Archives de catégorie : Séminaires Ehess en lien avec KOYRE

Penser / classer les collections techniques Séance 1 – Bibliographie I. Hedde

Séance 1 – Biblio Hedde par C. Demeulenaere

Dans le cadre de la 1e séance du séminaire Penser / classer les collections techniques :

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Penser/classer les collections techniques 2013-2014

Séminaire Penser/classer les collections techniques

Séminaire organisé par le Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS), le laboratoire SPHERE (CNRS/ université Paris Diderot – Paris ), le master Recherche Identités Altérités de l’université Paris Diderot – Paris 7, le master Recherche Etudes germaniques de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en collaboration avec l’UMR AUSSER et l’INHA.

Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Vendredi 6 décembre 15h.-19h. Demi-journée sur les cabinets de curiosité

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris

Séance commune avec le séminaire de Patricia Falguières

• Patricia Falguières (EHESS) : « L’instrument / l’image, les deux voies de la mimesis dans le cabinet des arts au XVIe siècle »

Sven Dupré (Max Planck Institute for the History of Science) : «Technology and Collecting in Early Modern Antwerp: The Artful Worlds and Material Possessions of the Portuguese Merchant-Banker Emmanuel Ximenez »

Alex Marr (Université de Cambridge) : « Ingenuity in the Gallery »

Vendredi 24 janvier 15.-19h. Demi-journée : « Penser/classer les collections ethnologiques »

Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)

Susanne Mersmann (Université Johannes Gutenberg-Mayence) : « Le statut et la définition de l’objet au Palais du Trocadéro à la fin du xixe siècle ».

Dominik Collet (Université de Heidelberg) : “Staging Separation – Distant worlds in early museums”

Jeanna Tchistiakowa (Musée ethnographique de la Russie) : « Le musée ethnographique de la Russie et son système d’inventaire de sa fondation (1895) à nos jours »

Jeudi 6 février 17h.-19h.

Université Paris 7, bâtiment Condorcet salle Mondrian (646A)

Sophie A. de Beaune (Université Lyon III-UMR 7041 ArScAn) : « Muséographie de la préhistoire au xixe siècle : le cas d’Édouard Piette, géologue préhistorien »

Jeudi 6 mars 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) : « Méthodologie et sources pour une histoire de la constitution des collections du Conservatoire des arts et métiers »

Jeudi 20 mars 17h.-19h.  

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, salle Chastel

Anne Lafont (INHA) : « Le cabinet de curiosités comme laboratoire expérimental au xviiie siècle : hypothèses »

Jeudi 3 avril 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Vincent Bontems (CEA) : « La classification des machines chez Gilbert Simondon »

Vendredi 16 mai 15h.-19h. Demi-journée: « De l’objet quotidien à l’objet muséographié »

Université Paris 7, bâtiment Condorcet salle Mondrian (646A)

Thierry Bonnot (CNRS-IRIS) : « Biographies d’objet : de l’usine au musée ou à la collection personnelle. Patrimonialisation d’objets du quotidien »

Alban Bensa (EHESS-IRIS) : « Du particulier au général : montrer l’échange et l’invention dans le Musée des Confluences de Lyon à partir d’une collection d’objets ethnographiques ».

 

 

Séminaire 2013-2014 L’ingénieur face à la société : un jeu de miroirs

Claudine FONTANON (EHESS/Centre Alexandre Koyré) et Irina GOUZEVITCH (EHESS/Centre Maurice Halbwachs)

 Séminaire de l’EHESS, les 2e et 4e vendredis du mois, de 10 h à 12h, de novembre 2013 à juin 2014

 EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare)                                                     

 Salle n° 2 de 10 h à 12 h

“L’ingénieur face à la société : un jeu de miroirs”
L’interaction de l’ingénieur avec la société est un élément identitaire fort de la profession. D’une part, les ingénieurs cherchent à se positionner par rapport à la société et à s’y faire une place appropriée en élaborant des modes d’affirmation de leur statut social propre et en se fabriquant une image qu’ils souhaitent renvoyer. Pour ce faire, d’une part ils créent des associations professionnelles aptes à défendre leurs intérêts mais de l’autre, ils investissent d’autres branches d’activité où ils essaient d’appliquer et de faire valoir leurs méthodes rationnelles d’intervention, de règlementation et d’efficacité

Les secteurs d’activité où les ingénieurs s’investissent en dehors de leurs domaines de compétences reconnues nous intéressent particulièrement. Le séminaire de l’EHESS que nous avons tenu en 2012/2013 sur cette thématique a révélé la fécondité de cette notre approche. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut mentionner : la littérature, les  arts et la musique, les sports, le tourisme et la photographie, la politique, les sciences exactes ou expérimentales, la philosophie, la sociologie ou les sciences occultes, l’architecture et l’urbanisme…/

La société, pour sa part, cherche à décoder cette image tout en élaborant sa propre vision, et sa perception de ce nouveau groupe professionnel – qui se construit à travers l’Europe tout au long du 19e siècle – évolue au fur et à mesure que la profession se consolide, fait ses preuves et se globalise.  Les hommes des arts et des lettres y participent de manière active en intégrant progressivement les ingénieurs dans leurs œuvres, d’abord comme figurants, ensuite comme personnages douteux à l’identité trouble, pour finalement en faire des acteurs positifs du progrès social.

 

 

Calendrier provisoire

 

8 novembre 2013- Konstantinos CHATZIS (ENPC/LATTS) : “Le “libéralisme” des ingénieurs du Bureau of Public Roads et le réseau autoroutier urbain américain, 1930-60″

 23 novembre – Ghenima BITA (EHESS), “Les ingénieurs du génie militaire Français en Algérie”

13 décembre – Laurent ROLLET (université de Nancy), « le roman secret d’Henri Poincaré » et Claudine FONTANON (EHESS), « les ingénieurs à l’Académie des sciences  1840-1940 »

10 janvier 2014 – Thierry RENAUX  (Centre Alexandre Koyré), “Des collections d’ingénieurs ou l’illustration du patrimoine de l’aluminium. Les collections d’automobiles Jean-Albert Grégoire et la collection d’objets Jean Plateau-Institut pour l’histoire de l’aluminium”.

24  janvier – Antoni ROCA ROSEL (titre à venir)

14 février – Geneviève MASSARD GUILBAUD (EHESS), « Autour des comblements de Nantes. Réflexion sur le pouvoir politique et la responsabilité sociale des ingénieurs des Ponts »

28 février - Juan PAN MONTOJO (Université autonome de Madrid), «Les ingénieurs agricoles et la société rurale en Espagne, 1890-1936 : la découverte des paysans».

14 mars – Laura ZATTRA (Université de Padoue, Italie) « Réalisateur en informatique musicale: émergence d’une profession »

22 mars – Régis COUILLARD (EHESS, Paris1 Panthéon-Sorbonne), « L’ingénieur dans la presse généraliste française entre 1850 et 1914 ».

et Guillaume de SYON, « Paris Match et le reportage technique durant les Trente glorieuses »

26 avril –  Diego ARENGO-LOPEZ (EHESS/CRH),  « L’urbanisme, institutions et professionnels. Architectes et ingénieurs à Bogota et Buenos Aires, XXe siècle »

9 mai – Alexandra KOBILJSKI  (EHESS)  Les rêves d’un ingénieur chimiste japonaise: la poésie et la prose de Shimomura Kôtarô (1863-1937)

23 mai – Mauve CARBONELL (Université de Marseille) « Des ingénieurs en milieu montagnard ; Péchiney en Maurienne au XXe siècle »

13 juin – Rozzana TAZZIOLI (Université de Lille.), L’engagement anti-fasciste et institutionnel de l’ingénieur Gustavo Colonnetti

 

Contact : Claudine Fontanon 06 13 17 05 65 – claudine.fontanon@ehess.fr ; Irina Gouzévitch : igouzevitch@ens.fr

 

Les ingénieurs face à la société-2014-Appel à contribution

APPEL à CONTRIBUTIONS

 

“L’ingénieur et la société : un jeu de miroirs, fin XVIIIe-XXe siècles”

 

L’interaction de l’ingénieur avec la société est un élément identitaire fort de la profession. D’une part, les ingénieurs cherchent à se positionner par rapport à la société et à s’y faire une place appropriée en élaborant des modes d’affirmation de leur statut social propre et en se fabriquant une image qu’ils souhaitent renvoyer. Pour ce faire, d’une part ils créent des associations professionnelles aptes à défendre leurs intérêts mais de l’autre, ils investissent d’autres branches d’activité où ils essaient d’appliquer et de faire valoir leurs méthodes rationnelles d’intervention, de règlementation et d’efficacité

Les secteurs d’activité où les ingénieurs s’investissent en dehors de leurs domaines de compétences reconnues nous intéressent particulièrement  Le séminaire de l’EHESS que nous avons tenu en 2012/2013 sur cette thématique a révélé la fécondité de notre approche. Sans prétendre à l’exhaustivité et en restant ouvertes à toute autre proposition, on peut mentionner :

–          la littérature, les  arts et la  musique

–          les sports, le tourisme et la photographie

–          la politique

–          les sciences exactes ou expérimentales

–          la philosophie, la sociologie ou les sciences occultes

–          l’architecture et l’urbanisme

…/

La société, pour sa part, cherche à décoder cette image tout en élaborant sa propre vision, et sa perception de ce nouveau groupe professionnel – qui se construit à travers l’Europe tout au long du 19e siècle – évolue au fur et à mesure que la profession se consolide, fait ses preuves et se globalise.  Les hommes des arts et des lettres y participent de manière active en intégrant progressivement les ingénieurs dans leurs œuvres, d’abord comme figurants, ensuite comme personnages douteux à l’identité trouble, pour finalement en faire des acteurs positifs du progrès social.

Par cette appel à contributions, nous souhaitons poursuivre et développer l’examen de toutes ces questions, somme toute peu étudiées, en faisant appels aux travaux récents ou inédits de l’histoire politique, culturelle et sociale, de l’histoire de l’art et de la musique ou toute autre forme d’activité dans le champ social.

 

Les propositions qui seront retenues seront destinées à alimenter plusieurs séances de notre séminaire de l’EHESS (débutant en novembre 2013) ainsi qu’une journée d’étude ou un colloque qui se tiendra à Paris au printemps 2014.

 

Pour toute information complémentaire, contacter

Claudine Fontanon (EHESS/ Centre Alexandre Koyré) : claudine.fontanon@ehess.fr

ou Irina Gouzévitch (EHESS/ centre Maurice Halbwachs) : igouzevitch@ens.fr

UE FONDAMENTALE “Introduction à l’histoire des techniques”, 2013-2014

PROGRAMME UE fondamentale Histoire des techniques EHESS 2013-2014

UE fondamentale du Master du Centre A. Koyré

Mentions & spécialités  : Histoire des sciences, technologies et sociétés (M1, 2e semestre, ouvert aux étudiants de M2)

Responsable : Liliane Hilaire-Pérez. Mail : liliane.perez@wanadoo.fr

Séminaire “L’analogie et les techniques. Approches interdisciplinaires” 2011-2012

Analogie et techniques. Approches pluridisciplinaires

 

Université Paris Diderot et EHESS

Département d’histoire (GHSS),  laboratoire SPHERE

 

Paris Diderot : séminaire de M 2 – 43 HI 1653

EHESS : séminaire de M 1 et M 2 – Parcours TTS du Master en sciences sociales

Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez, Koen Vermeir

Comment Léonard a-t-il inventé ses machines de vol ? Comment expliquer les transpositions de méthodes de tissage dans des techniques de guerre, d’instruments de meunerie dans la fabrication des cosmétiques ? Comment peut-on comprendre les rapports entre des artefacts préhistoriques sans disposer sources textuelles ? Le point du départ de ce séminaire est que l’analogie joue un rôle crucial dans la conception technique quelle que soit l’époque considérée. Le raisonnement analogique est au cœur des processus de créativité, d’invention technique, de circulation et d’appropriation des techniques. Ces résonances entre périodes, entre champs d’étude, justifient d’organiser un séminaire pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs d’horizons différents : historiens des techniques, archéologues, psychologues cognitivistes, anthropologues, historiens de l’art, muséographes, philosophes des techniques, historiens des mathématiques, informaticiens et théoriciens de l’analogie. En plus des séances classiques, le séminaire comprendra trois demi-journées d’étude (analogie et histoire des mathématiques, histoire de la modélisation de l’analogie, analogies entre le son et l’image via la photographie, le cinéma, les illusions d’optique).

Séminaire Analogie et techniques 2011-2012

Bibliographie Analogie et techniques

 

Séance “Collections techniques et patrimoine industriel” 17 juin 2013

Séance Collections techniques et patrimoine industriel

Centre Alexandre Koyré (EHESS), 17 juin 2013

 

Dans le cadre des activités du Centre Alexandre Koyré, sera organisée la séance introductive au séminaire  2013-2014  « Classer les collections techniques  ».

Cette séance comportera deux interventions, la première de Rifat Kulenovic, conseil auprès du Musée des sciences et de la technologie de Belgrade et responsable de la protection du patrimoine industriel (Serbie), la seconde de Thierry Renaux, membre de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) et doctorant au Centre Alexandre Koyré.

L’objectif est de poser la question des liens entre collections techniques et patrimoine industriel à partir de deux cas, l’un national, l’autre thématique. R. Kulenovic appuiera principalement son propos sur les collections publiques du Musée des sciences et de la technologie de Belgrade tandis que T. Renaux étaiera son intervention grâce à des collections privées (collection d’automobiles Jean-Albert Grégoire-IHA, collection d’objets Jean Plateau-IHA, collection d’objets Stefano Moreschi, etc.) et des pièces isolées appartenant à des collections publiques (musée des Arts et métiers, Observatoire de Paris, Science Museum de Londres, Deustsche Museum de Munich, etc.).

Les interventions présenteront donc un état des lieux de pratique de collections, publiques et privées, dans divers pays européens, principalement en Serbie et en France. Cette analyse de la pratique concernera les objectifs et la gestion de ces collections ; la prospection et la valorisation de collections industrielles (a fortiori scientifiques et techniques) seront évoquées dans des contextes nationaux, quoique aux causes très différentes, de désindustrialisation.

            INFORMATIONS PRATIQUES

Date et horaire : 17 juin 2013, de 16h00 à 18 h 00.

Lieu : Centre Alexandre Koyré

Contact : liliane.perez @wanadoo.fr

Séminaire “L’ingénieur face à la société : un jeu de miroirs, XIXe-XXe siècles” 2012-2013

4e vendredi du mois de 9 h à 11 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 26 octobre 2012 au 24 mai 2013. La séance du 26 octobre est annulée. Séance supplémentaire le 21 juin. Les séances de janvier, février, avril, mai et juin se tiendront de 10 h à 12 h

L’idée est de réfléchir sur les deux facettes de cet élément identitaire de la profession : d’une part la façon dont l’ingénieur se positionne par rapport à la société (discours, action et rôle social) et de l’autre, comment la société le perçoit et comment cette perception change au fur et à mesure que la profession se consolide mais aussi comment elle participe de cette construction identitaire.
Nous mobiliserons pour développer cette question les travaux récents ou inédits de l’histoire politique, culturelle et sociale au croisement de notre champ de recherche.

Programme :

23 novembre 2012 : Ana Cardoso de Matos (Université d’Evora, Portugal) : les ingénieurs et le tourisme,

25 janvier 2013 : André Grelon (EHESS/CMH) : Les ingénieurs, la littérature et la construction de la profession (France, Russie, Espagne, XIXe siècle)

22 février 2013 : Georges Ribeill (ENPC/LATTS) : Des ingénieurs aux prises avec les “sciences occultes” (magnétisme, radiesthésie ….) Inventaire, bibliographie, bilan critique

22 mars 2013 : Frédéric Seitz (Université de technologie de Compiègne) : Gustave Eiffel : le triomphe de l’ingénieur.

26 avril  : Bruno Belhoste (Université Paris1), Jean-Victor Poncelet académicien, Claudine Fontanon (EHESS/Centre Alexandre Koyré) Les ingénieurs à l’Académie des sciences (1840 -1940)

24 mai 2013 : Antoine Savoye (Université Paris 8). Le Play, ingénieur inclassable

21 juin 2013 : Konstantinos CHATZIS (ENPC/LATTS) : Le “libéralisme” des ingénieurs du Bureau of Public Roads et le réseau autoroutier urbain américain, 1930-60

Séminaire “La recherche aéronautique, XIXe-XXe siècles” 2012-2013

2e vendredi du mois de 9 h à 11 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 9 novembre 2012 au 14 juin 2013

Pour la seconde année de ce séminaire, nous continuerons la construction d’un champs d’étude large de l’aéronautique qui envisage toutes les productions autour des savoirs techniques et scientifiques de l’air depuis le XIXe siècle,articulant des domaines traités ordinairement séparément (aérostats, dirigeables, avions, satellites). Nous nous attacherons notamment à l’émergence de l’aérodynamique ainsi qu’aux technologies et stratégies politiques ouvertes par la maîtrise de l’air et la territorialisation progressive de l’air et de l’espace.

En nous focalisant particulièrement sur les acteurs et leurs pratiques, il s’agira d’aborder, premièrement la variété des mondes de l’invention mettant en évidence des parcours professionnels très différents où se côtoient ingénieurs, entrepreneurs et publicistes de la science mais aussi, deuxièmement on s’intéressera à l’émergence des entreprises et des réseaux de recherche nouveaux au XXe siècle ainsi qu’à la circulation des savoirs et des savoirs-faire, via la question de la mémoire des acteurs – à tous les niveaux de compétence.

 

9 novembre 2012 :

  • Les débuts des télécommunications par satellites : le rôle des ingénieurs français (1959-1969), Michel Guillou (Université Rennes 1).
Cette présentation se propose de rappeler les grandes étapes de l’investissement des ingénieurs français depuis les premières initiatives et réponses aux sollicitations américaines, en 1959, jusqu’à la mise en place d’un programme franco-allemand pour la réalisation d’un satellite (Symphonie), à la fin des années 1960. Il s’agissait de prendre une certaine autonomie vis-à-vis de la suprématie américaine dans une application spatiale stratégique en terme d’indépendance et porteuse d’ambitions financières rentables. Elle montre les interactions entre les différents acteurs, tant au niveau national qu’international, ainsi que la circulation des savoirs et savoir-faire. Ce développement fut, à l’origine, mené par les ingénieurs du Centre national d’études des télécommunications, puis à partir de 1962, il fallut prendre en compte la création du Centre national d’études spatiales (le CNES), parfois source de rivalités entre les deux organismes. Ces hommes, très fortement impliqués dans les instances internationales spécialisées, furent également à l’initiative de projets au niveau européens et même d’organisation comme la CETS, scellant les bases de l’Europe spatiale d’aujourd’hui et le noyau d’une industrie particulièrement dynamique et compétitive au niveau mondial.
  • Les enjeux géostratégiques des systèmes de géo-navigation, Walter Arnaud (ingénieur Télécommunications)
Le GPS est actuellement le système de référence dans le domaine de la radionavigation par satellite. Son succès est lié à plusieurs facteurs, mais son usage civil et ses implications géopolitiques y ont contribué.
La catastrophe aérienne du vol sud-coréen KAL007 du 31 août 1987 a, officiellement, déclenché l’ouverture du système GPS au secteur civil, et en particulier au secteur de l’aviation civil. L’écart de route de l’appareil, abattu par un avion de combat soviétique, aura conduit à envisager toutes les solutions, et notamment l’accès au GPS, pour qu’une cette catastrophe ne se reproduise plus.
Dès lors, l’usage du GPS s’est étendu au secteur du commerce maritime et de la marine, dans des régions du monde très disputées. Les détroits d’Ormuz et de Malacca sont des exemples concrets de ces régions de haute tension pour lesquelles des écarts de navigation peuvent ou pourraient entraîner des conséquences diplomatiques ou militaires.14 décembre 2012 : Les pionniers de l’aérodynamique : une intense compétition pour la maitrise des savoirs, Claudine Fontanon (EHESS/ Centre Alexandre Koyré)& 11 janvier 2013 : Isabelle Sourbes-Verger (CNRS/Centre Alexandre Koyré), L’émergence des acteurs de la société civile dans la maîtrise de l’espace : de l’ingénieur au créateur d’entreprise, nouveaux profils et permanences8 février 2013 :
  • L’entrepreneur d’inventions Clément Ader : quelle figure fondatrice pour l’aéronautique ?, Guillaume Carnino (UTC/Costech-CNRS/CRH).
  • La figure héroïque de Louis Blériot, Jean-François Belhoste (EPHE)

8 mars 2013Luc Robene (Université Rennes 2) La mise en réseaux des compétences scientifiques et techniques dans l’élaboration du savoir et de la culture aéronautiques au XIXe siècle : l’exemple de la Société Française de Navigation Aérienne (SFNA)
Résumé : Ebauché au milieu du 19e siècle par l’aéronaute et expérimentateur Dupuis-Delcourt, le projet d’une puissante société savante consacrée aux progrès de l’aéronautique, dotée de moyens pratiques et engagée dans des programmes expérimentaux, ne voit définitivement le jour en France qu’à la fin du Second Empire (au moment où se structure outre Manche la Royal Aeronautical Society). La Société Française de Navigation Aérienne (SFNA), fédérant les compétences de praticiens, de techniciens, « mécaniciens », d’ingénieurs, de publicistes, de savants, apparaît d’emblée traversée par des courants d’idées qui délimitent de manière concurrentielle les priorités expérimentales et posent de manières différentes la question du vol et des ses usages. La confluence entre tendances « dures » (la science « positive » au service de la patrie) et conceptions plus ouvertes quant à l’utilité des expériences aéronautiques ou bien les débats techniques qui touchent plus largement à l’opposition entre partisans de procédés différents (plus lourd ou moins lourd que l’air ; vol battu ou vol plané ; etc.) constituent quelques uns des terrains culturels, idéologiques, techniques, scientifiques, qui concourent ensemble à produire de manière contradictoire et parfois polémique de la connaissance et des représentations sur la connaissance.
La densité de l’œuvre pratique et savante de la SFNA ainsi que les modes de sociabilité (relations internes, liens avec la société civile et les pouvoirs publics, échanges avec les partenaires étrangers) qui participent à cette mise en réseau des compétence techniques et scientifiques sont appréhendés à partir de plusieurs sources parmi lesquelles figurent les archives de la société ainsi que la publication de l’organe principal qui en retranscrit l’actualité scientifique et expérimentale, le journal L’Aéronaute. Il devient alors possible d’entrevoir comment s’organise autour d’enjeux et de débats parfois passionnés, une « pensée du vol » qui participe grandement à l’élaboration de la culture aérienne au 19ème siècle.

12 avril 2013 : Isabelle Sourbes Verger (CNRS/ Centre Alexandre Koyré) “L’émergence des acteurs de la société civile dans la maîtrise de l’espace : de l’ingénieur au créateur d’entreprise, nouveaux profils et permanences”

14 juin 2013 : Retour sur  une approche pluridisciplinaire de la «  culture aérienne », Nathalie Roseau (ENPC/LATTS), Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CRH-ICT)

Séminaire “La technologie, science humaine” 2012-2013

La technologie, science humaine

History-of-Inventions-Discoveries-and-Origins-Beckmann-Johann-9781177663076

Centre A. Koyré (EHESS/CNRS) et parcours TTS du Master en Sciences sociales (EHESS), SPHERE (Université Paris Diderot Paris 7/CNRS), Master Histoire et civilisations comparées, Université Paris Diderot Paris 7, ICT (Université Paris Diderot Paris 7) 2012-2013

Jeudi 17-19 h ou 15-19h

Centre Alexandre Koyré
27 rue Damesme 75013 Paris

Université Paris Diderot Paris 7, bâtiment Condorcet, 4 rue Elsa Morante 75013 Paris

Sophie A. de Beaune, Liliane Pérez, Koen Vermeir

CR Technologie, science humaine 2012-2013

Le Programme au format pdf

Bibliographie Technologie science humaine

Repères “La technologie, science humaine” 2012-2013

Technologie chez Simondon

Biblio Simondon et la technologie

Repères technologie anglaise XVIIIe-XIXe s.

Biblio Babbage

Jochen Hoock – Johann Beckmann et la place du discours technologique

Definitions de technologie-Appendice Jean-Claude BEAUNE 1980

Couffignal 1938

Cottereau 2007 Le Play e¦üconomiste

bibliographie André Leroi-Gourhan (technologie)

AmpereClassification

 

Le séminaire a pour but de faire découvrir le sens souvent oublié de la technologie, entendue comme science des opérations et des intentions fabricatrices. Bien loin de toute acception actuelle comme application de la science à la technique, la compréhension opératoire de l’action née au Moyen Âge, s’est déployée de la Renaissance au siècle des Lumières et a joué un rôle central dans les sciences humaines aux XIXe et XXe siècles. L’enjeu du séminaire est de faire connaître un champ de recherche dense et fortement remanié par les travaux récents portant sur des textes et des auteurs fondamentaux, de Bacon à Pitt-Rivers, Marcel Mauss, André-Georges Haudricourt, Alfred Espinas, André Leroi-Gourhan, Gilbert Simondon, Joseph Needham en passant par Johann Beckmann, Charles Babbage ou Frédéric Le Play. Les approches sont nécessairement interdisciplinaires et doivent conduire à l’étude globale d’un concept, à travers ses résonances en philosophie, en anthropologie, en ethnologie, en sociologie, en histoire, en préhistoire.

1. Mercredi 14 novembre 2012, Centre A. Koyré (exceptionnellement mercredi) : séance d’introduction : qu’est-ce que la technologie ?
Présentation par les organisateurs et interventions de Danielle Candel, Jochen Hoock, John Humbley autour de : « Technologie et terminologie ». Discutant : Guillaume Carnino.
2. 13 décembre 2012, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle Malevich, 483A
Mathieu Arnoux : « Comment penser les techniques au Moyen Âge ? »
3. 20 décembre 2012, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, 612B-Klein, 15-19h
Demi-journée Penser les techniques à la Renaissance
Koen Vermeir : “Art, technologie et nature à l’âge classique”.
Pascal Dubourg-Glatigny : « Réduire les savoirs à l’image : réduction en art et visualisation ».
Hélène Vérin : “La technologie, genre de littérature ou système des arts?”
Pascal Brioist : « Les éléments de machines chez Léonard et ses prédécesseurs”.
4. 17 janvier 2013, Centre A. Koyré
Ronan Le Roux : “Le domaine du mécanisable. Les projets doctrinaux de Louis Couffignal, de 1938 à 1966”.
5. 7 février 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 612B-Klein
Sophie A. de Beaune : « De la théorie à la mise en scène muséographique. L’évolution des techniques selon Augustus Lane Fox Pitt-Rivers (1827-1900) »
6. 21 mars 2013, Centre A. Koyré, 15-19h
Demi-journée Le XXe siècle : Haudricourt, Mauss, Leroi-Gourhan et leurs prédécesseurs
• François Sigaut : « Les prédécesseurs de Leroi-Gourhan »
• Nathan Schlanger : « Mauss et la technologie »
• Alban Bensa : « Haudricourt et la technologie »
7. 11 avril 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 512 A
Autour de Joseph Needham
Lucia Candelise et Frédéric Obringer : « L’oeuvre de Joseph Needham à partir de l’ouvrage Science et civilisation en Chine, Paris, Picquier, 1995, traduite par Frédéric Obringer »
8. 23 mai 2013, Centre A. Koyré, 15-19h
Demi-journée Le XIXe s. : la technologie, entre science des arts et science des machines
Joost Mertens, Liliane Pérez : « Technologie, technology » : la réception de la Technologie de Johann Beckmann en Grande-Bretagne au milieu du XIXe siècle »
Marie-José Durand-Richard : « Charles Babbage (1791-1877) : la machine analytique comme matérialisation d’une science des opérations »
Stéphane Baciocchi, Alain Cottereau : « Le Play et l’Angleterre – Enquêtes sur une Révolution sociale de l’Extrême-Occident ».
9. 13 juin 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 612B-Klein :
Jean-Hugues Barthélémy et Vincent Bontems : « Technologie et sciences humaines chez Simondon »

Le blog « Les techniques au Centre Koyré »

Le blog « Les techniques au Centre Koyré » diffuse les informations relatives aux séminaires d’histoire et des sciences sociales des techniques, met en ligne les documents de travail utiles aux préparation de séance et conserve la mémoire des séminaires passés sur la période du dernier quadriennal du Centre Alexandre Koyré (programmes, rapports annuels). Le blog sert aussi à l’annonce des journées d’étude et des colloques. Il établit aussi la liaison avec d’autres medias, à commencer par la revue nouvelle Artefact. Techniques, histoire et sciences sociales, éditée par CNRS Editions et à laquelle participe un grand nombre de membres du Centre Koyré. Le blog publie également des liens avec les autres sites et manifestations en rapport avec sa thématique. Enfin, il a pour but de créer des synergies avec les chercheurs d’autres centres de l’EHESS et de renforcer ainsi le caractère interdisciplinaire des enseignements de l’établissement. A terme, il doit aider à attirer des chercheurs étrangers à collaborer avec ce réseau.