Archives de catégorie : Séminaires 2015-2016

Grands discours et petites machines : les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 9 juin 2016

Sacha Loeve (COSTECH – UTC)

Grands discours et petites machines :

les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

“Les nanotechnologies occupent d’abord l’espace public et médiatique par de grandes promesses. Tous les secteurs industriels se verraient bientôt potentialisés par une maîtrise sans précédent des « briques élémentaires de construction » de la matière. Depuis quinze ans déjà, une énième révolution industrielle est annoncée, assortie d’interminables listes d’applications : matériaux fonctionnels, adaptatifs, dépolluants, plus performants et moins chers, laboratoires sur puce, médicaments ciblés sans effets secondaires, interfaces cerveau-machine, miniaturisation ultime des composants électroniques… Censé libérer tous les possibles, l’accès à la nano-échelle permettrait à l’industrie humaine de vaincre définitivement la résistance de la matière pour édifier un monde obéissant au doigt et à l’œil.

Dans cette intervention, nous ferons le récit de quelques pratiques de laboratoire relevant de trois domaines emblématiques de la posture « nano ». 1) La microscopie en champ proche, qui a permis de générer des images de la matière à l’échelle nanométrique et de nos capacités à en manipuler la structure, appuyé la montée en puissance des nanotechnologies dans les priorités des politiques de recherche, et fait exister le « nanomonde » en images aux yeux du grand public. 2) Les machines moléculaires, qui semblent porteuses d’une artificialisation illimitée de la nature. 3) Les pratiques de calcul et de simulation de nano-objets, qui paraissent effacer toute distinction entre la matière et l’information.

On montrera comment ces pratiques ont pu alimenter les grands discours de maîtrise de la matière sans s’y laisser complètement enrôler, et en quoi les savoirs opératoires des nanotechnologies font entrevoir des rapports à la matière bien plus riches que la simple relation maître-esclave.”

 

Discutant, Emmanuel Bertrand (ESPCI ParisTech/CAK)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

 

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

24 mai-Technology in Early Modern Transoceanic Empires- Maria Portuondo

Mardi 24 mai

 Le groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré,Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

a le plaisir d’accueillir pour une séance spéciale

Maria Portuondo

(Johns Hopkins University, Baltimore) professeure invitée à l’EHESS en mai-juin 2016

Elle présentera la conférence suivante

Technology in Early Modern Transoceanic Empires

EHESS, 105 bld raspail, salle 8

14h-16h

Résumé

This conference discusses the panorama of the historical studies of technology during the early modern era, and in particular, those technologies that were integral to the development and successful establishment of transoceanic empires. It beings with a survey of the state of historical studies on a select technologies: navigation & instrumentation, shipbuilding and design, planning and construction of defenses, urban planning and construction and the development of overland transportations networks. Examples of these will be drawn not just from the Spanish case, but from English and Dutch cases as well. I then present a series of theoretical approaches that have been proven useful in studies of later technologies and propose ways in which these could be brought to bear on technologies of transoceanic empires. Finally, I will argue that this field of study, rooted as it is in material culture and the built environment, must rely on the interdisciplinary collaboration between historians, archeologists, anthropologist, engineers and sociologists of technology.

Vous êtes tous bienvenus

page de Maria Portuondo

http://host.jhu.edu/directory/maria-m-portuondo/

 

Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

17 mars-Judith Rainhorn- Séminaire « Savoirs opératoires de la matière »

Prochaine séance du Séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 jeudi 17 Mars 2016.

Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp)

La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

La perspective adoptée par Judith Rainhorn met en perspective, sur le temps long, l’histoire inachevée des tensions entre un poison industriel et la société humaine qui l’héberge et qui, pendant deux siècles, s’est accommodée de cette cohabitation. Le constat liminaire qui préside à cette enquête est celui-ci : la céruse (ou blanc de plomb), produit reconnu éminemment dangereux pour la santé humaine a, en dépit de cela, été fabriquée, diffusée et très largement utilisée en France pendant près de cent-cinquante ans, de l’aube du XIXe au milieu du XXe siècle, en toute connaissance de cause. Il s’agit par conséquent d’interroger les raisons du maintien durable d’une substance toxique au sein du paysage industriel et sur le marché français et européen, et de questionner les conditions du consentement collectif des acteurs concernés : monde ouvrier au front de la toxicité, industriels entre profit et progrès technique, corps médical constatant les dégâts sanitaires, opinion publique témoin de l’affection, pouvoirs publics confrontés au dilemme entre l’économiquement possible et le sanitairement souhaitable. L’empoisonnement de ceux qui fabriquent, de ceux qui utilisent, voire de ceux qui cohabitent avec le produit, a fait l’objet, pendant deux siècles, d’un consentement quasi général, au regard des mobilisations intermittentes qu’il a suscitées.

Au carrefour de l’histoire sociale du travail industriel, de l’histoire de la santé et des savoirs médicaux, de l’histoire économique d’un secteur industriel et de celle des mobilisations et des politiques publiques en matière de santé ouvrière, l’histoire de l’appropriation du produit témoigne de la construction collective d’un argument technique, destiné à dénier sa dangerosité et à en faire un « poison légal ».

Discutante : Brigitte Van Tiggelen (Mémosciences, Louvain-la-Neuve, & Chemical Heritage Foundation-Europe)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

 

Séminaire Savoirs opératoires de la matière- 4 février- Victoria Lee

séminaire du groupe TAK techniques à Koyré

 Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

séance est mutualisée avec le séminaire collectif du Centre Japon

 jeudi 4 février, de 13h à 15h à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (105, Bld Raspail, 75006 Paris, salle 7)

Victoria Lee (Max Planck Institut, Berlin)

“A Study of East Asian Fermentation Chemistry”: Asia’s Microbial Gardens in Japanese Eyes

A scientist of the early twentieth century once described the molds and yeasts kept in Japanese laboratories as being like “microbial gardens”—collections of useful objects, like plants, that could be cultivated for specific purposes. With the importance of traditional brewing in the Japanese economy, microbes’ (especially kōji and other molds used in Asian brewing) ability to transform the chemical composition of their surroundings gradually became a broader tool to intervene in political economy and the environment. Between military and industrial expansion on the one hand, and massive rice riots as well as unprecedented Malthusian visions of social instability and agricultural resource limits on the other, the management of national production in such everyday areas as the food and alcohol industries was a critical problem in interwar Japanese society. In this light, this talk looks at fermentation chemistry in imperial Japan: the ways in which it sought to alter the national-level relationships between resources and consumption, as well as vividly reflected the use of regional knowledge in practice.

http://carnetsjapon.hypotheses.org/4660

Programme complet du séminaire TAK : http://techniqcak.hypotheses.org

http://calenda.org/340287

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Savoirs opératoires de la matière- journée d’études laboratoire

Jeudi 14 janvier
Dans le cadre du séminaire
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
3ème séance
co-organisée par leGroupe TAK (techniques à Koyré) et le Club d’Histoire de la chimie (CHC-SCF)
Journée d’étude
9 h 30 à 16 h 30
Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIesiècle et au début du XIXesiècle
9 h 30 – Accueil
 
9 h 45 – Introduction de la journée
 
10 h 00 – Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) : Guyton et la vraie nature du diamant.
 
D’abord à Dijon, puis à l’École polytechnique, Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) va tenter sans relâche pendant trente années, entre 1781 et 1811, de prouver la similitude entre deux substances aussi différentes que le diamant et le charbon. Ses notes manuscrites conservées à l’École polytechnique permettent de le suivre pas à pas dans la recherche de cette analogie pressentie dès 1772 par Pierre-Joseph Macquer et Antoine-Laurent de Lavoisier. Ces notes révèlent plus que leurs simples résultats numériques : elles montrent la ténacité de Guyton aux prises avec les difficiles mises au point des dispositifs expérimentaux, quelquefois son découragement, ainsi que la dimension internationale prise par les expériences sur le diamant. De ses résultats, Guyton maintiendra la différence chimique entre le charbon et le diamant à l’inverse des chimistes britanniques pour qui seule une cristallisation différente suffit à expliquer leurs particularités respectives.
 
11 h 00 – John Perkins (Oxford Brookes University) : « Voici de la bonne chymie » : les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.
 
Depuis le commencement du XVIIe siècle les apothicaires ont joué un rôle important dans l’enseignement de la chimie en France.  A la fin du siècle et pendant les premières décennies du XVIIIe siècle plusieurs apothicaires, y compris les Geoffroy, Lemery, et Boulduc, étaient très actifs dans les travaux chimiques autour de l’Académie royale des sciences.  Dans ses cours Guillaume François Rouelle forma la plupart de ceux qui s’intéressèrent à la chimie entre 1750 et 1790.  Vers la fin de l’Ancien Régime, on trouve encore des apothicaires à l’Académie : Baumé et Cadet de Gassicourt. On ne peut pas comprendre Sage dans ce nombre, parce qu’il n’a jamais été reçu apothicaire.  Le dernier académicien apothicaire fut Bertrand Pelletier. Mais dans ces mêmes années et après la maladie et la mort de Rouelle en 1770, il semble que les apothicaires soient devenus moins importants dans la chimie en France et qu’ils aient été de plus en plus marginalisés.  Pour les historiens de la chimie en général, à l’exception de ces figures assez bien connues et de quelques autres comme Parmentier, Bayen et Cadet de Vaux, la grande majorité des apothicaires sont restés obscurs et conservateurs, et pour les historiens de la révolution chimique, ils ont surtout joué le rôle de résistants contre Lavoisier et la nouvelle chimie, et adversaires de la nouvelle nomenclature.
Je souhaite proposer une autre histoire chimique des apothicaires. De 1750 à 1790, ils ont joué un rôle important dans la construction de la chimie comme une science publique dans une trentaine de villes provinciales.  Durant ces mêmes années, ils ont pris part à la grande croissance de la chimie à Paris et à la restructuration sociale du monde chimique parisien qui devenait de plus en plus décentralisé et moins hiérarchique.  Comme apothicaires chimistes, ils étaient membres d’une communauté qui comprenait plusieurs centaines de personnes dans les années quatre-vingt.  Les membres de cette communauté, y compris des apothicaires, ont participé très activement aux débats autour de la chimie antiphlogistique de Lavoisier.  Un grand nombre de ces apothicaires n’étaient ni indifférents envers la nouvelle chimie ni opposés.  De plus, les apothicaires ont joué un rôle important dans le développement de l’analyse chimique ainsi que, comme experts, dans la santé publique en particulier et la police en général à Paris et en province.  Je terminerai cette présentation par une discussion des activités économiques, industrielles plutôt que commerciales, des apothicaires, surtout dans la création de l’industrie chimique.
 
Pause déjeuner libre
 
14 h 00 – Bruno Belhoste  (Paris I/IHMC) : L’art de la teinture.  Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins.
 
L’art de la teinture comme art chimique connaît des développements importants au XVIIIe siècle, en particulier en France. L’atelier des Gobelins est particulièrement réputé pour la variété et la qualité de ses teintures. Dans cette présentation, j’évoquerai le fonctionnement de cet atelier, les problèmes qui se posent et l’œuvre aussi remarquable qu’oubliée du teinturier Quémizet à la fin des années 1770.
 
 
15 h 00 – Corinna Guerra (Hastec/CAK) : How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples.
 
Mon intervention vise à démontrer qu’à la fin du XVIIIe siècle dans le royaume de Naples, nombre d’érudits et de savants font des matières volcaniques et du processus éruptif de véritables outils d’investigations chimiques.
Naples n’avait aucun lieu institutionnel pour l’enseignement et la recherche dans le domaine de la chimie, mais deux lieux peuvent être considérés comme sièges de débats chimiques, à savoir : l’Académie militaire de la Nunziatella où les artilleurs avaient besoin d’apprendre les meilleures théories chimiques – et où, en effet, deux professeurs traduisirent pour la première fois en italien le Traité élémentaire de A.-L. Lavoisier – et le Vésuve. Je voudrais prouver que l’approche napolitaine de la chimie subit l’influence du Vésuve en tant que « lieu de savoirs » à cause de l’absence de lieux institutionnels dédiés à ce genre d’études scientifiques.
Les nombreuses descriptions des éruptions vésuviennes pendant la dernière décennie du siècle ont presque toutes en commun la considération que la chimie constitue le substrat scientifique des phénomènes. En particulier, les savants napolitains considéraient les réactions chimiques qui se dégageaient du Vésuve, comme la plus forte confirmation des théories de la « nouvelle chimie ». L’exemple des nombreuses publications concernant l’alimentation – car les cendres recouvraient les puits, les fruits et légumes – atteste que les chimistes intervenaient dans cette question très importante pour l’ordre public avec les instruments de la révolution chimique française. 
Deuxièmement même la population paraît modelée par la présence du volcan et aussi les chimistes napolitains améliorèrent leurs instruments analytiques et leurs pratiques en étudiant et en exploitant les produits volcaniques. Pour cette raison le Vésuve apparaît comme un objet chimique multidimensionnel.
Enfin les savants du Vésuve n’étaient que rarement de « purs » chimistes. Leurs pratiques interconnectaient matériellement études érudites, travail manuel, pharmacologie, intérêts industriels, curiosités d’histoire naturelle, etc. comme le démontrent leurs travaux présentés dans mon intervention.
 
16 h 00 – John Perkins présentera la base de données en ligne issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.
 
 
(La séance sera suivie de l’Assemblée générale du Club d’histoire de la chimie, 17 h-18 h)
la rencontre se tiendra exceptionnellement à la  Société chimique de France, 250 rue St Jacques, 75005 Paris.

 

  
Contacts
Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr
Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr
Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org

Savoirs opératoires de la matière-Samir Boumediene

 

Jeudi 10 décembre , de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré 

Nous accueillerons

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC)

Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

« A partir des années 1640 est importée en Europe une écorce péruvienne soignant les fièvres paludiques (ou « intermittentes »), le quinquina. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’extraction de cette écorce, son passage vers l’Europe et son administration aux malades transforment conjointement la théorie et la pratique médicales, le gouvernement de la santé, le commerce des drogues exotiques et les paysages andins. Le but de cette communication est de suivre, à travers la relation à ce matériau médicinal, la reconfiguration des rapports entre Indiens, missionnaires jésuites, marchands, médecins, apothicaires, droguistes et malades. Diverses sources, en particulier les recettes du quinquina, permettent d’approcher la dimension politique des savoirs de la transformation en observant comment, par où, et à travers quelles limites s’établit une solidarité entre maîtrise de la nature et maîtrise des activités humaines. »

Discutant : Stanis Pérez (MSH Paris Nord – Pleiade/Paris 13)

Le séminaire se tiendra dans la salle de séminaire, CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Programme complet du séminaire : http://calenda.org/340287

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS. http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/1005/

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

 

 

 

Collections techniques et techniques des collections. Approches pluridisciplinaires

 

1 vendredi par mois de 14 h à 17 h les 23 octobre, 13 novembre (Centre Koyré 27 rue Damesme 75013) 11 décembre 2015, 15 janvier, 12 février, 11 mars, 8 avril et 20 mai 2016 (pour ces dates le lieu sera indiqué ultérieurement)

Ce séminaire se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui « pensées » les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages, etc. L’administration de ces collections met en jeu de nombreux acteurs – collecteurs, conservateurs, chercheurs, médiateurs vers le grand public, etc. – dont les réflexions et les actions interagissent. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage qui lui sont appliquées, des modes d’identification et de désignation des articles. Par ailleurs, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à (re)mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution, et à les ré-interpréter en fonction de nouveaux paradigmes. Nous ferons le point sur les modes de constitution des collections, les traitements intellectuels et techniques qui leur sont appliqués et les méthodes que la recherche développe dans le cadre de leur étude. Entre autres aspects, nous nous intéresserons à l’intégration des artefacts « techniques » dans la culture matérielle plus large et à la dimension « sensible » de certains. Nous engagerons également un chantier d’étude sur les « reconstitutions », de plus en plus développées comme processus de compréhension technique et de médiation muséographique.

 

Programme :

23 octobre 2015 : Vapeur, transports et collections techniques au XIXe siècle (Centre Alexandre Koyré)

  • Lionel Dufaux (musée des Arts et métiers) : « Méthodologie d’approche et de traitement des collections techniques comme sources historiques. Le cas des collections ferroviaires du Musée des arts et métiers ».
  • Géraldine Barron (CRHAEL, centre de recherche en histoire atlantique et littorale de l’Université du Littoral Côte d’Opale) : « Le musée de Marine du Louvre : identités, réalité ».

13 novembre 2015 : Collections en réseaux (Centre Alexandre Koyré)

  • Thérèse Bru (université Paris 8 et King’s College) : « Penser la collection en réseau / La collection éclatée : dispositifs de circulation des échantillons et architecture technique des savoirs en biologie (XVIIIe – début XIXe siècle) ».
  • Sylvain Wenger (université de Genève) : « Les conservatoires d’instruments et de machines de la Société des arts de Genève (1834-1888) ».

11 décembre 2015 : Paysages sonores et collections : reconstituer des ambiances (Paris 7, salle 134, Olympe de Gouges.)

  • Pascal Joanne (École nationale supérieure d’architecture de Nantes, CRENAU UMR 1563): « Restitution des ambiances architecturales pour l’abbaye de Clairvaux ».
  • Mylène Pardoen (Institut des sciences de l’homme, Lyon) : « Bretez : Paris bruissant, Paris bruyant ! Pour une reconstitution ‘sensible’ du plan de Bretez, dit plan de Turgot, de Paris ».
  • Alexandre Vincent (Université de Poitiers) : « À l’écoute de l’Antiquité : les trompes romaines, du musée à une hypothétique reconstitution »

15 janvier 2016 (Salle à préciser)

  • Christine Lorre (musée des Antiquités nationales, département d’archéologie comparée) : le titre sera communiqué ultérieurement
  • Vittoria Feola (University of California) : « La collection Bartolomeo Gamba et le triangle Paris-Londres-Padoue, 1600-1840 ».

12 février 2016 : Collections en contextes : les mondes extra-européens, entre collections et reconstitutions (Salle à préciser)

  • Corinne Lefèvre (CEIAS, CNRS-EHESS) : « Les collections de l’empereur moghol Jahangir (r. 1605-1627) ».
  • Hélène Guiot (UMR PALOC – Patrimoines locaux et gouvernance) : « Reconstitutions et médiations muséographiques : quelques exemples autour des pirogues d’Océanie ».

11 mars 2016 : Collections scientifiques (Salle à préciser)

  • Volker Remmert (Bergischen Universität Wuppertal) : « Inventing science : iconography on early modern scientific instruments ».
  • Paola Bertucci (Yale University) : le titre sera communiqué ultérieurement

8 avril 2016 : Reconstitutions des collections (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 5 rue de l’Ecole de Médecine (salle 16))

  • Kim Sloan (Department of prints and drawings, British Museum) : « From private house to three national institutions : reconstructing the collections of Sir Hans Sloane ».
  • Cornelia Weber (Coordination Center for scientific university collections in Germany, Humboldt-Universität zu Berlin) : « Reintegration of university collections into academic practice in Germany ».
  • Elise Patole-Edoumba (Museum d’histoire naturelle de La Rochelle) : « La restauration du cabinet d’histoire naturelle de Clément Lafaille (XVIIIe siècle) dans le programme de rénovation du Muséum d’histoire naturelle (1994-2007) ».

20 mai 2016 : Son et musique : les instruments de musique dans les collections (Centre Alexandre Koyré)

  • Anne Houssay (Cité de la musique, ICT EA 337) : « Du Musée Instrumental du Conservatoire, au Musée de la musique à la Villette: Double déménagement des collections (1986 – 1997) »
  • Joël Gilbert (UMR 6613, laboratoire d’acoustique de l’Université du Maine) et Christophe Maniquet (INRAP) : « Le carnyx, une trompette gauloise. Un instrument de musique de type cuivre comme les autres ».

sur le site de l’Ehess

UE fondamentale Initiation à l’histoire des techniques 2016-2017

programme-ue-fondamentale-histoire-des-techniques-ehess-2016-2017

UE fondamentale du Master du Centre A. Koyré, 2016-2017

Mentions & spécialités  : Histoire des sciences, technologies et sociétés

Jeudi de 15 h à 17 h (Centre Alexandre-Koyré, 5e étage, 27 rue Damesme 75013 Paris), du 19 janvier au 27 avril 2017

Le cours de M1 « Initiation à l’histoire des techniques » a pour but d’offrir un enseignement comprenant d’une part l’acquisition de repères historiques et historiographiques sur la longue durée et dans une perspective globale, d’autre part la connaissance des sources (archives, objets, images, supports numériques) et des sites patrimoniaux, enfin la maîtrise de méthodologies croisant l’histoire, l’archéologie et les sciences humaines. Ce cours ouvre sur la préparation de cursus en M2 recherche tout en offrant des bases pour les métiers du patrimoine. Les thématiques sont variées, elles concernent le spectre large des techniques, aussi bien les techniques de production que les techniques sociales, corporelles, artistiques, etc. et les enjeux dont elles sont investies par les individus, les communautés, les pouvoirs.

Responsables : Liliane Hilaire-Pérez, Marie Thébaud-Sorger. Mails : liliane.perez@wanadoo.fr ; Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

 

 

 

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

(EHESS/CNRS/MNHN)

Séminaire mensuel du groupe TaK

Histoire des Techniques à Koyré

 « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance

à l’industrialisation »

Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

« Operative knowledges of matter, from Renaissance to industrialization »

Following the renewal of the history of Technology and of the history of chemistry, this Research Seminar intends to explore operative knowledge in chemistry in connection with several fields including economics, political management, consumption and production processes. It seeks to shed a light, since the Early modern period, on various configurations where experimentation, exploration, transformation of Matter were held, through a wide range of technical devices. We will underline cross-skills, transfers and hybridization of processes, and we will show how operative knowledge fostered multiple appropriations: we will then explore the diversity of practices and know-how which allowed specific actions on substances and transformations of matter, and which were the basis of innovation and industrialization and of the reshaping of environment on the long run.

Ce séminaire se tiendra le deuxième jeudi du mois, de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage), sauf indication contraire pour la journée d’étude du 14 janvier et les séances des 4 février et 17 mars.

 

Programme 2015-2016

12 Novembre 2015

Introduction générale du séminaire

Thomas Le Roux (CNRS/CRH) et Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) – Produire de la poudre sous la Révolution : dispositifs de production et risques

 10 Décembre 2015

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC) – Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

14 Janvier 2016

Journée d’étude

Organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle 

Bruno Belhoste (Paris I/IHMC)  – L’art de la teinture. Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins 

John Perkins (Oxford Brookes University) – « Voici de la bonne chymie »: les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.

Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) –Guyton et la vraie nature du diamant

Corinna Guerra (Hastec/CAK) – How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples

 John Perkins présentera aussi la base de données issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.

Cette séance aura lieu de 9h30 à 16h30 , lieu précisé ultérieurement.

4 Février 2016

Victoria Lee (Max Planck Institut Berlin) – ‘A Study of East Asian Fermentation Chemistry’: Asia’s Microbial History in Japanese Eyes in XXec.

Cette séance mutualisée avec le séminaire Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS) aura lieu au 105 boulevard Raspail, salle 7, exceptionnellement De 13h à 15h.

17 Mars 2016

Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp) – La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

 14 Avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence/IHMC) – Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Co-organisé avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

12 Mai 2016

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle.Reconstruire les techniques et les savoir faire

Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP) – le programme détaillé sera fourni ultérieurement

9 Juin 2016

Sacha Loeve (UTC/COSTECH) – Les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS.

http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/1005

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr