Archives de catégorie : Publications

Artefact – N° 7 Os, bois, ivoire et corne : l’exploitation des matières dures d’origine animale

Dossier coordonné par Marianne Christensen, Nejma Goutas, François-Xavier Chauvière

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4642

OS, BOIS, IVOIRE ET CORNE: L’EXPLOITATION DES MATIÈRES DURES D’ORIGINE ANIMALE

  • De l’Atlantique à l’Oural: l’exploitation des matières osseuses au Paléolithique, Nejma Goutas, Marianne Christensen, Aline Averbough
  • L’évolution des industries en matières dures animales de l’âge du Bronze en Italie du Nord, à partir de l’étude des sites de Isera La Torretta, Molina di Ledro et Fiavé Carera en Trentin, Marta Bazzanella
  • La transformation des matières dures d’origine animale à la période romaine: ateliers urbains et artisans itinérants, Isabelle Rodet-Belarbi
  • Le silence des anneaux: une tentative de reconstitution d’une chaîne opératoire de fabrication d’anneaux en os, Bénédicte Khan, Christophe Picod
  • De la campagne à la ville: évolution de l’artisanat des matières dures animales au Moyen Âge d’après les données archéologiques, Dorothée Chaoui-Derieux, Jean-François Goret
  • Knife handle making – the subsidiary trades in the Sheffield cutlery industry, Joan Unwin

VARIA

  • Paris-London: empirical philosophy, invention and the Hartlib Circle, Anthony Turner
  • La dynastie Langlois – Lordelle – Canivet – Lennel, «fabricateurs» d’instruments de mathématiques à Paris au XVIIIe siècle, Patrick Rocca, Françoise Launay

COLLECTIONS ET PATRIMOINE TECHNIQUES

ENQUÊTES

  • William Bailey et Alexander Mabyn Bailey, registers de la Society of Arts de Londres au XVIIIe siècle, Théo Mayne
  • Une collection de modèles réduits d’artillerie au musée de l’Armée et le monde de l’invention en France au XVIIIe siècle, Ygor Brahami

ACTUALITÉS DES COLLECTIONS

  • Le musée des Plans-reliefs. Diversité des collections (1668-1940) et enjeux contemporains, Isabelle Warmoes
  • Les documents cartographiques dans le fonds ancien de l’École des mines de Paris, Amélie Dessens
  • La bibliothèque de l’École des mines de Paris: deux siècles d’histoire, Amélie Dessens
  • Le musée de Minéralogie – Mines Paris Tech, Didier Nectoux
  • Trésors de la Terre. L’exposition minéralogique du Muséum national d’histoire naturelle (Paris), Cristiano Ferraris, Catherine Cardinal

COMPTES RENDUS

Les matières dures animales

 Michelle C. Langley, Osseous Projectile Weaponry. Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Dordrecht, Springer, Series: Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology, 2017 (Pierre Cattelain)

Selena Vitezović (dir.), Close to the bone: current studies in bone technologies, Belgrade, Institute of Archeology (Michelle C. Langley)

Marianne Christensen, L’exploitation des matières dures animales chez les chasseurs-cueilleurs : le cas des nomades marins de Patagonie et Terre de Feu, Punta Arenas, Universidad de Magallanes, col. Poblamiento Humano, 2016 (Luis Borrero)

Histoire des brevets d’invention

Stathis Arapostathis, Graeme Gooday, Patently Contestable : Electrical Technologies and Inventor Identities on Trial in Britain, Cambridge, Massachussetts, MIT Press, 2013 (Jérôme Baudry)

Sean Bottomley, The British Patent System during the Industrial Revolution, 1700-1852. From Privilege to Property, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 (Jérôme Baudry)

Christopher Beauchamp, Invented by Law : Alexander Graham Bell and the Patent That Changed America, Cambridge, Massachussetts, Harvard University Press, 2015 (Jérôme Baudry)

Varia

Luc Jaccottey, Gilles Rollier (dir.), Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent des origines à l’époque médiévale et moderne en Europe et dans le monde méditerranéen, actes du colloque international, Lons-le-Saunier du 2 au 5 novembre 2011, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Série Environnement, sociétés et archéologie », n°20, 2016, 2 vol., 883 p. (Maxime L’Héritier)

David S. Landes, L’heure qu’il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, Paris, Les Belles Lettres, 2017, 637 p. (Catherine Cardinal)

François Zanetti, L’Électricité médicale dans la France des Lumières, Oxford, Oxford University, 2017, 265 p. (Catherine Herr-Laporte)

Valérie Nègre, L’Art et la matière.Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830), Paris, Classique Garnier, coll. Histoire des techniques, 7, 2016, 324 p. (Marie Thébaud-Sorger)

Natacha Coquery, Jörg Ebeling, Anne Perrin Khelissa et Philippe Sénéchal (dir.), Les progrès de l’industrie perfectionnée. Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016, 198 p. (Marguerite Martin)

Maxime Decommer, Les Architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession, 1795-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 402 p. (Valérie Nègre)

Gauthier Bolle, Charles-Gustave Stoskopf, architecte, Les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, 356 p. (Thomas Renard)

Hélène Vacher et André Guillerme, L’Essor de l’École Eyrolles au xxe siècle. Technologies, professions et territoires, Paris, Classiques Garnier, coll. Histoire des techniques, 9, 2017, 714 p. (Stéphane Lembré)

« Le patrimoine industriel de la chimie », Patrimoine industriel. Archéologie, technique, mémoire, CILAC, n°69, décembre 2016 (Marina Gasnier)

 

Guy Lambert, Stéphane Lembré, Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles), 2018

Histoire de l’éducation, n°147, 2018 : dossier « Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles »

Les écoles techniques et professionnelles sont-elles des établissements scolaires comme les autres ? Comment y intégrer leur finalité de préparation à des métiers ? Pour éclairer leurs spécificités, ce dossier sur les « lieux de l’enseignement technique » fait dialoguer l’histoire de l’éducation et l’histoire de l’architecture. L’histoire de l’éducation est en effet intéressée par le contexte matériel dans lequel s’inscrit la pédagogie et par les traces laissées par les pratiques afin de vérifier la réalité concrète des politiques éducatives. L’histoire de l’architecture est, quant à elle, attentive à la définition fonctionnelle des locaux, aux politiques de construction, aux enjeux territoriaux et urbains, mais aussi politiques, économiques et sociaux dont sont porteurs les édifices, et que reflètent notamment leur expression architecturale et leurs programmes iconographiques. Menée à plusieurs échelles, l’étude de l’action de promoteurs, de concepteurs et d’usagers est indispensable pour apprécier la diversité des réalisations. Les articles réunis suggèrent ainsi, pour les XIXe et XXe siècles, combien la problématique des lieux est riche pour revisiter la diversité des réalisations et des conceptions qui ont guidé, à diverses échelles, la transmission des savoirs et des savoir-faire techniques et professionnels.

Dossier

Guy Lambert et Stéphane Lembré
L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles)

Gérard Bodé
Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ?

François Robert
L’enseignement technique et professionnel à l’épreuve des locaux : la Société d’enseignement professionnel du Rhône et ses lieux de formation (Lyon, 1864-2013)

Stéphane Lembré
L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958)

Dave Lüthi
Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ?

Guy Lambert
L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée

Cédric Perrin
La création du lycée Grandmont à Tours (1954-1963) : l’impromptue mise en lycée de l’enseignement technique

Plus d’informations : http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100695120

Retrouvez Histoire de l’éducation sur OpenEdition Journals et via accès payant sur Cairn (pour l’achat d’articles à l’unité)

Miguel Almiron, Esther Jacopin et Giusy Pisano dir., Stéréoscopie et illusion, 2018

Flyer-Stereoscopie et illusion-2018

Parution de l’ouvrage Stéréoscopie et illusion, issu du colloque que organisé à l’ENS Louis-Lumière et à la Fémis à l’automne 2016.

Le livre sera lancé le 10 mars prochain lors du pot de clôture du colloque « Truquer, créer, innover. Les effets spéciaux français« . (Paris, Cité des science et de l’industrie).

Entreprises et histoire, Patrimoine industriel, 2017

Le dernier  numéro d’Entreprises et histoire consacré au Patrimoine industriel vient de paraître. Il est disponible sur Cairn à l’adresse suivante :  https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2017-2.htm

Florence Hachez-Leroy

Éditorial

Un défi d’avenir : le patrimoine industriel

Page 5 à 13 Premières lignes Version HTML Version PDF

Andrew Popp

Industrial heritage, capitalism and business

Page 14 à 19             Résumé Version HTML Version PDF

Miles Oglethorpe

Realising the benefits of industrial world heritage sites, with particular reference to the Forth Bridge

Page 20 à 38 Résumé Version HTML Version PDF

Lucie K. Morisset

Les « villes de compagnie » du Canada. Un patrimoine urbain pour le vivre ensemble de notre siècle ?

Page 39 à 50 Résumé Version HTML Version PDF

Toshiyuki Morishima

Une comparaison des politiques de conservation et de mise en valeur du patrimoine industriel de la modernisation au Japon

page 51 à 68 Résumé Version HTML Version PDF

Roberto Di Cosmo

Software Heritage : pourquoi et comment construire la grande bibliothèque du code source

Page 69 à 75 Résumé Version HTML Version PDF

Vijaya Teelock

Un site unique à l’Isle de France, ancienne colonie française : le complexe du moulin à poudre

Page 76 à 87 Résumé Version HTML Version PDF

Helmuth Albrecht

The heritage of uranium mining in the German-Czech ore mountains

Page 88 à 106          Résumé Version HTML Version PDF

Colm Murray

The heritage of manufacturing in the ecological age: an Irish perspective

Page 107 à 132        Résumé Version HTML Version PDF

Dag Avango

Remains of industry in the polar regions: histories, processes, heritage

Page 133 à 149        Résumé Version HTML Version PDF

Débat

Hugues de VarineNicolas PierrotGuy SallavuardYves WinkinDébat animé par Florence Hachez-LeroyPropos recueillis par Coline Leroy

Patrimoine industriel et participations citoyennes

Page 150 à 169        Premières lignes Version HTML Version PDF

Document

Présentation de Florence Hachez-Leroy

Le pont Colbert de Dieppe : mécanisme et cabine de commande

Page 170 à 172        Premières lignes Version HTML Version PDF

Chroniques

Page 173 à 173

Actualités

Premières lignes Version HTML Version PDF

Clément Deschin

Nouvelles des archives

Page 174 à 181

La mémoire d’une entreprise textile givetoise : le fonds de l’usine Cellatex de Givet aux Archives départementales des Ardennes

Premières lignes Version HTML Version PDF

Présentation de Florence Hachez-Leroy

Clin d’œil

Une dernière cartouche pour le portail des établissements Gévelot

Page 182 à 186        Premières lignes

 

 

 

AAC – Revue Images du travail, travail des images: L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images, 2018/2019

Appel à contributions pour un numéro de la revue* Images du travail, travail des images*, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique. Numéro n° 8 (juin 2019). Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

https://itti.hypotheses.org/801

*L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images*

 

Marina GASNIER, Le patrimoine industriel au prisme de nouveaux défis, 2018

Marina GASNIER, Le patrimoine industriel au prisme de nouveaux défis
Usages économiques et enjeux environnementaux,
Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Cet ouvrage porte sur les processus de reconversion du patrimoine industriel, en particulier ceux destinés à accueillir de nouveaux usages économiques. Il invite à interroger le rôle accordé à cet héritage dans les politiques des territoires confrontés aux enjeux environnementaux, à réfléchir à la notion de « patrimoine vivant », c’est-à-dire des objets historiques qui se soumettent difficilement à la cristallisation, et montre qu’ils peuvent être une véritable force pour les acteurs qui se l’approprient.

Richement illustré, ce livre propose au lecteur une nouvelle manière de « voir » le patrimoine industriel au service du développement territorial et de la transition écologique.

Télécharger le sommaire

Les Sentiers de l’ouvrier (autobiographies, 1815-1850). Textes de John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, Fabrice Bensimon, Sabine Reungoat éd., 2017.

Les Sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850). Textes de John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, traduits par Sabine Reungoat, édités et présentés par Fabrice Bensimon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Au XIXe siècle, des milliers de Britanniques émigrent vers le continent. Parmi eux, des artisans viennent travailler quelque temps, forts de savoir-faire acquis outre-Manche, au cœur de l’industrialisation. Alors que les circulations se multiplient, mécaniciens, ouvrières du lin et du jute, dentelliers, cheminots, terrassiers ou travailleurs du fer utilisent leurs compétences en Europe. Au moins trois d’entre eux, venus à Paris par ces sentiers de l’ouvrier, ont laissé des mémoires : John Colin, apprêteur de cuir écossais et « ivrogne réformé » ; Charles Manby Smith, typographe érudit, qui compose à Paris des livres en anglais et William Duthie, orfèvre itinérant. Ils sont employés dans cette « fabrique collective » parisienne, capitale de l’échoppe et de l’atelier, destination de centaines de milliers de migrants provinciaux et étrangers. Ces trois témoins décrivent leur travail, leur logement et leurs sociabilités. Ils sont parfois les témoins de la grande histoire, à l’instar de Smith, observateur apeuré de la révolution de Juillet 1830. Ils repartent et finissent par raconter leur vie, selon un usage alors répandu dans les classes populaires britanniques. Leurs témoignages sur le Paris ouvrier sont rassemblés ici, pour la première fois en français.

http://www.editions-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100381860

 

L’Homme & la Société, no.205, 2017

L’Homme & la Société, no.205, dir. Camille Dupuy, Olivier Dard, Claude Didry et Florent Le Bot, Cédric Perrin.

Les nouvelles technologies sont un formidable générateur à prophéties, annonçant, avec l’« usine du futur » et la robotisation, la suppression de nombreux emplois, ou avec le numérique, la multiplication des start-up. Mais, l’observation du lent déploiement de la machine et du machinisme dans la vie économique et dans l’imaginaire social révèle la platitude idéologique de ces soi-disant «révolutions ». Aux dires des experts en tout genre, ces révolutions s’enchaîneraient à un rythme toujours plus soutenu: la fascination pour un progrès technique dégageant l’humanité d’un travail subordonné va ici de pair avec le pessimisme que suscite un travail émietté, précarisé et en voie de disparition, dans un monde toujours plus sécuritaire. Nous interrogeons dans ce numéro la fascination pour les « miracles » technologiques, afin de dégager la réflexion de ces prophéties qui, sous prétexte de se tenir aux avant-poste d’une incessante nouveauté, imposent un futur sans avenir.

 

 

https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe.htm <http://msh-paris-saclay.fr/?email_id=33&user_id=1893&urlpassed=aHR0cHM6Ly93d3cuY2Fpcm4uaW5mby9yZXZ1ZS1sLWhvbW1lLWV0LWxhLXNvY2lldGUuaHRt&controller=stats&action=analyse&wysija-page=1&wysijap=subscriptions>

Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy, La ville végétale,XVIIe-XXIe s., 2017

Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy, La ville végétale. La nature en milieu urbain, France, XVIIe-XXIe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017 

Cette vaste synthèse étudie l’occupation urbaine depuis le XVIIe siècle par les plantes, parcs et jardins, mais aussi plantes « hors-sol » qui circulent dans l’espace urbain (fruits et légumes, fleurs coupées, déchets végétaux, etc.). Il s’agit de montrer que loin d’être un espace absolument artificialisé, non « naturel », la ville a constamment été imprégnée de végétaux, mais que cette présence a fluctué au fil des siècles. Sont interrogés les raisons, les acteurs et les défis de la végétalisation urbaine qui repose sur des motivations nombreuses, esthétiques, sanitaires, écologiques. De même, la végétalisation a sans cesse été soutenue par ceux que nous appelons les mains vertes, qui sont tout aussi bien des particuliers, des professionnels que les pouvoirs publics. Mais étendre ou maintenir la présence végétale en ville impose de relever de multiples défis (fonciers, financiers, esthétiques, biologiques…) qui ont pu varier au cours des siècles.
Ce livre propose aussi une réflexion neuve sur les usages qui ont été faits de la nature en ville, paradoxalement instrument d’urbanité, de sociabilité et donc d’affirmation sociale, mais aussi inversement jungle, ferment de discorde et d’ensauvagement, objet d’affrontements politiques. On peut également faire usage du végétal pour bien être et bien vivre, accompagner les plaisirs, exercer les corps ou cultiver les esprits. Plus prosaïquement, la ville est aussi, tout au long de ces quatre siècles, un lieu de production et de consommation important de végétal. Enfin, c’est aussi en ville qu’une science botaniste et un savoir sur les plantes se développent.
Ce tableau général, inédit, permet ainsi de voir la ville autrement et d’offrir des pistes de réflexion sur la nature en milieu urbain aujourd’hui.

http://fr.calameo.com/read/0050182122cdabddb284e

 

Jérôme Lamy, Faire de la sociologique historique des sciences et des techniques, 2018

La sociologie historique des sciences et des techniques est, davantage qu’une discipline, une pratique et une mise en œuvre d’un ensemble varié de méthodes historiques et sociologiques croisées. Cet ouvrage propose donc une approche méthodologique et empirique de ce segment de recherche aux riches potentialités.
Deux problématiques structurent le livre. Il s’agit tout d’abord d’enquêter sur la production et la circulation des concepts dans des contextes variés (marxisme, épistémè foucaldienne). Ensuite, parce que la sociologie historique des sciences et des techniques offre une potentialité d’expressions théoriques larges, l’ouvrage avance la proposition d’une conceptualisation du rapport entre savoir et pouvoir autour d’un régime régulatoire des sciences et des techniques. Le cadrage par le droit, la professionnalisation de certaines activités savantes, les effets de la bureaucratisation et la mobilisation de valeurs spécifiques délimitent un ensemble de pratiques scientifiques et techniques déployé par et pour l’État.
La mise à l’épreuve historique de ce schéma théorique permet de signaler, depuis le XVIe siècle, les grandes inflexions d’une science destinée à soutenir et organiser l’action rationnelle du pouvoir.

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. UNE SOCIOLOGIE HISTORIQUE DES CONCEPTS

  1. Marxisme et études sociales des sciences et des techniques

Marx sans Marx ? Lutte des classes et histoire des sciences marxiste des années 1930 aux années 1950

Marx contre Marx ? Les STS et le déterminisme technologique dans les années 1980

Marx sous Marx ? La sociologie de l’environnement

dans les années 1990 et 2000

2. L’insaisissable épistémè : Foucault et les scansions

du savoir

Vie et mort d’un concept : l’épistémè dans l’oeuvre

de Michel Foucault

Un sol structuraliste

La longue portée des premières critiques

Entre croisements impossibles et parentés recherchées

Usages des épistémaï

DEUXIÈME PARTIE. VERS UNE SOCIOLOGIE HISTORIQUE DU GOUVERNEMENT PAR/DE LA SCIENCE

3. Des sciences par et pour le gouvernement

Un régime régulatoire des sciences

Le droit comme matrice

Se disputer des légitimités et des pratiques

La bureaucratie régulatoire

Un réseau de valeurs pour l’action publique

4. L’État et la science

Maîtriser l’espace : frontières, limites, sous-sol

Connaître la population : hygiène et sciences du monde social

Gouverner par la sécurité : normes et guerre

 

Christian Lebailly et Mathieu Bidaux, 50 ans de construction navale en bord de Seine, 2017

Christian Lebailly et Mathieu Bidaux, 50 ans de construction navale en bord de Seine : les ACSM et leur cité-jardin (1917-1966)

L’ouvrage aborde l’histoire des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, entreprise du groupe Worms & Cie.

Libre accès sur le site www.wormsetcie.com où de nombreuses archives sont accessibles également librement.