Archives de catégorie : Colloques

AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

L’histoire des femmes dans les sciences et les techniques a fait l’objet d’un véritable renouveau historiographique ces dernières années. Les travaux réalisés ont notamment montré que leur présence dans ces domaines, si elle s’était renforcée à partir de la fin du xixe siècle, était loin d’avoir été le résultat d’un processus continu et inéluctable : leur accession a été difficile et réversible, avec le maintien d’importantes discriminations jusqu’à nos jours.

Ce colloque souhaite participer à ce mouvement historiographique en s’intéressant peut-être moins aux femmes dans les sciences et les techniques en tant qu’actrices de pratiques situées qu’en se focalisant sur une dimension qui fait l’objet d’une préoccupation croissante de nos jours : à savoir la place et le rôle des femmes dans le gouvernement des sciences et des techniques, et dans le gouvernement par les sciences et les techniques.

Ce colloque veut ainsi comprendre et historiciser les mécanismes variés et cumulatifs qui ont déterminé – bloqué, freiné, voire favorisé – la carrière des scientifiques et des ingénieures et leur accession à de hautes responsabilités, et ceci depuis la fin xixe siècle quand elles ont commencé à investir les sphères scientifiques et techniques du fait de l’essor de la scolarisation des filles. Paradoxalement, si ces domaines ont été des creusets de l’idéologie du progrès et de l’émancipation, les femmes y sont restées en position subordonnée : aujourd’hui encore, elles ne sont pas si nombreuses à y occuper des postes de direction et d’autorité. Mais se poser la question de leur accès aux instances de gouvernement des sciences et des techniques nécessite de se donner une perspective large qui, tout en évitant l’écueil de la collection de biographies, analyse par quels moyens les femmes, faute d’accès à ces instances, sont tout de même parvenues à peser sur le gouvernement des sciences et des techniques – que ce soit par leurs travaux ou en investissant des lieux périphériques. Cela suppose en retour de s’interroger sur les politiques déployées par des acteurs variés pour promouvoir les femmes dans ces domaines et vaincre les résistances rencontrées : il convient d’analyser le rôle joué par les sciences et les techniques en tant que ressources pour des politiques actives à l’endroit des femmes.

Ce colloque entend donc étudier un double mouvement, avec des femmes à la fois sujets et objets du gouvernement des sciences et des techniques.

 

*

 

Tous les domaines scientifiques et techniques peuvent être abordés, des mieux établis à ceux qui l’ont progressivement été au cours du xxe siècle et où la place des femmes a pu changer, l’aérospatial, le nucléaire et l’informatique en particulier. De même, toutes les aires culturelles et/ou tous les régimes politiques (libéraux et autoritaires) sont susceptibles d’être étudiés. L’exemple de la Russie où, au lendemain de la révolution d’Octobre, les bolcheviks affirmaient vouloir émanciper les femmes, tandis qu’ils prétendaient fonder leur projet de transformation sociale sur les savoirs scientifiques et techniques, signale tout l’intérêt qu’il peut y avoir à décentrer le regard et à comparer les aires culturelles et/ou les régimes politique – la comparaison devrait en retour nous autoriser à questionner les clivages nationaux, culturels et/ou politiques.

Différentes pistes de travail sont envisageables.

La première porte sur les femmes ayant accédé à des postes de direction : la formation scientifique ou technique reçue, leur carrière, et ce qui leur a permis d’accéder à des fonctions élevées dans l’éducation, la recherche ou l’industrie. Ainsi, en Grande-Bretagne, le cas de la biochimiste Marjory Stephenson, première femme à accéder à la Royal Society en 1945, alors que les barrières légales de l’accès aux sociétés savantes et à l’université avaient été supprimées en 1919, montre la résistance de la Royal Society à faire évoluer des statuts discriminatoires, ainsi que le rôle des critiques adressées dans la presse dans leur levée en 1943. Le questionnement ne porte pas que sur l’absence ou la présence des femmes, il concerne aussi le fonctionnement des institutions scientifiques et techniques, y compris dans les nominations : c’est s’attacher à caractériser le « plafond de verre » auquel les scientifiques et ingénieures se sont heurtées et à identifier les formes historiques et concrètes qu’il a pris. L’interrogation concerne enfin la manière dont les femmes ont cherché à contourner les difficultés qu’on leur a opposées dans les lieux légitimes de production et d’enseignement des sciences et des techniques en investissant d’autres espaces, telles les associations et les sociétés savantes.

Une deuxième piste peut être de se demander si les scientifiques et les ingénieures, une fois à des postes de direction, ont mis en œuvre des politiques spécifiques. Cette question d’un gouvernement typiquement féminin des sciences et des techniques est épineuse. Déjà soulevée dans l’historiographie à propos de la production des savoirs, elle a montré ses limites. Cependant, l’exemple de la chimiste Ida Maclean qui, après avoir été nommée assistant lecturer au département de chimie de l’université de Manchester en 1906, est devenue en 1920 la première femme à accéder à la London Chemical Society où elle a poursuivi son engagement de longue date en faveur des femmes à l’université, invite à porter l’attention sur au moins deux phénomènes. Le premier a trait aux mesures prises au sein des institutions scientifiques et techniques pour y améliorer la situation des femmes. Le second concerne les problèmes mis en avant par les femmes ayant accédé à des fonctions élevées : il s’agit de voir si elles ont soulevé des problèmes négligés ou non vus par les hommes et quelles actions elles ont lancées sinon pour les résoudre, du moins pour les traiter.

Une troisième piste vise à analyser comment différents protagonistes ont eu recours aux sciences et aux techniques pour remédier aux inégalités de genre dans la société. L’historiographie a souligné combien les savoirs – en particulier ceux issus de la biologie, mais pas seulement – avaient reproduit les préjugés de genre et naturalisé les inégalités entre les hommes et les femmes. Toujours dans la perspective de sonder la neutralité des sciences, l’interrogation porte toutefois ici plutôt sur la manière dont les savoirs ont pu contredire les stéréotypes et les normes de genre, et ceci en vue de comprendre comment on les a utilisés pour mettre en œuvre des politiques en faveur d’une meilleure reconnaissance statutaire et/ou salariale des femmes. Le cas certainement le mieux connu est celui des États-Unis où, avec la discrimination positive instaurée en 1967 pour les étudiantes comme pour les enseignantes, les universités sont devenues des lieux d’action et de réflexion pour les mouvements féministes. Mais l’État n’a pas été le seul acteur à œuvrer pour les femmes dans la société : des fondations et des grandes entreprises l’ont fait et continuent de le faire. À travers l’étude de ces initiatives, il doit aussi s’agir d’éclairer comment s’est construite l’articulation entre savoirs scientifiques, reconnaissance statutaire et redistribution économique. Lorsque ces initiatives ont coexisté avec des mesures d’émancipation visant d’autres groupes sociaux, il faudra tâcher d’analyser comment elles ont pu s’entrecroiser.

Une dernière piste a trait à la mise en récit de la réussite des femmes dans les sciences et les techniques. Le but est d’étudier non seulement comment les commentateurs la décrivent et l’expliquent, mais aussi comment des scientifiques et des ingénieures qui ont atteint des positions élevées le font elles-mêmes. Car il apparaît que la mise en récit de ces trajectoires par les hommes et les femmes mobilise souvent des motifs clairement sexués. Or ces discours ne sont pas sans incidence sur les préjugés et les stéréotypes de genre, que ce soit dans le sens de leur consolidation ou au contraire de leur déconstruction. Par exemple, les portraits de la mathématicienne Sofia Kovalevskaïa ont tantôt insisté sur ses qualités d’analyse, tantôt souligné combien elle était dépourvue de qualités féminines. L’examen de ces récits de trajectoire peut donc aider à appréhender le poids des représentations sur les choix de carrière des femmes.

 

—-

 

Ce colloque est organisé à la mémoire de Larissa Zakharova (1977-2019) qui, spécialiste de l’Union soviétique, a consacré une partie de ses travaux à l’histoire des techniques (https://www.cercec.fr/membre/larissa-dufaud-zakharova/). Portant sur les communications, son dernier ouvrage est intitulé : De Moscou aux confins les plus profonds. Communications, pouvoir et société en Union soviétique (à paraître aux Éditions de l’EHESS).

Le colloque, au cours duquel les interventions se feront en anglais, se tiendra les 29 et 30 juin 2020 à Moscou. Il entend donner lieu à un livre. Sont donc sollicitées des propositions inédites : les « papiers » devront être envoyés au moins deux semaines avant le colloque et les textes, remis au 1er novembre 2020 au plus tard.

Dans la mesure du possible, les organisateurs prendront en charge les frais de déplacement et de logement.

Les propositions, de 3000 caractères max., doivent être déposées en anglais ou en français avant le 1er décembre 2019, sur le site de la conférence : https://gst2020.sciencesconf.org/submission/submit

Les questions peuvent être adressées à l’adresse suivante : gst2020@sciencesconf.org

 

 

—-

 

Organisateurs

Alain Blum (CERCEC / EHESS / INED)

Patrice Bret (CAK / CNRS)

Valérie Burgos Blondelle (Comité pour l’histoire du CNRS)

Françoise Daucé (CERCEC / EHESS / IUF)

Grégory Dufaud (Sciences Po Lyon / CEFR de Moscou / LARHRA)

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot / EHESS / IUF)

Isabelle Lémonon Waxin (CAK / Cermes3)

Continuer la lecture de AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

CFP-Playing and operating: functionality in museum objects and instruments – 22 oct.2019

International conference 

Playing and operating: functionality in museum objects and instruments

4th– 6th February, 2020, Cité de la Musique – Philharmonie de Paris,

 CALL FOR PAPERS

Deadline for submissions: 22nd October 2019

Download this call as pdf document from: http://network.icom.museum/cimcim/members-activities/conferences-and-events/

Direct link to pdf: http://network.icom.museum/fileadmin/user_upload/minisites/cimcim/pdf/Conf_functional_objects_cfp_Feb_2020_final2.pdf

Call announcement on UMAC calendar: http://umac.icom.museum/calendar/joint-conference-icom-cimuset-cim-cim/

 

Claude-Pierre Molard (1759-1837). Un technicien dans la cité – 30 sept. 2019

http://koyre.ehess.fr/index.php?3007

Journée d’études – Claude-Pierre Molard (1759-1837). Un technicien dans la cité

Lundi 30 septembre 2019, 9h30-17h30 – Université de Bourgogne, Salle Chevrier – Bâtiment droit – 2, boulevard Gabriel, 21000 Dijon

Journée organisée avec le soutien du Centre Alexandre-Koyré, du Centre Georges Chevrier (uB), du Centre Lucien Febvre (Université de Franche-Comté), de la Commission d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, de l’Institut universitaire de France.

Claude-Pierre Molard est une figure clé de la technologie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. D’abord secrétaire puis démonstrateur du tout nouveau Conservatoire des arts et métiers né de la Convention, il en est l’un des premiers administrateurs jusqu’en 1816. À ce jour, exceptés les travaux de René Tresse et Dominique de Place, Molard n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie de son itinéraire, du Jura natal à l’École d’artillerie de La Fère, ni de ses fonctions, multiples car il participe à toutes les institutions technologiques créées depuis la fin de l’Ancien Régime. Au cours des années 1780, il accompagne Alexandre Théophile Vandermonde dans la gestion de l’Hôtel de Mortagne, dépôt d’inventions étroitement lié aux ateliers innovants des Quinze-Vingts que lui-même supervise sous la Révolution. Membre de la Commission temporaire des arts en 1794, académicien en 1815, il participe aussi aux sociabilités nouvelles, à Paris et en province, telles la Société d’agriculture du département de la Seine, la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, la Société philosophique des sciences et arts utiles de Saint-Claude. Il est de tous les jurys d’examen des expositions des produits de l’industrie. Molard, technicien, ne laisse pas une œuvre théorique à la différence de son successeur, Gérard-Joseph Christian. C’est un praticien mais aussi un promoteur de la technologie à un moment où l’idée de progrès devient un sujet d’intéressement politique et social, mobilisant de multiples niveaux de l’administration, mais aussi toutes les strates du monde du travail et des publics de plus en plus variés, en même temps que se développent l’imprimé technique, la presse spécialisée et que la question des machines commence à animer le débat public.

Cette journée d’étude se donne pour but d’une part de mieux connaître la formation et les activités de Claude-Pierre Molard. Il s’agit à la fois d’analyser ses sociabilités à l’échelle régionale et d’étudier son rôle dans la mise en réseau d’institutions et de lieux de production entre la fin de l’Ancien Régime, la Révolution et l’Empire, en somme son rôle de coordinateur de l’action publique, ses pratiques du contact et de l’interrelation, ses modes de gestion parallèles et connectés d’instances diverses, son travail d’administrateur technicien. D’autre part, l’enjeu est aussi de cerner la pensée de Molard, non pas l’œuvre d’un théoricien mais la réflexion d’un acteur central dans les recompositions des savoirs techniques et leur institutionnalisation sous de multiples formes. Enfin, le colloque entend s’ouvrir à l’étude des sites, des sociétés et des institutions que Molard (ainsi que son frère) a fréquentés, de manière à contribuer à la construction d’une histoire des lieux de savoirs techniques dont les dynamiques (politiques mais aussi économiques), connues en partie, méritent un approfondissement et un travail de synthèse collectif.

Comité d’organisation : Daniel Blouin, Patrice Bret, Valérie Burgos, Christiane Demeulenaere-Douyère, Edmond Dziembowski, Gérard Emptoz, Liliane Hilaire-Pérez, François Jarrige.

Accès et informations pratiques
Programme

9h30. Accueil des participants

9h45. Liliane Hilaire-Pérez (EHESS, Centre Alexandre-Koyré / IUF) et François Jarrige (Université de Bourgogne / IUF)
Introduction générale

10h. Virginie Duede et Florence Coutier (Musée des Maisons comtoises) :
Les Bouchoux au XVIIIe siècle

 
Molard technicien

10h30. Laurent Brassart (Université de Lille / IRHIS)
Claude-Pierre Molard, agir en technicien au service de la politique agricole impériale (1799-1815)

11h. François Jarrige (Université de Bourgogne / IUF) :
Les frères Molard et l’introduction des batteuses mécaniques en France

11h30. Philippe Bruyerre
Claude-Pierre Molard et les moulins à planche de Hollande : un « transfert de technologie » impossible ?

12h. Discussion générale

 Molard technologue

 14h. Patrice Bret (Centre Alexandre-Koyré)
Molard et le Rapport à l’empereur sur les sciences depuis 1789

14h30. Jérôme Baudry (École Polytechnique Fédérale de Lausanne): L’examen savant des inventions. Claude-Pierre Molard à l’Académie des sciences, 1815- 1837

15h. Christiane Demeulenaere (Centre Alexandre-Koyré)
Claude-Pierre Molard et le Comité consultatif des arts et manufactures

Molard en contexte

16h. Laëtitia Zicavo
Emmanuel Molard : un administrateur du Conservatoire des arts et métiers en mission en Angleterre

16h30. Jean-Louis Eytier in memoriam
Emmanuel Molard et la création de la deuxième Ecole d’Arts-et-Métiers en Anjou

17h. Daniel Vaugelade
Quelle conception La Rochefoucauld-Liancourt avait-il de l’enseignement et de l’éducation ?

17h30. Discussion générale et conclusions

AAC-Technique et religion-30 nov. 2019

CFP-Technique and religion AAC-Technique et religion

AAC-Technique et religion

http://koyre.ehess.fr/index.php?3020

Appel à communication – Colloque « Technique et religion : cultures techniques, croyances, circulations de l’Antiquité à nos jours » (14-15 septembre 2020)

Les propositions de communications doivent parvenir pour le 30 novembre 2019 à : liliane.perez@wanadoo.fr

► Il convient de joindre : le titre de la communication, le résumé et un CV.

► Langues conseillées : anglais et français.

COLLOQUE Le patrimoine industriel européen de la Première Guerre mondiale, DEC. 2018

colloque international

Le patrimoine industriel européen de la Première Guerre mondiale, 6 au 8 décembre 2018 à Charenton et Paris.

Organisé par le CILAC en collaboration avec le CRH/EHESS, l’Institut historique allemand, la TU Bergakademie Freiberg, le labex EHNE et TICCIH, il bénéficie des labels  Centenaire et Année européenne du patrimoine culturel.

Le programme est également téléchargeable : http://crh.ehess.fr/index.php?6421

ICOHTEC 2019 Juill. 2019

Turriano ICOHTEC Prize for books of early career scholars (1 February 2019)

and the deadline of the cfp of our 46th Symposium in Katowice « Technology and Power » (18 February 2019)

The Kranzberg Lecture will be given by

Martina Schäfer, Max Plank Institute for the History of Science, Berlin

The symposium is combined with a summer school on the same subject (18-22 July – deadline for application: 4 March 2019). 

The Summer School lecturers are:

Lino Camprubi, University of Sevilla, Spain

Martina Heßler, Technical University of Darmstadt, Germany

Arne Kaijser, KTH Royal Institute of Technology, Stockholm, Sweden

Please find information on both events on

AAC Hommes et travail du métal dans les villes médiévales : 35 ans après

« Hommes et travail du métal dans les villes médiévales : 35 ans après »

« Craftsmen and metalworking in medieval cities: 35 years later »

12 and 13 September 2019 – Paris.

The proposals should be sent to this address, as soon as possible and before March 15th : lisesaussus@gmail.com. These abstracts will be submitted to the scientific committee.

AAC numeriser chiffrer dechiffrer les corps par les technologies 15 FEV. 2019

L’Association Française de Sociologie (AFS) organise son prochain Congrès à Aix-en-Provence du mardi 27 au vendredi 30 août 2019 sur le thème « Classer, déclasser, reclasser ».

Vous trouverez ci-dessous et en suivant ce lien  http://afs-socio.fr/appel-a-communication/84/numeriser-chiffrer-dechiffrer-les-corps-par-les-technologies/) l’appel à communication du RT 41 « Corps, techniques et société ».

Votre proposition de communication devra être déposée sur le site de l’AFS, en indiquant le ou les axes au(x)quel(s) la proposition se rattache, jusqu’au 15 février (vous recevrez un accusé de réception via l’adresse du RT – si problème nous contacter à cette adresse valerie.souffron@univ-paris1.fr ou  marina.maestrutti@univ-paris1.fr).

AAC Femmes de verre, Femmes de verreries 15 oct. 2019

Appel à communications ; colloque Femmes de verre, Femmes de verreries: 15 octobre 2019 amaverre@gmail.com

Colloque 5 & 6 mars 2020

Musée du verre de Charleroi, Bois du Cazier

L’AMAVERRE (Aisne, France) et le Musée du verre de Charleroi (Hainaut, Belgique) lancent un appel à communications pour leur colloque transnational Femmes de verre, Femmes de verrerie au cours duquel sera représentée la gente féminine d’hier, d’aujourd’hui et de demain dans cet art du feu que l’on disait « réservé » aux hommes.

À l’occasion de l’ouverture du colloque Femmes de verre, Femmes de verrerie, se tiendra une exposition éponyme accompagnée d’un livret dont les textes seront tirés des communications que les auteur(e)s intéressé(e)s s’engagent à faire parvenir aux organisateurs début novembre 2019. En outre, l’exposition ayant vocation d’itinérance, la tenue du colloque Femmes de verre, Femmes de verrerie constitue un point de départ à un événementiel courant de mars à décembre 2020. De ce fait, par après se dérouleront plusieurs étapes de « colloque-déloc » (colloque « délocalisé »), temps plus réduits au cours desquels les intervenants seront susceptibles de communiquer à nouveau en fonction de leurs disponibilités et des territoires visés, ce afin de toucher un public le plus large possible.