Archives de catégorie : Séminaires extérieurs

Atelier Internet

Atelier Internet

ENSENSSIBCIPH

Éric Guichard, équipe Réseaux, Savoirs & Territoires

2013-2014

L’Atelier Internet est un séminaire fondé en 1995 à l’ENS (rue d’Ulm) par Éric Guichard.
Il a son pendant lyonnais depuis 2006 (à l’ENSSIB): l’AIL (Atelier Internet Lyonnais).

 

Avec la participation de Pierre-Antoine Chardel, Henri Desbois, Christine Ducourtieux, Andrew Feenberg, Eric Guichard, Stéphane Lamassé, Vassili Rivron, Philippe Rygiel.

 

 

Plus d’informations à l’URL http://barthes.ens.fr/atelier/

Les deux séminaires sont ouverts à tous.
Pour s’inscrire, contacter Eric point Guichard at ens point fr (ou at enssib point fr).

  • PARIS
    Les prochaines séances de l’Atelier Internet (à Paris) se tiendront les vendredis 14, 21 et 28 février, 7, 14 et 28 mars, 4 avril et 16 mai 2014.Elles auront lieu à l’Ens-Ulm (45, rue d’Ulm, 75005 Paris), en salle U/V (département de mathématiques et applications, au fond de la cour Pasteur, 2e sous-sol), de 17h à 19h30, sauf le 28 mars (salle W, 3e étage).

    Le programme qui suit est provisoire. Notamment, les dates et titres des exposés sont susceptibles d’être modifiés.
    Les premières séances permettent de caler le séminaire, en précisant sa perspective épistémologique.

    • 14 février. Éric Guichard. L’écriture comme clé d’analyse de l’internet. Artisanat et industrie de l’écrit. Évolution des professions intellectuelles. Épistémologies des SHS.
    • 21 février. Éric Guichard. Relations entre écriture et technique. Dimensions techniques et sociales de l’activité intellectuelle. La question de l’interprétation. Culture de l’écrit, proximités entre technique et culture. L’inséparabilité de la technique et des discours à son sujet.
    • 28 février. Éric Guichard. Quels enseignements, de la maternelle à l’Université, qui intègrent méthodes, savoirs, savoir-faire et théorie critique, en lien avec les formes contemporaines d’écriture?
    • 7 mars. Vassili Rivron. Médias sociaux et affirmation ethnique en Afrique Centrale: des techniques intellectuelles entre objectivation et mutation culturelle.
    • 14 mars. Henri Desbois. Géographies actuelles et virtuelles de l’internet: L’Etat et la carte à l’ère de Google Earth.
    • 28 mars. Christine Ducourtieux et Stéphane Lamassé, introduits par Philippe Rygiel. Littératie contemporaine des historiens.
    • 4 avril. Andrew Feenberg. Présentation de son dernier ouvrage, Pour une théorie critique de la technique (Lux éditeur, mars 2014). Discutant: Pierre-Antoine Chardel.Séance co-organisée avec le LAboratoire «Sens et COmpréhension du monde contemporain» (LASCO, Université Paris-Descartes / Institut Mines-Telecom).
    • 16 mai. Bilan et perspectives.
  • LYON
    Les séances de l’Atelier Internet Lyonnais (AIL, à Lyon) se sont tenues les mercredis 27 novembre, vendredi 13 décembre (à 14h), mercredis 18 décembre 2013, 8, 15 et 24 janvier 2014, de 17h à 19h30 (sauf les 13 décembre et 24 janvier), à l’Enssib (17 Bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne).À la demande des participants, des séances exceptionnelles se tiendront entre février et juin 2014.
    Dates et thèmes seront précisés ultérieurement.

    • 27 novembre: Introduction et projets de l’année. Éric Guichard
    • Vendredi 13 décembre 14h: Mettre la lumière en boîte: pourquoi la photographie est devenue numérique. Gérard Berry, Professeur au Collège de France
    • 18 décembre: Mise en place des ateliers et groupes de travail, avec échanges théoriques et pratiques. Éric Guichard.
    • 8 janvier: Débat informel sur les groupes lyonnais impliqués dans les Fablabs, Hackerspaces et Medialabs.
    • 15 janvier: Construire un laboratoire de l’éducation (au) numérique, en ou hors l’Université. Éric Guichard. Salle 026-027.
    • 24 janvier. Journée d’étude Cartographies numériques, géographies du numérique (10h30-18h, amphithéâtre).
  • LYON et PARIS
    Trois manifestations furent communes aux deux séminaires:

 


Présentation 2013-2014

L’Atelier Internet s’appuie sur une théorie forte: l’écriture est une technique essentielle à l’activité intellectuelle et l’internet en est la version contemporaine: une écriture informatique et en réseau. L’écriture est aussi une technique souvent contraignante, dans la mesure où son efficacité ne peut se déployer qu’une fois stabilisée une culture de l’écrit: un ensemble de pratiques collectives, de méthodes, inventées, héritées ou adaptées, qui garantissent l’interprétation. La culture numérique n’est alors que le pendant contemporain de la culture de l’écrit.

En cela, le séminaire s’attache dans ses versions lyonnaise comme parisienne à relier les pratiques savantes du passé et du présent, en insistant sur leur rapport à l’écriture. Il participe d’une déconstruction des discours attachés à l’internet (l’utilisateur, la communauté, les usages, les promesses du futur, le numérique, etc.) tout en conjuguant études fines de pratiques en étroits collectifs, métrologie et géographie de l’internet, suivi (ou création) d’outils intellectuels inédits, analyses épistémologiques et philosophiques.

L’étude attentive des savoirs et savoir-faire liés aux écritures du passé et d’aujourd’hui, qui renvoie aux relations entre littératie, méthodes, culture et technique, permettra aussi aux participants de l’Atelier Internet de réfléchir aux possibilités de construction de la culture numérique via les institutions éducatives (école, lycée, Université). Ce qui permettra de prolonger et d’approfondir les questions d’éducation au sens large en relation avec l’outillage mental contemporain et avec la variété de ses producteurs, relayeurs, et plus largement médiateurs.

Séminaire ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE – 20 mars 2014

Séminaire

ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE :

GOTTFRIED SEMPER ET LES DÉBUTS D’UNE SCIENCE DES ARTEFACTS

Caroline van Eck (Université de Leyde), Patricia Falguières (EHESS), Odile Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI), Philippe Sénéchal (INHA).

Ehess, Musée Des Arts Décoratifs, Ensci, Inha, Université De Leyde.

Jeudi 20 mars 2014 à 18h00,

à l’INHA, salle Nicolas Fabbri de Peiresc, 2 rue Vivienne 75002 Paris :

Carla Yanni

Professeure d’histoire de l’architecture à Rutgers University, est l’auteur de Nature’s Museums: Victorian Science and the Architecture of Display,Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Nineteenth-Century Exhibitions and Museums in Great Britain:  Economic, Religious, and Evolutionary.

Nathan Schlanger

Archéologue, INRAP, UMR Trajectoires, Ecole du Louvre, éditeur de l’œuvre « technologique » de Marcel Mauss est l’auteur de nombreuses études sur l’histoire de l’archéologie et de l’anthropologie.

La science (préhistorique) entre art et industrie. Le musée de l’histoire du travail à l’exposition universelle de 1867.

 

L’objet du séminaire Arts-Innovation-Industrie est l’exploration de la notion d’« arts industriels» et de son champ sémantique, « industrie artistique», « Kunstindustrie », tel qu’il se déploie à travers l’histoire de l’art, l’industrie et les pratiques artistiques dans l’Europe du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

L’année 2013 / 2014 sera consacrée à Gottfried Semper (1803 -1879) dans son contexte européen. Architecte, théoricien de l’art et des « arts industriels », son œuvre écrite, nourrie des apports de la linguistique, de l’anthropologie, de l’archéologie, des sciences naturelles, est au cœur des débats sur l’art des XIXe et XXe siècles et ouvre des voies encore largement inexplorées à l’étude des pratiques contemporaines.

 

 

Séance suivante :

Jeudi 17 Avril : Sigrid de Jong.

 

Séminaire ouvert au public dans la limite des places disponibles.

Le séminaire ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE a lieu le premier jeudi de chaque mois, à 18H, à l’INHA, salle Nicolas Fabbri de Peiresc, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Attention la date du séminaire peut glisser d’un jeudi à l’autre chaque mois, il est donc impératif de s’inscrire à la mailing-list.

Contact et programmation exclusivement par inscription à la mailing -list :

artetindustrie@ehess.fr

LIED 10 juin 2014-«Les économistes ont ils des modèles de transition énergétique »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

       Thème «Les économistes ont ils des modèles de transition énergétique ?  » 

 

                                    Le 10 juin, de 14 à 17 heures, salle 454 A

 

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

 

 

   La transition énergétique est accompagnée de nombreux scénarios qui font l’objet de controverses. Pour analyser les modèles sous jacents avec le recul nécessaire, ce deuxième séminaire d’un cycle sur la modélisation donnera à un économiste le temps nécessaire pour amener à entrevoir où en sont en fait leurs propres modèles. Le troisième s’appuiera sur cette base pour poursuivre cette approche critique des scénarios censés orienter de façon judicieuse nos choix en vue d’une transition énergétique idéale.

 

 

14h Gaël Giraud (Economiste, PSE et REFI)

                 

Une revue critique des modèles néo-classiques

 

   La littérature dédiée aux modèles économiques néo-classiques, en dépit de sa grande diversité, possède un certain nombre de caractéristiques invariantes : le paradigme des anticipations rationnelles, le refus de distinguer entre macro- et micro-économie, l’épistémologie de Friedman, le refus des rendements croissants, l’absence ou la neutralité de la monnaie, etc. On proposera une revue critique de ces invariants.

 

15h Pause café

 

15h30  Gaël Giraud (Economiste, PSE et REFI)

 

Dynamique cyclique et instabilité à la Minsky. 

 

   On proposera une approche alternative à la littérature néo-classique, destinée à montrer qu’il est possible de construire des modèles économiques quantitatifs qui  échappent aux critiques (formulées dans l’exposé précédent). Ici, il s’agira d’une dynamique inspirée de Goodwin-Keen, exhibant des krachs financiers et autres comportements catastrophiques typiques de l’instabilité à la Minsky caractéristique de marchés dérégulés.

 

16h30 Débat final. Animateurs : Renaud du Tertre (Economiste, Paris Diderot) ;  Christophe Goupil (Physicien, LIED)

LIED 1er avril 2014-«Controverses dans les techno sciences »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

                         Thème «Controverses dans les techno sciences » 

 

             Le premier avril, de 14 à 17 heures, amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes

 

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

 

 

   La transition énergétique fait l’objet de nombreuses controverses qui mettent parfois les chercheurs et les ingénieurs dans des situations de militants. Des embryons de débats à ce sujet se sont présentés lors des précédents séminaires. Pour les analyser avec le recul nécessaire, la séance commencera par deux exemples complémentaires situés loin des passions que pourraient engendrer en séance les controverses typiques de la transition énergétique. L’exposé suivants abordera ces dernières avant de laisser place à une table ronde critique qui permettra d’aborder le débat final sur de saines bases.

 

              Attention ce séminaire n’a pas lieu dans la salle habituelle.

            L’amphithéâtre PGdG est au sous sol du bâtiment Condorcet.

 

 

14h Pierre-Henry Gouyon (Biologiste, Muséum d’histoire naturelle)                  

 

Quelle Nature pour quels Progrès ?

 

   La perception de la Nature joue certainement, dans la façon dont nous souhaitons exercer nos choix, un rôle fondamental. Depuis Buffon qui déclarait que « La nature brute est hideuse et mourante », certaines visions du progrès se sont situées clairement en opposition vis-à-vis de la Nature. D’autres promeuvent une Nature foncièrement bonne et qu’il conviendrait de ne pas modifier sous peine de commettre le crime de transgression. On peut légitimement se demander si l’irrationalité n’est pas équitablement partagée entre ces deux bords. Et ne serait-ce pas sur ce type d’irrationalité que s’amorcent les controverses dans tous les domaines ?

 

Se superpose à la controverse entre une nature bonne et une nature mauvaise, une dualité entre une nature stable et une nature en évolution constante. Sur ce dernier plan, il est curieux de constater qu’alors que la science a clairement montré que l’Évolution concernait l’ensemble des êtres, plusieurs oppositions se font jour. D’une part, l’opposition religieuse fondamentaliste ne peut accepter de perdre l’idée de ce monde stable où l’humain a été placé, au sommet d’une échelle des êtres. Même quand l’idée d’évolution est acceptée, on voit souvent des affirmations du genre « L’Évolution a créé les espèces et, à la fin, l’Homme est apparu ». Une telle présentation des faits ne sous-entend-elle pas : « maintenant, ça y est, c’est stabilisé, on est arrivé au bout » ? Les récentes controverses concernant l’utilisation des biotechnologies (et le brevet sur les insertions d’ADN) concernent, entre autres, ce point.

 

La question est de savoir s’il nous appartient de figer une situation en modifiant à la marge des acquis ancestraux ou s’il faut faire fonctionner des mécanismes naturels complexes. Les ressources offertes à l’agriculture par le milieu naturel sont-elles renouvelables ou données, créées par le passé, stables ? Doit-on tenter de conserver la biodiversité ? Doit-on considérer que les semences sont une ressource fixe offerte par un processus mystérieux depuis le néolithique ? Doit-on « freiner l’érosion des ressources génétiques » ou (re)mettre en place les conditions de l’Évolution, génératrice de diversité ? Doit-on concevoir l’activité agricole dans le sens d’une « agriculture minière » qui exploite sans renouveler ? Doit-on garder les ressources génétiques congelées dans un grand frigo souterrain, une « Arche de Noé » moderne ou cela n’est-il qu’une survivance biblique ? Autant de questions qui engagent comme on dit aujourd’hui l’avenir de la planète (entendez l’avenir des humains sur la planète). Le scientifique plongé dans ces questions doit-il rester neutre ? Parlons-en !

 

14h30 Francis Chateauraynaud (Sociologue, GSPR/EHESS)

 

Quelle théorie de l’argumentation pour la sociologie des controverses ?

 

Ces dernières années, les usages du terme de « controverse » se sont étendus au point de désigner peu ou prou tous les processus critiques qui traversent les sociétés contemporaines. C’est particulièrement saillant à propos des sciences et des technologies, des enjeux sanitaires, environnementaux ou énergétiques. Ce faisant, la forme « controverse » mérite d’être mise en variation, et en tension, avec d’autres formes, comme la « discussion », le « procès », le « conflit », la « polémique »  ou le « débat public.

 

Afin de lever un certain nombre d’ambiguïtés, voire de paralogismes, à l’œuvre dans les joutes polémiques  concernant les rapports entre les mondes scientifiques et les publics, l’exposé prendra ainsi appui sur des dossiers comme l’amiante, le nucléaire, les OGM, les nanotechnologies, la pollution atmosphérique, le changement climatique ou encore les  gaz de schiste, dont la description et l’analyse sur la longue durée sont en partie assurées par une équipe de sociologue numériques. Sur cette base il proposera trois lignes de clarification.

La première déploie les différentes versions de la « sociologie des controverses », depuis la théorie de l’acteur-réseau lancée dès la fin des années 1980 jusqu’à la sociologie argumentative ou la balistique sociologique de facture plus récente, étant entendu qu’il ne peut y avoir de « controverse » proprement dite sans confrontation d’arguments.

La deuxième ligne concerne l’usage de notions sociologiquement problématiques comme celles de « croyance », de « peur » ou d’ « irrationalité ». Ces notions ne peuvent servir de point de départ à la compréhension de ce qui  rassemble ou oppose des acteurs. Il vaut mieux y regarder à deux fois avant de qualifier les comportements associés d’ « irrationnels ».

Dans un troisième moment, il convient d’interroger les échelles et les modes de confrontation auxquels ont recours les protagonistes lorsqu’ils défendent une cause ou, au contraire, tentent d’en réduire la portée. Nous nous y attarderons un peu plus pour tenter de comprendre les désaccords  qui surgissent au cœur des expériences pratiques, lorsque les personnes ou les groupes doivent produire un minimum de repères communs et d’agencements collectifs.

 

Par contraste avec les approches qui privilégient l’entrée par l’histoire des idées, l’interprétation des sondages d’opinion ou le commentaire des études de psychologie expérimentale, comme dans le cas des « biais cognitifs », la sociologie pragmatique des controverses se nourrit d’une casuistique évolutive. Celle-ci ne permet-elle pas de suivre une multiplicité de processus saisis par les moments d’épreuves ou les bifurcations, qui voient se modifier les jeux d’acteurs et d’arguments ?

 

 

15h Pause café.

15h30 Table ronde : « Scientifique et/ou militant ? »

 

Daniel Boy (Socio politiste, CEVIPOF) ; Mathieu Brugidou (Sociologue, EDF) ; Guillaume Lecointre (Biologiste, Muséum d’histoire naturelle) ; Jacques Treiner (Physicien, Pierre et Marie Curie)

 

 

16h Débat final. Animateurs : Mathieu Arnoux (Historien, LIED) ; Fabienne Malagnac (Biologiste, LIED)

LIED 18 mars 2014 – « Nouveaux modes de consommation ? »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

                         Thème « Nouveaux modes de consommation ? » 

 

                  Le 18 mars, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

 

                                                Campus Paris Diderot

 

 

   De nouveaux modèles en économie voient le jour en particulier sous la pression de la transition énergétique à favoriser. Pour aiguiller le débat interdisciplinaire final sur cette question, interviendront successivement un économiste, un physicien et un désigner.

 

 

14h Philippe Moati (Economiste, Paris Diderot)                 

 

Vers un modèle de consommation sobre ?

   

Le modèle de consommation issu des « Trente glorieuses », fondé sur l’accumulation intensive de marchandises, semble aujourd’hui remis en question. Les mutations sociétales se couplent aux effets des tensions sur le pouvoir d’achat et aux opportunités ouvertes par les nouvelles technologies pour promouvoir une évolution des comportements de consommation. Des pratiques émergentes de développent en marge des logiques marchandes dominantes, dont  la consommation collaborative est l’expression la plus spectaculaire. Parallèlement, les grands acteurs de l’offre (industriels, distributeurs, prestataires de service) font évoluer leurs modèles économiques en cohérence avec les fondements de la création de valeur associés au capitalisme contemporain. A mesure qu’ils « s’orientent clients », ils adoptent une posture « servicielle » qui les écartent du modèle traditionnel fondé sur la transaction autour de produits.

 

La rencontre de ces deux dynamiques laisse entrevoir le basculement vers une « économie des effets utiles », davantage centrée sur la satisfaction des besoins que sur la production des moyens de les satisfaire, où les effets utiles et les solutions prendraient le relais du produit dans l’organisation de la relation marchande. Une telle évolution permet d’entrevoir un processus de dématérialisation de la valeur et, ainsi d’envisager une voie de conciliation de la croissance et des enjeux environnementaux. Nous nous interrogerons sur la nature de cette économie des effets utiles et des conditions institutionnelles de son émergence et de ses vertus environnementales.

 

15h Pause café

 

15h30 Christophe Goupil (Physicien, LIED)

 

Performance énergétique et efficacité : une sobriété précaire ?

 

Les questions énergétiques sont peuplées d’un florilège de termes dont les définitions constituent le socle de réflexion du débat sur la transition énergétique.  S’il est clair que chaque opération de la vie courante (déplacement d’une voiture, chauffage d’une maison, fabrication d’un objet…) nécessite d’utiliser une certaine quantité d’énergie, il est plus délicat de parvenir à répertorier les solutions les plus performantes pour y parvenir. D’autre part,  efficacité énergétique et performance énergétique sont deux notions parfois confondues, ce qui conduit à obscurcir le débat. Dans un premier temps, et à partir de quelques considérations physiques, nous tenterons de définir sans ambiguïté l’efficacité énergétique en la confrontant aux usages visés. Dans un second temps nous  aborderons les questions de sobriété en nous plaçant du point de vue de l’usager. Si la sobriété apparaît de plus en plus comme le complément de l’efficacité, sa définition reste encore sujette à caution et sa mise en œuvre délicate. Paradoxalement, la sobriété nécessite des moyens pour être mise en œuvre, l’absence de ces moyens conduisant à la vulnérabilité ou la précarité énergétique. L’exposé consistera somme toute à nous poser cette question : que dépenser pour être sobre ?

 

16h David L’Hôte (Designer, projet GICC VIADUC)

 

Le design, objet de transformations.

 

Depuis le XIXème siècle, au rythme des évolutions industrielles, le design participe à la conception des dispositifs qui structurent notre quotidien. Le designer concoure à l’évolution de nos pratiques en cherchant le compromis entre l’usage et les contraintes de production. Il contribue à façonner un écosystème matériel qui modèle discrètement nos habitudes. Nous sommes devenus les objets du design. Car intégrer la sobriété énergétique ou les solutions servicielles à nos modes de vie nécessite des dispositifs et des modalités spécifiques à la métamorphose de nos habitudes. C’est la synthèse des effets, des moyens, et de la manière de les produire qu’opère le designer.

Nous verrons que les démarches du designer et du chercheur ont de nombreux points communs. La valorisation de la recherche et la diversification des territoires du design font converger les disciplines. Nous pourrons alors nous poser la question de l’apport du design au projet de recherche et de l’influence du cadre de la recherche sur le design.

 

 

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio écologue, LIED) ; Pascal David (Physicien, LIED)

Séminaire Corps, techniques et société – CETCOPRA

GT 41 de l’Association Française de Sociologie « Corps, techniques et société »

Séminaire public 2014

« Au carrefour des médecine et du métissage des pratiques : corps et représentations »

Mardi 16h00-18h30

Lieu : CETCOPRA – Université Paris 1. 17, rue de Tolbiac. 75013 Paris. 5ème étage (RER C ou Métro ligne 14, bus 62 ou 89) Responsables : Marina Maestrutti (Cetcopra, Paris 1), Valérie Souffron (Cetcopra, Paris 1)

A travers l’approche socio-anthropologique qui le caractérise, et en continuité avec l’intérêt porté aux technologies médicales de mise en image des corps, le GT41 poursuivra ses activités en interrogeant plus généralement les lieux et les contextes (sociaux, culturels, historiques, théoriques et pratiques) dans lesquels ces technologies prennent sens et contribuent à la construction des savoirs. Notre préoccupation pour l’entre-deux des problématiques touchant aux corps et aux techniques essayera cette année d’interroger les croisements des médecines, de leurs représentations, de leur pratiques. En valorisant la dimension anthropologique et culturelle des pratiques des santé, on explorera comment la biomédecine contemporaine non seulement se confronte avec la diversité des contextes locaux et des moyens d’accès, mais aussi à celle des traditions médicales et du sens donné à la maladie et à ses manifestations. Soigner le corps et l’esprit suscite partout des attentes, des interprétations, des revendications et les technologies médicales participent à ce questionnement de manière significative : comment concilier les espoirs suscités par la médicalisation et les inégalités d’accès aux soins ? Comment faire face aux déceptions individuelles et collectives confrontées à l’échec des promesses, ou à leur réalisations limitées ? Du point de vue des pratiques, comment se construisent les itinéraires thérapeutiques des individus au croisement des croyances, des visions du monde et des options offertes ? Du point de vue des connaissances, il s’agira de poursuivre l’

interrogation sur les mises en sens et les mises en savoirs provoquées par les technologies, par ceux qui les conçoivent, ceux qui les utilisent et enfin par les contextes de leur appropriation.

Ces questions générales seront abordées par des ethnologues, des anthropologues, des juristes, des historiens, des sociologues, des philosophes ou encore des praticiens, à partir de leurs recherches respectives.

Mardi 4 février 2014

Lucia Candelise (REHSEIS/CHSPAM, SPHERE, CNRS), Médecine complémentaire et médecine conventionnelle : la rencontre de différentes cliniques et pratiques.

Le cas de l’acupuncture

Caterina Guenzi (CEIAS, EHESS), Pierres et pyramides. Objets thérapeutiques dans les savoirs divinatoires indiens

Mardi 4 mars 2014

Bernard Andrieu (Université de Lorraine, CNRS, MSH Lorraine), Pratiques et épistémologie de l’autosanté

Sylvie Fainzang (INSERM, Cermes 3/CNRS-INSERM-EHESS-UPD), L’automédication :

enjeux de l’autodiagnostic et de l’autonomie

Mardi 1 avril 2014

Augustin Emane (Université de Nantes, MSH Ange Guépin), Le « savoir-voir » du thérapeute : pratiques de soin et représentations de la maladie dans la médecine d’Albert Schweitzer au Gabon

Anne-Marie Moulin (SPHERE, CNRS), Le labyrinthe du corps : médicalisation et technologies de pointe dans les pays musulmans

Mardi 6 mai 2014

Céline Lafontaine (Université de Montréal), Le corps du biocapital

Joëlle Vailly (Inserm, Iris/CNRS-Inserm-EHESS-UP13), Le nœud biopolitique de la naissance : les dépistages de maladies génétiques

Sans inscription – contacts : valerie.souffron@orange.fr   marina.

maestrutti@uni-paris1.fr  valerie.souffron@univ-paris1.fr Sites : http://www.univ-paris1.fr/centres-de-recherche/cetcopra/ ; www.afs- socio.fr

 

Les instruments d’optique et leur fabrication – 15 janvier 2014

Séminaire Histoire de la lumière

2013 11 17 Séminaire Histoire de la Lumière Programme détaillé final
Les instruments d’optique et leur fabrication

15 janvier de 14h30 à 17h30 à l’Université Paris Diderot immeuble Condorcet, salle Juan Gris (734A).      

Paolo BRENNI (CNR, Fondazione Scienza e Tecnica, Museo Galileo, Florence)   : Le verre optique : histoire, fabrication, utilisation                                        

Jim BENNETT  (Museum of History of Science, Oxford University): Robert Hooke and practical optics: the case of the telescope

Présentation
Ce séminaire a pour objet de réfléchir autour de questions relatives à l’optique théorique et l’optique instrumentale, à leurs modes d’interaction, ainsi qu’à leurs liens avec d’autres domaines, telle l’astronomie. Il s’agit donc d’explorer à la fois les champs théoriques et instrumentaux dans le domaine de la lumière. Les questions qui seront à examiner concerneront ainsi les instruments, les modes d’interprétation théorique, les liens entre expérience et théorie et enfin les conditions et possibilités de réinvestissement de ces différents domaines dans le cadre de l’enseignement.

(CAPHES-ENS, SPHERE-Univ Paris-Diderot, GHDSO-Univ Paris-Sud)

Christiane Demeulenaere-Douyère : « L’architecte François Cointeraux (1740-1830), infatigable promoteur de la construction en pisé de terre » mardi 10 décembre 2013 de16h-18h.

cointeraux

Cointeraux(1)_biblio_séminaire 2013-2014

Prochaine séance du séminaire « Architecture et fabrique du territoire en Europe, Moyen Âge-époque moderne »
le mardi 10 décembre 2013, 16h-18h.

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré) :
« L’architecte François Cointeraux (1740-1830),infatigable promoteur de la construction en pisé de terre ».

Université Denis Diderot-Paris 7, Halle aux Farines, place Vidal-Naquet, 75013 Paris, salle 314 B.

Entrée libre.

Séminaire LIED – Résilience, urbanisme et énergies,14 janvier 2014

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

                               Thème « Résilience, urbanisme et énergies  » 

               Le 14 janvier, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

 

14h Damien Serre (Géographe, LIED)

La ville résiliente : du concept à la mise en oeuvre

Depuis les années 2000, le concept de résilience fait son apparition en géographie,  urbanisme et gestion des risques car le concept de vulnérabilité montre ses limites dans la compréhension et la réduction des risques. De nombreuses réflexions, études, écrits, séminaires… exposent l’intérêt de la résilience qui a notamment pour atout d’approcher le risque d’une manière globale, intégrée et systémique. Même si l’intérêt de la notion est évident les actions d’évaluation opérationnelle ou de mise en œuvre du concept de résilience restent très rares. Dès lors, on peut se demander ce qui manque pour que la résilience puisse trouver les moyens de sa transcription :

  • La science pourra-t-elle aboutir à concevoir la ville résiliente ?
  • Pourra-t-on intégrer enfin la question des risques dans l’aménagement de manière systématique ?
  • Pourra-t-on permettre à la ville de fonctionner en mode dégradé pendant les crises en maintenant des niveaux minimums de fonctionnement des systèmes liés à l’énergie ?

14h30 Damienne Provitolo (Géographe, Géoazur)

Analyse des risques au regard de la résilience.

Devenues des notions phares du domaine des risques, des catastrophes et du changement climatique depuis une vingtaine d’années, la vulnérabilité et la résilience connaissent un véritable engouement sur la scène scientifique nationale et internationale mais aussi auprès des acteurs institutionnels en charge de prévenir et gérer les territoires exposés aux risques et catastrophes. Si ces deux concepts semblent ne pouvoir se comprendre que l’un par rapport à l’autre, ils restent polysémiques, notamment de par leur appropriation par des champs disciplinaires variés. Le concept de vulnérabilité recouvre diverses acceptations qui ont en commun d’intégrer l’idée de choc subi par un événement extérieur et une notion de fragilité, de difficulté à s’en défendre. Mais les sociétés possèdent aussi la capacité de résister, de s’adapter ou d’innover. Les catastrophes les perturbent, mais les font rarement disparaître. La résilience illustre cette capacité.

Il s’agira notamment d’apporter un éclairage aux questions suivantes : de quels cadres méthodologiques disposons nous pour analyser la résilience des systèmes « socio-écologiques » ? Existent-ils des déterminants propres à la vulnérabilité et à la résilience des sociétés et des territoires ? À quelle(s) échelle(s) spatiale(s) et temporelle(s) penser la résilience ? Ces notions de vulnérabilités et résiliences sont-elles opératoires pour aider les acteurs institutionnels à prévenir et gérer les risques et les catastrophes? Quels types de stratégies développer pour accroître la résilience des territoires ? Quels comportements adopter ?

15h Pause café

15h30 Stéphane Douady (Physicien, MSC)

Forme hiérarchique et organique des villes : un sélection humaine ?

En analysant les plans de ville, on observe la prédominance d’un certain type de structures, celles correspondant à une croissance organique, par additions successives, qui crée un structure hiérarchique particulière, et ceci quelles que soient les époques et même les cultures.

Même quand la ville est « planifiée », cela ne correspond qu’à une petite partie, qui va se fondre dans la mosaïque organique globale. On pourrait penser que ce type de structure est juste un héritage de l’histoire, dont nous somme prisonnier. Mais les différentes tentatives de s’en extraire ont trop souvent été soldées par des échecs. Faut-il donc conclure que c’est aussi ce type de structure qui est sélectionné par l’homme-usager lui même ? Auquel cas il faut tenir compte de ses choix et résistances profondes dans la conception de nouveaux plans.

16h Jonathan Rutherford (Géographe-urbaniste, LATTS)

Transitions énergétiques urbaines

Alors que quasiment tous les aspects du fonctionnement urbain dépendent par nature de l’accès aux flux et aux circulations d’énergie, les acteurs urbains semblent intervenir de moins en moins dans la production, l’organisation et la gestion des énergies. Dans le même temps, tandis que les villes sont des lieux de consommation élevée, et de fait, auraient une influence directe sur la nature et la forme des systèmes énergétiques dans leur ensemble, les acteurs responsables de ces systèmes négligent généralement la dimension urbaine, ne considérant les villes que comme les derniers maillons d’une chaîne qu’il suffit d’approvisionner.

Cette présentation du sujet conduira à interroger la relation profondément ambivalente entre l’énergie et l’urbain. A l’heure des transitions énergétiques (de formes diverses) qui cherchent à engager nos sociétés sur des voies (multiples, contestées) de changement radical et systémique, cette relation ne devraient-elle pas être repensée ? L’exposé cherchera à se démarquer des approches (politiques et académiques) qui voient la ville soit comme une entité ou une échelle fixe, dans laquelle une part toujours plus importante de l’énergie est utilisée, soit comme un cible d’une transition énergétique normative et définie à une autre échelle, soit encore comme un instrument de sa mise en œuvre. Cette intervention explorera donc plutôt comment les transitions énergétiques reposent toujours, au moins en partie, sur des processus, pratiques et changements urbains. Elle déboulonnera ainsi le mythe (convenu et post-politique) d’un seul scénario de transition énergétique, unique et générique, auquel les contributions des villes sont attendues et vers lequel tous pourraient ou devraient converger. Quelles sont les répercussions analytiques et pratiques d’une approche urbaine intégratrice qui n’extériorise pas (en dehors de l’urbain) le changement sociotechnique ? Et les transitions énergétiques ne s’opèrent-elles pas par des transformations urbaines dont il convient d’étudier les formes et les répercussions sociopolitiques ?

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio-écologue, LIED) ; Mireille Ferri (Conseillère régionale, vice-présidente de l’IAU IdF) ; José Halloy (Modélisateur, LIED)

Séminaire Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

                              Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

Jeudi 24 octobre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

Séance 4 : Les Lieux de la création

Organisateurs : Guy Lambert (ENSA Paris-Belleville), Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Valérie Nègre (ENSA Paris La Villette), Nadia Podzemskaia (CNRS-EHESS)

Ce sont paradoxalement les enseignements les plus conformes au modèle universitaire (cours magistraux) c’est-à-dire parfois les moins centraux, qui ont attiré l’attention des historiens et des sociologues de l’éducation (cours de théorie, géométrie, sociologie, histoire, etc.). C’est ainsi que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites sont méconnus. Les traces écrites rares, indirectes et fragmentaires expliquent en partie ces choix. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans les domaines artistiques et techniques. La séance portera sur l’analyse des lieux de l’enseignement et ce qui s’y déroule : l’atelier, l’agence, les visites, les salles de travaux dirigés, le laboratoire, le musée. On sait notamment peu de choses de la manière dont se déroulaient et se déroulent les « studios » ou « ateliers » où s’enseignent la « conception », qu’il s’agisse d’institutions comme les Écoles d’ingénieur ou d’architecture, les Écoles de design, de restauration ou les Écoles des Beaux-arts.

 

 

Présidente de séance : Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

– Andrea Leers (Université d’Harvard)

Croiser les échelles, les cultures et les disciplines : une méthodologie d’apprentissage de l’architecture, du paysage, et de l’urbanisme

 

– Renaud d’Enfert (Service d’histoire de l’éducation)

Dedans, dehors… Cadres matériels et pratiques pédagogiques de l’enseignement du dessin au XIXe siècle

 

– Michel Aphesbero (Ecole des beaux-arts de Bordeaux)

Teaching as art. The History of an Unsettled Studio. 1989 – 2013

 

Répondant : Christian Hottin (Direction des Patrimoines, ministère de la Culture)

 

Précautionnisme, peur du nouveau et objets techniques – 8 oct. 2013

                   SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

               Thème «Précautionnisme, peur du nouveau et objets techniques  » 

                     Le 8 octobre, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

14h Gérald Bronner (Sociologue, LIED)

Perception du risque et précautionnisme

Les perceptions collectives du risque sont influencées par de nombreux facteurs : selon que le risque soit considéré comme subi, incontrôlable, crée par l’homme, craint ou non, qu’il soit distant ou fasse partie de notre quotidien, selon les caractéristiques sociales de ceux qui le perçoivent etc. Toutes ces variables sociales et psychologiques s’hybrident avec les invariants de la perception du risque. En développant plusieurs exemples, on examinera certains d’entre eux et la façon dont ils favorisent la diffusion dans l’espace public d’éléments de débats, portant notamment sur des enjeux technologiques (comme la diffusion de l’électricité par les lignes à Très Haute Tension) qui ne sont pas toujours raisonnables.

14h30 Sophie de Mijolla-Mellor (Psychanalyste, Paris Diderot)

La crainte irrationnelle du risque

Le risque peut être recherché activement comme un plaisir s’il renforce l’image narcissique du sujet mais, imposé de l’extérieur par ceux qui sont supposés protecteurs et compétents, il est insupportable et crée une attitude de repli anxieux à l’égard du nouveau. Ainsi, la peur liée à la gestion de l’énergie procède-t-elle largement de la déception en la confiance dans le savoir supposé intégral des savants et des techniciens et de la perte du confort de l’irresponsabilité,  telle que la provoquent les catastrophes écologiques. Cette attitude s’apparente simultanément à une angoisse de déréliction de ne plus pouvoir continuer à croire en un environnement maîtrisable  par la science faisant de l’homme le « maître et possesseur » de la Nature. On s’interrogera sur l’efficacité d’opposer des arguments rationnels à ces fantasmes et à l’angoisse en général.

15h Pause café

15h30 Vincent Bontems (Philosophe, CEA Saclay)

L’aliénation culturelle des techniques

Gilbert Simondon a dédié une part considérable de son attention non seulement à l’analyse mécanologique des objets techniques mais aussi à l’analyse psychosociale de l’évolution de ces objets dans un milieu social et culturel. Son point de départ est de relever une tendance culturelle, d’une part, à craindre le changement et la nouveauté techniques (le « misonéïsme »), d’autre part, à dénigrer la valeur humaine de la technique. C’est pourquoi, par exemple, les objets techniques souffrent souvent d’une sorte de « complexe d’infériorité » culturelle : ils dissimulent la réalité de leur fonctionnement. En outre, la projection de fantasmes sur la technique (le mythe du « soulèvement des machines », par exemple) témoigne de la méconnaissance de la réalité humaine contenue dans les objets techniques. Pour Simondon, on peut donc parler d’une « aliénation » culturelle des objets techniques, qui découle, selon lui, de leur statut d' »esclaves énergétiques » dans des sociétés soumises à une idéologie du rendement. Ces éléments d’analyse éclairent de façon originale le sentiment d’angoisse face à « l’accélération » des sociétés contemporaines en quête d’innovation permanente et la perte de sens de l’idée de progrès technique.

16h Frédéric Gros (Philosophe, Paris Est Créteil)

De la dette impossible au risque zéro

Le fameux  » principe de précaution  » n’est pourtant pas récent, mais son usage actuel s’est pourtant déjà fortement éloigné de son inspiration d’origine. Conçu comme un appel démocratique à la réflexion et un principe d’action devant l’absence de certitudes, réfléchi depuis l’horizon d’un bouleversement de l’équilibre planétaire, il est devenu un instrument médiatico-politique et un fantasme social : le désamorçage de tous les dangers – alors même que la vie n’est rien d’autre après tout que cette prise de risque indéfiniment reconduite face à la certitude de la mort. Il est temps d’interroger ce sens inédit et troublant de la sécurité et de comprendre à la fois son ancrage et ses effets dans nos vies et nos représentations.

16h30 Discussion animée par Mathieu Arnoux (Historien, LIED) et Christophe Goupil (Physicien, LIED)

 

WINTER SCHOOL – Modes of Technoscientific Knowledge – Janv. 2014

Header

Modes of Technoscientific Knowledge Winterschool

Flyer Winterschool

Winter School: Modes of Technoscientific Knowledge


19-25 January, 2014
Chalet Giersch, Manigod, France

Organization: Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne (Cetcopra: www.univ-paris1.fr/en/centres-de-recherche/cetcopra/), Technische Universität Darmstadt (Institüt für Philosophie: www.philosophie.tu-darmstadt.de/start.de.jsp). French-German ANR-DFG program GOTO (www.goto-objects.eu),  BiCoDa Alliance (www.bicoda.info).

Following the “practical turn” in history of science and science studies in the late decades of the 20th century, a “thing turn” has occurred in the philosophy of science and technology. Epistemology scholars are more and more concerned with “thing knowledge” rather than with theoretical representations (Baird 2004). The technological dimension of science is no longer to be seen as a mere mediation between mind and reality for the sake of theoretical representation, theory-testing or practical application. “Epistemic things” and “experimental systems” (Rheinberger 1997), models and simulations (Morrison & Morgan 1999, Varenne 2007) and other technological artifacts are reconsidered as indispensable partners in the making of scientific knowledge. But how are we to identify and conceptualize the epistemic roles of technology in technoscientific research?

As long as technoscience is assimilated with a highly application-driven enterprise aiming at remaking the world, most philosophical studies focus on the “impacts” of technoscientific applications on environment, society, or ethics and their regulation to the detriment of epistemology. However, the view of current technosciences as socio-political constructs arising less from “purely scientific” goals than from larger institutional, economic and cultural contexts does not preclude addressing their epistemic strategies qua technoscience. On the contrary, if technosciences are not only hybrids of science and technology but research projects that embody socio-political values, projects and agendas, then it is even more crucial to reconsider their epistemic status. Far from considering science (or a particular idealization of it) as “the” norm of knowledge and technoscience as a corrupted or contaminated form of it, the purpose is to characterize technoscientific knowledge as such in order to delineate an epistemology of technoscience as a distinctive enterprise with its own epistemic values and its own ways of producing knowledge as well as new forms of ignorance.

This PhD and advanced graduate winter school seeks to explore the epistemology of technoscientific knowledge on the basis of a number of case studies ranging from recent technosciences such as nanotechnology or synthetic biology, to more traditional ones, such as chemistry, pharmacy or metallurgy. The purpose is to disentangle the historical, sociological, anthropological and philosophical implications of the epistemology of technoscience. Along with stimulating topics, the school offers above all a convivial place of exchange between PhD students and more advanced scholars from various countries.

Lecturers: Bernadette Bensaude-Vincent (Univ. Paris 1 Sorbonne); Alfred Nordmann (Technische Univ. Darmstadt); Astrid Schwarz (University of Basel); Sacha Loeve (Univ.Paris 1 Sorbonne); Xavier Guchet (Univ. Paris 1 Sorbonne) ; Cyrus Mody (Rice University); Anne-Françoise Schmid (Ecole des Mines Paris); Jean-Pierre Llored (Free Univ. of Bruxelles); Hans-Jörg Rheinberger (H. Prof. MPIWG Berlin – to be confirmed).

Participation: The school welcomes PhD and advanced graduate students interested in addressing these issues from philosophy, STS, cultural studies, anthropology, and related fields (other backgrounds such as physics, chemistry or biology are also welcome). Each participant should propose a technoscientific “object” or case study (even a programmatic one) and contribute an approximately 10-page paper by December 15, 2013. A reader of texts will be distributed well in advance of the course.

Please direct expressions of interest to Sacha Loeve (sacha.loeve@univ-paris1.fr). An initial short abstract will be due on October 15, 2013.

For more detailed information, see the attached documents or go to http://db.tt/ZxnL1f0Y

Séminaire « Histoire de l’Informatique et du numérique »

Organisé par Isabelle Astic (Musée des arts et métiers), François Anceau et Pierre Mounier-Kuhn au Cnam, un mardi sur deux, de 14 h 30 à 17 h.

http://www.musee-informatique-numerique.fr/

Contact : mounier@msh-paris.fr

Le numérique, la science et la technique informatique sont à la fois l’objet à démontrer, à démonter, à exposer, à diffuser sur le web. Et les supports modernes d’une nouvelle muséographie réelle, virtuelle et diffuse. Le séminaire présente tour à tour des recherches et des témoignages sur l’histoire de l’informatique (sciences, techniques, industries, utilisations, politiques), et des réflexions sur sa muséologie et son intérêt pour le grand public.

Mardi 20 mai 2104, de 14h30 a 17h00, dans l’amphi Jean Prouve du Cnam (http://culture.cnam.fr/medias/photo/paris-3-amphi-prouve_1347002289190.jpg),

Anne-Lise de Rocquigny  : « L’émergence de l’informatique de gestion. Acteurs et représentations. 1960-70.

Résumé : L’objectif est de comprendre le contexte de l’informatique de gestion en 1970, dans ses dynamiques d’acteurs et dans ses discours. Deux constructeurs dominent le marché ; l’Etat veut soutenir un ensemble industriel national et diffuser la nouvelle technique porteuse d’avenir ; des sociétés de service et conseil informatique se créent pour satisfaire les besoins des utilisateurs dans l’espace laissé vide par les constructeurs et l’Etat. Les utilisateurs s’associent pour réussir leur informatisation.

Marie-Aline de Rocquigny, doctorante en sciences de gestion à l’Université Paris-Dauphine. Diplômée d’HEC, elle a une expérience de 14 ans en entreprise dans des fonctions financières.