Archives de catégorie : Media

FILM Notre plomb quotidien, Fabrizio Scapin – 22 fév. 2017

Projection  Notre plomb quotidien, de Fabrizio Scapin (2016)

22 février 2017, à partir de 14h., Centre d’Histoire sociale du XXe siècle, 9 rue Malher, 75004 Paris, en salle 107 (sous-sol).

Maladie liée au mal logement, l’intoxication par le plomb contenu dans les peintures dégradées des logements vétustes touche des familles entières et particulièrement les enfants, sur lesquels elle a des conséquences sanitaires graves et irréversibles. Selon la Fondation Abbé Pierre, en 2013, la France comptait 170 000 habitations contaminées au plomb hébergeant des enfants de moins de six ans. Fabrizio Scapin donne la parole à des victimes, à des travailleurs sociaux et à des experts de la santé publique pour rendre visible la réalité de cette épidémie de la dégradation urbaine.

 

Indexer les répertoires des Ponts et chaussées

Indexer les répertoires des Ponts et chaussées : un projet collaboratif des  Archives nationales

Les Archives nationales, en partenariat avec le comité d’histoire du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (MEEM), l’École nationale des ponts et chaussées et l’association Rails et histoire, mettent en oeuvre le projet collaboratif des Ponts et Chaussées consistant en un relevé des informations contenues dans ces tables et répertoires, afin d’en permettre un accès par le moteur de recherche de la salle des inventaires virtuelle accessible sur internet.

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/fr/web/guest/projet-collaboratif-ponts-et-chaussees

Pôle documentaire de la Fonderie

Fonderie

Le pôle documentaire de la Fonderie met en ligne sur son site  (http://www.pole-doc-fonderie.uha.fr/ ) des documents issus des archives et bibliothèques mulhousiennes concernant l’histoire et le patrimoine industriels, techniques et scientifiques.

Vous y trouverez notamment :

– 3 bases de données : Images du chemin de fer ; Galerie de portraits (250 environ avec biographies) ; Travail et risques (dossiers sur le travail des enfants, le logement ouvrier, les statistiques mulhousiennes au XIXe siècle ; série de photos d’ouvriers de fonderie et d’apprentis de la SACM, etc.)

– 3 expositions virtuelles sur le chemin de fer et le logement social à Mulhouse

– Trésors du mois : album de la manufacture Huber à Moscou, échantillons de DMC, albums d’Engelmann, fonds de la Compagnie du chemin de fer du Yunnan, costumes hindous, daguerréotypes de Dollfus-Ausset, livres scientifiques, etc.

Ces documents sont également disponibles sur Gallica.

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech

ENPC01_Ms_3154_0045

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech http://patrimoine.enpc.fr/

Près de 700 documents sont consultables en ligne.

La Bibliothèque numérique patrimoniale repose sur la solution open source Omeka, tout comme la première du genre, la bibliothèque des phares, site de référence sur le patrimoine des phares développé par l’École en 2013.

Pour en savoir plus,  consultez patrimoine.enpc.fr et sa rubrique « à propos« .

Je me tiens ainsi que l’équipe projet à votre disposition .

Isabelle Gautheron, directrice de la documentation et du patrimoine

Saint Gobain 350 ans- Reconstitution de la manufacture en 1785

http://www.saint-gobain350ans.com/#!/fr/manufacture/

Ce site renvoie à une initiative originale : une exposition en ligne retraçant l’histoire de l’entreprise Saint Gobain. Manufacture royale de glaces créée sous Louis XIV à l’instigation de Colbert en 1665, installée en 1692 dans le village de Saint Gobain en Picardie, la manufacture, qui connaît de nombreuses mutations, survit aux différents régimes en poursuivant ses mues successives tant  dans l’organisation que dans sa capacité à innover –  par exemple après la guerre en se mettant en pointe de la filière  de la fibre de verre. Successivement entreprise d’État et entreprise à capitaux privés, elle fut nationalisée en 1782, reprivatisée en 1786 devenant aujourd’hui un gros groupe industriel international (par une succession d’acquisitions) . Pour célébrer ces 350 ans, le groupe se penche sur son parcours et lance cette exposition retraçant l’histoire de la fabrique.

Parmi les différents rubriques  qui restituent la richesse de son activité ( chronologie en 22 datesgalerie des innovations depuis 1665, rubrique sur les  hommes qui ont incarné l’entreprise galerie de portraits et lectures thématiques possibles), on soulignera  l’initiative originale de la reconstitution en 3D de la Manufacture de Saint-Gobain en 1785. Ce travail  très intéressant -réalisé par une agence nantaise de conception et réalisation d’applications multimédia culturelles et patrimoniales- pour les historiens en général et les  historiens des techniques en particulier, détaille le fonctionnement de la fabrique dirigée alors par Pierre Delaunay-Deslandes, alors qu’elle compte 1200 ouvriers (leurs familles vivants sur le site).

La solution originale consiste à inclure dans la restitution 3D des ateliers, des reconstitutions filmées montrant les ouvriers aux travail, tandis un commentaire off explique le déroulé des tâches et l’usage des outils. Fort pertinemment, l’atelier choisi par le lecteur est indiqué automatiquement au sein du plan de la fabrique (en bas à droite) ce qui permet de le situer dans l’ensemble  du site de production. Les tâches qui sont  détaillées sont celles du déchargement des billettes, l’épluchage de l’argile, l’atelier de poterie (et notamment  la fabrication des creuset), la salinerie (où s’opère le nettoyage de la soude et la fabrication des cristaux nécessaires à la pureté du verre), l’alimentation des fours, le défournement de la cuvette de la pate de verre en fusion, l’écrémage de la pate de verre, le coulage  et sa transformation en glace, enfin les opérations de finitions: le doucissage, le polissage, et le conditionnement des glaces dans les paniers -un dernier focus étant réalisé sur le logement des ouvriers . Notons aussi la présence des « sons » de la fabrique, assez rare dans ce genre de projet numérique.

La commissaire de cette  exposition virtuelle,  Anne Alonzo, chartiste et archiviste de Saint Gobain, a réuni pour cette exposition des sources multiples (documents d’archives, photographies, films, objets, etc.) majoritairement des archives de Saint-Gobain, mais aussi des archives publiques, de la BnF et de collections particulières. Le site permet une approche accessible et grand public, mais ne donne pas de détails renvoyant aux  sources ou aux méthodes utilisées pour cette belle réalisation, et ne permet de recontextualiser les pratiques mises en scène . À noter cependant un espace interactif où  les anciens  de Saint Gobain (ou autre) peuvent télécharger des documents  qu’ils posséderaient sur l’entreprise, démarche d’autant plus pertinente que chaque salarié, à quelque niveau qu’il se soit trouvé, est porteur d’une parcelle de sa mémoire.