Tous les articles par lilianeperez

Pascal Brioist Léonard de Vinci, homme de guerre

Photo Livre Pascal Brioist

Pascal Brioist  Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013.

Léonard de Vinci consacra le plus clair de son temps à la guerre plutôt qu’à la peinture. Lorsqu’il propose en 1482 ses services au duc de Milan, le génial autodidacte vante ses talents d’ingénieur : construction de ponts, machines de siège, bombardes, chars de combat, catapultes… L’art n’apparaît qu’en fin de liste. Travaillant à partir de sources négligées, souvent inédites, Pascal Brioist suit la carrière d’un ambitieux qui parcourt l’Italie dans le sillage de Ludovic le More et César Borgia, chefs de guerre et politiques. Autour de Léonard, l’historien raconte la prodigieuse vitalité, la brutalité et les raffinements de la Renaissance italienne. Il révèle un personnage bien différent de l’artiste entré dans la légende : un homme modelé par son expérience de la guerre, des massacres et des ravages. La Renaissance italienne fut aussi, et peut-être d’abord un champ de bataille.

Pascal Brioist est professeur d’histoire moderne à l’Université François Rabelais, Tours et membre du Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissances (CESR).

Séminaire « Histoire de l’Informatique et du numérique »

Organisé par Isabelle Astic (Musée des arts et métiers), François Anceau et Pierre Mounier-Kuhn au Cnam, un mardi sur deux, de 14 h 30 à 17 h.

http://www.musee-informatique-numerique.fr/

Contact : mounier@msh-paris.fr

Le numérique, la science et la technique informatique sont à la fois l’objet à démontrer, à démonter, à exposer, à diffuser sur le web. Et les supports modernes d’une nouvelle muséographie réelle, virtuelle et diffuse. Le séminaire présente tour à tour des recherches et des témoignages sur l’histoire de l’informatique (sciences, techniques, industries, utilisations, politiques), et des réflexions sur sa muséologie et son intérêt pour le grand public.

Mardi 20 mai 2104, de 14h30 a 17h00, dans l’amphi Jean Prouve du Cnam (http://culture.cnam.fr/medias/photo/paris-3-amphi-prouve_1347002289190.jpg),

Anne-Lise de Rocquigny  : “L’émergence de l’informatique de gestion. Acteurs et représentations. 1960-70.

Résumé : L’objectif est de comprendre le contexte de l’informatique de gestion en 1970, dans ses dynamiques d’acteurs et dans ses discours. Deux constructeurs dominent le marché ; l’Etat veut soutenir un ensemble industriel national et diffuser la nouvelle technique porteuse d’avenir ; des sociétés de service et conseil informatique se créent pour satisfaire les besoins des utilisateurs dans l’espace laissé vide par les constructeurs et l’Etat. Les utilisateurs s’associent pour réussir leur informatisation.

Marie-Aline de Rocquigny, doctorante en sciences de gestion à l’Université Paris-Dauphine. Diplômée d’HEC, elle a une expérience de 14 ans en entreprise dans des fonctions financières.

 

 

UE FONDAMENTALE “Introduction à l’histoire des techniques”, 2013-2014

PROGRAMME UE fondamentale Histoire des techniques EHESS 2013-2014

UE fondamentale du Master du Centre A. Koyré

Mentions & spécialités  : Histoire des sciences, technologies et sociétés (M1, 2e semestre, ouvert aux étudiants de M2)

Responsable : Liliane Hilaire-Pérez. Mail : liliane.perez@wanadoo.fr

L’acier en Europe avant Bessemer

L’Acier en Europe avant Bessemer

Philippe DILLMANN, Liliane PÉREZ, Catherine VERNA (éds.)

Toulouse, Editions Méridiennes (FRAMESPA/CNRS/Université Toulouse Le Mirail), 2011, 530 p., ISBN 978-2-912025-70-8

Ce livre est le fruit d’un colloque international tenu au Musée des arts et métiers grâce au soutien de nombreuses institutions internationales et nationales, en particulier le CNRS, le CDHTE/Cnam et l’Université Paris 8. Il a réuni des historiens, des archéologues et des archéomètres autour de ce matériau complexe qu’est l’acier avant l’ère de la production industrielle massive. Le cadre chronologique est donc celui des longues durées, de l’Antiquité au premier XIXe siècle.

L’ouvrage s’articule autour de trois thèmes. Il s’ouvre par des définitions de l’acier en un temps où ce matériau n’avait pas été encore analysé selon les critères scientifiques contemporains. Dans ce domaine, l’apport récent de l’archéométrie et de l’archéologie, confronté aux terminologies d’usage comme aux traités savants, d’Aristote à Réaumur, offre une compréhension diachronique, tant scientifique que technique, d’un matériau dont la singularité frappe ses usagers depuis l’Antiquité. L’ouvrage se poursuit par une présentation des procédés de fabrication. Leur diversité illustre le foisonnement des modes opératoires qui parfois coexistent malgré des ruptures techniques majeures. Le Moyen Âge et les Temps modernes, périodes de différenciation des matières, des produits et des techniques, ont concentré l’attention des auteurs. Enfin, une large place a été consacrée aux marchés et aux usages de l’acier. Les différents procédés répondent à des logiques d’adaptation des matériaux aux besoins, aux contraintes et aux opportunités commerciales. Ouvrir le dossier de l’acier avant Bessemer, c’est finalement poser de façon neuve la question de l’entreprise et de la rationalité technique.

http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?article341

Séminaire “L’analogie et les techniques. Approches interdisciplinaires” 2011-2012

Analogie et techniques. Approches pluridisciplinaires

 

Université Paris Diderot et EHESS

Département d’histoire (GHSS),  laboratoire SPHERE

 

Paris Diderot : séminaire de M 2 – 43 HI 1653

EHESS : séminaire de M 1 et M 2 – Parcours TTS du Master en sciences sociales

Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez, Koen Vermeir

Comment Léonard a-t-il inventé ses machines de vol ? Comment expliquer les transpositions de méthodes de tissage dans des techniques de guerre, d’instruments de meunerie dans la fabrication des cosmétiques ? Comment peut-on comprendre les rapports entre des artefacts préhistoriques sans disposer sources textuelles ? Le point du départ de ce séminaire est que l’analogie joue un rôle crucial dans la conception technique quelle que soit l’époque considérée. Le raisonnement analogique est au cœur des processus de créativité, d’invention technique, de circulation et d’appropriation des techniques. Ces résonances entre périodes, entre champs d’étude, justifient d’organiser un séminaire pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs d’horizons différents : historiens des techniques, archéologues, psychologues cognitivistes, anthropologues, historiens de l’art, muséographes, philosophes des techniques, historiens des mathématiques, informaticiens et théoriciens de l’analogie. En plus des séances classiques, le séminaire comprendra trois demi-journées d’étude (analogie et histoire des mathématiques, histoire de la modélisation de l’analogie, analogies entre le son et l’image via la photographie, le cinéma, les illusions d’optique).

Séminaire Analogie et techniques 2011-2012

Bibliographie Analogie et techniques

 

Présentation du Centre Alexandre Koyré

 

Le Centre Alexandre Koyré

Histoire des Sciences et des Techniques

Le Centre Alexandre Koyré peut s’enorgueillir, du haut de ses 50 ans d’existence, d’une riche tradition de recherche en histoire des sciences et des techniques. Il réunit actuellement une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants et doctorants, qui travaillent en majorité sur les périodes moderne et contemporaine, voire très contemporaine. Leurs activités peuvent être regroupées sous l’épithète « Étude et histoire des cultures savantes », culture englobant les pratiques tant locales que de partage, de communication et de mise en circulation. Elles se déclinent selon les thèmes suivants : sciences dans l’espace public ; circulation comme lieu de production des savoirs (en tenant compte des différentes échelles de circulation : urbaine, nationale, régionale, européenne et mondiale) ; corpus et archives en histoire des sciences ; environnement, climat et développement durable ; acteurs, institutions et gouvernance, et s’inscrivent, tout en dépassant les limites disciplinaires, en histoire des mathématiques, de la physique, de la chimie, de la médecine, de la biologie, de l’histoire naturelle et des sciences de l’homme.

Le Centre Alexandre Koyré est partenaire de deux laboratoires d’excellence, le LabEx “Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des croyances” (HASTEC) et le LabEx “Sciences, Innovations et Techniques en Société” (SITES)

Le centre organise une formation à la recherche par la recherche, du master au doctorat, dans le cadre de l’École des hautes études en sciences sociales, son établissement de tutelle principal. De nombreux séminaires et colloques, nationaux et internationaux, sont organisés sous son égide. Il possède enfin une riche bibliothèque spécialisée en histoire et sociologie des sciences et des techniques.

Il est également doté d’un Centre de Ressources Numériques (CRN), le Centre National pour la numérisation de Sources Visuelles (CN2SV)

http://www.koyre.cnrs.fr

27, rue Damesme, 4e étage
75013 Paris
Tél. : +33 (0)1 45 65 97 42
Télécopie : +33 (0)1 45 81 16 47
Métro : Ligne n° 7, Tolbiac ; Ligne n°14, Olympiades

Séance “Collections techniques et patrimoine industriel” 17 juin 2013

Séance Collections techniques et patrimoine industriel

Centre Alexandre Koyré (EHESS), 17 juin 2013

 

Dans le cadre des activités du Centre Alexandre Koyré, sera organisée la séance introductive au séminaire  2013-2014  « Classer les collections techniques  ».

Cette séance comportera deux interventions, la première de Rifat Kulenovic, conseil auprès du Musée des sciences et de la technologie de Belgrade et responsable de la protection du patrimoine industriel (Serbie), la seconde de Thierry Renaux, membre de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) et doctorant au Centre Alexandre Koyré.

L’objectif est de poser la question des liens entre collections techniques et patrimoine industriel à partir de deux cas, l’un national, l’autre thématique. R. Kulenovic appuiera principalement son propos sur les collections publiques du Musée des sciences et de la technologie de Belgrade tandis que T. Renaux étaiera son intervention grâce à des collections privées (collection d’automobiles Jean-Albert Grégoire-IHA, collection d’objets Jean Plateau-IHA, collection d’objets Stefano Moreschi, etc.) et des pièces isolées appartenant à des collections publiques (musée des Arts et métiers, Observatoire de Paris, Science Museum de Londres, Deustsche Museum de Munich, etc.).

Les interventions présenteront donc un état des lieux de pratique de collections, publiques et privées, dans divers pays européens, principalement en Serbie et en France. Cette analyse de la pratique concernera les objectifs et la gestion de ces collections ; la prospection et la valorisation de collections industrielles (a fortiori scientifiques et techniques) seront évoquées dans des contextes nationaux, quoique aux causes très différentes, de désindustrialisation.

            INFORMATIONS PRATIQUES

Date et horaire : 17 juin 2013, de 16h00 à 18 h 00.

Lieu : Centre Alexandre Koyré

Contact : liliane.perez @wanadoo.fr

Théories ordinaires

f1ca699882Théories ordinaires

Emmanuel Pedler et Jacques Cheyronnaud (eds.)

 

Ce volume s’intéresse aux théories et savoirs opératoires que produisent les praticiens, qu’il s’agisse d’horlogerie du xviiie siècle, de musique ancienne, de music-hall ou de fictions télévisuelles contemporaines, ou encore des pratiques éditoriales du monde universitaire aux xixe ou xxe siècles.

 

La spécialisation intellectuelle pour laquelle la théorie « savante » s’oppose aux « savoirs ordinaires » doit-elle nous conduire à penser que les savoirs opératoires sont dénués de toute capacité auto-descriptive ? Est-ce qu’inverser ce cadre d’analyse en moquant les formes rationalistes de la théorie nous apporte plus de clarté ?
Les auteurs réunis décrivent les formes élémentaires de la théorie qui ne s’assument pas comme telles en mettant en évidence des régimes théoriques, manifestes pour certains, furtifs pour d’autres – le genre des comédies du remariage du cinéma américain des années 1940 mis en lumière par Stanley Cavell par exemple –, en s’intéressant aux théories et savoirs opératoires que produisent les praticiens, qu’il s’agisse des horlogers du xviiie siècle, des musiciens et chefs d’ensembles de la musique ancienne, du music-hall, des fictions télévisuelles contemporaines, ou des pratiques et outils éditoriaux du monde universitaire au xixe ou xxe siècles.

SOMMAIRE
Première partie. Les vies ordinaires de la théorie
E. Pedler et J. Cheyronnaud – Penser les théories ordinaires
Jean-Marie Schaeffer – Entendre et écouter : compétences procédurales et connaissance explicite
Esteban Buch – Le ping-pong de la musique savante et la musique populaire : retour sur une impasse théorique

Deuxième partie. Théories et savoirs opératoires
Liliane Perez – Quels commencements pour la technologie ? Théories ordinaires de la technique et économie artisanale au xvXVIIIe siècle
Emmanuel Pedler – Les théories ordinaires de la musique ancienne
Valérie Tesnière – Pratiques éditoriales dans le monde scientifique : pratiques de recherche, pratiques de diffusion et pratiques documentaires aux XIXe et XXe siècles

Troisième partie. Genres furtifs et critiques ordinaires
Sandra Laugier – Culture populaire, théorie ordinaire : une philosophie des genres mineurs
Texte inédit de Stanley Cavell (traduction de l’américain)
Jacques Cheyronnaud – Le genre artistique comme théorisation. La mise en genre du Music-hall

Parution : 28 février 2013 • Collection « Enquête », 10 • 208 p. • ISBN 978-2-7132-2378-5 • 22 €
Commander : en librairie (CDE/SODIS) • En ligne : LCDPU • Aux Éditions de l’EHESS editions-vente@ehess.fr)

Agnès Belbezet
Communication & diffusion
01 53 10 53 63
www.editions.ehess.fr