Tous les articles par Valérie Burgos

New Horizons in Modern Japan History of Technology 29 mai 2014 – Needham Research Institute

 

International workshop

New Horizons in Modern Japan History of Technology

May 29, 2014

Needham Research Institute, 8 Sylvester Road, Cambridge, UK http://www.nri.org.uk/seminars.html

 

The aim of the workshop is to bring together early career and established scholars interested in the history of technology in modern Japan. We will discuss emerging work on the role of technology in transforming Japan into an industrial power in the course of the nineteenth and twentieth-century. Works to be discussed highlight both the perception of technology and technological artifacts as well as the implications of the discourse about science and technology in modern Japanese history. In paying particular attention to materiality we hope to explore Japan’s involvement in East Asia through the prism of technical know-how and industry.

9.30-10.00:  Welcome and tea

10.00-12.30:

« Japanese Development Consultancies and Postcolonial Power in Southeast Asia »

Aaron Moore (Arizona State University)

 

« From classroom to factory: Becoming an Engineer in late Meiji Japan »

Aleksandra Kobiljski (EHESS/Needham Research Institute)

Discussant: TSUKAHARA Togo (University of Kobe)

13.30- 16.30:

Popularising technology in early Meiji Japan Ruselle Meade (University of Manchester, UK)

Western science in the East Asian Empire Building of Japan in Colonial Korea (1910-1945) LEE Jung (Needham Research Institute)

Discussant:  TSUKAHARA Togo (University of Kobe

16.15 – 18.15

Round table: New trends in modern East Asia history of science and technology

With comments from: Francesca Bray (University of Edinburg) & Erich Pauer (University of Marburg)

 

 

Appel à contribution Techniques & culture – Réparer le monde. Excès, reste et innovation

La revue Techniques & culture lance un appel à contributions pour un numéro intitulé «Réparer le monde. Excès, reste et innovation » porté par deux chercheurs spécialistes de ces questions (Yann-Philippe Tastevin, CNE-Mucem et Jamie Furniss, Univ. Edinbourgh) et en partenariat avec le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Ce numéro est largement ouvert aux disciplines des sciences sociales et donnera lieu à une rencontre scientifique préparatoire avant l’édition à proprement parler. Sont également prévues en parallèle, une exposition au Mucem et des débats scientifiques ou à destination du grand public. Ce numéro inaugurera une nouvelle formule à destination d’un double lectorat scientifique et amateur (cf. conditions se soumission en fin).

 

_____________

Appel à Contributions/ Call for Papers

Réparer le monde

Excès, Reste et Innovation

___________

Nous appelons à proposition d’articles d’ici au 30 juin 2014 pour un numéro spécial de la revue Techniques & culture (http://tc.revues.org) intitulé : « Réparer le monde : excès, reste et innovation ».

Argumentaire

Les restes et leur traitement ont une valeur heuristique originale pour les sciences sociales. C’est tout au moins la position que nous entendons défendre dans ce numéro spécial, élaboré en partenariat avec le « Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée » (MuCEM) à Marseille, qui prépare pour 2016 une exposition sur les déchets. Englobant le sujet des déchets, mais loin de s’y limiter, ce numéro réunira des contributions issues de plusieurs disciplines provenant de terrains proches et éloignés autour de la problématique du « reste », envisagée non seulement comme « revers de la production », mais aussi comme un objet associant fortement les dimensions pratiques et symboliques.

Le « reste » est entendu ici, au sens large, comme un artefact de la pensée ou de la pratique, généralement invisible et bien souvent « hors culture ». Le reste renvoie aux choses impensées, à celles qui n’entrent pas dans les cadres culturels et cognitifs, qu’il s’agisse de dimensions symboliques ou économiques. L’analyse du ou des restes permet de révéler en profondeur l’intrication des enjeux sociaux, environnementaux et politiques.

Par cet argumentaire nous appelons des contributions qui explorent, complètent et discutent la notion de « reste » mais aussi les rapports entre reste et déchets au sens le plus large, notamment :

•             Restes « irréductibles ». L’exemple le plus extrême du reste comme élément résistant à l’érosion et à la biodégradabilité est probablement fourni par les déchets nucléaires, mais nous pensons aussi aux restes en suspens tels les résidus constituant une pollution atmosphérique ou les polymères présents dans les mers et les océans, emportés par le vent et les courants marins.

•             Restes « réutilisés ». Avec leur basculement dans l’envers du décor social, nos objets ne finissent pas toujours comme déchets. Ce passage marque souvent le début d’une « deuxième vie ». Quels sont les processus de requalification des objets ? Quels sont les lieux, les moments, les organisations où ces déchets circulent, s’échangent ou se transforment ? Il s’agit de donner à comprendre les modalités par lesquelles les restes persistent à « être encore » (réemploi) ou à « être à nouveau » (recyclage) ainsi que les enjeux sociaux de leurs retours.

•             Restes « retransformés ». Gisement de matières premières secondaires pour des entreprises minières qui tentent aujourd’hui de se réinventer à travers le concept de l’« urban mining » ou les métiers de l’économie « informelle » pratiqués dans les marges des métropoles où s’accumulent par exemple les déchets d’équipements électriques et électroniques (« e-waste »). Il s’agirait de donner à voir les flux de composants et de matériaux, de dessiner les contours des chaînes industrielles ou artisanales de recyclage.

•             Restes « fantômes ». Non seulement les objets matériels (y compris le cadavre et les ossements humains) mais bien sûr aussi les fantômes, esprits, démons et djinn sont des restes d’un passé qui, avec le temps, deviennent de plus en plus lointains, mais dont le présent n’arrive jamais totalement à se détacher. Selon Freud, l’« inquiétante étrangeté » de ces « démons familiers » (Das Unheimliche / the uncanny) est susceptible d’attirer et de repousser d’une commune mesure.

•             Restes « excédentaires ». Les pratiques ostentatoires de consommation donnent à la société contemporaine un étrange caractère de spectacle de potlach (où le prestige est pour celui qui non seulement produit le plus, mais jette le plus). Les pratiques (anti-)économiques de dilapidation et de perte, plutôt que le profit et l’accumulation — la fête, le sacrifice, le luxe, le jeu, la bourse… qui renvoient peut-être à d’autres façons de penser les rapports de valeurs entre matériel et immatériel.

Quels défis ces catégories de restes posent-elles à l’époque où certains chercheurs des sciences sociales reprennent la notion d’Anthropocène (« ère » caractérisée par le fait que l’influence de l’être humain sur le système terrestre est devenue prédominante) ? Quelles sont les conséquences pour l’anthropologie économique (avec le texte fondateur de Mauss sur le don) de disposer de biens sans l’idée d’échange, de circulation, de retour ? À l’inverse, dans quelle mesure les économies circulatoires réincorporent-elles les restes de façon inattendue ? L’étude des restes, ou ce que Georges Bataille appelait « la part maudite », permet-elle de réaliser une « mise à l’envers de la pensée » par l’élargissement de notre concept d’économie dans sa version actuelle (restreinte) à une économie « générale » ?

Le reste ne saurait être considéré comme une catégorie ontologique donnée, mais plutôt comme une catégorie dont les contours s’étendent, se contractent et se déconstruisent en fonction des régimes de valeur, des techniques et des croyances de chaque société, ainsi qu’à travers des activités telles l’élimination, la collection, la réparation, la transformation, la valorisation, la conservation. De même, la notion de reste revêt des significations matérielles et immatérielles différentes : faut-il voir, chez les chasseurs-cueilleurs ou horticulteurs, des sociétés « sans restes » (en tout cas, sans déchets) ? Ou le reste, la scorie, l’excrétât impensés prennent-ils d’autres formes (immatérielles ?) dans un environnement tropical humide caractérisé par la biodégradabilité des objets végétaux — contexte de nature bien évidemment différent de celui des artefacts métalliques ou plastiques des sociétés industrielles ?

Outre les formes matérielles des restes, les processus ou les épreuves qui permettent aux restes d’accéder à de nouveaux statuts sont d’une importance particulière pour cette réflexion collective. Dans ce numéro nous souhaitons promouvoir des études qui mettent en évidence les dimensions bricolantes et innovantes, les savoirs, savoir-faire, savoir-être que le monde accéléré de la consommation et de la surproduction appelle en retour et en résistance — contre l’idée d’« obsolescence programmée » notamment.

Ce thema est en définitive un numéro en colère et en résistance, l’anthropologie impliquée de Techniques & culture se définissant aussi comme une traduction claire et savante des « modèles du faire » des exclus.

Jamie Furniss, Yann-Philippe Tastevin

(Univ. Edinbourgh, Centre Norbert Elias-Mucem)

en collaboration avec Agnès Jeanjean (Univ. Nice) et Frédéric Joulian (EHESS)

 

Conditions de soumission et échéancier

§  Un résumé long de 2 000 à 4 000 caractères maximum, accompagné d’une dizaine d’illustrations.
À terme, trois formes d’articles sont envisageables :

– un article pour la version en ligne, de longueur variable entre 30 000 et 50 000 car. et dans lequel toutes sortes d’illustrations (photos, vidéo, audio) sont possibles. Il sera également présenté sur deux pages dans la version papier (avec l’annonce du lien http).

– un article pour la version papier de la revue, de 10 000 à 20 000 signes (espaces compris) accompagnée d’un maximum de 10 images HD dans lequel l’auteur s’efforcera d’écrire pour des lecteurs extérieurs à son propre champ, exercice impliquant une double exigence de scientificité et de lisibilité (la revue touchant un lectorat interdisciplinaire de sciences humaines et se diffusant en librairies comme un « livre-revue » à destination d’un public élargi).

– un article partant à l’inverse du terrain et des documents, dans lequel l’auteur, se fondant sur des exemples ou idées précises, analysera une quinzaine ou vingtaine d’images, dans un format inférieur à 10 000 caractères.

  • Date limite de soumission : 30 juin 2014
  • Sélection et réponse des coordinateurs : 15 juillet 2014
  • Abstract et présentations des contributeurs : 15 octobre 2014
  • Rencontre des contributeurs au MuCEM : 20-21 novembre 2014
  • Pour connaître les normes de la revue, consulter le site : http://tc.revues.org/1556

ou s’adresser à la rédaction

Techniques & culture

La revue Techniques & culture s’intéresse aux dimensions pragmatiques, sociales et symboliques des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes. Les cultures matérielles et la matérialité permettent de révéler et donner un sens concret aux rapports entre les hommes ou entre les hommes (sociétés) et leurs milieux. La revue élabore et co-produit des numéros thématiques, synthèse des avancées les plus récentes de grandes questions anthropologiques qu’elle destine autant au monde savant (revue de rang A) qu’à un plus large public (disponible en librairie et sur le net).

Détails pratiques

Les auteur-e-s devront prendre contact avec les coordinateurs du numéro, Yann-Philippe Tastevin et Jamie Furniss par l’intermédiaire du secrétariat de rédaction de la revue (techniques&culture@ehess.fr) pour soumettre leur projet (titre et résumé d’une page, accompagnés de leur nom, coordonnées, affiliation institutionnelle) avant le 30 juin 2014.

Une rencontre des contributeurs retenus est prévue au MuCEM à Marseille en novembre 2014.

La proposition ainsi que le texte intégral peut être envoyé en langues française ou anglaise ; le numéro spécial paraîtra en français, Techniques & culture prenant en charge la traduction vers le français des textes soumis en langue anglaise.

_____________

How to fix the world

                  Excess, Remainder and innovation

___________

Prospective contributors to a special issue of the journal Techniques & culture (http://tc.revues.org) entitled ‘How to fix the world. Excess, remainder and innovation‘ are invited to submit article abstracts before 30 June 2014.

 

Description

Remainders and the way they are dealt with are a productive social sciences heuristic. Or so we argue in this special issue, published in partnership with Marseille’s ‘Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée‘ (MuCEM), where an exhibition on waste is being prepared for 2016. Incorporating the subject of waste but casting a much wider net, this special issue will gather together contributions, from multiple disciplines and fieldsites, around the topic of ‘remainders,’ conceived of not only as ‘counterparts of production’ but also in their crucial semiotic and symbolic dimensions.

‘Remainders’ are understood here in a the broad sense, as artefacts of thought or practice, generally invisible and often ‘outside of culture.’ Remainders are things that remain ‘unthought,’ that do not enter into cultural and cognitive frameworks, be they symbolic or economic. Materially and conceptually, remainder(s) are an entry point for examining a series of imbricated social, environmental, and political issues.

We invite contributions exploring, supplementing, and challenging notions/categories of ‘remainders,’ in the broadest sense (including but not limited to waste), notably the following:

•           ‘Irreducible’ remainders. The most extreme example of remainders qua elements that resist erosion and biodegradation is probably nuclear waste, but other such insistent externalities include suspended residues/particles such as those that result in atmospheric pollution, or the polymers that, carried by ocean currents and the wind, form gyres in the seas and oceans.

•            ‘Reused’ remainders. Not all objects that fade into the background of social life become waste. This transition often marks the beginning of the social ‘after-life’ of things. By what processes are objects salvaged? In what places, moments, and organizational configurations do waste objects circulate, are they exchanged and transformed? By what modalities do leftover objects continue existing (re-use) or exist anew (recycling), and what are the social implications of these renewals?

•            ‘Salvaged’ remainders. What are flows and components, the contours and value chains of actors who glean secondary raw material deposits, on both industrial (extractive industries exploring new forms of ‘urban mining’) and artisanal (the ‘informal’ economy on the margins of large metropolises disassembling and salvaging things like old electric appliances and electronics) scales?

•            ‘Ghostly’ remainders. Not only material objects (including human remains such as the corpse and bones) but also ghosts, spirits, demons and Jinn are the haunt(ed/ing) ruins of a past that, though it gets further and further away, the present never entirely succeeds in detaching itself from. According to Freud the ‘worrying strangeness’ of these ‘familiar demons’ (Das Unheimliche/the uncanny) both attracts and repels us.

•            ‘Excess’ remainders. Practices of ostentatious consumption give contemporary society a strange likeness to the potlach ceremony (where prestige is associated not with production but destruction, flowing to the person who throws the most away). Do the (anti)-economic practices of loss and destruction rather than profit and accumulation—festival, sacrifice, luxury, gambling, the market, etc—invite different ways of conceiving of value relations between the material and the immaterial?

What challenges do these categories of remainders pose at a time when certain social science researchers are taking up the notion of Anthropocene (that the present ‘era’ is characterized by human beings having become the predominant force impacting the planet’s evolution)? What are the consequences for economic anthropology (of which one of the founding texts is Marcel Mauss’s Essay on the Gift) to traffic in objects without the idea of exchange, circulation, or return? Conversely, to what extent do circulatory economies reincorporate remainders in unexpected ways? Does the study of remainders, or what Georges Bataille called the ‘accursed share,’ allow, as he promised, for turning our way of thinking ‘upside down’ by broadening our current ‘restricted economy’ to a ‘general economy’?

Remainders cannot be conceived of as ontologically given, but must rather be thought of as belonging to a category the contours of which expand, contract, and deconstruct themselves depending on the value regimes, techniques, and beliefs of each society, as well as through activities such as elimination, collection, repair, transformation, re-valuation, preservation. Similarly, the notion of remainder has different material and immaterial meanings: should hunter-gatherer or horticultural societies be regarded as being ‘remainderless’ (or at least without waste?). Or do remainders, cinders, excreta take other (immaterial?) forms in a humid tropical environment characterized by the biodegradability of plant matter, a context that is clearly very different from one dominated by metal or plastic artefacts of industrial societies.

Apart from the material forms of remainders, the processes or transformations by which they change status are of particular importance for the collective reflection we seek to develop through this special issue. We are particularly keen on studies that reveal forms of innovation, knowledge, savoir-faire, bricolage, and ways-of-being that the accelerated world of consumption and overproduction produces as rebound and resistance effects, in particular against planned obsolescence.

Reflecting Techniques & culture‘s stand in favour of engaged, and at times angry and defiant anthropology, this special issue aims to translate into the scholarly realm the ‘models of doing’ of the excluded.

 

Jamie Furniss, Yann-Philippe Tastevin

(Univ. Edinbourgh, Centre Norbert Elias-Mucem)

in collaboration with Agnès Jeanjean (Univ. Nice) and Frédéric Joulian (EHESS)

Submissions

Article proposals should be in the form of a 2,000-4,000 character abstract, accompanied by up to ten illustrations.

Final submissions may be in one of three different formats:

  • An article appearing online, of between 30,000 and 80,000 characters (including spaces) and in which all forms of audio and visual illustrations (photos, video, sound recordings) are accepted. A two-page summary of such articles will be appear in the print version of the journal, with the URL link.
  • An article appearing in print, of between 10,000 and 20,000 characters (including spaces), accompanied by a maximum of 10 High Definition images. Authors of these articles should seek to address themselves to readers outside their own field in a manner that is at once rigorously scientific and accessible to the journal’s broad readership, which goes beyond a pluri/inter-disciplinary range of social scientists, to include a High Street bookshop audience.
    • An article based on fieldwork and documents in which the author analyzes a specific example or idea through 15-20 images and a text not exceeding 10,000 characters (including spaces).

For editorial norms, please consult http://tc.revues.org/1556 or contact the editorial team.

Editorial team contact: techniques&culture@ehess.fr

Calendar

  • Abstracts due: 30 June 2014
  • Selection of articles and reply to authors: 15 July 2014
  • Full abstract & article: 15 October 2014
  • Contributors meet for colloquium at MuCEM (Marseille): 20-21 November 2014

 

Techniques & culture

The journal Techniques & culture is devoted to the pragmatic, social and symbolic dimensions of techniques, from the most ‘traditional’ to the most modern. Material culture and materiality as we approach them allow for revealing and giving concrete meanings to the relationships between human beings, as well as between them and their environment. The journal publishes thematic issues, the ambition of which is to be syntheses of the most recent and important anthropological questions. These are aimed at both a scholarly audience (as a high-ranking academic journal) and the broader public (by making it available in High Street bookstores and over the internet).

Practical details

Authors should contact the editor-coordinators of the issue, Yann-Philippe Tastevin and Jamie Furniss, via the journal’s editorial team (techniques&culture@ehess.fr) in order to submit their abstract along with their name, address, and institutional affiliation before the 30th of June 2014.

A meeting of all contributors is planned prior to publication, at the MuCEM in Marseille in November 2014.

Abstracts as well as final articles may be submitted in French or English. The issue will be published in French, with translation into French of any English texts being the arranged by the journal’s editorial team.

 

 

 

 

La prose des inventeurs, le 23 mai 2014, 10 h-17 h Bibliothèque Jacques Seebacher

 

2014-04-29 Affiche-prog LAC

 

 

10h :         ouverture de la journée (Muriel Louâpre)

 

10h15 :  Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège)

« Inventer en littérature »

 

10h45 :   Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré)

« ‘‘Le Pisé : Ô ma divine maîtresse !…’ . L’architecte François Cointeraux (1740-1830) se fait le chantre de la construction en pisé de terre».

 

11h15 :  Laurent Koetz (École Nationale Supérieure d’Architecture de la Ville et des Territoires à Marne la Vallée)

« Entre vision progressiste et enjeux professionnels,  l’invention  architecturale chez Louis Auguste Boileau. 1850-1853. »

 

Déjeuner

 

14h :         Muriel Louâpre (Université Paris Descartes)

« Usages de l’inventeur dans la vulgarisation scientifique  »

 

14h30 :  Bridget Behrmann (Princeton University – ENS Ulm)

« Aucune trace » : Récits de l’inventeur incon- nu dans la vulgarisation de la photographie, 1850-1870

 

15h :   Cristiana Oghina-Pavie (Université d’Angers)  et Mathilde Bataillé (Université d’Angers)

« L’obtention végétale au XIXe siècle : fruit du hasard ou de l’industrie ? »

 

15h30 :  Patrick Cingolani (Université Paris Diderot)

« Gabriel Tarde : Les inventions et leurs duels ».

 

16h :       Table-ronde : « Les mots de l’invention »

 

 

À la Bibliothèque Jacques Seebacher

Bât. des Grands Moulins, aile A, 2e étage, 16, rue Marguerite Duras 75013 Paris.

Contact : direction.lac@univ-paris-diderot.fr

 

  l’Affiche au format pdf

 

 

 

 

 

 

les Débats du Centre Alexandre Koyré

affiche-DDCAK-mars-juin-2014

 

Le Centre Alexandre Koyré (CAK) d’Histoire des sciences et des techniques (CNRS/EHESS/MNHN) est heureux de vous convier à son nouveau rendez-vous mensuel, les Débats du Centre Alexandre Koyré, qui se dérouleront un mercredi par mois, généralement de 10h à 12h, au 5e étage du 27 rue Damesme, Paris 13e. Ils seront systématiquement suivis d’un moment convivial de discussions et d’échanges autour d’un verre et d’une petite assiette en carton.

La formule de ce nouveau rendez-vous mensuel est très simple. A l’occasion de la sortie récente d’un ouvrage d’histoire des sciences et des techniques (au sens large), nous invitons son auteur à en débattre avec deux discutants privilégiés, ainsi qu’avec l’ensemble de l’auditoire.

Les quatre débats en question sont les suivants :

– Mercredi 12 mars 2014 – 14h-17h
« Sciences et modernité : une fabrique ? »
Débat avec Simon SCHAFFER (University of Cambridge, professeur invité à l’EHESS), autour de son ouvrage La Fabrique des sciences modernes, XVIIe-XIXe siècle (Paris: Seuil, 2014).

– Mercredi 30 avril 2014 – 10h-12h
« Qu’est-ce que la technologie ? »
Débat avec Liliane HILAIRE-PEREZ (EHESS, Centre Alexandre Koyré), autour de son ouvrage La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle (Paris: Albin Michel, 2013).

– Mercredi 21 mai 2014 – 10h-12h
« L’hypnose : laboratoire de la psychanalyse ? »
Débat avec Andreas MAYER (CNRS, Centre Alexandre Koyré), autour de son ouvrage Sites of the Unconscious: Hypnosis and the Emergence of the Psychoanalytic Setting (Chicago: University of Chicago Press, 2013).

– Mercredi 25 juin 2014 – 10h-12h
« Le droit : manufacture des faits scientifiques ? »
Débat avec Sheila JASANOFF (Havard Kennedy School, Cambridge, USA), autour de son ouvrage (recueil d’articles traduits par Olivier Leclerc) Le droit et la science en action (Paris: Dalloz, 2013).

 

Comité National Français d’Histoire et de Philosophie des Sciences

http://www.cnfhps.org/

Le CNFHPS est une association régie par la loi de 1901.

Cette association établie en 1956 a pour but de favoriser le développement des études et recherches d’histoire et de philosophie des sciences par tous les moyens opportuns d’action nationale ou internationale, et en particulier par la publication et la diffusion des travaux et par le concours prêté à l’organisation du congrès de l’espèce.

Le CNFHPS est membre du Comité Français des Unions Scientifiques Internationales (COFUSI). Il est l’interlocuteur, en France, des deux divisions sœurs réunies au sein de l’Union Internationale d’Histoire et de Philosophie des Sciences : la Division d’Histoire des Sciences et des Techniques et la Division de Logique, Méthodologie et Philosophie des Sciences.

Elle a son siège à Paris, 16 rue Mazarine, Paris.

Son nouveau site internet présente le Comité National Français d’Histoire et de Philosophie des Sciences, ses missions et actions, ses instances et son histoire. Il ambitionne également et surtout de faire connaître la recherche qui se mène en France dans les disciplines qu’il représente : la logique ainsi que l’histoire et la philosophie des sciences et des techniques. A ce titre, le site accueille un annuaire de la recherche, qui recense les équipes et les chercheurs dans les domaines concernés. Il proposera également un annuaire des personnels accompagnant la recherche et réunis dans le réseau Histoire, Philosophie, Sciences, Techniques.

Pour toute question, tout commentaire ou toute proposition, n’hésitez pas à nous écrire !

 

Le Bureau du CNFHPS et, pour le site web, Pierre Edouard Bour (Archives Henri Poincaré)

Judith Rainhorn (dir.), Santé et travail à la mine, XIXe-XXIe siècle

Judith Rainhorn (dir.), Santé et travail à la mine, XIXe-XXIe siècle

Presses universitaires du Septentrion, 2014

Flyer_Rainhorn-2014

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100550210&fa=author&Person_ID=12064

L’inscription du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au patrimoine mondial de l’humanité en 2011 a fait de la mine un lieu de mémoire universel et des gueules noires les héros et martyrs d’un monde disparu. Pourtant, l’activité minière, quasiment révolue dans la Vieille Europe et les pays de la première industrialisation, est aujourd’hui en pleine expansion dans la plupart des pays émergents, au point de constituer l’une des activités économiques essentielles de la Chine, du Brésil, de l’Afrique australe et de l’Inde.

Érigeant en mythe un monde ouvrier fier de ses valeurs de courage, de solidarité et de puissance virile, Zola a définitivement lié dans notre imaginaire la mine au danger et à la catastrophe. Mais le vieux Maheux de Germinal concède aussi : « Du charbon, j’en ai plein les poumons, de quoi me chauffer tout l’hiver ». Loin du spectacle de la mort collective, en effet, le travail à la mine est générateur de maladie et d’agonie silencieuse : silicose, ankylostomiase, sidérose et cancers dessinent les contours d’une catastrophe de masse, bien plus meurtrière, vécue à l’échelle individuelle par ceux qui perdent leur vie à la gagner depuis deux siècles.

C’est l’histoire, longtemps occultée, que ce livre raconte. Réunissant les contributions de chercheurs internationaux, dont certains pour la première fois en français, il offre une réflexion à la croisée de l’histoire du travail, de la santé, des mobilisations sociales et des politiques publiques. Voyage dans les maux de la mine de charbon, de cuivre ou d’uranium, de la France au Chili, du Japon à l’Afrique du Sud, de l’Allemagne au Chili, de l’Écosse à l’Espagne, de la Belgique aux États-Unis, ce livre apporte un regard historique neuf sur une question d’une sinistre actualité dans notre monde globalisé.

Contributeurs : Lars Bluma (Bochum), Marion Fontaine (Avignon), Eric Geerkens (Liège), Gabrielle Hecht (Michigan U), Irène Huang (EHESS), Arthur McIvor (Glasgow), Alfredo Menendez-Navarro (Grenade), Judith Rainhorn (Valenciennes), Paul-André Rosental (Sciences Po), Bernard Thomann (Inalco), Angela Turner (Glasgow), Angela Vergara (Los Angeles).

ISBN : 978-2-7574-0739-4

Prix : 27 €

 

Conference on Percussive Technology and Human Evolution (London, 18-19 September 2014) UCL-Institute of Archaeology

 Conference programme_Page_1
 
On the 18th and 19th of September 2014 an international conference will take place at the Institute of Archaeology (University College London) as part of the project “Percussive technology in Human Evolution: A comparative approach”, sponsored by the Leverhulme Trust- International Networks Program.
Researchers from around the world working on the various facets of percussive technology will meet for two days to present new discoveries related to the role of pounding activities in areas such as Primatology, Ethnology and Archaeology. The conference aims to promote inter-disciplinary comparisons to aid better understanding of the role of pounding activities in primate evolution.
A limited number of poster presentations on themes related with the conference key topics will be accepted. Titles and abstracts should be submitted before June 15th, 2014 to Adrian Arroyo: a.arroyo@ucl.ac.uk
Conference Venue: Lecture Theatre G6. Institute of Archaeology, University College London. 31-34 Gordon Square. WC1H 0PY. London.
Contact: a.arroyo@ucl.ac.uk Adrian Arroyo (Conference Secretary)

Éric Szulman La navigation intérieure sous l’Ancien Régime, 2014

Éric Szulman

La navigation intérieure sous l’Ancien Régime

Naissance d’une politique publique

Presses univesrtaire de Rennes, 2014

Collection : Histoire

Cet ouvrage explore, à travers un grand XVIIIe siècle, l’histoire de la navigation intérieure, de l’administration attentive de Colbert à la politique publique instituée par Turgot en matière de trafic fluvial. Il s’agit de comprendre le cheminement par lequel cette action publique s’est construite et institutionnalisée, d’en saisir les modalités intellectuelles et administratives et de repérer les jeux d’acteurs par lesquels elle a été forgée.

Préface d’Anne Conchon et Dominique Margairaz.

Avec le concours de l’IDHE-université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

  • L’émergence d’une préoccupation publique (vers 1660-vers 1740)
  • La navigation intérieure comme nouveau domaine d’administration (vers 1740-1763)
  • Le plan Bertin (1763-1773) ou l’institutionnalisation d’une catégorie d’action publique
  • Le plan Turgot (1774-1776), la concrétisation d’un élan décisif
  • La publicisation du débat (1760-1790) : logiques et dynamiques
  • Les pratiques et les circuits administratifs d’une politique coordonnée (1775-1790)
  • Naissance d’une politique publique (1) : financement et construction de nouvelles infrastructures
  • Naissance d’une politique publique (2) : les réformes de la police de la navigation
  • La rupture révolutionnaire (1790-1792)

Association francophone d’histoire de la construction -SITE INTERNET

Charpentière

Ouverture du site internet

de l’Association francophone d’histoire de la construction :

 www.histoireconstruction.fr 

Il devrait constituer le bulletin de liaison des historiens de la construction en présentant les activités de l’association, les nouvelles manifestations (appels à contributions, colloques, séminaires), les parutions, les soutenances concernant notre champ.

Pour ceux qui le souhaitent, nous serons ravis de diffuser leurs travaux et activités. Les travaux en cours intéressant notre communauté se dévoileront à travers l’annuaire constitué des membres automatiquement mis à jour à chaque adhésion.

Il devrait être également un site de publication de sources et de recherche.

Il permet enfin d’adhérer facilement en ligne à l’association de chez vous.

Robert Carvais

Pour le bureau

Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique scientifique, technique et industrielle

2 volumes élaborés au cours des journées « Michel Crozon »

Fdp-rencontres-m-crozon

Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique scientifique, technique et industrielle.

Une mémoire pour demain : 30 ans de culture scientifique, technique et industrielle. 

            Le premier volume décrit  l’émergence des actions  de culture scientifique, leurs développements depuis les années 60  et jusqu’à ce jour , et les liens divers avec les divers partenaires acteurs de ces mouvements au long de cette progression.

            Le second volume  est plus  directement consacré à la culture technique (actions patrimoniales et de préservation, écomusées dans des territoires en mutation , les partenariats …) et à son devenir.

 

La Poste centrale du Louvre. Un prototype d’architecture postale, une pensée rationaliste à l’œuvre : Prochaine conférence de la SOCIÉTÉ DE L’HISTOIRE DE PARIS ET DE L’ILE DE FRANCE, mardi 15 avril 2014, à 17 h 30

LA SOCIÉTÉ DE L’HISTOIRE DE PARIS ET DE L’ILE DE FRANCE 
 
a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence
 
le mardi 15 avril 2014, à 17 h 30
 

La Poste centrale du Louvre. Un prototype d’architecture postale, une pensée rationaliste à l’œuvre

 

par Guy LAMBERT, maître de conférences en histoire de l’architecture à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, chercheur à l’IPRAUS (UMR AUSser 3329).

Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris (M° Hotel de Ville ou Rambuteau). Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Aujourd’hui en cours de reconversion, la Poste de la rue du Louvre est à la fois bien connue comme équipement public et paradoxalement méconnue comme édifice. Cette création précoce de la IIIe République est venue concrétiser un projet poursuivi durant presque tout le XIXe siècle : doter la poste parisienne d’un siège moderne au cœur de Paris. Conçu entre 1878 et 1888 par Julien Guadet, architecte des Bâtiments civils et professeur à l’École des beaux-arts, l’édifice constitue sa réalisation la plus emblématique. Par son organisation, il illustre une pensée rationaliste, éprise ici d’une recherche de fluidité et d’efficacité du service, tandis que son architecture reflète le souci de donner une expression propre à des programmes utilitaires relevant de l’État. L’apparence massive des façades de pierre cache de vastes nefs métalliques conçues pour être modulables. « Une usine et un monument », telle est l’interprétation que l’architecte donne d’un tel programme.

L’Atlas de Trudaine. Pouvoirs, cartes et savoirs techniques au Siècle des Lumières, de Stéphane Blond

Les éditions du CTHS publient le 10 avril L’Atlas de Trudaine. Pouvoirs, cartes et savoirs techniques au Siècle des Lumières, de Stéphane Blond.

L’atlas de Trudaine Pouvoirs, cartes et savoirs techniques au Siècle des Lumières Stéphane Blond

 

 

Réalisé au XVIIIe siècle, l’atlas dit de Trudaine fait référence à plus de trois mille plans manuscrits qui figurent les routes et les ouvrages d’art dont la construction et la gestion incombaient au roi de France. Cette oeuvre, issue d’une commande administrative, contient des enjeux sous-jacents et des intentions politiques : selon l’adage « gouverner c’est prévoir », la carte devient un puissant moyen de projection dans l’avenir, un outil indispensable pour gouverner. Stéphane Blond offre une lecture de cette source exceptionnelle en s’inscrivant à la croisée de l’histoire administrative, de l’histoire des savoirs techniques, de la géographie et de la cartographie. Les nombreuses illustrations dont il propose l’étude sont un véritable plaisir pour les yeux et l’esprit. Nul besoin d’être un spécialiste pour comprendre l’importance de cet ouvrage : s’intéresser à l’atlas de Trudaine, c’est – d’une certaine manière – partir à la découverte du territoire passé pour mieux comprendre le territoire présent. Stéphane Blond est agrégé et enseignant en histoire moderne à l’université d’Évry-Val d’Essonne. Sa thèse a été récompensée par le prix du concours de thèse du CTHS, le prix Dezès de la Fondation de France et deux fellowships en histoire de la cartographie en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Collection Hors collection Éditeur CTHS Distributeur Sodis | F30875.3 ISBN 978-2-7355-0805-1 Description 416 p. | 21 x 27 cm | ill. en coul. | br. Parution le 10 avril 2014 Prix 54 € Contact presse : Pierre-Emmanuel Potey | 01 55 95 89 62 service.presse@cths.fr Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13 clemence.nogarede@recherche.gouv.fr

 

Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli, sous la direction de Patrice Bret et Gérard Pajonk

Sous la direction de Patrice Bret et Gérard Pajonk

Comment un savant devient-il célèbre ? Quels critères permettent sa renommée ou sa réhabilitation ? Pourquoi certaines figures n’ont-elles jamais accédé à la célébrité ? Pour tenter de répondre à ces questions, l’histoire des sciences et des techniques bénéficie d’un éclairage nouveau grâce à la renaissance du genre biographique. L’apport de ce dernier est considérable, qu’il s’agisse d’étudier la construction historique des grandes catégories culturelles ou la construction sociale et politique de figures individuelles. Issu des recherches présentées lors du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, cet ouvrage offre un regard original sur certains savants et inventeurs dont les trajectoires sont liées aux mécanismes de la gloire et de l’oubli. Patrice Bret est chercheur au Centre Alexandre-Koyré (Paris). Les jeux de la gloire et de l’oubli sont au cœur de ses travaux, consacrés notamment au XVIIIe siècle et à la période révolutionnaire et impériale. Il a récemment codirigé Madame d’Arconville (1720-1805) : une femme de lettres et de sciences au Siècle des lumières (Hermann, 2011). Gérard Pajonk est professeur émérite de l’université Lyon I. Ancien élève de l’École supérieure de chimie industrielle de Lyon, il est spécialiste de catalyse et cinétique chimiques hétérogènes, expert en chimie des matériaux obtenus par les procédés sol-gel et du séchage supercritique (aérogels, cryogels).

CTHS Sciences
ISBN 978-2-7355-0813-6
136 p. | 21 x 27 cm | br. –
Parution : 04/2014
Code Sodis : F30886.7

  Table des matières au format pdf

Présentation du film « Bois et Zellij », Mohamed Abdeljalil El Hajraoui Professeur de l’enseignement supérieur à l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine

Mercredi 19 mars 2014

à 17 heures

à l’Institut de Paléontologie humaine

1 rue René Panhard, 75013 Paris

Mohamed Abdeljalil El Hajraoui
Professeur de l’enseignement supérieur à l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine
Préhistorien
Directeur du Patrimoine Culturel du Maroc (2000-2006)
Présentera son film : « Bois et Zellij »
 
« Bois et Zellij »
Dans la série « Corps de métiers traditionnels de la naissance à nos jours »
Production 2M
Réalisation A. Talbi
Scénario et textes M. A. El Hajraoui
Musique S. Chraibi
Année 2009

Durée 40’