Archives de catégorie : Le Centre Alexandre Koyré

Savoirs opératoires de la matière- journée d’études laboratoire

Jeudi 14 janvier
Dans le cadre du séminaire
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
3ème séance
co-organisée par leGroupe TAK (techniques à Koyré) et le Club d’Histoire de la chimie (CHC-SCF)
Journée d’étude
9 h 30 à 16 h 30
Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIesiècle et au début du XIXesiècle
9 h 30 – Accueil
 
9 h 45 – Introduction de la journée
 
10 h 00 – Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) : Guyton et la vraie nature du diamant.
 
D’abord à Dijon, puis à l’École polytechnique, Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) va tenter sans relâche pendant trente années, entre 1781 et 1811, de prouver la similitude entre deux substances aussi différentes que le diamant et le charbon. Ses notes manuscrites conservées à l’École polytechnique permettent de le suivre pas à pas dans la recherche de cette analogie pressentie dès 1772 par Pierre-Joseph Macquer et Antoine-Laurent de Lavoisier. Ces notes révèlent plus que leurs simples résultats numériques : elles montrent la ténacité de Guyton aux prises avec les difficiles mises au point des dispositifs expérimentaux, quelquefois son découragement, ainsi que la dimension internationale prise par les expériences sur le diamant. De ses résultats, Guyton maintiendra la différence chimique entre le charbon et le diamant à l’inverse des chimistes britanniques pour qui seule une cristallisation différente suffit à expliquer leurs particularités respectives.
 
11 h 00 – John Perkins (Oxford Brookes University) : « Voici de la bonne chymie » : les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.
 
Depuis le commencement du XVIIe siècle les apothicaires ont joué un rôle important dans l’enseignement de la chimie en France.  A la fin du siècle et pendant les premières décennies du XVIIIe siècle plusieurs apothicaires, y compris les Geoffroy, Lemery, et Boulduc, étaient très actifs dans les travaux chimiques autour de l’Académie royale des sciences.  Dans ses cours Guillaume François Rouelle forma la plupart de ceux qui s’intéressèrent à la chimie entre 1750 et 1790.  Vers la fin de l’Ancien Régime, on trouve encore des apothicaires à l’Académie : Baumé et Cadet de Gassicourt. On ne peut pas comprendre Sage dans ce nombre, parce qu’il n’a jamais été reçu apothicaire.  Le dernier académicien apothicaire fut Bertrand Pelletier. Mais dans ces mêmes années et après la maladie et la mort de Rouelle en 1770, il semble que les apothicaires soient devenus moins importants dans la chimie en France et qu’ils aient été de plus en plus marginalisés.  Pour les historiens de la chimie en général, à l’exception de ces figures assez bien connues et de quelques autres comme Parmentier, Bayen et Cadet de Vaux, la grande majorité des apothicaires sont restés obscurs et conservateurs, et pour les historiens de la révolution chimique, ils ont surtout joué le rôle de résistants contre Lavoisier et la nouvelle chimie, et adversaires de la nouvelle nomenclature.
Je souhaite proposer une autre histoire chimique des apothicaires. De 1750 à 1790, ils ont joué un rôle important dans la construction de la chimie comme une science publique dans une trentaine de villes provinciales.  Durant ces mêmes années, ils ont pris part à la grande croissance de la chimie à Paris et à la restructuration sociale du monde chimique parisien qui devenait de plus en plus décentralisé et moins hiérarchique.  Comme apothicaires chimistes, ils étaient membres d’une communauté qui comprenait plusieurs centaines de personnes dans les années quatre-vingt.  Les membres de cette communauté, y compris des apothicaires, ont participé très activement aux débats autour de la chimie antiphlogistique de Lavoisier.  Un grand nombre de ces apothicaires n’étaient ni indifférents envers la nouvelle chimie ni opposés.  De plus, les apothicaires ont joué un rôle important dans le développement de l’analyse chimique ainsi que, comme experts, dans la santé publique en particulier et la police en général à Paris et en province.  Je terminerai cette présentation par une discussion des activités économiques, industrielles plutôt que commerciales, des apothicaires, surtout dans la création de l’industrie chimique.
 
Pause déjeuner libre
 
14 h 00 – Bruno Belhoste  (Paris I/IHMC) : L’art de la teinture.  Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins.
 
L’art de la teinture comme art chimique connaît des développements importants au XVIIIe siècle, en particulier en France. L’atelier des Gobelins est particulièrement réputé pour la variété et la qualité de ses teintures. Dans cette présentation, j’évoquerai le fonctionnement de cet atelier, les problèmes qui se posent et l’œuvre aussi remarquable qu’oubliée du teinturier Quémizet à la fin des années 1770.
 
 
15 h 00 – Corinna Guerra (Hastec/CAK) : How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples.
 
Mon intervention vise à démontrer qu’à la fin du XVIIIe siècle dans le royaume de Naples, nombre d’érudits et de savants font des matières volcaniques et du processus éruptif de véritables outils d’investigations chimiques.
Naples n’avait aucun lieu institutionnel pour l’enseignement et la recherche dans le domaine de la chimie, mais deux lieux peuvent être considérés comme sièges de débats chimiques, à savoir : l’Académie militaire de la Nunziatella où les artilleurs avaient besoin d’apprendre les meilleures théories chimiques – et où, en effet, deux professeurs traduisirent pour la première fois en italien le Traité élémentaire de A.-L. Lavoisier – et le Vésuve. Je voudrais prouver que l’approche napolitaine de la chimie subit l’influence du Vésuve en tant que « lieu de savoirs » à cause de l’absence de lieux institutionnels dédiés à ce genre d’études scientifiques.
Les nombreuses descriptions des éruptions vésuviennes pendant la dernière décennie du siècle ont presque toutes en commun la considération que la chimie constitue le substrat scientifique des phénomènes. En particulier, les savants napolitains considéraient les réactions chimiques qui se dégageaient du Vésuve, comme la plus forte confirmation des théories de la « nouvelle chimie ». L’exemple des nombreuses publications concernant l’alimentation – car les cendres recouvraient les puits, les fruits et légumes – atteste que les chimistes intervenaient dans cette question très importante pour l’ordre public avec les instruments de la révolution chimique française. 
Deuxièmement même la population paraît modelée par la présence du volcan et aussi les chimistes napolitains améliorèrent leurs instruments analytiques et leurs pratiques en étudiant et en exploitant les produits volcaniques. Pour cette raison le Vésuve apparaît comme un objet chimique multidimensionnel.
Enfin les savants du Vésuve n’étaient que rarement de « purs » chimistes. Leurs pratiques interconnectaient matériellement études érudites, travail manuel, pharmacologie, intérêts industriels, curiosités d’histoire naturelle, etc. comme le démontrent leurs travaux présentés dans mon intervention.
 
16 h 00 – John Perkins présentera la base de données en ligne issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.
 
 
(La séance sera suivie de l’Assemblée générale du Club d’histoire de la chimie, 17 h-18 h)
la rencontre se tiendra exceptionnellement à la  Société chimique de France, 250 rue St Jacques, 75005 Paris.

 

  
Contacts
Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr
Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr
Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

Savoirs opératoires de la matière-Samir Boumediene

 

Jeudi 10 décembre , de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré 

Nous accueillerons

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC)

Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

« A partir des années 1640 est importée en Europe une écorce péruvienne soignant les fièvres paludiques (ou « intermittentes »), le quinquina. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’extraction de cette écorce, son passage vers l’Europe et son administration aux malades transforment conjointement la théorie et la pratique médicales, le gouvernement de la santé, le commerce des drogues exotiques et les paysages andins. Le but de cette communication est de suivre, à travers la relation à ce matériau médicinal, la reconfiguration des rapports entre Indiens, missionnaires jésuites, marchands, médecins, apothicaires, droguistes et malades. Diverses sources, en particulier les recettes du quinquina, permettent d’approcher la dimension politique des savoirs de la transformation en observant comment, par où, et à travers quelles limites s’établit une solidarité entre maîtrise de la nature et maîtrise des activités humaines. »

Discutant : Stanis Pérez (MSH Paris Nord – Pleiade/Paris 13)

Le séminaire se tiendra dans la salle de séminaire, CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Programme complet du séminaire : http://calenda.org/340287

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS. http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/1005/

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

 

 

 

Colloque « Les Techniques du Faire Croire » – 27/29 mai 2015

Colloque « Les Techniques du Faire Croire »

27 mai 2015 : « Les objets qui captent l’invisible » – 28 mai 2015 : «Projecteurs/projections » – 29 mai 2015 : « Médiations ambigües » EHESS Salle du Conseil  190, avenue de France 75013, Paris

Organisée par Charlotte Bigg, Stéfania Capone, Nathalie Luca, Nadine Wanono

Quels rôles jouent les objets techniques dans l’élaboration et la communication des savoirs et des croyances? Voilà une question qui oblige à réfléchir ensemble sciences et religions, qu’il ne fait aucun sens de considérer comme relevant de domaines étanches l’un à l’autre. Mobiliser des chercheurs d’horizons disciplinaires différents (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, astrophysique, etc.) pour confronter leur point de vue sur la triade croyance – technique – savoir relève pourtant d’une démarche nouvelle. En choisissant de mettre la focale sur les objets techniques (objets qui captent l’invisible ; médias ; technologies contemporaines), ce colloque vise précisément à montrer les incessantes circulations entre croyances et savoirs, à interroger l’opération même de leur partage, à étudier la fabrication sociale et l’évolution historique de cette différenciation et finalement à faire ressortir nos propres présupposé

http://www.hesam.eu/labexhastec/files/27-28-29-mai-2015-Les-techniques-du-faire-croire.pdf

les Débats du Centre Alexandre Koyré

affiche-DDCAK-mars-juin-2014

 

Le Centre Alexandre Koyré (CAK) d’Histoire des sciences et des techniques (CNRS/EHESS/MNHN) est heureux de vous convier à son nouveau rendez-vous mensuel, les Débats du Centre Alexandre Koyré, qui se dérouleront un mercredi par mois, généralement de 10h à 12h, au 5e étage du 27 rue Damesme, Paris 13e. Ils seront systématiquement suivis d’un moment convivial de discussions et d’échanges autour d’un verre et d’une petite assiette en carton.

La formule de ce nouveau rendez-vous mensuel est très simple. A l’occasion de la sortie récente d’un ouvrage d’histoire des sciences et des techniques (au sens large), nous invitons son auteur à en débattre avec deux discutants privilégiés, ainsi qu’avec l’ensemble de l’auditoire.

Les quatre débats en question sont les suivants :

– Mercredi 12 mars 2014 – 14h-17h
« Sciences et modernité : une fabrique ? »
Débat avec Simon SCHAFFER (University of Cambridge, professeur invité à l’EHESS), autour de son ouvrage La Fabrique des sciences modernes, XVIIe-XIXe siècle (Paris: Seuil, 2014).

– Mercredi 30 avril 2014 – 10h-12h
« Qu’est-ce que la technologie ? »
Débat avec Liliane HILAIRE-PEREZ (EHESS, Centre Alexandre Koyré), autour de son ouvrage La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle (Paris: Albin Michel, 2013).

– Mercredi 21 mai 2014 – 10h-12h
« L’hypnose : laboratoire de la psychanalyse ? »
Débat avec Andreas MAYER (CNRS, Centre Alexandre Koyré), autour de son ouvrage Sites of the Unconscious: Hypnosis and the Emergence of the Psychoanalytic Setting (Chicago: University of Chicago Press, 2013).

– Mercredi 25 juin 2014 – 10h-12h
« Le droit : manufacture des faits scientifiques ? »
Débat avec Sheila JASANOFF (Havard Kennedy School, Cambridge, USA), autour de son ouvrage (recueil d’articles traduits par Olivier Leclerc) Le droit et la science en action (Paris: Dalloz, 2013).

 

Les Débats du Centre A. Koyré – « Qu’est-ce que la technologie ? » 30 avril 2014

Les Débats du Centre Alexandre Koyré

un mercredi par mois,  10h à 12h, au 5e étage du 27 rue Damesme, Paris 13e.

2e édition : 30 avril 2014 : « Qu’est-ce que la technologie ? »

afficheDDCAK30avril2014LHP

Débat avec Liliane HILAIRE-PEREZ (Université Paris 7, EHESS; Centre Alexandre Koyré), à l’occasion de la sortie de son ouvrage La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle (Paris: Albin Michel, 2013). Les deux discutants seront Mathieu Arnoux (Université Paris 7, EHESS; Groupe d’Archéologie Médiévale) et Guillaume Carnino (Université de Technologie de Compiègne; Connaissance, Organisation, Systèmes Techniques).

 

Emanuel BERTRAND

Maître de conférences ESPCI ParisTech

Chercheur au Centre Alexandre Koyré

UMR 8560 (CNRS/EHESS/MNHN)

27, rue Damesme

75013 Paris

Présentation du Centre Alexandre Koyré

 

Le Centre Alexandre Koyré

Histoire des Sciences et des Techniques

Le Centre Alexandre Koyré peut s’enorgueillir, du haut de ses 50 ans d’existence, d’une riche tradition de recherche en histoire des sciences et des techniques. Il réunit actuellement une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants et doctorants, qui travaillent en majorité sur les périodes moderne et contemporaine, voire très contemporaine. Leurs activités peuvent être regroupées sous l’épithète « Étude et histoire des cultures savantes », culture englobant les pratiques tant locales que de partage, de communication et de mise en circulation. Elles se déclinent selon les thèmes suivants : sciences dans l’espace public ; circulation comme lieu de production des savoirs (en tenant compte des différentes échelles de circulation : urbaine, nationale, régionale, européenne et mondiale) ; corpus et archives en histoire des sciences ; environnement, climat et développement durable ; acteurs, institutions et gouvernance, et s’inscrivent, tout en dépassant les limites disciplinaires, en histoire des mathématiques, de la physique, de la chimie, de la médecine, de la biologie, de l’histoire naturelle et des sciences de l’homme.

Le Centre Alexandre Koyré est partenaire de deux laboratoires d’excellence, le LabEx « Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des croyances » (HASTEC) et le LabEx « Sciences, Innovations et Techniques en Société » (SITES)

Le centre organise une formation à la recherche par la recherche, du master au doctorat, dans le cadre de l’École des hautes études en sciences sociales, son établissement de tutelle principal. De nombreux séminaires et colloques, nationaux et internationaux, sont organisés sous son égide. Il possède enfin une riche bibliothèque spécialisée en histoire et sociologie des sciences et des techniques.

Il est également doté d’un Centre de Ressources Numériques (CRN), le Centre National pour la numérisation de Sources Visuelles (CN2SV)

http://www.koyre.cnrs.fr

27, rue Damesme, 4e étage
75013 Paris
Tél. : +33 (0)1 45 65 97 42
Télécopie : +33 (0)1 45 81 16 47
Métro : Ligne n° 7, Tolbiac ; Ligne n°14, Olympiades