Tous les articles par Valérie Burgos

AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

L’histoire des femmes dans les sciences et les techniques a fait l’objet d’un véritable renouveau historiographique ces dernières années. Les travaux réalisés ont notamment montré que leur présence dans ces domaines, si elle s’était renforcée à partir de la fin du xixe siècle, était loin d’avoir été le résultat d’un processus continu et inéluctable : leur accession a été difficile et réversible, avec le maintien d’importantes discriminations jusqu’à nos jours.

Ce colloque souhaite participer à ce mouvement historiographique en s’intéressant peut-être moins aux femmes dans les sciences et les techniques en tant qu’actrices de pratiques situées qu’en se focalisant sur une dimension qui fait l’objet d’une préoccupation croissante de nos jours : à savoir la place et le rôle des femmes dans le gouvernement des sciences et des techniques, et dans le gouvernement par les sciences et les techniques.

Ce colloque veut ainsi comprendre et historiciser les mécanismes variés et cumulatifs qui ont déterminé – bloqué, freiné, voire favorisé – la carrière des scientifiques et des ingénieures et leur accession à de hautes responsabilités, et ceci depuis la fin xixe siècle quand elles ont commencé à investir les sphères scientifiques et techniques du fait de l’essor de la scolarisation des filles. Paradoxalement, si ces domaines ont été des creusets de l’idéologie du progrès et de l’émancipation, les femmes y sont restées en position subordonnée : aujourd’hui encore, elles ne sont pas si nombreuses à y occuper des postes de direction et d’autorité. Mais se poser la question de leur accès aux instances de gouvernement des sciences et des techniques nécessite de se donner une perspective large qui, tout en évitant l’écueil de la collection de biographies, analyse par quels moyens les femmes, faute d’accès à ces instances, sont tout de même parvenues à peser sur le gouvernement des sciences et des techniques – que ce soit par leurs travaux ou en investissant des lieux périphériques. Cela suppose en retour de s’interroger sur les politiques déployées par des acteurs variés pour promouvoir les femmes dans ces domaines et vaincre les résistances rencontrées : il convient d’analyser le rôle joué par les sciences et les techniques en tant que ressources pour des politiques actives à l’endroit des femmes.

Ce colloque entend donc étudier un double mouvement, avec des femmes à la fois sujets et objets du gouvernement des sciences et des techniques.

 

*

 

Tous les domaines scientifiques et techniques peuvent être abordés, des mieux établis à ceux qui l’ont progressivement été au cours du xxe siècle et où la place des femmes a pu changer, l’aérospatial, le nucléaire et l’informatique en particulier. De même, toutes les aires culturelles et/ou tous les régimes politiques (libéraux et autoritaires) sont susceptibles d’être étudiés. L’exemple de la Russie où, au lendemain de la révolution d’Octobre, les bolcheviks affirmaient vouloir émanciper les femmes, tandis qu’ils prétendaient fonder leur projet de transformation sociale sur les savoirs scientifiques et techniques, signale tout l’intérêt qu’il peut y avoir à décentrer le regard et à comparer les aires culturelles et/ou les régimes politique – la comparaison devrait en retour nous autoriser à questionner les clivages nationaux, culturels et/ou politiques.

Différentes pistes de travail sont envisageables.

La première porte sur les femmes ayant accédé à des postes de direction : la formation scientifique ou technique reçue, leur carrière, et ce qui leur a permis d’accéder à des fonctions élevées dans l’éducation, la recherche ou l’industrie. Ainsi, en Grande-Bretagne, le cas de la biochimiste Marjory Stephenson, première femme à accéder à la Royal Society en 1945, alors que les barrières légales de l’accès aux sociétés savantes et à l’université avaient été supprimées en 1919, montre la résistance de la Royal Society à faire évoluer des statuts discriminatoires, ainsi que le rôle des critiques adressées dans la presse dans leur levée en 1943. Le questionnement ne porte pas que sur l’absence ou la présence des femmes, il concerne aussi le fonctionnement des institutions scientifiques et techniques, y compris dans les nominations : c’est s’attacher à caractériser le « plafond de verre » auquel les scientifiques et ingénieures se sont heurtées et à identifier les formes historiques et concrètes qu’il a pris. L’interrogation concerne enfin la manière dont les femmes ont cherché à contourner les difficultés qu’on leur a opposées dans les lieux légitimes de production et d’enseignement des sciences et des techniques en investissant d’autres espaces, telles les associations et les sociétés savantes.

Une deuxième piste peut être de se demander si les scientifiques et les ingénieures, une fois à des postes de direction, ont mis en œuvre des politiques spécifiques. Cette question d’un gouvernement typiquement féminin des sciences et des techniques est épineuse. Déjà soulevée dans l’historiographie à propos de la production des savoirs, elle a montré ses limites. Cependant, l’exemple de la chimiste Ida Maclean qui, après avoir été nommée assistant lecturer au département de chimie de l’université de Manchester en 1906, est devenue en 1920 la première femme à accéder à la London Chemical Society où elle a poursuivi son engagement de longue date en faveur des femmes à l’université, invite à porter l’attention sur au moins deux phénomènes. Le premier a trait aux mesures prises au sein des institutions scientifiques et techniques pour y améliorer la situation des femmes. Le second concerne les problèmes mis en avant par les femmes ayant accédé à des fonctions élevées : il s’agit de voir si elles ont soulevé des problèmes négligés ou non vus par les hommes et quelles actions elles ont lancées sinon pour les résoudre, du moins pour les traiter.

Une troisième piste vise à analyser comment différents protagonistes ont eu recours aux sciences et aux techniques pour remédier aux inégalités de genre dans la société. L’historiographie a souligné combien les savoirs – en particulier ceux issus de la biologie, mais pas seulement – avaient reproduit les préjugés de genre et naturalisé les inégalités entre les hommes et les femmes. Toujours dans la perspective de sonder la neutralité des sciences, l’interrogation porte toutefois ici plutôt sur la manière dont les savoirs ont pu contredire les stéréotypes et les normes de genre, et ceci en vue de comprendre comment on les a utilisés pour mettre en œuvre des politiques en faveur d’une meilleure reconnaissance statutaire et/ou salariale des femmes. Le cas certainement le mieux connu est celui des États-Unis où, avec la discrimination positive instaurée en 1967 pour les étudiantes comme pour les enseignantes, les universités sont devenues des lieux d’action et de réflexion pour les mouvements féministes. Mais l’État n’a pas été le seul acteur à œuvrer pour les femmes dans la société : des fondations et des grandes entreprises l’ont fait et continuent de le faire. À travers l’étude de ces initiatives, il doit aussi s’agir d’éclairer comment s’est construite l’articulation entre savoirs scientifiques, reconnaissance statutaire et redistribution économique. Lorsque ces initiatives ont coexisté avec des mesures d’émancipation visant d’autres groupes sociaux, il faudra tâcher d’analyser comment elles ont pu s’entrecroiser.

Une dernière piste a trait à la mise en récit de la réussite des femmes dans les sciences et les techniques. Le but est d’étudier non seulement comment les commentateurs la décrivent et l’expliquent, mais aussi comment des scientifiques et des ingénieures qui ont atteint des positions élevées le font elles-mêmes. Car il apparaît que la mise en récit de ces trajectoires par les hommes et les femmes mobilise souvent des motifs clairement sexués. Or ces discours ne sont pas sans incidence sur les préjugés et les stéréotypes de genre, que ce soit dans le sens de leur consolidation ou au contraire de leur déconstruction. Par exemple, les portraits de la mathématicienne Sofia Kovalevskaïa ont tantôt insisté sur ses qualités d’analyse, tantôt souligné combien elle était dépourvue de qualités féminines. L’examen de ces récits de trajectoire peut donc aider à appréhender le poids des représentations sur les choix de carrière des femmes.

 

—-

 

Ce colloque est organisé à la mémoire de Larissa Zakharova (1977-2019) qui, spécialiste de l’Union soviétique, a consacré une partie de ses travaux à l’histoire des techniques (https://www.cercec.fr/membre/larissa-dufaud-zakharova/). Portant sur les communications, son dernier ouvrage est intitulé : De Moscou aux confins les plus profonds. Communications, pouvoir et société en Union soviétique (à paraître aux Éditions de l’EHESS).

Le colloque, au cours duquel les interventions se feront en anglais, se tiendra les 29 et 30 juin 2020 à Moscou. Il entend donner lieu à un livre. Sont donc sollicitées des propositions inédites : les « papiers » devront être envoyés au moins deux semaines avant le colloque et les textes, remis au 1er novembre 2020 au plus tard.

Dans la mesure du possible, les organisateurs prendront en charge les frais de déplacement et de logement.

Les propositions, de 3000 caractères max., doivent être déposées en anglais ou en français avant le 1er décembre 2019, sur le site de la conférence : https://gst2020.sciencesconf.org/submission/submit

Les questions peuvent être adressées à l’adresse suivante : gst2020@sciencesconf.org

 

 

—-

 

Organisateurs

Alain Blum (CERCEC / EHESS / INED)

Patrice Bret (CAK / CNRS)

Valérie Burgos Blondelle (Comité pour l’histoire du CNRS)

Françoise Daucé (CERCEC / EHESS / IUF)

Grégory Dufaud (Sciences Po Lyon / CEFR de Moscou / LARHRA)

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot / EHESS / IUF)

Isabelle Lémonon Waxin (CAK / Cermes3)

Grands discours et petites machines : les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 9 juin 2016

Sacha Loeve (COSTECH – UTC)

Grands discours et petites machines :

les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

“Les nanotechnologies occupent d’abord l’espace public et médiatique par de grandes promesses. Tous les secteurs industriels se verraient bientôt potentialisés par une maîtrise sans précédent des « briques élémentaires de construction » de la matière. Depuis quinze ans déjà, une énième révolution industrielle est annoncée, assortie d’interminables listes d’applications : matériaux fonctionnels, adaptatifs, dépolluants, plus performants et moins chers, laboratoires sur puce, médicaments ciblés sans effets secondaires, interfaces cerveau-machine, miniaturisation ultime des composants électroniques… Censé libérer tous les possibles, l’accès à la nano-échelle permettrait à l’industrie humaine de vaincre définitivement la résistance de la matière pour édifier un monde obéissant au doigt et à l’œil.

Dans cette intervention, nous ferons le récit de quelques pratiques de laboratoire relevant de trois domaines emblématiques de la posture « nano ». 1) La microscopie en champ proche, qui a permis de générer des images de la matière à l’échelle nanométrique et de nos capacités à en manipuler la structure, appuyé la montée en puissance des nanotechnologies dans les priorités des politiques de recherche, et fait exister le « nanomonde » en images aux yeux du grand public. 2) Les machines moléculaires, qui semblent porteuses d’une artificialisation illimitée de la nature. 3) Les pratiques de calcul et de simulation de nano-objets, qui paraissent effacer toute distinction entre la matière et l’information.

On montrera comment ces pratiques ont pu alimenter les grands discours de maîtrise de la matière sans s’y laisser complètement enrôler, et en quoi les savoirs opératoires des nanotechnologies font entrevoir des rapports à la matière bien plus riches que la simple relation maître-esclave.”

 

Discutant, Emmanuel Bertrand (ESPCI ParisTech/CAK)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

 

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

En juin, le séminaire Femmes et savoirs vous invite à pénétrer les espaces masculins

2 juin :
Valérie Schafer
Des « computer girls » à la masculinisation de l’informatique
Valérie Burgos
Des femmes à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ?
16 juin :
Audrey Millet
Dessiner au féminin. Apprentissage et condition salariale en manufacture (XVIIIe-XIXe siècles).
Pour en savoir plus et nous rejoindre

Collections techniques et techniques des collections. Approches pluridisciplinaires

 

1 vendredi par mois de 14 h à 17 h les 23 octobre, 13 novembre (Centre Koyré 27 rue Damesme 75013) 11 décembre 2015, 15 janvier, 12 février, 11 mars, 8 avril et 20 mai 2016 (pour ces dates le lieu sera indiqué ultérieurement)

Ce séminaire se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui « pensées » les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages, etc. L’administration de ces collections met en jeu de nombreux acteurs – collecteurs, conservateurs, chercheurs, médiateurs vers le grand public, etc. – dont les réflexions et les actions interagissent. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage qui lui sont appliquées, des modes d’identification et de désignation des articles. Par ailleurs, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à (re)mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution, et à les ré-interpréter en fonction de nouveaux paradigmes. Nous ferons le point sur les modes de constitution des collections, les traitements intellectuels et techniques qui leur sont appliqués et les méthodes que la recherche développe dans le cadre de leur étude. Entre autres aspects, nous nous intéresserons à l’intégration des artefacts « techniques » dans la culture matérielle plus large et à la dimension « sensible » de certains. Nous engagerons également un chantier d’étude sur les « reconstitutions », de plus en plus développées comme processus de compréhension technique et de médiation muséographique.

 

Programme :

23 octobre 2015 : Vapeur, transports et collections techniques au XIXe siècle (Centre Alexandre Koyré)

  • Lionel Dufaux (musée des Arts et métiers) : « Méthodologie d’approche et de traitement des collections techniques comme sources historiques. Le cas des collections ferroviaires du Musée des arts et métiers ».
  • Géraldine Barron (CRHAEL, centre de recherche en histoire atlantique et littorale de l’Université du Littoral Côte d’Opale) : « Le musée de Marine du Louvre : identités, réalité ».

13 novembre 2015 : Collections en réseaux (Centre Alexandre Koyré)

  • Thérèse Bru (université Paris 8 et King’s College) : « Penser la collection en réseau / La collection éclatée : dispositifs de circulation des échantillons et architecture technique des savoirs en biologie (XVIIIe – début XIXe siècle) ».
  • Sylvain Wenger (université de Genève) : « Les conservatoires d’instruments et de machines de la Société des arts de Genève (1834-1888) ».

11 décembre 2015 : Paysages sonores et collections : reconstituer des ambiances (Paris 7, salle 134, Olympe de Gouges.)

  • Pascal Joanne (École nationale supérieure d’architecture de Nantes, CRENAU UMR 1563): « Restitution des ambiances architecturales pour l’abbaye de Clairvaux ».
  • Mylène Pardoen (Institut des sciences de l’homme, Lyon) : « Bretez : Paris bruissant, Paris bruyant ! Pour une reconstitution ‘sensible’ du plan de Bretez, dit plan de Turgot, de Paris ».
  • Alexandre Vincent (Université de Poitiers) : « À l’écoute de l’Antiquité : les trompes romaines, du musée à une hypothétique reconstitution »

15 janvier 2016 (Salle à préciser)

  • Christine Lorre (musée des Antiquités nationales, département d’archéologie comparée) : le titre sera communiqué ultérieurement
  • Vittoria Feola (University of California) : « La collection Bartolomeo Gamba et le triangle Paris-Londres-Padoue, 1600-1840 ».

12 février 2016 : Collections en contextes : les mondes extra-européens, entre collections et reconstitutions (Salle à préciser)

  • Corinne Lefèvre (CEIAS, CNRS-EHESS) : « Les collections de l’empereur moghol Jahangir (r. 1605-1627) ».
  • Hélène Guiot (UMR PALOC – Patrimoines locaux et gouvernance) : « Reconstitutions et médiations muséographiques : quelques exemples autour des pirogues d’Océanie ».

11 mars 2016 : Collections scientifiques (Salle à préciser)

  • Volker Remmert (Bergischen Universität Wuppertal) : « Inventing science : iconography on early modern scientific instruments ».
  • Paola Bertucci (Yale University) : le titre sera communiqué ultérieurement

8 avril 2016 : Reconstitutions des collections (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 5 rue de l’Ecole de Médecine (salle 16))

  • Kim Sloan (Department of prints and drawings, British Museum) : « From private house to three national institutions : reconstructing the collections of Sir Hans Sloane ».
  • Cornelia Weber (Coordination Center for scientific university collections in Germany, Humboldt-Universität zu Berlin) : « Reintegration of university collections into academic practice in Germany ».
  • Elise Patole-Edoumba (Museum d’histoire naturelle de La Rochelle) : « La restauration du cabinet d’histoire naturelle de Clément Lafaille (XVIIIe siècle) dans le programme de rénovation du Muséum d’histoire naturelle (1994-2007) ».

20 mai 2016 : Son et musique : les instruments de musique dans les collections (Centre Alexandre Koyré)

  • Anne Houssay (Cité de la musique, ICT EA 337) : « Du Musée Instrumental du Conservatoire, au Musée de la musique à la Villette: Double déménagement des collections (1986 – 1997) »
  • Joël Gilbert (UMR 6613, laboratoire d’acoustique de l’Université du Maine) et Christophe Maniquet (INRAP) : « Le carnyx, une trompette gauloise. Un instrument de musique de type cuivre comme les autres ».

sur le site de l’Ehess

UE fondamentale Initiation à l’histoire des techniques 2016-2017

programme-ue-fondamentale-histoire-des-techniques-ehess-2016-2017

UE fondamentale du Master du Centre A. Koyré, 2016-2017

Mentions & spécialités  : Histoire des sciences, technologies et sociétés

Jeudi de 15 h à 17 h (Centre Alexandre-Koyré, 5e étage, 27 rue Damesme 75013 Paris), du 19 janvier au 27 avril 2017

Le cours de M1 « Initiation à l’histoire des techniques » a pour but d’offrir un enseignement comprenant d’une part l’acquisition de repères historiques et historiographiques sur la longue durée et dans une perspective globale, d’autre part la connaissance des sources (archives, objets, images, supports numériques) et des sites patrimoniaux, enfin la maîtrise de méthodologies croisant l’histoire, l’archéologie et les sciences humaines. Ce cours ouvre sur la préparation de cursus en M2 recherche tout en offrant des bases pour les métiers du patrimoine. Les thématiques sont variées, elles concernent le spectre large des techniques, aussi bien les techniques de production que les techniques sociales, corporelles, artistiques, etc. et les enjeux dont elles sont investies par les individus, les communautés, les pouvoirs.

Responsables : Liliane Hilaire-Pérez, Marie Thébaud-Sorger. Mails : liliane.perez@wanadoo.fr ; Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

 

 

 

MASTER PRO Paris 7 PATRIMOINE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET NATUREL (PSTN) 2016-2017

Salins bernes

MASTER PRO    PATRIMOINE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET NATUREL (PSTN)

 UNIVERSITE PARIS 7

depliant_vap-2016_17

Le M2 « Ville, architecture, Patrimoine » offre un parcours professionnel qui vise à préparer aux concours de l’Institut National du Patrimoine (INP) dans la spécialité  PATRIMOINE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET NATUREL (PSTN) (conservateur du patrimoine, attaché de conservation, assistant qualifié de conservation).

 

 

Vient de paraître : Guillaume CARNINO – L’Invention de la science La nouvelle religion de l’âge industriel – 2015

9782021111477L’Invention de la science
La nouvelle religion de l’âge industriel
Guillaume CARNINO
Date de parution 09/04/2015
Éditions du Seuil (coll. L’Univers historique)
336 pages – 24.00 € TTC

« La science a prouvé que… »
D’où nous vient cette idée selon laquelle la science serait garante du vrai ?
Guillaume Carnino propose une enquête historique et généalogique permettant de comprendre pourquoi et comment, en France, à l’heure de la IIIe République, cette idée en est venue à être unanimement partagée. Il dévoile les rouages de la carrière de savants comme Louis Pasteur, mais aussi l’histoire de simples artisans et pêcheurs dont les découvertes furent convoitées par les industriels. Il montre de quelle manière l’image d’un Galilée anticlérical a pu être fabriquée et renouvelle le regard que l’on porte sur la mise en place de l’école gratuite et obligatoire par Jules Ferry.
Parallèlement à la décision démocratique, la pratique scientifique devient peu à peu un mode de gouvernement des êtres et des choses, qui marque l’avènement de la civilisation des experts. La science, désormais auréolée d’un prestige quasi religieux et présentée comme pure – c’est-à-dire indifférente aux intérêts individuels -, se révèle finalement un moyen d’administrer la société autant que de transformer la nature par l’industrie.

http://www.seuil.com/livre-9782021111477.htm

Les métiers du corps de l’Antiquité à nos jours – Journée d’études 20-21 mars 2015

AFFIche 3 Métiers ducorpsUSPC, Université Paris Diderot-Paris 7, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Université d’Orléans

 

Vendredi 20 mars 2015

Université Paris Diderot (bâtiment Olympe de Gouges, salle 870)

14h : Accueil des participants et introduction : Anna Caiozzo (Université Paris Diderot- Paris 7), Florence Gherchanoc (Université Paris Diderot-Paris 7) et Catherine Lanoë (Université d’Orléans).

Session 1 : Parer le corps

Présidente de séance : Anna CAIOZZO (Université Paris Diderot-Paris 7)

14h30-15h00 : Romain PREVALET (BNF et Arscan), « La production de bijoux en or en Grèce hellénistique ».

15h15-15h45 : Audrey MILLET (Université Paris 8 et U. de Neuchâtel), « La mode comme seconde peau : le sens du corps chez le dessinateur textile (XVIIIe-XIXe siècle) ».

15h45-16h15 : Ksenia GUSAROVA (Université d’État des sciences humaines de Russie), « Du corps féminin au corps social : parfumeurs-réformateurs en Russie, années 1860-1910 ».

Samedi 21 mars 2015

INHA (2, rue Vivienne 75002 Paris, salle Vasari)

Session 2 : Prendre soin/protéger le corps

Président de séance : Pierre CIVIL (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

10h-10h30 : Isabelle WARIN (ETH Zürich – Universität Zürich), « Les armuriers au service des guerriers dans la cité grecque ».

10h30-11h : Stéphanie CHAPUIS-DESPRÉS (Université Paris Sorbonne – U. Paul-Valéry – Montpellier III), « Un métier inscrit dans le corps. Être une sage-femme dans l’aire germanique, (XVIe-XVIIe siècles) ».

11h15-11h45 : Stanis PEREZ (Université Paris 13), « Un entrepreneur du bien-être au Grand Siècle : Nicolas de Blégny (1646?-1722) ».

Session 3 : Transformer le corps

Présidente de séance : Catherine LANOË (Université d’Orléans).

14h00-14h30 : Mariama KABA (Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique, CHUV-Université de Lausanne), « Le corps comme enjeu des métiers de l’orthopédie : controverses autour de l’orthopédie conservatrice et de la chirurgie orthopédique (XIXe – XXe siècles) ».

14h30-15h00 : Awa MBEYA SOMBO (Université de Ngaoundéré – Cameroun), « Alchimistes du cosmétique au Cameroun ».

15h15-15h45 : Fanny GALLOT (Université Paris Est-Créteil), « Impliquer les salarié-e-s avec le produit cosmétique : le cas de l’Oréal dans les années 1960 et 1970 ».

 

Séminaire : Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois – Séance Japon

Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois (C. Bodolec, M. Bussotti, F. Obringer)

Séance double consacrée au Japon : 12 mars 2015, 10h-13h,  EHESS, 190-198 av. de France (Salle 681 Elisabeth Allès)

ALEKSANDRA KOBILJSKI (Chercheuse associée, Centre Japon, UMR 8173 CCJ EHESS)

“Shipload of distinguished engineers”: Engineering internationalism and the 1929 World Engineering Congress in Tokyo

 The nineteenth-century witnessed and was marked by the emergence of a set of discrete, though interre- lated networks of expertise. By the turn of the twentieth century, despite national specificities, professional groups on different continents started increasingly resembling one another, were subject to similar kinds of pres- sures, and held similar aspirations. This presentation uses World Engineering Congress in Tokyo in 1929 as site to explore the intersections between the project of engineering as envisioned by the US and the emergence of engineering as a socio-professional category in modern Japan. Exceptional even in the context of the 1920s spree of bilateral and transnational professional meetings, the Tokyo engineering congress was held on an unprece- dented scale. It took place over a period of two weeks in the fall of 1929 and attracted some 3500 participants representing 43 countries. For a significant portion of foreign participants, the travel to Japan alone took more time than the duration of the conference itself. Yet, because it ostensibly failed in its pronounced goals, the con- gress remains a neglected episode in history of engineering in modern Japan. Opening on the day of the Wall Street crash which will lead to the Great Depression, the meeting could be seen as the last gasp of Wilsonian- style internationalism before Japan’s engineers became willing architect of empire’s expansion into Manchu- ria after 1931. Leaving aside the question ‘success and failure’ and using diary notes of participants, this presen- tation examines the event in terms of how it was lived by some of its delegates.

Continuer la lecture de Séminaire : Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois – Séance Japon

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques – Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

 Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques

 « Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation »

1ère séance Vendredi 13 Mars 2015 10-12h

 Marco Beretta (Université de Bologne)

« Mapping Lavoisier’s chemical laboratories: a preliminary survey »

 Lavoisier’s laboratory at the Petit Arsenal has been often celebrated as the site where the Chemical Revolution took place. However, this laboratory was set up only in 1776 and even after this date Lavoisier continue to perform many of his chemical experiments outside it. The aim of this presentation is to offer a preliminary mapping of Lavoisier’s sites of experimentation. I shall also refer to Lavoisier’s numerous instructions on how to make a chemical laboratory and to the increasingly important role played by Parisian makers of chemical instruments. On the basis of new textual and iconographic evidence I shall consider the laboratory at the Arsenal under new light. While its organization and apparatus were different from earlier chemical laboratories, as early as the 1760s many prominent European chemists and naturalists who engaged in pneumatic experiments  built their laboratories in a way that resemble that of Lavoisier.

Ce séminaire à périodicité irrégulière s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaissent l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

 Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr,

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

AAC – Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Université de Neuchâtel, 4-7 novembre 2015

Continuer la lecture de AAC – Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Séminaire de recherche 2014-2015 – Les collections techniques

 Penser / classer les collections techniques

Séminaire de recherche 2014-2015

Lieux : centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

et université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris

Institutions organisatrices : Centre Alexandre Koyré / Master “Histoire des sciences, technologies, sociétés” (EHESS), CEREG-Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, ICT, Institut des Humanités de Paris (IHP), UMR 7219 SPHERE (CNRS/université Paris 7), Master “Histoire & civilsations comparées” (université Paris 7)

Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.

 

6 demi-journées de 14 à 18 h, le vendredi : 3 octobre, 21 novembre, 12 décembre, 23 janvier, 13 février, 20 mars.

 

3 octobre 2014 – La partie ou le tout : autour de la question des échantillons

Lieu : centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris, salle de conférences, 5e étage

  • Nadine Besse et Sylvain Besson, Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne : “La collection d’échantillons textiles du Musée d’Art et d’Industrie: état des lieux”
  • Isabelle Laboulais, Université de Strasbourg – EA 3400: « Exposer les collections de minéraux : les choix de l’École des mines entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration ».

21 novembre 2014- Les outils dans les musées d’archéologie et d’ethnographie

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

  • Catherine Schwab, Musée d’Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye  : « Le classement des collections, des réserves aux vitrines, au Musée d’Archéologie nationale »
  •  Sophie Chave-Dartoen et Solenn Nieto, Musée d’ethnographie de l’Université de Bordeaux : “Les collections techniques issues du pavillon des Douanes Chinoises à l’Exposition universelle de 1878 et déposées au Musée d’ethnographie de l’Université de Bordeaux”

 


 

12 décembre 2014 – Technicité des collections : gestion, médiation, restauration

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

* Dominique Vandecasteele et Rémi Catillon, Musée des arts et métiers : “Comprendre, conserver et restaurer le patrimoine scientifique et technique dans un musée”

* Soline Morinière, DRAC Alsace, Service régional de l’Archéologie : “Comprendre une collection de moulages : quels outils pour l’enseignement de l’histoire de l’art ?”


 

23 janvier 2015 – Les arts décoratifs

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

  • Céline Trautmann-Waller , Université Sorbonne Nouvelle-Paris3-CEREG:  “Collectionner et exposer les tapis d’Orient à Vienne à la fin du XIXe siècle : entre histoire des techniques, théorie de l’ornementation et promotion des arts décoratifs”
  • Rossella Froissart, UMR 7303-TELEMME CNRS Aix-Marseille Université: “L’Ornementation usuelle (1866-1868) de Rodoplhe Pfnor : questions de styles à la portée des ouvriers d’art”
  • Audrey Millet, Université Lille III – UMR 8533, CNRS, IDHES : “Dessinateur-collectionneur en manufacture : dessins, livres et échantillons comme supports des techniques (XVIIIe-XIXe siècles)”

 

13 février 2015 – Les classifications des instruments scientifiques

Lieu : université Paris 7, salle précisée ultérieurement

  •  Armelle Legoff, Archives nationales : présentation du livre : Bertrand Daugeron et Armelle Leggof dir., Penser/classer/administrer. Pour une histoire croisée des collections, Paris, CTHS / MNHN, 2014
  • Alexi Baker, CRASSH & History and Philosophy of Science, University of Cambridge: “Instruments of early modern London: urban manufacture, transnational use, and modern (mis)representation”

 

20 mars 2015 – Les collections extra-européennes

Lieu : université Paris 7, salle précisée ultérieurement

  • Mau Chuan Hui, Université Tsing Hua, Taïwan : “Les recherches en Chine sur l’industrie textile et les collections chinoises”
  • Habiba Aoudia, EHESS-IRIS : “Nommer les ‘arts indigènes’ d’Afrique du Nord:  statut de l’objet et catégories muséales”

 

 

Organisation

Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin (Lyon-III) et UMR 7041 ArScAn

Charlotte de Castelanu l’Estoile, Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Christiane Demeulenaere-Douyère, Centre Alexandre Koyré

Liliane Hilaire-Perez, EHESS (Centre Alexandre Koyré) et Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Valérie Négre, École nationale supérieure d’Architecture de Paris La Villette et UMR AUSser

Fabien Simon, Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Marie Thébaud-Sorger, CNRS-Centre Alexandre Koyré

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3-CEREG

Koen Vermeir, CNRS-UMR 7219 SPHERE

 

 

 

Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

JE-historicité-V8_Page_1

Régimes d’historicités et temporalités en histoire des sciences et des techniques

 

9h15 Accueil

 

9h30 Ouverture par Antonella Romano & Introduction par Annemieke Verboon

 

10h00 Gemma Cirac (CAK)  Construction et préservation de séries de données satellitales sur le long terme.

10h35 Dominique Pestre (EHESS, CAK)  Les temporalités des sciences, du laboratoire à lʼespace public.

 

11h10 Pause

 

11h30 Maddalena Cataldi (EHESS, CAK)  Régimes de pré-historicité. Modernes et Sauvages dans la construction de la Vallée des Merveilles comme objet scientifique.

12h05 Catherine Goldstein (IMJ-PRG, CNRS,UPMC, UPD)  Contextes, temps long et dynamiques du savoir mathématique.

 

12h40 Déjeuner

 

14h00 Maurice Cassier (CNRS, CERMES3)  Propriété et médicament: historicités en conflit.

14h35 Sylvain Di-Manno (EHESS, CAK)  Les temporalités subalternes de lʼobservation géophysique, 1920-1940. Enjeux méthodologiques et politiques.

 

15h20 Table ronde avec invités.

 

Organisateurs: Valérie Burgos, Sylvain Di-Manno, Lucie Gerber, Catherine Radtka, Annemieke Verboon

Contact: jecak@sciencesconf.org

En savoir plus : http://jecak.sciencesconf.org/

Programme au format pdf