AAC – Moissonner la mer – 11-12 oct. 2016 (Aix-en-Provence)

Appel à communication.
Colloque international-11-12 oct. 2016 (Aix-en-Provence, MMSH)

Moissonner la mer. Économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes (XVe s.- XXIe siècle)

Coord. : Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal
Aix-en-Provence, AMU-CNRS-UMR TELEMME (MMSH), 2016

Occupant aujourd’hui moins de 250 000 actifs pour l’ensemble du bassin méditerranéen, les activités halieutiques ont marqué l’histoire des sociétés littorales depuis l’Antiquité.
Sur les rives nord-occidentales, ces activités ont connu d’importantes mutations depuis la fin du Moyen Âge. A partir du XVe siècle, une série d’innovations technologiques accélère l’intégration des communautés de pêche aux économies de leur temps. La multiplication de nouveaux acteurs liés à la fourniture des engins de pêche, à la transformation de la ressource, à sa distribution, mais aussi à la mise en œuvre de politiques édilitaires destinées à assurer l’approvisionnement des marchés urbains, produit alors une dilatation de la sphère des économies halieutiques. Interconnectées  au sein de l’espace nord-occidental de la Méditerranée dès le XVIe siècle, les communautés de pêche répondent aussi à une demande élargie au bassin oriental et à l’ensemble océanique, les flux Ouest-Est constituant des axes de distribution privilégiés pour certaines ressources endémiques. Croisant les flux de poissons de l’Atlantique qui arrivent massivement dans les ports méditerranéens dès les débuts de l’époque moderne, les flottilles occidentales se retrouvent également dans l’activité de la pêche morutière. Présentes sur les côtes du Maghreb et de la Mauritanie durant toute l’époque moderne, capables d’assimiler certains procédés de pêche qui leur étaient peu familiers, ces flottilles diffusent  progressivement leurs techniques sur les rivages orientaux de la Méditerranée, alors que s’expriment très tôt des  inquiétudes sur la pérennité de la ressource.
En réunissant des chercheurs spécialisés sur l’étude de la Méditerranée, le colloque international d’Aix-Marseille a pour objectif d’aborder l’ensemble de ces questions dans une dimension interdisciplinaire (histoire, archéologie, biologie, économie, droit) en invitant à des approches diachroniques et comparatives.
De quelles mutations les pêches méditerranéennes marines ou lagunaires ont-elles été l’objet depuis le XVe siècle, selon quels rythmes et dans quels espaces ? L’évolution des économies halieutiques de la rive sud a-t-elle été autonome avant la période de la colonisation ? Dans quelle mesure l’économie des pêches est-elle connectée au monde océanique dès l’époque moderne ? Comment les communautés de pêche se sont-elles adaptées à la capitalisation progressive de leurs activités ? Peut-on relever les signes et dater les premiers effets d’une surexploitation réelle ou perçue du milieu marin en Méditerranée ? La réactivation de techniques anciennes peut-elle fournir  une réponse aux défis posés aujourd’hui par les impératifs d’un développement durable ?
L’ensemble de ces questions pourront faire l’objet de propositions de communications qui doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 mars, accompagnées d’un résumé de 1500 à 2000 signes (espaces compris) et d’un court cv. Une publication des textes est prévue, ces derniers étant préalablement soumis à l’approbation d’un comité scientifique.

Contact
Daniel Faget: daniel.faget@univ-amu.fr<mailto:daniel.faget@univ-amu.fr>

Les communications du colloque devront être présentées en français, anglais, espagnol ou italien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.