Archives de catégorie : Conférences

Ateliers Artefact- 29 et 30 septembre 2016

Première édition des

Ateliers Artefact

 Paris

29 & 30 septembre 2016

Organisé par l’association de la revue

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

ateliers-artefact-2016

Cette rencontre propose un espace d’exploration permettant aux jeunes chercheur.se.s en histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, philosophie et archéologie, dont les travaux portent sur des périodes anciennes ou contemporaines, de développer et de diffuser les facettes de leur recherche qui relèvent du champ des techniques.

candidats selectionnés :

Luisa Arango

Controverses coloniales et contemporaines sur la qualité de l’eau : l’usage des sabil dans la ville de Khartoum (Soudan)

Géraldine Barron

La technologie « à la française » : réflexions autour de l’œuvre d’Edmond Pâris (1806-1893).

Ouidad Hamitri

La chirurgie en al-Andalus au Xe siècle selon al Zahrawi : aspects techniques et matériels.

Julie Marchand

La transition byzantino-islamique a-t-elle eu un impact technique sur le vaisselier égyptien?

Maud Villeret

L’art délicat du raffinage du sucre : une évolution des techniques sans révolution (France, XVIIIe siècle).

Charles-Antoine Wanecq

Faire revenir à la vie : gestes et objets de l’urgence médicale (France, 1945-198

Mentors

Ricardo Cordoba (Université de Cordoue), Ludovic Coupaye (University College London), Anna Guagnini (Université de Bologne), Liliane Hilaire-Pérez (Université de Paris Diderot, Paris7), Thomas Le Roux (CNRS/CRH, Paris), Sarah Teasley (V&A/RCA, Londres).

Avec le soutien des

Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS/MNHN)

Laboratoire Identités, Cultures Territoires (Université Paris Diderot Paris7)

Laboratoire Connaissance Organisation et Systèmes Techniques (UTC)

SPHERE (Université Paris Diderot Paris7)

Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS).

Comité d’organisation:

Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski, Marie Thébaud-Sorger, Koen Vermeir

Contact: artefact.thsh@gmail.com

lieu:

Campus de l’Université de Paris Diderot Paris7

Bat. Olympe de Gouges, 5 place Paul Ricœur

Mardi 7 juin 2016 – Atelier reconstitution- « La maquette, so what ? »

Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mardi 7 juin 2016

De 9h30à 13h

SPHERE, Paris Diderot Paris7

Attention!   Afin de pouvoir accéder au bâtiment, en raison de vigipirate, l’inscription préalable est obligatoire pour cette séance, avant lundi 6 juin 10h.

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

« La maquette, so what ? »

La fabrication de modèles a été un medium largement utilisé depuis  la Renaissance, notamment en architecture, et pouvant donner lieu à diverse mises en scène d’objets. La maquette a également permis de mettre en œuvre, à échelle réduite, une synthétisation des processus techniques de diverses machines. Ici on s’interrogera tant sur  les modèles anciens que sur les formes virtuelles qui ont connu une vogue privilégiée liée à la patrimonialisation des techniques, et notamment la relation entretenue entre la recherche d’une cohérence extérieure de la maquette 3D en regard des procédés techniques internes.

Table ronde  avec

Alexander Neuwahl (Artes Mechanicae, Florence)

The analysis of ancient machines through the integration of traditional knowledge and modern techniques/ L’analyse des machines anciennes par l’intégration des connaissances traditionnelles et les techniques modernes

Simona Valeriani (V&A/Royal College of Arts)

Architectural models in context: creativity, skill, spectacle.

Florent Laroche (Laboratoire IRCCyN, Ecole Centrale de Nantes)

De la maquette à la maquette virtuelle : quelle représentation ? quels usages ? quelle véracité ? Une déontologie à affirmer…

Michel Cotte (Centre François Viète, Université de Nantes)

Les maquettes virtuelles du patrimoine technique et industriel : retour sur un itinéraire personnel.

Adresse : SPHERE, Paris Diderot Paris7 – Salle 631B-Kandinsky.

Bâtiment Condorcet, bâtiment Annexe B (connecté avec le bâtiment A par des passerelles) , 4, rue Elsa Morante, 75013 PARIS -Métro : Ligne 14, RER C

 Coordination & contacts :

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr ; alain.michel@univ-evry.fr

 

24 mai-Technology in Early Modern Transoceanic Empires- Maria Portuondo

Mardi 24 mai

 Le groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré,Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

a le plaisir d’accueillir pour une séance spéciale

Maria Portuondo

(Johns Hopkins University, Baltimore) professeure invitée à l’EHESS en mai-juin 2016

Elle présentera la conférence suivante

Technology in Early Modern Transoceanic Empires

EHESS, 105 bld raspail, salle 8

14h-16h

Résumé

This conference discusses the panorama of the historical studies of technology during the early modern era, and in particular, those technologies that were integral to the development and successful establishment of transoceanic empires. It beings with a survey of the state of historical studies on a select technologies: navigation & instrumentation, shipbuilding and design, planning and construction of defenses, urban planning and construction and the development of overland transportations networks. Examples of these will be drawn not just from the Spanish case, but from English and Dutch cases as well. I then present a series of theoretical approaches that have been proven useful in studies of later technologies and propose ways in which these could be brought to bear on technologies of transoceanic empires. Finally, I will argue that this field of study, rooted as it is in material culture and the built environment, must rely on the interdisciplinary collaboration between historians, archeologists, anthropologist, engineers and sociologists of technology.

Vous êtes tous bienvenus

page de Maria Portuondo

http://host.jhu.edu/directory/maria-m-portuondo/

 

Jeudi 14 avril 2016-José Ramón Bertomeu-Sánchez-Les savoirs opératoires de la matière-

Prochaine séance du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré, co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF),

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 14 avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence, Espagne/IHMC)

Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

“The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.”

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

1er avril- Les sens dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

Ateliers  du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Vendredi 1er avril 2016, de 14h à 18h

 Séance 1 : Les sens  dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

La reconstitution-Affiche-Campus-CondorcetLa reconstitution in vivo permet de recréer par les conditions matérielles de l’expérience, sans  résoudre toutefois le problème de l’historicité des sens impliqués. Dans le cas du virtuel, la reconstitution des sens constitue souvent une pierre d’achoppement. On se concentrera plus particulièrement sur les sons et les moyens techniques de leur restitution.

Nous accueillerons

Henri Chamoux (LARHRA)

« Cylindres et disques à la Belle Époque : productions et reproductions »

Mélissa Van Drie (Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoine /ARIAS- THALIM, CNRS)

« Écouter l’archive : pour une reconstitution d’une culture auditive du passé »

 Alexandre Vincent (HeRMA/Université de Poitiers)

« Quelques réflexions sur les reconstitutions sonores de l’antiquité : le cas des cornua de Pompéi »

Nelly Poidevin, archetière

Lieu : Cnam, 2 rue conté, 75003 Paris.

salle 37.2.43 (salle des thèses Boris Vian)

voir le programme des séances à venir :

Programme ateliers reconstitution                                                                                      

Plan d’accès Cnam

plan d'accès cnam

Séminaire Savoirs opératoires de la matière- 4 février- Victoria Lee

séminaire du groupe TAK techniques à Koyré

 Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

séance est mutualisée avec le séminaire collectif du Centre Japon

 jeudi 4 février, de 13h à 15h à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (105, Bld Raspail, 75006 Paris, salle 7)

Victoria Lee (Max Planck Institut, Berlin)

“A Study of East Asian Fermentation Chemistry”: Asia’s Microbial Gardens in Japanese Eyes

A scientist of the early twentieth century once described the molds and yeasts kept in Japanese laboratories as being like “microbial gardens”—collections of useful objects, like plants, that could be cultivated for specific purposes. With the importance of traditional brewing in the Japanese economy, microbes’ (especially kōji and other molds used in Asian brewing) ability to transform the chemical composition of their surroundings gradually became a broader tool to intervene in political economy and the environment. Between military and industrial expansion on the one hand, and massive rice riots as well as unprecedented Malthusian visions of social instability and agricultural resource limits on the other, the management of national production in such everyday areas as the food and alcohol industries was a critical problem in interwar Japanese society. In this light, this talk looks at fermentation chemistry in imperial Japan: the ways in which it sought to alter the national-level relationships between resources and consumption, as well as vividly reflected the use of regional knowledge in practice.

http://carnetsjapon.hypotheses.org/4660

Programme complet du séminaire TAK : http://techniqcak.hypotheses.org

http://calenda.org/340287

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Fabrique des sciences, fabrique des arts- Colloque international

FABRIQUE DES SCIENCES – FABRIQUE DES ARTS

SCIENCES FACTORY- ART FACTORY
La question de la recherche dans les domaines scientifiques, techniques et artistiques –

Jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

Auditorium du Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean

Colloque international organisé par le Musée d’art moderne Grand-Duc Jean dans le cadre de l’exposition Eppur si muove – Art et technique, un espace partagé (7 juillet 2015- 17 janvier 2016)

http://www.mudam.lu/fr/expositions/details/exposition/eppur-si-muove/

Qu’ils abordent des questions liées au champ des sciences, qu’ils empruntent à son histoire ou qu’ils développent des projets en collaboration avec des laboratoires, les artistes ont, ces dernières décennies, engagé un tournant majeur dans les relations entre arts et sciences. Se dégagent de cet intense dialogue entre deux domaines distincts des problématiques communes, telles que les questions de l’invention et de l’innovation, de la recherche, des gestes et de l’instrumentation, des nouvelles matérialités, des échelles de pensée, ou encore la notion d’auteur.

 Présidé par Patricia Falguières, professeur agrégée à l’EHESS et spécialiste des relations art et technique, ce colloque abordera l’actualité de ces questions du point de vue de la « fabrique » des arts et des sciences. Il s’articulera autour de quatre demi-journées thématiques mêlant chacune des perspectives variées, théorie et pratique, point de vue historique et regard prospectif.

http://calenda.org/342043

XVIe Congrès de TICCIH 6 – 11 septembre

XVIe CONGRÈS INTERNATIONAL DE TICCIH

Avec le parrainage du ministère de la Culture et de la Communication

Le patrimoine industriel au XXIe siècle, nouveaux défis

      Lille, Campus Moulins, Université de Lille – Droit et santé

6-11 septembre 2015

46 pays se retrouveront autour d’un thème commun : « Le patrimoine industriel au XXIe siècle. Nouveaux défis. » Le programme comporte de plus de 240 communications et posters.
Le programme et le volume des résumés sont téléchargeables sur le site du Congrès
http://ticcih-2015.sciencesconf.org
Programme :
Résumés:

Eric Schatzberg, conférence « Craftsmen versus scholars », 3 juin 2015

Centre Alexandre Koyré

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 3 juin 2015  14-16h

 Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison, USA )

Craftsmen versus scholars in the discourse of technique and technology « The question of materiality is wrapped up in complex social relations that go back to ancient civilizations. Although all humans use skillful practices to engage with the material world, the nature of these interactions is shaped by the division of labor, in particular the division between mental and manual labor, which has existed since the invention of writing. Craftsmen are the people who interact most skillfully with the material world, shaping it to human ends. But most ideas about the material world come from scholars, who typically are allied with aristocratic elites. This paper will explore the tension between craft and scholarly knowledge over the longue durée, and suggest some implications of this tension for the history of 18th century chemistry. »

Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris, 5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr, Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Séminaire : La technique et les valeurs – Andrew Feenberg

Andrew Feenberg, professeur à l’Université Simon Fraser (Colombie britannique), donnera une série de quatre conférences en français au Collège international de philosophie les 29 avril, 20 et 27 mai, et 3 juin 2015 sur le thème « Technique et valeurs ».

Toutes les séances auront lieu à l’École normale supérieure, rue d’Ulm, Paris, Salle U/V

Résumé : Quelle est la relation entre la technique et les valeurs ? Cette question est à l’arrière-plan de la politique de la technique. Peut-on espérer changer la technique pour la rendre conforme à nos valeurs ou faut-il nous conformer à ses impératives ? Cette dernière vue a prévalu jusqu’à récemment et a justifié une mentalité technocratique qui prédomine encore maintenant dans les entreprises et les gouvernements. Mais des luttes politiques récentes semblent la réfuter. L’écologie commence à forcer la technique à se conformer à nos valeurs. Cette question s’implique dans un vieux problème philosophique, le problème de la relation entre les faits et les valeurs. David Hume nous dit que « devoir » ne peut pas être dérivé de « être ». Aucun nombre de faits ne peut établir une valeur.
Bien que Kant pensât que certaines valeurs pouvaient être dérivées du fait que les hommes sont rationnels, d’autres philosophes ont conclu que les valeurs ne sont que des préférences qui ne sont pas basées dans la réalité. Aucune des deux théories trouva une connexion entre les valeurs et les faits. Ce débat continue indéfiniment et semble incapable de résoudre le dilemme. Par contre, il s’avère que la technique est constituée de faits qui incorporent des valeurs. Contester les valeurs incorporées dans la technique peut entraîner de nouveaux faits. Le problème posé par ce séminaire reste ouvert.

Séance du 29 avril 2015, 17h : Le problème de la modernité dans la philosophie japonaise
La première tentative pour amener la technique à se conformer  à des valeurs s’est produite non pas à l’Ouest mais à l’Est. A la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, les modernisateurs chinois et japonais pensèrent qu’ils pourraient trouver une façon d’incorporer les sciences et les techniques occidentales dans leur culture traditionnelle. Leur slogan fut « science occidentale, éthique oriental »  L’approche philosophique la plus intéressante était celle qu’explorèrent Kitaro Nishida et ses étudiants.  Ils avancèrent  qu’une nouvelle compréhension de la relation de la culture à la nature commençait à émerger à l’Est, et qu’elle pourrait former la base de la technique asiatique.
Ce cours-ci explique la philosophie qui détermine leur tentative de « surmonter  la modernité » et ses conséquences désastreuses.
http://www.sfu.ca/~andrewf/books/French_PhilosophieNishida.pdf
Pour une théorie critique de la technique, chap. 6

Séance du 20 mai, 17h : Le mouvement écologiste et la politique la technologique
Le mouvement technologique émergea en tant que force politique significative aux Etats-Unis au début des années soixante-dix. C’est à cette époque que les scientifiques proposèrent au public des idées pour confronter la crise environnementale grandissante.  Il y avait deux courants de pensée qui s’affrontaient : les penseurs qui avaient le plus d’influence proposaient des limites à la croissance de la population aussi bien que celle de l’industrie. Mais une école  dissidente essaya de relier la crise environnementale à la logique capitaliste et au design de la technologie et exigea la simplification de la vie ainsi que la réduction de la prospérité. Cette deuxième école soutenait qu’il fallait réaliser dans la technologie des valeurs écologiques afin de pouvoir continuer une croissance qui augmenterait le bien-être humain dans des conditions compatibles avec la santé  environnementale.
Ce cours décrit le débat et ses résultats.
http://www.sfu.ca/~andrewf/books/FINAL_EcologieSocialisme.pdf
Pour une théorie critique de la technique, chap. 1-2

Séance du 27 mai, 17h : L’anthropologie et la question de la nature. Sur L’Écologie des autres, de Philippe Descola
Philippse Descola a publié un livre intéressant sur l’écologie, auquel ce cours répondra. Descola propose que la relation des humains à la nature dans chaque culture est déterminée par une structure détereminée. La structure qui prédomine dans les sociétés occidentales a mené à l’indifférence à la santé de l’environnement et donc est responsable de la crise environnementale. Descola identifie la structure occidentale à la science naturelle moderne. A partir de ses commentaires, ce cours va considérer les relations entre la nature telle qu’elle est vécue et sentie et la nature de la science naturelle. Les deux choses ne sont pas aussi identiques que Descola ne le pense, mais elles ont des interactions complexes. Une compréhension différente de la distinction pourrait-elle expliquer l’émergence  du mouvement environnementaliste ?
http://www.sfu.ca/~andrewf/lesdixparadoxes.pdf et www.sfu.ca/~andrewf/desfr.doc

Séance du 3 juin, 17 : La réalisation de la philosophie : Marx, Lukács et L’École de Frankfort
Une tradition importante dans l’histoire de la philosophie moderrne n’a jamais accepté l’argument de Hume, ni l’alternative de Kant. Selon cette tradition les valeurs ne sont pas détachées essentiellement du monde des faits mais l’imprègnent complètement. Hegel  avait fondé cette tradition et elle est devenue un courant dans la philosophie marxiste qui a eu beaucoup d’influence en Europe. Les textes principaux de cette tradition sont les Manuscrits de 1844 de Marx, Histoire et conscience de classe de Lukács, Dialectique des lumières de Adorno et Horkheimer et l’Homme unidimensionnel de Marcuse. Ces philosophes ont essayé de surmonter l’écart entre la culture et la nature, entre les valeurs et les faits. Ils ont proposé que la révolution puisse transformer non seulement la société mais aussi la nature. Ce cours examinera cette proposition étonnante.
http://www.sfu.ca/~andrewf/realizing.docx
« La phénoménologie de Marcuse: Lire le chapitre six de L’Homme unidimensionnel, » Revue Illusio, no. 10/11, 2013, pp. 307-323.

Éric Picholle, Une histoire du laser – 3 avril 2015

 Éric Picholle (LMPC, CNRS, Nice)

3 avril à 16 h., MSHS, 3 boulevard François Mitterrand, Nice, Bâtiment de l’Horloge, amphi 31 : « Une histoire du laser, du pistolet à rayons de Buck Rogers au projet “Star Wars” de Ronald Reagan ».

Axe interdisciplinaire « Histoire des Idées, des Sciences et des Arts » de l’Université de Nice Sophia Antipolis (« Histoire de l’Imaginaire Scientifique et Technique »).

Jean-François Belhoste « Pas de grue…, pas de Panthéon ? » – 5 mai 2015

grue_sainte-geneveve_bnf_2 

  Jean-François Belhoste « Pas de grue…, pas de Panthéon ? »

Mardi 05/05/2015, 17 h, 65, rue de Richelieu, Paris 2e

Conférence dans le cadre du cycle « Du rare à l’unique » , Ecole nationale des chartes<http://www.enc.sorbonne.fr/evenement/du-rare-l-unique-2014-2015>.

www.enc.sorbonne.fr/evenement/conference-jean-francois-belhoste-pas-de-grue-pas-de-pantheon

Marly : originaux, copies, moulages-24 mars 2015

Marly Moulages

Le numéro 9 de la revue Marly, art et patrimoine va paraître  : présentation/conférence par Hugues de Bazelaire, sculpteur-restaurateur : « Les sculptures du parc de Marly : originaux, copies, moulages. Le rôle du restaurateur aujourd’hui« .

Mardi 24 mars 2015 à 20h30, Marly le Roi (salle de l’Horloge, pl. du Général de Gaulle)

http://marly.art.patrimoine.free.fr/affiche24mars201.html

Bruno Bentz