Tous les articles par Marie Thebaud-Sorger

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation

 

Ateliers Campus Condorcet

Partenaires Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

 Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. L’histoire des techniques s’est particulièrement intéressée à cette démarche sous des formes diverses : maquettes, spectacles, mises en scène, films, que l’apport des outils numériques de la 3D a également enrichis et complétés. Or, ces objets se trouvent au croisement de pratiques assez diverses, tant dans leurs productions que dans leurs usages : alors que la recherche fait de leur élaboration de véritables processus heuristiques, ils sont aussi produits à des fins de valorisation dans des contextes muséaux ou de médiations plus ‘grand public’. Ainsi la constitution de ces artefacts soulève un certain nombre de questionnements. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier aurait donc pour objet, en premier lieu d’analyser de manière réflexive les usages de ces processus pour la recherche au cours de cinq demi journées thématiques accompagnées d’un carnet de recherche en open-edition (hypothèse.org). Il s’agira également d’élaborer en second lieu le socle d’une réflexion pluridisciplinaire sur le rôle que ces technologies peuvent avoir dans la mémoire des activités et des lieux, mettant en perspective le site du Campus Condorcet et son insertion dans un espace parisien et péri-parisien en recomposition.

 

La reconstitution,   in vivo et numérique

 

Restituer la diversité des activités, des manières d’être, de travailler et d’habiter, les formes de la transmission et de la réception, la variété des interactions humaines dans leur dimension sensibles et corporées, demeure un enjeu commun à nombre de sciences humaines et sociales, archéologie, histoire, anthropologie et particulièrement dans le champ des techniques. Retrouver les traces des gestes oubliés, des savoir-faire des métiers, de sites de production disparus (ateliers, manufactures, boutiques…) dans leur organisation et leur environnement, constitue un ensemble de problématiques dont se sont saisis à des degrés divers les historiens, en collaboration souvent avec les acteurs du patrimoine bâti et archivistique. La question intéresse directement notre rapport aux traces du passé, dans la pluralité des formes matérielles qu’elles prennent : supports écrits (archives de la pratique, des corps de métiers, sources institutionnelles, juridiques), objets, fragments, échantillons ou bâtiments. Comment appréhender les dispositifs ingénieux, le fonctionnement de machineries de tout ordre, la variété des processus de fabrication et des savoirs opératoires, la justesse des tours de main souvent incorporés et tacites, et les ajustements souvent infimes de la pratique ?

Ces dernières décennies, de multiples initiatives ont fleuri et tentent, par la reconstitution, de pallier ces manques, permettant de renouveler nos approches intellectuelles en termes d’histoire des procédés. L’intérêt scientifique de l’archéologie expérimentale, par exemple pour comprendre les techniques de production et l’emploi d’outils paléolithiques, avait été démontré il y a longtemps par André Leroi-Gourhan. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre que ces démarches révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Ces initiatives qui n’émanent pas nécessairement du  monde académique permettent de rapprocher des acteurs de différents milieux (y compris amateurs et collectionneurs).

Conjointement l’introduction de nouveaux outils numériques, et notamment des restitutions 3D, a ouvert la voie à d’autres formes de reconstitution, permettant de modéliser et de recréer des sites de productions et machines, offrant de nouveaux moyens à la fois de représenter mais aussi de rendre intelligibles les gestes, les savoirs et procédés passés. Ces entreprises de numérisation, souvent émanant du modèle ingénieural, ne sont pas exempt d’un certains nombre de limites quant à leur conceptualisation – absence du traitement des sens par exemple (matière, bruit du travail, environnement)-, leur choix interprétatifs et esthétiques, et enfin leur finalité, d’autant que les attendus du monde de recherche, pour lesquels elles soulèvent un ensemble d’hypothèses fécondes, ne coïncident pas nécessairement avec l’agenda des projets de médiation ou de valorisation.

 

Les objectifs de l’atelier

 

Processus heuristique ou objet de médiation grand public, l’artefact soulève donc nombre de questionnements. L’efflorescence de projets rend à la fois possible mais aussi nécessaire de se pencher de manière réflexive sur les modalités de production de ces dispositifs, sur les usages qui en sont faits comme sur les dynamiques de recherche qu’elles ont pu ou non produire. Cet atelier aurait donc pour objet de partir des initiatives et réalisations en cours dans le domaine, de les comparer et de les interroger, y compris des entreprises menées hors de France. Mais loin de se cantonner aux enjeux propres à l’histoire des techniques, on viserait à engager, premièrement, la réflexion sur les usages de ces procédés de dématérialisation/re-matérialisation en écho d’autres disciplines qui ont activement mobilisés ces outils, notamment l’histoire des sciences et du spectacle vivant, et, deuxièmement, à considérer leur élaboration comme le lieu d’un dialogue possible entre les métiers de la recherche – dans la diversité de leur pratique – et les différents acteurs impliqués (institutions culturelles, visées pédagogiques, politiques urbaines, communautés d’amateurs, publics…).

Artefact vivant ou numérique, projet hybride parfois mixant les supports (spectacle, application numérique, gamification, film,..), ces entreprises menées à partir des archives sont des réalisations coûteuses, souvent longues et complexes à mettre en œuvre. Elles nous incitent à interroger l’usage de ces outils pour la recherche et les communautés qu’elles rassemblent pour les produire. Or, par sa capacité à ‘rendre vivant’, la reconstitution offre souvent l’illusion d’une reconstruction, proposant une interprétation scénarisée qui tend parfois à effacer les modalités de sa conception, et ce aux dépens des multiples voies d’explorations qu’elle permet : un moyen non uniquement de ‘résoudre’ mais peut-être d’explorer des hypothèses et de recenser la variété des arrangements possibles.

Ouvrir cet atelier réflexif sur les usages des reconstitutions aurait toute sa pertinence au sein du Campus Condorcet. En premier lieu, parce qu’il permettrait de faire émerger une réflexion transdisciplinaire sur un thème particulier des Humanités numériques en rapprochant des chercheurs de différentes institutions du Campus (CNRS, l’EHESS, le Cnam, l’ENC, l’EPHE, Paris 8) et au-delà (Université d’Evry, direction générale du Patrimoine, Inventaire du patrimoine…). En second lieu, parce qu’il met en perspective cette mémoire de la technique alors que le Campus et les nouveaux lieux de la recherche qu’il accueille s’inscrivent géographiquement dans des sites autrefois modelés par les activités productives de petits ateliers et usines, activités liées à la chimie, à la métallurgie et à la mécanique, et logés dans l’entrelacs d’infrastructures qui ont cédé la place à la recomposition architecturale et urbaine du paysage du Grand Paris.

 

Partenaires

 

Cet atelier s’organisera sous la forme de six demi-journées, de janvier à juin, accompagnées d’un carnet de recherche (hypothèse.org), à l’issue desquelles on espère ouvrir des pistes pour des entreprises collectives ultérieures qui pourraient prendre diverses formes (exposition virtuelle, projet de recherche collaboratif…).

Porté par des chercheurs du CNRS (Centre Alexandre Koyré), de l’EHESS, de l’EPHE, du Cnam (ILJ-CEDRIC), du CTHS (Ecole nationale des chartes), de l’Université Paris 8 (IDHES), mais aussi de l’université d’Evry (IDHES, également) et de la Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS) notamment, il espère impliquer les laboratoires traitant des questions de médiations, de numérisation et 3D du campus, et engager le dialogue entre historiens, sociologues, conservateurs, philosophes, antropologues …

Séminaire Savoirs opératoires de la matière- 4 février- Victoria Lee

séminaire du groupe TAK techniques à Koyré

 Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

séance est mutualisée avec le séminaire collectif du Centre Japon

 jeudi 4 février, de 13h à 15h à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (105, Bld Raspail, 75006 Paris, salle 7)

Victoria Lee (Max Planck Institut, Berlin)

“A Study of East Asian Fermentation Chemistry”: Asia’s Microbial Gardens in Japanese Eyes

A scientist of the early twentieth century once described the molds and yeasts kept in Japanese laboratories as being like “microbial gardens”—collections of useful objects, like plants, that could be cultivated for specific purposes. With the importance of traditional brewing in the Japanese economy, microbes’ (especially kōji and other molds used in Asian brewing) ability to transform the chemical composition of their surroundings gradually became a broader tool to intervene in political economy and the environment. Between military and industrial expansion on the one hand, and massive rice riots as well as unprecedented Malthusian visions of social instability and agricultural resource limits on the other, the management of national production in such everyday areas as the food and alcohol industries was a critical problem in interwar Japanese society. In this light, this talk looks at fermentation chemistry in imperial Japan: the ways in which it sought to alter the national-level relationships between resources and consumption, as well as vividly reflected the use of regional knowledge in practice.

http://carnetsjapon.hypotheses.org/4660

Programme complet du séminaire TAK : http://techniqcak.hypotheses.org

http://calenda.org/340287

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Savoirs opératoires de la matière- journée d’études laboratoire

Jeudi 14 janvier
Dans le cadre du séminaire
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
3ème séance
co-organisée par leGroupe TAK (techniques à Koyré) et le Club d’Histoire de la chimie (CHC-SCF)
Journée d’étude
9 h 30 à 16 h 30
Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIesiècle et au début du XIXesiècle
9 h 30 – Accueil
 
9 h 45 – Introduction de la journée
 
10 h 00 – Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) : Guyton et la vraie nature du diamant.
 
D’abord à Dijon, puis à l’École polytechnique, Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) va tenter sans relâche pendant trente années, entre 1781 et 1811, de prouver la similitude entre deux substances aussi différentes que le diamant et le charbon. Ses notes manuscrites conservées à l’École polytechnique permettent de le suivre pas à pas dans la recherche de cette analogie pressentie dès 1772 par Pierre-Joseph Macquer et Antoine-Laurent de Lavoisier. Ces notes révèlent plus que leurs simples résultats numériques : elles montrent la ténacité de Guyton aux prises avec les difficiles mises au point des dispositifs expérimentaux, quelquefois son découragement, ainsi que la dimension internationale prise par les expériences sur le diamant. De ses résultats, Guyton maintiendra la différence chimique entre le charbon et le diamant à l’inverse des chimistes britanniques pour qui seule une cristallisation différente suffit à expliquer leurs particularités respectives.
 
11 h 00 – John Perkins (Oxford Brookes University) : “Voici de la bonne chymie” : les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.
 
Depuis le commencement du XVIIe siècle les apothicaires ont joué un rôle important dans l’enseignement de la chimie en France.  A la fin du siècle et pendant les premières décennies du XVIIIe siècle plusieurs apothicaires, y compris les Geoffroy, Lemery, et Boulduc, étaient très actifs dans les travaux chimiques autour de l’Académie royale des sciences.  Dans ses cours Guillaume François Rouelle forma la plupart de ceux qui s’intéressèrent à la chimie entre 1750 et 1790.  Vers la fin de l’Ancien Régime, on trouve encore des apothicaires à l’Académie : Baumé et Cadet de Gassicourt. On ne peut pas comprendre Sage dans ce nombre, parce qu’il n’a jamais été reçu apothicaire.  Le dernier académicien apothicaire fut Bertrand Pelletier. Mais dans ces mêmes années et après la maladie et la mort de Rouelle en 1770, il semble que les apothicaires soient devenus moins importants dans la chimie en France et qu’ils aient été de plus en plus marginalisés.  Pour les historiens de la chimie en général, à l’exception de ces figures assez bien connues et de quelques autres comme Parmentier, Bayen et Cadet de Vaux, la grande majorité des apothicaires sont restés obscurs et conservateurs, et pour les historiens de la révolution chimique, ils ont surtout joué le rôle de résistants contre Lavoisier et la nouvelle chimie, et adversaires de la nouvelle nomenclature.
Je souhaite proposer une autre histoire chimique des apothicaires. De 1750 à 1790, ils ont joué un rôle important dans la construction de la chimie comme une science publique dans une trentaine de villes provinciales.  Durant ces mêmes années, ils ont pris part à la grande croissance de la chimie à Paris et à la restructuration sociale du monde chimique parisien qui devenait de plus en plus décentralisé et moins hiérarchique.  Comme apothicaires chimistes, ils étaient membres d’une communauté qui comprenait plusieurs centaines de personnes dans les années quatre-vingt.  Les membres de cette communauté, y compris des apothicaires, ont participé très activement aux débats autour de la chimie antiphlogistique de Lavoisier.  Un grand nombre de ces apothicaires n’étaient ni indifférents envers la nouvelle chimie ni opposés.  De plus, les apothicaires ont joué un rôle important dans le développement de l’analyse chimique ainsi que, comme experts, dans la santé publique en particulier et la police en général à Paris et en province.  Je terminerai cette présentation par une discussion des activités économiques, industrielles plutôt que commerciales, des apothicaires, surtout dans la création de l’industrie chimique.
 
Pause déjeuner libre
 
14 h 00 – Bruno Belhoste  (Paris I/IHMC) : L’art de la teinture.  Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins.
 
L’art de la teinture comme art chimique connaît des développements importants au XVIIIe siècle, en particulier en France. L’atelier des Gobelins est particulièrement réputé pour la variété et la qualité de ses teintures. Dans cette présentation, j’évoquerai le fonctionnement de cet atelier, les problèmes qui se posent et l’œuvre aussi remarquable qu’oubliée du teinturier Quémizet à la fin des années 1770.
 
 
15 h 00 – Corinna Guerra (Hastec/CAK) : How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples.
 
Mon intervention vise à démontrer qu’à la fin du XVIIIe siècle dans le royaume de Naples, nombre d’érudits et de savants font des matières volcaniques et du processus éruptif de véritables outils d’investigations chimiques.
Naples n’avait aucun lieu institutionnel pour l’enseignement et la recherche dans le domaine de la chimie, mais deux lieux peuvent être considérés comme sièges de débats chimiques, à savoir : l’Académie militaire de la Nunziatella où les artilleurs avaient besoin d’apprendre les meilleures théories chimiques – et où, en effet, deux professeurs traduisirent pour la première fois en italien le Traité élémentaire de A.-L. Lavoisier – et le Vésuve. Je voudrais prouver que l’approche napolitaine de la chimie subit l’influence du Vésuve en tant que « lieu de savoirs » à cause de l’absence de lieux institutionnels dédiés à ce genre d’études scientifiques.
Les nombreuses descriptions des éruptions vésuviennes pendant la dernière décennie du siècle ont presque toutes en commun la considération que la chimie constitue le substrat scientifique des phénomènes. En particulier, les savants napolitains considéraient les réactions chimiques qui se dégageaient du Vésuve, comme la plus forte confirmation des théories de la « nouvelle chimie ». L’exemple des nombreuses publications concernant l’alimentation – car les cendres recouvraient les puits, les fruits et légumes – atteste que les chimistes intervenaient dans cette question très importante pour l’ordre public avec les instruments de la révolution chimique française. 
Deuxièmement même la population paraît modelée par la présence du volcan et aussi les chimistes napolitains améliorèrent leurs instruments analytiques et leurs pratiques en étudiant et en exploitant les produits volcaniques. Pour cette raison le Vésuve apparaît comme un objet chimique multidimensionnel.
Enfin les savants du Vésuve n’étaient que rarement de « purs » chimistes. Leurs pratiques interconnectaient matériellement études érudites, travail manuel, pharmacologie, intérêts industriels, curiosités d’histoire naturelle, etc. comme le démontrent leurs travaux présentés dans mon intervention.
 
16 h 00 – John Perkins présentera la base de données en ligne issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.
 
 
(La séance sera suivie de l’Assemblée générale du Club d’histoire de la chimie, 17 h-18 h)
la rencontre se tiendra exceptionnellement à la  Société chimique de France, 250 rue St Jacques, 75005 Paris.

 

  
Contacts
Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr
Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr
Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

Savoirs opératoires de la matière-Samir Boumediene

 

Jeudi 10 décembre , de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré 

Nous accueillerons

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC)

Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

“A partir des années 1640 est importée en Europe une écorce péruvienne soignant les fièvres paludiques (ou “intermittentes”), le quinquina. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’extraction de cette écorce, son passage vers l’Europe et son administration aux malades transforment conjointement la théorie et la pratique médicales, le gouvernement de la santé, le commerce des drogues exotiques et les paysages andins. Le but de cette communication est de suivre, à travers la relation à ce matériau médicinal, la reconfiguration des rapports entre Indiens, missionnaires jésuites, marchands, médecins, apothicaires, droguistes et malades. Diverses sources, en particulier les recettes du quinquina, permettent d’approcher la dimension politique des savoirs de la transformation en observant comment, par où, et à travers quelles limites s’établit une solidarité entre maîtrise de la nature et maîtrise des activités humaines.”

Discutant : Stanis Pérez (MSH Paris Nord – Pleiade/Paris 13)

Le séminaire se tiendra dans la salle de séminaire, CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Programme complet du séminaire : http://calenda.org/340287

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS. http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/1005/

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

 

 

 

Fabrique des sciences, fabrique des arts- Colloque international

FABRIQUE DES SCIENCES – FABRIQUE DES ARTS

SCIENCES FACTORY- ART FACTORY
La question de la recherche dans les domaines scientifiques, techniques et artistiques –

Jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

Auditorium du Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean

Colloque international organisé par le Musée d’art moderne Grand-Duc Jean dans le cadre de l’exposition Eppur si muove – Art et technique, un espace partagé (7 juillet 2015- 17 janvier 2016)

http://www.mudam.lu/fr/expositions/details/exposition/eppur-si-muove/

Qu’ils abordent des questions liées au champ des sciences, qu’ils empruntent à son histoire ou qu’ils développent des projets en collaboration avec des laboratoires, les artistes ont, ces dernières décennies, engagé un tournant majeur dans les relations entre arts et sciences. Se dégagent de cet intense dialogue entre deux domaines distincts des problématiques communes, telles que les questions de l’invention et de l’innovation, de la recherche, des gestes et de l’instrumentation, des nouvelles matérialités, des échelles de pensée, ou encore la notion d’auteur.

 Présidé par Patricia Falguières, professeur agrégée à l’EHESS et spécialiste des relations art et technique, ce colloque abordera l’actualité de ces questions du point de vue de la « fabrique » des arts et des sciences. Il s’articulera autour de quatre demi-journées thématiques mêlant chacune des perspectives variées, théorie et pratique, point de vue historique et regard prospectif.

http://calenda.org/342043

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

(EHESS/CNRS/MNHN)

Séminaire mensuel du groupe TaK

Histoire des Techniques à Koyré

 « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance

à l’industrialisation »

Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

« Operative knowledges of matter, from Renaissance to industrialization »

Following the renewal of the history of Technology and of the history of chemistry, this Research Seminar intends to explore operative knowledge in chemistry in connection with several fields including economics, political management, consumption and production processes. It seeks to shed a light, since the Early modern period, on various configurations where experimentation, exploration, transformation of Matter were held, through a wide range of technical devices. We will underline cross-skills, transfers and hybridization of processes, and we will show how operative knowledge fostered multiple appropriations: we will then explore the diversity of practices and know-how which allowed specific actions on substances and transformations of matter, and which were the basis of innovation and industrialization and of the reshaping of environment on the long run.

Ce séminaire se tiendra le deuxième jeudi du mois, de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage), sauf indication contraire pour la journée d’étude du 14 janvier et les séances des 4 février et 17 mars.

 

Programme 2015-2016

12 Novembre 2015

Introduction générale du séminaire

Thomas Le Roux (CNRS/CRH) et Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) – Produire de la poudre sous la Révolution : dispositifs de production et risques

 10 Décembre 2015

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC) – Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

14 Janvier 2016

Journée d’étude

Organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle 

Bruno Belhoste (Paris I/IHMC)  – L’art de la teinture. Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins 

John Perkins (Oxford Brookes University) – “Voici de la bonne chymie”: les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.

Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) –Guyton et la vraie nature du diamant

Corinna Guerra (Hastec/CAK) – How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples

 John Perkins présentera aussi la base de données issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.

Cette séance aura lieu de 9h30 à 16h30 , lieu précisé ultérieurement.

4 Février 2016

Victoria Lee (Max Planck Institut Berlin) – ‘A Study of East Asian Fermentation Chemistry’: Asia’s Microbial History in Japanese Eyes in XXec.

Cette séance mutualisée avec le séminaire Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS) aura lieu au 105 boulevard Raspail, salle 7, exceptionnellement De 13h à 15h.

17 Mars 2016

Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp) – La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

 14 Avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence/IHMC) – Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Co-organisé avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

12 Mai 2016

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle.Reconstruire les techniques et les savoir faire

Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP) – le programme détaillé sera fourni ultérieurement

9 Juin 2016

Sacha Loeve (UTC/COSTECH) – Les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS.

http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/1005

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Journée d’études – L’architecture des ingénieurs, 1650-1850 : Paris, provinces et capitales européennes

Samedi 10 octobre 2015

9h30-17h

Galerie des Affaires étrangères, Bibliothèque municipale, Versailles

Journée d'études architectes

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, BMV, ©Pierrick Daul

Les années 1980 furent propices à l’étude du travail des ingénieurs : en 1981, Anne Blanchard publiait un Dictionnaire des ingénieurs militaires actifs en France entre 1691 et 1791, témoignant par son volume de l’importance de leur activité, tandis qu’en 1988, Antoine Picon, dans son ouvrage Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, accordait enfin aux ingénieurs des Ponts l’attention qu’ils méritaient et examinait leur formation et leurs méthodes de travail au regard de celles des architectes de l’Académie royale d’architecture.

Au-delà des programmes attendus, fortifications, ouvrages hydrauliques, ponts et routes, les ingénieurs, militaires et des Ponts et Chaussées, honorèrent des commandes dans le domaine de l’architecture publique monumentale, de l’architecture religieuse et hospitalière, mais aussi dans celui de l’architecture domestique et de l’art des jardins.

L’historiographie fait la part belle aux architectes dans les embellissements de la capitale, mais l’action des ingénieurs en matière d’architecture et d’urbanisme reste à évaluer. Cette seconde journée sera l’occasion de présenter les limites de cette opposition architecte/ingénieur et d’initier un travail systématique sur l’activité de ces derniers du règne de Louis XIV à l’aube du Second Empire.

Après une première rencontre dédiée à l’habitat (8 novembre 2014), la seconde journée sera consacrée plus particulièrement au projet urbain et à l’architecture publique monumentale, à Paris, en province et dans les capitales européennes.

Une troisième rencontre se déroulera au printemps 2016.

Programme : Programme Architecture des Ingénieurs-1

Journée d’étude organisée par Basile Baudez, Alexia Lebeurre et Dominique Massounie avec le concours des Universités Bordeaux-Montaigne, Paris-Ouest-Nanterre, Paris-Sorbonne, de la Ville de Versailles et du Ghamu.

ICOTHEC-candidatures au Prix Maurice Daumas

 

Maurice Daumas Prize announcement 2016-final-cor-1

L’ICOHTEC (International Committee for the History of Technology) accueille avec plaisir les candidatures au Prix Maurice Daumas, dont le but est d’encourager les recherches en histoire des techniques. L’ICOHTEC s’intéresse à l’histoire des techniques et de la technologie et à leurs relations avec la science, la société, l’économie, la culture et l’environnement. Il n’existe aucune limitation théorique ou méthodologique d’approche pour les soumissions.

Le prix sera décerné à l’auteur du meilleur article -ou chapitre d’ouvrage collectif- soumis. Ce dernier, qui concernera l’histoire des techniques, pourra porter sur n’importe quelle période historique et n’importe quelle partie du monde et doit avoir été publié en 2014 ou 2015. Les articles originaux publiés (ou traduits) dans l’une des langues officielles de l’ICOHTEC (anglais, français, allemand, russe ou espagnol) sont éligibles. Les soumissions des jeunes chercheurs de tous les pays sont les bienvenues: doctorants ou docteurs ayant obtenu leur doctorat dans les sept dernières années. Merci d’envoyer votre article ainsi qu’un bref cv (pas plus d’une page) à chacun des six membres du comité du prix Maurice Daumas au plus tard le 15 décembre 2015. Les soumissions électroniques sont fortement recommandées. Le ou la gagnant(e) sera contacté(e) à la fin du mois d’avril 2016.

Le prix sera décerné lors de notre 43e symposium, qui se tiendra à Porto à l’été 2016. Le ou la gagnant(e) recevra un prix de 500 euros ainsi qu’une bourse pour frais de voyage au symposium d’un montant de 300 euros (si nécessaire). Une session spéciale sera organisée pour présenter l’article. Le Prix Maurice Daumas est sponsorisé par l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), France.

Stefan Poser, docteur, président

Helmut-Schmidt-Universität, Hambourg, Allemagne

poser@hsu-hh.de

Hermione Giffard, docteur, University of Utrecht, Pays-Bas

hgiffard@gmail.com

Eike-Christian Heine, docteur, Universität Stuttgart, Allemagne

eikechristian.heine@googlemail.com

Laurent Heyberger, docteur,Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, France

laurent.heyberger@utbm.fr

Susan Schmidt Horning, professeur,St. John’s University, Queens, NY, USA

schmidts@stjohns.edu

Liliia Zemnukhova, docteur, Sociological Institute of the Russian Academy of Sciences (SI RAN), St. Petersburg, Russie

l.zemnukhova@gmail.com

Maurice Daumas (1910-1984), pionnier français de l’histoire des techniques

Sans d’énergiques pionniers, l’histoire des techniques ne serait jamais devenue un éminent champ de recherches historiques. Maurice Daumas était l’un d’entre eux. Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècles est l’un de ses premiers travaux les plus célèbres (traduit en anglais). Entre 1962 et 1978, il publia une Histoire générale des techniques en cinq volumes qui reçut le meilleur accueil, traduit en anglais et espagnol et utilisé comme manuel de référence dans plusieurs pays. En France, Daumas fut également le pionnier de l’archéologie industrielle. Daumas fut le premier secrétaire général de l’ICOHTEC et l’hôte de son symposium de Pont-à-Mousson en 1970.

Pour plus d’information sur Maurice Daumas:

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/rhs_0151-4105_1984_num_37_3

Pour plus d’information sur l’ICOHTEC:

http://www.icohtec.org/

XVIe Congrès de TICCIH 6 – 11 septembre

XVIe CONGRÈS INTERNATIONAL DE TICCIH

Avec le parrainage du ministère de la Culture et de la Communication

Le patrimoine industriel au XXIe siècle, nouveaux défis

      Lille, Campus Moulins, Université de Lille – Droit et santé

6-11 septembre 2015

46 pays se retrouveront autour d’un thème commun : “Le patrimoine industriel au XXIe siècle. Nouveaux défis.” Le programme comporte de plus de 240 communications et posters.
Le programme et le volume des résumés sont téléchargeables sur le site du Congrès
http://ticcih-2015.sciencesconf.org
Programme :
Résumés:

Appel à communications colloque international : Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Si la littérature tant historique que sociologique contient déjà un nombre conséquent de recherches qui scrutent les divers savoirs et pratiques dédiés à la gestion de l’urbain, force est de constater qu’on est moins bien servi si l’on s’intéresse aux systèmes d’information impliqués dans la construction, le développement et les usages de ces savoirs et pratiques.

Par leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles – dans leur effort pour maîtriser et gérer les effets de la « révolution » urbaine qui débute en Europe dès avant 1800, avant de se diffuser à l’échelle du monde au XXe siècle. Rappelons ainsi que le spectre de l’incendie déclenche à Londres dès le début du XVIIIe siècle un système de secours mis en place par les compagnies d’assurance alors que des dispositifs de gestion des noyades, pour la Tamise entre autres, se développent également à la fin des années 1770. De l’autre côté de la Manche cette fois, dans les années 1840, les ingénieurs des services techniques de la ville de Paris mettent en place un système d’information grâce auquel toutes les rues de la capitale et l’ensemble des immeubles parisiens sont munis d’une fiche individuelle décrivant leur état « hydraulique » (équipements, conditions d’abonnement…). Dans les premières décennies du XXe siècle, plusieurs compagnies de transports urbains aux États-Unis se lancent dans de grandes enquêtes pour collecter des données relatives à la mobilité des citadins, aux origines et destinations de leurs déplacements, avant de traiter les informations ainsi récoltées à l’aide des « machines de tabulation » de l’époque dans le but d’optimiser la forme et le fonctionnement de leurs réseaux. A partir des années 1950 et 1960, la mesure de la pollution de l’air devient systématique, notamment à Paris, grâce à un réseau de capteurs installés dans la ville. Les flux de données ainsi générés permettent de cartographier la pollution atmosphérique. La création d’Airparif (1979) institutionnalise cette gestion du réseau de surveillance de la qualité de l’air. Quant aux usages policiers de l’information sur les trafics –dans toute leur polysémie–, ils n’ont pas attendu l’installation de caméras de vidéosurveillance. On a enfin pensé à réinventer la ville et l’urbanité grâce aux réseaux de communication, pour recréer de la proximité et de la convivialité, peut-être bien depuis l’origine du téléphone et certainement avec le câble.

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

1) Les caractéristiques et les usages des systèmes d’information

Il s’agit de dégager de grandes évolutions concernant les caractéristiques et les usages de ces systèmes d’information – lesquels, notons-le au passage, utilisent souvent pour fonctionner des réseaux urbains traditionnels, au premier rang desquels le réseau électrique –, telles que, par exemple, la montée en puissance du « temps réel », avec toutes les questions de calcul et de présentation de l’information afférentes.

2) Les acteurs

L’objectif serait ici d’identifier des grands déplacements concernant les systèmes d’acteurs (producteurs et utilisateurs) de ces systèmes d’information. A en juger par les évolutions observées sur une série de terrains, tels que celui des transports, on assisterait, par exemple, à un effacement progressif de la puissance publique comme acteur central, du côté de la production mais aussi des usages, « compensé » par la montée en puissance d’un ensemble d’acteurs privés qui ont su établir des rapports étroits avec le monde de la recherche (pensons à Google et à ses produits). Cette mise en retrait des pouvoirs publics laisse également le champ libre à des acteurs associatifs, parfois militants, qui développent des outils de mesure participatifs, en particulier dans une perspective environnementale.

3) Les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations…

On pense ici à une analyse du dialogue décisionnel qui se met en place en fonction des outils disponibles entre ces systèmes et le service assuré par le dispositif technique, à l’impact de ces systèmes sur les pratiques professionnelles et les métiers des réseaux urbains et de la ville, ou, encore, à la question de la formation de l’offre et la demande, par exemple, en termes de mobilité.

4) Les systèmes d’information comme « analyseurs »

Dotés de caractéristiques matérielles particulières, portés par des acteurs spécifiques, ces systèmes peuvent aussi témoigner à travers leur construction et leurs usages de mutations économiques, sociales et culturelles plus larges des sociétés urbaines. Nous pensons ici par exemple aux cartes nommées éloquemment « trip-desire charts », élaborées à partir des années 1940/50 dans le but de capter les souhaits des ménages américains en matière de déplacements urbains, et qui sont fondées sur une conception de l’individu libre de se déplacer comme il l’entend et aux aspirations duquel l’ingénieur doit répondre en fournissant les moyens techniques (infrastructurels) adéquats, dans cet exemple les autoroutes urbaines.

D’une durée de deux jours, le colloque donnera lieu à une publication collective sous la forme d’un numéro spécial de la revue Flux.

Les propositions de communication (d’une durée de 20 minutes) sont à soumettre à l’adresse suivante avant le 15 octobre 2015:

siguld2016@gmail.com

Chaque proposition (en anglais ou en français) devra inclure un titre et un texte de proposition (400 mots maximum) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications).

Une réponse sera donnée aux auteurs avant le 30 novembre 2015.

Contacts :

Konstantinos Chatzis : chatzis@enpc.fr

Arielle Haakenstad : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 Organismes partenaires : Association Passé Présent Mobilité (P2M), École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Universidade de Evora.

 Comité scientifique : Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).

Eric Schatzberg, conférence “Craftsmen versus scholars”, 3 juin 2015

Centre Alexandre Koyré

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 3 juin 2015  14-16h

 Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison, USA )

Craftsmen versus scholars in the discourse of technique and technology « The question of materiality is wrapped up in complex social relations that go back to ancient civilizations. Although all humans use skillful practices to engage with the material world, the nature of these interactions is shaped by the division of labor, in particular the division between mental and manual labor, which has existed since the invention of writing. Craftsmen are the people who interact most skillfully with the material world, shaping it to human ends. But most ideas about the material world come from scholars, who typically are allied with aristocratic elites. This paper will explore the tension between craft and scholarly knowledge over the longue durée, and suggest some implications of this tension for the history of 18th century chemistry. »

Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris, 5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr, Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Colloque “Les Techniques du Faire Croire” – 27/29 mai 2015

Colloque “Les Techniques du Faire Croire”

27 mai 2015 : « Les objets qui captent l’invisible » – 28 mai 2015 : «Projecteurs/projections » – 29 mai 2015 : « Médiations ambigües » EHESS Salle du Conseil  190, avenue de France 75013, Paris

Organisée par Charlotte Bigg, Stéfania Capone, Nathalie Luca, Nadine Wanono

Quels rôles jouent les objets techniques dans l’élaboration et la communication des savoirs et des croyances? Voilà une question qui oblige à réfléchir ensemble sciences et religions, qu’il ne fait aucun sens de considérer comme relevant de domaines étanches l’un à l’autre. Mobiliser des chercheurs d’horizons disciplinaires différents (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, astrophysique, etc.) pour confronter leur point de vue sur la triade croyance – technique – savoir relève pourtant d’une démarche nouvelle. En choisissant de mettre la focale sur les objets techniques (objets qui captent l’invisible ; médias ; technologies contemporaines), ce colloque vise précisément à montrer les incessantes circulations entre croyances et savoirs, à interroger l’opération même de leur partage, à étudier la fabrication sociale et l’évolution historique de cette différenciation et finalement à faire ressortir nos propres présupposé

http://www.hesam.eu/labexhastec/files/27-28-29-mai-2015-Les-techniques-du-faire-croire.pdf

Gianenrico Bernasconi, Objets portatifs au Siècle des lumières, 2015

Objets portatifs au Siècle des lumières,
Paris, CTHS, 2015

Gianenrico Bernasconi 

Bernascocni-couvCannes à systèmes, clavecins de voyage, nécessaires, accessoires multifonctionnels, objets en forme de livre, ponts, fours ou moulins portatifs forment un patrimoine exceptionnel que cette étude sort du domaine de la curiosité. Dans le sillage du material turn, ce livre développe une approche originale de la relation entre document matériel et histoire sociale et culturelle. Il considère l’objet portatif, c’est-à-dire l’objet caractérisé par des dispositifs qui doivent en faciliter le transport, comme un « actant » dont la matérialité permet de saisir l’intrication entre deux phénomènes majeurs du long XVIIIe siècle: d’une part la naissance de la consommation, d’autre part l’augmentation de la mobilité.

http://www.cths.fr/ed/edition.php?id=6142

LES PARIS DE L’INDUSTRIE.1750-1920

 Mairie du 15e arrondissementDu 7 au 22 avril
Exposition itinérante
 image006
Cette exposition est la version itinérante de celle présentée au réfectoire des Cordeliers l’année dernière
Signe de l’entrée dans la modernité pour les uns, porteur de régression sociale pour les autres, l’ère industrielle est assurément une période de profondes transformations du tissu urbain et d’importants bouleversements du champ économique et social. Cette révolution, qui s’entend sur plusieurs décennies, a non seulement bouleversé les rapports de la société à son environnement, mais elle a aussi apporté de nouveaux risques, largement débattus dans l’espace public : habitants, médecins, ouvriers, administrateurs et entrepreneurs s’interrogent et parfois s’opposent sur la manière d’appréhender ce choc industriel. Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale, sans oublier les traces subsistant aujourd’hui encore dans le patrimoine. 
Exposition organisée par le Comité d‘histoire de la Ville de Paris et placé sous le commissariat scientifique de Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, Maison française d’Oxford, Centre de recherches historiques (EHESS).

Mairie du 15e arrondissement – 31 rue Péclet

Exposition du 7 après-midi au 22 avril 2015
Horaires de la mairie ((Lundi – Vendredi : 8h30 – 17h / Jeudi : 8h30 – 19h30)
https://docs.google.com/presentation/d/1tGO0JCwmaoilPI2EYIctdZ2RKHF_uVJP0ni5HlgIlH8/edit#slide=id.g900cba059_0_53