Tous les articles par Valérie Burgos

Boris Vian, un ingénieur très parisien par Jean-François Belhoste, Mardi 21 janvier à 17 h 30

Boris Vian, un ingénieur très parisien

conférence de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes-études, membre de l’association Centrale-Histoire

mardi 21 janvier 2014, à 17 h 30,

Conférence de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France

1513251_731740260178151_1296022051_n
Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville ou Rambuteau).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’itinéraire personnel de Boris Vian s’inscrit tout entier dans le cadre parisien. Entré à l’Ecole centrale des arts et manufactures, il y fit sa scolarité rue Montgolfier, à deux pas du Conservatoire des arts et métiers, entre 1940 et 1942. Né à Ville d’Avray (Hauts-de-Seine), il avait fait ses classes préparatoires au lycée Condorcet. Et c’est place de la Bourse qu’il trouva son premier emploi à l’Association française de normalisation (Afnor) où il resta jusqu’en 1946 et écrivit ses premiers romans. Amoureux du jazz, Vian passait cependant ses soirées à jouer de la trompette dans les caves, ce qui le conduisit à Saint-Germain-des-Prés où il côtoya Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir au café de Flore et aux Temps Modernes. Son œuvre non seulement se ressent de cette vie toute parisienne, mais exprime aussi, à peine voilée, sa formation axée sur la technique et les sciences appliquées. L’Association des Centraliens a choisi Boris Vian comme « Centralien de l’année 2013 » et la promotion des élèves de cette année porte son nom.

 

Prochaine séance du Séminaire Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes Jeudi 23 janvier de 16 h 30 à 18 h 30, Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 115

Séminaire Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes 
 
Prochaine séance  :
Jeudi 23 janvier de 16 h 30 à 18 h 30.
Lieu : Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 115
 

Parviz Mohebbi (UMR 7528 Mondes iranien et indien)

« La circulation et la connaissance des objets techniques européens en Iran »

 
Organisateurs du séminaire :
Yoshio Abé
Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin Lyon III-UMR 7041 ArScAn
Cozette Griffin-Kremer
Liliane Hilaire-Perez, EHESS, Université Paris-Diderot Paris VII
Haris Procopiou, Université Panthéon-Sorbonne Paris I-UMR 7041 ArScAn
 

Nous nous intéressons aux modalités de circulation des savoir-faire et des objets techniques – à l’état de matières premières, d’ébauches ou de produits finis – dans les sociétés non industrielles, y compris les sociétés sans écriture passées ou présentes. Ces transmissions peuvent s’opérer d’un groupe voisin à un autre, par emprunt ou diffusion, mais aussi d’une génération à l’autre. De plus, les techniques font l’objet d’adaptation à des besoins différents ou de perfectionnements. Enfin, les  circulations peuvent marquer des arrêts. Ce sont les arythmies mises en évidence par Jean Guilaine au Néolithique. En étudiant des cas concrets, nous examinerons ce que l’on peut percevoir de ces différentes modalités, à partir des traces matérielles et des sources textuelles à notre disposition. Nous verrons les difficultés que rencontrent l’archéologue et l’historien pour reconnaître ces transferts, plus faciles à appréhender en contexte anthropologique actuel.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Prochaine séance du séminaire « Penser/classer les collections techniques » Vendredi 24 janvier 15-19h, Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)

Séminaire Penser / classer les collections techniques
Prochaine séance :
Vendredi 24 janvier 15 – 19 h – Demi-journée « Penser/classer les collections ethnologiques »
 
Lieu : Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)
 
Programme :
• Susanne Mersmann (Université Johannes Gutenberg-Mayence) : « Le statut et la définition de l’objet au Palais du Trocadéro à la fin du XIXe siècle ».
• Dominik Collet (Université de Heidelberg) : “Staging Separation – Distant worlds in early museums”.
• Jeanna Tchistiakowa (Musée ethnographique de la Russie) : « Le musée ethnographique de la Russie et son système d’inventaire de sa fondation (1895) à nos jours ».
Organisateurs du séminaire :
Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin (Lyon-III) et UMR 7041 ArScAn
Christiane Demeulenaere-Douyère, Centre Alexandre Koyré, Paris
Liliane Hilaire-Perez, EHESS et Université Paris-Diderot (Paris-VII)
Valérie Nègre, École nationale supérieure d’Architecture de Paris La Villette et UMR AUSser
Fabien Simon, Université Paris-Diderot (Paris-VII)
Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne-Nouvelle (Paris-III)
Koen Vermeir, CNRS-UMR 7219 SPHERE
Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.
In this seminar, we reflect on the way curators and researchers think about techniques collections – objects, archaeological remains, texts, books. We will discuss how these collections are formed as well as the research methods used to study these collections. Collections are dependent on the intellectual and material conditions in which they have been formed, on procedures of inventory and classification, on methods of identification and labelling. Furthermore, researchers who study technical collections are often brought to
question the criteria of classification that have guided their constitution. At stake are thus the confrontation and analysis of research methods for technical collections, as well as a study of their formation.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Jean-Michel MINOVEZ, Catherine VERNA, Liliane HILAIRE-PÉREZ (dir.)

arton1284-8df4d
Le 33e volume des Journées Internationales d’Histoire de Flaran vient de paraître aux Presses Universitaires du Mirail :

http://w3.pum.univ-tlse2.fr/

J.M. Minovez, C. Verna et L. Hilaire-Perez, Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, PUM, 2013, 310 pages.

Les industries n’ont pas été exclusivement localisées en ville et en banlieue, elles n’ont pas attendu la « Révolution industrielle » pour se développer et les usines n’en furent pas le seul espace de production : nombreux sont aujourd’hui les travaux qui permettent de le démontrer. L’industrie est née dans les campagnes européennes. Mais que furent exactement les industries rurales au Moyen Âge et à l’Époque moderne ? Comment les reconstituer, les définir pour mieux en étudier les spécificités ? Pour y parvenir, les études rassemblées dans ce volume analysent les structures d’intégration des activités industrielles : l’organisation spatiale de la production et les circuits de sa commercialisation, la pluriactivité des producteurs et, à l’interface des processus productifs et marchands, les fonctions multiples de l’entreprise inscrites dans les campagnes dès le Moyen Âge. L’ouvrage propose ainsi un précieux tour d’horizon de l’historiographie européenne, non seulement la plus traditionnelle, centrée sur le concept de proto-industrie dont il interroge toutes les facettes et les enrichissements récents mais également grâce au choix de la longue durée, l’historiographie la plus neuve qui fournit à l’industrie des périodes anciennes sa légitimité scientifique.

 

TABLE DES MATIÈRES

Jean-Michel Minovez, Catherine Verna, Liliane Hilaire-Pérez   L’industrie des campagnes : retrouver la longue durée

Mathieu Arnoux Districts industriels, régions de production, marchés  (Europe, XIIe-XVe siècle). Quelques pistes de réflexion

Andrea Barlucchi L’industrie de la laine dans le territoire florentin (XIIe-XVe siècle).

Chris Dyer  L’industrie rurale en Angleterre des années 1200 à 1550 : géographie, sociologie et organisation de la production et des marchés

Íñigo Mugueta Moreno Les territoires de la sidérurgie médiévale au Pays basque et en Navarre

Catherine Verna Pour une approche biographique de l’entreprise rurale au Moyen Âge.

Germán Navarro Les industries rurales dans la Couronne d’Aragon au XVe siècle.

Mohamed Ouerfelli Ficarazzi : un centre industriel de production du sucre au XVe siècle.

Jean-Marie Yante Recrutement entrepreneurial, financement industriel et pluriactivité entre Meuse et Moselle (XIVe-XVIe siècle).

Jacques Bottin Entre ville et campagnes : réflexions sur les modes de développement de la production textile dans l’Europe du premier Âge moderne

Craig Muldrew L’importance du filage comme activité rurale en Angleterre, 1550-1770.

Corine Maitte, Didier Terrier Pour reconsidérer les logiques spatiales de l’essaimage proto-industriel. La manufacture d’Aumale vers 1715.

Agustín González Enciso Les facettes de la pluriactivité dans les industries rurales de l’Espagne moderne.

Jean-Pierre Poussou Les industries rurales dans le Sud-Ouest de la France au XVIIIe siècle

Pat Hudson Une nouvelle approche des industries rurales et du processus d’industrialisation en Grande-Bretagne

Jürgen Schlumbohm La diversité des régions linières en Allemagne (XVIIe-début du XIXe siècle).

Jean Cantelaube, Olivier Codina Les territoires pyrénéens de la sidérurgie à la catalane. Des ressources de l’écosystème aux demandes des marchés (XVIIe-XIXe siècle)..

Carlo Marco Belfanti Des industries rurales aux districts industriels ? Le cas de l’Italie du Nord, du XVIe au XIXe siècle.

 

Sommaire-FLA33

Les sources de l’histoire des patrimoines : comment et où mener une recherche ? en ligne (2e éd.) – INP

Le centre de ressources documentaires de l'Institut national du
patrimoine vient de mettre en ligne dans la médiathèque numérique la
seconde édition du dossier de formation sur _LES SOURCES DE
L’HISTOIRE DES PATRIMOINES : COMMENT ET Où MENER UNE RECHERCHE ?_
Ce dossier rassemble les réflexions menées en 2010 et 2012 autour de
cette problématique et constitue un document de référence utile aux
professionnels et chercheurs pour l'identification des sources
archivistiques, permettant de documenter l'histoire du patrimoine bâti
et des objets mobiliers ainsi que les nouveaux outils permettant d'y
accéder : guides, bases de données, autres instruments de recherche
majeurs.
LES SOURCES DE L’HISTOIRE DES PATRIMOINES : COMMENT ET Où MENER UNE
RECHERCHE ? http://mediatheque-numerique.inp.fr/index.php/content/download/8579/114791/version/9/file/Sources_histoire_des+patrimoines_2013.pdf

Christiane Demeulenaere-Douyère : « L’architecte François Cointeraux (1740-1830), infatigable promoteur de la construction en pisé de terre » mardi 10 décembre 2013 de16h-18h.

cointeraux

Cointeraux(1)_biblio_séminaire 2013-2014

Prochaine séance du séminaire « Architecture et fabrique du territoire en Europe, Moyen Âge-époque moderne »
le mardi 10 décembre 2013, 16h-18h.

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré) :
« L’architecte François Cointeraux (1740-1830),infatigable promoteur de la construction en pisé de terre ».

Université Denis Diderot-Paris 7, Halle aux Farines, place Vidal-Naquet, 75013 Paris, salle 314 B.

Entrée libre.

Prochaine séance du séminaire « Penser/classer les collections techniques » Vendredi 6 décembre 2013 de 15 h.-19h à l’INHA

« Les cabinets de curiosité : nouvelles approches »

Vendredi 6 décembre 2013 – 15 h.-19h.

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris,  salle André Chastel

• Patricia Falguières (EHESS) : « Les objets techniques dans les cabinets de curiosité »

Sven Dupré (Max Planck Institute for the History of Science) : “Technology and Collecting in Early Modern Antwerp: The Artful Worlds and Material Possessions of the Portuguese Merchant-Banker Emmanuel Ximenez”

Alex Marr (Université de Cambridge) : “Ingenuity in the Gallery”

Séance commune avec le séminaire de Patricia Falguières « Arts, invention, industrie : Gottfried Semper et les débuts d’une science artefacts ».

Liliane Hilaire-Perez / La pièce et le geste – Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle

Liliane Hilaire-Pérez montre comment l’économie marchande anglaise, matrice de la culture technique des Lumières, est avant tout une économie de la pièce et du geste, c’est-à-dire de l’assemblage et du processus. Les techniques sont toujours à la fois un objet et un moyen de connaissance de l’homme. Loin d’être l’apanage des ingénieurs, ces savoirs se sont développés en milieu artisanal, se déployant dans de multiples fabrications : meuble, serrurerie, chaudronnerie, carrosserie, etc.
Impulsée par de véritables entrepreneurs, à la tête de firmes polyvalentes, sectorielles, ramifiées, puisant dans toutes les ressources de l’économie urbaine, cette économie marchande ouvre sur un autre univers technique et inventif, avant le machinisme et sa sacralisation. L’étude de cette culture technique donne à penser à nouveaux frais nos conceptions et nos usages actuels de la technologie dont l’origine n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, scientifique, mais bien artisanale.

 

 

 

Liliane Hilaire-Pérez

Éditeur : Editions Albin Michel

Collection / Série : Bibliothèque évolution de l’humanité

Prix de vente au public (TTC) : 24 €

464 pages ; 22,5 x 14,5 cm ; broché

ISBN 978-2-226-24630-1

EAN 9782226246301

Usages des sources numériques en histoire des sciences et des techniques III – JE vendredi 29 novembre 2013 9h30 – 16h30

 CRHST_progr.29_11_13 (ok)_Page_1

 

Depuis la première journée d’étude sur ce thème en 2007, l’utilisation des sources numériques pour la recherche en histoire des sciences et des techniques et au-delà, en sciences humaines et sociales, a progressé. Nous avons aujourd’hui accès en ligne à de multiples corpus constitués de documents très divers : textes imprimés, fonds d’archives numérisés, instruments de recherche archivistique, documents iconographiques, vidéos, simulations 3D, etc.

 

Dans le même temps sont apparus ou se sont affirmés des outils qui s’appuient sur l’archivistique, sur les techniques d’informatisation et de traitement des données, et sur les ressources de l’édition numérique. Ces outils posent de nouvelles questions à la recherche en SHS, favorisent l’interdisciplinarité en reconfigurant à la fois les métiers de l’information scientifique et technique et ceux de la recherche.

 

Cette troisième journée d’étude propose de faire un nouveau point sur les interactions entre les « techniques du numérique » disponibles et leur exploitation effective dans des programmes de recherches  (articulations entre la constitution des corpus et leur exploitation) ainsi que dans la formation des étudiants.

 

Dans un environnement foisonnant, le paysage institutionnel lui-même est en constante adaptation avec, notamment, la TGIR Huma-Num qui accompagne les chercheurs dans cette évolution avec des repères pour un archivage pérenne et un accès homogène aux données. Les disciplines s’organisent comme le suggère le projet de Consortium d’Histoire des Sciences et des Techniques qui compte fédérer les équipes du domaine engagées dans la production de corpus numériques.

 

 

PROGRAMME

Cette troisième journée d’étude propose de faire un nouveau point sur les interactions entre les « techniques du numérique » disponibles et leur exploitation effective dans des programmes de recherches  (articulations entre la constitution des corpus et leur exploitation) ainsi que dans la formation des étudiants.

 

9h30      Accueil et présentation

 

Claude Farge (Universcience)

Thérèse Charmasson (Universcience- CRHST)

 

Introduction

Christine Blondel (CNRS-Centre Alexandre-Koyré / CRHST-Universcience)

 

09h45  Session 1

 

Les nouvelles pratiques archivistiques : de l’accès aux sources à la conservation pérenne

 

Président : Stéphane Pouyllau (TGIR Huma-Num)

Florence Clavaud (Archives nationales)

Nicolas Larousse (TGIR Huma-Num)

 

 

10h45    Pause-café

 

11h15  Session 2

 

Formation des étudiants et corpus en ligne

 

Président : Alain Bernard (Université Paris Est Créteil / Centre Koyré)

Sylvain Laubé (Université de Bretagne Occidentale)

Marc Renneville (TGIR Huma-Num / Centre Koyré)

 

12h15    Déjeuner

 

14h00 Session 3

 

Les nouveaux outils d’annotation et le concept collaboratif pour la recherche

 

Président : Olivier Bruneau (Archives Henri Poincaré)

Scott Walter (Archives Henri Poincaré)

Marco Segala (Université d’Aquila / Centre Koyré)

 

15h00    Pause-café

 

15h15    Session 4

 

 Le projet de Consortium d’Histoire des Sciences et des Techniques

 Modérateur : Alain Michel (Université d’Evry / CRHST)

 

 

Cité des sciences et de l’industrie

Salle Jean-Painlevé

Bibliothèque des sciences et de l’industrie

Entrée niveau-1

 

Informations

Secrétariat du CRHST

01 40 05 75 52

crhst@universcience.fr

 

Dominique Cardon / Mémoires de teinture. Voyage dans le temps chez un maître des couleurs. Paris: CNRS Editions

Mémoires de teinture. Voyage dans le temps chez un maître des couleurs. Paris: CNRS Editions, 2013, 416 p., 46 planches couleurs, ISBN : 978-2-271-07964-0, 29 €

6806-1679-Couverture

                     Appendices: “Analyses colorimétriques des échantillons de teinture”, par Iris Brémaud

                    “Analyses de colorants des échantillons de teinture”, par Witold Nowik

Edition critique, mise en perspective historique et économique, commentaires scientifiques et techniques d’un manuscrit anonyme, non daté, regroupant quatre Mémoires de teinture du même auteur. Deux de ces mémoires sur la teinture des draps exportés vers les Échelles du Levant illustrent la quasi-totalité des procédés décrits,  à l’aide d’échantillons de drap Londrin second collés au regard de la recette de la couleur correspondante. Toutes les pages à échantillons sont reproduites en couleurs. L’analyse du texte permet d’identifier l’auteur avec une forte probabilité comme “l’entrepreneur” de la Manufacture royale de Bize, au nord-ouest de Narbonne. C’est à la fin de la Guerre de Sept Ans qu’il rédige ces textes qui nous révèlent l’orchestration au jour le jour d’ateliers de teinture capables de satisfaire les goûts changeants des élites des différentes parties de l’Empire Ottoman, en donnant couleur, bon an mal an, à 2750 pièces de drap. Grâce à l’analyse colorimétrique des échantillons, des noms de nuances comme “fleur de grenade”, “biche anglais”, “soupevin royal”, “prune sur truffe”, sans rien perdre de leur pouvoir évocateur, sont désormais traduits en coordonnées CIE Lab et CIE Lch, permettant aux chercheurs et conservateurs d’identifier ces couleurs dans les collections textiles, et aux coloristes et créateurs contemporains, de leur donner une nouvelle vie

Numéro spécial « Fitting for Health » dans Technology and Culture 54-3

tech.54.3_front_smPublication d’un numéro spécial  « Fitting for Health » dans Technology and Culture 54-3

Le numéro spécial, initié comme une réflexion sur l’économie de l’instrumentation médicale dans l’Europe moderne, est le résultat d’un intense travail collectif mené avec le soutien des éditeurs de la revue, les auteurs – Christelle Rabier, Claire Jones, Anna Maerker, Liliane Pérez et François Zanetti – et les intervenants de la journée d’études éponyme co-financée par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine et l’Académie nationale de Médecine, en septembre 2010.

L’introduction propose un bilan critique de l’histoire économique et technique de la médecine au début de l’industrialisation européenne ; chaque article offre de nombreux documents iconographiques et une bibliographie abondante.

 

http://muse.jhu.edu/journals/technology_and_culture/toc/tech.54.3.html