Tous les articles par mariethebaudsorger

JE Vernis, glaçures, pigments 11 mai 2017

Vernis II

Journée d’étude jeudi 11 Mai 2017

Vernis, glaçures, pigments – II

Techniques et savoir-faire sur la longue durée

Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS/MNHN), Centre de Restauration des Musée de France (C2RMF), Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO) et LIA TrEnamelFC

Dans le cadre du séminaire « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

C2RMF Palais du Louvre – Porte des Lions 14, quai François Mitterrand 75001 Paris

http://c2rmf.fr/informations-pratiques

 

 

V. Negre – L’art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830)

Vient de paraitre

Valérie Nègre, L’art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830), classiques Garnier, collection « Histoire des techniques »,  2016, 324 p. ISBN. 978-2-406-06314-8

.vnems01b

Le livre examine les savoirs d’artisans et d’architectes constructeurs en décrivant leurs manières d’écrire et de dessiner la technique. Il montre que ces derniers innovent, participent au mouvement d’esthétisation de la technique et contribuent à redéfinir l’architecture au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

table des matières: http://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/VneMS01_tabmat.pdf

12 Janvier- Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe-début XIXe siècle (II) – Théorie, pratique et production

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré

12 janvier 2017

10h00-16h00

Cette séance de séminaire élargie en une journée d’étude co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF) fait suite à celle du 14 janvier 2016

Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe-début XIXe siècle

(II) – Théorie, pratique et production

 

Christine Lehman (Paris Ouest/IREP)  Les lieux d’activité du chimiste Pierre-Joseph Macquer (1718-1784) : Laboratoires et instruments

Danielle Fauque (GHDSO, université Paris Sud, Orsay) Dans le laboratoire de Lavoisier : Du canon de fusil à la caisse pneumatique, ou comment démontrer que l’eau est un corps composé (1785)

Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré) Les premiers laboratoires coloniaux : monstration, production et recherches chimiques pendant l’expédition d’Egypte (1798-1801)

Lieu : Société chimique de France, 250 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

programme-savoirsoperatoires_2016-2017-2

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation- 2016-2017

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré

Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme. Tant par la diversité des contextes historiques des études de cas que par celle des sources utilisées qui seront exposées, ce séminaire propose des clés de lecture pour renouveler l’étude des relations entre travail, savoirs, techniques et sociétés.

Operative knowledges of matter, from Renaissance to industrialization

Following the renewal of the history of Technology and of the history of chemistry, this Research Seminar intends to explore operative knowledge in chemistry in connection with several fields including economics, political management, consumption and production processes. It seeks to shed a light, since the Early modern period, on various configurations where experimentation, exploration, transformation of Matter were held, through a wide range of technical devices. We will underline cross-skills, transfers and hybridization of processes, and we will show how operative knowledge fostered multiple appropriations: we will then explore the diversity of practices and know-how which allowed specific actions on substances and transformations of matter, and which were the basis of innovation and industrialization and of the reshaping of environment on the long run

Programme 2016-2017

10 novembre 2016

Cette séance de séminaire est élargie en journée d’étude internationale co-organisée avec Corinna Guerra (Labex Hastec, CAK), le Labex Hastec et le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

L’atelier de la nature. Production des savoirs matériels, production matérielle des savoirs

Horaire : 9h30-18h – Lieu : EPHE- 190-198 av de France, salle 114

Lawrence Principe (Johns Hopkins University) Locality, Materials, and Reproductions: The Secrets of the Bologna Stone

Claudine Cohen (EHESS/CRAL, EPHE) Sténon, Leibniz, et les « alambics de la nature »

Grégory Quenet (Université de Versailles, Saint Quentin en Yvelines) L’atelier de la nature à l’épreuve du temps. Les Seychelles à l’époque française

Emilie Beck Saiello (Université Paris 13) Technique mimétique et productions volcaniques. L’art du pinceau au service des sciences de la nature

David McCallam (University of Sheffield) « Lire dans les cassures » : the production of knowledge in Faujas de Saint-Fond’s Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay (1778)

Marie Noëlle Bourguet (Université Paris 7 Diderot/ICT, CAK) Alexander von Humboldt au Vésuve, 1805 : les limites de l’expérience de terrain

John Christie (University of Oxford) Nature production and knowledge: the case of alum in Britain

René Sigrist (Fonds National Suisse/Université de Lausanne) Les naturalistes de Genève et le rôle des « objets intermédiaires » dans l’élaboration et la circulation des savoirs sur les Alpes, 1740-1820

Programme détaillé de la journée : http://koyre.ehess.fr/index.php?1992

8 décembre 2016

Stanis Perez (MSH Paris Nord – Pleiade/Paris 13) L’antimoine en France au XVIIe siècle, entre poison thérapeutique et remède alchimique

Discutante : Elisabeth Belmas (Pléiade, Paris 13)

12 janvier 2017

Cette séance de séminaire élargie en une journée d’étude co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF) fait suite à celle du 14 janvier 2016

Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe-début XIXe siècle(II) – Théorie, pratique et production

Horaire : 10h00-16h00

Lieu : Société chimique de France, 250 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Christine Lehman (Paris Ouest/IREP)   Les lieux d’activité du chimiste Pierre-Joseph Macquer (1718-1784) : Laboratoires et instruments

Danielle Fauque (GHDSO, université Paris Sud, Orsay) Dans le laboratoire de Lavoisier : Du canon de fusil à la caisse pneumatique, ou comment démontrer que l’eau est un corps composé (1785)

Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré) Les premiers laboratoires coloniaux : monstration, production et recherches chimiques pendant l’expédition d’Egypte (1798-1801)

9 février 2017

Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Cetcopra) Matières et matériaux – une réflexion

9 mars 2017

Sacha Tomic (IHMC) L’expertise chimique à la Préfecture de police de Paris à la Belle Époque

13 avril 2017

Nouveaux aliments & nouvelles drogues  – réseaux de consommations et de productions à la période moderne

Emma C. Spary (Cambridge University) Theriac Wars : Networks, Novelty and the ‘Domestication’ of Opium in Paris, 1660-1710

Thomas Le Roux (CNRS/CRH) La filière sucrière, fabrications et transformations XVIIIe-XIXe siècle

11 mai 2017

Journée co-organisée avec Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP)

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, pigments. Techniques et savoir faire (II)

(Programme détaillé à venir-Cette séance se tiendra au C2RMF)

 

Ce séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation ».

Il se tient le deuxième jeudi du mois, de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage), sauf indication contraire.

 Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Ateliers Artefact- 29 et 30 septembre 2016

Première édition des

Ateliers Artefact

 Paris

29 & 30 septembre 2016

Organisé par l’association de la revue

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

ateliers-artefact-2016

Cette rencontre propose un espace d’exploration permettant aux jeunes chercheur.se.s en histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, philosophie et archéologie, dont les travaux portent sur des périodes anciennes ou contemporaines, de développer et de diffuser les facettes de leur recherche qui relèvent du champ des techniques.

candidats selectionnés :

Luisa Arango

Controverses coloniales et contemporaines sur la qualité de l’eau : l’usage des sabil dans la ville de Khartoum (Soudan)

Géraldine Barron

La technologie « à la française » : réflexions autour de l’œuvre d’Edmond Pâris (1806-1893).

Ouidad Hamitri

La chirurgie en al-Andalus au Xe siècle selon al Zahrawi : aspects techniques et matériels.

Julie Marchand

La transition byzantino-islamique a-t-elle eu un impact technique sur le vaisselier égyptien?

Maud Villeret

L’art délicat du raffinage du sucre : une évolution des techniques sans révolution (France, XVIIIe siècle).

Charles-Antoine Wanecq

Faire revenir à la vie : gestes et objets de l’urgence médicale (France, 1945-198

Mentors

Ricardo Cordoba (Université de Cordoue), Ludovic Coupaye (University College London), Anna Guagnini (Université de Bologne), Liliane Hilaire-Pérez (Université de Paris Diderot, Paris7), Thomas Le Roux (CNRS/CRH, Paris), Sarah Teasley (V&A/RCA, Londres).

Avec le soutien des

Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS/MNHN)

Laboratoire Identités, Cultures Territoires (Université Paris Diderot Paris7)

Laboratoire Connaissance Organisation et Systèmes Techniques (UTC)

SPHERE (Université Paris Diderot Paris7)

Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS).

Comité d’organisation:

Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski, Marie Thébaud-Sorger, Koen Vermeir

Contact: artefact.thsh@gmail.com

lieu:

Campus de l’Université de Paris Diderot Paris7

Bat. Olympe de Gouges, 5 place Paul Ricœur

L’atelier de la nature/ The workshop of nature -Call for paper- 20 septembre 2016)

L’atelier de la nature.
Production des savoirs matériels, production matérielle des savoirs (LabEx Hastec, CAK, CHC)

Journée d’études internationale

 Paris, 10 novembre 2016

Cette journée d’étude vise à penser les relations entre l’expérience in situ en plein air, telle qu’elle a été construite par une variété d’acteurs (savants, voyageurs, peintres, habitants) en la mettant en relation avec le travail dans « l’atelier » pris au sens large de lieu de travail, dans lequel la nature peut être transformée (laboratoires), recréée (peintres), classifiée (savoirs des antiquaires et collectionneurs).

Les sites naturels, « atelier de la nature », constituent des lieux de savoirs où les matériaux sont transformés par le biais de connaissances et de savoir-faire et où réciproquement ces savoirs sont également transformés — à l’image des champs disciplinaires nouveaux comme la chimie, la minéralogie et la géologie de la seconde moitié du XVIIIe siècle — cultivés dans un espace qui est non seulement le théâtre, mais aussi un élément actif de leur métamorphose.

Ainsi nous aimerions envisager la manière dont ces interactions entre les sites naturels et la production des savoirs de la matière qu’ils suscitent participe plus généralement d’un changement culturel de la perception de la nature qui s’opère au long de la période moderne, et plus particulièrement au tournant des Lumières.

La chimie, par exemple, fut traditionnellement associée au mythe du phénix ; d’un certain point de vue, elle est née par le feu qui constitua pendant des décennies le principal instrument que les chimistes pouvaient utiliser pour manipuler la nature. Cette utilisation du feu, souvent associée à des phénomènes volcaniques, est aussi au cœur du travail dans les fabriques et ateliers, forges et fourneaux, et mise en scène dans les représentations de catastrophes explosives. Des images de la première industrie aux éruptions volcaniques, se construit de manière concomitante un nouveau rapport aux éléments et à leur désir de maîtrise/contrôle.

Nous souhaitons donc explorer ce lien entre le travail sur les sites naturel et celui des ateliers/fabriques/laboratoire, recréant des expériences similaires. Un site naturel, lieu de savoirs, est le produit d’une constante évolution des pratiques, imaginations, et négociations des utilisateurs du lieu donné. En portant attention à ces « lieux de savoir », il s’agit de saisir les circulations qui s’opèrent entre la production matérielle des savoirs et la production des connaissances sur la matière, et la manière dont elles irriguent diversement les dimensions de l’imaginaire pictural et littéraire.

Cette rencontre vise à faire dialoguer historiens des sciences, des techniques et de l’environnement, historiens des arts et de la littérature. Elle se tiendra à l’EHESS, avec le soutien du LabEx HASTEC, du Centre Alexandre Koyré et du Club d’histoire de la chimie (Société chimique de France).

Résumé de 250 mots (en anglais ou français) et courte biographie à faire parvenir avant le 20 septembre 2016 à

Corinna Guerra : corinna.guerra@ehess.fr et Marie Thébaud- Sorger Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

The workshop of nature.
Production of material knowledge, material production of knowledge

The International Study Day wishes to explore the link between working on sites and working in workshops, recreating similar experiences. In such a framework, it makes sense to bridge a various set of practices not restricted to science: a local site is the constantly evolving product of the practices, imaginations, and negotiations of the users (scholars, travelers, artists, inhabitants) of a given place. In any case, our idea is that a site is surely in the scholar’s job an en-plein-air experience that should be related to the atelier phase, by which nature can be recreated (painters), transformed (laboratories), classified (collectors) etc.

Workshops and sites of naturalist interest are hybrid fields of material and knowledge production, places where materials are often transformed by means of knowledge and where knowledge is transformed by the materials involved in its development. How do these transformations in materials (by knowledge) and in knowledge (by materials) circulate? How they can be recognized and represented?

To better understand that, it is worth a broad investigation of the cultural and experiential transformations of relationships with nature and its mastery/control, at the articulation among the Modern times, the Enlightenment moment and the Romanticism period.

Our focus on “sites” of knowledge makes it easier to show the representation of the production of material knowledge as well as the representation of the material production of knowledge in images and literature. We plan to do it by examining the nature of knowledge from the peculiar point of view of the knowledge of nature.

Moreover, this continuous flow/activity of cross-references is the tool by which borderline scientific disciplines (see for example chemistry, mineralogy and geology of the second half of the 18th century) can be cultivated in a site that is not simply the theatre of these transformations but an active element of transformation, too.

The discipline of chemistry is often associated with the myth of the phoenix; chemistry, from a certain point of view, was born by fire, as for many years fire was the only instrument chemists could use to manipulate nature. That use of fire was often associated with volcanic phenomena, and if we follow this way of thinking we should find the same process in early workshops and, above all in cases of industrial accidents. In fact, they are frequently described as explosive disasters, in reality, not very far from a picture of a volcanic eruption.

Our aim is that these rich topics will be well expanded by a meeting between cultural historians, historians of sciences, techniques and environment, historian of arts and literature.

It will be held at the EHESS on the 10th November 2016, with the support of the LabEx HASTEC, the Centre Alexandre Koyré and the Club d’histoire de la chimie (Société chimique de France).

Colleagues wishing to submit papers should send an abstract (no more than 250 words in English or French) and a brief academic CV with institutional affiliation to
Corinna Guerra corinna.guerra@ehess.fr et Marie Thébaud-Sorger marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Closing date for submissions is 20th September, 2016.

Objets nomades 2017 call for paper (15 septembre 2016)

Objets nomades :

Circulations, appropriations et identités à l’époque moderne, XVI-XVIIIe siècles

 Colloque international. Paris et Écouen, 2-4 mars 2017

Musée National de la Renaissance à Écouen, Musée Cognacq-Jay,Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle

Organisé par les universités Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Paris Diderot – Paris 7, Paris Ouest Nanterre La Défense, et Paris 13 en partenariat avec le musée national de la Renaissance d’Écouen et le musée Cognacq-Jay, et avec le soutien de la Région Ile-de-France.

Call for Papers / Appel à communications

Ce colloque pluridisciplinaire vise à confronter une approche historique des objets dans leur dimension sociale, économique et technique, à l’étude des objets dans l’art et la littérature, qui offrent autant de « traces » de la vie de ces objets nous permettant de définir leur trajectoire et les modalités de leurs appropriations. Les objets, entendus comme les biens matériels divers (vêtements et accessoires, objets du quotidien, instruments techniques, scientifiques ou de musique, objets d’art…) et leurs circulations seront étudiés pour comprendre les différents phénomènes d’appropriation, de transculturation ou d’hybridation qui animent et accompagnent ces mouvements à la fois dans l’espace européen et entre l’Europe et le reste du monde. Porteurs et vecteurs de circulations culturelles et identitaires, les objets (qu’il s’agisse de biens de consommation, d’outils, d’objets de dévotion, ou d’objets d’art) traversent les espaces nationaux et interrogent par leur mobilité les frontières nationales, religieuses ou linguistiques alors en formation. L’époque moderne voit en effet se développer à travers l’Europe des tentatives de définition ou de consolidation d’espaces nationaux géographiques, linguistiques et religieux. Ces frontières, qui naissent en partie en opposition à une culture de Cour et une culture aristocratique Renaissante par définition nomades, sont le fruit d’une nouvelle philosophie politique (A. M. Thiesse, La Création des identités nationales, 1999). Suivre les trajectoires de ces objets permet, dès lors, de mettre au jour la tension entre sédentarité et mobilité que Daniel Roche a définie comme un enjeu majeur de la modernité (Humeurs vagabondes, 2003).

À cette intense circulation d’objets, qu’elle soit commerciale, diplomatique, liée aux voyages et déplacements de résidences aristocratiques, ou à des situations d’exil et de migration dans une Europe déchirée par les conflits religieux et politiques, s’ajoutent des trajectoires d’objets plus complexes encore. Dans le contexte de la première globalisation et de l’essor des compagnies commerciales, ces objets peuvent être issus d’espaces lointains et transitent souvent par plusieurs autres pays avant d’atteindre leur destination. Prises en charge et relayées dans les représentations artistiques et littéraires, ces circulations matérielles multiples en suscitent d’autres en retour qui interrogent la question de l’appropriation.

Les processus d’appropriation suscités par la circulation des objets seront étudiés tant du côté de la réception et de l’usage des objets dans la langue et dans les arts de la représentation, que du côté des modalités de leur fabrication et de leur consommation par l’étude des savoir-faire et des techniques auxquels ils font appel ou par celle des pratiques auxquelles ils donnent le jour. Autour de ces deux axes d’investigation, nous suggérons quelques pistes de recherche susceptibles d’orienter la réflexion. Les propositions pourront ainsi porter de manière non exclusive sur :

  • Les réseaux de circulation et modalités d’échange des objets, qu’ils soient commerciaux, économiques, ou personnels
  • Les réseaux de circulation légaux et illégaux (contrebande, trafic…)
  • Les dons et échanges diplomatiques
  • Les objets nomades dans la culture de cour
  • Les objets de l’exil et objets d’exilés
  • La transmission des savoir-faire et des techniques et leurs liens à des migrations humaines
  • Le transfert de motifs décoratifs, artistiques ou littéraires d’un pays à l’autre et les modalités de leur circulation
  • Le rôle et l’appropriation des objets dans les arts et la littérature
  • Les processus d’appropriation et de fertilisation linguistiques liés à des circulations matérielles
  • La notion de proto-globalisation et ses manifestations économiques, sociales, matérielles, culturelles et artistiques

Ce colloque sera l’occasion d’une rencontre de différentes méthodologies et d’un dialogue entre spécialistes issus de différents champs disciplinaires (histoire, histoire de l’art, littératures européennes, anthropologie, archéologie…). Les ateliers et tables-rondes qui seront tenus dans les musées partenaires à l’occasion du colloque seront ouverts à un plus large public. Les organisateurs sollicitent des propositions émanant à la fois d’universitaires – enseignants-chercheurs confirmés et doctorants –, de conservateurs et de professionnels. Ils seront par ailleurs particulièrement sensibles aux propositions qui s’attacheront aux collections des musées partenaires.

Modalités et calendrier

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ 300 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 à l’adresse suivante : objetsnomades2017@gmail.com

Ateliers Campus Condorcet- La réception au prisme de la reconstitution d’expériences- 6 juilleT


Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

 La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mercredi 6 juillet 2016

De 10h00 à 17h30

Centre Alexandre Koyré

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Séances 5 & 6

La réception au prisme de la reconstitution d’expériences

Dans ces dernières séances on se propose de débattre de la variété des usages de cette pratique en s’attachant à la fois à une approche réflexive et historiographique et à celle des pratiques contemporaines artistiques. Il s’agira par là de réfléchir à la notion de publics, d’acteurs, enfin d’envisager les processus de réception et de participation et les approches sensibles que rendent accessibles les reconstitutions. Les réplications d’expériences scientifiques se sont par exemple plus focalisées sur  les objets et les techniques instrumentales que sur les objets en interaction, la dimension de l’audience mérite d’être interrogée. Cette problématique est à mettre en relation avec  des entreprises menées dans l’histoire des techniques du pré-cinéma et le travail de restitutions menées par les arts vivants, et elle s’articule aussi  avec  des questions relevant de la muséographie (visite virtuelle, supports de médiation patrimoniale etc.).

Accueil

La reconstitution comme processus créatif et participatif

Carsten Wirth (artist based in Berlin) : ‘Painting in the Dark‘,

the camera obscura as an instrument for painting today

Estelle Zhong (Sciences Po Paris)

La reconstitution comme pratique artistique participative : The Battle of Orgreave (2001) de Jeremy Deller.

Aperçu historique et réflexif des usages de la pratique

Isabelle Reverdy-Medelice

Présentation historique de l’expérimentation en archéologie.

Koen Vermeir  (CNRS-SPHERE/Paris7)

Regards historiographiques sur les reconstitutions d’expériences en histoire des sciences et techniques

Nicolas Donin (laboratoire STMS (Ircam-CNRS-UPMC)

Réactivations musicales et artistiques : un aperçu

Discussion générale

 

 Adresse : Centre Alexandre Koyre. Salle de séminaire, 5e étage.

27, rue Damesme, 75013 PARIS – Métro : Tolbiac, Maison blanche

 contacts (inscription gratuite mais nécessaire)

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Mardi 7 juin 2016 – Atelier reconstitution- « La maquette, so what ? »

Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mardi 7 juin 2016

De 9h30à 13h

SPHERE, Paris Diderot Paris7

Attention!   Afin de pouvoir accéder au bâtiment, en raison de vigipirate, l’inscription préalable est obligatoire pour cette séance, avant lundi 6 juin 10h.

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

« La maquette, so what ? »

La fabrication de modèles a été un medium largement utilisé depuis  la Renaissance, notamment en architecture, et pouvant donner lieu à diverse mises en scène d’objets. La maquette a également permis de mettre en œuvre, à échelle réduite, une synthétisation des processus techniques de diverses machines. Ici on s’interrogera tant sur  les modèles anciens que sur les formes virtuelles qui ont connu une vogue privilégiée liée à la patrimonialisation des techniques, et notamment la relation entretenue entre la recherche d’une cohérence extérieure de la maquette 3D en regard des procédés techniques internes.

Table ronde  avec

Alexander Neuwahl (Artes Mechanicae, Florence)

The analysis of ancient machines through the integration of traditional knowledge and modern techniques/ L’analyse des machines anciennes par l’intégration des connaissances traditionnelles et les techniques modernes

Simona Valeriani (V&A/Royal College of Arts)

Architectural models in context: creativity, skill, spectacle.

Florent Laroche (Laboratoire IRCCyN, Ecole Centrale de Nantes)

De la maquette à la maquette virtuelle : quelle représentation ? quels usages ? quelle véracité ? Une déontologie à affirmer…

Michel Cotte (Centre François Viète, Université de Nantes)

Les maquettes virtuelles du patrimoine technique et industriel : retour sur un itinéraire personnel.

Adresse : SPHERE, Paris Diderot Paris7 – Salle 631B-Kandinsky.

Bâtiment Condorcet, bâtiment Annexe B (connecté avec le bâtiment A par des passerelles) , 4, rue Elsa Morante, 75013 PARIS -Métro : Ligne 14, RER C

 Coordination & contacts :

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr ; alain.michel@univ-evry.fr

 

24 mai-Technology in Early Modern Transoceanic Empires- Maria Portuondo

Mardi 24 mai

 Le groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré,Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

a le plaisir d’accueillir pour une séance spéciale

Maria Portuondo

(Johns Hopkins University, Baltimore) professeure invitée à l’EHESS en mai-juin 2016

Elle présentera la conférence suivante

Technology in Early Modern Transoceanic Empires

EHESS, 105 bld raspail, salle 8

14h-16h

Résumé

This conference discusses the panorama of the historical studies of technology during the early modern era, and in particular, those technologies that were integral to the development and successful establishment of transoceanic empires. It beings with a survey of the state of historical studies on a select technologies: navigation & instrumentation, shipbuilding and design, planning and construction of defenses, urban planning and construction and the development of overland transportations networks. Examples of these will be drawn not just from the Spanish case, but from English and Dutch cases as well. I then present a series of theoretical approaches that have been proven useful in studies of later technologies and propose ways in which these could be brought to bear on technologies of transoceanic empires. Finally, I will argue that this field of study, rooted as it is in material culture and the built environment, must rely on the interdisciplinary collaboration between historians, archeologists, anthropologist, engineers and sociologists of technology.

Vous êtes tous bienvenus

page de Maria Portuondo

http://host.jhu.edu/directory/maria-m-portuondo/

 

Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Jeudi 14 avril 2016-José Ramón Bertomeu-Sánchez-Les savoirs opératoires de la matière-

Prochaine séance du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré, co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF),

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 14 avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence, Espagne/IHMC)

Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

“The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.”

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

1er avril- Les sens dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

Ateliers  du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Vendredi 1er avril 2016, de 14h à 18h

 Séance 1 : Les sens  dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

La reconstitution-Affiche-Campus-CondorcetLa reconstitution in vivo permet de recréer par les conditions matérielles de l’expérience, sans  résoudre toutefois le problème de l’historicité des sens impliqués. Dans le cas du virtuel, la reconstitution des sens constitue souvent une pierre d’achoppement. On se concentrera plus particulièrement sur les sons et les moyens techniques de leur restitution.

Nous accueillerons

Henri Chamoux (LARHRA)

« Cylindres et disques à la Belle Époque : productions et reproductions »

Mélissa Van Drie (Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoine /ARIAS- THALIM, CNRS)

« Écouter l’archive : pour une reconstitution d’une culture auditive du passé »

 Alexandre Vincent (HeRMA/Université de Poitiers)

« Quelques réflexions sur les reconstitutions sonores de l’antiquité : le cas des cornua de Pompéi »

Nelly Poidevin, archetière

Lieu : Cnam, 2 rue conté, 75003 Paris.

salle 37.2.43 (salle des thèses Boris Vian)

voir le programme des séances à venir :

Programme ateliers reconstitution                                                                                      

Plan d’accès Cnam

plan d'accès cnam

17 mars-Judith Rainhorn- Séminaire « Savoirs opératoires de la matière »

Prochaine séance du Séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 jeudi 17 Mars 2016.

Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp)

La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

La perspective adoptée par Judith Rainhorn met en perspective, sur le temps long, l’histoire inachevée des tensions entre un poison industriel et la société humaine qui l’héberge et qui, pendant deux siècles, s’est accommodée de cette cohabitation. Le constat liminaire qui préside à cette enquête est celui-ci : la céruse (ou blanc de plomb), produit reconnu éminemment dangereux pour la santé humaine a, en dépit de cela, été fabriquée, diffusée et très largement utilisée en France pendant près de cent-cinquante ans, de l’aube du XIXe au milieu du XXe siècle, en toute connaissance de cause. Il s’agit par conséquent d’interroger les raisons du maintien durable d’une substance toxique au sein du paysage industriel et sur le marché français et européen, et de questionner les conditions du consentement collectif des acteurs concernés : monde ouvrier au front de la toxicité, industriels entre profit et progrès technique, corps médical constatant les dégâts sanitaires, opinion publique témoin de l’affection, pouvoirs publics confrontés au dilemme entre l’économiquement possible et le sanitairement souhaitable. L’empoisonnement de ceux qui fabriquent, de ceux qui utilisent, voire de ceux qui cohabitent avec le produit, a fait l’objet, pendant deux siècles, d’un consentement quasi général, au regard des mobilisations intermittentes qu’il a suscitées.

Au carrefour de l’histoire sociale du travail industriel, de l’histoire de la santé et des savoirs médicaux, de l’histoire économique d’un secteur industriel et de celle des mobilisations et des politiques publiques en matière de santé ouvrière, l’histoire de l’appropriation du produit témoigne de la construction collective d’un argument technique, destiné à dénier sa dangerosité et à en faire un « poison légal ».

Discutante : Brigitte Van Tiggelen (Mémosciences, Louvain-la-Neuve, & Chemical Heritage Foundation-Europe)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

 

Colloque-15 et 16 Mars- Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée
(fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Mardi 15 et mercredi 16 mars 2016

Institut des sciences de la communication

CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC 20 rue Berbier-du-Mets
75013 Paris

Colloque organisé par le LATTS, l’ISCC et le Centre Alexandre-Koyré, avec le soutien du LabEx EHNE et de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

colloque systeme infoPar leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles.

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

–   les caractéristiques et les usages des   systèmes d’information ;

– les acteurs ;

–   les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations… ;

– les systèmes d’information comme « analyseurs »

Comité scientifique : Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Arielle Haakenstad (LabEx EHNE), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre-Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).

voir le programme:

programme systèmes d’information[1]

Inscription souhaitée auprès de : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 

Source iconographique : carte extraite de A Traffic Survey of the Chicago District, made by Illinois Division of Highways, Indiana State Highway Commission, City of Chicago, Chicago Park District, Cook County Highway Department, DuPage County Highway Department, Lake County Highway Department, Will County Highway Department, Chicago, Illinois, The Inland Press, avril 1943