THESE – Marie Glon, Les Lumières chorégraphiques, 5 décembre 2014

Marie Glon

Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au coeur d’un phénomène éditorial (1700-1760)

Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) en histoire et civilisations

vendredi 5 décembre à 14h. au Centre national de la danse, 1 rue Victor Hugo, 93500 Pantin (3e étage, salle de projection).

Le jury sera composé de

– M. Roger Chartier, directeur d’études à l’EHESS, professeur au Collège de France
– M. Roland Huesca, professeur à l’université de Lorraine
– M. Christian Jouhaud, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche au CNRS
– Mme Isabelle Launay, professeur à l’université Paris 8
– Mme Marina Nordera, professeur à l’université de Nice – Sophia-Antipolis
– M. Georges Vigarello, directeur d’études à l’EHESS, qui a dirigé cette thèse.

Résumé

Les Lumières chorégraphiques
Les maîtres de danse européens au coeur d’un phénomène éditorial (1700-1760)

Conjuguant l’histoire des usages de l’écrit, l’histoire des transferts culturels et l’histoire du corps, cette thèse cherche à comprendre le phénomène éditorial qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – « art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. L’étude des danses gravées révèle des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. Elle éclaire également une pensée technique propre au premier XVIIIe siècle, alliant de façon originale l’abstraction et la culture artisanale : une conceptualisation du corps en mouvement s’invente au sein même des caractéristiques les plus concrètes d’ouvrages conçus comme des outils. Elle dévoile enfin un réseau d’échanges : il s’agit de faire circuler, dans des espaces géographiques et sociaux divers, des danses, mais aussi des idées et des innovations techniques. Pour les maîtres de danse qui y recourent, la Chorégraphie devient en effet une langue écrite internationale, au moyen de laquelle ils dialoguent avec leurs confrères. Investissant le monde de l’imprimé, instaurant les conditions d’exercice d’un esprit critique et collaboratif, ils reconfigurent leur statut et leurs activités. C’est l’ensemble de ce phénomène que nous appelons les Lumières chorégraphiques : un projet de mise en mouvement du corps, de mise en mouvement des frontières géographiques, institutionnelles et sociales, de mise en mouvement de pensée.

Laboratoire : Institut Interdisciplinaire du Contemporain (UMR 8177 CNRS/EHESS), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.