Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.