Archives de catégorie : Colloques

Colloque « Démocratie technique » – CFP

Congrès SFHST : 28-30 avril 2014 à Lyon

Formations technologiques et démocratie technique : quelle pertinence ? 

De longue date, la société interpelle divers choix techniques qui transforment la société ou de choix organisationnels (travail industriel). Comment les prendre en considération ? Qui est qualifié pour en décider ? Depuis le XXe siècle, le processus démocratique entre en débat. Penser la technologie, c’est d’abord considérer la technique comme finalité et choix plus que comme procédé.

De multiples séminaires scientifiques, il ressort que l’intelligence d’un phénomène technique relève de nombreux domaines a priori éloignés. Simultanément, ouvriers, techniciens et ingénieurs font face à des situations sociotechniques complexes, où leurs seules connaissances techniques ne suffisent pas : leur pratique les amène quotidiennement à croiser des champs disciplinaires qu’ils tendaient à classer comme périphériques au cours de leur cursus.

Cette session se propose d’interroger la démocratie technique en focalisant la réflexion sur les salariés industriels. En priorité :

–  Quels regards poser sur leurs  programmes de formation ?

– Quels « lieux novateurs » (établissements d’enseignement, associations, structures académiques),  cultivant une analyse réflexive sur ces enjeux

–  Comment se situent les différentes catégories professionnelles dans les controverses sur le monde industriel ?

Au-delà des acteurs industriels, tout humain ne devrait-il pas être au cœur de tout processus  technique en tant que concepteur, décideur et usager ?

Yves-Claude Lequin  et  Pierre Lamard

yves.lequin@utbm.fr et pierre.lamard@utbm.fr

 

http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Si vous souhaitez proposer un sujet de communication (et nous vous y invitons vivement à le faire !), veuillez nous l’adresser avant le 14 janvier 2014.

 

Colloque Mondes électriques – CFP

*Mondes électriques. Créations, circulations, tensions, transitions, 19e-21e s.*

18-19 décembre 2014 (Paris)

*Appel à communication*

 *Date limite : 15 mars 2014*

En 1990, l’Association pour l’histoire de l’électricité en France organisait un colloque intitulé « Electricité et électrification dans le monde ». Cette manifestation marquait l’ambition de dépasser les frontières hexagonales pour s’ouvrir sur le monde de l’électricité (Trédé, 1992).

C’était une extension spatiale des interrogations essentiellement nationales qui avaient cours alors au sein de l’Association. Une vingtaine d’années plus tard, le Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie renoue avec cette ambition, pour créer un nouveau jalon de l’histoire de l’électricité à l’échelle du monde, mais sous un angle, qui, à côté du cadre national ou conjointement à lui, tienne aussi désormais compte des approches transnationales, connectées, globales, impériales qui ont marqué les développements de l’historiographie durant la période. Il s’agira aussi d’accorder une plus grande attention à la question du genre et à la période la plus contemporaine, la seconde moitié du 20e siècle et les deux dernières décennies, qui ont connu de profonds changements en matière de production et de régulation, et sur lesquelles portent un nombre croissant de travaux. De nouvelles recherches ont été conduites, de nouveaux territoires explorés (Barjot et al., 2002 ; Hausman, Hertner, Wilkins,

2008 ; Winther, 2008; Hecht, 2012), qu’en somme ce colloque permettra de réunir et de mettre en perspective.

 

Le passage du singulier au pluriel pour qualifier l’électricité à l’échelle globale annonce la diversité des phénomènes étudiés et des approches mobilisées. Ces mondes de l’électricité, nous souhaitons les aborder à travers quatre axes privilégiés, non exclusifs, mais qui sont apparus comme des priorités scientifiques.

 

 

1. la création et les dynamiques d’innovation qui caractérisent les systèmes et les cultures électriques, différenciés selon les contextes, qu’on les compare ou qu’on étudie leurs connexions. Les solutions développées pour répondre aux problématiques des espaces ruraux (petites unités diesel au Brésil qui illustrent une forme d’insularité rurale), les énergies dites alternatives (le développement du solaire pour des productions hors-réseau) et les réseaux dits intelligents témoignent chacun à leur manière de la diversité de ces dynamiques à travers la planète;

 

 

2. les circulations des hommes, des savoirs, des techniques électriques à travers les espaces politiques. Le nucléaire civil, par exemple, ne se limite ainsi pas au projet *Atoms for peace* qui serait une volonté politique d’implanter cette énergie dans le monde. En Europe, de l’Ouest comme de l’Est, puis dans les autres pays du monde, les projets nucléaires s’inscrivent dans un entrelacs de politique nationale, de lobbying industriel international, de réglementation internationale, de promotion et de contestation transnationales, etc. L’une des ambitions du colloque est bien de tenter de mettre au jour ce type d’entrelacs et de sortir des explications monocausales, non seulement pour le nucléaire, mais également pour la grande hydroélectricité (Inga, Trois-Gorges, Itaipu…), les centrales thermiques (Allemagne, Pologne), le photovoltaïque ainsi que les éoliennes (Espagne, Ethiopie…) ;

 

 

3. les tensions qui, à travers les inégalités nationales et internationales, ou les controverses sur les impacts sociaux, environnementaux et économiques de l’énergie électrique, rendent compte du caractère à la fois technique et politique de l’électricité. La montée en parallèle des thèmes de la précarité et des économies d’énergie dans les pays industrialisés en est une manifestation concrète et presque quotidienne. Entre « acceptation sociale », hybridation des technologies et accès à l’électricité, les mobilisations politiques sont nombreuses autour de l’électricité, que ce soit dans l’opposition aux aménagements (Grand Inga en RDC, Jirau au Brésil, centrales nucléaires…), dans la revendication à l’accès (manifestations liées aux coupures d’électricité en Guinée, en

Inde…) ou dans la contestation de la présence des entreprises étrangères (Bulgarie, Bolivie…).

 

 

4. L’inscription des dynamiques de l’électricité dans une histoire plus large des énergies peut être menée par une étude des relations avec d’autres énergies. La conversion des autres énergies (charbon, gaz, pétrole, solaire…) en électricité est souvent présentée comme apportant souplesse dans la gestion du réseau et dans la consommation. Sur quelles bases s’effectue ce raisonnement ? Comment l’étude des relations entre énergies peut-elle faire avancer la connaissance des « transitions » ou celle des « additions » énergétiques, en particulier dans la longue durée ?

Quelle place occupe l’autoproduction par rapport à la production centralisée dans ces différentes organisations ? Ces interrogations peuvent faire l’objet d’approches historiques mais sont également voulues pour être résolument pluridisciplinaires, et notamment à destination de la sociologie et de l’économie.

 

L’histoire de l’électricité n’est pas, ne devrait pas être seulement l’objet des historiens de l’électricité. Elle est celle des historiens de l’énergie plus globalement. Mais aussi celle des historiens des sciences, de la consommation, de la ville, des représentations, de l’environnement, du genre. C’est résolument dans cette perspective qu’est lancé cet appel à communications qui cherche à établir un dialogue interdisciplinaire sur l’histoire, la politique et la culture des mondes électriques. Il s’adresse non seulement à la discipline historique, mais aussi à la sociologie, à l’anthropologie, à la géographie, à la science politique, à l’économie, au droit.

 

 

Les langues de travail seront le français et l’anglais. Une publication bilingue est prévue.

 

Deux formats de propositions de communication sont possibles :

 

–          Une session complète, de préférence composée de trois

communications

 

–          Une communication isolée

 

Dans tous les cas chaque proposition de communication comprendra un résumé en 500 mots en français ou en anglais ainsi qu’un cv d’une page, assortis le cas échéant d’une présentation en 500 mots des objectifs de la session.

Les organisateurs du colloque disposent de possibilités limitées de prise en charge des frais de transport et de séjour, en particulier pour les chercheurs en début de carrière et affiliés à des institutions de pays non membres de l’OCDE. Merci de faire part de votre éventuelle demande de financement dès la soumission de votre proposition de communication, sous forme d’une lettre séparée.

 

 

 

Merci d’envoyer vos propositions de communication avant le *15 mars 2014 *à l’adresse suivante : comite.histoire.electricite@gmail.com

 

Les réponses seront données par les membres du conseil scientifique au plus tard le 15 avril 2014.

 

 

 

Conseil scientifique

 

Alain Beltran, directeur de recherche au CNRS, Irice UMR 8138, président du Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie

 

Daniel Breslau, Associate Professor, Virginia Tech

 

Christophe Bouneau, professeur d’histoire contemporaine, Université Bordeaux 3

 

Yves Bouvier, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne

 

Gabrielle Hecht, professeure d’histoire contemporaine, Université du Michigan

 

Léonard Laborie, chargé de recherche au CNRS, Irice UMR 8138

 

Stéphanie Le Gallic, ATER à l’Université Paris-Sorbonne

 

Pierre Lanthier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université du Québec à Trois-Rivières

 

Serge Paquier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Saint-Etienne

 

 

 

Institutions organisatrices :

 

Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie

 

http://edf.histoire.com

 

CNRS, Irice UMR 8138

 

http://irice.univ-paris1.fr

 

 

 

Références

 

Dominique Barjot, Arnaud Berthonnet, Sophie Cœuré, Daniel Lefeuvre (dir.), *L’électrification outre-mer de la fin du XIXe siècle aux premières décolonisations*, Paris, SFHOM / Fondation EDF, 2002.

 

William J. Hausman, Peter Hertner, Mira Wilkins, *Global Electrification. **Multinational Enterprise and International Finance in the History of Light and Power 1878-2007*, New York, Cambridge UP, 2008.

 

Gabrielle Hecht, *Being Nuclear. Africans and the Global Uranium Trade,*Cambridge, MA, MIT Press, 2012.

 

Monique Trédé (dir.), *Electricité et électrification dans le monde, 1880-1980*, Paris, PUF, 1992.

 

Tanja Winther, *The impact of electricity: Development, desires and dilemmas*, New York, Berghahn Books, 2008.

La technologie, savoir d’Etat – 16 décembre 2013

Affiche-Colloque-La-technologie-savoir-dEtat-16-déc.-2013

 Résumés La technologie, savoir d’Etat – 16 déc. 2013

« La technologie, savoir d’Etat :

regards croisés entre caméralisme allemand et bureaucratie chinoise

16 décembre 2013

Université Paris Diderot – Paris 7

Halle aux farines – Salle 27C
10 rue Françoise Dolto
75013 Paris

 

Institut des Humanités et des Sciences de Paris

EA 337 Identités-Cultures-Territoires (ICT) (université Paris Diderot-Paris 7), 

Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS)

EA 3967 Centre de Linguistique Inter-langues, de Lexicologie, de Linguistique Anglaise et de Corpus (CLILLAC) (université Paris Diderot-Paris 7),

SPHERE (UMR 7219, université Paris Diderot-Paris 7/CNRS),

Fondation pour la Science

9h : accueil

9 h30-9h45 : introduction par Liliane Hilaire-Pérez et Jochen Hoock

 

SESSION 1 – Technologie, mines et métallurgie en Allemagne

Président de séance : John Humbley (CLILLAC)

Discutants : Mathieu Arnoux (ICT), Liliane Hilaire-Pérez (ICT)

9h45-10h15 : Stephan Gorissen (université de Bielfeld) : « À propos de l’économie politique du savoir technologique : la sidérurgie en Allemagne au XVIIIe et au début du XIXe siècle »

10h15-10h45 : Jakob Vogel (Sciences Po, Paris) : « La « science des salines » de la fin du XVIIIe siècle : essai d’établissement d’une science camérale technologique »

 

10h45-11h15 : pause

11h15-11h45 : Jacob Orrje (université d’Uppsala), “A Geometric Community Takes Shape. The Mathematical Perception of Swedish Mining Administration 1700-1750”

11h45-12h30 : discussion

 

Déjeuner

 

SESSION 2. Les réalités universitaires: le cas de l’université de Göttingen

Président de séance : Laurent Dedryvère (ICT)

Discutants : Guillaume Carnino (CAK) et Jochen Hoock (ICT)

13h30-14h00 : André Wakefield (Pitzer College, Claremont) : “Beckmann in Göttingen”

14h00-14h30 : Hans-Erich Bödeker (Max Planck Institute for History, Göttingen) : “Johann Beckmann: scholarly practices at the Göttingen university about 1800”

14h30-15h00 : Guillaume Garner (ENS Lyon), « Johann Beckmann et les sciences camérales de son temps »

15h00-15h30 : discussion

 

15h30-15h45 : pause

 

SESSION 3. La codification des savoirs techniques et la bureaucratie impériale en Chine

Président de séance : Mathieu Arnoux (ICT)

Discutantes : Caroline Bodolec (CNRS) et Delphine Spicq (Collège de France)

15h45-16h15 : Mau Chuan-Hui (Tsing Hua University, Taïwan) : “Chinese agriculture policy and the development of technology: a long period of observation on sericulture ?”

16h15-16h45 : Lin Tian-Jen (National Palace Museum Researcher Fellow, Taïwan) : “A Process of Understanding History:Descriptions of the Source of the Yellow River and National Policies”

16h45-17h15 : discussion

 

17h15-18h15 : table ronde sur les projets, la science et la technologie Allemagne – Chine

Présidente de séance : Danielle Candel  (HTL)

Présentation du GIS UTSH « L’unité de la technologie et des sciences humaines ».

Participants à la table-ronde : Mathieu Arnoux (Paris 7/EHESS), Caroline Bodolec (CNRS), Eric Brian (EHESS), Guillaume Carnino (UTC), Frédéric Graber (CNRS), Pierre Lamard (UTBM), Charles Lenay (UTC), Dominique Margairaz (Paris 1), Joost Mertens, Delphine Spicq (Collège de France) et les membres du projet IHSP-P7

 

 

Comité scientifique : Guillaume Carnino (CAK), Danielle Candel (HTL), Laurent Dedryvère (ICT), Liliane Hilaire-Pérez (ICT), Jochen Hoock (ICT), John Humbley (CLILLAC), Natalie Kubler (CLILLAC), Joost Mertens, Koen Vermeir (SPHERE)

 

Intention

La technologie désigne actuellement les « nouvelles technologies » et les « techno-sciences », qui réduisent la technique aux applications de la science. Pourtant, au XIXe siècle, la technologie revêt un autre sens, celui d’une science de la technique, c’est-à-dire d’une science des arts et des intentions fabricatrices. Pour Christian Wolff (Philosophie logica sive rationalis, 1728) la technologie est un « discours rationnel sur la technique ».

Le caméralisme a joué un rôle fondamental dans l’édification de cette discipline dont l’un des textes fondateurs est l’Anleitung zur Technologie de Johann Beckmann (1777), suivi de l’essai devenu plus célèbre, l’Entwurf der allgemeinen Technologie (1806). Ce dernier ouvrage vient d’être traduit pour la première fois en français et l’édition commentée de cet essai est menée dans le cadre d’un groupe de travail formé grâce à l’Institut des Humanités et des Sciences de Paris et réunissant des chercheurs en histoire et en linguistique.

A l’occasion de cette publication et afin d’approfondir la réflexion sur le creuset allemand de la technologie, nous proposons un colloque international. L’enjeu est d’une part, d’analyser les liens entre la technologie et la production de savoirs administratifs qui font une large part à la connaissance des territoires, des ressources naturelles et des arts. Le caméralisme repose sur une « trilogie » réunissant « l’économie (comme science de la gestion de la richesse des personnes privées ou des ménages), la science des finances publiques, et la ‘science de la police’ qui synthétise et organise le savoir universitaire nécessaire à la formation des administrateurs des Etats territoriaux de l’Empire ». Dans ce cadre, par exemple, l’extension de la statistique au milieu du siècle, implantée à Göttingen par Gottfried Achenwall, intègre la « connaissance plus exacte des capacités productives de la monarchie » et contribue à asseoir la technologie comme science académique, dans le sillage de la « statistique universitaire». D’autre part, il s’agit d’étudier un milieu savant à travers sa formation, ses activités, ses techniques intellectuelles – ainsi les classifications opératoires et les analogies – et ses pratiques culturelles, tels les emprunts à d’autres ramifications de la pensée économique, en Angleterre, en France. In fine, on aimerait pouvoir mieux connaître le « terreau nourricier » de la technologie comme le disait Jean-Claude Perrot pour l’économie, soit la multiplicité des œuvres – y compris celles les moins abouties – qui ont nourri la réflexion d’un Beckmann par exemple. Leurs circulations, leurs traductions nous intéressent notamment. Citons la physikalisch-ökonomische Bibliothek (1779-1806) et les Beyträge zur Oekonomie, Technologie, Polizey und Cameralwissenschaft (1779-1791). Si cette voie n’est pas exclusive d’autres approches actuelles de la recherche, montrant les liens entre les rationalités opératoires nées des pratiques fabricatrices d’une part et les théorisations savantes de l’autre, nous nous limiterons dans cette journée au corpus des auteurs caméralistes.

Enfin, il nous a semblé fondamental de décloisonner l’histoire de la technologie et de proposer une comparaison avec la Chine qui sur le long terme, des Song aux Qing a favorisé la codification des savoirs techniques en mobilisant les lettrés-fonctionnaires dans la gestion des ateliers impériaux, des circulations de savoirs techniques et des questions environnementales. Il s’agit d’une bureaucratie qui fait de la technique un savoir d’Etat à part entière. Les liens étroits entretenus par le laboratoire ICT avec des collègues de Taïwan ont permis d’élaborer une session comparative et de prévoir un débat général ouvrant pour la première fois sur une approche de la technologie en termes d’histoire globale des savoirs d’Etat.

 

CONGRES SHFST LYON 2014 – Appel à communications

CONGRES SHFST – APPEL A COMMUNICATIONS – Date limite le 10 janvier 2014.

 

Le prochain congrès national de la SFHST aura lieu les 28, 29 et 30 avril 2014 à Lyon.

Nous invitons toutes et tous nos collègues à proposer entre le 20 novembre 2013 et jusqu’au 10 janvier 2014 des propositions de communications.

Ces dernières comprendront un titre et une dizaine de lignes de

présentation et sont à soumettre directement sur la plateforme du congrès :

http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Mail : sfhst2014lyon@sciencesconf.org

Sur ce site vous trouverez un résumé des thématiques proposées (sessions).

Toute proposition de communication devra s’inscrire dans l’une des thématiques affichées. A noter toutefois, qu’il existe une « session libre » dans laquelle vous pouvez proposer une communication qui ne pourrait pas être accueillie par ailleurs.

CFP-Répartition des tâches dans les sociétés pré- et prohistoriques

Dans le cadre du XVIIe Congres UISPP (Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques)

Burgos, 1-7 septembre 2014

Se tiendra le colloque « Répartition des tâches dans les sociétés pré- et protohistoriques » organisé par Sophie A. de Beaune, Haris Procopiou, François Sigaut (†)

Les communications seront de 15 minutes et les posters sent acceptés (en anglais, espagnol et français).

Les résumés ne dépasseront pas 500 mots et doivent être adressés directement sur le website: www.burgos2014uispp.com en indiquant la session et le nom de l’organisateur/trice.

 

Calendrier

30 avril 2014: soumission des propositions

30 juin 2014: liste finale des résumés et des posters

28 août 2014: date limite d’enregistrement au congrès

La compréhension du fonctionnement des sociétés pré- et protohistoriques, et plus largement, des sociétés dites pré-industrielles, passe par celle de la répartition des activités techniques. Plutôt que d’aborder cette question du seul point de vue économique, comme cela se fait trop souvent, nous la posons ici dans une perspective anthropologique. Nous proposons dans cette session de réunir des contributeurs ayant développé une réflexion dans deux directions principales.

Selon la première, on s’interrogera sur le rôle des modalités techniques précises dans l’affectation d’une activité aux hommes ou aux femmes. Il est classique de dire que les activités féminines répondent à des besoins domestiques, et que, dès qu’elles acquièrent un statut économique « marchand », elles quittent l’aire domestique et passent aux mains des hommes. Il n’y aurait ainsi pas de tâches masculines ou féminines en soi. En revanche, pour la même tâche, les femmes et les hommes n’utilisent pas les mêmes techniques – par exemple, les femmes montent généralement les poteries à la main, tandis que les hommes utilisent le tour. Peut-on vérifier ou non ce genre de constatations dans des populations anciennes ? Et a-t-on d’ailleurs les moyens archéologiques de le faire ? Cette approche « technographique » enrichira un débat qui se contente bien souvent de catégories trop générales.

Dans les sociétés simples dites indivisées (Clastres), la seule répartition possible des tâches a lieu selon le sexe et l’âge, ce qui les distingue des sociétés plus complexes, où l’accroissement de la production et des échanges conduit à des spécialisations plus poussées. D’où la seconde question, qui concerne la répartition des tâches au sein d’un groupe donné – familial, social ou autre –, spécialisé dans une activité technique particulière…

Le concept d’atelier, dû à l’école de Frédéric Le Play, et appliqué par Paul Descamps aux « peuples sauvages » dans les années 1920, pourra ici s’avérer utile pour considérer cette question. Il ne s’agit pas seulement de l’atelier considéré comme lieu de travail mais de l’atelier vu comme un réseau de personnes collaborant à une même activité, au sein du réseau plus large constitué par l’ensemble du groupe social. Entendue dans ce sens, la structure de l’atelier et le répertoire des activités peuvent permettre de comprendre l’organisation du groupe social, de même que les répercussions au sein du groupe en cas de modifications, même minimes, de l’un des éléments de la chaîne technique.

Les études de cas sont bienvenues, non seulement dans le domaine pré- et protohistorique mais aussi dans le domaine ethnographique, chez les sociétés dites pré-industrielles, dans la mesure où ils peuvent éclairer les premiers. Les communications plus théoriques sur la validité de nos interprétations en ce domaine sont également susceptibles d’enrichir cette question.

Bien cordialement,

Sophie A. de Beaune et Hara Procopiou.

sophie.de-beaune@mae.cnrs.fr

 

 

 

 

Journée Jeunes chercheurs, SFHST – 29-30 nov. 2013

La Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques, la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie, la Société Française d’Histoire des Sciences Humaines, le Comité Français d’Histoire de la Géologie et le Club de la Chimie organisent des Journées destinées aux Jeunes Chercheurs en histoire et épistémologie des sciences et des techniques, sur le point de finir leur thèse ou l’ayant récemment soutenue, dont l’objectif est de leur permettre de présenter leurs travaux.

Ces journées auront lieu les 29 et 30 novembre 2013, à Paris. Le lieu précis sera précisé ultérieurement.

Nous vous invitons à nous envoyer vos propositions de communications, accompagnées d’un court CV, avant le 12 octobre 2013. 

Contact : sabine.rommevaux@free.fr

 

————————————————————

Sabine Rommevaux

Directrice de recherche au CNRS

Présidente de la Société française d’histoire des sciences et des techniques

Université PARIS 7 – CNRS
Laboratoire SPHERE UMR 7219
Bat. Condorcet, Case 7093
5 rue Thomas Mann
75205 PARIS CEDEX 13

 

 

 

L’école et le musée – Arras, 8 nov. 2013

Programme Ecole et musée Arras 8 novembre 2013

L’école et le musée.

Apprendre du passé, préparer l’avenir ? XIXe-XXe siècles

8 novembre 2013

Maison de la recherche de l’Université d’Artois

Cette journée d’étude souhaite progresser dans la connaissance des relations entre l’école et le musée, en tenant compte du spectre large des situations possibles, du musée scolaire dans les classes de la Troisième République jusqu’aux élèves en visite au musée. L’enjeu réside dans une meilleure compréhension de la constitution du patrimoine scolaire et des usages qui sont à l’origine des objets, des apprentissages et des discours qui émanent des relations entre école et musée. À la lumière de différentes approches disciplinaires, les communications proposées s’attacheront à démontrer la manière dont l’histoire des musées scolaires et des usages scolaires des musées s’articule aux enjeux patrimoniaux dont l’université d’Artois et l’École supérieure du professorat et de l’éducation, héritière d’un patrimoine hérité des anciennes écoles normales, ont choisi de s’emparer.

La métrologie au Conservatoire national des arts et métiers – 17.10.2013

La métrologie au Conservatoire national des arts et métiers au cours

des « Trente Glorieuses »

5e Rencontre autour du dictionnaire biographique des professeurs du Cnam organisée par Claudine FONTANON (EHESS/Centre Alexandre Koyré), André GRELON (EHESS/Centre Maurice Halbwachs) et Loïc PETITGIRARD (HT2S-Cnam)

CNAM – 2 rue Conté 75003 Paris (M°  Arts et Métiers / Réaumur Sébastopol)

Salle des conseils (accès 37, 1er étage)

Jeudi 17 octobre 2013 – 14h à 18h

 

L’activité de métrologie au Cnam et ses rapports avec l’organisation de la métrologie française sont les fruits d’une longue histoire, initiée à l’époque de la Révolution française. Conservation des étalons, création du LNE, premiers enseignements de métrologie ont été les préliminaires à la création d’un pôle de recherche et de formation à la métrologie, durant les Trente Glorieuses. Cette demi-journée s’attachera à analyser ce tournant pris avec la création de l’Institut national de métrologie et de la chaire de Métrologie au Cnam à partir de 1967. A travers analyses et témoignages, il s’agit d’interroger les ambitions, évolutions et succès de l’activité métrologique au Cnam, et de préciser le rôle du Cnam dans les développements contemporains de la métrologie française.

Programme

14h-14h20 « Introduction – Le Cnam et la métrologie, une longue histoire »

Claudine FONTANON (Maitre de conférences/ EHESS /Ht2s  Cnam)

14h20-15h  « Le Cnam et le renouveau de la métrologie en France, 1965-1975 »

Loïc PETTIGIRARD (Maître de conférences/ HT2S-Cnam)

15h-15h40  « L’aventure de la photométrie à l’Institut National de Métrologie »

Jean BASTIE (Ingénieur honoraire, chef du service de radiophotométrie/ INM-Cnam)

15h40 – Discussion sur les premières interventions

16h- Pause café

16h20-17h00 « Le Cnam et le LNE en métrologie : je t’aime, moi non plus ? »

Marc HIMBERT (Professeur, directeur du Laboratoire commun de métrologie LNE-Cnam/ LCM-Cnam)

 17h00 -17h40 « Les enseignements de métrologie, depuis 1967 »,

Michel LECOLLINET (Maître de conférences honoraire/ chaire de métrologie et INM, Cnam)

17h40-18h00 “Discussion générale”, André GRELON (directeur d’études EHESS), modérateur

Rencontre organisée avec le concours du laboratoire HT2S (Cnam) et du Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS)

Appel à communication : Le livre et les techniques avant le XXe siècle. À l’échelle du monde

Le livre et les techniques avant le XXe siècle.

À l’échelle du monde

 

18-19-20 juin 2014

 

Sites : Bibliothèque centrale du Cnam, Cité des Sciences et de l’Industrie,  École des Ponts ParisTech, Collège de France (Institut des civilisations, site cardinal-Lemoine)

 

 

Comité d’organisation : Thérèse Charmasson (CRHST-Universciences), Konstantinos Chatzis (LATTS/ENPC-UMLV-CNRS), Isabelle Gautheron (ENPC), Liliane Hilaire-Pérez (Univ. P7-ICT/EHESS-CAK), Soline Lau-Suchet (BULAC), Catherine Masteau (ENPC), Emmanuelle Minault-Richomme (Cnam-Service commun de la documentation), Valérie Nègre (ENSAPLV-AUSser), Allan Potofsky (Univ. P7-LARCA), Delphine Spicq (Collège de France-Bibliothèque IHEC), Koen Vermeir (SPHERE CNRS/Univ. P7).

 

Institutions partenaires : Bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers, Bibliothèque de l’Ecole des Ponts ParisTech (ENPC), Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS), Centre Maurice Halbwachs (CNRS-EHESS), CRHST Cité des Sciences et de l’Industrie, Institut des hautes études chinoises du Collège de France, Ecole nationale supérieure d’Architecture Paris La Villette, Identités-Cultures-Territoires ICT (Univ. P7), INALCO (BULAC), Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones LARCA (Univ. P7), Laboratoire SPHERE (CNRS/Univ. P7), Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (ENPS-UMLV-CNRS),  UMR AUSser (CNRS/Université Paris-Est).

 

Présentation

L’histoire du livre technique constitue un champ neuf et peu développé, reflétant la place marginale que l’histoire des techniques occupe au sein de l’histoire générale. Il suffit pourtant de penser aux Descriptions des arts et métiers, commandées au plus haut sommet de l’État sous l’Ancien Régime, aux manuels de fonctionnaires circulant dans tout l’Empire chinois, aux multiples traités qui ont formé des générations d’ingénieurs ou encore aux guides techniques destinés à améliorer les pratiques des artisans et des agriculteurs. On comprend alors aisément qu’il s’agit d’un genre de littérature extrêmement riche, à caractère universel et faisant l’objet de circulations intenses entre les différentes parties du globe.

L’objet de ce colloque est à la fois de combler une lacune du champ historique et d’interroger les relations entre l’économie du livre et le monde de la technique afin d’analyser la catégorie du livre technique à travers ses formes, ses fonctions, ses modes de diffusion et d’appropriation, avant le XXe siècle.

L’un des apports les plus évidents des enquêtes sur la littérature technique est l’ouverture des catégories, tant le rapport à la pratique et à l’action fait éclater les typologies établies. À côté de productions spécifiques – réductions en art, modes d’emploi, brochures commerciales –, on retrouve des formes partagées avec d’autres ordres de savoirs – cours édités, manuels, lithographies, ronéotypes, traités, dictionnaires, encyclopédies, revues, récits de voyage… Cette diversité des productions invite à analyser le rôle de ces publications dans la production éditoriale générale ainsi que leur rapport à l’objet livre à travers leur impact sur les formes et les contenus.

Quelle est la fonction de ces publications dans l’ordre des savoirs ? Qui en sont les acteurs ? Quels sont les modes d’action qui les conduisent à formaliser leurs pratiques pour les transcrire et les diffuser ? Pourquoi rendre publics des savoirs techniques et passer à un support de diffusion large, à la recherche des lectorats ? Quelles sont les conditions de production et de diffusion de ces publications ? Quelle réception et quels publics trouvent elles ? Autant de questionnements auxquels ce colloque cherchera à répondre.

e

Les contributions se limiteront aux périodes antérieures au XX siècle, sans limitation géographique, et porteront, de préférence, sur l’un des quatre thèmes suivants :

 

*    Les livres techniques et les savoirs d’action, entre intentions et usages. Ce thème recouvre deux entrées : l’analyse des illustrations comme véhicule de savoir, soit le lien intrinsèque entre l’image, la « technologie » et, plus généralement, la codification des savoirs pratiques. D’autre part, si l’on connaît les ressorts de la formalisation des pratiques, grâce aux études sur les « réductions en art » et, plus largement, la littérature prescriptive, y compris les secrets et recettes, peut-on analyser ses impacts, par exemple ceux des manuels : quels en sont les usages par les professionnels dont ils sont censés faciliter les choix techniques ?

 

*   Les marchés et les acteurs. Le but est à la fois de cerner la multiplicité et la coordination des acteurs impliqués dans l’économie du livre technique et d’approfondir l’étude de la littérature technique commerciale. Le thème ouvre aussi bien sur l’étude des auteurs et notamment des praticiens, de leur statut d’auteur, de leurs associations avec des lettrés, que sur le thème des publics de la technique et des usages consuméristes. Il comprend aussi les interrogations sur la publication des techniques, sur l’écrit comme protection, sur la place du livre dans l’économie de l’invention et les stratégies des entrepreneurs.

 

*   Livres techniques et enseignement : le thème concerne la naissance des cours imprimés sous formes de traités, la politique des écoles, la constitution de bibliothèques dans les écoles d’ingénieurs et autres établissements techniques, le destin des manuels (entre cours manuscrits, lithographiés, xylographiés, édités, réédités avec des corpus de notes parfois conséquents). Plusieurs questions se posent, qu’il s’agisse des circulations internationales d’ouvrages et de la chronologie de l’ouverture des bibliothèques aux livres en langues étrangères ou bien des évolutions communes aux manuels d’autres disciplines, par exemple la disparition du nom de l’auteur pour certains ouvrages alors que d’autres seront identifiés pendant des générations par son éponyme.

 

Les livres techniques : gammes, réseaux, déclinaisons: il s’agit d’analyser les rapports (de concurrence, de complémentarité, d’imitation…) qu’a noués le livre technique avec d’autres formes de l’écrit technique comme le manuscrit, le périodique technique, le livre d’ornement, etc. L’objet est également d’interroger les motifs et les raisons des déclinaisons, des variations et de la multiplicité des formes des livres techniques. La proximité de certains livres techniques avec les livres d’ornement et les recueils luxueux pose en particulier la question de l’intrication entre des catégories (de livres) et des domaines (l’art, pris dans l’acception moderne et la technique) généralement distingués par les historiens.

L’appel à communication au format pdf

Les propositions d’articles (titre et résumé accompagnés d’un CV) doivent parvenir à l’adresse suivante, avant le 15 octobre 2013 : livreettechniques@gmail.com

 

Conséquences environnementales et sociales de l’aménagement territorial – 5/6 septembre 2013

Colloque Conséquences environnementales 5-6 sept. 2013

Le RUCHE, Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire de l’Environnement, organise, en collaboration avec l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs et l’équipe HEMOC du centre Norbert Elias, et avec le soutien matériel et financier de l’EHESS et du RTP CNRS “Histoire de l’environnement”,  un colloque pluridisciplinaire consacré aux “Conséquences environnementales et sociales de l’aménagement territorial. Perspectives historiques”.

5 et 6 septembre 2013, amphithéâtre François Furet de l’EHESS, 105 bd Raspail. 

Democracy and technology, Paris, 19 sept. 2013

19-21 septembre 2013, Paris : 6° Conférence du réseau Tensions of Europe en association avec le projet ANR Resendem : Democracy and technology. Europe in tension from 19th to the 21st century, organisée par Pascal Griset.

Journée inaugurale : 19 septembre en Sorbonne (Amphithéâtre Richelieu).
Présence de Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l’Education, la culture, le multilinguisme et la jeunesse. Présentation de la nouvelle collection d’ouvrages Making Europe sur l’importance de la technologie dans la construction européenne, le musée virtuel européen pour la science et la technologieInventing Europe et le projet Labex EHNE : Ecrire une nouvelle histoire de l’Europe.
Conférence inaugurale, 18 heures : Dominique Pestre, directeur d’études à l’EHESS.

Confirmer sa présence à l’adresse : toe2013paris@sciencesconf.org
Democracy & Technology 2013