Thèse de Sophie OMERE : Hydraulique somptuaire et transferts techniques vers l’Espagne au XVIIIe s., 6 nov. 2018

Soutenance de thèse de Sophie OMERE : « Hydraulique somptuaire et transferts techniques vers l’Espagne au XVIIIe siècle : l’activité des fontainiers français dans les jardins de La Granja de San Ildefonso »

6 novembre 2018 – Salle 870 (Bâtiment Olympe de Gouges, Université Paris Diderot) à 9h

Jury : Liliane HILAIRE-PÉREZ, directrice de thèse, Pascal BRIOIST, Ricardo CÓRDOBA DE LA LLAVE, Alexandre GADY, Raphaël MORERA, Valérie NÈGRE, Grégory QUENET.

Résumé : La diffusion des techniques et du savoir-faire est un thème fort en matière d’hydraulique somptuaire. Les recherches menées sur la communauté des fontainiers français au service du roi d’Espagne Philippe V permettent d’approfondir cette problématique. Installés sur le domaine royal de La Granja de San Ildefonso dans la Sierra de Guadarrama près de Ségovie, les fontainiers mettent en œuvre les innovations techniques déjà appliquées sur le chantier de Versailles. Cette étude de cas ouvre la réflexion, d’une part, sur les transferts techniques et la circulation des savoirs entre France et Espagne à l’époque moderne, à une période où des liens étroits se sont tissés entre la cour madrilène et la cour versaillaise, et d’autre part, sur la place de l’Espagne comme centre d’innovation technologique. Les jardins et leurs fontaines deviennent objet de démonstration du pouvoir, expression de la domination politique et de la puissance royale. La symbolique de faste associée aux effets d’eau des fontaines de La Granja de San Ildefonso nécessite l’installation d’un nouveau réseau de techniciens spécialisés. Le roi d’Espagne fait alors appel à des fontainiers issus de Sceaux, Versailles, Trianon, Marly et Chantilly. Ces experts hydrauliciens participent pleinement au succès de l’opération, aux côtés des jardiniers, sculpteurs et architectes, prenant part à la conception des systèmes d’alimentation en eau des jardins et à l’entretien de ces infrastructures au quotidien. Tout au long du XVIIIe siècle, les innovations techniques mises en œuvre sur les jardins royaux français, transmises par l’intermédiaire de cette communauté de fontainiers expatriés, vont s’agréger à la tradition locale hydraulique espagnole, déjà le fruit de plusieurs transferts technologiques. Les jardins de San Ildefonso doivent être replacés dans une perspective à dimension européenne de diffusion des savoir-faire du personnel technique royal français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.