Archives de catégorie : Réseaux

N° 6 des Cahiers Simondon – 2014

N° 6 des Cahiers Simondon

CAHIERS_SIMONDON_PF_BARTHELEMY6

Présentation, par Jean-Hugues Barthélémy

« Le cycle de la technologie chez Simondon », par Vincent Bontems

« Simondon et la question de l’information », par Yuk Hui

« La notion d’objet relationnel dans les nanotechnologies (avec et après Simondon) », par Sacha Loeve

« “ Non omnis moriar…” : spiritualité, religiosité et sacralité chez Simondon », par Ludovic Duhem

« De Merleau-Ponty à Simondon :la valeur épistémologique de la notion de norme », par Émilien Dereclenne

 

La Machine mathématique IRSIA-FNRS – 23 sept. 2014

Mardi 23 septembre 2014

a 14h30, dans l’amphi C « Abbe Gregoire » du Cnam, 292 rue Saint-Martin à Paris

(http://presentation.cnam.fr/adminsite/photo.jsp?ID_MEDIA=1147941706053)

Marie d’Udekem-Gevers, professeur à l’université de Namur, Docteur en sciences, docteur en sciences anthropologique et maître en informatique :

« La Machine mathématique IRSIA-FNRS :

cette méconnue de l’histoire de l’informatique en Belgique ».

L’exposé a pour objet une machine méconnue, construite chez Bell à Anvers entre 1951 et 1956 et appelée à l’époque la « Machine mathématique ‘IRSIA-FNRS’ » (MMIF), car elle était subventionnée par l’Institut pour l’Encouragement de la Recherche Scientifique dans l’Industrie et l’Agriculture

(IRSIA) et le Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS).  L’exposé se fonde essentiellement sur des informations inédites et de première main. Il présente d’abord le cadre historique à la MMIF puis se concentre sur ses aspects techniques. Il permet de tirer des conclusions susceptibles de provoquer l’étonnement, à savoir que la MMIF fut entièrement conçue en Belgique, qu’elle était une machine à calculer dont le programme était enregistré en mémoire centrale et que son langage de programmation était de niveau assembleur. Il tentera enfin de dégager la façon dont les techniques informatiques ayant abouti à cette machine se sont, à l’origine, diffusées en Belgique. La présentation souligne l’influence suisse.

Docteur en sciences (Groupe zoologie), docteur en sciences anthropologique et maître en informatique, Marie d’Udekem-Gevers a un profil interdisciplinaire.

Ses pôles actuels de recherche sont essentiellement l’histoire des techniques ayant conduit à l’informatique ainsi que l’histoire de l’informatique en Belgique. A l’Université de Namur, elle est titulaire notamment d’un cours intitulé « Approche anthropologique de l’informatique ».

Elle est membre du WG 9.7 (History of Computing) de l’IFIP et du Centre de recherche en histoire des sciences de l’Université catholique de Louvain.

Entrée dans la limite des places disponibles, sur inscription gratuite aupres de  : isabelle.astic@cnam.fr

Cette seance sera enregistree et diffusee simultanement sur Internet. Si vous etes interesses, vous pouvez me contacter a l’adresse ci-dessus.

Isabelle Astic

Responsable des collections Informatique et Reseaux, Co-responsable du Projet « Vers un musee de l’informatique et du numerique »

(www.musee-informatique-numerique.fr)

Musée des arts et metiers – Le Cnam

Projet HuTech – HUMAINS ET TECHNOLOGIES 2014/2015

Appel à communication Projet HuTech – Humains et Technologies

        Doctorants en philosophie, nous avons obtenu un financement de la part de l’Université Lyon3 dans le cadre des projets juniors pour les années 2014/2016, en vue d’ouvrir un espace de réflexion sur les pôles  »Humains et Technologies ».

Nous souhaitons à ce titre porter notre attention plus particulièrement sur les objets technologiques contemporains en premier lieu, et sur les problèmes philosophiques qu’ils suscitent.

Cet espace doit être ouvert au maximum, pour que les disciplines, les milieux, et les points de vue s’intensifient réciproquement. Pour ce faire, nous avons élaboré un format de séance original : deux doctorants présentent leurs travaux pendant une séance, et sont encadrés par un participant  »senior »,  chercheur ou praticien, dont la responsabilité sera de canaliser la réflexion, et d’ouvrir la discussion à partir des présentations. Les communications des deux doctorants devront tenir entre 20 et 30 minutes, afin de laisser un temps appréciable à la discussion.

Les différentes présentations se feront au cours de l’année universitaire 2014/2015 autour de cinq thématiques différentes.

–         Séance introductive : L’augmentation invasive de la technique

–          Les technologies non palpables : nanotechnologies et médicaments

–          Le corps technologisé : quantifier le soi

–          Technologies et Cognition : Neurotechnologies

–          Les modèles de développement urbain : smart cities et villes biomimétiques

Un des objectifs du projet est également d’ouvrir l’espace de réflexion au maximum, notamment en direction des mondes non-académiques. N’hésitez pas à faire parvenir cet appel aux personnes qui ne font pas parti du milieu académique mais qui pourrait être intéressées par les séminaires.

Pour le format, une rapide présentation et une page résumant votre possible intervention sont suffisant.

Ecrire à jfgross@hotmail.fr et mettre en copie humainsettechnologies@gmail.com

Projet Junior 

Humains et technologies

Porteurs de projet :

–  Romain Sauzet – doctorant en philosophie – IRPhil : (projet de thèse : La pluralité scientifique en action : le cas du Labex IMU (Intelligence des Mondes Urbains), sous la direction de Thierry Hoquet)

Jean-Félix Gross – doctorant en philosophie- IRPhil : (projet de thèse : L’effet placebo : une épistémologie du corps pharmacologique, sous la direction de Thierry Hoquet).

Argumentaire

            Les problèmes posés par les relations entre Humains et Technologies sont devenus l’objet courant de nombreuses réflexions. Trop souvent, la simplicité conduit à réduire l’un à l’autre, que ce soit en se faisant le chantre du transhumanisme ou en inventant l’homme comme démiurge absolue de la technologie. Ces deux pôles, saisis comme des entités homogènes, ne nous semblent pas un point de départ satisfaisant. C’est pourquoi, mettant de côté ce préjugé d’homogénéité, nous prenons le parti d’engager un processus de réflexions philosophiques prenant en compte l’hétérogénéité et la multiplicité: des Humains face à des à des Technologies.

Cette hypothèse de travail est en premier lieu motivée par la confusion qui règne autour du concept de technologie : parle-t-on des objets techniques contemporains ? De la réflexion qui permet le développement technique ? De la pensée réflexive sur  la technique? En se fondant seulement sur l’usage quotidien du mot de  technologie, sa polysémie est tout au mieux multiple, le plus souvent contradictoire. Pourquoi cette situation de confusion ?

Lorsque l’on porte son attention au plus près de la polarité Humains et Technologies, on constate que l’accent réflexif est toujours mis sur l’Humain, en considérant que, puisqu’il est à la fois le géniteur de la technique et qu’il en subit les effets, c’est à partir de lui qu’il faut partir pour penser cette réalité. Ce point de départ nous semble être précisément l’origine du flou conceptuel qui règne autour de la notion de technologie.

Ainsi, c’est à partir de ce diagnostic de confusion que nous voudrions proposer ce projet junior. Sa dynamique générale serait alors la suivante : renverser le pôle d’attracteur des problèmes issus de la philosophie de la technologie. Pour ce faire, il s’agira de fonder la réflexion sur la dimension empirique, c’est-à-dire partir des occurrences concrètes, des machines. Cette focalisation du regard permettra deux attitudes philosophiques complémentaires :

–                    Éviter d’associer la technologie à une essence prédéterminée ou tout autre forme d’ensemble homogène, facilité d’esprit développée par de nombreuses philosophies, qu’elles soient technophiles ou technophobes. Conduire une voiture disposant d’un GPS n’a pas la même implication existentielle que d’être opéré au cerveau par laser, et ces deux situations n’ont que peu en commun avec le fait de se raconter et de se constituer comme sujet via un compte Facebook®. Néanmoins, si les occurrences contemporaines technologiques ne sont effectivement que les symptômes d’une dynamique commune, il faut pouvoir le prouver au terme d’une véritable enquête, et non l’affirmer comme postulat.

–                    La technologie, notamment à partir les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), est trop souvent pensée comme détachée de ses conditions matérielles. A l’inverse de cette dématérialisation de la technologie, il serait important de rappeler l’importance de sa présence physique et concrète : Goldman Sachs® a payé très cher l’installation ses data centers le plus près possible des serveurs centraux de la City Londonienne, les quelques nanosecondes de transmission d »informations économiques gagnées par ce procédé représentant un véritable avantage économique.

De la sorte, en se focalisant sur les objets et machines concrètes, le projet junior Humains et Technologies tentera cette mise à l’écart d’une conception a priori du sujet humain comme maître et possesseur de la technique, afin de prendre en compte le plus précisément les occurrences décrite par le concept de technologie. Bien entendu, cette mise à l’écart du pôle humain constituera une tentative théorique, et n’aura de sens que si ce dernier revient à la fin, que si cette analyse de la technologie concrète permet en retour de mieux appréhender ces technologies multiples. Étudier les technologies, cela revient nécessairement à retrouver ce qu’il y a en elles d’humain.

Ainsi, c’est au travers de cette dynamique que nous voudrions aborder d’un œil neuf les débats liés au sujet technologique contemporain : l’anthropotechnie, le transhumanisme, l’homme augmenté, etc. Réfléchir non pas sur la Technologie, mais sur les Technologies. Pour ce faire, nous  nous proposons de distinguer les différentes matérialités technologiques par un critère de spatialité. A partir d’un niveau micro, celui des nanotechnologies et des micro-particules polluantes, jusqu’à un niveau macro, celui des ensembles urbains, des dispositifs de traitement de données (les Big Data), en passant par des niveaux intermédiaires les dispositifs technique individuels tels que l’ordinateur, les produits pharmaceutiques, les véhicules, etc.

Cet intérêt pour les différents niveaux technologiques n’est pas seulement taxinomique : il permet également de clarifier les différentes formes technologiques auxquelles l’homme est confronté. Ce faisant, il permet de poser avec plus d’acuité le problème de la médiation : quels sont les objets techniques avec lesquels j’ai une médiation directe, c’est-à-dire sur lesquels je possède un certain contrôle au niveau individuel (allumer ou éteindre un ordinateur ; prendre sa voiture, etc.) ?  Quels sont ceux au contraire que je semble subir, où la médiation individuel semble faire défaut (la pollution aux micro-particules, l’appartenance à un ensemble urbain, etc.) ? A chaque niveau technique, dans chaque objet, pour chaque pratique, les deux facettes de ces médiations coexistent : utiliser une voiture résonne avec le fait que cette dernière soit issue d’un processus de production complexe. Ainsi, le croisement de la distinction de différents niveaux technologiques, problématisé selon la réflexion autour des médiations fournira un regard susceptible de saisir toute la profondeur des modalités de relation entre l’Homme et la Technologie.

Cette perspective d’étude ne sera pas seulement théorique. En effet, en partant des objets eux-mêmes, il sera possible de croiser les regards des différents acteurs du monde de la technologique : ingénieurs, informaticiens, économistes, juristes. C’est-à-dire ceux qui les inventent, les produisent, fournissent le cadre de leur développement, etc. De la sorte, cette réflexion pourra prétendre traiter directement des préoccupations concrètes de tous les acteurs. En demeurant cependant fondamentalement philosophique, il s’agira de concevoir cette approche comme une possibilité de convergence des différentes approches des technologies, et de la sorte, tenter à notre tour de produire un véritable logos de la technologique.

Objectifs Principaux

1. Enquêter sur les différentes formes de relations que l’homme entretient à l’égard des différentes occurrences que l’on peut ranger sous ce concept, en envisageant la diversité des objets techniques et ainsi clarifier les différents sens du mot technologie.

2. Éclairer la réalité empirique des technologies. En allant à rebours de la dématérialisation générale théorique (cloud, réseaux, etc.) et en rappelant l’importance de la matérialité de ces technologies.

3. Préciser les différentes thèses issues de la philosophie de la technique en les confrontant aux problématiques contemporaines.

4. Ouvrir un espace de discussion fécond entre les pratiques académique et non-académiques et profondément interdisciplinaire, à travers l’invitation d’intervenants extérieur au monde de la recherche.

5. Promouvoir l’activité de recherche des doctorants et mettre en avant leurs compétences et expertises à travers leur participation au séminaire.

6. Favoriser la connexion entre les différents acteurs universitaire du Grand Lyon (Lyon 1, 2, 3, ENS, Insa, LIRIS, etc.), et de la région (G2i, Grenoble INP, Mine St-Etienne, Université Jean Monet, etc.).

Modalités Concrètes des événements scientifiques

            Nous proposons de développer le projet junior Humains et Technologies selon deux modalités principales, au travers d’un souci commun : être le lieu d’une formation des jeunes chercheurs. La formation doctorale trouve difficilement des occasions spécifiques à son statut particulier. Plus vraiment étudiant et pas encore chercheur à part entière, peu de situations satisfont aujourd’hui les demandes des jeunes chercheurs.

Ce projet aura donc pour objectif institutionnel de fournir des conditions spécifiques pour satisfaire cette attente. En permettant aux doctorants une occasion de présenter leurs travaux ou de s’exprimer sur un sujet sur lequel il serait compétent, il s’agirait également de leur permettre de travailler sur les problématiques au cours d’événements scientifiques favorisant l’échange et la discussion.

Nous proposons d’organiser deux types distincts d’événements :

•                     5 séminaires de recherche (tous les deux mois) au cours de l’année universitaire 2014-2015 : portant sur les différents niveaux technologiques que nous auront identifiés, autour d’une problématique centrale (l’innovation, le développement durable, etc.).  Pour les mener à bien, nous proposons une modalité originale : les participants seront au nombre de trois : deux doctorants et un ‘senior’, chercheur ou praticien, qui tiendra le rôle de discutant. Chaque doctorant présentera durant une vingtaine de minutes leurs réflexions. Au terme des deux présentations, le discutant ouvrira la discussion, en commentant et critiquant les perspectives présentées. Le rôle des  »seniors » sera double : à la fois canaliser la discussion et contraindre une certaine qualité d’échange.

•                     A l’issue de cette première année, où cinq séminaires auront été animés, une session sur deux jours sera organisée, aux alentours de juin 2015. A partir de l’ensemble des problématiques qui auront été soulevées durant les séminaires, un programme de présentation de discussions sera proposé, alternant table et rondes et moments informels pour évoquer les différents sujets.

•                     Au terme de ces journées, une nouvelle session de 5 séminaires sera proposée pour l’année universitaire 2015-2016. Ils seront organisés autour des différentes problématiques qui y auront été soulevées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel à communication pour le 30 juin – Colloque Antoine Desgodets, entre théorie et pratique

International Conference on Desgodets Call for abstracts

Colloque Desgodets Appel à contributions

Appel à communication

Colloque international

« Les nouveaux savoirs de l’architecte moderne. Antoine Desgodets, entre théorie et pratique »

Paris les 24 et 25 novembre 2014

Les propositions devront nous parvenir avant le 30 juin 2014 (http://www.desgodets.net/colloques/2014).

Site des cours d’Antoine Desgodets d: www.desgodets.net Quatre nouveaux cours d’architecture inédits sont disponibles pour la recherche sur les ordres, la commodité, le toisé et les servitudes.

Robert Carvais

 

 

Espaces des savoirs – La Société des Arts de Genève

Espaces des savoirs

accueil-eds

La Société des Arts de Genève

 www.espaces-des-savoirs.ch

http://www.infoclio.ch/fr/node/134145

http://www.unige.ch/communication/lejournal/journal87/article3/article3.pdf UNIGE_FINAL_J87_p4UNIGE_FINAL_J87_p4

UNE VIDEO : http://infoclio.ch/fr/node/134229

La plateforme Espaces des savoirs est liée à la recherche doctorale de Sylvain Wenger (Institut d’histoire économique P. Bairoch, Université de Genève). Ses recherches portent sur les modalités d’acquisition, de production et de diffusion de savoirs pouvant être utilisés à des fins technologiques dans le contexte du démarrage industriel en Suisse occidentale (1750-1850). Le site présente quatre cas d’études dont une cartographie d’échanges épistolaires entre la Suisse, la France et l’Angleterre, une représentation interactive des lieux de production à Genève autour de 1830, une base de données sur les Membres de la Société des arts de Genève entre 1776 et 1851), et une chronologie institutionnelle.

PRIX MAURICE DAUMAS 2014

The International Committee for the History of Technology, ICOHTEC, welcomes submissions for the Maurice Daumas Prize, which aims to encourage innovative scholarship in the history of technology. ICOHTEC is interested in the history of technological development as well as its relationship to science, society, economy, culture and the environment. The history of technology covers all periods of human history.

There is no limitation as to theoretical or methodological approaches.

The Maurice Daumas Prize will be awarded to the author of the best article submitted on the history of technology and published in a journal or edited volume in 2012 or 2013. Submissions are welcomed from scholars of any country, and their focus can be the technological past of any period or part of the world. Eligible for the prize are original articles published in any of the official ICOHTEC languages (English, French, German, Russian or Spanish). If the language of publication is not English, applicants must include a three-page English summary.

For the Maurice Daumas Prize 2014, please send your submission to each of the five Prize Committee members no later than 5 January 2014. Electronic submissions are preferred. The winner will be contacted in late May 2014.

The prize will be awarded at our 41st Symposium, to be held 29 July – 2 August

2014 in Brasov, Romania.  The winner will receive a cash prize of Euro 500 as well as a travel grant of Euro 300 (if needed) to attend the ICOHTEC Symposium of 2014. Additionally, the ICOHTEC Symposium will feature a special panel organized around the winning article.

Susan Schmidt Horning, Prof., Chair

St. John’s University

Queens, NY 11439 USA

Email: <mailto:schmidts@stjohns.edu>schmidts@stjohns.edu

Andrew Butrica, Dr.,

Research Historians Group

Bethesda, MD  USA

Email: <mailto:abutrica@earthlink.net>abutrica@earthlink.net

Hermione Giffard, Dr.

Independent Scholar

The Netherlands

Email: <mailto:hgiffard@gmail.com>hgiffard@gmail.com

Pierre Lamard, Prof.

L’Université de Technologie

de Belfort-Montbéliard (UTBM) France

Email: <mailto:pierre.lamard@utbm.fr>pierre.lamard@utbm.fr

Patrice Bret, Dr.

Centre Alexandre Koyré/CNRS-EHESS-MNHN

Paris, France

Email: <mailto:patrice.bret@yahoo.fr>patrice.bret@yahoo.fr

Andrew J. Butrica, Ph.D.

Research Historian

Sent from my Xylo Phone

Prix jeune chercheur ICOHTEC 2014

ICOHTEC Prize for Young Scholars

2014

 

The ICOHTEC-Book Prize is sponsored by the Juanelo Turriano Foundation and consists of 3,000 Euro. The prize winning book will be presented and discussed at a special session of the next ICOHTEC symposium, Braşov, Romania, 29 July – 2 August 2014.

 

ICOHTEC, the International Committee for the History of Technology, is interested in the history of technology, focusing on technological development as well as its relationship to science, society, economy, culture and the environment. The history of technology covers all periods of human history and all populated areas. There is no limitation as to theoretical or methodological approaches.

 

Eligible for the prize are original book-length works in any of the official ICOHTEC languages (English, French, German, Russian or Spanish) in the history of technology: published or unpublished Ph.D. theses or other monographs written by scholars who, when applying for the prize, are not older than 37 years. Articles and edited anthologies are not eligible.

 

For the ICOHTEC Prize 2014, please send a copy of the work you wish to be con­sidered for the prize to each of the three Prize Committee members.  Your submissions must be postmarked not later than 7 February 2014. You may also submit an electronic version of the book or Ph.D. thesis by 24:00 o’clock of your local time on the same day. If your book is in Spanish or Russian, please also supply a summary in English, French or German of about 4500 words. In that case, the prize committee will find additional members, who are familiar with the language in which your book is written.  Please also include an abstract of no more than a half-page in length.

 

If the work is a Ph.D. thesis, it should have been accepted by your university in 2012 or 2013; if it is a published work, the year of publication should be 2012 or 2013. The submission should be accompanied by a CV (indicating also the date of birth) and, if applicable, a list of publications. Applicants are free to add references or reviews on the work submitted.

 

Any materials sent to the prize committee will not be returned.

 

Send a complete application by regular mail services or by email to each of the following Prize Committee members:

 

 

Dr. Rachel Maines, Prize Committee Chair                             Email: rpm24@cornell.edu
School of Computer & Electrical Engineering

726 University Avenue Rm. 311

Cornell University

Ithaca NY 14853

USA

 

 

 

Dr Peter L. Jakab                                                                         Email: jakabp@si.edu

Associate Director for Collections and Curatorial Affairs

National Air and Space Museum

P.O. 37012, MRC 312

Smithsonian Institution

Washington, DC 20013-7012

USA

 

Dr. Klaus Staubermann                                                        Email: K.Staubermann@nms.ac.uk

Principal Curator of Technology
National Museums of Scotland

Chambers Street

Edinburgh

EH1 1JF

UK

 

LISTE HEMPS

HEMPS

History of Early and Modern Plant Sciences (1450-1850)

portant sur la botanique, la physiologie végétale, la pathologie végétale, les études sur l’horticulture, sur les plantes cultivées, sur les plantes médicinales et les simples, les herbiers, les jardins botaniques, etc., des années 1450 aux années 1850.

 

Si vous désirez vous inscrire, vous devez envoyer un  courriel à :

plant-early-modern-sciences-request@univ-lille1.fr

 

Atelier Simondon

L’Atelier Simondon

http://atelier-simondon.ens.fr/

L’Atelier Simondon est organisé conjointement avec le Cirphles et l’École Normale Supérieure

Ses activités sont soutenues par le Laboratoire disciplinaire Pensée des Sciences et le Groupe Histoire Philosophie Sciences. L’Atelier Simondon est animé par Vincent Bontems (LARSIM) ; il organise en collaboration avec Jean-Hugues Bathélémy et la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord le séminaire « Culture et Invention ». Frédéric Pascal (LARSIM) collabore à l’organisation et à l’archivage de ces séminaires, il est également l’actuel webmestre et créateur de cette page.

Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA)

Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA)

Une organisation unique au carrefour de l’histoire et du patrimoine
Créé en France en 1986, l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) met son savoir-faire et ses collections au service de l’histoire de l’aluminium et de la préservation de son patrimoine.

6, boulevard du général Leclerc

92110 Clichy

www.histalu.org

tel : +33 (0)1 41 05 40 61

Pôle documentaire de la Fonderie (PdF) à Mulhouse

Le Pôle documentaire de la Fonderie (PdF) regroupe à Mulhouse les  Archives (y compris l’ex-CERARE), la Bibliothèque municipale, la
Bibliothèque de l’université et de la Société industrielle de  Mulhouse  (BUSIM, gérée par le SCD de l’UHA) et le CRESAT (EA 3436)
dans le but  de valoriser leurs collections sur l’histoire industrielle et la  culture scientifique et technique.
Vous pouvez visiter son site web ici : http://www.pole-doc-fonderie.uha.fr/

Vous y trouverez notamment un descriptif sommaire des collections, la  base iconographique « Images du chemin de fer », un dossier sur
l’exposition « Mulhouse gare centrale ». En chantier, la publication des  200 portraits de membres de la SIM et de documents sur le travail.

D’autres bases de données  du CRESAT existent :
– Images de l’industrie, par Pierre Fluck : 2 600 clichés de sites  industriels avec notice descriptive actuellement en ligne (sur un  fonds
de 20 000 clichés couvrant 16 pays d’Europe ou d’Amérique du Nord) : http://www.images.industrie.uha.fr

– L’Atlas historique d’Alsace, sous la direction d’Odile Kammerer :  250 cartes téléchargeables avec commentaire bilingue, parmi lesquelles
les cartes économiques ont évidemment leur place : http://www.atlas.historique.alsace.uha.fr/

Le RUCHE

http://leruche.hypotheses.org/

lerucheLe RUCHE, Réseau Universitaire de Chercheurs  en Histoire Environnementale, est un réseau pluridisciplinaire  créé en septembre 2008 et constitué en association à but non lucratif au printemps 2009. Ses membres sont des personnes originaires de diverses universités et autres établissements d’enseignement supérieur ou secondaire, ou intéressé-e-s par l’histoire environnementale, et relèvent de disciplines variées.

L’objectif du RUCHE est de promouvoir le développement de l’histoire environnementale et de faciliter les échanges intellectuels entre les chercheurs en histoire environnementale, parfois isolés dans leurs  universités ou institutions respectives, par la tenue de séminaires, journées d’études, colloques, recherches et publications collectives, en facilitant la circulation des informations ou en faisant connaître les publications intéressantes

Le RUCHE est la branche francophone de l’ESEH, European Society for Environmental History

Le RUCHE fait partie du R2DS, Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable de l’Île de France, qui le subventionne. Il est hébergé par le Groupe de Recherche en Histoire Environnementale du Centre de Recherches Historiques (UMR CNRS/EHESS), à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, à Paris.

Entre art et industrie

http://artindus.hypotheses.org/

artetindusCe carnet vise à favoriser les recherches historiques sur les liens entre l’art et l’industrie, à mettre en réseaux les chercheurs et à présenter l’actualité des travaux français et internationaux aussi bien dans l’espace scientifique. Il recense les travaux en cours, les événements (journées, colloques…) et les appels à communication. Son ambition est de centraliser l’information sur le sujet.

Pour des informations supplémentaires :

https://sites.google.com/site/audreypatriziamillet/

Contact : audrey.patrizia.millet ” at ” gmail.com

 

 

Groupe Meule

groupemeulehttp://groupemeule.hypotheses.org/

Colloque meule Reims 2014 Appel à comm.

Ce carnet a pour objectif de diffuser l’état d’avancement des recherches en cours du “Groupe Meule” et de son PCR (Projet Collectif de Recherche). Il doit permettre également aux chercheurs et archéologues de trouver des informations pour mieux traiter ce mobilier lithique. Le Groupe Meule est ouvert à toute personne s’intéressant au matériel de mouture (moulins va-et-vient et rotatifs, de la Préhistoire au Moyen Âge). Créé à l’occasion du colloque de Grenoble sur les meulières (22-25 septembre 2005), ce groupe réunit aujourd’hui une trentaine de membres (archéologues, géologues, étudiants, universitaires, professionnels et bénévoles). Depuis 2006, le Groupe Meule travaille à la réalisation de bases de données sur les moulins à bras rotatifs et les moulins va-et-vient en vue d’étudier leur diffusion et d’établir une typo-chronologie.