Archives de catégorie : Séminaires du LIED

Séminaires du LIED

Séminaire Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques – 4 et 18 mai 2015

Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/88/

EHESS, Bâtiment le France, 190 av de France, Paris 13è, RdC, Salle 2

Eunhye Kim, postdoctorante à l’Université Paris-DiderotGeneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études à l’EHESS

4 mai  2015 : EXCEPTIONNELLEMENT, 2 SEANCES :

de 11 h à13 h : Geneviève Massard-Guilbaud « Autour du livre de Stanley Jevons The Coal Question, 1865 »
et
de 14 h à 17 h : Aline Durand, professeure d’archéologie et d’histoire de Moyen-Âge à l’université du Maine, « Artisanats du feu et gestion des ressources ligneuses au Moyen Âge »

18 mai de 14 h à 17 h : Alain Nadaï, directeur de recherche au CNRS, économiste de l’environnement, « Les territoires de l’éolien »

Séminaire LIED – Diversité technologique et transition énergétique, 18 nov.

                   SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

                                 Thème  Diversité technologique et transition énergétique  

                               Le 18 novembre, de 14 à 17 heures, salle 454 A

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

   Ce séminaire permettra de prendre du recul sur les prospectives actuelles en matière de développement et de veille technologiques, tout en étant proches des préoccupations actuelles à ce sujet.

 14h Aline Durand (Archéologue historienne, université du Maine)             

La gestion des ressources ligneuses : sociétés médiévales, sociétés actuelles

   La question des énergies renouvelables à partir de la ressource bois représente un enjeu majeur de la société de demain et, en France,  plusieurs projets cherchent à valoriser cette biomasse peu exploitée de ce point de vue. Car contrairement à une idée reçue les espaces forestiers ne font que gagner du terrain.  Cette vision est présentée comme novatrice et très écologique. Pourtant, la société médiévale a développé des formes de gestion très fines des ressources ligneuses en liaison avec la croissance des artisanats liés au feu qui montrent un jeu complexe d’adaptation entre les besoins en énergie, les conditions environnementales, la préservation de la matière première et les formes d’organisation spatiale du peuplement.

14h30 Denis Vidal (Anthropologue, IRD/URMIS-Paris Diderot

Low tech/high tech: l’invention contemporaine des cargos à voile.

   On présente aujourd’hui  comme une solution éminemment originale et futuriste – écologique, aussi  – le retour annoncé à l’usage  de voiles d’appoint pour  équiper les  cargos de demain. Je montrerai  cependant que l’on peut adopter une perspective très différente sur ce point  dés lorsque l’on s’intéresse non seulement à ce qui s’est joué  en Europe ou aux Etats-Unis dans ce domaine; mais aussi dans le reste du monde et, plus particulièrement, en Inde.

15h30 Arnaud Verger (Chef de Projet External Venturing, Saint-Gobain)

Interne/externe, l’organisation de l’innovation dans les grands groupes

L’organisation classique des grands groupes comprend depuis des décennies des services de recherche et de développement ainsi que de marketing. Après d’importants efforts pour coordonner ces derniers, une nouvelle tendance se profile qui vient modifier cette organisation, venant de l’extérieur de l’entreprise. Le concept d’innovation ouverte est aujourd’hui concrètement un sujet de préoccupation des grands groupes internationaux après l’apparition de géants (les gafa, mais d’autres également) en  moins de 10 ans qui viennent bouleverser leur modèle économique de façon inattendue. Au-delà du digital, la montée en puissance des « technologies propres » comme les énergies renouvelables ou les outils d’efficacité énergétique obligent ces acteurs à s’organiser. Comment ont-ils réagi ? Passées les modes et les appellations, s’agit-il d’un mouvement temporaire ou bien d’un changement durable ?

16h30 Débat final. Animateurs : Sylvain Brun (Biologiste, LIED) ; Arnaud Passalacqua (Historien, ICT, Paris Diderot)

LIED 13 MAI 2014 – «Du terrain à la modélisation en SHS »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

                            Thème «Du terrain à la modélisation en SHS » 

                                      Le 13 mai, de 14 à 17 heures, salle 454 A

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

   La modélisation est bien souvent confondue avec « mathématisation », exercice formel avant même toute approche qualitative tirée des données de terrain. Loin de cette caricature, la première partie de ce séminaire tentera de mettre en scène une modélisation « en va et vient », à travers deux exemples complémentaires, de façon à jeter des ponts méthodologiques entre chercheurs en sciences sociales et en sciences dites « dures ». Le premier exemple porte sur un sujet abouti, le deuxième sur un sujet au stade de la collecte des données. Les intervenants procéderont en deux duos, avec pour ambition de susciter des questions. Alimentée par ces exemples, la seconde partie commencera par une table ronde débouchant sur un débat dans la tradition du LIED.

14h Philippe Bonnin (Architecte/Anthropologue, LAVUE) et Stéphane Douady (Physicien, MSC)                                                       

Le développement des villes est-il une sélection humaine ?

Tout véritable travail interdisciplinaire conduit à évacuer les visions réciproquement caricaturales et provocantes : les sciences humaines, « molles »,  « incapables de quantifier et encore moins de modéliser »,  « purement discursives » mais détentrices exclusives de la sensibilité et de l’esprit critique, alors que les sciences « inhumaines », « dures »,  « incompréhensibles car non sensibles » auraient la prétention à elles seules du savoir-faire et de la performance en matière quantitative et modélisatrice. Pourtant, comme le montrent quelques exemples « indisciplinés » – dont celui de notre équipe, composée de scientifiques relevant institutionnellement de disciplines aux extrêmes de l’éventail déployé par le CNRS (section 2 en Physique Théorique, section 39 en sciences de l’espace habité) – on peut produire un travail véritablement symbiotique, qui ne soit pas seulement une simple juxtaposition.

Il ne s’agit pas d’emprunter un discours « humanisant » pour couvrir d’oripeaux séduisants un modèle trop stérile, ni d’emprunter une capacité « quantitative » pour impressionner son monde ou pour résoudre des petits problèmes techniques sans intérêt, mais de construire une vision et une approche transversale sur un objet qui devient alors commun. Cela consiste par exemple à adopter la recherche de généralité et de simplification de la modélisation physique, pour éviter le risque de se diluer dans la description des différences subtiles mais sans fin, écueil des « sciences naturelles ». Il faut alors chercher à appréhender les phénomènes sociaux essentiels, en nombre aussi limité que possible, mais qui permettent déjà de décrire cette partie essentielle de l’objet. Cela conduit à se plonger dans les véritables processus humains sous-jacents, qui eux seuls peuvent donner sens aux processus décrits par les physiciens de manière formelle dans leur modèle. Le modèle n’est ainsi qu’un outil de dialectique permettant un dialogue entre disciplines et, concrètement, entre l’idée d’un mécanisme et l’expression de son résultat à confronter avec la réalité. En travaillant véritablement en commun, on parvient alors à se forger une identité mixte, dans l’espace libre entre les deux disciplines, sur un objet réinventé.

L’exemple portera sur la forme hiérarchique et organique des villes. Procède-t-elle selon une sélection humaine ?

14h40 Mathieu Arnoux (Historien, LIED) et José Halloy (Modélisateur, LIED)

L’Histoire peut-elle aider à modéliser la transition énergétique ?

En première approximation, alors que les mots et les chiffres de l’historiens composent en récit ex-post des faits  supposés exacts, ceux du modélisateur décrivent ou racontent des évènements fictifs, puisque susceptibles de se produire. Leur travail commun ne peut donc donner un résultat à l’intersection de leurs domaines respectifs, puisque ceux-ci n’ont pas d’intersection!

La présentation d’une enquête menée en commun sur l’évolution dans la très longue durée (XIIe-XIXe siècle) d’un système énergétique fonctionnant à l’échelle régionale n’a donc pas l’ambition de produire un récit ou un scénario rétrospectif. La présentation par les deux chercheurs d’exemples de données et de proposition de traitement de celles-ci, selon les diverses méthodes qui sont à leur disposition, permettront de voir comment la prise de risque que comporte la projection du modélisateur conduit à un accroissement de la zone de certitude de l’historien et comment le traitement prédictif de faits déjà advenus permet de donner à l’activité de modélisation une autre dimension.

15h Pause

15h30 Table ronde : que feraient les SHS sans les modèles ?

Outre les intervenants, Denise Pumain (Géographe, Géographie Cités) et Gérard Dubey (Socio anthropologue, CETCOPRA)

16h Débat final. Animateurs : Patricia Bordin (Géomaticienne, LIED), Guillaume Grégoire (Modélisateur, MSC)

LIED 10 juin 2014-«Les économistes ont ils des modèles de transition énergétique »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

       Thème «Les économistes ont ils des modèles de transition énergétique ?  » 

 

                                    Le 10 juin, de 14 à 17 heures, salle 454 A

 

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

 

 

   La transition énergétique est accompagnée de nombreux scénarios qui font l’objet de controverses. Pour analyser les modèles sous jacents avec le recul nécessaire, ce deuxième séminaire d’un cycle sur la modélisation donnera à un économiste le temps nécessaire pour amener à entrevoir où en sont en fait leurs propres modèles. Le troisième s’appuiera sur cette base pour poursuivre cette approche critique des scénarios censés orienter de façon judicieuse nos choix en vue d’une transition énergétique idéale.

 

 

14h Gaël Giraud (Economiste, PSE et REFI)

                 

Une revue critique des modèles néo-classiques

 

   La littérature dédiée aux modèles économiques néo-classiques, en dépit de sa grande diversité, possède un certain nombre de caractéristiques invariantes : le paradigme des anticipations rationnelles, le refus de distinguer entre macro- et micro-économie, l’épistémologie de Friedman, le refus des rendements croissants, l’absence ou la neutralité de la monnaie, etc. On proposera une revue critique de ces invariants.

 

15h Pause café

 

15h30  Gaël Giraud (Economiste, PSE et REFI)

 

Dynamique cyclique et instabilité à la Minsky. 

 

   On proposera une approche alternative à la littérature néo-classique, destinée à montrer qu’il est possible de construire des modèles économiques quantitatifs qui  échappent aux critiques (formulées dans l’exposé précédent). Ici, il s’agira d’une dynamique inspirée de Goodwin-Keen, exhibant des krachs financiers et autres comportements catastrophiques typiques de l’instabilité à la Minsky caractéristique de marchés dérégulés.

 

16h30 Débat final. Animateurs : Renaud du Tertre (Economiste, Paris Diderot) ;  Christophe Goupil (Physicien, LIED)

LIED 1er avril 2014-«Controverses dans les techno sciences »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

                         Thème «Controverses dans les techno sciences » 

 

             Le premier avril, de 14 à 17 heures, amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes

 

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

 

 

   La transition énergétique fait l’objet de nombreuses controverses qui mettent parfois les chercheurs et les ingénieurs dans des situations de militants. Des embryons de débats à ce sujet se sont présentés lors des précédents séminaires. Pour les analyser avec le recul nécessaire, la séance commencera par deux exemples complémentaires situés loin des passions que pourraient engendrer en séance les controverses typiques de la transition énergétique. L’exposé suivants abordera ces dernières avant de laisser place à une table ronde critique qui permettra d’aborder le débat final sur de saines bases.

 

              Attention ce séminaire n’a pas lieu dans la salle habituelle.

            L’amphithéâtre PGdG est au sous sol du bâtiment Condorcet.

 

 

14h Pierre-Henry Gouyon (Biologiste, Muséum d’histoire naturelle)                  

 

Quelle Nature pour quels Progrès ?

 

   La perception de la Nature joue certainement, dans la façon dont nous souhaitons exercer nos choix, un rôle fondamental. Depuis Buffon qui déclarait que « La nature brute est hideuse et mourante », certaines visions du progrès se sont situées clairement en opposition vis-à-vis de la Nature. D’autres promeuvent une Nature foncièrement bonne et qu’il conviendrait de ne pas modifier sous peine de commettre le crime de transgression. On peut légitimement se demander si l’irrationalité n’est pas équitablement partagée entre ces deux bords. Et ne serait-ce pas sur ce type d’irrationalité que s’amorcent les controverses dans tous les domaines ?

 

Se superpose à la controverse entre une nature bonne et une nature mauvaise, une dualité entre une nature stable et une nature en évolution constante. Sur ce dernier plan, il est curieux de constater qu’alors que la science a clairement montré que l’Évolution concernait l’ensemble des êtres, plusieurs oppositions se font jour. D’une part, l’opposition religieuse fondamentaliste ne peut accepter de perdre l’idée de ce monde stable où l’humain a été placé, au sommet d’une échelle des êtres. Même quand l’idée d’évolution est acceptée, on voit souvent des affirmations du genre « L’Évolution a créé les espèces et, à la fin, l’Homme est apparu ». Une telle présentation des faits ne sous-entend-elle pas : « maintenant, ça y est, c’est stabilisé, on est arrivé au bout » ? Les récentes controverses concernant l’utilisation des biotechnologies (et le brevet sur les insertions d’ADN) concernent, entre autres, ce point.

 

La question est de savoir s’il nous appartient de figer une situation en modifiant à la marge des acquis ancestraux ou s’il faut faire fonctionner des mécanismes naturels complexes. Les ressources offertes à l’agriculture par le milieu naturel sont-elles renouvelables ou données, créées par le passé, stables ? Doit-on tenter de conserver la biodiversité ? Doit-on considérer que les semences sont une ressource fixe offerte par un processus mystérieux depuis le néolithique ? Doit-on « freiner l’érosion des ressources génétiques » ou (re)mettre en place les conditions de l’Évolution, génératrice de diversité ? Doit-on concevoir l’activité agricole dans le sens d’une « agriculture minière » qui exploite sans renouveler ? Doit-on garder les ressources génétiques congelées dans un grand frigo souterrain, une « Arche de Noé » moderne ou cela n’est-il qu’une survivance biblique ? Autant de questions qui engagent comme on dit aujourd’hui l’avenir de la planète (entendez l’avenir des humains sur la planète). Le scientifique plongé dans ces questions doit-il rester neutre ? Parlons-en !

 

14h30 Francis Chateauraynaud (Sociologue, GSPR/EHESS)

 

Quelle théorie de l’argumentation pour la sociologie des controverses ?

 

Ces dernières années, les usages du terme de « controverse » se sont étendus au point de désigner peu ou prou tous les processus critiques qui traversent les sociétés contemporaines. C’est particulièrement saillant à propos des sciences et des technologies, des enjeux sanitaires, environnementaux ou énergétiques. Ce faisant, la forme « controverse » mérite d’être mise en variation, et en tension, avec d’autres formes, comme la « discussion », le « procès », le « conflit », la « polémique »  ou le « débat public.

 

Afin de lever un certain nombre d’ambiguïtés, voire de paralogismes, à l’œuvre dans les joutes polémiques  concernant les rapports entre les mondes scientifiques et les publics, l’exposé prendra ainsi appui sur des dossiers comme l’amiante, le nucléaire, les OGM, les nanotechnologies, la pollution atmosphérique, le changement climatique ou encore les  gaz de schiste, dont la description et l’analyse sur la longue durée sont en partie assurées par une équipe de sociologue numériques. Sur cette base il proposera trois lignes de clarification.

La première déploie les différentes versions de la « sociologie des controverses », depuis la théorie de l’acteur-réseau lancée dès la fin des années 1980 jusqu’à la sociologie argumentative ou la balistique sociologique de facture plus récente, étant entendu qu’il ne peut y avoir de « controverse » proprement dite sans confrontation d’arguments.

La deuxième ligne concerne l’usage de notions sociologiquement problématiques comme celles de « croyance », de « peur » ou d’ « irrationalité ». Ces notions ne peuvent servir de point de départ à la compréhension de ce qui  rassemble ou oppose des acteurs. Il vaut mieux y regarder à deux fois avant de qualifier les comportements associés d’ « irrationnels ».

Dans un troisième moment, il convient d’interroger les échelles et les modes de confrontation auxquels ont recours les protagonistes lorsqu’ils défendent une cause ou, au contraire, tentent d’en réduire la portée. Nous nous y attarderons un peu plus pour tenter de comprendre les désaccords  qui surgissent au cœur des expériences pratiques, lorsque les personnes ou les groupes doivent produire un minimum de repères communs et d’agencements collectifs.

 

Par contraste avec les approches qui privilégient l’entrée par l’histoire des idées, l’interprétation des sondages d’opinion ou le commentaire des études de psychologie expérimentale, comme dans le cas des « biais cognitifs », la sociologie pragmatique des controverses se nourrit d’une casuistique évolutive. Celle-ci ne permet-elle pas de suivre une multiplicité de processus saisis par les moments d’épreuves ou les bifurcations, qui voient se modifier les jeux d’acteurs et d’arguments ?

 

 

15h Pause café.

15h30 Table ronde : « Scientifique et/ou militant ? »

 

Daniel Boy (Socio politiste, CEVIPOF) ; Mathieu Brugidou (Sociologue, EDF) ; Guillaume Lecointre (Biologiste, Muséum d’histoire naturelle) ; Jacques Treiner (Physicien, Pierre et Marie Curie)

 

 

16h Débat final. Animateurs : Mathieu Arnoux (Historien, LIED) ; Fabienne Malagnac (Biologiste, LIED)

LIED 18 mars 2014 – « Nouveaux modes de consommation ? »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

                         Thème « Nouveaux modes de consommation ? » 

 

                  Le 18 mars, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

 

                                                Campus Paris Diderot

 

 

   De nouveaux modèles en économie voient le jour en particulier sous la pression de la transition énergétique à favoriser. Pour aiguiller le débat interdisciplinaire final sur cette question, interviendront successivement un économiste, un physicien et un désigner.

 

 

14h Philippe Moati (Economiste, Paris Diderot)                 

 

Vers un modèle de consommation sobre ?

   

Le modèle de consommation issu des « Trente glorieuses », fondé sur l’accumulation intensive de marchandises, semble aujourd’hui remis en question. Les mutations sociétales se couplent aux effets des tensions sur le pouvoir d’achat et aux opportunités ouvertes par les nouvelles technologies pour promouvoir une évolution des comportements de consommation. Des pratiques émergentes de développent en marge des logiques marchandes dominantes, dont  la consommation collaborative est l’expression la plus spectaculaire. Parallèlement, les grands acteurs de l’offre (industriels, distributeurs, prestataires de service) font évoluer leurs modèles économiques en cohérence avec les fondements de la création de valeur associés au capitalisme contemporain. A mesure qu’ils « s’orientent clients », ils adoptent une posture « servicielle » qui les écartent du modèle traditionnel fondé sur la transaction autour de produits.

 

La rencontre de ces deux dynamiques laisse entrevoir le basculement vers une « économie des effets utiles », davantage centrée sur la satisfaction des besoins que sur la production des moyens de les satisfaire, où les effets utiles et les solutions prendraient le relais du produit dans l’organisation de la relation marchande. Une telle évolution permet d’entrevoir un processus de dématérialisation de la valeur et, ainsi d’envisager une voie de conciliation de la croissance et des enjeux environnementaux. Nous nous interrogerons sur la nature de cette économie des effets utiles et des conditions institutionnelles de son émergence et de ses vertus environnementales.

 

15h Pause café

 

15h30 Christophe Goupil (Physicien, LIED)

 

Performance énergétique et efficacité : une sobriété précaire ?

 

Les questions énergétiques sont peuplées d’un florilège de termes dont les définitions constituent le socle de réflexion du débat sur la transition énergétique.  S’il est clair que chaque opération de la vie courante (déplacement d’une voiture, chauffage d’une maison, fabrication d’un objet…) nécessite d’utiliser une certaine quantité d’énergie, il est plus délicat de parvenir à répertorier les solutions les plus performantes pour y parvenir. D’autre part,  efficacité énergétique et performance énergétique sont deux notions parfois confondues, ce qui conduit à obscurcir le débat. Dans un premier temps, et à partir de quelques considérations physiques, nous tenterons de définir sans ambiguïté l’efficacité énergétique en la confrontant aux usages visés. Dans un second temps nous  aborderons les questions de sobriété en nous plaçant du point de vue de l’usager. Si la sobriété apparaît de plus en plus comme le complément de l’efficacité, sa définition reste encore sujette à caution et sa mise en œuvre délicate. Paradoxalement, la sobriété nécessite des moyens pour être mise en œuvre, l’absence de ces moyens conduisant à la vulnérabilité ou la précarité énergétique. L’exposé consistera somme toute à nous poser cette question : que dépenser pour être sobre ?

 

16h David L’Hôte (Designer, projet GICC VIADUC)

 

Le design, objet de transformations.

 

Depuis le XIXème siècle, au rythme des évolutions industrielles, le design participe à la conception des dispositifs qui structurent notre quotidien. Le designer concoure à l’évolution de nos pratiques en cherchant le compromis entre l’usage et les contraintes de production. Il contribue à façonner un écosystème matériel qui modèle discrètement nos habitudes. Nous sommes devenus les objets du design. Car intégrer la sobriété énergétique ou les solutions servicielles à nos modes de vie nécessite des dispositifs et des modalités spécifiques à la métamorphose de nos habitudes. C’est la synthèse des effets, des moyens, et de la manière de les produire qu’opère le designer.

Nous verrons que les démarches du designer et du chercheur ont de nombreux points communs. La valorisation de la recherche et la diversification des territoires du design font converger les disciplines. Nous pourrons alors nous poser la question de l’apport du design au projet de recherche et de l’influence du cadre de la recherche sur le design.

 

 

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio écologue, LIED) ; Pascal David (Physicien, LIED)

Séminaire LIED – Résilience, urbanisme et énergies,14 janvier 2014

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

                               Thème « Résilience, urbanisme et énergies  » 

               Le 14 janvier, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

 

14h Damien Serre (Géographe, LIED)

La ville résiliente : du concept à la mise en oeuvre

Depuis les années 2000, le concept de résilience fait son apparition en géographie,  urbanisme et gestion des risques car le concept de vulnérabilité montre ses limites dans la compréhension et la réduction des risques. De nombreuses réflexions, études, écrits, séminaires… exposent l’intérêt de la résilience qui a notamment pour atout d’approcher le risque d’une manière globale, intégrée et systémique. Même si l’intérêt de la notion est évident les actions d’évaluation opérationnelle ou de mise en œuvre du concept de résilience restent très rares. Dès lors, on peut se demander ce qui manque pour que la résilience puisse trouver les moyens de sa transcription :

  • La science pourra-t-elle aboutir à concevoir la ville résiliente ?
  • Pourra-t-on intégrer enfin la question des risques dans l’aménagement de manière systématique ?
  • Pourra-t-on permettre à la ville de fonctionner en mode dégradé pendant les crises en maintenant des niveaux minimums de fonctionnement des systèmes liés à l’énergie ?

14h30 Damienne Provitolo (Géographe, Géoazur)

Analyse des risques au regard de la résilience.

Devenues des notions phares du domaine des risques, des catastrophes et du changement climatique depuis une vingtaine d’années, la vulnérabilité et la résilience connaissent un véritable engouement sur la scène scientifique nationale et internationale mais aussi auprès des acteurs institutionnels en charge de prévenir et gérer les territoires exposés aux risques et catastrophes. Si ces deux concepts semblent ne pouvoir se comprendre que l’un par rapport à l’autre, ils restent polysémiques, notamment de par leur appropriation par des champs disciplinaires variés. Le concept de vulnérabilité recouvre diverses acceptations qui ont en commun d’intégrer l’idée de choc subi par un événement extérieur et une notion de fragilité, de difficulté à s’en défendre. Mais les sociétés possèdent aussi la capacité de résister, de s’adapter ou d’innover. Les catastrophes les perturbent, mais les font rarement disparaître. La résilience illustre cette capacité.

Il s’agira notamment d’apporter un éclairage aux questions suivantes : de quels cadres méthodologiques disposons nous pour analyser la résilience des systèmes « socio-écologiques » ? Existent-ils des déterminants propres à la vulnérabilité et à la résilience des sociétés et des territoires ? À quelle(s) échelle(s) spatiale(s) et temporelle(s) penser la résilience ? Ces notions de vulnérabilités et résiliences sont-elles opératoires pour aider les acteurs institutionnels à prévenir et gérer les risques et les catastrophes? Quels types de stratégies développer pour accroître la résilience des territoires ? Quels comportements adopter ?

15h Pause café

15h30 Stéphane Douady (Physicien, MSC)

Forme hiérarchique et organique des villes : un sélection humaine ?

En analysant les plans de ville, on observe la prédominance d’un certain type de structures, celles correspondant à une croissance organique, par additions successives, qui crée un structure hiérarchique particulière, et ceci quelles que soient les époques et même les cultures.

Même quand la ville est « planifiée », cela ne correspond qu’à une petite partie, qui va se fondre dans la mosaïque organique globale. On pourrait penser que ce type de structure est juste un héritage de l’histoire, dont nous somme prisonnier. Mais les différentes tentatives de s’en extraire ont trop souvent été soldées par des échecs. Faut-il donc conclure que c’est aussi ce type de structure qui est sélectionné par l’homme-usager lui même ? Auquel cas il faut tenir compte de ses choix et résistances profondes dans la conception de nouveaux plans.

16h Jonathan Rutherford (Géographe-urbaniste, LATTS)

Transitions énergétiques urbaines

Alors que quasiment tous les aspects du fonctionnement urbain dépendent par nature de l’accès aux flux et aux circulations d’énergie, les acteurs urbains semblent intervenir de moins en moins dans la production, l’organisation et la gestion des énergies. Dans le même temps, tandis que les villes sont des lieux de consommation élevée, et de fait, auraient une influence directe sur la nature et la forme des systèmes énergétiques dans leur ensemble, les acteurs responsables de ces systèmes négligent généralement la dimension urbaine, ne considérant les villes que comme les derniers maillons d’une chaîne qu’il suffit d’approvisionner.

Cette présentation du sujet conduira à interroger la relation profondément ambivalente entre l’énergie et l’urbain. A l’heure des transitions énergétiques (de formes diverses) qui cherchent à engager nos sociétés sur des voies (multiples, contestées) de changement radical et systémique, cette relation ne devraient-elle pas être repensée ? L’exposé cherchera à se démarquer des approches (politiques et académiques) qui voient la ville soit comme une entité ou une échelle fixe, dans laquelle une part toujours plus importante de l’énergie est utilisée, soit comme un cible d’une transition énergétique normative et définie à une autre échelle, soit encore comme un instrument de sa mise en œuvre. Cette intervention explorera donc plutôt comment les transitions énergétiques reposent toujours, au moins en partie, sur des processus, pratiques et changements urbains. Elle déboulonnera ainsi le mythe (convenu et post-politique) d’un seul scénario de transition énergétique, unique et générique, auquel les contributions des villes sont attendues et vers lequel tous pourraient ou devraient converger. Quelles sont les répercussions analytiques et pratiques d’une approche urbaine intégratrice qui n’extériorise pas (en dehors de l’urbain) le changement sociotechnique ? Et les transitions énergétiques ne s’opèrent-elles pas par des transformations urbaines dont il convient d’étudier les formes et les répercussions sociopolitiques ?

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio-écologue, LIED) ; Mireille Ferri (Conseillère régionale, vice-présidente de l’IAU IdF) ; José Halloy (Modélisateur, LIED)