Archives de catégorie : Séminaires KOYRE

JE Vernis, glaçures, pigments 11 mai 2017

Vernis II

Journée d’étude jeudi 11 Mai 2017

Vernis, glaçures, pigments – II

Techniques et savoir-faire sur la longue durée

Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS/MNHN), Centre de Restauration des Musée de France (C2RMF), Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO) et LIA TrEnamelFC

Dans le cadre du séminaire « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

C2RMF Palais du Louvre – Porte des Lions 14, quai François Mitterrand 75001 Paris

http://c2rmf.fr/informations-pratiques

 

 

12 Janvier- Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe-début XIXe siècle (II) – Théorie, pratique et production

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré

12 janvier 2017

10h00-16h00

Cette séance de séminaire élargie en une journée d’étude co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF) fait suite à celle du 14 janvier 2016

Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe-début XIXe siècle

(II) – Théorie, pratique et production

 

Christine Lehman (Paris Ouest/IREP)  Les lieux d’activité du chimiste Pierre-Joseph Macquer (1718-1784) : Laboratoires et instruments

Danielle Fauque (GHDSO, université Paris Sud, Orsay) Dans le laboratoire de Lavoisier : Du canon de fusil à la caisse pneumatique, ou comment démontrer que l’eau est un corps composé (1785)

Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré) Les premiers laboratoires coloniaux : monstration, production et recherches chimiques pendant l’expédition d’Egypte (1798-1801)

Lieu : Société chimique de France, 250 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

programme-savoirsoperatoires_2016-2017-2

L’expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire 2016-2017

lexperience-des-techniques-programme-2016-2017

L’expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire

Séminaire de M2 et de recherche

Année 2016-2017

 Vendredi, 14h.-17h.

Dates : 14 octobre, 18 novembre, 16 décembre, 20 janvier, 10 février, 24 février, 17 mars, 21 avril.

Lieux : Université Paris Diderot, bâtiment Olympe de Gouges, salle 103 / Université Paris Diderot, bâtiment Condorcet, salle 646A-Mondrian

Séminaire Enjeux politiques et culturels des mises en scène des sciences 2016-2017

seminaire-matap-2016-2017

Enjeux politiques et culturels des mises en scène des sciences

 Séminaire animé par Andrée Bergeron (Universcience, CAK, andree.bergeron@cnrs.fr) et Charlotte Bigg (CNRS, CAK, charlotte.bigg@cnrs.fr)

mensuellement les jeudis après-midi de 14h à 18h, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire du 5e étage

Séminaire Gouverner le progrès et ses dégâts, 2016-2017

programme_2016_2017_gouverner-le-progres-et-ses-degats

Séminaire « Gouverner le progrès et ses dégâts. Histoire et sciences sociales »

du Centre Alexandre Koyré (EHESS, CNRS, Muséum)

 Sara Aguiton (CAK), Stefan Aykut (LISIS), Christophe Bonneuil (CAK), Jean-Baptiste Fressoz (CAK), Dominique Pestre (CAK) et Sezin Topçu (CEMS).

Séminaire mensuel se tenant le mardi de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 (salle de séminaire du 5ème étage)

 

Ateliers Campus Condorcet- La réception au prisme de la reconstitution d’expériences- 6 juilleT


Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

 La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mercredi 6 juillet 2016

De 10h00 à 17h30

Centre Alexandre Koyré

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Séances 5 & 6

La réception au prisme de la reconstitution d’expériences

Dans ces dernières séances on se propose de débattre de la variété des usages de cette pratique en s’attachant à la fois à une approche réflexive et historiographique et à celle des pratiques contemporaines artistiques. Il s’agira par là de réfléchir à la notion de publics, d’acteurs, enfin d’envisager les processus de réception et de participation et les approches sensibles que rendent accessibles les reconstitutions. Les réplications d’expériences scientifiques se sont par exemple plus focalisées sur  les objets et les techniques instrumentales que sur les objets en interaction, la dimension de l’audience mérite d’être interrogée. Cette problématique est à mettre en relation avec  des entreprises menées dans l’histoire des techniques du pré-cinéma et le travail de restitutions menées par les arts vivants, et elle s’articule aussi  avec  des questions relevant de la muséographie (visite virtuelle, supports de médiation patrimoniale etc.).

Accueil

La reconstitution comme processus créatif et participatif

Carsten Wirth (artist based in Berlin) : ‘Painting in the Dark‘,

the camera obscura as an instrument for painting today

Estelle Zhong (Sciences Po Paris)

La reconstitution comme pratique artistique participative : The Battle of Orgreave (2001) de Jeremy Deller.

Aperçu historique et réflexif des usages de la pratique

Isabelle Reverdy-Medelice

Présentation historique de l’expérimentation en archéologie.

Koen Vermeir  (CNRS-SPHERE/Paris7)

Regards historiographiques sur les reconstitutions d’expériences en histoire des sciences et techniques

Nicolas Donin (laboratoire STMS (Ircam-CNRS-UPMC)

Réactivations musicales et artistiques : un aperçu

Discussion générale

 

 Adresse : Centre Alexandre Koyre. Salle de séminaire, 5e étage.

27, rue Damesme, 75013 PARIS – Métro : Tolbiac, Maison blanche

 contacts (inscription gratuite mais nécessaire)

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Mardi 7 juin 2016 – Atelier reconstitution- « La maquette, so what ? »

Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mardi 7 juin 2016

De 9h30à 13h

SPHERE, Paris Diderot Paris7

Attention!   Afin de pouvoir accéder au bâtiment, en raison de vigipirate, l’inscription préalable est obligatoire pour cette séance, avant lundi 6 juin 10h.

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

« La maquette, so what ? »

La fabrication de modèles a été un medium largement utilisé depuis  la Renaissance, notamment en architecture, et pouvant donner lieu à diverse mises en scène d’objets. La maquette a également permis de mettre en œuvre, à échelle réduite, une synthétisation des processus techniques de diverses machines. Ici on s’interrogera tant sur  les modèles anciens que sur les formes virtuelles qui ont connu une vogue privilégiée liée à la patrimonialisation des techniques, et notamment la relation entretenue entre la recherche d’une cohérence extérieure de la maquette 3D en regard des procédés techniques internes.

Table ronde  avec

Alexander Neuwahl (Artes Mechanicae, Florence)

The analysis of ancient machines through the integration of traditional knowledge and modern techniques/ L’analyse des machines anciennes par l’intégration des connaissances traditionnelles et les techniques modernes

Simona Valeriani (V&A/Royal College of Arts)

Architectural models in context: creativity, skill, spectacle.

Florent Laroche (Laboratoire IRCCyN, Ecole Centrale de Nantes)

De la maquette à la maquette virtuelle : quelle représentation ? quels usages ? quelle véracité ? Une déontologie à affirmer…

Michel Cotte (Centre François Viète, Université de Nantes)

Les maquettes virtuelles du patrimoine technique et industriel : retour sur un itinéraire personnel.

Adresse : SPHERE, Paris Diderot Paris7 – Salle 631B-Kandinsky.

Bâtiment Condorcet, bâtiment Annexe B (connecté avec le bâtiment A par des passerelles) , 4, rue Elsa Morante, 75013 PARIS -Métro : Ligne 14, RER C

 Coordination & contacts :

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr ; alain.michel@univ-evry.fr

 

Grands discours et petites machines : les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 9 juin 2016

Sacha Loeve (COSTECH – UTC)

Grands discours et petites machines :

les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

“Les nanotechnologies occupent d’abord l’espace public et médiatique par de grandes promesses. Tous les secteurs industriels se verraient bientôt potentialisés par une maîtrise sans précédent des « briques élémentaires de construction » de la matière. Depuis quinze ans déjà, une énième révolution industrielle est annoncée, assortie d’interminables listes d’applications : matériaux fonctionnels, adaptatifs, dépolluants, plus performants et moins chers, laboratoires sur puce, médicaments ciblés sans effets secondaires, interfaces cerveau-machine, miniaturisation ultime des composants électroniques… Censé libérer tous les possibles, l’accès à la nano-échelle permettrait à l’industrie humaine de vaincre définitivement la résistance de la matière pour édifier un monde obéissant au doigt et à l’œil.

Dans cette intervention, nous ferons le récit de quelques pratiques de laboratoire relevant de trois domaines emblématiques de la posture « nano ». 1) La microscopie en champ proche, qui a permis de générer des images de la matière à l’échelle nanométrique et de nos capacités à en manipuler la structure, appuyé la montée en puissance des nanotechnologies dans les priorités des politiques de recherche, et fait exister le « nanomonde » en images aux yeux du grand public. 2) Les machines moléculaires, qui semblent porteuses d’une artificialisation illimitée de la nature. 3) Les pratiques de calcul et de simulation de nano-objets, qui paraissent effacer toute distinction entre la matière et l’information.

On montrera comment ces pratiques ont pu alimenter les grands discours de maîtrise de la matière sans s’y laisser complètement enrôler, et en quoi les savoirs opératoires des nanotechnologies font entrevoir des rapports à la matière bien plus riches que la simple relation maître-esclave.”

 

Discutant, Emmanuel Bertrand (ESPCI ParisTech/CAK)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

 

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

En juin, le séminaire Femmes et savoirs vous invite à pénétrer les espaces masculins

2 juin :
Valérie Schafer
Des « computer girls » à la masculinisation de l’informatique
Valérie Burgos
Des femmes à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ?
16 juin :
Audrey Millet
Dessiner au féminin. Apprentissage et condition salariale en manufacture (XVIIIe-XIXe siècles).
Pour en savoir plus et nous rejoindre

24 mai-Technology in Early Modern Transoceanic Empires- Maria Portuondo

Mardi 24 mai

 Le groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré,Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

a le plaisir d’accueillir pour une séance spéciale

Maria Portuondo

(Johns Hopkins University, Baltimore) professeure invitée à l’EHESS en mai-juin 2016

Elle présentera la conférence suivante

Technology in Early Modern Transoceanic Empires

EHESS, 105 bld raspail, salle 8

14h-16h

Résumé

This conference discusses the panorama of the historical studies of technology during the early modern era, and in particular, those technologies that were integral to the development and successful establishment of transoceanic empires. It beings with a survey of the state of historical studies on a select technologies: navigation & instrumentation, shipbuilding and design, planning and construction of defenses, urban planning and construction and the development of overland transportations networks. Examples of these will be drawn not just from the Spanish case, but from English and Dutch cases as well. I then present a series of theoretical approaches that have been proven useful in studies of later technologies and propose ways in which these could be brought to bear on technologies of transoceanic empires. Finally, I will argue that this field of study, rooted as it is in material culture and the built environment, must rely on the interdisciplinary collaboration between historians, archeologists, anthropologist, engineers and sociologists of technology.

Vous êtes tous bienvenus

page de Maria Portuondo

http://host.jhu.edu/directory/maria-m-portuondo/

 

Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Jeudi 14 avril 2016-José Ramón Bertomeu-Sánchez-Les savoirs opératoires de la matière-

Prochaine séance du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré, co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF),

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 14 avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence, Espagne/IHMC)

Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

“The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.”

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

1er avril- Les sens dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

Ateliers  du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Vendredi 1er avril 2016, de 14h à 18h

 Séance 1 : Les sens  dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

La reconstitution-Affiche-Campus-CondorcetLa reconstitution in vivo permet de recréer par les conditions matérielles de l’expérience, sans  résoudre toutefois le problème de l’historicité des sens impliqués. Dans le cas du virtuel, la reconstitution des sens constitue souvent une pierre d’achoppement. On se concentrera plus particulièrement sur les sons et les moyens techniques de leur restitution.

Nous accueillerons

Henri Chamoux (LARHRA)

« Cylindres et disques à la Belle Époque : productions et reproductions »

Mélissa Van Drie (Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoine /ARIAS- THALIM, CNRS)

« Écouter l’archive : pour une reconstitution d’une culture auditive du passé »

 Alexandre Vincent (HeRMA/Université de Poitiers)

« Quelques réflexions sur les reconstitutions sonores de l’antiquité : le cas des cornua de Pompéi »

Nelly Poidevin, archetière

Lieu : Cnam, 2 rue conté, 75003 Paris.

salle 37.2.43 (salle des thèses Boris Vian)

voir le programme des séances à venir :

Programme ateliers reconstitution                                                                                      

Plan d’accès Cnam

plan d'accès cnam

17 mars-Judith Rainhorn- Séminaire « Savoirs opératoires de la matière »

Prochaine séance du Séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 jeudi 17 Mars 2016.

Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp)

La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

La perspective adoptée par Judith Rainhorn met en perspective, sur le temps long, l’histoire inachevée des tensions entre un poison industriel et la société humaine qui l’héberge et qui, pendant deux siècles, s’est accommodée de cette cohabitation. Le constat liminaire qui préside à cette enquête est celui-ci : la céruse (ou blanc de plomb), produit reconnu éminemment dangereux pour la santé humaine a, en dépit de cela, été fabriquée, diffusée et très largement utilisée en France pendant près de cent-cinquante ans, de l’aube du XIXe au milieu du XXe siècle, en toute connaissance de cause. Il s’agit par conséquent d’interroger les raisons du maintien durable d’une substance toxique au sein du paysage industriel et sur le marché français et européen, et de questionner les conditions du consentement collectif des acteurs concernés : monde ouvrier au front de la toxicité, industriels entre profit et progrès technique, corps médical constatant les dégâts sanitaires, opinion publique témoin de l’affection, pouvoirs publics confrontés au dilemme entre l’économiquement possible et le sanitairement souhaitable. L’empoisonnement de ceux qui fabriquent, de ceux qui utilisent, voire de ceux qui cohabitent avec le produit, a fait l’objet, pendant deux siècles, d’un consentement quasi général, au regard des mobilisations intermittentes qu’il a suscitées.

Au carrefour de l’histoire sociale du travail industriel, de l’histoire de la santé et des savoirs médicaux, de l’histoire économique d’un secteur industriel et de celle des mobilisations et des politiques publiques en matière de santé ouvrière, l’histoire de l’appropriation du produit témoigne de la construction collective d’un argument technique, destiné à dénier sa dangerosité et à en faire un « poison légal ».

Discutante : Brigitte Van Tiggelen (Mémosciences, Louvain-la-Neuve, & Chemical Heritage Foundation-Europe)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr