Archives de catégorie : Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

Séminaire « Enseigner l’invention » – 18 déc. 2014 Collections et musées dans l’enseignement

 Séminaire « Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques »

Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

mai 2014 – décembre 2014

Jeudi 18 décembre 2014 – INHA – 1er étage – salle AVD – 14h-17h

Collections et musées dans l’enseignement

Présidence : Estelle Thibault (ENSA Paris Belleville, UMR AUSser)

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris)

La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Répondant: Renaud d’Enfert (université de Cergy-Pontoise)

 

 

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Unique par la constitution de ses collections et les conditions de sa création, le musée Napoléon III, au palais de l’Industrie puis au Louvre, est représentatif des expérimentations et des réflexions muséographiques qui traversent les musées durant le Second Empire. Il est également l’expression de la volonté politique de Napoléon III d’une éducation élargie au plus grand nombre, et des affrontements qui existent dans les cercles du pouvoir au sujet d’une action culturelle bégayante. Cette intervention s’interrogera notamment sur la présentation pionnière du musée qui cherchait à offrir aux visiteurs, artistes et ouvriers des industries d’art, de nouveaux modèles et à les confronter aux civilisations étrangères à travers l’évolution des formes artistiques.

 

Arnaud Bertinet est maître de conférences à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été post-doctorant au sein du Labex CAP à l’INP et à l’INHA, pour le projet « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût, 1870-1940 » et à l’université François-Rabelais de Tours dans le cadre du programme ANR-DFG ArtTransForm. Auteur d’une thèse « La politique artistique du Second Empire : l’institution muséale sous Napoléon III », qui sera bientôt publiée chez Mare & Martin sous le titre « Les musées de Napoléon III, une institution pour les arts », ses recherches portent sur l’histoire des musées, des institutions artistiques et du patrimoine en Europe. Parmi ses publications récentes : « From Model Museum to the fear of the Uhlan, Museums’ Relations between France and Germany during the Second French Empire », Savoy, Bénédicte, Meyer, Andrea (dir.), The Museum is open. Towards a Transnational History of Museums 1750-1940, Berlin 2013 ; « Le décor sculpté des musées français, les figures d’artistes », Bonnet, Alain, Jagot, Hélène (dir.), L’Artiste en représentation, cat. exp. Musée de la Roche sur Yon 2012 ; « Les fondations de musées locaux sous le Second Empire : l’exemplaire M. Jubinal », Histo.Art. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire de l’art, n°4, Paris, PUS, 2012.

 

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris), La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Cette intervention s’intéressera aux collections de maquettes de systèmes fortifiés réalisées entre 1795 et 1898 par la galerie des plans-reliefs. Créée à la fin du XVIIe siècle, cette dernière était un service du Dépôt des fortifications du département de la Guerre. Parallèlement à la fabrication des plans-reliefs des places fortes françaises, la galerie des plans-reliefs a accompagné le Comité des fortifications tout au long du XIXe siècle dans sa volonté d’améliorer l’instruction des élèves ingénieurs, puis celle des élèves des différents corps d’armée. La galerie a ainsi été sollicitée par le Comité des fortifications pour fabriquer des maquettes d’étude afin de rendre plus intelligibles les savoirs dispensés sur la fortification et sur les méthodes de défense et d’attaque des sites fortifiés. Deux grandes collections de maquettes d’étude ont ainsi été produites afin d’être diffusées à l’échelle territoriale dans les établissements d’enseignement militaires : l’une, née en 1823, avait pour objectif d’enseigner l’histoire de l’évolution des fortifications en Europe depuis le début du XVIIe siècle, l’autre, créée à partir de 1876, devait offrir aux élèves une connaissance pratique des systèmes fortifiés en usage en France et en Europe dans le dernier tiers du XIXe siècle.

 

Isabelle Warmoes est historienne de l’architecture, spécialisée dans l’étude du patrimoine militaire. Elle est ingénieur d’études au musée des Plans-reliefs. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la fortification (XVIe-XIXe siècles), les ingénieurs militaires, l’histoire de la cartographie, les plans-reliefs. Elle enseigne l’histoire de la fortification à l’Ecole du Louvre dans le cadre du cours de spécialité  « Patrimoine et archéologie militaires ». Membre de la Commission Histoire du Comité français de cartographie. Parmis ses publications récentes : Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes (dir.), Les savoirs de l’ingénieur militaire. Manuels, cours et cahiers d’exercices (1751-1914) », Actes des 5e journées d’études du Musée des plans-reliefs, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des patrimoines, Musée des Plans-reliefs, 2013 ; Christian Corvisier et Isabelle Warmoes, « L’art de fortifier de Vauban. Normalisation de la fortification bastionnée et réminiscences des formes médiévales », Thierry Martin et Michèle Virol (dir.), Vauban, architecte de la modernité ? Les Cahiers de la MSHE Ledoux, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 101-134 ; « La rationalisation de la production cartographique à grande échelle au temps de Vauban », Le Monde des cartes, revue du Comité français de cartographie, n°195, mars 2008, p. 55-66.

Learning by doing – 18 sept. 2014

                               Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

Organisé par

Guy Lambert (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, UMR AUSser),

Eléonore Marantz (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, HiCSA),

Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette, UMR AUSser),

Nadia Podzemskaia (Centre de recherche sur les arts et le langage (CNRS-EHESS)

Estelle Thibault (ENSA Paris Belleville, UMR AUSser)

Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

mai 2014 – décembre 2014

Jeudi 18 septembre 2014 – INHA – 1er étage – salle AVD – 14h-17h

Learning by doing

Présidence : Valérie Nègre

– Caroline Maniaque (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais),

L’enseignement de l’architecture plein air 1960-1970

– Eléonore Marantz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La formation continue des architectes. Les Ateliers d’été d’architecture de l’UPAU (Université permanente d’architecture et d’urbanisme)

Répondants : Virginie Picon-Lebfevre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Belleville) et Jean-Louis Violeau (ENSA Paris-Malaquais)

– Caroline Maniaque (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais),

L’enseignement de l’architecture plein air 1960-1970

La sensibilité contre-culturelle qui se développe au cours des années 1960 aura une influence marquante sur les lieux de l’enseignement, aux Etats-Unis comme en Europe, ainsi que, dans une moindre mesure, sur les pratiques constructives. L’idée, par exemple, qu’au lieu de concevoir des bâtiments en plans et coupes, les apprentis-architectes veuillent ou puissent être encouragés à construire des prototypes à l’échelle grandeur ou encore réalisent des bâtiments qui puissent être utiles au voisinage, devient de plus en plus importante. Quelques-unes de ces expériences d’apprentissage « Learning by doing/Learning by building » – à l’université de Yale ou encore à l’université de Californie, Berkeley – serviront d’exemples pour interroger l’engouement pour l’expérience constructive à l’échelle 1.

Caroline Maniaque, architecte et historienne, docteur de l’université de Paris VIII, enseigne l’histoire de l’architecture à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais. Elle est membre du laboratoire IPRAUS/Umr Ausser. Elle a été invitée comme chercheure au Centre canadien de l’architecture à Montréal, ainsi qu’au Center for Advanced Study in the Visual Art (CASVA), National Gallery of Art, Washington. Elle est l’auteure de Le Corbusier et les Maisons Jaoul (2005) et French Encounters with the American Counterculture (Ashgate, 2011) publié en français  sous le titre Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture (Parenthèses, 2014).

– Eléonore Marantz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La formation continue des architectes. Les Ateliers d’été d’architecture de l’UPAU (Université permanente d’architecture et d’urbanisme)

En France, la création d’universités permanentes d’architecture et d’urbanisme (UPAU) au cours des années 1960 témoigne de la façon dont des professionnels de l’architecture vont, par la voie de la formation continue, investir le champ de leurs propres pratiques, les questionner et essayer de les renouveler. Au-delà, ce mouvement – qui fut très bref (1960-1968) et relativement confidentiel – a contribué à amorcer une transformation de l’enseignement de l’architecture. Parmi les UPAU les plus actives figure celle de la région Provence Alpes Côte-d’Azur, créée en 1965 à l’initiative de Gilbert Bonnardel, Max Graveleau, André Liotard et Paul Quintrand qui en fut le principal animateur. Ce dernier est notamment à l’origine de trois ateliers d’été, qui en 1965, 1966 et 1967, réunissent à Aix-en-Provence des étudiants en architecture, des praticiens, des artistes et des universitaires de toutes disciplines. Ces rencontres donnent lieu à des expériences collectives d’apprentissage particulièrement intéressantes à interroger.

Eléonore Marantz est historienne de l’architecture, maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’HiCSA. Ses travaux portent l’architecture du XXe siècle qu’elle a notamment étudié au prisme de l’intense activité constructive dans la région PACA (Arles contemporaine, 2012). Elle s’intéresse particulièrement aux cadres et aux formes de l’architecture publique (programme de recherche en cours sur les architectures universitaires) et à l’enseignement de l’architecture. La présente communication s’appuie sur les travaux qu’elle a conduit sur l’architecture Paul Quintrand (Paul Quintrand, une expérimentation entre recherche et projet, à paraître à l’automne 2014).

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

                               Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

Organisé par

Guy Lambert (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, UMR AUSser),

Eléonore Marantz (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, HiCSA),

Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette, UMR AUSser),

Nadia Podzemskaia (Centre de recherche sur les arts et le langage (CNRS-EHESS)

Estelle Thibault (ENSA Paris Belleville, UMR AUSser)

Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

mai 2014 – décembre 2014

L’objet du séminaire est de saisir, à travers les méthodes et les supports pédagogiques, les processus d’invention et de création en eux-mêmes. L’hypothèse principale étant que l’enseignement est un terrain privilégié d’étude de l’invention et de la création, parce qu’il est le lieu où les pratiques, les méthodes et les modèles inventifs sont explicités pour réaliser l’objectif de transmission, mais aussi parce qu’il permet de saisir ces processus dans leur double dimension individuelle et collective.

Le parti fort du programme consiste à confronter différentes manières d’enseigner « le projet »  dans le domaine technique et dans le domaine artistique. Ce séminaire est donc d’abord un point de rencontre, en termes de problématiques et de méthodes, entre des chercheurs travaillant sur les procédés heuristiques propres aux enseignements artistiques et aux enseignements techniques. Ce séminaire a aussi pour spécificité de réunir des praticiens actifs dans les différents domaines étudiés : architectes, designers, restaurateurs, conservateurs, enseignants en leur offrant la place de répondants.

 

 

 

Calendrier général

– Jeudi 22 mai 2014 (9h30-13h. INHA– Université Paris I. Salle AVD)

Conventions, normalisation, codifications des processus de création.

Jeudi 5 Juin 2014 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

Les lieux de l’invention : l’expérimentation dans l’enseignement

– Jeudi 18 septembre 2014 (14h-17h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

Learning by doing

– Jeudi 16 octobre 2014 (14h-17h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

Oralité, création et invention : la figure du professeur

Jeudi 13 novembre 2014 (14h-17h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

L’enseignement et ses supports

Jeudi 18 décembre 2014 (14h-17h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

Collections et musée dans l’enseignement

Jeudi 18 septembre 2014 – INHA – 1er étage – salle AVD – 14h-17h

Learning by doing

Présidence : Valérie Nègre

– Caroline Maniaque (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais),

L’enseignement de l’architecture plein air 1960-1970

– Eléonore Marantz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La formation continue des architectes. Les Ateliers d’été d’architecture de l’UPAU (Université permanente d’architecture et d’urbanisme)

Répondants : Virginie Picon-Lebfevre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Belleville) et Jean-Louis Violeau (ENSA Paris-Malaquais)

– Caroline Maniaque (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais),

L’enseignement de l’architecture plein air 1960-1970

La sensibilité contre-culturelle qui se développe au cours des années 1960 aura une influence marquante sur les lieux de l’enseignement, aux Etats-Unis comme en Europe, ainsi que, dans une moindre mesure, sur les pratiques constructives. L’idée, par exemple, qu’au lieu de concevoir des bâtiments en plans et coupes, les apprentis-architectes veuillent ou puissent être encouragés à construire des prototypes à l’échelle grandeur ou encore réalisent des bâtiments qui puissent être utiles au voisinage, devient de plus en plus importante. Quelques-unes de ces expériences d’apprentissage « Learning by doing/Learning by building » – à l’université de Yale ou encore à l’université de Californie, Berkeley – serviront d’exemples pour interroger l’engouement pour l’expérience constructive à l’échelle 1.

Caroline Maniaque, architecte et historienne, docteur de l’université de Paris VIII, enseigne l’histoire de l’architecture à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais. Elle est membre du laboratoire IPRAUS/Umr Ausser. Elle a été invitée comme chercheure au Centre canadien de l’architecture à Montréal, ainsi qu’au Center for Advanced Study in the Visual Art (CASVA), National Gallery of Art, Washington. Elle est l’auteure de Le Corbusier et les Maisons Jaoul (2005) et French Encounters with the American Counterculture (Ashgate, 2011) publié en français  sous le titre Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture (Parenthèses, 2014).

– Eléonore Marantz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La formation continue des architectes. Les Ateliers d’été d’architecture de l’UPAU (Université permanente d’architecture et d’urbanisme)

En France, la création d’universités permanentes d’architecture et d’urbanisme (UPAU) au cours des années 1960 témoigne de la façon dont des professionnels de l’architecture vont, par la voie de la formation continue, investir le champ de leurs propres pratiques, les questionner et essayer de les renouveler. Au-delà, ce mouvement – qui fut très bref (1960-1968) et relativement confidentiel – a contribué à amorcer une transformation de l’enseignement de l’architecture. Parmi les UPAU les plus actives figure celle de la région Provence Alpes Côte-d’Azur, créée en 1965 à l’initiative de Gilbert Bonnardel, Max Graveleau, André Liotard et Paul Quintrand qui en fut le principal animateur. Ce dernier est notamment à l’origine de trois ateliers d’été, qui en 1965, 1966 et 1967, réunissent à Aix-en-Provence des étudiants en architecture, des praticiens, des artistes et des universitaires de toutes disciplines. Ces rencontres donnent lieu à des expériences collectives d’apprentissage particulièrement intéressantes à interroger.

Eléonore Marantz est historienne de l’architecture, maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’HiCSA. Ses travaux portent l’architecture du XXe siècle qu’elle a notamment étudié au prisme de l’intense activité constructive dans la région PACA (Arles contemporaine, 2012). Elle s’intéresse particulièrement aux cadres et aux formes de l’architecture publique (programme de recherche en cours sur les architectures universitaires) et à l’enseignement de l’architecture. La présente communication s’appuie sur les travaux qu’elle a conduit sur l’architecture Paul Quintrand (Paul Quintrand, une expérimentation entre recherche et projet, à paraître à l’automne 2014).