Audrey Millet,Vie et destin d’un dessinateur textile, d’après le Journal d’Henri Lebert (1794-1862), 2018

Audrey MILLET, Vie et destin d’un dessinateur textile, d’après le Journal d’Henri Lebert (1794-1862), Ceyzérieu, Champ Vallon, Les Classiques, 2018. Préface de Philippe Minard.

Témoin de l’industrialisation croissante et de l’essor de la consommation, Henri Lebert, dessinateur de modes, a laissé treize volumes manuscrits de son quotidien qu’il dédicace à son fils. Commentateur sensible de la chute de Napoléon, épris des collines alsaciennes de son enfance, inquiet en 1848, jaugeant les produits de l’industrie, Henri nous apprend à revoir le xixe siècle.

L’ouvrier qualifié est aussi un violoniste confirmé, un lettré dont les descriptions proposent d’accompagner les fantômes figés dans les maisons d’Ancien Régime. À Colmar, Paris ou Lyon, il nous livre l’âme d’un dessinateur de mode à la fois progressiste et conservateur : ce qui devait rester « dans le cercle étroit de la famille et de l’amitié véritable ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.