Soutenance Rémi DURAND 3 juin 2016 – De la contre-culture à l' »évangélisme technologique »

Soutenance de Rémi DURAND

3 juin à 14h au Centre Alexandre Koyré (5ème étage),

De la contre-culture à l' »évangélisme technologique ». Les développeurs et la révolution du smartphone

Nous vivons, depuis plus d’un demi-siècle, ce que certains appellent une « troisième révolution industrielle », celle des ordinateurs personnels, des smartphones ou plus récemment des objets connectés. Si ces systèmes techniques marquent par leur puissance et par les nouvelles possibilités qu’ils ouvrent, ils n’en restent pas moins des plateformes qui, en elles-mêmes, n’ont pas d’utilité. Ce qui leur donne leur valeur d’usage sont essentiellement les applications que celles-ci proposent à leurs utilisateurs, et celles-ci ne sont pas forcément développées par les entreprises qui produisent ces plateformes. Cette thèse propose de s’intéresser aux développeurs d’applications tierces, et plus spécifiquement aux « communautés de développeurs » qui entourent les deux principales plateformes de l’industrie du smartphone : Android développée par Google, et celle de l’iPhone d’Apple. Quel intérêt présente l’analyse de cet univers socio-industriel ? Nous pourrions dire que ces écosystèmes de développeurs, notamment celui d’Android, présente un paradoxe. D’un côté il s’agit d’une plateforme open source, très liée à ce que certains ont appelé l’« éthique hacker », cet état d’esprit de « bidouilleurs » réfractaires aux formes d’autorités traditionnelles. De l’autre, cet univers constitue une organisation relativement cohérente, structurée, centralisée autour de l’acteur dominant qu’est Google, et traversée par de nouvelles formes d’asymétries et de nouveaux rapports de pouvoir, parfois plus importants que ceux qui rebutent les hackers. Ce travail propose d’explorer cet univers constitué de multinationales et des écosystèmes de développeurs qui les entourent, de regarder leur histoire, les logiques qui les sous-tendent, les dispositifs qui les structurent. Cette thèse soutient notamment l’idée que ces univers sont liés à une nouvelle forme de culture, tirant ses origines des mouvements contre-culturels qui ont marqué les années 1950 à 1970, caractérisée par des aspirations à créer, à travers l’innovation technique, des révolutions symboliques les plus radicales possibles et de nouveaux imaginaires, les plus vastes qui soient, à explorer avec passion.

Jury

  • Dominique Cardon, professeur associé à l’université Paris-Est Marne-la-vallée et membre du centre de recherche Orange Labs
  • Patrice Flichy, professeur à l’université Paris-Est Marne-la-vallée
  • Philippe Laredo, directeur de recherche à l’Université Paris-Est, et professeur à l’Université de Manchester
  • Christian Licoppe, professeur à Telecom ParisTech
  • Dominique Pestre, directeur de thèse à EHESS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.