Archives de catégorie : Expositions

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech

ENPC01_Ms_3154_0045

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech http://patrimoine.enpc.fr/

Près de 700 documents sont consultables en ligne.

La Bibliothèque numérique patrimoniale repose sur la solution open source Omeka, tout comme la première du genre, la bibliothèque des phares, site de référence sur le patrimoine des phares développé par l’École en 2013.

Pour en savoir plus,  consultez patrimoine.enpc.fr et sa rubrique “à propos“.

Je me tiens ainsi que l’équipe projet à votre disposition .

Isabelle Gautheron, directrice de la documentation et du patrimoine

LES PARIS DE L’INDUSTRIE.1750-1920

 Mairie du 15e arrondissementDu 7 au 22 avril
Exposition itinérante
 image006
Cette exposition est la version itinérante de celle présentée au réfectoire des Cordeliers l’année dernière
Signe de l’entrée dans la modernité pour les uns, porteur de régression sociale pour les autres, l’ère industrielle est assurément une période de profondes transformations du tissu urbain et d’importants bouleversements du champ économique et social. Cette révolution, qui s’entend sur plusieurs décennies, a non seulement bouleversé les rapports de la société à son environnement, mais elle a aussi apporté de nouveaux risques, largement débattus dans l’espace public : habitants, médecins, ouvriers, administrateurs et entrepreneurs s’interrogent et parfois s’opposent sur la manière d’appréhender ce choc industriel. Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale, sans oublier les traces subsistant aujourd’hui encore dans le patrimoine. 
Exposition organisée par le Comité d‘histoire de la Ville de Paris et placé sous le commissariat scientifique de Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, Maison française d’Oxford, Centre de recherches historiques (EHESS).

Mairie du 15e arrondissement – 31 rue Péclet

Exposition du 7 après-midi au 22 avril 2015
Horaires de la mairie ((Lundi – Vendredi : 8h30 – 17h / Jeudi : 8h30 – 19h30)
https://docs.google.com/presentation/d/1tGO0JCwmaoilPI2EYIctdZ2RKHF_uVJP0ni5HlgIlH8/edit#slide=id.g900cba059_0_53

Saint Gobain 350 ans- Reconstitution de la manufacture en 1785

http://www.saint-gobain350ans.com/#!/fr/manufacture/

Ce site renvoie à une initiative originale : une exposition en ligne retraçant l’histoire de l’entreprise Saint Gobain. Manufacture royale de glaces créée sous Louis XIV à l’instigation de Colbert en 1665, installée en 1692 dans le village de Saint Gobain en Picardie, la manufacture, qui connaît de nombreuses mutations, survit aux différents régimes en poursuivant ses mues successives tant  dans l’organisation que dans sa capacité à innover –  par exemple après la guerre en se mettant en pointe de la filière  de la fibre de verre. Successivement entreprise d’État et entreprise à capitaux privés, elle fut nationalisée en 1782, reprivatisée en 1786 devenant aujourd’hui un gros groupe industriel international (par une succession d’acquisitions) . Pour célébrer ces 350 ans, le groupe se penche sur son parcours et lance cette exposition retraçant l’histoire de la fabrique.

Parmi les différents rubriques  qui restituent la richesse de son activité ( chronologie en 22 datesgalerie des innovations depuis 1665, rubrique sur les  hommes qui ont incarné l’entreprise galerie de portraits et lectures thématiques possibles), on soulignera  l’initiative originale de la reconstitution en 3D de la Manufacture de Saint-Gobain en 1785. Ce travail  très intéressant -réalisé par une agence nantaise de conception et réalisation d’applications multimédia culturelles et patrimoniales- pour les historiens en général et les  historiens des techniques en particulier, détaille le fonctionnement de la fabrique dirigée alors par Pierre Delaunay-Deslandes, alors qu’elle compte 1200 ouvriers (leurs familles vivants sur le site).

La solution originale consiste à inclure dans la restitution 3D des ateliers, des reconstitutions filmées montrant les ouvriers aux travail, tandis un commentaire off explique le déroulé des tâches et l’usage des outils. Fort pertinemment, l’atelier choisi par le lecteur est indiqué automatiquement au sein du plan de la fabrique (en bas à droite) ce qui permet de le situer dans l’ensemble  du site de production. Les tâches qui sont  détaillées sont celles du déchargement des billettes, l’épluchage de l’argile, l’atelier de poterie (et notamment  la fabrication des creuset), la salinerie (où s’opère le nettoyage de la soude et la fabrication des cristaux nécessaires à la pureté du verre), l’alimentation des fours, le défournement de la cuvette de la pate de verre en fusion, l’écrémage de la pate de verre, le coulage  et sa transformation en glace, enfin les opérations de finitions: le doucissage, le polissage, et le conditionnement des glaces dans les paniers -un dernier focus étant réalisé sur le logement des ouvriers . Notons aussi la présence des “sons” de la fabrique, assez rare dans ce genre de projet numérique.

La commissaire de cette  exposition virtuelle,  Anne Alonzo, chartiste et archiviste de Saint Gobain, a réuni pour cette exposition des sources multiples (documents d’archives, photographies, films, objets, etc.) majoritairement des archives de Saint-Gobain, mais aussi des archives publiques, de la BnF et de collections particulières. Le site permet une approche accessible et grand public, mais ne donne pas de détails renvoyant aux  sources ou aux méthodes utilisées pour cette belle réalisation, et ne permet de recontextualiser les pratiques mises en scène . À noter cependant un espace interactif où  les anciens  de Saint Gobain (ou autre) peuvent télécharger des documents  qu’ils posséderaient sur l’entreprise, démarche d’autant plus pertinente que chaque salarié, à quelque niveau qu’il se soit trouvé, est porteur d’une parcelle de sa mémoire.

 

 

TECTORIA ROMANA, à la recherche de la fresque antique

Pompéi

Maud MULLIEZ (thèse : « Matière et couleur dans la peinture pariétale romaine de la fin de la République » sous la direction d’Agnès Rouveret – ArScAn) a participé à la réalisation d’une fresque pour l’exposition « L’empire de la Couleur : de Pompéi au Sud des Gaules » au Musée Saint Raymond, à Toulouse. http://saintraymond.toulouse.fr/L-Empire-de-la-couleur-De-Pompei-au-sud-des-Gaules_a558.html

La réalisation de cette fresque selon les méthodes en usage dans l’Antiquité a été filmée et fait l’objet d’un webdocumentaire réalisé par Benjamin COULON : « TECTORIA ROMANA, à la recherche de la fresque antique »  http://tectoria-romana.com

EXPOSITION Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens

Dans le cadre de la commémoration nationale de la Grande Guerre, l’École polytechnique présente une exposition

Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens (15 septembre – 15 décembre 2014)

Cette exposition est organisée autour de nouvelles sources récemment versées aux archives de l’Ecole polytechnique, notamment une collection très riche de photographies et de dessins mise à disposition par la famille de  Maurice Pellé (1863-1924) et une importante correspondance  manuscrite acquise par la SABIX.

Ces sources jettent un éclairage original sur différents aspects de la Première guerre mondiale, parmi lesquels le Berlin d’avant-guerre où Pellé était attaché militaire, les tensions dans les colonies avec la fortification de Diego-Suarez à Madagascar, le Grand quartier général de 1914 à 1916, le front de 1916 à 1918, ou encore la politique européenne de la France d’après-guerre.

La trajectoire de Maurice Pellé est croisée avec de nombreux autres témoignages issus des collections de l’Ecole polytechnique, comme les dessins d’élèves inspirés par la Grande guerre, et mise en contexte par plusieurs entrées thématiques (histoire de l’enseignement du dessin à l’X, évolutions de l’Ecole après la défaite de 1870,  etc.)

Un catalogue de 90 pages est disponible à la bibliothèque centrale de l’X.

Vous trouverez l’affiche de l’exposition sur le site de la Diagonale Paris-Saclay,

http://www.ladiagonale-paris-saclay.fr/nos-actions/exposition-le-general-pelle/

une présentation sur le site de la Mission du centenaire,

http://centenaire.org/fr/en-france/ile-de-france/essonne/lexposition-le-general-pelle-la-guerre-de-tardera-pas-regards-de

et des informations pratiques sur l’organisation des trois espaces d’expositions sur le site de la bibliothèque centrale de l’X :

http://www.bibliotheque.polytechnique.edu/accueil/actualites-culturelles/expo-crh/le-general-pelle-la-guerre-ne-tardera-pas-regards-de-polytechniciens-315390.kjsp

Des visites guidées sont organisées à l’occasion des journées du patrimoine.

Je vous signale également qu’une autre exposition, « Une Grande Ecole dans la Grande Guerre », avait proposé il y a dix ans un panorama général sur les engagements des polytechniciens dans la Première guerre mondiale, avec une attention particulière portée aux évolutions des sciences et des techniques. Le catalogue en a été réédité et est disponible au Centre de ressources historiques de l’Ecole polytechnique.

Frédéric Brechenmacher

Professeur chargé de cours en histoire des sciences

Directeur du LinX

École polytechnique

LinX  / Laboratoire interdisciplinaire de l’X : humanités et sciences sociales.

91128 Palaiseau Cedex, France

00 33 (0)1 69 33 33 54

Exposition ” Ornements. XVe-XVIIIe siècles” – INHA 3 octobre – 31 décembre 2014

Exposition ” Ornements. XVe-XVIIIe siècles.

Chefs-d’œuvre de la collection Jacques Doucet”

3 octobre – 31 décembre 2014.

2014-EXPO INHA-Ornements-Affiche

Informations
Galerie Colbert
salle Roberto Longhi
2, rue Vivienne – 75002 Paris
Accès : 6, rue des Petits-Champs
Métro : Bourse ou Palais Royal-Musée du Louvre
Exposition ouverte du mardi au samedi de 14h30 à 19h30
Entrée libre

Plus de détails cliquez-ci

Commissariat de l’exposition
Michaël Decrossas et Lucie Fléjou

La Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, héritière de la Bibliothèque d’art et d’archéologie créée par le couturier Jacques Doucet (1853-1929) à partir de 1908, est aujourd’hui riche de plus de 25 000 estampes d’ornement, réunies en près de 700 volumes. Son fonds  d’estampes couvre la production, tant française qu’italienne ou allemande, du XVIe au XVIIIe siècle. Sources importantes pour les historiens des arts décoratifs, de l’architecture, de l’estampe, ces œuvres ont fait l’objet d’un catalogage informatisé et d’une numérisation, dans le cadre du programme « Histoire de l’ornement » de l’INHA. L’exposition, organisée dans la salle Roberto Longhi de la Galerie Colbert, correspond à l’achèvement de ce programme et à la parution d’un livre consacré à la collection d’estampes d’ornement de l’INHA, publié en coédition par Mare et Martin et l’INHA.

À travers la présentation d’une cinquantaine d’estampes, où se déploie une multiplicité de motifs (rinceaux, frises, fleurs, volutes, grotesques, trophées, cuirs…), l’exposition permet d’éclairer les fonctions de l’estampe d’ornement, mais aussi le contexte de sa production et de sa diffusion, et enfin, son statut d’objet d’étude et de collection. Sont particulièrement mis en valeur les points forts de la collection Doucet, telles les estampes allemandes des XVIe-XVIIe siècles (Martin Schongauer, Virgil Solis, Albrecht Dürer), les gravures d’orfèvres « cosses de pois » du premier XVIIe siècle (Jean Toutin), mais aussi les estampes françaises du XVIIIe siècle représentant rocailles et chinoiseries (Pillement, Huquier), ainsi que leurs copies européennes. Des objets d’art permettent de resituer la place de l’estampe au sein du processus de création. Enfin, reliures remarquables, états rares, épreuves coloriées, illustrent l’histoire des praticiens, amateurs  ou collectionneurs de ces estampes, tel Edmond Foulc, dont la collection fut acquise par Jacques Doucet en 1914.

EXPOSITION – Une ambition pour les métiers-Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique.

Ambition_Metiers_flyer

Une ambition pour les métiers
Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique.

Ambition_Metiers_presentation

Exposition à voir du 15 septembre 2014 au 17 octobre 2014

École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville 60 boulevard de la Villette, Paris 19ème
M° Belleville | entrée libre | lundi au vendredi : 9h – 20h | samedi : 9h – 16h

En 1933, à quelques semaines d’intervalle, sont inaugurées la nouvelle École nationale d’horlogerie de Besançon et la nouvelle École nationale d’optique de Morez. Emblématiques des dynamiques industrielles locales mais aussi des politiques engagées dans l’entre-deux-guerres pour développer l’enseignement technique, elles figurent parmi les premières réalisations qui expriment de manière tangible les ambitions de ce programme.
La construction de ces deux écoles, abritant aujourd’hui le lycée Jules Haag et le lycée polyvalent Victor Bérard, associe deux architectes. Elles reflètent les convictions de Paul Guadet (1873-1931), architecte-conseil de l’Enseignement technique, en matière d’édifices publics et leur chantier est supervisé par André Boucton (1891-1977), son jeune collaborateur bisontin, qui achève les bâtiments après la mort prématurée de son aîné. La relation que nouent ainsi les deux hommes invite ici à mettre en lumière leurs personnalités et leur production respectives. Ce portrait « en miroir » constitue aussi la première rétrospective monographique qui leur soit consacrée.

Publication disponible sur demande

 

 

Diacronie. Studi di Storia contemporanea consacre un numéro aux expositions

Pierre Petit (1831-1909), "Exposition universelle de 1867 à Paris. Le Temple de Xochicalco", 1867 ca. Riproduzione fotomeccanica, 26×33 cm. Parigi, Archives Nationales – F/12/11872/2 (© L’immagine appartiene ai rispettivi proprietari / Property of its respective owners)
La revue italienne en ligne Diacronie. Studi di Storia contemporanea, vient de consacrer un numéro aux expositions.

A lire notamment, l’article relatifs aux présentations des pays d’Amérique du Sud de Christiane Demeulenaere-Douyère

http://www.studistorici.com/2014/06/29/demeulenaere-douyere_numero_18/

Conservatoire numérique des Arts et Métiers – Cnum – Nouvelle interface

Toute l’équipe du Conservatoire numérique est heureuse de vous annoncer la renaissance du Cnum <http://cnum.cnam.fr/>. Conçu en 2000,**le Conservatoire numérique des Arts et Métiers est une bibliothèque numérique consacrée à l’histoire des sciences et des techniques. A sa naissance, plusieurs fées du Cnam s’étaient penchées sur son berceau : la bibliothèque centrale <http://bibliotheque.cnam.fr/>, le Centre d’histoire des techniques et de l’environnement (CDHTE) et le Centre d’études et de recherche en informatique <http://cedric.cnam.fr/>_et communications_ Constitué à partir des fonds patrimoniaux imprimés et manuscrits du Conservatoire, le Cnum propose la consultation en ligne d’une collection d’ouvrages et de périodiques francophones, traitant des sciences et des techniques. Le Conservatoire numérique s’adresse aux chercheurs de ces domaines, en offrant des textes et une documentation iconographique spécifiques ; le Cnum est aussi un outil de vulgarisation scientifique qui remplit l’une des missions fondamentales du Cnam : la diffusion du savoir et la reconnaissance du patrimoine scientifique et technique francophone. Riche de plus de 900 titres et quelque 2000 volumes (plus de 690 000 pages), le Cnum est aujourd’hui clairement organisé en 9 thématiques majeures : * Catalogues de constructeurs <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/9.catalogue_de_constructeurs/cata_auteurs.php> * Construction <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/5.construction/cata_auteurs.php> * Énergie <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/4.energies/cata_auteurs.php> * Expositions universelles <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/1.expositions_universelles/cata_auteurs.php> * Généralités scientifiques et vulgarisation <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/2.generalites/cata_auteurs.php> * Histoire du Cnam <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/8.histoire_du_cnam/cata_auteurs.php> * Machines et instrumentation scientifique <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/3.machines_et_instrumentation/cata_auteurs.php> * Technologies de l’information et de la communication <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/6.technologies_de_l_information/cata_auteurs.php> * Transports <http://memoire.cnam.fr/DEV/thematiques/fr/7.transports/cata_auteurs.php>

Les paris de l’industrie, 1750-1920 – 5 déc.2013 – 7 janv. 2014

Exposition  5 Décembre 2013- 7 Janvier 2014

Les paris de l’industrie, 1750-1920

Réfectoire des Cordeliers, Paris 6e

15 rue de l’École de Médecine, 75006 Paris [Accès]
01 44 27 81 60

À la fin du XVIIIe siècle, l’industrialisation commence à transformer le monde. Ce processus de fabrication de produits manufacturés avec de nouvelles techniques, remplaçant progressivement un système artisanat manuel par une mécanisation plus poussée, est largement discuté à l’époque, car il touche fortement la façon de vivre. À Paris, comprendre cette révolution, qui est aussi urbaine, nécessite de s’interroger sur les processus économiques, spatiaux, scientifiques et politiques qui ont permis et légitimé cette insertion industrielle dans une ville où culture, religion et finance dominaient. Selon quelles modalités Paris s’est-elle métamorphosée en une grande ville industrielle au XIXe siècle ? Comment la capitale a-t-elle négocié la part de risque inhérente aux activités de production et parié sur la coexistence de la ville et de l’industrie, en transformant les rapports de la société à son environnement ?

Si, au XXIe siècle, l’industrialisation européenne apparaît naturelle et inéluctable, la réalité est plus complexe. En effet, cette illusion rétrospective ne tient pas compte de fortes disparités régionales et sectorielles, de ruptures de rythmes et d’accélérations incluant le poids des événements, le rôle des individus et de leurs actions. Elle s’intègre également dans les échanges transnationaux et dépend du poids des structures administratives, politiques et savantes. Pour le dire autrement, l’industrialisation est un choc brutal qui bouleverse les structures traditionnelles de la société, et qui est fortement critiquée. En premier lieu par des ouvriers et artisans qui perdent leur qualification face à de nouveaux procédés, mais aussi par des citadins, qui s’interrogent avec des médecins, parfois avec véhémence, sur les nuisances qui surviennent dans leur voisinage.

Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale.

Exposition Lagrange, Ecole Polytechnique sept.-déc. 2013

Joseph-Louis Lagrange (25 jan 1736 [Turin] - 10 avril 1813 [Paris]) Giuseppe Lodovico Lagrangia est né le 25 juin 1736 à Turin, alors capitale du royaume de Sardaigne. Il est pourtant considéré comme un mathématicien français et non italien, ceci deL’École polytechnique consacre à Joseph-Louis Lagrange du 23 septembre au 15 décembre 2013. Cette exposition conçue à partir des fonds d’archives de l’école dans le cadre de l’enseignement d’histoire des sciences et des techniques proposé aux élèves de deuxième année.

Elle a été réalisée par le Centre de ressources historiques avec le soutien du Département humanités et sciences sociales et de la SABIX.

Un catalogue est également disponible sous la forme d’une brochure de 24 pages.

A l’occasion de cette exposition, le fond Lagrange a été intégralement numérisé  et sera accessible d’ici quelques mois à partir du site de la bibliothèque ( http://www.bibliotheque.polytechnique.fr/ )