Archives de catégorie : Séminaires extérieurs

Séminaire Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques – 4 et 18 mai 2015

Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/88/

EHESS, Bâtiment le France, 190 av de France, Paris 13è, RdC, Salle 2

Eunhye Kim, postdoctorante à l’Université Paris-DiderotGeneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études à l’EHESS

4 mai  2015 : EXCEPTIONNELLEMENT, 2 SEANCES :

de 11 h à13 h : Geneviève Massard-Guilbaud « Autour du livre de Stanley Jevons The Coal Question, 1865 »
et
de 14 h à 17 h : Aline Durand, professeure d’archéologie et d’histoire de Moyen-Âge à l’université du Maine, « Artisanats du feu et gestion des ressources ligneuses au Moyen Âge »

18 mai de 14 h à 17 h : Alain Nadaï, directeur de recherche au CNRS, économiste de l’environnement, « Les territoires de l’éolien »

26 mars 2015 au CNAM- Les mobilités maritimes-

Séminaire Passé-Présent-Mobilité : « les mobilités maritimes« 
 26 mars 2015 au CNAM, 292 Rue Saint-Martin, 75003 Paris.
Cette séance se fera en deux parties:
Dès 13h30 : visite de la galerie des transports du CNAM avec présentation par Mathieu Flonneau : « Un Panthéon, un Louvre et une Sorbonne des techniques ».
Rendez-vous devant le pendule de Foucault dans la chapelle, gratuit sur présentation de la carte d’étudiant.
Puis à la salle de commission du CNAM de 14h à 17h ‎2 rue Conté, au premier étage, interviendrons :
Yves Winkin, Musée du CNAM, « Chargé de mission Stratégie auprès de l’Administrateur général du Cnam »

Anne Conchon, maitre de conférences Paris 1 Panthéon-Sorbonne « Transports en eau douce : les patrimoines fluviaux »
Vincent Guigueno, conservateur en chef du patrimoine, ministère de l’Ecologie, « Du patrimoine naval au patrimoine maritime: acteurs, institutions, pratiques »

Contact  : Etienne Faugier-Association Passé-Présent-Mobilité (P²M) http://www.ap2m.org/

Séminaire : Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois – Séance Japon

Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois (C. Bodolec, M. Bussotti, F. Obringer)

Séance double consacrée au Japon : 12 mars 2015, 10h-13h,  EHESS, 190-198 av. de France (Salle 681 Elisabeth Allès)

ALEKSANDRA KOBILJSKI (Chercheuse associée, Centre Japon, UMR 8173 CCJ EHESS)

« Shipload of distinguished engineers »: Engineering internationalism and the 1929 World Engineering Congress in Tokyo

 The nineteenth-century witnessed and was marked by the emergence of a set of discrete, though interre- lated networks of expertise. By the turn of the twentieth century, despite national specificities, professional groups on different continents started increasingly resembling one another, were subject to similar kinds of pres- sures, and held similar aspirations. This presentation uses World Engineering Congress in Tokyo in 1929 as site to explore the intersections between the project of engineering as envisioned by the US and the emergence of engineering as a socio-professional category in modern Japan. Exceptional even in the context of the 1920s spree of bilateral and transnational professional meetings, the Tokyo engineering congress was held on an unprece- dented scale. It took place over a period of two weeks in the fall of 1929 and attracted some 3500 participants representing 43 countries. For a significant portion of foreign participants, the travel to Japan alone took more time than the duration of the conference itself. Yet, because it ostensibly failed in its pronounced goals, the con- gress remains a neglected episode in history of engineering in modern Japan. Opening on the day of the Wall Street crash which will lead to the Great Depression, the meeting could be seen as the last gasp of Wilsonian- style internationalism before Japan’s engineers became willing architect of empire’s expansion into Manchu- ria after 1931. Leaving aside the question ‘success and failure’ and using diary notes of participants, this presen- tation examines the event in terms of how it was lived by some of its delegates.

Continuer la lecture de Séminaire : Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois – Séance Japon

Séminaire « Histoire de l’Informatique », Sacha Krakowiak, Cnam, 20 janv. 2015

Séminaire « Histoire de l’Informatique », 22 janvier 2015 Cnam

Sacha Krakowiak, « Quelques aspects de l’histoire des systèmes d’exploitation »

Cet exposé retrace l’évolution des systèmes d’exploitation des ordinateurs, à travers les différentes phases de leur histoire. On examinera notamment l’évolution parallèle des avancées conceptuelles (synchronisation, désignation, gestion de l’information, virtualisation, sécurité) et des aspects techniques (traitement par lots, temps partagé, micro-noyaux, systèmes répartis).

www.musee-informatique-numerique.fr

Séminaire « Enseigner l’invention » – 18 déc. 2014 Collections et musées dans l’enseignement

 Séminaire « Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques »

Institut National d’Histoire de l’Art – Université Paris I, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

mai 2014 – décembre 2014

Jeudi 18 décembre 2014 – INHA – 1er étage – salle AVD – 14h-17h

Collections et musées dans l’enseignement

Présidence : Estelle Thibault (ENSA Paris Belleville, UMR AUSser)

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris)

La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Répondant: Renaud d’Enfert (université de Cergy-Pontoise)

 

 

– Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La question du musée d’art industriel et de la formation des ouvriers et artistes sous le Second Empire : le cas du musée Napoléon III

Unique par la constitution de ses collections et les conditions de sa création, le musée Napoléon III, au palais de l’Industrie puis au Louvre, est représentatif des expérimentations et des réflexions muséographiques qui traversent les musées durant le Second Empire. Il est également l’expression de la volonté politique de Napoléon III d’une éducation élargie au plus grand nombre, et des affrontements qui existent dans les cercles du pouvoir au sujet d’une action culturelle bégayante. Cette intervention s’interrogera notamment sur la présentation pionnière du musée qui cherchait à offrir aux visiteurs, artistes et ouvriers des industries d’art, de nouveaux modèles et à les confronter aux civilisations étrangères à travers l’évolution des formes artistiques.

 

Arnaud Bertinet est maître de conférences à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été post-doctorant au sein du Labex CAP à l’INP et à l’INHA, pour le projet « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût, 1870-1940 » et à l’université François-Rabelais de Tours dans le cadre du programme ANR-DFG ArtTransForm. Auteur d’une thèse « La politique artistique du Second Empire : l’institution muséale sous Napoléon III », qui sera bientôt publiée chez Mare & Martin sous le titre « Les musées de Napoléon III, une institution pour les arts », ses recherches portent sur l’histoire des musées, des institutions artistiques et du patrimoine en Europe. Parmi ses publications récentes : « From Model Museum to the fear of the Uhlan, Museums’ Relations between France and Germany during the Second French Empire », Savoy, Bénédicte, Meyer, Andrea (dir.), The Museum is open. Towards a Transnational History of Museums 1750-1940, Berlin 2013 ; « Le décor sculpté des musées français, les figures d’artistes », Bonnet, Alain, Jagot, Hélène (dir.), L’Artiste en représentation, cat. exp. Musée de la Roche sur Yon 2012 ; « Les fondations de musées locaux sous le Second Empire : l’exemplaire M. Jubinal », Histo.Art. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire de l’art, n°4, Paris, PUS, 2012.

 

Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris), La création de collections de maquettes d’étude comme supports d’enseignement de l’art de la fortification dans les écoles militaires (1795-1898)

Cette intervention s’intéressera aux collections de maquettes de systèmes fortifiés réalisées entre 1795 et 1898 par la galerie des plans-reliefs. Créée à la fin du XVIIe siècle, cette dernière était un service du Dépôt des fortifications du département de la Guerre. Parallèlement à la fabrication des plans-reliefs des places fortes françaises, la galerie des plans-reliefs a accompagné le Comité des fortifications tout au long du XIXe siècle dans sa volonté d’améliorer l’instruction des élèves ingénieurs, puis celle des élèves des différents corps d’armée. La galerie a ainsi été sollicitée par le Comité des fortifications pour fabriquer des maquettes d’étude afin de rendre plus intelligibles les savoirs dispensés sur la fortification et sur les méthodes de défense et d’attaque des sites fortifiés. Deux grandes collections de maquettes d’étude ont ainsi été produites afin d’être diffusées à l’échelle territoriale dans les établissements d’enseignement militaires : l’une, née en 1823, avait pour objectif d’enseigner l’histoire de l’évolution des fortifications en Europe depuis le début du XVIIe siècle, l’autre, créée à partir de 1876, devait offrir aux élèves une connaissance pratique des systèmes fortifiés en usage en France et en Europe dans le dernier tiers du XIXe siècle.

 

Isabelle Warmoes est historienne de l’architecture, spécialisée dans l’étude du patrimoine militaire. Elle est ingénieur d’études au musée des Plans-reliefs. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la fortification (XVIe-XIXe siècles), les ingénieurs militaires, l’histoire de la cartographie, les plans-reliefs. Elle enseigne l’histoire de la fortification à l’Ecole du Louvre dans le cadre du cours de spécialité  « Patrimoine et archéologie militaires ». Membre de la Commission Histoire du Comité français de cartographie. Parmis ses publications récentes : Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes (dir.), Les savoirs de l’ingénieur militaire. Manuels, cours et cahiers d’exercices (1751-1914) », Actes des 5e journées d’études du Musée des plans-reliefs, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des patrimoines, Musée des Plans-reliefs, 2013 ; Christian Corvisier et Isabelle Warmoes, « L’art de fortifier de Vauban. Normalisation de la fortification bastionnée et réminiscences des formes médiévales », Thierry Martin et Michèle Virol (dir.), Vauban, architecte de la modernité ? Les Cahiers de la MSHE Ledoux, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 101-134 ; « La rationalisation de la production cartographique à grande échelle au temps de Vauban », Le Monde des cartes, revue du Comité français de cartographie, n°195, mars 2008, p. 55-66.

Séminaire Guerre et Environnement au XXe siècle


Séminaire

Guerre et Environnement au XXe siècle: perspectives historiques

2ème mercredi du mois de 15 h à 17 h, du 14 janvier au 10 juin 2015

EHESS, 190-198 avenue de France 75013 Paris, salle 2 (RdC)

Contact organisateur: Fabien Locher flocher@ehess.fr

Les interactions entre guerre et environnement ont constitué au XXe siècle, et constituent toujours aujourd’hui, un opérateur majeur de transformation de la biosphère et des liens Nature/Société. Les deux guerres mondiales, les affrontements de la guerre froide et de la décolonisation ont suscité des destructions environnementales à grande échelle. La préparation des conflits, et notamment la mise au point, le test et la production des armements, a produit des effets non moins massifs. Songeons simplement à l’héritage d’un demi-siècle de nucléaire militaire, avec son archipel de zones contaminées, du Nevada aux îles Bikini, de Mururoa à l’Asie centrale post-soviétique.

L’histoire a un rôle fondamental à jouer dans la réflexion sur les interactions entre guerre et environnement. D’abord, en raison de cet héritage écologique qui sera avec nous pour les décennies, les siècles, les millénaires à venir, et que l’histoire seule peut nous permettre d’appréhender. Mais aussi parce qu’il nous faut analyser les processus de co-transformation qui ont affecté, sur la longue durée, pratiques et discours militaires et rapport à la biosphère ; parce que l’impératif de réflexivité vis-à-vis des discours environnementaux doit nous amener à un effort généalogique où se révèlent leurs liens aux enjeux militaires et géopolitiques de la guerre froide ; parce qu’enfin l’expérience historique peut nous fournir des leçons – toujours à contextualiser et à critiquer, mais les seules dont nous pourrons jamais disposer – pour penser les situations qui engageront, dans le futur, crises environnementales et montée des conflictualités.

Ce sont les objectifs de ce séminaire, organisé pour la 3e année en 2014-2015, et qui bénéficie du soutien financier du réseau R2DS de la région Ile-de-France.

Mercredi 14 janvier 2015 :
Chris Pearson (University of Liverpool)
A very large military camp?: The environmental militarization of postwar France

Mercredi 11 février 2015:
Razmig Keucheyan (Université Paris-IV)
« Spécialistes du chaos », ou la nouvelle écologie militaire

Mercredi 11 mars 2015:
Marianna Dudley (Bristol University)
Shades of Green: the Development of Military Environmentalism in the UK

Mercredi 8 avril 2015:
Pierre-Marie Terral (Université Paul-Valéry Montpellier III)
Le blé fait vivre, les armes font mourir » : La lutte du Larzac: dix ans de protestation contre l’extension du camp militaire (1971-1981)

Mercredi 13 mai 2015:
Kurk Dorsey (University of New Hampshire)
en cours

Mercredi 10 juin 2015:
Matthias Heymann (Aarhus University)
Controlling arctic environments: The Cold War and U.S. military strategy in Greenland

 

 

 

 

 

Séminaire L’OFFRE LOCALE D’ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE 2014-2015

SÉMINAIRE

L’OFFRE LOCALE D’ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE
APPROCHES DISCIPLINAIRES (XIXe-XXe SIÈCLE)

Université Paris Sud, Faculté de sciences d’Orsay
Bâtiment 338 — 9h45-12h30

Ce séminaire est organisée par le Groupe d’Histoire et Diffusion des Sciences d’Orsay (EST-EA 1610) avec le soutien du projet ISIS Paris-Saclay

Contact : virginie.fonteneau@u-psud.fr ; renaud.denfert@u-cergy.fr
Accès : RER B, direction de St-Rémy-les-Chevreuse, station Bures-sur-Yvette
Plan : http://www.sciences.u-psud.fr/fr/plan_du_campus.html

Ce séminaire a pour objectif d’aborder l’histoire de la circulation et de la transmission des savoirs scientifiques et techniques du point de vue de l’« offre locale » d’enseignement. Considérant qu’il existe des interdépendances entre les diverses institutions d’enseignement présentes sur un territoire donné, il se propose d’étudier, selon une approche essentiellement disciplinaire (les mathématiques, la chimie, la comptabilité, etc.), la façon dont les individus, leurs savoirs, leurs pratiques, circulent au sein du système local d’enseignement scientifique et technique ainsi formé ainsi qu’à l’extérieur de celui-ci.

PROGRAMME 2014-2015

Mardi 14 octobre 2014 – bâtiment 338, salle 108

Adrian Rice (University of Oxford) : « Mathematics in the Metropolis: A Survey of Victorian London »
Renaud d’Enfert (Université de Cergy-Pontoise) : « L’offre locale d’enseignement mathématique : Troyes et Saint-Étienne dans la première moitié du XIXe siècle »

Mardi 25 novembre 2014 – bâtiment 338, salle 100

Olivier Bruneau (Université de Lorraine) : « Quelles places ont les mathématiques à Metz au tournant du XIXe siècle ? »
Norbert Verdier (Université Paris Sud) : « Mathématiques et librairies au XIXe siècle : le cas messin »

Mardi 27 janvier 2015 – bâtiment 338, salle 100

Stéphane Lembré (ESPE Lille Nord de France) : « L’enseignement de la géographie commerciale : quelles configurations locales ? (fin XIXe – première moitié du XXe siècle) »
Laure Pellet (Université Paris Sud) : « Une approche locale de l’enseignement des sciences physiques dans l’enseignement moyen masculin : le cas du département de l’Hérault, 1900-1920 »

Mardi 10 mars 2015 – bâtiment 338, salle 100

Marianne Thivend (Université Lyon 2) : « Former à la comptabilité. Acteurs, institutions et enjeux de la mise en place d’une offre locale de formation à Lyon dans la seconde moitié du XIXe siècle »
André Grelon (EHESS) : « La naissance de l’enseignement catholique à Lille, 1870-1900 »

Mardi 14 avril 2015 – bâtiment 338, salle 100

Anne Bidois (Université de Rouen) : « L’offre locale d’enseignement scientifique et technique à Angers au XIXe siècle »
– Pierre Mounier-Kuhn (CNRS) : « Le développement de l’informatique à Paris, Lille et Orsay »

Mardi 5 mai 2015 – bâtiment 338, salle 100

Caroline Barrera (Université de Toulouse Jean Jaurès) : « Enseignants et sociétés savantes : le cas de Toulouse, 1793-1870 »
Virginie Fonteneau (Université Paris Sud) : « L’offre locale d’enseignement de la chimie au XIXe siècle à Lyon »