Archives de catégorie : Actualités

Artefact – N° 7 Os, bois, ivoire et corne : l’exploitation des matières dures d’origine animale

Dossier coordonné par Marianne Christensen, Nejma Goutas, François-Xavier Chauvière

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4642

OS, BOIS, IVOIRE ET CORNE: L’EXPLOITATION DES MATIÈRES DURES D’ORIGINE ANIMALE

  • De l’Atlantique à l’Oural: l’exploitation des matières osseuses au Paléolithique, Nejma Goutas, Marianne Christensen, Aline Averbough
  • L’évolution des industries en matières dures animales de l’âge du Bronze en Italie du Nord, à partir de l’étude des sites de Isera La Torretta, Molina di Ledro et Fiavé Carera en Trentin, Marta Bazzanella
  • La transformation des matières dures d’origine animale à la période romaine: ateliers urbains et artisans itinérants, Isabelle Rodet-Belarbi
  • Le silence des anneaux: une tentative de reconstitution d’une chaîne opératoire de fabrication d’anneaux en os, Bénédicte Khan, Christophe Picod
  • De la campagne à la ville: évolution de l’artisanat des matières dures animales au Moyen Âge d’après les données archéologiques, Dorothée Chaoui-Derieux, Jean-François Goret
  • Knife handle making – the subsidiary trades in the Sheffield cutlery industry, Joan Unwin

VARIA

  • Paris-London: empirical philosophy, invention and the Hartlib Circle, Anthony Turner
  • La dynastie Langlois – Lordelle – Canivet – Lennel, «fabricateurs» d’instruments de mathématiques à Paris au XVIIIe siècle, Patrick Rocca, Françoise Launay

COLLECTIONS ET PATRIMOINE TECHNIQUES

ENQUÊTES

  • William Bailey et Alexander Mabyn Bailey, registers de la Society of Arts de Londres au XVIIIe siècle, Théo Mayne
  • Une collection de modèles réduits d’artillerie au musée de l’Armée et le monde de l’invention en France au XVIIIe siècle, Ygor Brahami

ACTUALITÉS DES COLLECTIONS

  • Le musée des Plans-reliefs. Diversité des collections (1668-1940) et enjeux contemporains, Isabelle Warmoes
  • Les documents cartographiques dans le fonds ancien de l’École des mines de Paris, Amélie Dessens
  • La bibliothèque de l’École des mines de Paris: deux siècles d’histoire, Amélie Dessens
  • Le musée de Minéralogie – Mines Paris Tech, Didier Nectoux
  • Trésors de la Terre. L’exposition minéralogique du Muséum national d’histoire naturelle (Paris), Cristiano Ferraris, Catherine Cardinal

COMPTES RENDUS

Les matières dures animales

 Michelle C. Langley, Osseous Projectile Weaponry. Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Dordrecht, Springer, Series: Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology, 2017 (Pierre Cattelain)

Selena Vitezović (dir.), Close to the bone: current studies in bone technologies, Belgrade, Institute of Archeology (Michelle C. Langley)

Marianne Christensen, L’exploitation des matières dures animales chez les chasseurs-cueilleurs : le cas des nomades marins de Patagonie et Terre de Feu, Punta Arenas, Universidad de Magallanes, col. Poblamiento Humano, 2016 (Luis Borrero)

Histoire des brevets d’invention

Stathis Arapostathis, Graeme Gooday, Patently Contestable : Electrical Technologies and Inventor Identities on Trial in Britain, Cambridge, Massachussetts, MIT Press, 2013 (Jérôme Baudry)

Sean Bottomley, The British Patent System during the Industrial Revolution, 1700-1852. From Privilege to Property, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 (Jérôme Baudry)

Christopher Beauchamp, Invented by Law : Alexander Graham Bell and the Patent That Changed America, Cambridge, Massachussetts, Harvard University Press, 2015 (Jérôme Baudry)

Varia

Luc Jaccottey, Gilles Rollier (dir.), Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent des origines à l’époque médiévale et moderne en Europe et dans le monde méditerranéen, actes du colloque international, Lons-le-Saunier du 2 au 5 novembre 2011, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Série Environnement, sociétés et archéologie », n°20, 2016, 2 vol., 883 p. (Maxime L’Héritier)

David S. Landes, L’heure qu’il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, Paris, Les Belles Lettres, 2017, 637 p. (Catherine Cardinal)

François Zanetti, L’Électricité médicale dans la France des Lumières, Oxford, Oxford University, 2017, 265 p. (Catherine Herr-Laporte)

Valérie Nègre, L’Art et la matière.Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830), Paris, Classique Garnier, coll. Histoire des techniques, 7, 2016, 324 p. (Marie Thébaud-Sorger)

Natacha Coquery, Jörg Ebeling, Anne Perrin Khelissa et Philippe Sénéchal (dir.), Les progrès de l’industrie perfectionnée. Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016, 198 p. (Marguerite Martin)

Maxime Decommer, Les Architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession, 1795-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 402 p. (Valérie Nègre)

Gauthier Bolle, Charles-Gustave Stoskopf, architecte, Les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, 356 p. (Thomas Renard)

Hélène Vacher et André Guillerme, L’Essor de l’École Eyrolles au xxe siècle. Technologies, professions et territoires, Paris, Classiques Garnier, coll. Histoire des techniques, 9, 2017, 714 p. (Stéphane Lembré)

« Le patrimoine industriel de la chimie », Patrimoine industriel. Archéologie, technique, mémoire, CILAC, n°69, décembre 2016 (Marina Gasnier)

 

« Les juifs et la modernité économique au XVIIIe siècle : entreprise, savoirs techniques et cultures marchandes », 5 avril 2018

La prochaine séance du séminaire Innovations de l’IRHIS aura lieu jeudi
5 avril 2018 de 17h à 19h en salle de réunion (Université de Lille –
Campus Pont-de-Bois).
Avec Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot / EHESS) qui interviendra sur le thème :
« Les juifs et la modernité économique au XVIIIe siècle : entreprise, savoirs techniques et cultures marchandes ».

Appel à communications Développement économique et transformations environnementales dans les périphéries extractives en Europe (XVIe–XXIe siècles), 30 mai 2018

Journée d’étude internationale | Appel à communications

Développement économique et transformations environnementales dans les périphéries extractives en Europe (XVIe–XXIe siècles)

EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France)

21 Novembre 2018

Date limite pour l’envoi des résumés : 30 Mai 2018.

L’extraction de ressources est à la base de l’économie. Elle concerne toute activité tirant de la nature des matières premières qui sont directement utilisées ou transformées en vue d’un ajout de valeur. D’échelles variables, allant des usages traditionnels des sociétés prémodernes aux formes modernes d’exploitation mettant en jeu de larges infrastructures et des technologies complexes, les activités extractives relèvent du secteur primaire. Des exemples d’extraction sont la chasse, la pêche, l’agriculture, la sylviculture, l’exploitation minière, le forage de pétrole et de gaz. Partant du constat que la géographie des ressources a joué un rôle central dans le développement économique de l’Europe, la journée d’étude vise à analyser le rôle de l’extraction en se concentrant plus particulièrement sur les territoires impliqués dans de telles activités au sein du continent lui-même.

En dépit de l’expansion européenne outre-mer, les zones essentiellement dédiées à l’extraction de ressources ne disparurent jamais du continent. Entre les XVIe et XXIe siècles, de nombreux territoires européens connurent à un moment de leur histoire une spécialisation dans l’extraction de ressources. Toutes les parties du continent furent concernées, que ce soit au niveau national, régional ou local. On peut citer quelques exemples parmi bien d’autres : les plaines de Pologne, principal fournisseur européen de céréales aux XVIe et XVIIe siècles ; la forêt du Morvan, spécialisée dans la récolte de bois pour le marché parisien ; les bassins houillers du Yorkshire et du Lancashire, au centre du décollage britannique au XVIIIe siècle ; le Norrland, qui a alimenté l’économie suédoise en produits forestiers et en divers minéraux durant l’industrialisation du pays ; la mer du Nord, qui reste encore aujourd’hui un fournisseur majeur de pétrole et de gaz, etc.

Considérant les économies extractives dans une perspective de long terme, les historiens ont abordé la question du développement inégal, s’interrogeant sur les raisons faisant que certains pays ou régions se développent plus rapidement et intensément que d’autres. Il apparaît que, dans certains cas, l’extraction de ressources peut apporter d’importants revenus supplémentaires à l’économie d’une région, encourageant le bien-être de la population si une partie des revenus sont investis dans le développement humain, l’éducation par exemple. Si ce n’est pas le cas, une spécialisation dans l’extraction de ressources peut causer des problèmes comme la dépendance, l’extraversion et la désarticulation de l’économie locale. Les territoires extractifs deviennent alors des périphéries dominées technologiquement, économiquement et politiquement par les régions qui importent et transforment leurs matières premières. Ces relations déséquilibrées sont intimement liées aux problèmes environnementaux. Récemment, des études ont mis l’accent sur la tendance que les pays et régions centrales ont à déplacer les fardeaux environnementaux dans les périphéries de l’économie mondiale, ce qui contribue à ralentir ou à entraver leur développement économique[1]. Les travaux consacrés aux flux inégaux de matière et d’énergie entre les pays riches et pauvres affirment que la détérioration des termes de l’échange et la persistance d’un échange inégal rendent les périphéries extractives non seulement sous-développées, mais aussi écologiquement appauvries. L’extraction inconsidérée peut affecter l’écosystème de plusieurs façons. Cela peut entraîner la dégradation de l’environnement par l’épuisement des ressources et/ou la pollution de l’air, de l’eau et du sol, ainsi que par la destruction de l’habitat, de la flore et de la faune.

Puisque l’environnement et l’économie sont de plus en plus étudiés ensemble, nous encourageons les auteurs à soumettre des articles explorant l’histoire du développement dans les périphéries extractives européennes en lien avec les changements ayant affecté leur environnement. Les communications peuvent porter sur n’importe quelle partie de l’Europe entre les XVIe et XXIe siècles, que cela soit dans une perspective de long terme ou en se concentrant sur une période spécifique. Les questions suivantes illustrent certains aspects pouvant être abordés :

■ Où sont apparus des périphéries extractives en Europe et quelles étaient leurs caractéristiques environnementales ? Comment sont-elles passées sous la domination des centres ?

■ Sous l’influence de quels acteurs ces territoires sont-ils devenus des pourvoyeurs de ressources naturelles aux niveaux local, régional, national et européen?

■ Quels ont été les modes d’extraction utilisés dans ces périphéries et comment ces derniers ont-ils façonné l’évolution des environnements locaux et des modes de développement à court, moyen et long terme?

■ Quels étaient les savoirs sur l’extraction de ressources dans les périphéries d’une part, et dans les centres, de l’autre? À partir de quand ont émergé des préoccupations concernant l’environnement ?

■ De quelle manière et à quel rythme les transformations de l’environnement ont-elles influencé l’évolution des activités extractives dans les périphéries?

■ Quelle a été la contribution des périphéries extractives au développement de l’Europe, des pays européens et des villes européennes, et à quels coûts environnementaux?

■ Quels changements ont permis aux périphéries extractives de diversifier leurs activités et de sortir de la domination des centres?

Informations complémentaires :

Les langues utilisées durant la journée d’étude seront l’anglais et le français.

Si vous souhaitez participer, envoyez votre candidature à jawad.daheur@ehess.fr en copie à nadja.vuckovic@ehess.fr avant le 30 mai 2018. Les propositions doivent inclure dans un même fichier votre adresse e-mail, un court CV, un titre et un résumé (500 mots maximum). La réponse des organisateurs est prévue pour le 30 juin 2018. Les versions écrites des présentations sont attendues pour le 15 octobre 2018, afin de les faire circuler entre participants.

L’un des objectifs de l’atelier est de consolider le groupe de chercheurs travaillant sur les ressources naturelles au sein du réseau Tensions of Europe[2]. Le lendemain de la journée d’étude, une session spéciale, pour les participants potentiellement intéressés, sera consacrée à la discussion sur de possibles projets collaboratifs et à la recherche de sources de financement. Un autre débouché possible de la journée pourrait être une publication dans une revue à comité de lecture.

Les organisateurs et partenaires du projet finalisent actuellement le financement de l’atelier et devraient être en mesure d’assurer l’hébergement pour la majorité des participants, en particulier ceux qui ne disposent pas de financement propre. Les frais de déplacement pourront être pris en charge pour certains étudiants et chercheurs en début de carrière. Merci de nous indiquer si vous avez besoin d’une aide financière pour vous loger et/ou vous rendre à Paris.

Organisateur :

Jawad Daheur, postdoctorant au CERCEC/CRH, EHESS (Paris, France).

Comité scientifique :

– Marc Elie, CNRS-CERCEC (Paris, France)
– Laurent Herment, CNRS-CRH (Paris, France)
– Matthias Heymann, Université d’Aarhus (Danemark)
– Thomas Le Roux, CNRS-CRH (Paris, France)
– Raphaël Morera, CNRS-CRH (Paris, France)

Partenaires du projet :

– Tensions of Europe. Technology and the Making of Europe
– Le RUCHE, branche française de l’ESEH
– École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
– Centre d’études sur la Russie, le Caucase et l’Europe centrale (CERCEC, EHESS)
– Centre d’études historiques (CRH, EHESS)
– Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
– GDRI AAA Agriculture, Approvisionnement, Alimentation CNRS


[1] Voir par exemple : Alf Hornborg, « Towards an Ecological Theory of Unequal Exchange Articulating World System Theory and Ecological Economics », Ecological Economics, vol. 25, n°1, 1998, p. 127-136 ; Juan Martinez-Alier et Maite Cabeza-Gutes, « L’échange écologiquement inégal », in Michel Damian et Jean-Christophe Graz (ed.), Commerce international et développement soutenable, Paris, Economica, 2001, p. 175 ; James Rice, « Ecological unequal exchange: international trade and uneven utilization of environmental space in the world system », Social Forces, vol. 85, n°3, 2007, p. 1369-1392 ; Cyria  Emelianoff,  « La  problématique  des  inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », Écologie  &  politique, vol. 35, n°1, 2008, p. 19-31 ; Alf  HORNBORG,  « Zero-Sum  World:  Challenges  in  Conceptualizing  Environmental  Load Displacement and Ecologically Unequal Exchange in the World-System », International  Journal  of Comparative  Sociology, vol. 50,  n°3/4, 2009,  p. 237-261.

[2] Pour plus d’informations sur ce groupe, voir http: //toe2.du -de.nl/technology-environment-and-resources/ ou contacter les coordinateurs : Elena Kochetkova len.kochetkova@gmail.com / Matthias Heymann matthias.heymann@css.au.dk

International workshop | Call for papers

 

Economic development and environmental transformations in Europe’s extractive peripheries (16th – 21st centuries)

 

EHESS – School for Advanced Studies in Social Sciences (Paris, France)

21 November 2018

Deadline for abstract submission: 30 May 2018.

 

Resource extraction is fundamental to the structure of the economy. It involves any activity that extracts raw materials from nature, which are then directly used or processed to add value. Ranging in scale from the traditional use of pre-industrial societies to modern resource exploitation involving large infrastructures and complex technologies, extractive activities are the basis of the primary sector of the economy. Examples of extraction are hunting, fisheries, farming, forestry, mining, oil and gas drilling. Starting from the observation that the geography of resources has always played a crucial role in shaping the conditions of European economic development, the workshop aims at exploring the role of extraction by focusing on territories involved in such activities within the continent itself.

Despite European expansion overseas, areas primarily devoted to resource extraction never disappeared in Europe. Between the 16th and the 21th century, many European territories have experienced a specialisation in resource extraction at some point. All parts of the continent have been involved, either at a national, regional or local level. Examples of such territories are, among others: the Polish plains, main grain supplier in Europe during the 16th and 17th centuries; the Morvan forest, specialising in timber harvesting for the Parisian market; the coalfields of Yorkshire and Lancashire, central to the British take-off in the 18th century; the Norrland, which fuelled the Swedish economy in forest products and various minerals during and after the industrial revolution; the North Sea, which today remains a major supplier of oil and gas, etc.

Looking at extractive economies in a long-term perspective, historians have addressed the intriguing question of comparative development, asking why some countries or regions developed much faster and further than others. In some cases, natural resource extraction can add substantial amounts to a region’s wealth and finally encourage welfare if some of the increase in income gets spent on human development such as education. If not, specialisation in resource extraction can cause problems such as dependence, extroversion and disarticulation of the local economy. In this case, extractive territories become peripheries being technologically, economically and politically dominated by areas importing and transforming their raw materials. This unbalanced relationship is intimately intertwined with environmental issues. Recently, scholars have emphasised the tendency of core countries and regions to displace environmental burdens into the peripheries of the world economy, slowing down or hindering their economic development[1]. According to studies devoted to the uneven flows of matter and energy between rich and poor countries, declining terms of trade and persistent unequal exchange render extractive peripheries not only underdeveloped, but also ecologically impoverished. Indiscriminate extraction can affect the ecosystem in many ways. It may lead to the deterioration of the environment through depletion of resources and/or the pollution of air, water and soil, the destruction of habitat and wildlife.

Since environment and economy are increasingly being studied together, we encourage authors to submit papers exploring the history of development in Europe’s extractive peripheries in connection with the changes that affected their environment. Papers may deal with any parts of Europe between the 16th and 21th centuries, whether in a long-term perspective or focusing on a specific period. The following questions illustrate some issues that could be addressed:

What were the geographical locations and the environmental conditions of extractive peripheries in Europe? How did they pass under the domination of centres?

Under the influences of which actors did these territories become providers of natural resources at local, regional, national and European levels? 

Which were the modes of extraction used in these territories and how did they shape the evolution of local environments and patterns of development in short, middle and long term?

What kind of knowledge was available about resource extraction in the peripheries on the one hand, and in the centers, on the other? When did environmental concerns start to emerge?

In which ways and at what pace did the transformations of the environment influence the evolution of extractive activities in the peripheries?

How did European extractive peripheries contribute to the development of Europe, European countries and European cities, and at which environmental costs?

What were the changes that enabled extractive peripheries to diversify their activities and to get out of the domination of the centres?

 

Further information:

The languages of the workshop will be English and French.   

If you are interested in applying, please, send your application to jawad.daheur@ehess.fr with a copy to nadja.vuckovic@ehess.fr by 30 May 2018. All the proposals need to include your e-mail address, a short CV, a title and an abstract (max. 500 words) in a unique file. You will receive a reply from the organisers by 30 June 2018. Draft papers have to be submitted by 15 October 2018.

One specific goal of the workshop is to continue and consolidate a research network on natural resources within the Research Group on Technology, Environment and Resources of the Tensions of Europe Network[2]. The next day, on 22 November, interested participants are invited to a discussion session about further ways of collaboration and options for funding. Another possible outcome of the workshop could be a publication in a peer-reviewed journal.

The organisers and project partners are currently finalising the workshop’s funding and hope to provide hotel accommodation for most of participants, especially those without their own funding. A limited number of travel grants also may be available for students and early career researchers. Please tell us if you need support with accommodation and/or travelling to Paris.

Organizer:

Jawad Daheur, Postdoctoral Researcher at CERCEC/CRH, EHESS (Paris, France). 

Scientific committee:

Marc Elie, CNRS-CERCEC (Paris, France) 

Laurent Herment, CNRS-CRH (Paris, France)

Matthias Heymann, Aarhus University (Denmark)

Thomas Le Roux, CNRS-CRH (Paris, France)

Raphaël Morera, CNRS-CRH (Paris, France)

Project’s partners:

– Tensions of Europe. Technology and the Making of Europe

– The RUCHE, French branch of the ESEH, European Society for Environmental History

– School for Advanced Studies in the Social Sciences (EHESS)

– Center for Russian, Caucasian and Central European Studies (CERCEC, EHESS)

– Center for Historical Studies (CRH, EHESS)

– French National Center for Scientific Research (CNRS)

– GDRI AAA Agriculture, Approvisionnement, Alimentation CNRS


[1] See for instance: Alf Hornborg, « Towards an Ecological Theory of Unequal Exchange Articulating World System Theory and Ecological Economics », Ecological Economics, vol. 25, n°1, 1998, p. 127-136 ; Juan Martinez-Alier et Maite Cabeza-Gutes, « L’échange écologiquement inégal », in Michel Damian et Jean-Christophe Graz (ed.), Commerce international et développement soutenable, Paris, Economica, 2001, p. 175 ; James Rice, « Ecological unequal exchange: international trade and uneven utilization of environmental space in the world system », Social Forces, vol. 85, n°3, 2007, p. 1369-1392 ; Cyria  Emelianoff,  « La  problématique  des  inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », Écologie  &  politique, vol. 35, n°1, 2008, p. 19-31 ; Alf  HORNBORG,  « Zero-Sum  World:  Challenges  in  Conceptualizing  Environmental  Load Displacement and Ecologically Unequal Exchange in the World-System », International  Journal  of Comparative  Sociology, vol. 50,  n°3/4, 2009,  p. 237-261.

 

[2] For further informations about this group, please see http://toe2.du-de.nl/technology-environment-and-resources/ or contact the coordinators : Elena Kochetkova len.kochetkova@gmail.com / Matthias Heymann matthias.heymann@css.au.dk

L’Homme & la Société, no.205, 2017

L’Homme & la Société, no.205, dir. Camille Dupuy, Olivier Dard, Claude Didry et Florent Le Bot, Cédric Perrin.

Les nouvelles technologies sont un formidable générateur à prophéties, annonçant, avec l’« usine du futur » et la robotisation, la suppression de nombreux emplois, ou avec le numérique, la multiplication des start-up. Mais, l’observation du lent déploiement de la machine et du machinisme dans la vie économique et dans l’imaginaire social révèle la platitude idéologique de ces soi-disant «révolutions ». Aux dires des experts en tout genre, ces révolutions s’enchaîneraient à un rythme toujours plus soutenu: la fascination pour un progrès technique dégageant l’humanité d’un travail subordonné va ici de pair avec le pessimisme que suscite un travail émietté, précarisé et en voie de disparition, dans un monde toujours plus sécuritaire. Nous interrogeons dans ce numéro la fascination pour les « miracles » technologiques, afin de dégager la réflexion de ces prophéties qui, sous prétexte de se tenir aux avant-poste d’une incessante nouveauté, imposent un futur sans avenir.

 

 

https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe.htm <http://msh-paris-saclay.fr/?email_id=33&user_id=1893&urlpassed=aHR0cHM6Ly93d3cuY2Fpcm4uaW5mby9yZXZ1ZS1sLWhvbW1lLWV0LWxhLXNvY2lldGUuaHRt&controller=stats&action=analyse&wysija-page=1&wysijap=subscriptions>

Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy, La ville végétale,XVIIe-XXIe s., 2017

Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy, La ville végétale. La nature en milieu urbain, France, XVIIe-XXIe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017 

Cette vaste synthèse étudie l’occupation urbaine depuis le XVIIe siècle par les plantes, parcs et jardins, mais aussi plantes « hors-sol » qui circulent dans l’espace urbain (fruits et légumes, fleurs coupées, déchets végétaux, etc.). Il s’agit de montrer que loin d’être un espace absolument artificialisé, non « naturel », la ville a constamment été imprégnée de végétaux, mais que cette présence a fluctué au fil des siècles. Sont interrogés les raisons, les acteurs et les défis de la végétalisation urbaine qui repose sur des motivations nombreuses, esthétiques, sanitaires, écologiques. De même, la végétalisation a sans cesse été soutenue par ceux que nous appelons les mains vertes, qui sont tout aussi bien des particuliers, des professionnels que les pouvoirs publics. Mais étendre ou maintenir la présence végétale en ville impose de relever de multiples défis (fonciers, financiers, esthétiques, biologiques…) qui ont pu varier au cours des siècles.
Ce livre propose aussi une réflexion neuve sur les usages qui ont été faits de la nature en ville, paradoxalement instrument d’urbanité, de sociabilité et donc d’affirmation sociale, mais aussi inversement jungle, ferment de discorde et d’ensauvagement, objet d’affrontements politiques. On peut également faire usage du végétal pour bien être et bien vivre, accompagner les plaisirs, exercer les corps ou cultiver les esprits. Plus prosaïquement, la ville est aussi, tout au long de ces quatre siècles, un lieu de production et de consommation important de végétal. Enfin, c’est aussi en ville qu’une science botaniste et un savoir sur les plantes se développent.
Ce tableau général, inédit, permet ainsi de voir la ville autrement et d’offrir des pistes de réflexion sur la nature en milieu urbain aujourd’hui.

http://fr.calameo.com/read/0050182122cdabddb284e

 

Jérôme Lamy, Faire de la sociologique historique des sciences et des techniques, 2018

La sociologie historique des sciences et des techniques est, davantage qu’une discipline, une pratique et une mise en œuvre d’un ensemble varié de méthodes historiques et sociologiques croisées. Cet ouvrage propose donc une approche méthodologique et empirique de ce segment de recherche aux riches potentialités.
Deux problématiques structurent le livre. Il s’agit tout d’abord d’enquêter sur la production et la circulation des concepts dans des contextes variés (marxisme, épistémè foucaldienne). Ensuite, parce que la sociologie historique des sciences et des techniques offre une potentialité d’expressions théoriques larges, l’ouvrage avance la proposition d’une conceptualisation du rapport entre savoir et pouvoir autour d’un régime régulatoire des sciences et des techniques. Le cadrage par le droit, la professionnalisation de certaines activités savantes, les effets de la bureaucratisation et la mobilisation de valeurs spécifiques délimitent un ensemble de pratiques scientifiques et techniques déployé par et pour l’État.
La mise à l’épreuve historique de ce schéma théorique permet de signaler, depuis le XVIe siècle, les grandes inflexions d’une science destinée à soutenir et organiser l’action rationnelle du pouvoir.

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. UNE SOCIOLOGIE HISTORIQUE DES CONCEPTS

  1. Marxisme et études sociales des sciences et des techniques

Marx sans Marx ? Lutte des classes et histoire des sciences marxiste des années 1930 aux années 1950

Marx contre Marx ? Les STS et le déterminisme technologique dans les années 1980

Marx sous Marx ? La sociologie de l’environnement

dans les années 1990 et 2000

2. L’insaisissable épistémè : Foucault et les scansions

du savoir

Vie et mort d’un concept : l’épistémè dans l’oeuvre

de Michel Foucault

Un sol structuraliste

La longue portée des premières critiques

Entre croisements impossibles et parentés recherchées

Usages des épistémaï

DEUXIÈME PARTIE. VERS UNE SOCIOLOGIE HISTORIQUE DU GOUVERNEMENT PAR/DE LA SCIENCE

3. Des sciences par et pour le gouvernement

Un régime régulatoire des sciences

Le droit comme matrice

Se disputer des légitimités et des pratiques

La bureaucratie régulatoire

Un réseau de valeurs pour l’action publique

4. L’État et la science

Maîtriser l’espace : frontières, limites, sous-sol

Connaître la population : hygiène et sciences du monde social

Gouverner par la sécurité : normes et guerre

 

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, texte intégral et accès ouvert

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines est dédié à l’étude de la technique et de la matérialité de ses pratiques dans les sociétés humaines. Dans une démarche à la fois historienne, archéologique et anthropologique, la revue place la technique au centre de ses questionnements. Dossiers thématiques, actualités de la recherche, varia, compte rendus d’ouvrages et d’exposition sont publiés en français et en anglais. Éditée par les Presses Universitaires de Rennes (PUR), cette publication semestrielle inaugure son site avec deux numéros en texte intégral et en accès ouvert

http://journals.openedition.org/artefact/

N° 6, HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE, Artefact, dossier coordonné par Bruno Bentz et Thierry Bonnot

HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE, dossier coordonné par Bruno Bentz et Thierry Bonnot

  • Introduction, Bruno Bentz et Thierry Bonnot
  • Une manufacture de céramique vue à travers ses déchets : expérience pluridisciplinaire autour d’un dépotoir, Thierry Bonnot
  • Le carrelage peint : imitation ou adaptation des carreaux de faïence, Bruno Bentz
  • Regards sur la chinoiserie au milieu du XVIIIe siècle à Québec : les décors de papier peint de la maison Estèbe, Nathalie Hamel
  • L’archéologie de la Grande Guerre : une nécessaire interdisciplinarité, Michaël Landolt
  • L’âge de la Corne (1882-1887) : analyse historique, épistémologique et archéologique d’une production suisse de falsifications lacustres, Cloé Lehmann

VARIA

  • L’art délicat du raffinage du sucre : la discrète évolution des techniques (France, fin XVIIe-fin XVIIIe siècle), Maud Villeret
  • Faire revenir à la vie. Gestes d’urgence et corps instruments du secours (France, 1957-1965), Charles-Antoine Wanecq
  • La pirogue et le grenier. Les déterminants techno-économiques de la transition aux paiements, Christophe Darmangeat

COLLECTIONS ET PATRIMOINE TECHNIQUES

Enquêtes

  • La collection éclatée. Circulations et techniques d’organisation des données en sciences naturelles (XVIIIe-début XIXe siècle), Thérèse Bru
  • À la recherche du conservatoire industriel genevois (1834-1888), Sylvain Wenger

Actualités des collections

  • La collection des ossements oraculaires du Collège de France accueillie au Muséum national d’histoire naturelle, Éloïse Quétel
  • Une collection exceptionnelle : les textiles gallo-romains des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin de Clermont-Ferrand, Catherine Breniquet, Marie Bèche-Wittmann, Christine Bouilloc, Camille Gaumat

COMPTES RENDUS

·        Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli, Paris, Éditions du CTHS, coll. CTHS Sciences 13, 2014 (Amandine Gabriac)

·        Francis Dreyer, Éclairer la mer. Les optiques de phares et leurs constructeurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Arts et Sociétés, 2016 (Vincent Guigueno)

·        Pierre Benoist, Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT), Paris, Classiques Garnier, coll. « Histoire des techniques », 2016 (Stéphane Lembré)

·        Patrick Fournier et Geneviève Massard-Guilbaud (dir.), Aménagement et environnement. Perspectives historiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016 (Charles-François Mathis)

·        Thomas Le Roux (dir.), Risques industriels. Savoirs, régulations, politiques d’assistance (fin xviie-début xxe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016 (Sébastien Pautet)

Avec le soutien des laboratoires : AUSser (ENSAPB), Centre Alexandre Koyré (EHESS), Centre Chine Corée Japon (EHESS), IDHE.S, CRH (univ. Paris 8), ICT (univ. Paris 7), GIS UTSH, SPHERE (univ. Paris 7).

 

Coexistence et interaction entre travail libre et non libre. La perspective des travailleurs et des travailleuses, Turin, appel à communication

Appel à propositions
Congrès SISLav 2018
Université de Turin, 21-22 Septembre 2018
Coexistence et interaction entre travail libre et non libre. La perspective des travailleurs et des travailleuses

Au cours de l’histoire et quelle que soit la latitude, les rapports multiples au travail ont eu un rôle dans les processus d’exploitation et de marchandisation du travail même : travail salarié, esclavage, servage et travail tributaire, convict labour, etc. Ces dernières décennies un débat d’ampleur s’est développé sur la coexistence et l’interaction entre relations de travail “libre” et “non libre”, et sur la frontière entre “liberté” et coercition.
Parmi les conséquences de ce débat, on constate un panorama de recherches enrichi qui contribue à discuter les positions traditionnelles de l’histoire du travail, comme la centralité de la Révolution industrielle, l’idée et le processus de prolétarisation et les confins de la classe ouvrière même.
À quelques exceptions près, cette nouvelle historiographie présente au moins deux limites fondamentales. D’une part, le développement des liens abstraits entre les rapports de travail a conduit à omettre les interactions concrètes entre les travailleurs et leurs organisations. D’autre part, cette tendance historiographique s’est écrite en marge des études sur le travail qui ont, notamment pour le XIXème et XXème siècle, examiné le rôle des formes associatives et des pratiques des travailleurs, les idéologies politiques et les rapports avec l’Etat.
Le Séminaire SISLav 2018 a pour but d’examiner la perspective des travailleurs soumis à des rapports de travail distincts et coexistants, au prisme des expériences, des idées et des organisations, formelles ou informelles, de travailleurs. Nous encourageons tout particulièrement les propositions autour de trois thématiques quelle que soit la région du monde concernée du XIIIe au XXIe siècle.

Le Séminaire aura lieu à Turin, à l’Université de Turin les 21 et 22 Septembre 2018. Nous acceptons les propositions en italien, anglais, français et espagnol. Les propositons devront être envoyées à l’adresse mail seminariosislav@gmail.com au plus tard le 1/03/2018 et devront comprendre le prénom, le nom de famille, le rôle et l’affiliation du proposant, le titre et le résumé de la proposition (max 300 mots). Les jeunes chercheurs, les doctorants, les chercheurs et les professeurs peuvent envoyer les propositions dans les disciplines historiques, sociologiques et anthropologiques. Le résultat des propositions sélectionnées sera communiqué par mail versle 15 avril. Le programme sera publié au mois de mai 2018 sur le site www.storialavoro.it.

Pour consulter l’appel complet : Call FR
Le comité organisateur
Giulia Bonazza (SISLav, European University Institute)
Christian De Vito (SISLav, University of Leicester)
Federica Morelli (Global History Lab, Università di Torino)
Bruno Pomara Saverino (SISLav, Universitat de València)
Andrea Zappia (SISLav, Università degli Studi di Genova)

Circulations scientifiques. Les naturalistes et leurs données, entre les mondes britannique et français, 1700-1836, soutenance de thèse, Thérèse BRU

Invitation

L’équipe IDHE.S (UMR 8533) a le plaisir de vous annoncer la soutenance de doctorat en Histoire de Thérèse BRU, présentée devant l’université Paris 8  (Ecole Doctorale « Pratiques et Théories du Sens »),

le mardi 5 décembre 2017 à 14h., en salle des thèses :

Circulations scientifiques. Les naturalistes et leurs données, entre les mondes britannique et français, 1700-1836

Devant un jury composé de :

Richard DRAYTON (King’s College London)

Isabelle LABOULAIS (Université de Strasbourg)

François REGOURD (Université Paris-Nanterre)

Lissa ROBERTS (University of Twente)

et Philippe MINARD (Université paris 8 et EHESS, directeur)

Eric BRIAN (EHESS) étant rapporteur extérieur.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés. Merci de bien vouloir nous informer de votre présence éventuelle (therese.bru@gmail.com)

LIEU

Université Paris 8

Bâtiment A, 1er étage

Espace Deleuze, Salle des thèses

2 rue de la liberté

Saint-Denis

Métro Saint-Denis Université (ligne 13)

Colloque Produire du nouveau ? 23-25 nov. 2017, Genève

Colloque « Produire du nouveau ? Arts – Techniques – Sciences en Europe (1400-1900) », 23 au 25 novembre 2017, Palais de l’Athénée, à Genève Le colloque se propose d’interroger la problématique de la nouveauté au regard de champs aussi variés que l’architecture, la musique, la photographie, la production textile ou l’horticulture notamment.

A des fins d’organisation, l’inscription est souhaitée au moyen du formulaire disponible sur la page Web suivante : http://www.societedesarts.ch/events/event/produire-du-nouveau-arts-techniques-sciences-en-europe-1400-1900/

Site web « Les procès-verbaux du Bureau des longitudes (1795-1932) »

Mise en ligne sur le site web « Les procès-verbaux du Bureau des longitudes (1795-1932) » (http://bdl.ahp-numerique.fr/) :

  •          Un nouveau focus : Les débuts de l’Annuaire écrit par Colette Le Lay (http://bdl.ahp-numerique.fr/focus-publications-cll-debuts-annuaire ) ;
  •          Les transcriptions des PV  1856 et 1857 (ANR « BDL 1795-1932 »). Les transcriptions permettent de faire des recherches textuelles de 1795 au 30 décembre 1857.

Blog Hypothèses sur l’actualité du projet ANR BDL 1795-1932 : http://histbdl.hypotheses.org/a-propos