], que par des acteurs du design industriel comme Yves Deforge[5] et Danielle Quarante à l’UTC[6], ou encore Jocelyn de Noblet, fondateur du Centre de Recherche sur la Culture Technique[7]. Il s’agit donc d’une riche tradition qui mérite d’être revisitée et réinterrogée dans ces incarnations contemporaines. Comme lieu de partage et de confrontation des savoirs, des incertitudes et des valeurs d’une multitude d’acteurs (ingénieurs,  SHS , industriels, designers, associations, …) la culture technique est également porteuse d’un projet politique de mise en démocratie des choix techniques de nos sociétés. Loin de se limiter à vouloir désaliéner les usagers par une connaissance adéquate des techniques, le programme de culture technique vise aussi à désaliéner les objets techniques de leur condition de simple moyen acheté, dégradé, puis jeté. Enfin, il constitue un cadrage possible pour des « humanités technologiques » se positionnant par-delà les postures instrumentales et généralistes traditionnellement dévolues aux SHS en environnement technologique.

Les objectifs de cette journée d’étude sont les suivants :

– Interroger la résilience des représentations des « deux cultures » dans les discours et les pratiques d’intégration des  SHS  dans des environnements de recherche et d’éducation technologique, les présupposés de ces représentations et leurs mécanismes actuels de production et de reproduction.

– Distinguer différentes manières de positionner les SHS « par-delà les deux cultures », selon que l’on accepte le diagnostic d’un partage entre technique et culture ou qu’on le remette en question ; que l’on propose des remèdes radicaux ou de simples correctifs ; qu’on en appelle à une culture réunifiée ou à l’instauration d’une troisième culture, etc.

– Evaluer le potentiel de la « culture technique » comme paradigme alternatif aux « deux cultures » en passant en revue les propositions de divers auteurs (de Dewey à Simondon) ; en examinant les possibles incarnations de la culture technique aujourd’hui (technosciences contemporaines, éco-conception, mouvements DIY, hackers et makers) ; en sondant la pertinence de ces propositions au regard des questions actuelles sur le sens, les finalités et les modalités de l’intégration des  SHS  en univers technologique.

[1] Snow, C. P. (1961), The Two Cultures and the Scientic Revolution (the Rede Lecture 1959), Cambridge University Press, New York.

[2] Friedmann, G. (1950), « Pour l’unité de l’enseignement. Humanisme du travail et humanités », Cahiers des Annales 5, Librairie Armand Colin, Paris.

[3] Simondon, G. (1958), Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, Paris; Simondon, G. (2014), Sur la technique (1953-1983), Presses Universitaires de France, Paris.

[4] Leroi-Gourhan, A. (1981), « Préface », Manifeste pour le développement de la culture technique, CRCT, Neuilly-Paris, 6-7.

[5] Deforge, Y. (1993), De l’éducation technologique à la culture technique: pour une maîtrise sociale de la technique,  ESF éditeur, Paris.

[6] Quarante, D. (1981), « L’expérience de Compiègne », Culture Technique, 5, 156-161.

[7] De Noblet, J. (1981), Manifeste pour le développement de la culture technique, CRCT, Paris-Neuilly

Archéologie nautique – Séminaire 2015-2016

UNIVERSITE DE PARIS I séminaire 2015-2016

Séminaire  2015-2016

Archéologie nautique. Moyens de transport par eau, aménagements de l’espace littoral et du milieu fluvial

Eric RIETH (e.rieth.cnrs@gmail.com)

Jeudi 18 h 30-20 h 30 – Salle 303. 3e étage

UNIVERSITE DE PARIS I-PANTHEON-SORBONNE

UFR 03-HISTOIRE DE L’ART ET ARCHEOLOGIE

3 rue Michelet 75006 Paris

 

Alain P. MICHEL – HDR – La chaîne, du mécanique au numérique : histoire technique de fabrications automobiles – 3 décembre 2015

Alain P. MICHEL – HDR – 3 décembre 2015, 9h00, Université d’Evry Val d’Essonne

La chaîne, du mécanique au numérique : histoire technique de fabrications automobiles – Le mémoire de recherche original a pour titre : Le cas Pierre Bézier : Biographie industrielle d’un ingénieur-innovateur (1933-1975)

Salle des Conseils de l’IUT, 15 Cours Mgr Roméro, 91000, Evry

Le jury est composé de : Anne-Françoise Garçon, Professeur d’histoire des techniques, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur André Grelon, directeur d’études, EHESS, Nicolas Hatzfeld, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Evry, garant Hervé Joly, directeur de recherche, CNRS, rapporteur, Pierre Lamard, Professeur d’histoire industrielle, Université de technologie de Belfort-Montbéliard Jean-Louis Loubet, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Evry, rapporteur

Marina Gasnier – HDR – Dépasser les frontières. Réflexion autour du patrimoine industriel3 décembre 2015,

Marina Gasnier – HDR : 3 décembre 2015,  15 h, ENSAM (amphi A) 151 Boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris

Dépasser les frontières. Réflexion autour du patrimoine industriel , un manuscrit inédit  intitulé : Le patrimoine industriel au prisme de nouveaux défis. Du renouvellement conceptuel au territoire durable.
Composition du Jury :
Jean-Yves Andrieux, Professeur à l’Université Paris IV Sorbonne ; Karen Bowie, Professeure à l’Ecole Nationale Supérieure de Paris-La Villette ; Edith Fagnoni, Professeure à l’Université Paris IV Sorbonne
Maria Gravari-Barbas, Professeure à l’Université Paris I Sorbonne (garante) ; André Guillerme, Professeur émérite du Cnam (rapporteur) Robert Halleux, Professeur à l’Université de Liège (rapporteur) ; Pierre Lamard, Professeur à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard

 

 

Valérie Schafer – HDR – Une histoire de convergence. Les technologies de l’information et de la communication depuis les années 1950 – 25 nov. 2015

Valérie Schafer – Soutenance de HDR

Une histoire de convergence. Les technologies de l’information et de la communication depuis les années 1950

Le manuscrit original est intitulé : En construction. Une histoire française du Web des années 1990 

25 novembre 2015, Institut des sciences de la communication

Le jury est composé de :

Andreas FICKERS, Professeur à l’Université du Luxembourg ; Olivier FORCADE, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne ; Delphine GARDEY, Professeure à l’Université de Genève ; Pascal GRISET, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (garant) ; Christian LICOPPE, Professeur à Télécom ParisTech ; Cécile MÉADEL, Professeure à l’Université Panthéon-Assas ; Franck REBILLARD, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

http://web90.hypotheses.org

AAC – Les métaux précieux en Méditerranée médiévale – 29 février 2016

Affiche

Colloque Metaux 2016 – Appel à communications

Appel à communications  : « Les métaux précieux en Méditerranée médiévale. Exploitations, transformations, circulations« . Colloque organisé par les Université d’Aix-Marseille et de Sienne, il se déroulera à Aix-en-Provence (MMSH) les 6, 7 et 8 octobre 2016.

Les propositions de communications sont à déposer avant le 29 février 2016 à l’adresse ci-dessous. Vous y trouverez également l’ensemble des informations pratiques.

http://metaux2016.sciencesconf.org/

 

 

 

Nicolas Lémery (1645-1715), un savant en son siècle – 18 nov. 2015

LEMERY

Journée Nicolas Lémery (1645-1715), un savant en son siècle

18 novembre 2015

Salle des Actes de la faculté de Pharmacie

4 avenue de l’Observatoire, 75006, PARIS

Société d’Histoire de la Pharmacie/ Club d’Histoire de la Chimie

La Société d’histoire de la pharmacie organise également à cette occasion une exposition « Lémery et son temps » : http://www.shp-asso.org/index.php?PAGE=expositionlemery

AAC – Les utopies scientifiques en Union soviétique -30 nov. 2015

Appel à communications pour un colloque sur « Les utopies scientifiques en Union soviétique. Science, fiction et pouvoir (1917-1991) » qui doit avoir lieu les 23 et 24 septembre 2016. Les propositions sont à envoyer avant le 30 novembre 2015 à l’adresse suivante : sovietscienceandfiction@gmail.com

Organisateurs : Grégory Dufaud (CNRS/CERMES3), Ioulia Podoroga (Université de Genève/CERCEC) et Larissa Zakharova (EHESS/CERCEC)

Depuis la chute de l’Union soviétique, l’histoire des sciences a connu des avancées importantes. Un objet a toutefois été délaissé : l’utopie scientifique, fascinante et intrigante, parce que située à la frontière entre littérature et science. Nikolai Krementsov est l’un des rares historiens à s’y être intéressé. Dans Revolutionnary Experiments, il s’est penché sur la médecine durant les années vingt à partir de plusieurs œuvres, prolongeant la réflexion débutée dans son livre sur Aleksandr Bogdanov. Rival malheureux de Lénine, celui-ci s’était détourné de la vie politique pour se consacrer à l’écriture. Par le biais de la science-fiction, il a non seulement exposé sa vision du socialisme, mais aussi théorisé le rôle de la médecine et de la transfusion sanguine dans la transformation du monde social. Comme le suggère l’exemple de Bogdanov, l’utopie scientifique, en tant qu’utopie sociale, propose un imaginaire qui est celui d’une société de type nouveau dont elle veut faciliter la réalisation.

L’objectif de ce colloque est de comprendre comment les fictions ont pu avoir une fonction heuristique, participer de la transformation de l’activité scientifique et reconfigurer les rapports entre science et pouvoir. Le questionnement portera d’abord sur les relations entre fiction et sciences, afin d’explorer comment littérature et cinéma se sont appropriés certains des concepts basés sur les découvertes scientifiques et, inversement, comment les sciences se sont servies des imaginaires proposés par les fictions pour étoffer leurs discours, contester les découvertes ou se lancer dans des expérimentations inédites. Ce double mouvement est évidemment médiatisé par le pouvoir. Aussi, on sera attentif à la commande sociale et aux mécanismes de censure à l’œuvre.

À travers ces rapports entre fiction, science et pouvoir, on souhaite également interroger l’idée de progrès et les significations qu’elle a revêtues au cours de la période. Si les autorités soviétiques ont érigé la science en mère du progrès, la certitude dans l’avènement prochain du communisme s’est estompée à partir des années soixante. Dans quelle mesure les utopies scientifiques ont reflété cette évolution ? Quels imaginaires ont-elles proposés au public ? Les utopies s’ancraient dans la réalité de leur époque dont elles en révélaient les préoccupations. Dès lors, quelles craintes véhiculaient-elles ? Ont-elles élaboré un discours du risque, voire critique des sciences, que les scientifiques se seraient réappropriés ? Quels en ont été les motifs ?

Ce colloque s’adresse à l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, philosophie, études littéraires, etc.). Il ne veut se limiter à aucun domaine de la science soviétique, afin d’en étudier les plus reconnus comme les plus marginaux. Toutes les œuvres de fiction pourront être analysées, qu’elles relèvent de la littérature ou du cinéma. Il ne s’agit pas tant de se concentrer sur un genre en particulier (utopie, fantastique ou science-fiction) que d’étudier un corpus d’œuvres au statut différent, mais dont la caractéristique commune réside dans l’usage et les réappropriations des découvertes scientifiques pour imaginer l’avenir.

Plusieurs pistes pourront être explorées :

  1. Les concepts et les découvertes scientifiques dans la fiction : 

— la variété des imaginaires proposés par les utopies scientifiques ;

— les découvertes et les innovations au cœur de ces imaginaires ;

— les significations données à l’idée de progrès ;

— les craintes et les inquiétudes exprimées par les utopies scientifiques.

  1. Les utopies scientifiques et la science :

— le rôle de la fiction dans la réflexion et les controverses scientifiques ;

— le rôle de la fiction dans la reconfiguration des rapports entre les disciplines scientifiques ;

— l’éthique scientifique au regard des utopies scientifiques ;

— l’usage des utopies scientifiques pour obtenir la reconnaissance par les autorités d’un projet ou d’une institution scientifique.

  1. Les utopies scientifiques à l’épreuve de la société :

— la diffusion des utopies scientifiques et son public ;

— les utopies scientifiques et la vulgarisation des savoirs et des techniques ;

— les utopies scientifiques et le pouvoir, le rôle de la censure.

INPI base brevets XIXe s.

L’Institut national de la propriété industrielle a le plaisir de vous informer de la mise à jour de la base Brevets 19e s .

Il est désormais possible de consulter les données bibliographiques des brevets déposés en France entre 1791 et 1871 .

Les images correspondants à ces dossier restent disponibles pour la période 1791 à 1855.

http://bases-brevets19e.inpi.fr

 

Lanterne magique – 13 nov. 2015

lanterne

Spectacle de lanterne magique : Le fantôme de Robinson Crusoé

13 novembre, 20 h, Théâtre impérial de Compiègne

Ce spectacle, réalisé « à l’ancienne » grâce à une triple lanterne de projection de 1887 (un luxueux appareil fabriqué par les frères Riley à Bradford), est une création originale et ne sera représenté qu’une seule fois. Il a été rendu possible grâce aux collections de la Cinémathèque française et du Centre national de la cinématographie. Les projections sont accompagnées par le comédien Nathan Willcocks, la harpiste Liénor Mancip et par le bruiteur Zak Mahmoud. Deux « lanternistes » sont aux commandes de l’appareil de projection : Laurent Mannoni et Laure Parchomenko.

 Théâtre Impérial de Compiègne

3, rue Othenin 60200 Compiègne

http://www.cinematheque.fr/fr/catalogues/appareils/collection.html

 

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 12 nov. 2015

Programme RIMS2 12-11-2015

affiche_RIM_121115

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs)

MAE de Nanterre, 12 novembre 2015

Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :
philippe.dillmann@cea.fr
maxime.l_heritier@univ-paris8.fr
gaspard.pages@mae.u-paris10.fr

Prix CILAC – Soumission 30 10 2015

Prix Cilac 2015

Prix CILAC/Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique

par voie électronique au CILAC : cilac@cilac.com

ou à l’adresse postale : CILAC – BP 20115 – 75261 Paris Cedex 06.

Le dossier doit comporter :

  • Le titre du projet/travail et sa présentation (2 pages)
  • Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique
  • Le CV et la copie de la carte d’étudiant

Fabrique des sciences, fabrique des arts- Colloque international

FABRIQUE DES SCIENCES – FABRIQUE DES ARTS

SCIENCES FACTORY- ART FACTORY
La question de la recherche dans les domaines scientifiques, techniques et artistiques –

Jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

Auditorium du Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean

Colloque international organisé par le Musée d’art moderne Grand-Duc Jean dans le cadre de l’exposition Eppur si muove – Art et technique, un espace partagé (7 juillet 2015- 17 janvier 2016)

http://www.mudam.lu/fr/expositions/details/exposition/eppur-si-muove/

Qu’ils abordent des questions liées au champ des sciences, qu’ils empruntent à son histoire ou qu’ils développent des projets en collaboration avec des laboratoires, les artistes ont, ces dernières décennies, engagé un tournant majeur dans les relations entre arts et sciences. Se dégagent de cet intense dialogue entre deux domaines distincts des problématiques communes, telles que les questions de l’invention et de l’innovation, de la recherche, des gestes et de l’instrumentation, des nouvelles matérialités, des échelles de pensée, ou encore la notion d’auteur.

 Présidé par Patricia Falguières, professeur agrégée à l’EHESS et spécialiste des relations art et technique, ce colloque abordera l’actualité de ces questions du point de vue de la « fabrique » des arts et des sciences. Il s’articulera autour de quatre demi-journées thématiques mêlant chacune des perspectives variées, théorie et pratique, point de vue historique et regard prospectif.

http://calenda.org/342043

Journée d’étude Sciences du patrimoine 10 mars 2016

Journée d’étude Sciences du patrimoine

10 mars 2016 à l’École Polytechnique (Amphithéâtre Gay-Lussac).

IPANEMA (CNRS, ministère de la Culture), l’IECI (Université Versailles–­Saint-Quentin), et le LinX (Département Humanités et sciences sociales de l’École polytechnique)

http://ipanema.cnrs.fr/spip/evenements-scientifiques/paris-saclay/article/atelier-scientifique

Le comité d’organisation :  Loïc Bertrand, IPANEMA, loic.bertrand@synchrotron-soleil.fr  Etienne Anheim, IECI-DYPAC, etienne.anheim@uvsq.fr Frédéric Brechenmacher, LinX, Écolepolytechnique, frederic.brechenmacher@polytechnique.edu

AAC – Lyon et la culture de la curiosité pour le 20 nov. 2015

Lyon et la culture de la curiosité

Journées d’étude Musée des Confluences (Lyon)

25-26 février 2016

Dans le cadre de l’exposition temporaire « Dans la chambre des merveilles » présentée jusqu’en avril 2016, le musée des Confluences de Lyon organise deux jour­nées d’étude, les 25 et 26 février 2016 : « Lyon et la culture de la curiosité ».

L’exposition « Dans la chambre des merveilles » s’inscrit dans le cadre de l’ouverture du musée en décembre 2014. Le musée des Confluences a en effet choisi de mettre en perspective sa genèse au travers d’une exposition consacrée aux cabinets de curiosités, qui propose un parcours en plusieurs étapes amenant le visiteur à appréhender les différents « mécanismes » constitutifs de ces cabinets. L’actuel musée des Confluences en est le digne héritier, notamment parce que l’histoire de ses collections et de l’institution prend racine dans la création du premier muséum d’histoire naturelle en 1777, lui-même issu des cabinets d’illustres collectionneurs lyonnais comme Balthasar de Monconys et Nicolas Grollier de Servière.

L’exposition n’est pas la reconstitution d’un cabinet du xviie siècle, mais plutôt une réinterprétation contemporaine, une invitation à rêver au gré d’un parcours au sein duquel peut s’exprimer la magie des objets, souvent chargés de mystère, et qui laisse toute sa place à l’imaginaire. Cette exposition présente une sélection de 800 pièces, principalement issues des collections du musée.

Présentation des journées d’étude

La tradition scientifique, artistique et littéraire de Lyon, son rôle culturel éminent à la Renaissance, son poids commercial, sa situation géographique privilégiée au carrefour de grandes routes européennes en faisaient assurément un des hauts lieux possibles de la culture de la curiosité telle qu’elle s’est développée en France et en Europe aux xvie et xviie siècles. Pourtant, subsistent peu de traces de ce possible intérêt pour la curiosité avant la deuxième moitié du xviie siècle, où s’imposent quelques grandes figures de collectionneurs éminents.

Ces journées d’étude viseront donc à développer les connaissances sur les réalités lyonnaises de la curiosité, qu’il s’agisse des cabinets que la ville a pu abriter, des échanges épistolaires et commerciaux qu’elle a pu connaître dans cet esprit, des grands collectionneurs qui ont marqué son histoire.

Dans cette perspective, quatre axes d’étude seront privilégiés (mais non exclusifs) :

1) Lyon carrefour européen (voyageurs, marchandises, édition etc.)

2) les cabinets de curiosités à Lyon et dans sa région (xvie-xviiie siècles)

3) les grands curieux et voyageurs du xviie siècle : Balthasar de Monconys, Jacob Spon etc.

4) la naissance de la science moderne : autour de Grollier de Servière

Les propositions de communication (titre et résumé), accompagnées d’une bio-bibliographie succincte, devront être adressées à  M. Marrache-Gouraud (myriam.marrachegouraud@yahoo.fr) et à D. Moncond’huy (dominique.moncondhuy@univ-poitiers.fr) ainsi qu’à Marie-Paule Imberti (marie-paule.imberti@museedesconfluences.fr) avant le 20 novembre 2015. Les réponses seront envoyées le 14 décembre au plus tard.

Comité organisateur : Myriam Marrache-Gouraud (université de Brest), Pierre Martin et Dominique Moncond’huy (université de Poitiers) et l’équipe du musée des Confluences (Marie-Paule Imberti, Cécilia Duclos, Bruno Jacomy) et Alicia Treppoz-Vielle (ENS Lyon).

Journée d’études – L’architecture des ingénieurs, 1650-1850 : Paris, provinces et capitales européennes

Samedi 10 octobre 2015

9h30-17h

Galerie des Affaires étrangères, Bibliothèque municipale, Versailles

Journée d'études architectes

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, BMV, ©Pierrick Daul

Les années 1980 furent propices à l’étude du travail des ingénieurs : en 1981, Anne Blanchard publiait un Dictionnaire des ingénieurs militaires actifs en France entre 1691 et 1791, témoignant par son volume de l’importance de leur activité, tandis qu’en 1988, Antoine Picon, dans son ouvrage Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, accordait enfin aux ingénieurs des Ponts l’attention qu’ils méritaient et examinait leur formation et leurs méthodes de travail au regard de celles des architectes de l’Académie royale d’architecture.

Au-delà des programmes attendus, fortifications, ouvrages hydrauliques, ponts et routes, les ingénieurs, militaires et des Ponts et Chaussées, honorèrent des commandes dans le domaine de l’architecture publique monumentale, de l’architecture religieuse et hospitalière, mais aussi dans celui de l’architecture domestique et de l’art des jardins.

L’historiographie fait la part belle aux architectes dans les embellissements de la capitale, mais l’action des ingénieurs en matière d’architecture et d’urbanisme reste à évaluer. Cette seconde journée sera l’occasion de présenter les limites de cette opposition architecte/ingénieur et d’initier un travail systématique sur l’activité de ces derniers du règne de Louis XIV à l’aube du Second Empire.

Après une première rencontre dédiée à l’habitat (8 novembre 2014), la seconde journée sera consacrée plus particulièrement au projet urbain et à l’architecture publique monumentale, à Paris, en province et dans les capitales européennes.

Une troisième rencontre se déroulera au printemps 2016.

Programme : Programme Architecture des Ingénieurs-1

Journée d’étude organisée par Basile Baudez, Alexia Lebeurre et Dominique Massounie avec le concours des Universités Bordeaux-Montaigne, Paris-Ouest-Nanterre, Paris-Sorbonne, de la Ville de Versailles et du Ghamu.

Appel à communications colloque international : Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Si la littérature tant historique que sociologique contient déjà un nombre conséquent de recherches qui scrutent les divers savoirs et pratiques dédiés à la gestion de l’urbain, force est de constater qu’on est moins bien servi si l’on s’intéresse aux systèmes d’information impliqués dans la construction, le développement et les usages de ces savoirs et pratiques.

Par leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles – dans leur effort pour maîtriser et gérer les effets de la « révolution » urbaine qui débute en Europe dès avant 1800, avant de se diffuser à l’échelle du monde au XXe siècle. Rappelons ainsi que le spectre de l’incendie déclenche à Londres dès le début du XVIIIe siècle un système de secours mis en place par les compagnies d’assurance alors que des dispositifs de gestion des noyades, pour la Tamise entre autres, se développent également à la fin des années 1770. De l’autre côté de la Manche cette fois, dans les années 1840, les ingénieurs des services techniques de la ville de Paris mettent en place un système d’information grâce auquel toutes les rues de la capitale et l’ensemble des immeubles parisiens sont munis d’une fiche individuelle décrivant leur état « hydraulique » (équipements, conditions d’abonnement…). Dans les premières décennies du XXe siècle, plusieurs compagnies de transports urbains aux États-Unis se lancent dans de grandes enquêtes pour collecter des données relatives à la mobilité des citadins, aux origines et destinations de leurs déplacements, avant de traiter les informations ainsi récoltées à l’aide des « machines de tabulation » de l’époque dans le but d’optimiser la forme et le fonctionnement de leurs réseaux. A partir des années 1950 et 1960, la mesure de la pollution de l’air devient systématique, notamment à Paris, grâce à un réseau de capteurs installés dans la ville. Les flux de données ainsi générés permettent de cartographier la pollution atmosphérique. La création d’Airparif (1979) institutionnalise cette gestion du réseau de surveillance de la qualité de l’air. Quant aux usages policiers de l’information sur les trafics –dans toute leur polysémie–, ils n’ont pas attendu l’installation de caméras de vidéosurveillance. On a enfin pensé à réinventer la ville et l’urbanité grâce aux réseaux de communication, pour recréer de la proximité et de la convivialité, peut-être bien depuis l’origine du téléphone et certainement avec le câble.

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

1) Les caractéristiques et les usages des systèmes d’information

Il s’agit de dégager de grandes évolutions concernant les caractéristiques et les usages de ces systèmes d’information – lesquels, notons-le au passage, utilisent souvent pour fonctionner des réseaux urbains traditionnels, au premier rang desquels le réseau électrique –, telles que, par exemple, la montée en puissance du « temps réel », avec toutes les questions de calcul et de présentation de l’information afférentes.

2) Les acteurs

L’objectif serait ici d’identifier des grands déplacements concernant les systèmes d’acteurs (producteurs et utilisateurs) de ces systèmes d’information. A en juger par les évolutions observées sur une série de terrains, tels que celui des transports, on assisterait, par exemple, à un effacement progressif de la puissance publique comme acteur central, du côté de la production mais aussi des usages, « compensé » par la montée en puissance d’un ensemble d’acteurs privés qui ont su établir des rapports étroits avec le monde de la recherche (pensons à Google et à ses produits). Cette mise en retrait des pouvoirs publics laisse également le champ libre à des acteurs associatifs, parfois militants, qui développent des outils de mesure participatifs, en particulier dans une perspective environnementale.

3) Les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations…

On pense ici à une analyse du dialogue décisionnel qui se met en place en fonction des outils disponibles entre ces systèmes et le service assuré par le dispositif technique, à l’impact de ces systèmes sur les pratiques professionnelles et les métiers des réseaux urbains et de la ville, ou, encore, à la question de la formation de l’offre et la demande, par exemple, en termes de mobilité.

4) Les systèmes d’information comme « analyseurs »

Dotés de caractéristiques matérielles particulières, portés par des acteurs spécifiques, ces systèmes peuvent aussi témoigner à travers leur construction et leurs usages de mutations économiques, sociales et culturelles plus larges des sociétés urbaines. Nous pensons ici par exemple aux cartes nommées éloquemment « trip-desire charts », élaborées à partir des années 1940/50 dans le but de capter les souhaits des ménages américains en matière de déplacements urbains, et qui sont fondées sur une conception de l’individu libre de se déplacer comme il l’entend et aux aspirations duquel l’ingénieur doit répondre en fournissant les moyens techniques (infrastructurels) adéquats, dans cet exemple les autoroutes urbaines.

D’une durée de deux jours, le colloque donnera lieu à une publication collective sous la forme d’un numéro spécial de la revue Flux.

Les propositions de communication (d’une durée de 20 minutes) sont à soumettre à l’adresse suivante avant le 15 octobre 2015:

siguld2016@gmail.com

Chaque proposition (en anglais ou en français) devra inclure un titre et un texte de proposition (400 mots maximum) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications).

Une réponse sera donnée aux auteurs avant le 30 novembre 2015.

Contacts :

Konstantinos Chatzis : chatzis@enpc.fr

Arielle Haakenstad : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 Organismes partenaires : Association Passé Présent Mobilité (P2M), École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Universidade de Evora.

 Comité scientifique : Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).

Charlie 2015. Les attentats de janvier sous le regard des chercheur.e.s

Website: Charlie 2015. Les attentats de janvier sous le regard des chercheur.e.s : hommages (1/3) | Émergences (IP: 195.154.120.142, drum.lemonde.fr) Adresse web : http://humanites.blog.lemonde.fr/2015/08/15/charlie-2015-les-attentats-de-janvier-sous-le-regard-des-chercheur-e-s-hommages-13/

Extrait du ping :

[…] Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines publie sur son carnet un texte d’hommage, « Charlie Hebdo et Hyper Cacher » soulignant l’importance de la « liaison entre les techniques, l’humanité et la société […]

AAC journée d’étude : rapports art/design, technologie et textile – 10 septembre 2015

LA RÉTICULATION DU MONDE 2 – Appel à communication

AAC : journée d’étude sur les rapports entre art/design, technologie et textile – 10 septembre 2015
Projet pluriannuel « La réticulation du monde » (écoles d’art du Nord-Pas-de-Calais) – Les interventions du premier volet sont disponibles à l’adresse suivante :
http://esadval.wix.com/recherche#!enregistrement-rdm1/c133r

Ludovic Duhem
Responsable de la recherche – ESAD Valenciennes

Thèse Lionel Dufaux, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail – 6 juill. 2015

Invitation LD

Résumé’

Lionel Dufaux soutiendra sa thèse d’histoire, option histoire des techniques, intitulée : L’Amphithéâtre, la galerie et le rail.
Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

6 juillet 2015 à 13 h. 30 au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme – 75013 Paris.

Mobiliser et dépenser l’énergie, de l’Antiquité à nos jours – Appel à comm. 15 oct. 2015

AAC colloque Bordeaux Energie

Colloque Bordeaux (8-10 septembre 2016) orgnanisé par le RUCHE (Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire Environnementale, http://leruche.hypotheses.org/):

Mobiliser et dépenser l’énergie, de l’Antiquité à nos jours

Date d’envoi : 15 octobre 2015

cfmathis@hotmail.com ; massard@ehess.fr

Thèse Audrey Millet Les dessinateurs de fabrique en France, XVIIIe-XIXe siècles – 30 juin 2015

A. Millet. Thèse. 30 juin 2015

Audrey Millet soutiendra sa thèse d’histoire

Les dessinateurs de fabrique en France, XVIIIe-XIXe siècles

le 30 juin 2015, à l’université Paris 8 (9 h.15 bât. D, s. 143)

Composition du jury :
Philippe Minard (directeur), Université Paris 8
Olivier Christin (directeur), Université de Neuchâtel

Liliane Hilaire-Pérez, Université Paris 7, Olivier Raveux, UMR TELEMME 7303, Giorgio Riello, Warwick University, Laurent Tissot, Université de Neuchâtel

http://univ-paris8.academia.edu/AudreyMILLET

http://sites.google.com/site/audreypatriziamillet/

 

 

Les Représentations du chantier, XVIe-XXe siècles, 19 juin 2015

Chantier

Table ronde « Les Représentations du chantier, XVIe-XXe siècles » Cité de l’architecture et du Patrimoine, vendredi 19 juin 2015, organisée par Corinne Bélier (MNF) et Valérie Nègre  (ENSPLV)

http://www.citechaillot.fr/fr/evenement/25930-table_ronde_les_representations_du_chantier_xvie-xxe_siecles.html

http://www.histoireconstruction.fr/les-representations-du-chantier-xvie-xxe-siecles-2/

 

 

Doctoriales Histoire de l’énergie – 7-10 oct. 2015, Blois

AAC Doctoriales 2015

Le Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie organise la 2de édition de ses Doctoriales sur l’histoire de l’énergie  du 7 au 10 octobre 2015 au centre d’archives historiques EDF, situé à Blois.

Cette école se veut un creuset multidisciplinaire pour les jeunes chercheurs affiliés à des institutions de recherche en Europe et dans le monde, s’intéressant à l’histoire de l’énergie,en sciences humaines et sociales s’intéressant à l’histoire de l’énergie et/ou plus particulièrement à l’histoire de l’électricité.

Stéphanie Le Gallic  comite.histoire.electricite@gmail.com

 

Eric Schatzberg, conférence « Craftsmen versus scholars », 3 juin 2015

Centre Alexandre Koyré

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 3 juin 2015  14-16h

 Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison, USA )

Craftsmen versus scholars in the discourse of technique and technology « The question of materiality is wrapped up in complex social relations that go back to ancient civilizations. Although all humans use skillful practices to engage with the material world, the nature of these interactions is shaped by the division of labor, in particular the division between mental and manual labor, which has existed since the invention of writing. Craftsmen are the people who interact most skillfully with the material world, shaping it to human ends. But most ideas about the material world come from scholars, who typically are allied with aristocratic elites. This paper will explore the tension between craft and scholarly knowledge over the longue durée, and suggest some implications of this tension for the history of 18th century chemistry. »

Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris, 5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr, Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Critique n° 816, 2015 : Gilbert Simondon : technique, image, invention

Critique

Critique n° 816, 2015 : Gilbert Simondon : technique, image, invention 

http://www.leseditionsdeminuit.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=3125

Emmanuel ALLOA : Prégnances du devenir. Simondon et les images
Gilbert Simondon, Imagination et Invention (1965-1966)

Irlande SAURIN : Simondon et ses objets. Philosophie, technique, psychologie Gilbert Simondon, Sur la technique (1953-1983)
Sur la psychologie

Gilbert SIMONDON : Le progrès, rythmes et modalités
Texte inédit précédé d’une présentation de Nathalie SIMONDON

Anne SAUVAGNARGUES : Portrait du philosophe en bricoleur
Entretien réalisé par Élie DURING

Robert Locqueneux, Baromètres, machines pneumatiques & thermomètres, 2015

Robert Locqueneux, Baromètres, machines pneumatiques & thermomètres – Chez & autour de Pascal, d’Amontons & de Réaumur, Paris, L’Harmattan, 2015

_LOCQUENEUX_BAROMETRE_THERMOMETRES-1

Nous abordons ici un moment important de l’histoire de la physique, celui de l’invention des instruments qui ont permis d’établir les propriétés physiques de l’air : de sa pesanteur grâce à l’invention du baromètre par Torricelli, de son ressort [son élasticité] grâce à celle de la machine pneumatique ; et, parce qu’il a cherché à connaître en quelle proportion la chaleur augmente le ressort de l’air, Amontons invente le thermomètre à air. Réaumur a été amené à une réflexion sur toutes ces propriétés en raison de la mise au point du thermomètre à esprit de vin [le thermomètre à alcool].
Cette histoire est aussi une leçon de physique : la lettre de Petit, qui répliqua l’expérience du vide de Torricelli chez les Pascal à Rouen, et celle que Périer envoya à Pascal pour relater l’expérience du puy de Dôme sont des modèles inégalés de mises en oeuvre et de comptes rendus d’expériences. En suivant les travaux thermométriques d’Amontons et de Réaumur, nous découvrons l’art de conduire une recherche expérimentale. Lors de la construction de thermomètres à alcool, Réaumur s’est heurté à un certain nombre de diffi cultés dues à un phénomène inconnu en son temps, avec Bouasse, nous verrons avec quel art il a contourné la difficulté.

 

La Technologie entre l’Europe et les États-Unis : rencontre et ignorance 5 juin 2015

Encyclopédie - Boulanger    40ans-logo-petit  Colloque

http://40ans.ehess.fr/2015/02/09/la-technologie-comme-science-sociale-2/La Technologie entre l’Europe et les États-Unis

aux xixe et xxe siècles : rencontre et ignorance

 5 juin 2015 EHESS, 190 av. de France, 75013 Paris, salle 640

DEF- RÉSUMÉ BIL-La Technologie entre l¹Europe et les États

Programme TECHNOLOGIE 5 juin 2015′

http://40ans.ehess.fr/2015/02/09/la-technologie-comme-science-sociale-2/

Dynamiterie de Cugny – 1 spectacle 1 exposition – 30 mai 2015

Exposition-de-photographies-autour-de-la-dynamiterie-de-Cugny

Dynamiterie de Cugny – La Genevraye (hameau de Cugny) 

30 mai à partir de 19h30  – 1 spectacle 1 exposition

http://seine-et-marne.fr/Culture-sports-tourisme/Portail-Sortir-en-Seine-et-Marne/Exposition-de-photographies-autour-de-la-dynamiterie-de-Cugny

http://seine-et-marne.fr/Culture-sports-tourisme/Portail-Sortir-en-Seine-et-Marne/Au-Loing-la-poudre.

Colloque « Les Techniques du Faire Croire » – 27/29 mai 2015

Colloque « Les Techniques du Faire Croire »

27 mai 2015 : « Les objets qui captent l’invisible » – 28 mai 2015 : «Projecteurs/projections » – 29 mai 2015 : « Médiations ambigües » EHESS Salle du Conseil  190, avenue de France 75013, Paris

Organisée par Charlotte Bigg, Stéfania Capone, Nathalie Luca, Nadine Wanono

Quels rôles jouent les objets techniques dans l’élaboration et la communication des savoirs et des croyances? Voilà une question qui oblige à réfléchir ensemble sciences et religions, qu’il ne fait aucun sens de considérer comme relevant de domaines étanches l’un à l’autre. Mobiliser des chercheurs d’horizons disciplinaires différents (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, astrophysique, etc.) pour confronter leur point de vue sur la triade croyance – technique – savoir relève pourtant d’une démarche nouvelle. En choisissant de mettre la focale sur les objets techniques (objets qui captent l’invisible ; médias ; technologies contemporaines), ce colloque vise précisément à montrer les incessantes circulations entre croyances et savoirs, à interroger l’opération même de leur partage, à étudier la fabrication sociale et l’évolution historique de cette différenciation et finalement à faire ressortir nos propres présupposé

http://www.hesam.eu/labexhastec/files/27-28-29-mai-2015-Les-techniques-du-faire-croire.pdf

Gianenrico Bernasconi, Objets portatifs au Siècle des lumières, 2015

Objets portatifs au Siècle des lumières,
Paris, CTHS, 2015

Gianenrico Bernasconi 

Bernascocni-couvCannes à systèmes, clavecins de voyage, nécessaires, accessoires multifonctionnels, objets en forme de livre, ponts, fours ou moulins portatifs forment un patrimoine exceptionnel que cette étude sort du domaine de la curiosité. Dans le sillage du material turn, ce livre développe une approche originale de la relation entre document matériel et histoire sociale et culturelle. Il considère l’objet portatif, c’est-à-dire l’objet caractérisé par des dispositifs qui doivent en faciliter le transport, comme un « actant » dont la matérialité permet de saisir l’intrication entre deux phénomènes majeurs du long XVIIIe siècle: d’une part la naissance de la consommation, d’autre part l’augmentation de la mobilité.

http://www.cths.fr/ed/edition.php?id=6142

MARIGNAN 2015

SONY DSC

MARIGNAN 24-27 juillet 2015, Amboise/Romorantin

Reconstitution d’une fête de Cour ayant eu lieu en 1518 afin de célébrer la victoire de Marignan et le roi François 1er. C’est ce spectacle ayant réuni des milliers de figurants que nous allons reproduire (à une échelle moins « royale ») dans le Parc Léonard de Vinci du Clos Lucé, à Amboise et dans le parc de Beauvais à Romorantin à l’été 2015. Ce projet est porté et dirigé par Pascal Brioist, professeur des universités et membre du centre d’études supérieures de la renaissance (CESR).

Réservations ouvertes

http://marignan2015.univ-tours.fr/

 

MASTER PRO Paris 7 PATRIMOINE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET NATUREL (PSTN) 2015-2016

Salins bernes

MASTER PRO    PATRIMOINE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET NATUREL (PSTN)

 UNIVERSITE PARIS 7

Pour obtenir le dossier de candidature, se connecter au site de l’Université, du 01/05/2015 au 15/05/2015 et du 20/05/2015 eu 30/06/2015 : http://www.univ-paris-diderot.fr

Depliant_Master PRO Paris 7 2015_16

Le M2 « Ville, architecture, Patrimoine » offre un parcours professionnel qui vise à préparer aux concours de l’Institut National du Patrimoine (INP) dans la spécialité  PATRIMOINE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET NATUREL (PSTN) (conservateur du patrimoine, attaché de conservation, assistant qualifié de conservation).

 

 

Séminaire Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques – 4 et 18 mai 2015

Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/88/

EHESS, Bâtiment le France, 190 av de France, Paris 13è, RdC, Salle 2

Eunhye Kim, postdoctorante à l’Université Paris-DiderotGeneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études à l’EHESS

4 mai  2015 : EXCEPTIONNELLEMENT, 2 SEANCES :

de 11 h à13 h : Geneviève Massard-Guilbaud « Autour du livre de Stanley Jevons The Coal Question, 1865 »
et
de 14 h à 17 h : Aline Durand, professeure d’archéologie et d’histoire de Moyen-Âge à l’université du Maine, « Artisanats du feu et gestion des ressources ligneuses au Moyen Âge »

18 mai de 14 h à 17 h : Alain Nadaï, directeur de recherche au CNRS, économiste de l’environnement, « Les territoires de l’éolien »

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech

ENPC01_Ms_3154_0045

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech http://patrimoine.enpc.fr/

Près de 700 documents sont consultables en ligne.

La Bibliothèque numérique patrimoniale repose sur la solution open source Omeka, tout comme la première du genre, la bibliothèque des phares, site de référence sur le patrimoine des phares développé par l’École en 2013.

Pour en savoir plus,  consultez patrimoine.enpc.fr et sa rubrique « à propos« .

Je me tiens ainsi que l’équipe projet à votre disposition .

Isabelle Gautheron, directrice de la documentation et du patrimoine

Christian Borde et Eric Roulet dir., Les journaux de bord XIVe-XXIe siècle, 2015

Journaux bord

Christian Borde et Eric Roulet dir.

Les journaux de bord XIVe-XXIe siècle, Shaker Verlag, 2015

Christiane Villain-Gandossi, Note sur les registres de bord au Moyen Âge

Éric Roulet, Les malentendus d’un texte célébrissime : le journal de bord du premier voyage de Christophe Colomb en Amérique

Éric Roulet et Patrick Villiers, La législation française des journaux de bord au XVIIe et au XVIIIe siècle d’après les ordonnances de marine

Annie Madet-Vache, Le « Journal général historique politique et nautique de la campagne de Mr le comte d’Estaing », conservé au Musée national de la Marine

Patrick Villiers, Les journaux de bord des vaisseaux du Roi. L’exemple des frégates Sensible et Friponne pendant la guerre d’Amérique

Joël Gatrat, La dernière croisière du corsaire la Fantaisie de Dunkerque (1799)

Florence Le Corre, Journaux et récits de bord : la collection du Musée national de la Marine

Christian Borde, Un capitaine caboteur face à l’écriture à bord du lougre Pitre Armel de Nantes, 1861-1863

Justin Le Carpentier, Les limites d’une source et l’apport des dossiers de marées. Le chalutier cherbourgeois l’Annie en 1951

Henri Moulinier, Témoignage sur le dernier chalutier rochelais de type pêche-arrière, le Peoria (1985-1993)

Isabelle Knab-Delumeau, Les journaux de bord contemporains dans la marine nationale

 Éric Roulet et Christian Borde, De l’art de tenir un journal de bord

 

Vient de paraître : Guillaume CARNINO – L’Invention de la science La nouvelle religion de l’âge industriel – 2015

9782021111477L’Invention de la science
La nouvelle religion de l’âge industriel
Guillaume CARNINO
Date de parution 09/04/2015
Éditions du Seuil (coll. L’Univers historique)
336 pages – 24.00 € TTC

« La science a prouvé que… »
D’où nous vient cette idée selon laquelle la science serait garante du vrai ?
Guillaume Carnino propose une enquête historique et généalogique permettant de comprendre pourquoi et comment, en France, à l’heure de la IIIe République, cette idée en est venue à être unanimement partagée. Il dévoile les rouages de la carrière de savants comme Louis Pasteur, mais aussi l’histoire de simples artisans et pêcheurs dont les découvertes furent convoitées par les industriels. Il montre de quelle manière l’image d’un Galilée anticlérical a pu être fabriquée et renouvelle le regard que l’on porte sur la mise en place de l’école gratuite et obligatoire par Jules Ferry.
Parallèlement à la décision démocratique, la pratique scientifique devient peu à peu un mode de gouvernement des êtres et des choses, qui marque l’avènement de la civilisation des experts. La science, désormais auréolée d’un prestige quasi religieux et présentée comme pure – c’est-à-dire indifférente aux intérêts individuels -, se révèle finalement un moyen d’administrer la société autant que de transformer la nature par l’industrie.

http://www.seuil.com/livre-9782021111477.htm

Éric Picholle, Une histoire du laser – 3 avril 2015

 Éric Picholle (LMPC, CNRS, Nice)

3 avril à 16 h., MSHS, 3 boulevard François Mitterrand, Nice, Bâtiment de l’Horloge, amphi 31 : « Une histoire du laser, du pistolet à rayons de Buck Rogers au projet “Star Wars” de Ronald Reagan ».

Axe interdisciplinaire « Histoire des Idées, des Sciences et des Arts » de l’Université de Nice Sophia Antipolis (« Histoire de l’Imaginaire Scientifique et Technique »).

Jean-François Belhoste « Pas de grue…, pas de Panthéon ? » – 5 mai 2015

grue_sainte-geneveve_bnf_2 

  Jean-François Belhoste « Pas de grue…, pas de Panthéon ? »

Mardi 05/05/2015, 17 h, 65, rue de Richelieu, Paris 2e

Conférence dans le cadre du cycle « Du rare à l’unique » , Ecole nationale des chartes<http://www.enc.sorbonne.fr/evenement/du-rare-l-unique-2014-2015>.

www.enc.sorbonne.fr/evenement/conference-jean-francois-belhoste-pas-de-grue-pas-de-pantheon

Rails et histoire – BOURSES d’ETUDES 2015-2016

Rails et histoire (Association pour l’histoire des chemins de fer) BOURSES d’ETUDES 2015-2016

 Date limite  des candidatures: 10 novembre 2015.

http://www.ahicf.com/bourses-d-etudes-de-l-ahicf.html

Rails et histoire / French Railway Historical Society – 9, rue du Château-Landon, F-75010 PARIS – +33(0)1 5820 51 01 – Fax: +33(0)1 5820 5189 – contact@ahicf.comhttp://www.ahicf.com/

Géraldine Barron-Fortier, 8 avril 2015, thèse : Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893)

Pâris

Géraldine Barron-Fortier

soutiendra sa thèse de doctorat dirigée par Marie-Noëlle Bourguet

 Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893)

Invitation soutenance

8 avril 2015 à 14h en salle des thèses de l’Université Paris 7

Le jury sera composé de Mme Hélène Blais, maître de conférences, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense (rapporteur), Mme Marie-Noëlle Bourguet, professeur émérite, Université Paris-Diderot, Mme Liliane Hilaire-Perez, professeur, Université Paris-Diderot, Mme Sylviane Llinares, professeur, Université de Bretagne Sud, M. Éric Rieth, directeur de recherche émérite, CNRS, Musée national de la Marine (rapporteur).

 

 

LES PARIS DE L’INDUSTRIE.1750-1920

 Mairie du 15e arrondissementDu 7 au 22 avril
Exposition itinérante
 image006
Cette exposition est la version itinérante de celle présentée au réfectoire des Cordeliers l’année dernière
Signe de l’entrée dans la modernité pour les uns, porteur de régression sociale pour les autres, l’ère industrielle est assurément une période de profondes transformations du tissu urbain et d’importants bouleversements du champ économique et social. Cette révolution, qui s’entend sur plusieurs décennies, a non seulement bouleversé les rapports de la société à son environnement, mais elle a aussi apporté de nouveaux risques, largement débattus dans l’espace public : habitants, médecins, ouvriers, administrateurs et entrepreneurs s’interrogent et parfois s’opposent sur la manière d’appréhender ce choc industriel. Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale, sans oublier les traces subsistant aujourd’hui encore dans le patrimoine. 
Exposition organisée par le Comité d‘histoire de la Ville de Paris et placé sous le commissariat scientifique de Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, Maison française d’Oxford, Centre de recherches historiques (EHESS).

Mairie du 15e arrondissement – 31 rue Péclet

Exposition du 7 après-midi au 22 avril 2015
Horaires de la mairie ((Lundi – Vendredi : 8h30 – 17h / Jeudi : 8h30 – 19h30)
https://docs.google.com/presentation/d/1tGO0JCwmaoilPI2EYIctdZ2RKHF_uVJP0ni5HlgIlH8/edit#slide=id.g900cba059_0_53

26 mars 2015 au CNAM- Les mobilités maritimes-

Séminaire Passé-Présent-Mobilité : « les mobilités maritimes« 
 26 mars 2015 au CNAM, 292 Rue Saint-Martin, 75003 Paris.
Cette séance se fera en deux parties:
Dès 13h30 : visite de la galerie des transports du CNAM avec présentation par Mathieu Flonneau : « Un Panthéon, un Louvre et une Sorbonne des techniques ».
Rendez-vous devant le pendule de Foucault dans la chapelle, gratuit sur présentation de la carte d’étudiant.
Puis à la salle de commission du CNAM de 14h à 17h ‎2 rue Conté, au premier étage, interviendrons :
Yves Winkin, Musée du CNAM, « Chargé de mission Stratégie auprès de l’Administrateur général du Cnam »

Anne Conchon, maitre de conférences Paris 1 Panthéon-Sorbonne « Transports en eau douce : les patrimoines fluviaux »
Vincent Guigueno, conservateur en chef du patrimoine, ministère de l’Ecologie, « Du patrimoine naval au patrimoine maritime: acteurs, institutions, pratiques »

Contact  : Etienne Faugier-Association Passé-Présent-Mobilité (P²M) http://www.ap2m.org/

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) – 26 mars 2015

1e séance des Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs)

afficheRIM_260315b

26 mars 2015 de 14h00 à 18h00 à l’Université Paris 8, salle G-2.
La « serrurerie » médiévale au regard de l’archéologie
Mathieu Linlaud, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – UMR7041 ArScAn Archéologies et Sciences de l’Antiquité
La « pierre armée » à l’époque gothique. Concept historique ou réalité constructive ?
Maxime L’Héritier, Université Paris 8 – EA 1571 HPSS Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés
Provenance et datation des matériaux ferreux : nouvelles approches interdisciplinaires pour la reconstitution des réseaux d’échanges
Stéphanie Leroy, CNRS – Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération LAPA ; NIMBE UMR3685 CEA/CNRS et IRAMAT UMR5060 CNRS.

Organisation et contacts :
– philippe.dillmann@cea.fr ; Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (LAPA ; NIMBE UMR3685 CEA/CNRS et IRAMAT UMR5060 CNRS)
– maxime.l_heritier@univ-paris8.fr ; Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS – EA 1571 – Université Paris 8)
– gaspard.pages@mae.u-paris10.fr ; Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn – UMR7041 – CNRS)

Les métiers du corps de l’Antiquité à nos jours – Journée d’études 20-21 mars 2015

AFFIche 3 Métiers ducorpsUSPC, Université Paris Diderot-Paris 7, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Université d’Orléans

 

Vendredi 20 mars 2015

Université Paris Diderot (bâtiment Olympe de Gouges, salle 870)

14h : Accueil des participants et introduction : Anna Caiozzo (Université Paris Diderot- Paris 7), Florence Gherchanoc (Université Paris Diderot-Paris 7) et Catherine Lanoë (Université d’Orléans).

Session 1 : Parer le corps

Présidente de séance : Anna CAIOZZO (Université Paris Diderot-Paris 7)

14h30-15h00 : Romain PREVALET (BNF et Arscan), « La production de bijoux en or en Grèce hellénistique ».

15h15-15h45 : Audrey MILLET (Université Paris 8 et U. de Neuchâtel), « La mode comme seconde peau : le sens du corps chez le dessinateur textile (XVIIIe-XIXe siècle) ».

15h45-16h15 : Ksenia GUSAROVA (Université d’État des sciences humaines de Russie), « Du corps féminin au corps social : parfumeurs-réformateurs en Russie, années 1860-1910 ».

Samedi 21 mars 2015

INHA (2, rue Vivienne 75002 Paris, salle Vasari)

Session 2 : Prendre soin/protéger le corps

Président de séance : Pierre CIVIL (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

10h-10h30 : Isabelle WARIN (ETH Zürich – Universität Zürich), « Les armuriers au service des guerriers dans la cité grecque ».

10h30-11h : Stéphanie CHAPUIS-DESPRÉS (Université Paris Sorbonne – U. Paul-Valéry – Montpellier III), « Un métier inscrit dans le corps. Être une sage-femme dans l’aire germanique, (XVIe-XVIIe siècles) ».

11h15-11h45 : Stanis PEREZ (Université Paris 13), « Un entrepreneur du bien-être au Grand Siècle : Nicolas de Blégny (1646?-1722) ».

Session 3 : Transformer le corps

Présidente de séance : Catherine LANOË (Université d’Orléans).

14h00-14h30 : Mariama KABA (Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique, CHUV-Université de Lausanne), « Le corps comme enjeu des métiers de l’orthopédie : controverses autour de l’orthopédie conservatrice et de la chirurgie orthopédique (XIXe – XXe siècles) ».

14h30-15h00 : Awa MBEYA SOMBO (Université de Ngaoundéré – Cameroun), « Alchimistes du cosmétique au Cameroun ».

15h15-15h45 : Fanny GALLOT (Université Paris Est-Créteil), « Impliquer les salarié-e-s avec le produit cosmétique : le cas de l’Oréal dans les années 1960 et 1970 ».

 

La technologie, Europe / États-Unis : rencontre et ignorance – 5 juin 2015

Encyclopédie - Boulanger

La technologie entre l’Europe et les États-Unis aux XIXe et XXe siècles : rencontre et ignorance

5 juin 2015, EHESS            actu_40_ans_ehess

Journée-débat des « 40 ans de l’EHESS »

P. Bret, G. Carnino, L. Hilaire-Pérez, A. Kobiljski, A.Potofsky, M. Thébaud-Sorger, K. Vermeir en collaboration avec J. Hoock et E. Schatzberg

http://40ans.ehess.fr/2015/02/09/la-technologie-comme-science-sociale-2/

http://www.historyoftechnology.org/news/workshop_announcement-_technology_between_europe_and_the_united_states_.html

Séminaire : Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois – Séance Japon

Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois (C. Bodolec, M. Bussotti, F. Obringer)

Séance double consacrée au Japon : 12 mars 2015, 10h-13h,  EHESS, 190-198 av. de France (Salle 681 Elisabeth Allès)

ALEKSANDRA KOBILJSKI (Chercheuse associée, Centre Japon, UMR 8173 CCJ EHESS)

« Shipload of distinguished engineers »: Engineering internationalism and the 1929 World Engineering Congress in Tokyo

 The nineteenth-century witnessed and was marked by the emergence of a set of discrete, though interre- lated networks of expertise. By the turn of the twentieth century, despite national specificities, professional groups on different continents started increasingly resembling one another, were subject to similar kinds of pres- sures, and held similar aspirations. This presentation uses World Engineering Congress in Tokyo in 1929 as site to explore the intersections between the project of engineering as envisioned by the US and the emergence of engineering as a socio-professional category in modern Japan. Exceptional even in the context of the 1920s spree of bilateral and transnational professional meetings, the Tokyo engineering congress was held on an unprece- dented scale. It took place over a period of two weeks in the fall of 1929 and attracted some 3500 participants representing 43 countries. For a significant portion of foreign participants, the travel to Japan alone took more time than the duration of the conference itself. Yet, because it ostensibly failed in its pronounced goals, the con- gress remains a neglected episode in history of engineering in modern Japan. Opening on the day of the Wall Street crash which will lead to the Great Depression, the meeting could be seen as the last gasp of Wilsonian- style internationalism before Japan’s engineers became willing architect of empire’s expansion into Manchu- ria after 1931. Leaving aside the question ‘success and failure’ and using diary notes of participants, this presen- tation examines the event in terms of how it was lived by some of its delegates.

Continuer la lecture de Séminaire : Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois – Séance Japon

Marly : originaux, copies, moulages-24 mars 2015

Marly Moulages

Le numéro 9 de la revue Marly, art et patrimoine va paraître  : présentation/conférence par Hugues de Bazelaire, sculpteur-restaurateur : « Les sculptures du parc de Marly : originaux, copies, moulages. Le rôle du restaurateur aujourd’hui« .

Mardi 24 mars 2015 à 20h30, Marly le Roi (salle de l’Horloge, pl. du Général de Gaulle)

http://marly.art.patrimoine.free.fr/affiche24mars201.html

Bruno Bentz

 

 

Nouveau Monde, nouvelle collection

Collection d’ouvrages d’histoire des sciences, des techniques et de la médecine aux éditions Nouveau Monde.

1er ouvrage : Philippe Varnoteaux, L’aventure spatiale française. De 1945 à la naissance d’Ariane, 2015

http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100238360

Denis Guthleben, Comité pour l’histoire du CNRS Rédacteur en chef d’Histoire de la recherche contemporaine denis.guthleben@cnrs.fr

Yves-Claude Lequin, Pierre Lamard, Éléments de démocratie technique, 2015

Democratie technique. Argumentaire

Yves-Claude Lequin, Pierre Lamard dir., Éléments de démocratie technique, Belfort, Pôle éditorial UTBM, 2015

Auteurs
Carnino Guillaume, Chouteau Marianne, Decomps Bernard, Didier
John, Dray Vincent, Escudié Marie-Pierre, Feenberg Andrew, Forest
Joëlle, Guichard Éric, Guy Bernard, Laborie Léonard, Lamard Pierre,
Legris-Revel Martine, Lequin Yves-Claude, Mazoyer Harold, Nguyen
Céline, Petit Victor, Pinsolle Dominique, Van Handenhoven Erwin

CFP Art-Objects in Motion: Material Culture in Transition- 18-20 June 2015 – CRASSH, Cambridge

Masai_mobile_phone_-_Wellcome

Proposals for papers and for visual and performing art are welcome for the three-day interdisciplinary conference

Objects in Motion: Material Culture in Transition.

The conference is supported by and will be held at the Centre for the Arts, Social Sciences and Humanities (CRASSH) at the University of Cambridge on 18-20 June 2015. The deadline for all proposals is 15 March 2015, and registration is expected to open in April 2015:

http://www.crassh.cam.ac.uk/events/25668

Objects in Motion will bring together diverse scholars, curators, writers, and artists to discuss material culture in transition. Material objects are produced within specific contexts – geographical, cultural, and temporal. This is true for things as diverse as the Great Sphinx built in Egypt at least 4500 years ago, the Lindisfarne Gospels illuminated in 8th-century Northumbria, a wooden ceremonial mask carved in 19th-century Nigeria, or a mobile phone made in 21st-century China.

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques – Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

 Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques

 « Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation »

1ère séance Vendredi 13 Mars 2015 10-12h

 Marco Beretta (Université de Bologne)

« Mapping Lavoisier’s chemical laboratories: a preliminary survey »

 Lavoisier’s laboratory at the Petit Arsenal has been often celebrated as the site where the Chemical Revolution took place. However, this laboratory was set up only in 1776 and even after this date Lavoisier continue to perform many of his chemical experiments outside it. The aim of this presentation is to offer a preliminary mapping of Lavoisier’s sites of experimentation. I shall also refer to Lavoisier’s numerous instructions on how to make a chemical laboratory and to the increasingly important role played by Parisian makers of chemical instruments. On the basis of new textual and iconographic evidence I shall consider the laboratory at the Arsenal under new light. While its organization and apparatus were different from earlier chemical laboratories, as early as the 1760s many prominent European chemists and naturalists who engaged in pneumatic experiments  built their laboratories in a way that resemble that of Lavoisier.

Ce séminaire à périodicité irrégulière s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaissent l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

 Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr,

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Artefact face aux attentats de Charlie Hebdo et Hyper Cacher

La direction de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines exprime sa profonde émotion face aux attentats odieux perpétrés à Charlie Hebdo et au magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes. Elle exprime sa profonde solidarité aux victimes et à leurs familles. Attachés à comprendre la place et le rôle des techniques comme constitutives des sociétés, nous héritons d’une tradition forte, au sein de laquelle « l’école française de technologie » comme l’appelait notre collègue François Sigaut est une référence majeure. Pour Marcel Mauss, pour André Leroi-Gourhan, pour André-Georges Haudricourt, dans la technique s’exprime le kaléidoscope des variations qui fait la texture des sociétés. Ceci justifiait pour Mauss une « sociologie technologique », dont l’encyclopédisme puise ses racines dans la pensée des Lumières. Cette liaison entre les techniques, l’humanité et la société sous-tend notre publication. C’est notre intérêt pour l’humain, pour sa capacité à réduire l’hétérogénéité des contraintes en problème, en somme pour l’expression de la pensée constitutive de son existence, qui justifie notre engagement dans la promotion des études sur la technique. Nous faisons nôtre Simone Weil (« On ne peut rien concevoir de plus grand pour l’homme qu’un sort qui le mette directement aux prises avec la nécessité nue, sans qu’il ait rien à attendre que de soi, et que sa voie soit une perpétuelle création de lui-même par lui-même »). Nous faisons nôtre Georges Canguilhem (« L’homme est en continuité avec la vie par la technique »).  Publiant une revue de sciences sociales des techniques, nous revendiquons la nécessité de penser la technique pour penser l’humain. Nous sommes profondément meurtris par la négation effroyable de l’humanisme qu’expriment ces attentats. Nous affirmons notre volonté de continuer à œuvrer pour défendre la faculté de juger, l’exercice de l’intelligence et l’infinie diversité de la pensée humaine.

La direction de rédaction de la revue : Sophie de Beaune, Christiane Demeulenaere-Douyère, Liliane Hilaire-Pérez, Audrey Millet, Marie Thébaud-Sorger.

 

Guide Labreuche des fournisseurs de matériel pour artistes à Paris, 1790-1914.

belot_gillot_saint-evre_artcurial_pl_2013img_4624_-_copie-redimensionne

Pascal Labreuche, Guide Labreuche des fournisseurs de matériel pour artistes à Paris, 1790-1914.
http://www.labreuche-fournisseurs-artistes-paris.fr/

Le 1er guide historique des fournisseurs de matériel pour artistes à Paris. Ce guide propose le recensement des fournisseurs parisiens de supports pour artistes peintres (toiles, panneaux, châssis, cartons, papiers, etc.), de la fin du XVIIIe siècle à la Première guerre mondiale. Les principales entrées de recherche sont les noms des marchands et les noms des artistes formant leur clientèle. Les implantations des boutiques sont localisées sur un plan de Paris. Les marques connues des fournisseurs (marques à l’encre, en creux, étiquettes, en-têtes de factures, cartes d’adresse, etc.) sont reproduites et cataloguées.

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines – OURS ET PRESENTATION GENERALE

PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/revue.artefact

Artefact

Techniques, histoire et sciences humaines

Direction de la revue
Liliane HILAIRE-PÉREZ [liliane.perez@wanadoo.fr]

Rédaction en chef / édition électronique

Catherine CARDINAL (responsable de la rubrique « Collections techniques ») [catherine.cardinal@wanadoo.fr]

Delphine SPICQ  [delphine.spicq@college-de-france.fr]

Marie THEBAUD-SORGER (responsable de collection électronique) [Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr]

Secrétariat scientifique

Christiane DEMEULENAERE-DOUYERE [christiane.demeulenaere@gmail.com]

Stéphane LEMBRE [slembre@gmail.com]

Aleksandra KOBILJSKI (book review editor [Aleksandra.Kobiljski@ehess.fr]

Guy LAMBERT [lambertguy@yahoo.fr]

Audrey MILLET (book review editor) [audreypatrizia@yahoo.fr]

Sébastien PAUTET (book review editor) [pautetsebastien@gmail.com]

Éditeur et diffuseur : CNRS Éditions 2013-2016 ; PUR 2016-

 Revue annuelle avec hors-séries – Vente au numéro

Revue à comité de lecture

 

ARTEFACT est une revue semestrielle et francophone destinée à promouvoir les recherches sur la technique et la matérialité des pratiques dans les sociétés humaines sur la longue durée. Son ambition est de fédérer l’ensemble des approches historiennes, archéologiques et anthropologiques qui font des techniques, entendues dans une acception large, un passage obligé de leurs analyses ou un élément central de leurs questionnements. La revue est aussi attentive aux réflexions menées sur l’outillage matériel et conceptuel des historiens et archéologues. La multiplicité des sources que recouvrent les activités techniques justifie l’intérêt particulier porté aux recherches menées sur le patrimoine technique (écrits, images, objets, sites). Notre approche des techniques est donc largement ouverte, qu’il s’agisse des thématiques, des méthodes et des questions épistémologiques.

 

 

Comité de lecture

Denis Bocquet (ENPC-LATTS), Caroline Bodolec (CNRS-CECMC), Thierry Bonnot (CNRS-IRIS), Soraya Boudia (Univ. Paris-Descartes/IFRIS), Catherine Breniquet (Université Blaise Pascal, EA 1001 CHEC/ArScAn), Patrice Bret (CAK), Pascal Brioist (Univ. Tours-CESR), Frédérique Brunet (CNRS-ArScAn), Guillaume Carnino (UTC, COSTECH), Anne-Laure Carré (Musée des Arts et Métiers), Vincent Charpentier (INRAP-ArScAn), Kostantinos Chatzis (ENPC-LATTS), François-Xavier Chauvière (Office du Patrimoine et d’Archéologie de Neuchâtel-Univ. Lyon III), Marianne Christensen (Univ. Paris 1-ArScAn), Marie-Sophie Corcy (Musée des Arts et Métiers), Cecilia d’Ercole (EHESS-ANHIMA), Philippe Dillmann (CNRS-CEA), Lionel Dufaux (Musée des Arts et Métiers), Claudine Fontanon (EHESS-CAK), Jean-Baptiste Fressoz (CNRS-CAK), Nejma Goutas (CNRS-ArScAn), Irina Gouzevitch (EHESS-CMH), Frédéric Graber (EHESS-CRH), Emmanuel Grimaud (CNRS-LESC), Florence Hachez-Leroy (IUF-EHESS-CRH), Sophie Houdart (CNRS-LESC), François Jarrige (Univ. Bourgogne-Centre Georges Chevrier), Aleksandra Kobiljski (CNRS-Institut d’Asie orientale), Catherine Lanoë (Univ. d’Orléans-SAVOURS), Michel Letté (Conservatoire national des arts et métiers, HT2S), Sylviane Llinares (Univ. Bretagne occidentale-GIS Histoire maritime), Rémi Martineau (CNRS-ARTeHIS), Alain P. Michel (Univ. d’Évry-LHEST-CAK), Raphaël Morera (CNRS-CERHIO), Valérie Nègre (ENSPLV-AUSser), Arnaud Passalacqua (Univ. Paris Diderot-ICT), Pierre Portet (Archives nationales), Haris Procopiou (Univ. Paris 1-ArScAn), Christelle Rabier (EHESS, Centre Norbert Elias), Sandrine Robert (EHESS-CRH), Catherine Saliou (Paris 8-CRH), François Vatin (Univ. Paris Ouest- IDHES), Stéphane Verger (EPHE-Aoroc), Koen Vermeir (CNRS-Univ. Paris Diderot-SPHERE), Catherine Verna (Univ. Paris 8-CRH), Sandrine Victor (Univ. Albi, FRAMESPA), Michèle Virol (Univ. de Rouen-GRHis), Larissa Zakharova (EHESS-CERCEC).

Comité international

Yaovi Akakpo (Univ. Lomé, Togo), Carlo M. Belfanti (Univ. Brescia, Italie), Francesca Bray (Univ. Edinburgh, Royaume-Uni), Kristine Bruland (Univ. Oslo, Norvège), Chuan-Hui Mau (Univ. Tsing-Hua, Taïwan), Ricardo Cordoba (Univ. Cordoue, Espagne), Robert Fox (Univ. Oxford, Royaume Uni), Philippe Geslin (Institut d’ethnologie, Neuchâtel, Suisse), Marc-Antoine Kaeser (Laténium-Institut d’archéologie de Neuchâtel, Suisse), Katerina Kopaka (Univ. d’Heraklion, Grèce), Dietrich Lorhman (Univ. Aachen, Allemagne), Christine MacLeod (Univ. Bristol, Royaume-Uni), Estela Mansur (CONICET, Argentine), Anna Pellegrino (Univ. Padoue, Italie), Lissa L. Roberts (Univ. of Twente, Pays-Bas), Dagmar Schäfer (Max Planck Institute for the History of Science, Allemagne), Randall White (New York Univ.-UMI 3199).

Conseil scientifique

Mathieu Arnoux (Univ. Paris Diderot-LIED-ICT/EHESS-CRH), Jean-Hugues Barthélémy (Cahiers Simondon), Bruno Belhoste (Univ. Paris 1-IHMC), Jean-François Belhoste (EPHE- HISTARA), Bernadette Bensaude-Vincent (Univ. Paris 1-CETCOPRA), Marc Bompaire (EPHE- IRAMAT), Vincent Bontems (CEALARSIM), Éric Brian (EHESS CMH), Yves Cohen (EHESS-CRH), Michel Cotte (Univ. Nantes-ICOMOS-Centre François Viète), Philippe Descola (EHESS-Collège de France), Jean-Pierre Digard (CNRS-Mondes indien et iranien), Philippe Fluzin (CNRS-IRAMAT), André Grelon (EHESS-CMH), Jean Guilaine (EHESS-Collège de France), Barbara Helwing (Univ. Lumière Lyon 2-Archéorient), Sophie Lagabrielle (Musée de Cluny), Pierre Lamard (UTBM-RECITS), Christian Lamouroux (EHESS-CECMC), Dominique Margairaz (Univ. Paris 1-IDHES), Benoît Lelong (ENPC-LATTS), Caroline Moricot (Univ. Paris 1-CETCOPRA), Dominique Pestre (EHESS-CAK), Nicole Pigeot (Univ. Paris 1-ArScAn), Olivier Raveux (CNRS-TELEMME), Françoise Sabban (EHESS- CECMC), Hélène Vérin (CNRS), Denis Woronoff (Univ. Paris 1).

.

Appel à communication 10e symposium d’histoire sociale des techniques militaires : 25-01-2015

CFP Soc Hist of Mil Tech ICOHTEC 2015

Appel à communication

10e symposium d’histoire sociale des techniques militaires

Tel Aviv, 16 au 21 août 2015, dans le cadre du congrès de l’ICOHTEC.

Les propositions de communications, indépendantes de l’organisation du congrès, doivent parvenir à Bart Hacker avant le 25 janvier 2015 : hacker@si.edu

AAC – Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Université de Neuchâtel, 4-7 novembre 2015

Continuer la lecture de AAC – Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Séminaire de recherche 2014-2015 – Les collections techniques

 Penser / classer les collections techniques

Séminaire de recherche 2014-2015

Lieux : centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

et université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris

Institutions organisatrices : Centre Alexandre Koyré / Master “Histoire des sciences, technologies, sociétés” (EHESS), CEREG-Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, ICT, Institut des Humanités de Paris (IHP), UMR 7219 SPHERE (CNRS/université Paris 7), Master “Histoire & civilsations comparées” (université Paris 7)

Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.

 

6 demi-journées de 14 à 18 h, le vendredi : 3 octobre, 21 novembre, 12 décembre, 23 janvier, 13 février, 20 mars.

 

3 octobre 2014 – La partie ou le tout : autour de la question des échantillons

Lieu : centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris, salle de conférences, 5e étage

  • Nadine Besse et Sylvain Besson, Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne : “La collection d’échantillons textiles du Musée d’Art et d’Industrie: état des lieux”
  • Isabelle Laboulais, Université de Strasbourg – EA 3400: « Exposer les collections de minéraux : les choix de l’École des mines entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration ».

21 novembre 2014- Les outils dans les musées d’archéologie et d’ethnographie

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

  • Catherine Schwab, Musée d’Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye  : « Le classement des collections, des réserves aux vitrines, au Musée d’Archéologie nationale »
  •  Sophie Chave-Dartoen et Solenn Nieto, Musée d’ethnographie de l’Université de Bordeaux : “Les collections techniques issues du pavillon des Douanes Chinoises à l’Exposition universelle de 1878 et déposées au Musée d’ethnographie de l’Université de Bordeaux”

 


 

12 décembre 2014 – Technicité des collections : gestion, médiation, restauration

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

* Dominique Vandecasteele et Rémi Catillon, Musée des arts et métiers : “Comprendre, conserver et restaurer le patrimoine scientifique et technique dans un musée”

* Soline Morinière, DRAC Alsace, Service régional de l’Archéologie : “Comprendre une collection de moulages : quels outils pour l’enseignement de l’histoire de l’art ?”


 

23 janvier 2015 – Les arts décoratifs

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

  • Céline Trautmann-Waller , Université Sorbonne Nouvelle-Paris3-CEREG:  “Collectionner et exposer les tapis d’Orient à Vienne à la fin du XIXe siècle : entre histoire des techniques, théorie de l’ornementation et promotion des arts décoratifs”
  • Rossella Froissart, UMR 7303-TELEMME CNRS Aix-Marseille Université: “L’Ornementation usuelle (1866-1868) de Rodoplhe Pfnor : questions de styles à la portée des ouvriers d’art”
  • Audrey Millet, Université Lille III – UMR 8533, CNRS, IDHES : “Dessinateur-collectionneur en manufacture : dessins, livres et échantillons comme supports des techniques (XVIIIe-XIXe siècles)”

 

13 février 2015 – Les classifications des instruments scientifiques

Lieu : université Paris 7, salle précisée ultérieurement

  •  Armelle Legoff, Archives nationales : présentation du livre : Bertrand Daugeron et Armelle Leggof dir., Penser/classer/administrer. Pour une histoire croisée des collections, Paris, CTHS / MNHN, 2014
  • Alexi Baker, CRASSH & History and Philosophy of Science, University of Cambridge: “Instruments of early modern London: urban manufacture, transnational use, and modern (mis)representation”

 

20 mars 2015 – Les collections extra-européennes

Lieu : université Paris 7, salle précisée ultérieurement

  • Mau Chuan Hui, Université Tsing Hua, Taïwan : “Les recherches en Chine sur l’industrie textile et les collections chinoises”
  • Habiba Aoudia, EHESS-IRIS : “Nommer les ‘arts indigènes’ d’Afrique du Nord:  statut de l’objet et catégories muséales”

 

 

Organisation

Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin (Lyon-III) et UMR 7041 ArScAn

Charlotte de Castelanu l’Estoile, Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Christiane Demeulenaere-Douyère, Centre Alexandre Koyré

Liliane Hilaire-Perez, EHESS (Centre Alexandre Koyré) et Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Valérie Négre, École nationale supérieure d’Architecture de Paris La Villette et UMR AUSser

Fabien Simon, Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Marie Thébaud-Sorger, CNRS-Centre Alexandre Koyré

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3-CEREG

Koen Vermeir, CNRS-UMR 7219 SPHERE

 

 

 

Appel à comm. – Transferts de savoirs et de pratiques scientifiques, techniques, culturels entre l’Europe et le monde

Journée d’études

19 février 2015

Transferts de savoirs et de pratiques scientifiques, techniques, culturels entre l’Europe et le monde (XVII-XXe siècles).

Journée d’études organisée par le CRHIA (université de Nantes) dans le cadre du LabEx « Ecrire une nouvelle histoire de l’Europe »

Appel à comm. – Oberkampf et la toile imprimée XVIIIe – XIXe siècle

« Oberkampf et la toile imprimée XVIIIe – XIXe siècle Production, création, consommation »

Colloque international 8-10 octobre 2015 Musée de la toile de Jouy-HEC Jouy-en-Josas

Colloque international à l’occasion du bicentenaire de la mort de Christophe-Philippe Oberkampf, fondateur de la manufacture de Jouy.

Voir l’appel à communication (français, anglais) au lien ci-dessous :

> http://afhe.hypotheses.org/5365

 

Les archives « phares » : de la collecte à la valorisation – 6 et 7 nov. 2014

Journées d’étude

Les archives « phares » : de la collecte à la valorisation

Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

6-7 novembre 2014

Journée_des_Phares_AN_6 et 7-11-2014

Face à l’intérêt croissant du public pour le patrimoine maritime, l’objectif de ces journées est de montrer la richesse des archives sur les phares.
Cette manifestation met aussi en valeur le patient travail des
archivistes pour collecter, classer et valoriser ce patrimoine.
Cordialement

Pour tous renseignements : vincent.doom@culture.gouv.fr

E-FAITH – ANVERS, 16-17.06.2016

Patrimoine industriel 2016
9e Rencontre européenne pour les bénévoles et les associations du patrimoine industriel et technique
ANVERS, 16-17.06.2016

Invitation et appel à communications

E-FAITH, La Fédération Européenne des Associations du Patrimoine Industriel et Technique (European Federation of Associations of Industrial and Technical Heritage) est la plate-forme qui vise à promouvoir les contacts et la coopération européenne entre les associations à but non lucratif, par la mise en place de lieux où elles peuvent se rencontrer, échanger des expériences, apprendre de nouvelles compétences et soutenir les activités des autres associations.

Des informations complémentaires sont disponibles:

– sur le site d’E-FAITH http://www.industrialheritage.eu (cliquez vers http://www.industrialheritage.eu/events/next-industrial-heritage-weekend )

ou sur demande par mél : Weekend2016@e-faith.org