Archives de catégorie : Atelier reconstitution

Ateliers Campus Condorcet- La réception au prisme de la reconstitution d’expériences- 6 juilleT


Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

 La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mercredi 6 juillet 2016

De 10h00 à 17h30

Centre Alexandre Koyré

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Séances 5 & 6

La réception au prisme de la reconstitution d’expériences

Dans ces dernières séances on se propose de débattre de la variété des usages de cette pratique en s’attachant à la fois à une approche réflexive et historiographique et à celle des pratiques contemporaines artistiques. Il s’agira par là de réfléchir à la notion de publics, d’acteurs, enfin d’envisager les processus de réception et de participation et les approches sensibles que rendent accessibles les reconstitutions. Les réplications d’expériences scientifiques se sont par exemple plus focalisées sur  les objets et les techniques instrumentales que sur les objets en interaction, la dimension de l’audience mérite d’être interrogée. Cette problématique est à mettre en relation avec  des entreprises menées dans l’histoire des techniques du pré-cinéma et le travail de restitutions menées par les arts vivants, et elle s’articule aussi  avec  des questions relevant de la muséographie (visite virtuelle, supports de médiation patrimoniale etc.).

Accueil

La reconstitution comme processus créatif et participatif

Carsten Wirth (artist based in Berlin) : ‘Painting in the Dark‘,

the camera obscura as an instrument for painting today

Estelle Zhong (Sciences Po Paris)

La reconstitution comme pratique artistique participative : The Battle of Orgreave (2001) de Jeremy Deller.

Aperçu historique et réflexif des usages de la pratique

Isabelle Reverdy-Medelice

Présentation historique de l’expérimentation en archéologie.

Koen Vermeir  (CNRS-SPHERE/Paris7)

Regards historiographiques sur les reconstitutions d’expériences en histoire des sciences et techniques

Nicolas Donin (laboratoire STMS (Ircam-CNRS-UPMC)

Réactivations musicales et artistiques : un aperçu

Discussion générale

 

 Adresse : Centre Alexandre Koyre. Salle de séminaire, 5e étage.

27, rue Damesme, 75013 PARIS – Métro : Tolbiac, Maison blanche

 contacts (inscription gratuite mais nécessaire)

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Mardi 7 juin 2016 – Atelier reconstitution- « La maquette, so what ? »

Ateliers du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Mardi 7 juin 2016

De 9h30à 13h

SPHERE, Paris Diderot Paris7

Attention!   Afin de pouvoir accéder au bâtiment, en raison de vigipirate, l’inscription préalable est obligatoire pour cette séance, avant lundi 6 juin 10h.

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

« La maquette, so what ? »

La fabrication de modèles a été un medium largement utilisé depuis  la Renaissance, notamment en architecture, et pouvant donner lieu à diverse mises en scène d’objets. La maquette a également permis de mettre en œuvre, à échelle réduite, une synthétisation des processus techniques de diverses machines. Ici on s’interrogera tant sur  les modèles anciens que sur les formes virtuelles qui ont connu une vogue privilégiée liée à la patrimonialisation des techniques, et notamment la relation entretenue entre la recherche d’une cohérence extérieure de la maquette 3D en regard des procédés techniques internes.

Table ronde  avec

Alexander Neuwahl (Artes Mechanicae, Florence)

The analysis of ancient machines through the integration of traditional knowledge and modern techniques/ L’analyse des machines anciennes par l’intégration des connaissances traditionnelles et les techniques modernes

Simona Valeriani (V&A/Royal College of Arts)

Architectural models in context: creativity, skill, spectacle.

Florent Laroche (Laboratoire IRCCyN, Ecole Centrale de Nantes)

De la maquette à la maquette virtuelle : quelle représentation ? quels usages ? quelle véracité ? Une déontologie à affirmer…

Michel Cotte (Centre François Viète, Université de Nantes)

Les maquettes virtuelles du patrimoine technique et industriel : retour sur un itinéraire personnel.

Adresse : SPHERE, Paris Diderot Paris7 – Salle 631B-Kandinsky.

Bâtiment Condorcet, bâtiment Annexe B (connecté avec le bâtiment A par des passerelles) , 4, rue Elsa Morante, 75013 PARIS -Métro : Ligne 14, RER C

 Coordination & contacts :

marie.thebaud-sorger@cnrs.fr ; alain.michel@univ-evry.fr

 

Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

1er avril- Les sens dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

Ateliers  du Campus Condorcet 2015-1016

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?

Vendredi 1er avril 2016, de 14h à 18h

 Séance 1 : Les sens  dans les reconstitutions. Le son : audition, production, reproduction.

La reconstitution-Affiche-Campus-CondorcetLa reconstitution in vivo permet de recréer par les conditions matérielles de l’expérience, sans  résoudre toutefois le problème de l’historicité des sens impliqués. Dans le cas du virtuel, la reconstitution des sens constitue souvent une pierre d’achoppement. On se concentrera plus particulièrement sur les sons et les moyens techniques de leur restitution.

Nous accueillerons

Henri Chamoux (LARHRA)

« Cylindres et disques à la Belle Époque : productions et reproductions »

Mélissa Van Drie (Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoine /ARIAS- THALIM, CNRS)

« Écouter l’archive : pour une reconstitution d’une culture auditive du passé »

 Alexandre Vincent (HeRMA/Université de Poitiers)

« Quelques réflexions sur les reconstitutions sonores de l’antiquité : le cas des cornua de Pompéi »

Nelly Poidevin, archetière

Lieu : Cnam, 2 rue conté, 75003 Paris.

salle 37.2.43 (salle des thèses Boris Vian)

voir le programme des séances à venir :

Programme ateliers reconstitution                                                                                      

Plan d’accès Cnam

plan d'accès cnam

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation

 

Ateliers Campus Condorcet

Partenaires Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

 Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. L’histoire des techniques s’est particulièrement intéressée à cette démarche sous des formes diverses : maquettes, spectacles, mises en scène, films, que l’apport des outils numériques de la 3D a également enrichis et complétés. Or, ces objets se trouvent au croisement de pratiques assez diverses, tant dans leurs productions que dans leurs usages : alors que la recherche fait de leur élaboration de véritables processus heuristiques, ils sont aussi produits à des fins de valorisation dans des contextes muséaux ou de médiations plus ‘grand public’. Ainsi la constitution de ces artefacts soulève un certain nombre de questionnements. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier aurait donc pour objet, en premier lieu d’analyser de manière réflexive les usages de ces processus pour la recherche au cours de cinq demi journées thématiques accompagnées d’un carnet de recherche en open-edition (hypothèse.org). Il s’agira également d’élaborer en second lieu le socle d’une réflexion pluridisciplinaire sur le rôle que ces technologies peuvent avoir dans la mémoire des activités et des lieux, mettant en perspective le site du Campus Condorcet et son insertion dans un espace parisien et péri-parisien en recomposition.

 

La reconstitution,   in vivo et numérique

 

Restituer la diversité des activités, des manières d’être, de travailler et d’habiter, les formes de la transmission et de la réception, la variété des interactions humaines dans leur dimension sensibles et corporées, demeure un enjeu commun à nombre de sciences humaines et sociales, archéologie, histoire, anthropologie et particulièrement dans le champ des techniques. Retrouver les traces des gestes oubliés, des savoir-faire des métiers, de sites de production disparus (ateliers, manufactures, boutiques…) dans leur organisation et leur environnement, constitue un ensemble de problématiques dont se sont saisis à des degrés divers les historiens, en collaboration souvent avec les acteurs du patrimoine bâti et archivistique. La question intéresse directement notre rapport aux traces du passé, dans la pluralité des formes matérielles qu’elles prennent : supports écrits (archives de la pratique, des corps de métiers, sources institutionnelles, juridiques), objets, fragments, échantillons ou bâtiments. Comment appréhender les dispositifs ingénieux, le fonctionnement de machineries de tout ordre, la variété des processus de fabrication et des savoirs opératoires, la justesse des tours de main souvent incorporés et tacites, et les ajustements souvent infimes de la pratique ?

Ces dernières décennies, de multiples initiatives ont fleuri et tentent, par la reconstitution, de pallier ces manques, permettant de renouveler nos approches intellectuelles en termes d’histoire des procédés. L’intérêt scientifique de l’archéologie expérimentale, par exemple pour comprendre les techniques de production et l’emploi d’outils paléolithiques, avait été démontré il y a longtemps par André Leroi-Gourhan. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre que ces démarches révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Ces initiatives qui n’émanent pas nécessairement du  monde académique permettent de rapprocher des acteurs de différents milieux (y compris amateurs et collectionneurs).

Conjointement l’introduction de nouveaux outils numériques, et notamment des restitutions 3D, a ouvert la voie à d’autres formes de reconstitution, permettant de modéliser et de recréer des sites de productions et machines, offrant de nouveaux moyens à la fois de représenter mais aussi de rendre intelligibles les gestes, les savoirs et procédés passés. Ces entreprises de numérisation, souvent émanant du modèle ingénieural, ne sont pas exempt d’un certains nombre de limites quant à leur conceptualisation – absence du traitement des sens par exemple (matière, bruit du travail, environnement)-, leur choix interprétatifs et esthétiques, et enfin leur finalité, d’autant que les attendus du monde de recherche, pour lesquels elles soulèvent un ensemble d’hypothèses fécondes, ne coïncident pas nécessairement avec l’agenda des projets de médiation ou de valorisation.

 

Les objectifs de l’atelier

 

Processus heuristique ou objet de médiation grand public, l’artefact soulève donc nombre de questionnements. L’efflorescence de projets rend à la fois possible mais aussi nécessaire de se pencher de manière réflexive sur les modalités de production de ces dispositifs, sur les usages qui en sont faits comme sur les dynamiques de recherche qu’elles ont pu ou non produire. Cet atelier aurait donc pour objet de partir des initiatives et réalisations en cours dans le domaine, de les comparer et de les interroger, y compris des entreprises menées hors de France. Mais loin de se cantonner aux enjeux propres à l’histoire des techniques, on viserait à engager, premièrement, la réflexion sur les usages de ces procédés de dématérialisation/re-matérialisation en écho d’autres disciplines qui ont activement mobilisés ces outils, notamment l’histoire des sciences et du spectacle vivant, et, deuxièmement, à considérer leur élaboration comme le lieu d’un dialogue possible entre les métiers de la recherche – dans la diversité de leur pratique – et les différents acteurs impliqués (institutions culturelles, visées pédagogiques, politiques urbaines, communautés d’amateurs, publics…).

Artefact vivant ou numérique, projet hybride parfois mixant les supports (spectacle, application numérique, gamification, film,..), ces entreprises menées à partir des archives sont des réalisations coûteuses, souvent longues et complexes à mettre en œuvre. Elles nous incitent à interroger l’usage de ces outils pour la recherche et les communautés qu’elles rassemblent pour les produire. Or, par sa capacité à ‘rendre vivant’, la reconstitution offre souvent l’illusion d’une reconstruction, proposant une interprétation scénarisée qui tend parfois à effacer les modalités de sa conception, et ce aux dépens des multiples voies d’explorations qu’elle permet : un moyen non uniquement de ‘résoudre’ mais peut-être d’explorer des hypothèses et de recenser la variété des arrangements possibles.

Ouvrir cet atelier réflexif sur les usages des reconstitutions aurait toute sa pertinence au sein du Campus Condorcet. En premier lieu, parce qu’il permettrait de faire émerger une réflexion transdisciplinaire sur un thème particulier des Humanités numériques en rapprochant des chercheurs de différentes institutions du Campus (CNRS, l’EHESS, le Cnam, l’ENC, l’EPHE, Paris 8) et au-delà (Université d’Evry, direction générale du Patrimoine, Inventaire du patrimoine…). En second lieu, parce qu’il met en perspective cette mémoire de la technique alors que le Campus et les nouveaux lieux de la recherche qu’il accueille s’inscrivent géographiquement dans des sites autrefois modelés par les activités productives de petits ateliers et usines, activités liées à la chimie, à la métallurgie et à la mécanique, et logés dans l’entrelacs d’infrastructures qui ont cédé la place à la recomposition architecturale et urbaine du paysage du Grand Paris.

 

Partenaires

 

Cet atelier s’organisera sous la forme de six demi-journées, de janvier à juin, accompagnées d’un carnet de recherche (hypothèse.org), à l’issue desquelles on espère ouvrir des pistes pour des entreprises collectives ultérieures qui pourraient prendre diverses formes (exposition virtuelle, projet de recherche collaboratif…).

Porté par des chercheurs du CNRS (Centre Alexandre Koyré), de l’EHESS, de l’EPHE, du Cnam (ILJ-CEDRIC), du CTHS (Ecole nationale des chartes), de l’Université Paris 8 (IDHES), mais aussi de l’université d’Evry (IDHES, également) et de la Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS) notamment, il espère impliquer les laboratoires traitant des questions de médiations, de numérisation et 3D du campus, et engager le dialogue entre historiens, sociologues, conservateurs, philosophes, antropologues …