Grands discours et petites machines : les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 9 juin 2016

Sacha Loeve (COSTECH – UTC)

Grands discours et petites machines :

les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

“Les nanotechnologies occupent d’abord l’espace public et médiatique par de grandes promesses. Tous les secteurs industriels se verraient bientôt potentialisés par une maîtrise sans précédent des « briques élémentaires de construction » de la matière. Depuis quinze ans déjà, une énième révolution industrielle est annoncée, assortie d’interminables listes d’applications : matériaux fonctionnels, adaptatifs, dépolluants, plus performants et moins chers, laboratoires sur puce, médicaments ciblés sans effets secondaires, interfaces cerveau-machine, miniaturisation ultime des composants électroniques… Censé libérer tous les possibles, l’accès à la nano-échelle permettrait à l’industrie humaine de vaincre définitivement la résistance de la matière pour édifier un monde obéissant au doigt et à l’œil.

Dans cette intervention, nous ferons le récit de quelques pratiques de laboratoire relevant de trois domaines emblématiques de la posture « nano ». 1) La microscopie en champ proche, qui a permis de générer des images de la matière à l’échelle nanométrique et de nos capacités à en manipuler la structure, appuyé la montée en puissance des nanotechnologies dans les priorités des politiques de recherche, et fait exister le « nanomonde » en images aux yeux du grand public. 2) Les machines moléculaires, qui semblent porteuses d’une artificialisation illimitée de la nature. 3) Les pratiques de calcul et de simulation de nano-objets, qui paraissent effacer toute distinction entre la matière et l’information.

On montrera comment ces pratiques ont pu alimenter les grands discours de maîtrise de la matière sans s’y laisser complètement enrôler, et en quoi les savoirs opératoires des nanotechnologies font entrevoir des rapports à la matière bien plus riches que la simple relation maître-esclave.”

 

Discutant, Emmanuel Bertrand (ESPCI ParisTech/CAK)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

 

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.