The world exhibitions and the display of science, technology and culture: moving boundaries, in Quaderns d’història de l’enginyeria, 2012, vol. 13 : [22]

92

dossier dirigé par Ana Cardoso de Matos, Christiane Demeulenaere-Douyère et Maria Helena Souto, dans Quaderns d’història de l’enginyeria, 2012, vol. 13 : [22]

consultable sur http://upcommons.upc.edu/revistes/handle/2099/12864

 

Présentation :

The realisation of the 4th International Conference of the European Society for the History of Science, which took place in the city of Barcelona between 18th and 20th November 2010, created the opportunity to bethink again about world exhibitions and to present and debate several points of view. The resulting works are now published expressing in a clear way the diverse approaches that are possible to relate to world exhibitions.

The 4th ICESHS Conference theme – The Circulation of Science and Technology – is directly linked to some of the more relevant issues about world exhibitions.

From the moment the first World Exhibition was held in London, in 1851, these events have served as “windows” to scientific, technological and industrial progress, allowing the circulation and the disclosure of this change, either directly to visitors or through media publications worldwide.

Under the realisation of these world events, which attracted many travellers, exhibitions enabled the parallel organisation of international conferences and congresses of professionals both in science and in industry, engineering and architecture. These gatherings functioned as places for complementary information speeding the circulation of new inventions and technical solutions, and magnifying knowledge that otherwise would only be obtained by the systematic reading of specialised publications.

Peaceful confrontation among the several participant countries had become the first events that favoured “mass culture”. The different countries participating could publicise their own agricultural and industrial development, and they became part of a European economy that up to then only France and Great Britain dominated. This point of view is analysed in Konstantinos Chatzis and Georgia Mavrogonatou’s paper entitled Greece at the Paris Universal Exhibition in 1878. According to these authors, by participating in the world exhibition in the second half of the nineteenth century, Greece aimed to achieve two essential objectives: “On the one hand, it was to become acquainted with the technological “weapons” it needed for the desired, by the Greek elites at least, westernisation of the country. On the other, it wanted to be compared with, and to inform the industrialised countries about the progress the young state had accomplished since its foundation, and to convince them, but also to convince itself, of the “Europeanness” of the Greek Kingdom.” These aspects are exemplified by the study of Greek participation in the Paris exhibition of 1878.

In order to exhibit the several products sent to these events new buildings had to be constructed. A series of world exhibition structures were raised, which were either temporary or permanent and had great impact on the cities where they were built. Moreover, they constituted an important space for evaluating engineering and industrial aesthetics associated with glass and iron structures. New materials and constructive techniques, like pre-fabrication of standard elements, as well as economic and construction flexibility made these exhibitions an overall vehicle of new constructive techniques. Indeed, throughout the years the construction of the several pavilions of the different countries, served to exhibit their architectural character, while favouring, at the same time, an eclectic style. The Greek participation in the exhibition of 1878 led to the construction by two French architects of a pavilion named “Pericles’ House”.

In continuation of the work initiated by Maria Helena Souto, Paulo Simões Rodrigues, in his paper The Science of Architecture. Representations of Portuguese national architecture in the 19th-century World Exhibitions: archetypes, models and images, analyses the several Portuguese pavilions presented at world exhibitions, relating them to the idea of a Portuguese architecture with specific characteristics. In many of these pavilions was made the option of creating an “historicist” scenography that could better reveal the essence of national architecture as easily archetypical images, like the paradigmatic example of Mosteiro dos Jerónimos, in Lisbon – its south façade was replicated at the Paris world exhibition in 1878.

The world exhibitions of the 19th century have defined themselves not only by their dimension but also by the belief in progress and in the spirit of peaceful competition at an international level. Technical and scientific knowledge became globally accessible in the pavilions and in the temporary cities built for these events. The objects exhibit culture and technology and represented both the economic and political power of each participant country.

Exhibitions also contributed to the introduction of technology in day-to-day life in urban spaces[10]. The transformations that occurred in Paris by the realisation of the world exhibitions of 1878, 1889 and 1900 are noted by Miriam Levin in the paper Inventing a Modern Paris. The Dynamic Relationship between Expositions, Urban Development and Museums: “The very process of constructing the fairs helped move the city into the future”. In fact the permanent structures in the city spaces where exhibitions took place were a demonstration of the building technologies of the time. This is evident in the construction of the Trocadero Palace in 1878. Exhibitions were also the pretext for city planning and the development of urban transportation such as tramways or metropolitan subways. On the other hand, the realisation of great structures like the Eiffel tower and the construction of buildings like the Grand Palais or the Petit Palais required the use of new materials, new building techniques and new ways of making business and organising work. These buildings also became associated with new forms of art, like Art Nouveau. Miriam Levin’s examination of the world exhibitions considers that these events were, together with urban rehabilitation and the museums, “part of a culture they invented to turn Paris, and through it the French nation, into an, powerful society”.

The changes in cities due to the world exhibitions astonished visitors and were captured by photographers, whose significant testimony allows today a more clear perception of these events. Photography is the theme of the paper by Maria Helena Souto and Ana Cardoso de Matos: The 19th-century World’s Exhibitions and their photographic memories. Between historicism, exoticism and innovation in architecture. The work emphasises the importance of photography, an important technological innovation used to record several world exhibitions[11]. Furthermore, photographic techniques allowed the presentation of images from several countries, thus introducing new landscapes, people and artistic culture. Thus, the several temporary pavilions built for these events became immortalised by the photographs of both anonymous and well known photographers. Published in newspapers or magazines, dealing with architectural themes, these photographs helped to spread architectural techniques and styles. The construction of pavilions from each country that took place at the 1867 Paris exhibition made these events authentic museums from the world. Portugal’s pavilions, mostly those which were built at the several Paris exhibitions are analysed by Maria Helena Souto and Ana Cardoso de Matos, who center/focus ? their work on the purpose of the buildings’ fabrication and the characteristics that marked them out. These characteristics were mostly associated with evocative images of Portugal’s history of discovery.

The role played by several spaces in the exhibitions such as Parc des Nations (1867) and Rue des Nations (1878) or even Rue du Caire (1889) in popularising the architecture of the different countries is also evoked by Christiane Demeulenaere-Douyère in her paper Les expositions universelles : une passerelle vers les cultures extra-européennes ? The author discusses the 1867 exhibition, which showcased inter alia a pre-built Moorish kiosk exhibited by Prussia and a reconstitution of roman catacombs. In a time when the taste for Orientalism was common in European society, the “exotic” exhibitions of the Ottoman Empire, Egypt, Tunisia, China, Mexico… could suggest visitors to be transported to far and often exotic horizons, “des horizons lointains et souvent exotiques…”, and this played an important part in their success because world exhibitions were also recreation parks, mainly after 1867. According to Demeulenaere-Douyère, these countries considered world exhibitions as a diplomatic means to claim their national identity and a certain executive independence from their suzerains, «une occasion diplomatique de revendiquer leur identité nationale et une certaine indépendance de fait par rapport à leur suzerain». She further discusses how colonies participated in world exhibitions and the growing importance that this assumed in relation with a considerable colonial push, “une «poussée» coloniale considerable” taking place from 1880, and also the need to promote the colonial ideology in the public. Not by chance several colonial exhibitions happened in the late years of the nineteenth century.

In a time when anthropology and ethnology were recognized as scientific disciplines, the world exhibitions had a major influence on their popularization. As noted by Christiane Demeulenaere-Douyère, the objects and photographs and even people shown at the world exhibitions greatly publicized these sciences to the many visitors, «offrent aussi aux visiteurs une version grand public de ces sciences». Finally, she remarks upon the importance that exhibitions had on the Occidental rediscovery of Islamic art and Japanese artistic trends, concluding with a reflection on the real role these events had in globalisation of people’s culture.

Since the world exhibitions were regarded as a kind of apprenticeship based on direct observation, most countries supported the idea of sending to them several representative craftsmen from their industrial sectors, so they could learn about technological progress realised in their field of work.

Anna Pellegrino’s paper, Italian workers and the Universal Exhibitions of the 19th century. Imaginaries and representations of technology and science, takes this theme based on the reports written by workers during their visits. These reports, unequal in content and form and sometimes difficult to interpret, are a relevant source of study. Weak modernisation in Italy along with competition for technical progress and the introduction of machinery in Italian industry contributed to the reports of workmen, who stated “they felt that the machinery presented itself like something aside”. As Anna Pellegrino explains, this had not much to do with their day-to-day work; rather it was the result of workers being faced by extreme situations, a mixture of fear and awe when viewing the machinery. Fascination extended itself to the new technologies presented. Such was the case with electricity, which was associated with a happier, safer and more comfortable lifestyle. Thus, as highlighted by the author, the commitment of sending Italian workers to world exhibitions was not simply a task related to apprenticeship, it was also a way of countering their anti-progress ideas.

By favouring the notion that world exhibitions could function as an important vehicle for knowledge and apprenticeship, these events played a major role in the decisions to organise other international exhibitions. This, for instance, was the case in 1876 when the Council on Education founded the South Kensington Museum, a permanent collection like that at the Conservatoire des arts et métiers, in Paris. This exhibition is the subject of the paper by Vitor Bonifácio and Isabel Malaquias – Portugal and the 1876 South Kensington Instrument Exhibition – in which they try to explain how Portuguese scientific instruments sent by the General consul of Portugal to Great Britain were included in the list of British instruments. The discussion refers to the Portuguese participation in Philadelphia’s International Exhibition that very same year in which Portugal presented several scientific instruments.

Like big events whose echoes were heard globally, world exhibitions of the second half of the nineteenth century and the first decades of the twentieth century were visited by thousands – who benefitted from the development of transportation – and converted into sites of pilgrimage. Progress made in transcontinental navigation and in the railways, the interest in travel and great engineering works, such as the Suez channel, encouraged mobility and contributed to the growing number of visitors at world exhibitions. Between these visitors was Goan José Gerson da Cunha, the subject of Filipa Lowndes Vicente’s essay The ‘Thousand and One Nights’ of Paris: an Indian traveller at the 1867 Universal Exhibition, whose voyages are an example of Indian elite’s mobility to Europe for the purpose of study, work or leisure. In the present case, this was a scientist and historian from Portuguese India, whose fragmentary identity attests to someone who “belonged to various worlds while not fully belonging to any of them”, and came from a colonised region. Following the usual practice of the times, Gerson da Cunha wrote his travel impressions and published them; “his practice as historian, archaeologist, physician or collector, as well as his interests, writings and relationships, were all affected by his movements, as well as by the certainty that he did not belong to any one place”. However, in his accounts can be found important descriptions of the exhibitions that demonstrate the grandeur of these events.

The 1929 Barcelona exhibition was a relevant occasion to present electrical industry’s progress, as explored by Antoni Roca-Rosell’s in the paper An approach to Science and Engineering in the International Exhibition of Barcelona (1929). At the beginning of the 20th century a new process of economic diversification took place in Catalonia: as well as in other European countries, electrical industry was the main novelty although a variety of manufacturing industries flourished at the same time. Scientists and engineers felt that the Exhibition was an opportunity to obtain an international projection. So this exhibition, which was meant to be held in 1913, and was postponed due to the First World War, was an opportunity to show the development of Catalonia, especially in the electrical industry.

World exhibitions have always reflected the mood of the times: from belief in technological progress to the sustainable development of globalisation, this is a story about reflection, trade and discovery. From places of privileged information to the complex mechanisms of industrial society, exhibitions were in fact propaganda operations, showcases in which nations built the images they wished to project onto these temporary stages, where public multiplicity was submerged in a universe of representations.

L’acier en Europe avant Bessemer

L’Acier en Europe avant Bessemer

Philippe DILLMANN, Liliane PÉREZ, Catherine VERNA (éds.)

Toulouse, Editions Méridiennes (FRAMESPA/CNRS/Université Toulouse Le Mirail), 2011, 530 p., ISBN 978-2-912025-70-8

Ce livre est le fruit d’un colloque international tenu au Musée des arts et métiers grâce au soutien de nombreuses institutions internationales et nationales, en particulier le CNRS, le CDHTE/Cnam et l’Université Paris 8. Il a réuni des historiens, des archéologues et des archéomètres autour de ce matériau complexe qu’est l’acier avant l’ère de la production industrielle massive. Le cadre chronologique est donc celui des longues durées, de l’Antiquité au premier XIXe siècle.

L’ouvrage s’articule autour de trois thèmes. Il s’ouvre par des définitions de l’acier en un temps où ce matériau n’avait pas été encore analysé selon les critères scientifiques contemporains. Dans ce domaine, l’apport récent de l’archéométrie et de l’archéologie, confronté aux terminologies d’usage comme aux traités savants, d’Aristote à Réaumur, offre une compréhension diachronique, tant scientifique que technique, d’un matériau dont la singularité frappe ses usagers depuis l’Antiquité. L’ouvrage se poursuit par une présentation des procédés de fabrication. Leur diversité illustre le foisonnement des modes opératoires qui parfois coexistent malgré des ruptures techniques majeures. Le Moyen Âge et les Temps modernes, périodes de différenciation des matières, des produits et des techniques, ont concentré l’attention des auteurs. Enfin, une large place a été consacrée aux marchés et aux usages de l’acier. Les différents procédés répondent à des logiques d’adaptation des matériaux aux besoins, aux contraintes et aux opportunités commerciales. Ouvrir le dossier de l’acier avant Bessemer, c’est finalement poser de façon neuve la question de l’entreprise et de la rationalité technique.

http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?article341

Séminaire « L’analogie et les techniques. Approches interdisciplinaires » 2011-2012

Analogie et techniques. Approches pluridisciplinaires

 

Université Paris Diderot et EHESS

Département d’histoire (GHSS),  laboratoire SPHERE

 

Paris Diderot : séminaire de M 2 – 43 HI 1653

EHESS : séminaire de M 1 et M 2 – Parcours TTS du Master en sciences sociales

Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez, Koen Vermeir

Comment Léonard a-t-il inventé ses machines de vol ? Comment expliquer les transpositions de méthodes de tissage dans des techniques de guerre, d’instruments de meunerie dans la fabrication des cosmétiques ? Comment peut-on comprendre les rapports entre des artefacts préhistoriques sans disposer sources textuelles ? Le point du départ de ce séminaire est que l’analogie joue un rôle crucial dans la conception technique quelle que soit l’époque considérée. Le raisonnement analogique est au cœur des processus de créativité, d’invention technique, de circulation et d’appropriation des techniques. Ces résonances entre périodes, entre champs d’étude, justifient d’organiser un séminaire pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs d’horizons différents : historiens des techniques, archéologues, psychologues cognitivistes, anthropologues, historiens de l’art, muséographes, philosophes des techniques, historiens des mathématiques, informaticiens et théoriciens de l’analogie. En plus des séances classiques, le séminaire comprendra trois demi-journées d’étude (analogie et histoire des mathématiques, histoire de la modélisation de l’analogie, analogies entre le son et l’image via la photographie, le cinéma, les illusions d’optique).

Séminaire Analogie et techniques 2011-2012

Bibliographie Analogie et techniques

 

Présentation du Centre Alexandre Koyré

 

Le Centre Alexandre Koyré

Histoire des Sciences et des Techniques

Le Centre Alexandre Koyré peut s’enorgueillir, du haut de ses 50 ans d’existence, d’une riche tradition de recherche en histoire des sciences et des techniques. Il réunit actuellement une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants et doctorants, qui travaillent en majorité sur les périodes moderne et contemporaine, voire très contemporaine. Leurs activités peuvent être regroupées sous l’épithète « Étude et histoire des cultures savantes », culture englobant les pratiques tant locales que de partage, de communication et de mise en circulation. Elles se déclinent selon les thèmes suivants : sciences dans l’espace public ; circulation comme lieu de production des savoirs (en tenant compte des différentes échelles de circulation : urbaine, nationale, régionale, européenne et mondiale) ; corpus et archives en histoire des sciences ; environnement, climat et développement durable ; acteurs, institutions et gouvernance, et s’inscrivent, tout en dépassant les limites disciplinaires, en histoire des mathématiques, de la physique, de la chimie, de la médecine, de la biologie, de l’histoire naturelle et des sciences de l’homme.

Le Centre Alexandre Koyré est partenaire de deux laboratoires d’excellence, le LabEx « Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des croyances » (HASTEC) et le LabEx « Sciences, Innovations et Techniques en Société » (SITES)

Le centre organise une formation à la recherche par la recherche, du master au doctorat, dans le cadre de l’École des hautes études en sciences sociales, son établissement de tutelle principal. De nombreux séminaires et colloques, nationaux et internationaux, sont organisés sous son égide. Il possède enfin une riche bibliothèque spécialisée en histoire et sociologie des sciences et des techniques.

Il est également doté d’un Centre de Ressources Numériques (CRN), le Centre National pour la numérisation de Sources Visuelles (CN2SV)

http://www.koyre.cnrs.fr

27, rue Damesme, 4e étage
75013 Paris
Tél. : +33 (0)1 45 65 97 42
Télécopie : +33 (0)1 45 81 16 47
Métro : Ligne n° 7, Tolbiac ; Ligne n°14, Olympiades

Séance « Collections techniques et patrimoine industriel » 17 juin 2013

Séance Collections techniques et patrimoine industriel

Centre Alexandre Koyré (EHESS), 17 juin 2013

 

Dans le cadre des activités du Centre Alexandre Koyré, sera organisée la séance introductive au séminaire  2013-2014  « Classer les collections techniques  ».

Cette séance comportera deux interventions, la première de Rifat Kulenovic, conseil auprès du Musée des sciences et de la technologie de Belgrade et responsable de la protection du patrimoine industriel (Serbie), la seconde de Thierry Renaux, membre de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) et doctorant au Centre Alexandre Koyré.

L’objectif est de poser la question des liens entre collections techniques et patrimoine industriel à partir de deux cas, l’un national, l’autre thématique. R. Kulenovic appuiera principalement son propos sur les collections publiques du Musée des sciences et de la technologie de Belgrade tandis que T. Renaux étaiera son intervention grâce à des collections privées (collection d’automobiles Jean-Albert Grégoire-IHA, collection d’objets Jean Plateau-IHA, collection d’objets Stefano Moreschi, etc.) et des pièces isolées appartenant à des collections publiques (musée des Arts et métiers, Observatoire de Paris, Science Museum de Londres, Deustsche Museum de Munich, etc.).

Les interventions présenteront donc un état des lieux de pratique de collections, publiques et privées, dans divers pays européens, principalement en Serbie et en France. Cette analyse de la pratique concernera les objectifs et la gestion de ces collections ; la prospection et la valorisation de collections industrielles (a fortiori scientifiques et techniques) seront évoquées dans des contextes nationaux, quoique aux causes très différentes, de désindustrialisation.

            INFORMATIONS PRATIQUES

Date et horaire : 17 juin 2013, de 16h00 à 18 h 00.

Lieu : Centre Alexandre Koyré

Contact : liliane.perez @wanadoo.fr

Théories ordinaires

f1ca699882Théories ordinaires

Emmanuel Pedler et Jacques Cheyronnaud (eds.)

 

Ce volume s’intéresse aux théories et savoirs opératoires que produisent les praticiens, qu’il s’agisse d’horlogerie du xviiie siècle, de musique ancienne, de music-hall ou de fictions télévisuelles contemporaines, ou encore des pratiques éditoriales du monde universitaire aux xixe ou xxe siècles.

 

La spécialisation intellectuelle pour laquelle la théorie « savante » s’oppose aux « savoirs ordinaires » doit-elle nous conduire à penser que les savoirs opératoires sont dénués de toute capacité auto-descriptive ? Est-ce qu’inverser ce cadre d’analyse en moquant les formes rationalistes de la théorie nous apporte plus de clarté ?
Les auteurs réunis décrivent les formes élémentaires de la théorie qui ne s’assument pas comme telles en mettant en évidence des régimes théoriques, manifestes pour certains, furtifs pour d’autres – le genre des comédies du remariage du cinéma américain des années 1940 mis en lumière par Stanley Cavell par exemple –, en s’intéressant aux théories et savoirs opératoires que produisent les praticiens, qu’il s’agisse des horlogers du xviiie siècle, des musiciens et chefs d’ensembles de la musique ancienne, du music-hall, des fictions télévisuelles contemporaines, ou des pratiques et outils éditoriaux du monde universitaire au xixe ou xxe siècles.

SOMMAIRE
Première partie. Les vies ordinaires de la théorie
E. Pedler et J. Cheyronnaud – Penser les théories ordinaires
Jean-Marie Schaeffer – Entendre et écouter : compétences procédurales et connaissance explicite
Esteban Buch – Le ping-pong de la musique savante et la musique populaire : retour sur une impasse théorique

Deuxième partie. Théories et savoirs opératoires
Liliane Perez – Quels commencements pour la technologie ? Théories ordinaires de la technique et économie artisanale au xvXVIIIe siècle
Emmanuel Pedler – Les théories ordinaires de la musique ancienne
Valérie Tesnière – Pratiques éditoriales dans le monde scientifique : pratiques de recherche, pratiques de diffusion et pratiques documentaires aux XIXe et XXe siècles

Troisième partie. Genres furtifs et critiques ordinaires
Sandra Laugier – Culture populaire, théorie ordinaire : une philosophie des genres mineurs
Texte inédit de Stanley Cavell (traduction de l’américain)
Jacques Cheyronnaud – Le genre artistique comme théorisation. La mise en genre du Music-hall

Parution : 28 février 2013 • Collection « Enquête », 10 • 208 p. • ISBN 978-2-7132-2378-5 • 22 €
Commander : en librairie (CDE/SODIS) • En ligne : LCDPU • Aux Éditions de l’EHESS editions-vente@ehess.fr)

Agnès Belbezet
Communication & diffusion
01 53 10 53 63
www.editions.ehess.fr

 

Les expositions universelles en France au XIXe siècle…

  Si les expositions universelles sont au cœur de l’histoire des pratiques culturelles, elles sont aussi l’un des lieux de naissance de la technique comme utopie du    progrès et de la modernité. Parce qu’elles favorisent des rapprochements entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre les civilisations du monde, entre la diversité des productions humaines, elles promeuvent un universalisme de la technique. Dans un mouvement réflexif, la technique devient un savoir public, elle intéresse les visiteurs bien au-delà des cercles professionnels. Nouvelle mythologie, elle acquiert une valeur d’identifiant national et le statut de lieu de mémoire. Et pourtant, qu’en est-il, au milieu du xixe siècle et dans le demi-siècle qui suit, des espoirs libéraux et saint-simoniens mis dans l’industrie, à l’heure où l’autonomisation de la technique et les logiques émancipatrices qui lui étaient associées plient sous l’emprise d’une division du travail dont le sens se fait de plus en plus aliénant ? Qu’en est-il aussi de l’admiration pour la technique, alors que s’affirment l’hégémonie des beaux-arts et la sacralisation de l’artiste comme figure du génie ? En lien, quelle place est faite au patrimoine technique éphémère des expositions universelles ?

C’est l’intérêt de ce volume de restituer la complexité des discours, des intentions et des perceptions autour de la technique et de la modernité dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle. Cinq thèmes structurent l’ouvrage : les représentations, l’innovation et les savoirs techniques, les produits nouveaux et les stratégies de valorisation, les publics des expositions, le patrimoine technique des expositions.

 

Anne-Laure Carré (Musée des arts et métiers) est spécialiste de l’histoire des matériaux, en particulier du verre, et des liaisons entre art et industrie.

Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) est historienne de la photographie et des techniques visuelles, ainsi que des collections techniques.

Christiane Demeulenaere-Douyère (précédemment aux Archives nationales), historienne des sciences et des techniques, a consacré des travaux aux expositions universelles à partir des fonds des Archives nationales et organisé en 2010 l’exposition Exotiques expositions… Les expositions universelles et les cultures extra-européennes.

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot/EHESS) travaille sur l’histoire de l’invention et des savoirs opératoires, en particulier en milieu artisanal.

 

En savoir plus

Histoires individuelles, histoires collectives. Sources et approches nouvelles

Sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère et Armelle Le Goff

ISBN : 978-2-7355-0774-0
272 p. | 17 x 22 cm | ill.
Collection : Orientations et Méthodes
N° dans la collection : 23
Code Sodis : F30838.8

Les sources utiles à la généalogie, à la biographie et à la prosopographie ne se limitent pas aux registres paroissiaux ou d’état civil et aux minutes notariales. Nombre d’organismes, publics et privés, ont accumulé des renseignements sur toutes sortes d’individus. C’est à ces autres sources que le présent ouvrage introduit, en attirant l’attention sur des fonds peu connus ou insuffisamment exploités et des outils de recherche nouveaux. Il offre un regard original sur les dictionnaires biographiques et présente, à titre d’illustration, une recherche sur les musiciens d’église dont les résultats se situent entre histoire individuelle et radioscopie d’un groupe social.
Professionnels des archives, universitaires et chercheurs ont, à l’occasion du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, échangé sur leurs méthodes et leurs outils de travail. La diversité des contributions ici publiées suggère la richesse des sources à mobiliser et l’ampleur des masses documentaires à exploiter pour qui se lance dans une enquête sur les individus, qu’il s’agisse de retracer des parcours individuels ou collectifs.
Car chacun de ces dossiers personnels, de ces matricules, de ces fonds d’archives, livre les matériaux d’un roman individuel, familial ou social, et transmet les échos de millions de destinées, célèbres ou inconnues, glorieuses ou obscures.

 

http://cths.fr/ed/edition.php?id=5336

Séminaire « L’ingénieur face à la société : un jeu de miroirs, XIXe-XXe siècles » 2012-2013

4e vendredi du mois de 9 h à 11 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 26 octobre 2012 au 24 mai 2013. La séance du 26 octobre est annulée. Séance supplémentaire le 21 juin. Les séances de janvier, février, avril, mai et juin se tiendront de 10 h à 12 h

L’idée est de réfléchir sur les deux facettes de cet élément identitaire de la profession : d’une part la façon dont l’ingénieur se positionne par rapport à la société (discours, action et rôle social) et de l’autre, comment la société le perçoit et comment cette perception change au fur et à mesure que la profession se consolide mais aussi comment elle participe de cette construction identitaire.
Nous mobiliserons pour développer cette question les travaux récents ou inédits de l’histoire politique, culturelle et sociale au croisement de notre champ de recherche.

Programme :

23 novembre 2012 : Ana Cardoso de Matos (Université d’Evora, Portugal) : les ingénieurs et le tourisme,

25 janvier 2013 : André Grelon (EHESS/CMH) : Les ingénieurs, la littérature et la construction de la profession (France, Russie, Espagne, XIXe siècle)

22 février 2013 : Georges Ribeill (ENPC/LATTS) : Des ingénieurs aux prises avec les « sciences occultes » (magnétisme, radiesthésie ….) Inventaire, bibliographie, bilan critique

22 mars 2013 : Frédéric Seitz (Université de technologie de Compiègne) : Gustave Eiffel : le triomphe de l’ingénieur.

26 avril  : Bruno Belhoste (Université Paris1), Jean-Victor Poncelet académicien, Claudine Fontanon (EHESS/Centre Alexandre Koyré) Les ingénieurs à l’Académie des sciences (1840 -1940)

24 mai 2013 : Antoine Savoye (Université Paris 8). Le Play, ingénieur inclassable

21 juin 2013 : Konstantinos CHATZIS (ENPC/LATTS) : Le « libéralisme » des ingénieurs du Bureau of Public Roads et le réseau autoroutier urbain américain, 1930-60

Séminaire « La recherche aéronautique, XIXe-XXe siècles » 2012-2013

2e vendredi du mois de 9 h à 11 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 9 novembre 2012 au 14 juin 2013

Pour la seconde année de ce séminaire, nous continuerons la construction d’un champs d’étude large de l’aéronautique qui envisage toutes les productions autour des savoirs techniques et scientifiques de l’air depuis le XIXe siècle,articulant des domaines traités ordinairement séparément (aérostats, dirigeables, avions, satellites). Nous nous attacherons notamment à l’émergence de l’aérodynamique ainsi qu’aux technologies et stratégies politiques ouvertes par la maîtrise de l’air et la territorialisation progressive de l’air et de l’espace.

En nous focalisant particulièrement sur les acteurs et leurs pratiques, il s’agira d’aborder, premièrement la variété des mondes de l’invention mettant en évidence des parcours professionnels très différents où se côtoient ingénieurs, entrepreneurs et publicistes de la science mais aussi, deuxièmement on s’intéressera à l’émergence des entreprises et des réseaux de recherche nouveaux au XXe siècle ainsi qu’à la circulation des savoirs et des savoirs-faire, via la question de la mémoire des acteurs – à tous les niveaux de compétence.

 

9 novembre 2012 :

  • Les débuts des télécommunications par satellites : le rôle des ingénieurs français (1959-1969), Michel Guillou (Université Rennes 1).
Cette présentation se propose de rappeler les grandes étapes de l’investissement des ingénieurs français depuis les premières initiatives et réponses aux sollicitations américaines, en 1959, jusqu’à la mise en place d’un programme franco-allemand pour la réalisation d’un satellite (Symphonie), à la fin des années 1960. Il s’agissait de prendre une certaine autonomie vis-à-vis de la suprématie américaine dans une application spatiale stratégique en terme d’indépendance et porteuse d’ambitions financières rentables. Elle montre les interactions entre les différents acteurs, tant au niveau national qu’international, ainsi que la circulation des savoirs et savoir-faire. Ce développement fut, à l’origine, mené par les ingénieurs du Centre national d’études des télécommunications, puis à partir de 1962, il fallut prendre en compte la création du Centre national d’études spatiales (le CNES), parfois source de rivalités entre les deux organismes. Ces hommes, très fortement impliqués dans les instances internationales spécialisées, furent également à l’initiative de projets au niveau européens et même d’organisation comme la CETS, scellant les bases de l’Europe spatiale d’aujourd’hui et le noyau d’une industrie particulièrement dynamique et compétitive au niveau mondial.
  • Les enjeux géostratégiques des systèmes de géo-navigation, Walter Arnaud (ingénieur Télécommunications)
Le GPS est actuellement le système de référence dans le domaine de la radionavigation par satellite. Son succès est lié à plusieurs facteurs, mais son usage civil et ses implications géopolitiques y ont contribué.
La catastrophe aérienne du vol sud-coréen KAL007 du 31 août 1987 a, officiellement, déclenché l’ouverture du système GPS au secteur civil, et en particulier au secteur de l’aviation civil. L’écart de route de l’appareil, abattu par un avion de combat soviétique, aura conduit à envisager toutes les solutions, et notamment l’accès au GPS, pour qu’une cette catastrophe ne se reproduise plus.
Dès lors, l’usage du GPS s’est étendu au secteur du commerce maritime et de la marine, dans des régions du monde très disputées. Les détroits d’Ormuz et de Malacca sont des exemples concrets de ces régions de haute tension pour lesquelles des écarts de navigation peuvent ou pourraient entraîner des conséquences diplomatiques ou militaires.14 décembre 2012 : Les pionniers de l’aérodynamique : une intense compétition pour la maitrise des savoirs, Claudine Fontanon (EHESS/ Centre Alexandre Koyré)& 11 janvier 2013 : Isabelle Sourbes-Verger (CNRS/Centre Alexandre Koyré), L’émergence des acteurs de la société civile dans la maîtrise de l’espace : de l’ingénieur au créateur d’entreprise, nouveaux profils et permanences8 février 2013 :
  • L’entrepreneur d’inventions Clément Ader : quelle figure fondatrice pour l’aéronautique ?, Guillaume Carnino (UTC/Costech-CNRS/CRH).
  • La figure héroïque de Louis Blériot, Jean-François Belhoste (EPHE)

8 mars 2013Luc Robene (Université Rennes 2) La mise en réseaux des compétences scientifiques et techniques dans l’élaboration du savoir et de la culture aéronautiques au XIXe siècle : l’exemple de la Société Française de Navigation Aérienne (SFNA)
Résumé : Ebauché au milieu du 19e siècle par l’aéronaute et expérimentateur Dupuis-Delcourt, le projet d’une puissante société savante consacrée aux progrès de l’aéronautique, dotée de moyens pratiques et engagée dans des programmes expérimentaux, ne voit définitivement le jour en France qu’à la fin du Second Empire (au moment où se structure outre Manche la Royal Aeronautical Society). La Société Française de Navigation Aérienne (SFNA), fédérant les compétences de praticiens, de techniciens, « mécaniciens », d’ingénieurs, de publicistes, de savants, apparaît d’emblée traversée par des courants d’idées qui délimitent de manière concurrentielle les priorités expérimentales et posent de manières différentes la question du vol et des ses usages. La confluence entre tendances « dures » (la science « positive » au service de la patrie) et conceptions plus ouvertes quant à l’utilité des expériences aéronautiques ou bien les débats techniques qui touchent plus largement à l’opposition entre partisans de procédés différents (plus lourd ou moins lourd que l’air ; vol battu ou vol plané ; etc.) constituent quelques uns des terrains culturels, idéologiques, techniques, scientifiques, qui concourent ensemble à produire de manière contradictoire et parfois polémique de la connaissance et des représentations sur la connaissance.
La densité de l’œuvre pratique et savante de la SFNA ainsi que les modes de sociabilité (relations internes, liens avec la société civile et les pouvoirs publics, échanges avec les partenaires étrangers) qui participent à cette mise en réseau des compétence techniques et scientifiques sont appréhendés à partir de plusieurs sources parmi lesquelles figurent les archives de la société ainsi que la publication de l’organe principal qui en retranscrit l’actualité scientifique et expérimentale, le journal L’Aéronaute. Il devient alors possible d’entrevoir comment s’organise autour d’enjeux et de débats parfois passionnés, une « pensée du vol » qui participe grandement à l’élaboration de la culture aérienne au 19ème siècle.

12 avril 2013 : Isabelle Sourbes Verger (CNRS/ Centre Alexandre Koyré) « L’émergence des acteurs de la société civile dans la maîtrise de l’espace : de l’ingénieur au créateur d’entreprise, nouveaux profils et permanences »

14 juin 2013 : Retour sur  une approche pluridisciplinaire de la «  culture aérienne », Nathalie Roseau (ENPC/LATTS), Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CRH-ICT)

Séminaire « La technologie, science humaine » 2012-2013

La technologie, science humaine

History-of-Inventions-Discoveries-and-Origins-Beckmann-Johann-9781177663076

Centre A. Koyré (EHESS/CNRS) et parcours TTS du Master en Sciences sociales (EHESS), SPHERE (Université Paris Diderot Paris 7/CNRS), Master Histoire et civilisations comparées, Université Paris Diderot Paris 7, ICT (Université Paris Diderot Paris 7) 2012-2013

Jeudi 17-19 h ou 15-19h

Centre Alexandre Koyré
27 rue Damesme 75013 Paris

Université Paris Diderot Paris 7, bâtiment Condorcet, 4 rue Elsa Morante 75013 Paris

Sophie A. de Beaune, Liliane Pérez, Koen Vermeir

CR Technologie, science humaine 2012-2013

Le Programme au format pdf

Bibliographie Technologie science humaine

Repères « La technologie, science humaine » 2012-2013

Technologie chez Simondon

Biblio Simondon et la technologie

Repères technologie anglaise XVIIIe-XIXe s.

Biblio Babbage

Jochen Hoock – Johann Beckmann et la place du discours technologique

Definitions de technologie-Appendice Jean-Claude BEAUNE 1980

Couffignal 1938

Cottereau 2007 Le Play e¦üconomiste

bibliographie André Leroi-Gourhan (technologie)

AmpereClassification

 

Le séminaire a pour but de faire découvrir le sens souvent oublié de la technologie, entendue comme science des opérations et des intentions fabricatrices. Bien loin de toute acception actuelle comme application de la science à la technique, la compréhension opératoire de l’action née au Moyen Âge, s’est déployée de la Renaissance au siècle des Lumières et a joué un rôle central dans les sciences humaines aux XIXe et XXe siècles. L’enjeu du séminaire est de faire connaître un champ de recherche dense et fortement remanié par les travaux récents portant sur des textes et des auteurs fondamentaux, de Bacon à Pitt-Rivers, Marcel Mauss, André-Georges Haudricourt, Alfred Espinas, André Leroi-Gourhan, Gilbert Simondon, Joseph Needham en passant par Johann Beckmann, Charles Babbage ou Frédéric Le Play. Les approches sont nécessairement interdisciplinaires et doivent conduire à l’étude globale d’un concept, à travers ses résonances en philosophie, en anthropologie, en ethnologie, en sociologie, en histoire, en préhistoire.

1. Mercredi 14 novembre 2012, Centre A. Koyré (exceptionnellement mercredi) : séance d’introduction : qu’est-ce que la technologie ?
Présentation par les organisateurs et interventions de Danielle Candel, Jochen Hoock, John Humbley autour de : « Technologie et terminologie ». Discutant : Guillaume Carnino.
2. 13 décembre 2012, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle Malevich, 483A
Mathieu Arnoux : « Comment penser les techniques au Moyen Âge ? »
3. 20 décembre 2012, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, 612B-Klein, 15-19h
Demi-journée Penser les techniques à la Renaissance
Koen Vermeir : « Art, technologie et nature à l’âge classique ».
Pascal Dubourg-Glatigny : « Réduire les savoirs à l’image : réduction en art et visualisation ».
Hélène Vérin : « La technologie, genre de littérature ou système des arts? »
Pascal Brioist : « Les éléments de machines chez Léonard et ses prédécesseurs ».
4. 17 janvier 2013, Centre A. Koyré
Ronan Le Roux : « Le domaine du mécanisable. Les projets doctrinaux de Louis Couffignal, de 1938 à 1966 ».
5. 7 février 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 612B-Klein
Sophie A. de Beaune : « De la théorie à la mise en scène muséographique. L’évolution des techniques selon Augustus Lane Fox Pitt-Rivers (1827-1900) »
6. 21 mars 2013, Centre A. Koyré, 15-19h
Demi-journée Le XXe siècle : Haudricourt, Mauss, Leroi-Gourhan et leurs prédécesseurs
• François Sigaut : « Les prédécesseurs de Leroi-Gourhan »
• Nathan Schlanger : « Mauss et la technologie »
• Alban Bensa : « Haudricourt et la technologie »
7. 11 avril 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 512 A
Autour de Joseph Needham
Lucia Candelise et Frédéric Obringer : « L’oeuvre de Joseph Needham à partir de l’ouvrage Science et civilisation en Chine, Paris, Picquier, 1995, traduite par Frédéric Obringer »
8. 23 mai 2013, Centre A. Koyré, 15-19h
Demi-journée Le XIXe s. : la technologie, entre science des arts et science des machines
Joost Mertens, Liliane Pérez : « Technologie, technology » : la réception de la Technologie de Johann Beckmann en Grande-Bretagne au milieu du XIXe siècle »
Marie-José Durand-Richard : « Charles Babbage (1791-1877) : la machine analytique comme matérialisation d’une science des opérations »
Stéphane Baciocchi, Alain Cottereau : « Le Play et l’Angleterre – Enquêtes sur une Révolution sociale de l’Extrême-Occident ».
9. 13 juin 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 612B-Klein :
Jean-Hugues Barthélémy et Vincent Bontems : « Technologie et sciences humaines chez Simondon »