Soutenance – Elodie VOILLOT Créer le multiple : la Réunion des fabricants de bronze (1839-1870)- 29 janvier 2014

 

IMAGE VOILLOT

Elodie Voillot

Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense / École du Louvre

Soutenance de thèse de doctorat, Créer le multiple : la Réunion des fabricants de bronze (1839-1870)dirigée par Mme Ségolène Le Men et Mme Catherine Chevillot.

29 janvier 2014, à partir de 9h30 dans la salle René Rémond (B015), bâtiment B, à l’Université Paris-Ouest-Nanterre- La Défense

Le jury sera composé de : Mme Claire Barbillon, Maître de Conférences HDR, Université Paris-Ouest ; Mme Catherine Chevillot, Conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée Rodin ; M. Sébastien Clerbois, Chargé de cours, Université libre de Bruxelles ; Mme Anne-Françoise Garçon, Professeur d’histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Mme Ségolène Le Men, Professeur d’histoire de l’art, Université Paris-Ouest, membre de l’IUF ; M. Bertrand Tillier, Professeur d’histoire de l’art, Université de Bourgogne.

Ferdinand Barbedienne et Achille Collas, Vénus de Milo, bronze, 2e moitié du xixe siècle, H. 0,17 m, Paris, musée Gustave Moreau ©RMN-Grand Palais / René Ojéda

Elle se tient debout, la tête délicatement inclinée, une épaule un peu plus haute que l’autre. De son chignon bas, dans lequel est ramassée sa chevelure, s’échappent quelques mèches qui retombent sur sa nuque. Pour l’instant, elle nous tourne le dos ; un dos sensiblement plié en avant, comme lorsque l’on contracte le ventre par défense. Par pudeur, aussi. Le drapé roulé sur ses hanches dévoile un buste ferme à la musculature délicate. Sa taille est soulignée par la légère torsion qui anime son corps, encore amplifié par l’avancée de sa jambe gauche au genou replié. Elle est immobile. Elle a seulement arrêté son mouvement. Au sortir de l’eau, Aphrodite n’a ceint sur ses reins qu’une étoffe. Cette Vénus de Milo-là est noire. Sur la patine sombre de son épiderme, la lumière joue, glisse le long de sa colonne vertébrale, s’enfonce dans les plis et les commissures, comme pour ne plus jamais en sortir. Pourtant, il ne tient qu’à nous de nous en saisir et de tout bouleverser. Et alors, de découvrir son visage, ses yeux vides, minuscules, mais présents. Sous la chaleur de la paume, le bronze s’anime, vit, palpite. Dans la main, la déesse antique trouve une nouvelle grandeur, infinitésimale.

Au début du xixe siècle, plusieurs fabricants de bronzes parisiens décident de s’allier et de fonder une société : la Réunion des fabricants de bronze. Héritière de l’ancienne corporation des fondeurs, la Réunion propose un nouveau modèle de groupement professionnelpour accompagner les transformations contemporaines et le développement sans précédent que connaît l’industrie du bronze entre 1839 et 1870. Portées par des innovations techniques, telle que l’invention de la machine à réduire, de nouvelles questions commerciales, juridiques et esthétiques, se posent alors aux acteurs de cette industrie. Comment promouvoir les productions parisiennes sur un marché de plus en plus international ? Comment lutter activement contre la contrefaçon des modèles qui sévit ? Comment faire reconnaître la valeur esthétique d’ouvrages relevant tant de l’art que l’industrie ? Dans une société marquée par la multiplication des images et des objets, à un moment où le souci de la démocratisation de l’art devient un enjeu politique, l’édition de sculptures participe à la constitution d’une culture visuelle tout en posant les prémisses d’une conception du multiple comme œuvre d’art.

À travers l’étude de la Réunion, de son fonctionnement et, plus spécifiquement, de son rôle de tribunal arbitral, l’enjeu de cette thèse est de comprendre comment les actions pour la reconnaissance juridique du caractère artistique de productions industrielles s’articulent avec une conception spécifique de la reproduction comme création.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.