Archives de catégorie : Colloques

2e congrès de la société de philosophie des sciences de gestion (SPSG)

2ème CONGRÈS DE LA SOCIÉTÉ DE PHILOSOPHIE DES SCIENCES DE GESTION (SPSG)

Technologie gestionnaire et gestion de la technologie : Quelle articulation entre technologie et sciences de gestion ?

6 et 7 mars 2014

ISC Paris Business School

A l’occasion de son second congrès, la Société de Philosophie des Sciences de Gestion invite à questionner les différents aspects du lien entre technologie et sciences de gestion. Ce questionnement pourra porter sur l’un des axes de réflexion suggérés ci-dessous (cette liste n’est évidemment pas
limitative) :

– Les effets des progrès technologiques sur les sciences de gestion
– Réflexions sur la place des sciences de gestion dans l’organisation des développements technologiques
– Réflexions sur la gestion et les sciences de gestion comme technologies
– Mise en perspective des concepts techniques et gestionnaires
– Critiques de la technique et de la gestion
– Réflexions sur les imaginaires techniques et gestionnaires
– Epistémologie des sciences de gestion

Format des communications :

Les propositions de communication ne devront pas excéder 2500 mots, bibliographie et annexes comprises. Les textes pourront être rédigés en français ou en anglais. Ils comprendront obligatoirement un résumé de 250 mots maximum, et seront strictement anonymes (les contributions comportant des éléments susceptibles d’identifier leurs auteurs seront systématiquement refusées).

Modalités de soumission :

Les propositions doivent être déposées sur le site http://spsg2014.sciencesconf.org/

Calendrier :

Date limite des soumissions : 3 septembre 2013 Réponses définitives : au plus tard le 21 octobre 2013 Ouverture du congrès : 6 avril 2014

Organisateurs :

Société de Philosophie des Sciences de Gestion

Erwan Lamy, enseignant chercheur (Novancia)

Eric Simon, doyen de la recherche (ISC Paris)

Renseignements et contact :

Sandrine Clais (administration) ou Erwan Lamy (programme) :
spsg2014@sciencesconf.org

Appel second congrès SPSG technologie gestionnaire

Appel à communication – Colloque « Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire (France, 1789-1815) »

Ateliers et manufactures-FRANCAIS et ANGLAIS

 Colloque « Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire

(France, 1789-1815) »

Vendredi 13 et samedi 14 juin 2014
Paris, Institut national d’histoire de l’art et Centre allemand d’histoire de l’art

Les propositions de communication d’une page maximum ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique en français ou en anglais sont à envoyer à l’adresse mail suivante avant le lundi 30 septembre 2013 : AteliersManufactures1789-1815@dt-forum.org.

Appel à communication – Congrès SFHST – Lyon 28-30 avril 2014

Propositions symposia – congrès SFHST – Lyon 28-30 avril 2014 – date limite 30 septembre 2013.

Créée en 1980, reconnue par l’Académie des Sciences, la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST, http://www.sfhst.org/) a pour but de susciter, coordonner et encourager les études relatives à l’histoire et à l’épistémologie des sciences et des techniques en France.

La SFHST a confié au laboratoire « Sciences & Société ­— Historicité, Éducations, Pratiques » (S2HEP, EA 4148 http://s2hep.univ-lyon1.fr/) de l’Université Lyon 1 l’organisation de son prochain congrès national qui aura lieu les 28, 29 et 30 avril 2014 à Lyon.

Cette manifestation est destinée à refléter toute la richesse, la diversité et la vitalité de la recherche en histoire des sciences et des techniques en France. Elle est l’occasion de faire le point sur l’état de l’art et d’échanger tant sur le plan méthodologique que cognitif.

Nous invitons donc tous nos collègues à proposer jusqu’au 30 septembre 2013 des thèmes de symposia qui pourront accueillir des communications sur 1 à 3 demi-journées. À titre d’exemples, on peut se reporter au précédent congrès qui s’est tenu à Nantes

http://sfhstnantes2011.blogspot.fr/p/presentation-des-sessions.html

Les propositions comprendront un titre et une dizaine de lignes de présentation. Il est souligné que les sessions thématiques sont préférées aux sessions disciplinaires, mais pas exclusivement.

Les propositions sont à soumettre directement sur une plateforme hébergée à l’adresse suivante : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Vous devrez créer un compte à cet effet en cliquant sur le lien dédié : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/user/createaccount

Si vous avez des questions à propos de ce congrès, vous pouvez contacter Jonathan Simon au jsimon@univ-lyon1.fr

Appel à communication – Fonte d’art française, avril 2014

Colloque international Avril 2014 – Appel à communication

Fonte d’art française : les chemins de la diffusion

Emergente à partir de 1800, prenant de l’ampleur à partir des années 1830, la fonte d’ornement et la fonte d’art (fonte de fer et de série sur catalogue) a connu un âge d’or qui s’est achevé vers 19301<https://mail.google.com/mail/u/0/?hl=fr&tab=wm#13fc7a74a477b480_sdfootnote1sym>.

Le XIXe siècle a été un siècle du « multiple » mais la fonte de fer (qui a concerné la statuaire, le mobilier urbain, et la commande publique) a été souvent ignorée des chercheurs.

Le travail de l’ASPM2<https://mail.google.com/mail/u/0/?hl=fr&tab=wm#13fc7a74a477b480_sdfootnote2sym>

et du RIFA3<https://mail.google.com/mail/u/0/?hl=fr&tab=wm#13fc7a74a477b480_sdfootnote3sym>

sur la diffusion des fontes françaises en France et dans le monde (plus de 70 pays et 250 villes étrangères connues) a mis en évidence des mécanismes complexes que ce colloque vise à préciser.

Trois éléments semblent importants dans le développement et la diffusion des fontes d’art :

* la notion de « goût français*  » (opposé à la puissance industrielle anglaise dès l’exposition universelle de Londres en 1851) avec l’importance des modèles dits « à l’antique » (du Louvre, de Versailles) ou celle de certains sculpteurs  (comme Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Mathurin Moreau),

*Les échanges : pour l’international, le lien entre diplomatie et coopération, pour le marché intérieur, les relations politiques ou religieuses. Mais aussi l’ implication des marchands*, des revendeurs, des intermédiaires comme le montrent les délibérations municipales, y compris dans le choix des monuments aux morts.

*La stratégie dont témoigne la concentration sur quelques fonderies d’art *(alorsqu’au départ, des dizaines de fonderies s’y étaient lancées) : être près du pouvoir, éblouir le visiteur, investir pour accroître le prix du ticket d’entrée et décourager la concurrence. Et ainsi être connu, reconnu, consulté, et pouvoir rassurer l’édile qui est comptable des choix.

Les documents seront transmis exclusivement par courrier électronique à l’adresse

dominiqueperchet@gmail.com

Appel à communication – Les zones portuaires 16 -17 janvier 2014

Les zones portuaires : aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours

Les journées d’étude de la SFHU (Société française d’histoire urbaine) se tiendront les 16 et 17 janvier 2014, à l’université de Caen Basse-Normandie et sont organisées en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN).

La thématique retenue cette année invite à réfléchir aux liens entre les installations portuaires et la ville. Port au cœur de la ville, existence d’avant-ports dissociés de l’espace urbain, les schémas et leurs évolutions sont multiples depuis les époques anciennes et les mutations des espaces portuaires nombreuses. Cette thématique, conçue dans une perspective chronologique et géographique large, trouve un écho particulier dans les territoires de l’ouest de la France, et spécialement de Normandie, où les questions de rapports entre les espaces portuaires et le tissu urbain ont orienté les politiques d’aménagement.

À toutes les époques, les spécificités des villes portuaires sont liées à leur intimité avec l’eau, à la morphologie des quartiers du port et des zones qui accueillent les navires. Toutefois, les infrastructures portuaires ont évolué au fil du temps en liaison avec les mutations économiques et techniques : navires, fret, routes maritimes, circuits de redistribution. Comment ces évolutions se traduisent-elles dans l’espace des ports et dans le rapport des zones portuaires avec l’espace urbain ? Qui sont les acteurs du déplacement et quels sont les intérêts en jeu ?

Certains espaces et bâtiments portuaires ont fait l’objet d’importantes opérations de renouvellement, tandis que les activités migraient vers de nouveaux sites plus adaptés. D’autres sont aujourd’hui encore délaissés (zones d’entrepôts et de fonctions logistiques…) et constituent des espaces dont l’insertion dans le tissu urbain est parfois problématique ou pour lesquels il faut réparer la césure ville/port longtemps créée par les voies ferrées et les infrastructures de logistique. Depuis les années 1960, la concentration des sites portuaires s’accélère et concerne presque toutes les activités. On propose d’étudier la réhabilitation et/ou requalification et les usages nouveaux qui peuvent en découler : waterfronts, patrimonialisation des « vieux ports », opérations événementielles, « mise en tourisme » de l’activité de pêche, etc. On attend à la fois un exposé des problématiques et des études d’exemples emblématiques des évolutions récentes et moins récentes. La comparaison internationale sera vivement souhaitée. Les aspects sociaux de la requalification ne seront pas oubliés.

Comité scientifique : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2), Stéphane Frioux (université Lumière Lyon 2), Jean-Pierre Guilhembet (université Paris-Diderot-Paris 7), Laurence Jean-Marie (université Caen Basse-Normandie), Jean-Louis Lenhof (université Caen Basse-Normandie), Denis Menjot (université Lumière Lyon 2), Laurence Montel (université Caen Basse-Normandie), Thibault Tellier (université Lille 3).
Les propositions de communication devront parvenir avant le 15 septembre 2013 et sont à adresser à laurence.jean-marie@unicaen.fr

Appel à communication – Les femmes dans les expositions universelles – date limite de dépôt des propositions repoussée au 15 novembre 2013

AAC2  aac

 

Appel à communications pour un colloque international

 

Les femmes dans les expositions internationales et universelles (1878-1937)

Actrices et objets des savoirs

Lieu : Université Paris Descartes, Paris

Octobre 2014

 

Les femmes ont participé aux expositions internationales dès la première à Londres en 1851, au même titre que leurs collègues exposants ou animateurs de l’exposition masculins. Cependant, les enjeux de cette participation changent de registre lors de l’Exposition de 1878, à Paris, lorsque les Français organisent en même temps le premier Congrès international du droit des femmes. La visibilité des femmes prend une autre dimension lors de la Foire Internationale de Chicago, en 1893, quand les Américaines choisissent de valoriser la participation des femmes à l’économie morale et sociale nationale par la construction d’un bâtiment spécifique – le Palais des femmes. La Foire a également été le lieu de rencontres entre femmes dans le cadre du World’s Congress of Representative Women où elles ont débattu de problèmes sociaux, économiques et politiques.

Si les historien-ne-s et historien-ne-s de l’art ont étudié les enjeux autour de cette représentation de la contribution féminine aux richesses matérielles et immatérielles de leurs nations respectives, la place des femmes dans les expositions universelles en général n’a pas fait l’objet d’études systématiques ou comparatives. Il s’agira dans ce colloque de susciter de telles recherches pour les expositions universelles qui ont eu lieu entre 1878 et 1937, avec le souci de croiser les approches disciplinaires et d’inclure des perspectives de chercheur-e-s  travaillant sur des aires géographiques variées.

L’objectif du colloque est de réfléchir collectivement à la manière dont les femmes investissent les lieux des expositions (par leurs créations artistiques, leur travail, leurs associations ou leurs réseaux…) afin de cerner les caractéristiques des subjectivités à l’œuvre. Les expositions dont il sera question sont en priorité les foires et expositions internationales, universelles ou spécialisées, qui rassemblent de nombreux pays, mais les expositions coloniales où les puissances impériales du temps sont présentes peuvent aussi être examinées dans ces perspectives. Les bornes chronologiques retenues engagent les communicant-e-s à penser leur contribution dans le contexte plus large de la modernité esthétique, du mouvement féministe national et/ou international et de l’avènement de l’ère de la consommation. Les propositions qui privilégient une approche biographique d’individus ou de collectifs sont les bienvenues comme celles qui proposent une approche diachronique sur plusieurs expositions. De même, sont encouragées les contributions de jeunes chercheur-e-s dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui intègrent une dimension historique à leur travail.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais avec traduction simultanée (en fonction des financements obtenus).

Les axes privilégiés sont les suivants :

 

Expositions universelles et féminismes internationaux

De quelle manière les expositions ont-elles donné l’occasion aux féministes des différentes nations de construire des stratégies de coopération internationale ? En quoi la compétition et la concurrence entre nations, en jeu lors des expositions, ont-elles freiné ces coopérations ? ou les ont-elles encouragées ou favorisées ? Peut-on établir une chronologie du féminisme international en rapport avec celle des expositions ?

 

Statistiques et langages scientifiques mobilisés par les femmes

A la demande des organisatrices de la Foire Internationale de Chicago, les pays participants ont envoyé des rapports statistiques mettant en avant le rôle spécifique des femmes. Il s’agit d’un langage nouveau que les femmes s’approprient afin de démontrer leurs contributions à l’organisation économique et sociale de leurs pays.  Comment mobilisent-elles ce mode d’expression ? Ce discours a-t-il un effet sur la perception du rôle des femmes à l’époque ? Ces rapports statistiques sont-ils mobilisés au-delà de leur exposition lors de ces foires ? Trouve-t-on d’autres exemples de langages « scientifiques » mobilisés par les femmes pour asseoir leur légitimité dans les différentes sciences de la période.

Éducation, travail féminin

L’éducation a toujours été l’une des revendications prioritaires des mouvements féministes et féminins au XIXe siècle, avec une tension permanente entre la volonté de former de bonnes mères et le souci d’améliorer la formation professionnelle des femmes. De quelle manière l’éducation et le travail féminin dans toutes ses formes sont-ils représentés dans les expositions universelles ? Alors que la plupart des expositions présentent la place des femmes dans la société selon des normes de genre largement consensuelles, peut-on déceler des manières d’investir l’espace des expositions qui traduisent des aspirations plus radicales ? Les expositions mettent-elles en lumière des espaces professionnels traditionnellement « masculins » (techniques, inventions…) investis par les femmes ? Dans l’organisation et la mise en valeur de l’éducation et du travail des femmes, quels sont les messages véhiculés ? Et quelles évolutions dans le contenu entre 1878 et 1937 ?

« Made by women » : usages, économie et circulations postérieures

Les femmes contribuent aux expositions en présentant des objets fabriqués par les femmes, comme, par exemple, dans le domaine des « arts industriels » (notamment le textile). De quelle manière les femmes œuvrent-elles pour que « leurs » objets soient exposés et quels sont les effets de leur mise en scène lors des expositions ? Peut-on tracer « la vie sociale » des objets dans leurs usages et circulations au-delà des expositions ?  Comment interpréter la production de rapports ou de statistiques concernant les objets produits par les femmes par rapport aux revendications nationales et internationales des femmes ? Témoignent-ils d’une volonté de questionner les normes de genre et avec quelle efficacité ?

Art, Architecture, Photographie, Esthétique

Présentes comme artistes, plus rarement comme architectes, les femmes sont également représentées comme « objets » dans les aspects « artistiques » des expositions : décorations murales, sculptures, photographies…, ou spectacles  (le cas notamment des femmes « indigènes »). Les représentations esthétiques et esthétisantes du féminin comme les réalisations artistiques produites par les femmes proposent une véritable grammaire du genre qu’il conviendrait aussi d’examiner. De quelle manière les femmes se saisissent-elles des moyens artistiques pour se représenter lors des expositions et quels sont les éléments contextuels qui permettent de tracer des évolutions ?

Associations et modèles philanthropiques et charitables

 Dans une démarche souvent qualifiée de réformiste, les femmes sont également présentes dans les expositions par le biais des organisations qu’elles animent pour soutenir les pauvres, les prostituées, les vieillards, etc. Comment cette manière de se présenter dans l’espace public se combine-t-elle avec des revendications citoyennes présentes chez les femmes des pays participant à ces expositions ? Enfin, en comparant leurs activités philanthropiques et charitables, peut-on déceler l’influence du féminisme international sur ces actrices modérées, par exemple peut-on constater une inflexion dans leur lecture du rôle des femmes dans leur nation ou dans leur activisme ?

 

 

Modalités de soumission des propositions de communication

avant le 30 octobre 2013

 

Envoi d’un résumé de 500 mots qui précise l’objet de la communication, les questions centrales, les sources sur lesquelles il s’appuie. Inclure également une bibliographie de 5 titres appropriés. L’articulation avec un ou plusieurs axes du colloque devra être précisée.

 

Joindre au résumé un curriculum vitae abrégé (pas plus de 2 pages).

 

Adresse pour la soumission des propositions : Expositionsfemmes@parisdescartes.fr

 

Les réponses seront transmises avant le 30 janvier 2014

 

Comité scientifique 

 

Demeulenaere-Douyère, Christiane (conservatrice générale du patrimoine, chercheuse associé au Centre Alexandre Koyré, Paris)

Offen, Karen (historienne, Stanford University)

Gubin, Eliane (historienne, Université Libre de Bruxelles)

Hilaire-Pérez, Liliane (historienne, Université Paris Diderot)   

Picon, Antoine (historien of architecture and technology, Harvard University

Rasmussen, Anne (historienne des sciences, Université de Strasbourg)

Roberts, Mary Louise (historienne, Université of Wisconsin-Madison)

Rupp, Leila (histoire, études du genre, University of Santa Barbara)

Zimmermann, Susan (historienne, Central European University, Budapest)

 

Comité d’organisation

 

Rebecca Rogers (UM8 8070 Centre de recherche sur le lien social-CERLIS,  Université Paris Descartes)   

Myriam Boussahba-Bravard (EA 4214 Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones- LARCA, Université Paris Diderot)

Hélène Périvier (OFCE, PRESAGE-Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le GEnre, Sciences Po Paris)

 

 

Télécharger l’appel au format pdf (French+English)

 

 

Appel à contribution-Deuxième Congrès Francophone d’Histoire de la Construction – DERNIÈRE RELANCE

bandeau_anime_2cfhc

DERNIÈRE RELANCE

Appel à contribution

 Pour le Deuxième Congrès Francophone d’Histoire de la Construction

qui se tiendra à Lyon les 29, 30 et 31 janvier 2014

 dépots avant le 30 juin 2013

 

L’activité de la construction convoque des ressources et des compétences de natures très diverses. Elle se trouve largement déterminée par des phénomènes extrêmement variés, chacun généralement étudié séparément au sein de disciplines autonomes. L’histoire de la construction revendique un champ d’investigation qui est spécifique par rapport à ceux de l’histoire de l’architecture, de l’art, des sciences ou des idées ; tout en convoquant les disciplines des ingénieurs, architectes, économistes, juristes, artisans, artistes, philosophes. L’interdisciplinarité, caractéristique et nécessité de l’histoire de la construction, n’est cependant jamais acquise. Elle se nourrit de ces rencontres qui permettent de faire système de points de vue qui, en l’absence de rendez-vous périodiques et réguliers, resteraient singuliers et isolés.

L’objectif scientifique de ce congrès est donc de confronter les différentes dimensions de la question pour enrichir de sens la recherche historique et accroître ainsi son potentiel à éclairer nos pratiques actuelles.

Ce congrès se donne également pour objectif de réunir les chercheurs concernés par l’histoire de la construction et les praticiens de l’intervention sur le bâti existant. Ces deux univers ont en effet peu d’occasions de trouver des intersections, du moins en France, alors que chacun cultive des méthodologies et des savoirs précieux, bien différenciés et cependant complémentaires. Peut-on écrire l’histoire de la construction en se coupant de ceux qui sont concrètement confrontés aux objets premiers de cette histoire, et qui en extraient quotidiennement un savoir de première main. Peut-on se priver d’un questionnement dont la pertinence est garantie par la recherche du praticien pour comprendre comment son prédécesseur travaillait cette même matière ?

Organisé sur trois jours, le congrès comprendra des communications en séance plénière et en sessions parallèles, ainsi qu’une demi-journée de visites thématiques de bâtiments de l’agglomération lyonnaise remarquables.

Les actes du congrès seront publiés, comme cela avait été le cas pour le congrès de 2008 (Carvais R., Guillerme A., Nègre V., Sakarovitch J., Edifice & Artifice. Histoires constructives, Paris, Picard, 2010).

L’appel à contribution et les renseignements sont publiés sur le site du congrès :

http://2cfhc.sciencesconf.org/

5ème Atelier annuel ISHTIP – 26-28 juin 2013

5ème Atelier annuel ISHTIP :

Économie culturelle et propriété intellectuelle

26-28 Juin 2013

organisé en collaboration avec l’Institut d’histoire du droit (UMR 7184, Université Panthéon-Assas), LARCA (EA 4214) et « Littérature pratique et imagination des savoirs » de l’Institut des Humanités de Paris (Université Paris Diderot), le Heyman Center for the Humanities (Columbia University) et Columbia Global Centers Europe-Reid Hall, IDHE (UMR 8533, CNRS-Paris 8),Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés (EA 1571, Paris 8), JILC (EA 1569, Paris 8), CRIDAF (EA 453, Université Paris 13-Villetaneuse), et l’Institut de Recherche en Propriété Intellectuelle.

On trouvera le programme sur :

http://www2.univ-paris8.fr/grhi/ishtip-program.html

Call for papers : Medieval copper, bronze and brass

CFP-symposium2014_Page_1Medieval copper, bronze and brass – Dinant-Namur 2014:
History, archaeology and archaeometry of the production of brass, bronze and other copper alloy objects in medieval Europe (12th-16th centuries)

15, 16 and 17 May 2014 – Dinant and Namur (Belgium)

The circular of the conference can be also downloaded from the website www.laitonmosan.org via this link:

http://www.laitonmosan.org/symposium_2014.pdf

The proposals should be sent to this address, as soon as possible and before September 30th: laiton.mosan@gmail.com

CFP-symposium2014

Colloque L’A B C D « ère » de l’Objet-4 février 2014

Colloque L’A B C D « ère » de l’Objet.

« Accumulation des objets, Besoin d’objets, Circulation des Objets et Déchets »

Le 4 février 2014

Université Paris Dauphine

Modalités de participation

30 septembre 2013 : envoi d’une proposition de 5 pages (annexes, pages de garde non comprises), à adresser à ColloqueObjet@dauphine.fr.
15 novembre 2013 : Le Conseil scientifique communiquera sa réponse aux auteurs

Colloque Objet 4 fév. 2014

Répartition des tâches dans les sociétés pré- et protohistoriques-Appel à comm.

Répartition des tâches dans les sociétés pré- et protohistoriques

Colloque organisé par Sophie A. de Beaune, Haris Procopiou, François Sigaut (†)

XVIIe CONGRES UISPP
(UNION INTERNATIONALE DES SCIENCES PRÉHISTORIQUES ET PROTOHISTORIQUES)
BURGOS, 1-7 SEPTEMBRE 2014

Toute proposition d’intervention entrant dans cette thématique est bienvenue. Les communications peuvent être en anglais, espagnol ou français.
Ci-joint le texte de présentation de notre colloque ainsi que le lien vers la page du congrès : www.burgos2014uispp.com/

Deuxième Bulletin UISPP

Second Bulletin UISPP

Segundo Boletín UISPP

Colloque de Beaune-Procopiou XVII UISPP

Répartition des tâches dans les sociétés pré- et protohistoriques

La compréhension du fonctionnement des sociétés pré- et protohistoriques, et plus largement, des sociétés dites pré-industrielles, passe par celle de la répartition des activités techniques. Plutôt que d’aborder cette question du seul point de vue économique, comme cela se fait trop souvent, nous la posons ici dans une perspective anthropologique. Nous proposons dans cette session de réunir des contributeurs ayant développé une réflexion dans deux directions principales.

Selon la première, on s’interrogera sur le rôle des modalités techniques précises dans l’affectation d’une activité aux hommes ou aux femmes. Il est classique de dire que les activités féminines répondent à des besoins domestiques, et que, dès qu’elles acquièrent un statut économique « marchand », elles quittent l’aire domestique et passent aux mains des hommes. Il n’y aurait ainsi pas de tâches masculines ou féminines en soi. En revanche, pour la même tâche, les femmes et les hommes n’utilisent pas les mêmes techniques – par exemple, les femmes montent généralement les poteries à la main, tandis que les hommes utilisent le tour. Peut-on vérifier ou non ce genre de constatations dans des populations anciennes ? Et a-t-on d’ailleurs les moyens archéologiques de le faire ? Cette approche « technographique » enrichira un débat qui se contente bien souvent de catégories trop générales.

Dans les sociétés simples dites indivisées (Clastres), la seule répartition possible des tâches a lieu selon le sexe et l’âge, ce qui les distingue des sociétés plus complexes, où l’accroissement de la production et des échanges conduit à des spécialisations plus poussées. D’où la seconde question, qui concerne la répartition des tâches au sein d’un groupe donné – familial, social ou autre –, spécialisé dans une activité technique particulière…

Le concept d’atelier, dû à l’école de Frédéric Le Play, et appliqué par Paul Descamps aux « peuples sauvages » dans les années 1920, pourra ici s’avérer utile pour considérer cette question. Il ne s’agit pas seulement de l’atelier considéré comme lieu de travail mais de l’atelier vu comme un réseau de personnes collaborant à une même activité, au sein du réseau plus large constitué par l’ensemble du groupe social. Entendue dans ce sens, la structure de l’atelier et le répertoire des activités peuvent permettre de comprendre l’organisation du groupe social, de même que les répercussions au sein du groupe en cas de modifications, même minimes, de l’un des éléments de la chaîne technique.

Les études de cas sont bienvenues, non seulement dans le domaine pré- et protohistorique mais aussi dans le domaine ethnographique, chez les sociétés dites pré-industrielles, dans la mesure où ils peuvent éclairer les premiers. Les communications plus théoriques sur la validité de nos interprétations en ce domaine sont également susceptibles d’enrichir cette question.

Division of tasks in pre- and protohistorical societies

Understanding how pre- and protohistorical societies functioned, and more generally, so-called pre-industrial societies, entails examining how technical activities were divided up. Rather than broach this issue only from the standpoint of economics, as has been done too often, we approach it here in an anthropological perspective. We propose to bring together participants who have developed their thinking in two main directions.

According to the first, emphasis will be on the precise technical modes involved in assigning an activity to men or to women. It is a classic statement to say that feminine activities are linked to domestic needs and that, as soon as activities take on a ‘mercantile’ economic status, they leave that sphere and move into the hands of men. Hence, there would be no masculine or feminine tasks as such. On the other hand, in the same task, women and men do not use the same techniques – for example, women generally hand-shape pottery, whereas men use the potter’s wheel. Is it possible to make, or not, this sort of observation about more ancient peoples? And, for that matter, are archaeological methods available to do so? This ‘technographic’ approach is meant to enrich a debate that all too often remains tied to too general categories.

In societies termed undivided (Clastres), the only way tasks can be divided up is according to sex and age, which distinguishes them from more complex societies in which the growth of production and exchange leads to greater specialization. A second question thus arises about the way tasks are divided up within a particular group – family, social or other – specializing in a particular technical activity.

The concept of workshop, due to the Frédéric Le Play school and applied by Paul Descamps to the ‘savage peoples’ in the 1920s may prove to be useful here in considering this issue. It is not a question of simply the workshop seen as workplace, but of the workshop seen within a network of people collaborating in the same activity, within a broader network including the whole social group. Understood in this way, the structure of a workshop and the repertoire of activities may well enable us to understand the organization of the social group, as well as the repercussions on the group, should even minimal changes occur in one of the elements of the technical chain.

Case studies are welcome, not only in the fields of pre- and protohistory, but also in ethnography in so-called pre-industrial societies, to the extent they may elucidate the former. More technical communications on the reliability of our interpretations in this field will also enrich this discussion.

Repartición de las tareas en las sociedades pre y protohistóricas

Para comprender el funcionamiento de las sociedades pre y protohistóricas, y de manera más amplia, de las sociedades llamadas preindustriales resulta necesario comprender la repartición de las actividades técnicas. En lugar de enfocar esta cuestión únicamente desde el punto de vista económico, como sucede muy a menudo, se enfocará aquí desde una perspectiva antropológica. En esta sesión nos proponemos reunir a aquellos participantes que han reflexionado siguiendo dos direcciones principales.

Según la primera dirección, se tratará de reflexionar sobre el papel que desempeñan las modalidades técnicas precisas en la atribución de una actividad a los hombres y a las mujeres. Es corriente pensar que las actividades femeninas responden a necesidades domésticas y que, en cuanto adquieren un estatuto económico “mercantil” dejan el ámbito doméstico para trasladarse al ámbito masculino. Por lo cual no habría, entonces, tareas masculinas o femeninas en sí. En cambio, cuando se trata de una misma tarea, las mujeres y los hombres no utilizan las mismas técnicas— por ejemplo, las mujeres en general fabrican las vasijas a mano, mientras que los hombres utilizan el torno. ¿Es posible o no verificar este hecho concreto en las poblaciones antiguas? Por otra parte, cabe preguntarse si existen los medios arqueológicos para poder lograrlo. Este enfoque “tecnográfico” permitirá enriquecer un debate que suele limitarse a categorías demasiado generales.

En las sociedades simples llamadas indivisas (Clastres), la única repartición posible de las tareas se hace teniendo en cuenta el sexo y la edad, lo cual las distingue de las sociedades más complejas, donde el incremento de la producción y de los intercambios lleva a un grado más alto de especialización. De ahí la segunda cuestión, que está relacionada con la repartición de las tareas dentro de un grupo determinado —familiar, social u otro—, especializado en una actividad técnica particular…

El concepto de taller, establecido por la escuela de Fréderic Le Play, y aplicado por Paul Descamps a los “pueblos salvajes” en los años 1920, resultará aquí muy útil para reflexionar sobre esta problemática. No se trata únicamente de considerar el taller como un lugar de trabajo sino de considerarlo como una red de personas que participan en una misma actividad y dentro de la red más amplia que constituye el conjunto del grupo social. Desde este punto de vista, la estructura del taller y el repertorio de las actividades permitirán comprender la organización del grupo social así como las repercuciones dentro de dicho grupo en el caso de que haya modificaciones, incluso mínimas, de uno de los elementos de la cadena técnica.

Los estudios de casos específicos serán bienvenidos, no sólo en lo que se refiere al campo pre y protohistórico sino también en lo que se refiere al campo etnográfico y a las sociedades llamadas preindustriales, siempre y cuando puedan servir de ilustración a los primeros. Las comunicaciones más teóricas sobre la validez de nuestras interpretaciones en este campo pueden asimismo enriquecer el tema.

 

Sophie A. de Beaune, professeur à l’université Jean Moulin Lyon 3, sophie.de-beaune@mae.cnrs.fr

Haris Procopiou, maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, haris.Procopiou@univ-paris1.fr

François Sigaut (†), directeur d’études à l’EHESS

 

Le sens du métier – 31 mai 2013

Capture-d’écran-2013-04-29-à-10.50.26Journée d’études, IDHE (UMR 8533-CNRS), Université Paris 8

Le sens du métier : identité et organisation dans les métiers d’art et d’industrie en France (XVIIe-XXe siècles)

 Vendredi 31 mai 2013, 10h.-16h.30

Université Paris 8,  bâtiment D, salle D 143 2 rue de la liberté, 93526 Saint-Denis cedex,

Métro ligne 13 : St-Denis-Université

 L’historiographie a longtemps fait de l’organisation corporative le pilier institutionnel du monde des métiers sous l’Ancien Régime, s’enfermant ainsi dans un débat opposant « corporatisme » et « libéralisme », et faisant des lois de 1791 l’aboutissement d’un long combat des libéraux contre le supposé archaïsme des communautés d’arts et métiers. Depuis une vingtaine d’années, cette vision ancienne a été complètement révisée : il importe de distinguer entre l’exercice d’une profession et l’appartenance à une corporation ; toutes les professions ne sont pas uniformément « instituées » en métiers corporés ; les réalités professionnelles sont bien plus diverses ; enfin, la dissolution des corporations en 1791 n’a pas supprimé tous les besoins organisationnels ou réglementaires, pas plus que les représentations identitaires des différentes professions artisanales. Ainsi, d’une part, la conscience d’une appartenance professionnelle a existé sous l’Ancien Régime en dehors de la forme corporative, et d’autre part, les identités de métier ont continué d’exister après l’abolition des corporations.

Cette journée d’études est consacrée au cas des professions d’art, qui oscillent entre « art » et « industrie » dans les représentations communes, et se situent précisément bien souvent en dehors du système corporatif : comment penser alors l’identité de métier, quand  le savoir-faire ne s’incarne pas dans une forme instituée susceptible de  cristalliser et manifester à la fois une appartenance collective, de découper un « eux » et un « nous » ? Quel sens, en somme, peut avoir le métier sans corporation ?

 

09h45-10h. Accueil, café/thé

10h.-10h15 Introduction : Philippe Minard, Audrey Millet (IDHE-Paris 8)

10h15-11h15

– Lesley Miller (Victoria and Albert Museum, Londres)

Un pied dans la Grande Fabrique. Les dessinateurs de la soierie lyonnaise au XVIIIe siècle

– Audrey Millet (Université Paris 8, IDHE)

Dessiner des indiennes de Pondichéry à New-York : une organisation en réseaux (XVIIe-XIXe siècles)

11h15-12h. : Discussion : Corine Maitte (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

13h45-15h15

-Elodie Voillot (Université Paris Ouest – INHA)

Unir, promouvoir et protéger : la Réunion des fabricants de bronzes (1818-1870)

-Eugénie Briot (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

Inspiration vs oxydoréductions : le métier de parfumeur au XIXe siècle, entre chimie et alchimie

-Jérémie Cerman (Université Paris-Sorbonne)

L’atelier de dessin industriel de Robert Ruepp, une entreprise prédominante de la Belle Époque

15h15-16h30 : Discussion : Patrick Verley (Université de Genève)

http://artindus.hypotheses.org/