Soutenance de thèse – Arnaud Dubois, La vie chromatique des objets – 16 décembre 2014

Arnaud Dubois

La vie chromatique des objets

Approche anthropologique des couleurs de l’art contemporain

Mardi 16 décembre 2014, à 14h, à l’EHESS

Soutenance de thèse d’anthropologie sociale et ethnologie

de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Thèse codirigée par Béatrice Fraenkel et Denis Vidal

Bâtiment « Le France », 190 avenue de France, 75013 Paris

salle Jean-Pierre Vernant (8è étage)

Composition du jury :

Ludovic Coupaye, Lecturer, University College London

Thierry Dufrêne, Professeur des Universités, Université Paris X Nanterre

Patricia Falguières, Professeur, EHESS

Béatrice Fraenkel, Directrice d’Etude, EHESS

Sophie Houdart, Chargée de Recherche, CNRS

Denis Vidal, Directeur de Recherche, IRD

Résumé

Ma thèse porte sur les pratiques matérielles de la couleur dans l’art contemporain que j’analyse en suivant “la chaîne opératoire des agglutinations chromatiques” observées sur le terrain d’enquête (le Centre Pompidou Mobile et Monumenta 2012). À partir d’une microanalyse des qualités chromatiques des objets (une installation, une architecture, une identité visuelle et un accrochage de 14 oeuvres de la collection du Musée National d’Art Moderne), je cherche à comprendre comment les couleurs des objets d’art sont faites et ce que la matérialité “fait faire” aux agents qui font cette couleur. Cette méthode permet de décrire les multiples relations qui s’établissent en situation de travail entre humains et couleurs, et donc de réfléchir à ce qu’est la socialisation des couleurs. C’est-à-dire d’analyser les rapports sociaux qui s’établissent dans un milieu donné entre des couleurs et des hommes. Pour mener à bien ce programme, j’utilise le cadre méthodologique et théorique que développe André Leroi-Gourhan dans L’Homme et la Matière (1943) à la suite du programme général de Marcel Mauss sur les objets et les techniques. La couleur est une matière qui se fabrique et qui s’inscrit à l’intérieur des différentes “techniques de fabrication” et “d’actions sur la matière” que produisent les sociétés pour colorer les choses. Mon ethnographie des « pratiques de colorisation » en art contemporain décrit ainsi la culture matérielle de la couleur occidentale et déplace l’anthropologie de la couleur de l’anthropologie cognitive (la couleur comme perception) vers l’anthropologie des techniques (la couleur comme production). Ce déplacement produit une bifurcation épistémologique particulièrement efficace pour proposer une anthropologie de la couleur qui s’intéresse aux couleurs en tant que pratiques sociales. En ce sens, ma thèse est une tentative de requalification du champ d’étude de la couleur. Je propose d’étudier la couleur en tant qu’acte, c’est-à-dire d’observer et d’analyser les actions et les acteurs engagés dans la fabrication d’un objet de couleur en m’intéressant aux situations de travail dans lesquels sont effectués ce que l’on peut appeler des “actes de couleur”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.