Archives de catégorie : Soutenances

Géraldine Barron-Fortier, 8 avril 2015, thèse : Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893)

Pâris

Géraldine Barron-Fortier

soutiendra sa thèse de doctorat dirigée par Marie-Noëlle Bourguet

 Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893)

Invitation soutenance

8 avril 2015 à 14h en salle des thèses de l’Université Paris 7

Le jury sera composé de Mme Hélène Blais, maître de conférences, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense (rapporteur), Mme Marie-Noëlle Bourguet, professeur émérite, Université Paris-Diderot, Mme Liliane Hilaire-Perez, professeur, Université Paris-Diderot, Mme Sylviane Llinares, professeur, Université de Bretagne Sud, M. Éric Rieth, directeur de recherche émérite, CNRS, Musée national de la Marine (rapporteur).

 

 

THESE – Marie Glon, Les Lumières chorégraphiques, 5 décembre 2014

Marie Glon

Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au coeur d’un phénomène éditorial (1700-1760)

Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) en histoire et civilisations

vendredi 5 décembre à 14h. au Centre national de la danse, 1 rue Victor Hugo, 93500 Pantin (3e étage, salle de projection).

Le jury sera composé de

– M. Roger Chartier, directeur d’études à l’EHESS, professeur au Collège de France
– M. Roland Huesca, professeur à l’université de Lorraine
– M. Christian Jouhaud, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche au CNRS
– Mme Isabelle Launay, professeur à l’université Paris 8
– Mme Marina Nordera, professeur à l’université de Nice – Sophia-Antipolis
– M. Georges Vigarello, directeur d’études à l’EHESS, qui a dirigé cette thèse.

Résumé

Les Lumières chorégraphiques
Les maîtres de danse européens au coeur d’un phénomène éditorial (1700-1760)

Conjuguant l’histoire des usages de l’écrit, l’histoire des transferts culturels et l’histoire du corps, cette thèse cherche à comprendre le phénomène éditorial qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – « art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. L’étude des danses gravées révèle des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. Elle éclaire également une pensée technique propre au premier XVIIIe siècle, alliant de façon originale l’abstraction et la culture artisanale : une conceptualisation du corps en mouvement s’invente au sein même des caractéristiques les plus concrètes d’ouvrages conçus comme des outils. Elle dévoile enfin un réseau d’échanges : il s’agit de faire circuler, dans des espaces géographiques et sociaux divers, des danses, mais aussi des idées et des innovations techniques. Pour les maîtres de danse qui y recourent, la Chorégraphie devient en effet une langue écrite internationale, au moyen de laquelle ils dialoguent avec leurs confrères. Investissant le monde de l’imprimé, instaurant les conditions d’exercice d’un esprit critique et collaboratif, ils reconfigurent leur statut et leurs activités. C’est l’ensemble de ce phénomène que nous appelons les Lumières chorégraphiques : un projet de mise en mouvement du corps, de mise en mouvement des frontières géographiques, institutionnelles et sociales, de mise en mouvement de pensée.

Laboratoire : Institut Interdisciplinaire du Contemporain (UMR 8177 CNRS/EHESS), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

 

Pascal Dubourg Glatigny, L’Europe moderne et la fabrique des savoirs : les arts et l’architecture entre science et technique (HDR)

Pascal Dubourg Glatigny a soutenu son dossier d’habilitation à diriger des recherches

« L’Europe moderne et la fabrique des savoirs :

les arts et l’architecture entre science et technique »

sous la conduite de Joël Sakarovitch (professeur des universités, Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais), le samedi 12 avril 2014 à 14 h, à l’Académie d’Architecture

Le dossier contient un ouvrage inédit intitulé : L’architecture morte ou vive. Les infortunes de la coupole de Saint-Pierre de Rome au XVIIIe siècle.

Le jury était composé de  : Jean Boutier, directeur d’études, EHESS-Marseille, Marianne Cojannot Le Blanc, professeur, Université Paris-Ouest Nanterre, Pietro Corsi, professeur, Université d’Oxford, Christian Michel, professeur ordinaire, Université de Lausanne, Werner Oechslin, professeur émérite, ETH Zürich et Antonella Romano, directrice d’études, EHESS-Paris

Soutenance – Elodie VOILLOT Créer le multiple : la Réunion des fabricants de bronze (1839-1870)- 29 janvier 2014

 

IMAGE VOILLOT

Elodie Voillot

Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense / École du Louvre

Soutenance de thèse de doctorat, Créer le multiple : la Réunion des fabricants de bronze (1839-1870)dirigée par Mme Ségolène Le Men et Mme Catherine Chevillot.

29 janvier 2014, à partir de 9h30 dans la salle René Rémond (B015), bâtiment B, à l’Université Paris-Ouest-Nanterre- La Défense

Le jury sera composé de : Mme Claire Barbillon, Maître de Conférences HDR, Université Paris-Ouest ; Mme Catherine Chevillot, Conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée Rodin ; M. Sébastien Clerbois, Chargé de cours, Université libre de Bruxelles ; Mme Anne-Françoise Garçon, Professeur d’histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Mme Ségolène Le Men, Professeur d’histoire de l’art, Université Paris-Ouest, membre de l’IUF ; M. Bertrand Tillier, Professeur d’histoire de l’art, Université de Bourgogne.

Ferdinand Barbedienne et Achille Collas, Vénus de Milo, bronze, 2e moitié du xixe siècle, H. 0,17 m, Paris, musée Gustave Moreau ©RMN-Grand Palais / René Ojéda

Elle se tient debout, la tête délicatement inclinée, une épaule un peu plus haute que l’autre. De son chignon bas, dans lequel est ramassée sa chevelure, s’échappent quelques mèches qui retombent sur sa nuque. Pour l’instant, elle nous tourne le dos ; un dos sensiblement plié en avant, comme lorsque l’on contracte le ventre par défense. Par pudeur, aussi. Le drapé roulé sur ses hanches dévoile un buste ferme à la musculature délicate. Sa taille est soulignée par la légère torsion qui anime son corps, encore amplifié par l’avancée de sa jambe gauche au genou replié. Elle est immobile. Elle a seulement arrêté son mouvement. Au sortir de l’eau, Aphrodite n’a ceint sur ses reins qu’une étoffe. Cette Vénus de Milo-là est noire. Sur la patine sombre de son épiderme, la lumière joue, glisse le long de sa colonne vertébrale, s’enfonce dans les plis et les commissures, comme pour ne plus jamais en sortir. Pourtant, il ne tient qu’à nous de nous en saisir et de tout bouleverser. Et alors, de découvrir son visage, ses yeux vides, minuscules, mais présents. Sous la chaleur de la paume, le bronze s’anime, vit, palpite. Dans la main, la déesse antique trouve une nouvelle grandeur, infinitésimale.

Au début du xixe siècle, plusieurs fabricants de bronzes parisiens décident de s’allier et de fonder une société : la Réunion des fabricants de bronze. Héritière de l’ancienne corporation des fondeurs, la Réunion propose un nouveau modèle de groupement professionnelpour accompagner les transformations contemporaines et le développement sans précédent que connaît l’industrie du bronze entre 1839 et 1870. Portées par des innovations techniques, telle que l’invention de la machine à réduire, de nouvelles questions commerciales, juridiques et esthétiques, se posent alors aux acteurs de cette industrie. Comment promouvoir les productions parisiennes sur un marché de plus en plus international ? Comment lutter activement contre la contrefaçon des modèles qui sévit ? Comment faire reconnaître la valeur esthétique d’ouvrages relevant tant de l’art que l’industrie ? Dans une société marquée par la multiplication des images et des objets, à un moment où le souci de la démocratisation de l’art devient un enjeu politique, l’édition de sculptures participe à la constitution d’une culture visuelle tout en posant les prémisses d’une conception du multiple comme œuvre d’art.

À travers l’étude de la Réunion, de son fonctionnement et, plus spécifiquement, de son rôle de tribunal arbitral, l’enjeu de cette thèse est de comprendre comment les actions pour la reconnaissance juridique du caractère artistique de productions industrielles s’articulent avec une conception spécifique de la reproduction comme création.

 

 

 

 

HDR Manuela Martini, 15 nov. 2013 – Parcours professionnels, famille et mobilités (XIXe -XXe s.).

Habilitation à Diriger les Recherches

de Manuela  Martini

soutenue à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

le 15 novembre 2013

Parcours professionnels, famille et mobilités.

Une histoire sociale du travail et de l’entreprise familiale (XIXe-XXe siècle)

comportant le mémoire inédit intitulé

Du travail et des hommes.

Migrations et petite entreprise du bâtiment dans la banlieue parisienne au XXe siècle

 

devant un jury composé de :

Dominique Barjot, professeur d’histoire économique contemporaine, Université Paris Sorbonne-Paris IV, rapporteur

Marco Cattini, professeur d’histoire contemporaine, Università Commerciale L. Bocconi, Milan

Christian Chevandier, professeur d’histoire contemporaine, Université du Havre, rapporteur

Nancy L. Green, directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales, rapporteur

Liliane Hilaire-Pérez, professeur d’histoire moderne, Université Paris Diderot-Paris 7, directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales, présidente du jury

Catherine Omnès, professeur d’histoire contemporaine, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, garante.

 

M2 du Centre A. Koyré – Stéphane Dennery, “Cordes harmoniques filées, XVIIe s.”.

Soutenance de mémoire de Master 2 du Centre A. Koyré,

de Stéphane Dennery

sur « L’apparition des cordes harmoniques filées au XVIIe siècle »

le 9 septembre 2013.

Jury composé de :

Pascal Brioist, professeur à l’université de Tours, rapporteur

Liliane Hilaire-Pérez, professeur à l’université Paris 7 et directrice d’études à l’EHESS, tutrice

Anne Houssay, conservateur à la Cité de la Musique (Paris), rapporteur.

 

HDR Valérie NEGRE – Architecture et culture technique – 24 mai 2013

Valérie Nègre 

a le plaisir de vous annoncer la soutenance de son habilitation à diriger des recherches

le vendredi 24 mai 2013, à 9h30 1 rue Jacques Callot, 75 006

 Architecture et culture technique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

Mémoire inédit

L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique entre XVIIIe et XIXesiècles

Université de Paris-Est.

Jury : Laurent Baridon (Université Lyon 2), André Guillerme (Cnam), Liliane Hilaire Pérez (Université Paris Diderot. Paris 7), Alina Payne (Harvard University), Antoine Picon (directeur de l’HDR, Université Paris-Est et Harvard University), Joël Sakarovitch (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Malaquais)

Le troisième volume intitulé « L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique » porte sur les relations entre les architectes et les artisans au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. A l’origine de ce travail, il y a l’idée que les historiens de l’architecture ont examiné les parcours des architectes, des ingénieurs et des savants et les relations qu’ils entretenaient, mais se sont peu intéressés aux artisans du bâtiment. Or les artisans n’évoluaient pas dans un monde cloisonné (on sait à quel point leurs liens avec les architectes, familiaux ou professionnels, étaient étroits). L’essai vise à restituer leurs échanges et leurs influences à la fin du XVIIIe siècle au moment où un mouvement d’idées en faveur des arts et métiers revalorise le manuel et le « matériel » et où l’Etat encourage les progrès techniques. Il montre que les discours et les pratiques des artisans ne sont pas sans conséquences sur la façon dont les architectes perçoivent leur activité et dont ils la représentent et se la représentent.

 

Valérie Nègre, architecte, Maitre-assistant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette