Archives de catégorie : Actualités

AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

L’histoire des femmes dans les sciences et les techniques a fait l’objet d’un véritable renouveau historiographique ces dernières années. Les travaux réalisés ont notamment montré que leur présence dans ces domaines, si elle s’était renforcée à partir de la fin du xixe siècle, était loin d’avoir été le résultat d’un processus continu et inéluctable : leur accession a été difficile et réversible, avec le maintien d’importantes discriminations jusqu’à nos jours.

Ce colloque souhaite participer à ce mouvement historiographique en s’intéressant peut-être moins aux femmes dans les sciences et les techniques en tant qu’actrices de pratiques situées qu’en se focalisant sur une dimension qui fait l’objet d’une préoccupation croissante de nos jours : à savoir la place et le rôle des femmes dans le gouvernement des sciences et des techniques, et dans le gouvernement par les sciences et les techniques.

Ce colloque veut ainsi comprendre et historiciser les mécanismes variés et cumulatifs qui ont déterminé – bloqué, freiné, voire favorisé – la carrière des scientifiques et des ingénieures et leur accession à de hautes responsabilités, et ceci depuis la fin xixe siècle quand elles ont commencé à investir les sphères scientifiques et techniques du fait de l’essor de la scolarisation des filles. Paradoxalement, si ces domaines ont été des creusets de l’idéologie du progrès et de l’émancipation, les femmes y sont restées en position subordonnée : aujourd’hui encore, elles ne sont pas si nombreuses à y occuper des postes de direction et d’autorité. Mais se poser la question de leur accès aux instances de gouvernement des sciences et des techniques nécessite de se donner une perspective large qui, tout en évitant l’écueil de la collection de biographies, analyse par quels moyens les femmes, faute d’accès à ces instances, sont tout de même parvenues à peser sur le gouvernement des sciences et des techniques – que ce soit par leurs travaux ou en investissant des lieux périphériques. Cela suppose en retour de s’interroger sur les politiques déployées par des acteurs variés pour promouvoir les femmes dans ces domaines et vaincre les résistances rencontrées : il convient d’analyser le rôle joué par les sciences et les techniques en tant que ressources pour des politiques actives à l’endroit des femmes.

Ce colloque entend donc étudier un double mouvement, avec des femmes à la fois sujets et objets du gouvernement des sciences et des techniques.

 

*

 

Tous les domaines scientifiques et techniques peuvent être abordés, des mieux établis à ceux qui l’ont progressivement été au cours du xxe siècle et où la place des femmes a pu changer, l’aérospatial, le nucléaire et l’informatique en particulier. De même, toutes les aires culturelles et/ou tous les régimes politiques (libéraux et autoritaires) sont susceptibles d’être étudiés. L’exemple de la Russie où, au lendemain de la révolution d’Octobre, les bolcheviks affirmaient vouloir émanciper les femmes, tandis qu’ils prétendaient fonder leur projet de transformation sociale sur les savoirs scientifiques et techniques, signale tout l’intérêt qu’il peut y avoir à décentrer le regard et à comparer les aires culturelles et/ou les régimes politique – la comparaison devrait en retour nous autoriser à questionner les clivages nationaux, culturels et/ou politiques.

Différentes pistes de travail sont envisageables.

La première porte sur les femmes ayant accédé à des postes de direction : la formation scientifique ou technique reçue, leur carrière, et ce qui leur a permis d’accéder à des fonctions élevées dans l’éducation, la recherche ou l’industrie. Ainsi, en Grande-Bretagne, le cas de la biochimiste Marjory Stephenson, première femme à accéder à la Royal Society en 1945, alors que les barrières légales de l’accès aux sociétés savantes et à l’université avaient été supprimées en 1919, montre la résistance de la Royal Society à faire évoluer des statuts discriminatoires, ainsi que le rôle des critiques adressées dans la presse dans leur levée en 1943. Le questionnement ne porte pas que sur l’absence ou la présence des femmes, il concerne aussi le fonctionnement des institutions scientifiques et techniques, y compris dans les nominations : c’est s’attacher à caractériser le « plafond de verre » auquel les scientifiques et ingénieures se sont heurtées et à identifier les formes historiques et concrètes qu’il a pris. L’interrogation concerne enfin la manière dont les femmes ont cherché à contourner les difficultés qu’on leur a opposées dans les lieux légitimes de production et d’enseignement des sciences et des techniques en investissant d’autres espaces, telles les associations et les sociétés savantes.

Une deuxième piste peut être de se demander si les scientifiques et les ingénieures, une fois à des postes de direction, ont mis en œuvre des politiques spécifiques. Cette question d’un gouvernement typiquement féminin des sciences et des techniques est épineuse. Déjà soulevée dans l’historiographie à propos de la production des savoirs, elle a montré ses limites. Cependant, l’exemple de la chimiste Ida Maclean qui, après avoir été nommée assistant lecturer au département de chimie de l’université de Manchester en 1906, est devenue en 1920 la première femme à accéder à la London Chemical Society où elle a poursuivi son engagement de longue date en faveur des femmes à l’université, invite à porter l’attention sur au moins deux phénomènes. Le premier a trait aux mesures prises au sein des institutions scientifiques et techniques pour y améliorer la situation des femmes. Le second concerne les problèmes mis en avant par les femmes ayant accédé à des fonctions élevées : il s’agit de voir si elles ont soulevé des problèmes négligés ou non vus par les hommes et quelles actions elles ont lancées sinon pour les résoudre, du moins pour les traiter.

Une troisième piste vise à analyser comment différents protagonistes ont eu recours aux sciences et aux techniques pour remédier aux inégalités de genre dans la société. L’historiographie a souligné combien les savoirs – en particulier ceux issus de la biologie, mais pas seulement – avaient reproduit les préjugés de genre et naturalisé les inégalités entre les hommes et les femmes. Toujours dans la perspective de sonder la neutralité des sciences, l’interrogation porte toutefois ici plutôt sur la manière dont les savoirs ont pu contredire les stéréotypes et les normes de genre, et ceci en vue de comprendre comment on les a utilisés pour mettre en œuvre des politiques en faveur d’une meilleure reconnaissance statutaire et/ou salariale des femmes. Le cas certainement le mieux connu est celui des États-Unis où, avec la discrimination positive instaurée en 1967 pour les étudiantes comme pour les enseignantes, les universités sont devenues des lieux d’action et de réflexion pour les mouvements féministes. Mais l’État n’a pas été le seul acteur à œuvrer pour les femmes dans la société : des fondations et des grandes entreprises l’ont fait et continuent de le faire. À travers l’étude de ces initiatives, il doit aussi s’agir d’éclairer comment s’est construite l’articulation entre savoirs scientifiques, reconnaissance statutaire et redistribution économique. Lorsque ces initiatives ont coexisté avec des mesures d’émancipation visant d’autres groupes sociaux, il faudra tâcher d’analyser comment elles ont pu s’entrecroiser.

Une dernière piste a trait à la mise en récit de la réussite des femmes dans les sciences et les techniques. Le but est d’étudier non seulement comment les commentateurs la décrivent et l’expliquent, mais aussi comment des scientifiques et des ingénieures qui ont atteint des positions élevées le font elles-mêmes. Car il apparaît que la mise en récit de ces trajectoires par les hommes et les femmes mobilise souvent des motifs clairement sexués. Or ces discours ne sont pas sans incidence sur les préjugés et les stéréotypes de genre, que ce soit dans le sens de leur consolidation ou au contraire de leur déconstruction. Par exemple, les portraits de la mathématicienne Sofia Kovalevskaïa ont tantôt insisté sur ses qualités d’analyse, tantôt souligné combien elle était dépourvue de qualités féminines. L’examen de ces récits de trajectoire peut donc aider à appréhender le poids des représentations sur les choix de carrière des femmes.

 

—-

 

Ce colloque est organisé à la mémoire de Larissa Zakharova (1977-2019) qui, spécialiste de l’Union soviétique, a consacré une partie de ses travaux à l’histoire des techniques (https://www.cercec.fr/membre/larissa-dufaud-zakharova/). Portant sur les communications, son dernier ouvrage est intitulé : De Moscou aux confins les plus profonds. Communications, pouvoir et société en Union soviétique (à paraître aux Éditions de l’EHESS).

Le colloque, au cours duquel les interventions se feront en anglais, se tiendra les 29 et 30 juin 2020 à Moscou. Il entend donner lieu à un livre. Sont donc sollicitées des propositions inédites : les « papiers » devront être envoyés au moins deux semaines avant le colloque et les textes, remis au 1er novembre 2020 au plus tard.

Dans la mesure du possible, les organisateurs prendront en charge les frais de déplacement et de logement.

Les propositions, de 3000 caractères max., doivent être déposées en anglais ou en français avant le 1er décembre 2019, sur le site de la conférence : https://gst2020.sciencesconf.org/submission/submit

Les questions peuvent être adressées à l’adresse suivante : gst2020@sciencesconf.org

 

 

—-

 

Organisateurs

Alain Blum (CERCEC / EHESS / INED)

Patrice Bret (CAK / CNRS)

Valérie Burgos Blondelle (Comité pour l’histoire du CNRS)

Françoise Daucé (CERCEC / EHESS / IUF)

Grégory Dufaud (Sciences Po Lyon / CEFR de Moscou / LARHRA)

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot / EHESS / IUF)

Isabelle Lémonon Waxin (CAK / Cermes3)

Continuer la lecture de AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

Séminaire L’expérience des techniques 2019-2020

L’expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire

Séminaire de M2 et de recherche – 2019- 2020

Université de Paris (Paris Diderot) – Bâtiment Sophie Germain, salle 1012 – Vendredi, 14h-17h, 1er semestre.

Ce séminaire se propose de réfléchir sur la place des techniques en histoire des savoirs à travers l’étude des collections techniques dans leurs aspects les plus concrets (constitution, classement, dispositifs d’exposition, restauration) tout en intégrant ces artefacts à des perspectives plus larges, sur le rôle de matérialité et du geste dans la recherche et dans la transmission de connaissances. Le séminaire sera organisé, cette année en trois groupes de séances : 1) les pratiques et les politiques de restauration des collections  ; 2) Les dispositifs de médiation visuelle des techniques, passés et présents  ; 3) les enquêtes sur les artefacts et les matériaux (archéométrie, paléo-métallurgie)  4) la mise en valeur des fonds patrimoniaux  (Imprimerie nationale, musée de La Poste). Le thème central du séminaire est celui des arts de faire et de l’expérience sensible, conçus comme participant de processus d’intellection et de la construction de la subjectivité, dans le passé comme actuellement.

Organisateurs : Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Koyré), Liliane Hilaire-Pérez (Univ. de Paris ICT/EHESS Centre Koyré), Valérie Nègre (Univ. Paris 1, IHMC), Marie Thébaud-Sorger (CNRS, Centre Koyré), Céline Trautmann (Univ. Paris 3, CEREG), Fabien Simon (Univ. de Paris, ICT), Koen Vermeir (CNRS, SPHERE)

CFP-Playing and operating: functionality in museum objects and instruments – 22 oct.2019

International conference 

Playing and operating: functionality in museum objects and instruments

4th– 6th February, 2020, Cité de la Musique – Philharmonie de Paris,

 CALL FOR PAPERS

Deadline for submissions: 22nd October 2019

Download this call as pdf document from: http://network.icom.museum/cimcim/members-activities/conferences-and-events/

Direct link to pdf: http://network.icom.museum/fileadmin/user_upload/minisites/cimcim/pdf/Conf_functional_objects_cfp_Feb_2020_final2.pdf

Call announcement on UMAC calendar: http://umac.icom.museum/calendar/joint-conference-icom-cimuset-cim-cim/

 

Artefact n°9, 2019- Techniques, stratégies et alimentation pour temps de guerre

Artefact n° 09 – Techniques, stratégies et alimentation pour temps de guerre

Auteur : Ludovic LALOUX, Gersende PIERNAS (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0623-5
PRIX : 25.00 €
Format et nombre de pages : 17 × 24 cm – 374 p.
+ un cahier couleur 16 pages

http://pum.univ-tlse2.fr/~no-09-Techniques-strategies-et~.html

Lors des conflits contemporains, voient le jour des initiatives techniques novatrices ou de nature à s’inspirer de pratiques anciennes afin d’augmenter les volumes de productions agricoles ou d’adapter des recettes face à la pénurie et aux restrictions, de veiller à un conditionnement plus particulièrement adapté à la conservation des produits et des mets, et enfin de mettre en place les transports les plus adéquats destinés à nourrir au mieux le plus grand nombre de personnes tout en cherchant à garantir la sécurité de la chaîne alimentaire. Dans quelle mesure l’État parvient-il, ou non, à organiser un nouveau système de répartition des vivres ? Comment les entreprises se transforment-elles et participent-elles aux modifications qui marquent la société ? Quels problèmes techniques et sanitaires doivent être résolus afin de répartir les denrées ? L’impact des nouveautés techniques demeure-t-il effectif lors du retour à la paix ? Les textes de ce dossier apportent des éclairages pour répondre à ces questions.

TECHNIQUES, STRATÉGIES ET ALIMENTATION POUR TEMPS DE GUERRE Ludovic LaLoux et Gersende Piernas

Introduction ………………………………………………………………………………………………9

Luis Angel Bernardo y Garcia Aspects singuliers de la politique alimentaire de la Belgique en temps de guerre et de sortie de guerre (1914-1921 et 1939-1948) ………………………………………………………………….15

Ludovic LaLoux La bataille du sucre ou la défaite méconnue de Napoléon Ier ……………………………………………………………………………………………35

Hugues Marquis Le pain de munition, « nerf de la guerre » des armées françaises en guerre (1588-1814) …………………………………………57

Vincent Moriniaux Les interdits religieux dans les rations militaires : rations halal et casher dans les armées française et américaine……………………………………………………………………………………………….79

Gaël-Georges MouLLec Les documents réglementaires organisant la répartition alimentaire dans les camps de prisonniers de guerre en Union soviétique …………………………………………………………………………………105

Arnaud Péters Alimenter les mineurs en temps de guerre ? Le cas des charbonnages liégeois (1914-1918) ………………………………………….121

L’ŒIL-ARTISTE ET L’ESPRIT DES MACHINES Florent Le Bot L’homme-machine, une esthétique de la modernité ou de son aversion ………………………………………………………………………………………………..143

Cristina trinchero Machines théâtrales et hommes-machine sur les planches de l’entre-deux-guerres : du théâtre futuriste au théâtre de l’existence de Jean-Victor Pellerin ……………………………………………………153

Max Bonhomme Mesure humaine et démesure technologique. Une iconologie de la « crise de civilisation » dans les années 1930 …….175

GENRE ET TECHNIQUE

Solène Froidevaux Des armes, du sport, des hommes… et des femmes. Genre et techniques dans le tir sportif en Suisse …………..195

Fabien Knittel et Pascal Raggi Mauss et Sigaut. Réflexions sur les liens entre les techniques et le genre ………………………………………………215

VARIA

Sylvain roche, Alain H. Clément, Aurélien Babarit et Christophe Bouneau Transformer les vagues en énergie : utopie ou réalité? ..239

Alice vanetti Les forêts et les montagnes vaudoises : un retour sur la marginalité économique de l’incultum du Canton de Vaud entre Moyen Âge et époque moderne ……………………………………………………….267

COLLECTIONS ET PATRIMOINE TECHNIQUES

Isabelle WarMoes Le plan en relief du canal de Suez de Charles Muret (1878, actualisé en 1900)………………………………………………………285

Lionel Dufaux Le canal de Suez : un chantier dans le désert ………295

Bruno JacoMy « Sur mesure, les 7 unités du monde », exposition au musée des Arts et Métiers …………………………………………………………………305

Perrine Starck L’artisanat horloger au xixe siècle : comment une fabrication d’amateur devient digne d’être patrimonialisée ……..317

COMPTES RENDUS DE LECTURES

Michel Pernot (dir.), Quatre mille ans d’histoire du cuivre, fragments d’une suite de rebonds, 2017 (Julien Flament) ………………………………333

Hélène Morin-Hamon, Mine claire. Des paysages, des techniques et des hommes. Les techniques de préparation mécanique des minerais de fer en Franche-Comté (1500-1850), 2013 (Denis Eve) ……………339

Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au xviie siècle, 2016 (Brice Cossart) ………………………………………………………………………….343

Aurélien Davrius, Jacques-François Blondel, architecte des Lumières, 2018 (Dominique Massounie) ………………………………………..348

Pierre-Yves Donzé, L’invention du luxe. Histoire de l’industrie horlogère à Genève de 1815 à nos jours, 2017 (Catherine Cardinal)…………………………………………………………………………………………………354

Michel Cordillot (dir.), La révolution de la machine à coudre, 2018 (Fabien Knittel) ……………………………………………………………………………………..359

Florent Le Bot, Olivier Dard, Claude Didry, Camille Dupuy, Cédric Perrin (dir.), L’Homme-machine I. Le travailleur-machine, 2017 (Thomas Guy)…………………………………………………………………………………………363

Patrick Fridenson et Florence Hachez-Leroy (dir.), L’aluminium, matière à création, xixe-xxie siècles | Ivan Grinberg et Philippe Moche (dir.), « L’aluminium dans l’histoire », 2017 (Anne Catherine Robert-Hauglustaine) ………………………………………………………………………..369

 

 

Claude-Pierre Molard (1759-1837). Un technicien dans la cité – 30 sept. 2019

http://koyre.ehess.fr/index.php?3007

Journée d’études – Claude-Pierre Molard (1759-1837). Un technicien dans la cité

Lundi 30 septembre 2019, 9h30-17h30 – Université de Bourgogne, Salle Chevrier – Bâtiment droit – 2, boulevard Gabriel, 21000 Dijon

Journée organisée avec le soutien du Centre Alexandre-Koyré, du Centre Georges Chevrier (uB), du Centre Lucien Febvre (Université de Franche-Comté), de la Commission d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, de l’Institut universitaire de France.

Claude-Pierre Molard est une figure clé de la technologie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. D’abord secrétaire puis démonstrateur du tout nouveau Conservatoire des arts et métiers né de la Convention, il en est l’un des premiers administrateurs jusqu’en 1816. À ce jour, exceptés les travaux de René Tresse et Dominique de Place, Molard n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie de son itinéraire, du Jura natal à l’École d’artillerie de La Fère, ni de ses fonctions, multiples car il participe à toutes les institutions technologiques créées depuis la fin de l’Ancien Régime. Au cours des années 1780, il accompagne Alexandre Théophile Vandermonde dans la gestion de l’Hôtel de Mortagne, dépôt d’inventions étroitement lié aux ateliers innovants des Quinze-Vingts que lui-même supervise sous la Révolution. Membre de la Commission temporaire des arts en 1794, académicien en 1815, il participe aussi aux sociabilités nouvelles, à Paris et en province, telles la Société d’agriculture du département de la Seine, la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, la Société philosophique des sciences et arts utiles de Saint-Claude. Il est de tous les jurys d’examen des expositions des produits de l’industrie. Molard, technicien, ne laisse pas une œuvre théorique à la différence de son successeur, Gérard-Joseph Christian. C’est un praticien mais aussi un promoteur de la technologie à un moment où l’idée de progrès devient un sujet d’intéressement politique et social, mobilisant de multiples niveaux de l’administration, mais aussi toutes les strates du monde du travail et des publics de plus en plus variés, en même temps que se développent l’imprimé technique, la presse spécialisée et que la question des machines commence à animer le débat public.

Cette journée d’étude se donne pour but d’une part de mieux connaître la formation et les activités de Claude-Pierre Molard. Il s’agit à la fois d’analyser ses sociabilités à l’échelle régionale et d’étudier son rôle dans la mise en réseau d’institutions et de lieux de production entre la fin de l’Ancien Régime, la Révolution et l’Empire, en somme son rôle de coordinateur de l’action publique, ses pratiques du contact et de l’interrelation, ses modes de gestion parallèles et connectés d’instances diverses, son travail d’administrateur technicien. D’autre part, l’enjeu est aussi de cerner la pensée de Molard, non pas l’œuvre d’un théoricien mais la réflexion d’un acteur central dans les recompositions des savoirs techniques et leur institutionnalisation sous de multiples formes. Enfin, le colloque entend s’ouvrir à l’étude des sites, des sociétés et des institutions que Molard (ainsi que son frère) a fréquentés, de manière à contribuer à la construction d’une histoire des lieux de savoirs techniques dont les dynamiques (politiques mais aussi économiques), connues en partie, méritent un approfondissement et un travail de synthèse collectif.

Comité d’organisation : Daniel Blouin, Patrice Bret, Valérie Burgos, Christiane Demeulenaere-Douyère, Edmond Dziembowski, Gérard Emptoz, Liliane Hilaire-Pérez, François Jarrige.

Accès et informations pratiques
Programme

9h30. Accueil des participants

9h45. Liliane Hilaire-Pérez (EHESS, Centre Alexandre-Koyré / IUF) et François Jarrige (Université de Bourgogne / IUF)
Introduction générale

10h. Virginie Duede et Florence Coutier (Musée des Maisons comtoises) :
Les Bouchoux au XVIIIe siècle

 
Molard technicien

10h30. Laurent Brassart (Université de Lille / IRHIS)
Claude-Pierre Molard, agir en technicien au service de la politique agricole impériale (1799-1815)

11h. François Jarrige (Université de Bourgogne / IUF) :
Les frères Molard et l’introduction des batteuses mécaniques en France

11h30. Philippe Bruyerre
Claude-Pierre Molard et les moulins à planche de Hollande : un « transfert de technologie » impossible ?

12h. Discussion générale

 Molard technologue

 14h. Patrice Bret (Centre Alexandre-Koyré)
Molard et le Rapport à l’empereur sur les sciences depuis 1789

14h30. Jérôme Baudry (École Polytechnique Fédérale de Lausanne): L’examen savant des inventions. Claude-Pierre Molard à l’Académie des sciences, 1815- 1837

15h. Christiane Demeulenaere (Centre Alexandre-Koyré)
Claude-Pierre Molard et le Comité consultatif des arts et manufactures

Molard en contexte

16h. Laëtitia Zicavo
Emmanuel Molard : un administrateur du Conservatoire des arts et métiers en mission en Angleterre

16h30. Jean-Louis Eytier in memoriam
Emmanuel Molard et la création de la deuxième Ecole d’Arts-et-Métiers en Anjou

17h. Daniel Vaugelade
Quelle conception La Rochefoucauld-Liancourt avait-il de l’enseignement et de l’éducation ?

17h30. Discussion générale et conclusions

AAC-Technique et religion-30 nov. 2019

CFP-Technique and religion AAC-Technique et religion

AAC-Technique et religion

http://koyre.ehess.fr/index.php?3020

Appel à communication – Colloque « Technique et religion : cultures techniques, croyances, circulations de l’Antiquité à nos jours » (14-15 septembre 2020)

Les propositions de communications doivent parvenir pour le 30 novembre 2019 à : liliane.perez@wanadoo.fr

► Il convient de joindre : le titre de la communication, le résumé et un CV.

► Langues conseillées : anglais et français.

APPEL A ARTicles -Réparer les territoires post-miniers – 15 nov. 2019

APPEL A ARTICLES CRAUP 7 REPARER LES TERRITOIRES POSTMINIERS

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère lancent le 6e dossier thématique de la nouvelle formule en ligne de la revue, intitulé Réparer les territoires post-miniers, approches territorialistes, paysagères, architecturales et artistiques

Coordinatrices du dossier : Sandra Fiori, Béatrice Mariolle et Daniella Poli.

Les propositions d’articles (en français ou anglais) sont à renvoyer avant le 15 novembre 2019 à l’adresse secretariat-craup@culture.gouv.fr

Prepa concours patrimoine INP/Attache PSTN – Univ. Paris Diderot

Depliant_VAP 2019-20-PSTN

L’université de Paris / Paris Diderot offre une formation aux concours de conservateur du patrimoine et attaché de conservation du patrimoine en Patrimoine Scientifique Technique Naturel (M2 PRO). L’ensemble du programme des concours est couvert par la formation et est assorti de concours blancs. Un stage de 3 mois valide la formation.

https://formations.univ-paris-diderot.fr/fr/offre-de-formation/master-lmd-XB/sciences-humaines-et-sociales-SHS/master-histoire-civilisations-patrimoine-m2-parcours-ville-architecture-patrimoine-professionnel-preparation-aux-concours-du-patrimoine-JRWDD2NE.html

 

Inscriptions : 26 août-13 septembre 2019.

Réunion de rentrée : 13 septembre 2019.

 

Usimages, 27 avril-15 juin 2019

Première manifestation en France traitant de photographie industrielle, la troisième édition d’Usimages se déroulera sur le territoire de la Communauté de l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO) du 27 avril au 15 juin 2019.

Cette édition s’attache à explorer les relations qu’entretient la photographie à la commande d’entreprise. Cette biennale se veut un espace d’expérimentation et de recherche qui interroge le rapport de la commande à la création. La programmation s’articule autour d’expositions de photographies contemporaines et historiques qui permettent de revisiter des fonds photographiques sous l’angle de la photographie appliquée.

L’automobile est le fil conducteur de cette édition avec une exposition des archives de l’entreprise creilloise Brissonneau-Chausson, le projet d’Edgar Martins chez BMW ou les images de Matjaž Krivic sur la route du lithium, combustible pour les batteries des véhicules électriques.

La représentation de la femme dans son univers de travail constitue également une des thématiques proposées à travers les travaux des photographes allemandes Christiane Eisler et Silke Geister, ainsi que la collection des couvertures de la revue La Vie ouvrière de la CGT.

Avec les travaux de Michele Borzoni, Daniel Challe, Christiane Eisler et Silke Geyser, Marius Foreki, Thierry Girard, Richard Kalvar et John Vink, André Kertész, Matjaž Krivic, Edgar Martins, Huang Sheng Min, Jean-Pierre Sudre et le Fonds de l’Institut CGT d’histoire sociale (Vie ouvrière) et celui de Renault.

https://www.creilsudoise.fr

http://www.diaphane.org

Contact presse : Nathalie Dran nathalie.dran@wanadoo.fr