Archives de catégorie : Séminaires 2013-2014

Jeudi 14 avril 2016-José Ramón Bertomeu-Sánchez-Les savoirs opératoires de la matière-

Prochaine séance du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré, co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF),

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 14 avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence, Espagne/IHMC)

Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

“The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.”

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

Eric Schatzberg, conférence « Craftsmen versus scholars », 3 juin 2015

Centre Alexandre Koyré

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 3 juin 2015  14-16h

 Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison, USA )

Craftsmen versus scholars in the discourse of technique and technology « The question of materiality is wrapped up in complex social relations that go back to ancient civilizations. Although all humans use skillful practices to engage with the material world, the nature of these interactions is shaped by the division of labor, in particular the division between mental and manual labor, which has existed since the invention of writing. Craftsmen are the people who interact most skillfully with the material world, shaping it to human ends. But most ideas about the material world come from scholars, who typically are allied with aristocratic elites. This paper will explore the tension between craft and scholarly knowledge over the longue durée, and suggest some implications of this tension for the history of 18th century chemistry. »

Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris, 5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr, Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques – Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

 Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques

 « Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation »

1ère séance Vendredi 13 Mars 2015 10-12h

 Marco Beretta (Université de Bologne)

« Mapping Lavoisier’s chemical laboratories: a preliminary survey »

 Lavoisier’s laboratory at the Petit Arsenal has been often celebrated as the site where the Chemical Revolution took place. However, this laboratory was set up only in 1776 and even after this date Lavoisier continue to perform many of his chemical experiments outside it. The aim of this presentation is to offer a preliminary mapping of Lavoisier’s sites of experimentation. I shall also refer to Lavoisier’s numerous instructions on how to make a chemical laboratory and to the increasingly important role played by Parisian makers of chemical instruments. On the basis of new textual and iconographic evidence I shall consider the laboratory at the Arsenal under new light. While its organization and apparatus were different from earlier chemical laboratories, as early as the 1760s many prominent European chemists and naturalists who engaged in pneumatic experiments  built their laboratories in a way that resemble that of Lavoisier.

Ce séminaire à périodicité irrégulière s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaissent l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

 Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr,

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Médecins et ingénieurs des Lumières – 24 janvier 2014

Séminaire Les ingénieurs et la société 24 janvier de 10h  à 12h

Antoni ROCA ROSEL (Ecole supérieure technique des ingénieurs industriels de Barcelone) : « Médecins et ingénieurs à l’époque  des Lumières :  Francesc Salva i Campillo et Francesc Sanponç i Roca »

à l’EHESS 190 Avenue de  France, 75013 Paris

salle 2   ( rez de chaussée)

Claudine Fontanon   Irina Gouzevitch

EHESS/ Centre Alexandre Koyré  EHESS/                 Centre Maurice Halbwachs

Prochaine séance du Séminaire Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes Jeudi 23 janvier de 16 h 30 à 18 h 30, Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 115

Séminaire Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes 
 
Prochaine séance  :
Jeudi 23 janvier de 16 h 30 à 18 h 30.
Lieu : Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 115
 

Parviz Mohebbi (UMR 7528 Mondes iranien et indien)

« La circulation et la connaissance des objets techniques européens en Iran »

 
Organisateurs du séminaire :
Yoshio Abé
Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin Lyon III-UMR 7041 ArScAn
Cozette Griffin-Kremer
Liliane Hilaire-Perez, EHESS, Université Paris-Diderot Paris VII
Haris Procopiou, Université Panthéon-Sorbonne Paris I-UMR 7041 ArScAn
 

Nous nous intéressons aux modalités de circulation des savoir-faire et des objets techniques – à l’état de matières premières, d’ébauches ou de produits finis – dans les sociétés non industrielles, y compris les sociétés sans écriture passées ou présentes. Ces transmissions peuvent s’opérer d’un groupe voisin à un autre, par emprunt ou diffusion, mais aussi d’une génération à l’autre. De plus, les techniques font l’objet d’adaptation à des besoins différents ou de perfectionnements. Enfin, les  circulations peuvent marquer des arrêts. Ce sont les arythmies mises en évidence par Jean Guilaine au Néolithique. En étudiant des cas concrets, nous examinerons ce que l’on peut percevoir de ces différentes modalités, à partir des traces matérielles et des sources textuelles à notre disposition. Nous verrons les difficultés que rencontrent l’archéologue et l’historien pour reconnaître ces transferts, plus faciles à appréhender en contexte anthropologique actuel.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Prochaine séance du séminaire « Penser/classer les collections techniques » Vendredi 24 janvier 15-19h, Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)

Séminaire Penser / classer les collections techniques
Prochaine séance :
Vendredi 24 janvier 15 – 19 h – Demi-journée « Penser/classer les collections ethnologiques »
 
Lieu : Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)
 
Programme :
• Susanne Mersmann (Université Johannes Gutenberg-Mayence) : « Le statut et la définition de l’objet au Palais du Trocadéro à la fin du XIXe siècle ».
• Dominik Collet (Université de Heidelberg) : “Staging Separation – Distant worlds in early museums”.
• Jeanna Tchistiakowa (Musée ethnographique de la Russie) : « Le musée ethnographique de la Russie et son système d’inventaire de sa fondation (1895) à nos jours ».
Organisateurs du séminaire :
Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin (Lyon-III) et UMR 7041 ArScAn
Christiane Demeulenaere-Douyère, Centre Alexandre Koyré, Paris
Liliane Hilaire-Perez, EHESS et Université Paris-Diderot (Paris-VII)
Valérie Nègre, École nationale supérieure d’Architecture de Paris La Villette et UMR AUSser
Fabien Simon, Université Paris-Diderot (Paris-VII)
Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne-Nouvelle (Paris-III)
Koen Vermeir, CNRS-UMR 7219 SPHERE
Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.
In this seminar, we reflect on the way curators and researchers think about techniques collections – objects, archaeological remains, texts, books. We will discuss how these collections are formed as well as the research methods used to study these collections. Collections are dependent on the intellectual and material conditions in which they have been formed, on procedures of inventory and classification, on methods of identification and labelling. Furthermore, researchers who study technical collections are often brought to
question the criteria of classification that have guided their constitution. At stake are thus the confrontation and analysis of research methods for technical collections, as well as a study of their formation.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminaire Ingénieurs et société – Thierry Renaux, Collections d’ingénieurs – 10 janvier 2014

  Séminaire Ingénieurs et société

10 janvier 2014 de 10 à 12 heures à l’EHESS

198 avenue de France 75013 Paris – Salle 2

Nous accueillerons Thierry RENAUX (Centre Alexandre Koyré) pour sa conférence sur

 « Des collections d’ingénieurs ou l’illustration du patrimoine de l’aluminium :

les collections d’automobiles Jean-Albert Grégoire et les collections d’objets Jean Plateau ».

 

Claudine Fontanon                                                                                                                                                                                        Irina Gouzevitch

EHESS/ Centre Alexandre Koyré                                                                                                                                          EHESS/ Centre Maurice Halbwachs

Transferts techniques dans les sociétés non industrielles

Séminaire Transferts techniques 2013-2014

Pwpnt Chabert transfert technique

Texte transfert AL Chabert

Résumé intervention Chabert 19.12.2013

Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes

2013-2014

Séminaire du Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS)

et du Laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337) de l’Université Paris-Diderot

Yoshio Abé, Sophie Archambault de Beaune (Université Jean-Moulin Lyon 3), Cozette Griffin-Kremer, Liliane Hilaire-Perez (EHESS, Université Paris-Diderot Paris 7), Haris Procopiou (Université Panthéon-Sorbonne Paris I)

Jeudi de 16 h 30 à 18 h 30 (Université Paris-Diderot).

Dates : 19 décembre 2013, 9 janvier (exceptionnellement de 17 h 30 à 19 h 30), 23 janvier, 13 février, 13 mars, 27 mars, 10 avril, 22 mai (demi-journée de 14 h à 18 h), 12 juin 2014.

La séance du 19 décembre se tiendra salle 580 F, Halle aux Farines, 9 esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013 Paris, les salles concernant les autres séances seront communiquées ultérieurement.

Nous nous intéressons aux modalités de circulation des savoir-faire et des objets techniques – à l’état de matières premières, d’ébauches ou de produits finis – dans les sociétés non industrielles, y compris les sociétés sans écriture passées ou présentes. Ces transmissions peuvent s’opérer d’un groupe voisin à un autre, par emprunt ou diffusion, mais aussi d’une génération à l’autre. De plus, les techniques font l’objet d’adaptation à des besoins différents ou de perfectionnements. Enfin, les  circulations peuvent marquer des arrêts. Ce sont les arythmies mises en évidence par Jean Guilaine au Néolithique. En étudiant des cas concrets, nous examinerons ce que l’on peut percevoir de ces différentes modalités, à partir des traces matérielles et des sources textuelles à notre disposition. Nous verrons les difficultés que rencontrent l’archéologue et l’historien pour reconnaître ces transferts, plus faciles à appréhender en contexte anthropologique actuel.

19 décembre

Univ. Paris 7 – salle 580 F dans la Halle aux Farines, entrée 9 esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013 Paris

Introduction

Anne-Lyse Chabert (doctorante en philosophie des sciences) (Programme Handicaps et Sociétés/EHESS-PRES HESAM)

« Quand la calligraphie se faisait avec la bouche : transfert d’une technique d’expertise »

9 janvier 2014 Attention séance exceptionnellement de 17h30 à 19h30

Bruno Bentz (Centre d’Archéologie générale, Paris IV)

« Du carreau peint à la peinture de carreaux : transfert d’un motif décoratif des châteaux français des xviie et xviiie siècles »

23 janvier

Parviz Mohebbi (UMR 7528 Mondes iranien et indien)

« La circulation et la connaissance des objets techniques européens en Iran »

13 février

Hara Procopiou (Université Panthéon-Sorbonne Paris I, UMR 7051 ArScAn)

« Transferts techniques en Méditerranée orientale durant l’Âge du Bronze »

13 mars

Elise Morero (UMR 7051 ArScAn)

« Transferts techniques dans l’artisanat lapidaire en Méditerranée orientale : L’analyse des productions de vases de pierre à l’Age du Bronze et de l’industrie de cristal de roche fatimide (x-xiie siècle av. J.-C.) »

27 mars

Irina Gouzévitch (EHESS, Centre Maurice Halbwachs)

« Influence versus circulation : une antithèse à l’épreuve de l’histoire des transferts techniques entre la Russie et l’Europe occidentale au xviii siècle »

10 avril

Cozette Griffin-Kremer (Centre de recherche bretonne et celtique, Brest)

« À la rencontre des sources inédites – élevage et traction animale … et transfert technique ? »

22 mai

Demi-journée (4 h) : La diffusion des techniques agricoles

• Patricia Anderson (CNRS UMR 7264 CEPAM) : « Peut-on suivre les voies de la diffusion des techniques agricoles originaires du Proche-Orient à partir des outils agricoles et des phytolithes ? »

• Frédéric Abbès (CNRS UMR 5133 Archéorient) : « Processus de diffusion lors de la néolithisation au Proche et Moyen-Orient »

• Yoshio Abé : « Transferts techniques aratoires des rizières en Eurasie »

12 juin

Benoît Mille (C2RMF, UMR 7055 Préhistoire et Technologie)

« La statuaire sud-arabique et grecque (env. 600 av. J.-C.) : un transfert du bois au bronze » (titre provisoire)

 

 

 

 

Séminaire Ingénieurs et société – Le roman secret de Henri Poincaré – 13 déc. 2013

Séminaire Ingénieurs et société

organisé par Claudine Fontanon et Irina Gouzevitch

vendredi 13 décembre de 10 h à 12h

EHESS-190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare) salle  2

Notre invité sera Laurent ROLLET (Université de Nancy/ Archives Henri Poincaré) pour une conférence sur Le roman secret de Henri Poincaré

avec une introduction de Claudine FONTANON (EHESS/ Centre Alexandre Koyré) sur « Les ingénieurs à l’Académe des sciences (1860-1940)

Résumé de la conférence de Laurent ROLLET

Poincaré rédigea un roman complet dans les années 1879-1880. À cette époque il était dans une période de transition : il venait de prendre sa première résidence d’ingénieur des mines à Vesoul, un poste où il s’ennuyait beaucoup, et il se préparait à embrasser une carrière universitaire en terminant son doctorat et en travaillant sur les fonctions fuchsiennes. L’ouvrage semblait irrémédiablement perdu jusqu’à ce qu’on le retrouve, presque par hasard, en 2012.

Oscillant entre la comédie dramatique et la farce, il met en scène une histoire d’adultère dans une petite ville de province entre une dame de la bourgeoisie et un sous-préfet. Tout dans ce manuscrit de 80 pages prête à sourire : les personnages portent des noms comiques (M. de la Blanquette, M. Cidoux, M. Robinet de la Sapinière, Flicotin,), les quiproquos sont nombreux, le dénouement presque miraculeux et les analyses psychologiques sont fleuries d’aphorismes ou de généralisations morales qu’on ne peut lire qu’au second ou au troisième degré.

On pourrait voir ce roman – et c’est bien ainsi qu’il a été traité par la plupart des biographes qui en ont fait vaguement état – comme une simple parenthèse dans une carrière par ailleurs bien remplie. Il est pourtant bien plus que cela. En premier lieu, il constitue un document inédit sur les pratiques littéraires des savants, pratiques sur lesquelles on a finalement assez peu d’exemples. Il prolonge de plus une pratique d’écriture quotidienne que l’on peut suivre dans sa correspondance d’étudiant et dans laquelle il insère fréquemment des poèmes ou des mises en scène théâtrales de ses visites mondaines ; il nous renseigne donc sur son mode de vie à cette époque, sur la manière dont il organisait son temps entre travail et loisir, et, peut-être aussi sur ses ambitions littéraires. Enfin, il constitue une fenêtre ouverte sur son imaginaire littéraire ainsi que sur ses représentations sociales, politiques et culturelles…

Prochaine séance du séminaire « Penser/classer les collections techniques » Vendredi 6 décembre 2013 de 15 h.-19h à l’INHA

« Les cabinets de curiosité : nouvelles approches »

Vendredi 6 décembre 2013 – 15 h.-19h.

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris,  salle André Chastel

• Patricia Falguières (EHESS) : « Les objets techniques dans les cabinets de curiosité »

Sven Dupré (Max Planck Institute for the History of Science) : “Technology and Collecting in Early Modern Antwerp: The Artful Worlds and Material Possessions of the Portuguese Merchant-Banker Emmanuel Ximenez”

Alex Marr (Université de Cambridge) : “Ingenuity in the Gallery”

Séance commune avec le séminaire de Patricia Falguières « Arts, invention, industrie : Gottfried Semper et les débuts d’une science artefacts ».

Penser / classer les collections techniques Séance 1 – Bibliographie I. Hedde

Séance 1 – Biblio Hedde par C. Demeulenaere

Dans le cadre de la 1e séance du séminaire Penser / classer les collections techniques :

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Penser/classer les collections techniques 2013-2014

Séminaire Penser/classer les collections techniques

Séminaire organisé par le Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS), le laboratoire SPHERE (CNRS/ université Paris Diderot – Paris ), le master Recherche Identités Altérités de l’université Paris Diderot – Paris 7, le master Recherche Etudes germaniques de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en collaboration avec l’UMR AUSSER et l’INHA.

Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Vendredi 6 décembre 15h.-19h. Demi-journée sur les cabinets de curiosité

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris

Séance commune avec le séminaire de Patricia Falguières

• Patricia Falguières (EHESS) : « L’instrument / l’image, les deux voies de la mimesis dans le cabinet des arts au XVIe siècle »

Sven Dupré (Max Planck Institute for the History of Science) : «Technology and Collecting in Early Modern Antwerp: The Artful Worlds and Material Possessions of the Portuguese Merchant-Banker Emmanuel Ximenez »

Alex Marr (Université de Cambridge) : « Ingenuity in the Gallery »

Vendredi 24 janvier 15.-19h. Demi-journée : « Penser/classer les collections ethnologiques »

Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)

Susanne Mersmann (Université Johannes Gutenberg-Mayence) : « Le statut et la définition de l’objet au Palais du Trocadéro à la fin du xixe siècle ».

Dominik Collet (Université de Heidelberg) : “Staging Separation – Distant worlds in early museums”

Jeanna Tchistiakowa (Musée ethnographique de la Russie) : « Le musée ethnographique de la Russie et son système d’inventaire de sa fondation (1895) à nos jours »

Jeudi 6 février 17h.-19h.

Université Paris 7, bâtiment Condorcet salle Mondrian (646A)

Sophie A. de Beaune (Université Lyon III-UMR 7041 ArScAn) : « Muséographie de la préhistoire au xixe siècle : le cas d’Édouard Piette, géologue préhistorien »

Jeudi 6 mars 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) : « Méthodologie et sources pour une histoire de la constitution des collections du Conservatoire des arts et métiers »

Jeudi 20 mars 17h.-19h.  

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, salle Chastel

Anne Lafont (INHA) : « Le cabinet de curiosités comme laboratoire expérimental au xviiie siècle : hypothèses »

Jeudi 3 avril 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Vincent Bontems (CEA) : « La classification des machines chez Gilbert Simondon »

Vendredi 16 mai 15h.-19h. Demi-journée: « De l’objet quotidien à l’objet muséographié »

Université Paris 7, bâtiment Condorcet salle Mondrian (646A)

Thierry Bonnot (CNRS-IRIS) : « Biographies d’objet : de l’usine au musée ou à la collection personnelle. Patrimonialisation d’objets du quotidien »

Alban Bensa (EHESS-IRIS) : « Du particulier au général : montrer l’échange et l’invention dans le Musée des Confluences de Lyon à partir d’une collection d’objets ethnographiques ».

 

 

Séminaire 2013-2014 L’ingénieur face à la société : un jeu de miroirs

Claudine FONTANON (EHESS/Centre Alexandre Koyré) et Irina GOUZEVITCH (EHESS/Centre Maurice Halbwachs)

 Séminaire de l’EHESS, les 2e et 4e vendredis du mois, de 10 h à 12h, de novembre 2013 à juin 2014

 EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare)                                                     

 Salle n° 2 de 10 h à 12 h

« L’ingénieur face à la société : un jeu de miroirs »
L’interaction de l’ingénieur avec la société est un élément identitaire fort de la profession. D’une part, les ingénieurs cherchent à se positionner par rapport à la société et à s’y faire une place appropriée en élaborant des modes d’affirmation de leur statut social propre et en se fabriquant une image qu’ils souhaitent renvoyer. Pour ce faire, d’une part ils créent des associations professionnelles aptes à défendre leurs intérêts mais de l’autre, ils investissent d’autres branches d’activité où ils essaient d’appliquer et de faire valoir leurs méthodes rationnelles d’intervention, de règlementation et d’efficacité

Les secteurs d’activité où les ingénieurs s’investissent en dehors de leurs domaines de compétences reconnues nous intéressent particulièrement. Le séminaire de l’EHESS que nous avons tenu en 2012/2013 sur cette thématique a révélé la fécondité de cette notre approche. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut mentionner : la littérature, les  arts et la musique, les sports, le tourisme et la photographie, la politique, les sciences exactes ou expérimentales, la philosophie, la sociologie ou les sciences occultes, l’architecture et l’urbanisme…/

La société, pour sa part, cherche à décoder cette image tout en élaborant sa propre vision, et sa perception de ce nouveau groupe professionnel – qui se construit à travers l’Europe tout au long du 19e siècle – évolue au fur et à mesure que la profession se consolide, fait ses preuves et se globalise.  Les hommes des arts et des lettres y participent de manière active en intégrant progressivement les ingénieurs dans leurs œuvres, d’abord comme figurants, ensuite comme personnages douteux à l’identité trouble, pour finalement en faire des acteurs positifs du progrès social.

 

 

Calendrier provisoire

 

8 novembre 2013- Konstantinos CHATZIS (ENPC/LATTS) : « Le « libéralisme » des ingénieurs du Bureau of Public Roads et le réseau autoroutier urbain américain, 1930-60″

 23 novembre – Ghenima BITA (EHESS), « Les ingénieurs du génie militaire Français en Algérie »

13 décembre – Laurent ROLLET (université de Nancy), « le roman secret d’Henri Poincaré » et Claudine FONTANON (EHESS), « les ingénieurs à l’Académie des sciences  1840-1940 »

10 janvier 2014 – Thierry RENAUX  (Centre Alexandre Koyré), « Des collections d’ingénieurs ou l’illustration du patrimoine de l’aluminium. Les collections d’automobiles Jean-Albert Grégoire et la collection d’objets Jean Plateau-Institut pour l’histoire de l’aluminium ».

24  janvier – Antoni ROCA ROSEL (titre à venir)

14 février – Geneviève MASSARD GUILBAUD (EHESS), « Autour des comblements de Nantes. Réflexion sur le pouvoir politique et la responsabilité sociale des ingénieurs des Ponts »

28 février - Juan PAN MONTOJO (Université autonome de Madrid), «Les ingénieurs agricoles et la société rurale en Espagne, 1890-1936 : la découverte des paysans».

14 mars – Laura ZATTRA (Université de Padoue, Italie) « Réalisateur en informatique musicale: émergence d’une profession »

22 mars – Régis COUILLARD (EHESS, Paris1 Panthéon-Sorbonne), « L’ingénieur dans la presse généraliste française entre 1850 et 1914 ».

et Guillaume de SYON, « Paris Match et le reportage technique durant les Trente glorieuses »

26 avril –  Diego ARENGO-LOPEZ (EHESS/CRH),  « L’urbanisme, institutions et professionnels. Architectes et ingénieurs à Bogota et Buenos Aires, XXe siècle »

9 mai – Alexandra KOBILJSKI  (EHESS)  Les rêves d’un ingénieur chimiste japonaise: la poésie et la prose de Shimomura Kôtarô (1863-1937)

23 mai – Mauve CARBONELL (Université de Marseille) « Des ingénieurs en milieu montagnard ; Péchiney en Maurienne au XXe siècle »

13 juin – Rozzana TAZZIOLI (Université de Lille.), L’engagement anti-fasciste et institutionnel de l’ingénieur Gustavo Colonnetti

 

Contact : Claudine Fontanon 06 13 17 05 65 – claudine.fontanon@ehess.fr ; Irina Gouzévitch : igouzevitch@ens.fr

 

Les ingénieurs face à la société-2014-Appel à contribution

APPEL à CONTRIBUTIONS

 

« L’ingénieur et la société : un jeu de miroirs, fin XVIIIe-XXe siècles »

 

L’interaction de l’ingénieur avec la société est un élément identitaire fort de la profession. D’une part, les ingénieurs cherchent à se positionner par rapport à la société et à s’y faire une place appropriée en élaborant des modes d’affirmation de leur statut social propre et en se fabriquant une image qu’ils souhaitent renvoyer. Pour ce faire, d’une part ils créent des associations professionnelles aptes à défendre leurs intérêts mais de l’autre, ils investissent d’autres branches d’activité où ils essaient d’appliquer et de faire valoir leurs méthodes rationnelles d’intervention, de règlementation et d’efficacité

Les secteurs d’activité où les ingénieurs s’investissent en dehors de leurs domaines de compétences reconnues nous intéressent particulièrement  Le séminaire de l’EHESS que nous avons tenu en 2012/2013 sur cette thématique a révélé la fécondité de notre approche. Sans prétendre à l’exhaustivité et en restant ouvertes à toute autre proposition, on peut mentionner :

–          la littérature, les  arts et la  musique

–          les sports, le tourisme et la photographie

–          la politique

–          les sciences exactes ou expérimentales

–          la philosophie, la sociologie ou les sciences occultes

–          l’architecture et l’urbanisme

…/

La société, pour sa part, cherche à décoder cette image tout en élaborant sa propre vision, et sa perception de ce nouveau groupe professionnel – qui se construit à travers l’Europe tout au long du 19e siècle – évolue au fur et à mesure que la profession se consolide, fait ses preuves et se globalise.  Les hommes des arts et des lettres y participent de manière active en intégrant progressivement les ingénieurs dans leurs œuvres, d’abord comme figurants, ensuite comme personnages douteux à l’identité trouble, pour finalement en faire des acteurs positifs du progrès social.

Par cette appel à contributions, nous souhaitons poursuivre et développer l’examen de toutes ces questions, somme toute peu étudiées, en faisant appels aux travaux récents ou inédits de l’histoire politique, culturelle et sociale, de l’histoire de l’art et de la musique ou toute autre forme d’activité dans le champ social.

 

Les propositions qui seront retenues seront destinées à alimenter plusieurs séances de notre séminaire de l’EHESS (débutant en novembre 2013) ainsi qu’une journée d’étude ou un colloque qui se tiendra à Paris au printemps 2014.

 

Pour toute information complémentaire, contacter

Claudine Fontanon (EHESS/ Centre Alexandre Koyré) : claudine.fontanon@ehess.fr

ou Irina Gouzévitch (EHESS/ centre Maurice Halbwachs) : igouzevitch@ens.fr