W. Bernard Carlson, Les grands systèmes techniques – 5 juin 2013

W. Bernard Carlson, professeur d’histoire des techniques à l’Université de Virginie et directeur d’études invité à l’Université de Virginie pour une conférence sur « Les grands systèmes techniques, consommateurs et Etats ».

Le mercredi 5 juin à 14 h au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, 75005 Paris (métro : Maubert ou Jussieu), dans le cadre du séminaire organisé par Patrick Fridenson : Histoire et techniques des organisations et du gouvernement

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/794/

Patrick Fridenson

Centre de Recherches Historiques

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

190-198 Avenue de France

75244 Paris cedex 13

http://crh.ehess.fr/document.php?id=341

 

L’esthétique du geste technique – Gradhiva n° 17, 2013

Gradhiva 2013-17L’esthétique du geste technique

Gradhiva n° 17, 2013

 

Les chants dont les prisonniers texans rythment leurs gestes de travail ont-il quelque chose à voir avec le geste fluide du luthier taillant un violon, celui de la scarificatrice bwaba ciselant les chairs ou celui de l’Homo erectus taillant un biface ? Resserrant la vieille question des rapports entre le beau, l’utile et le nécessaire, ce dossier choisit de privilégier celle de l’esthétique du geste technique. En quoi un tel geste peut-il être jugé beau, et cette beauté tient-elle à des caractéristiques tangibles – régularité, rythmicité, économie… – ou à des traits plus impalpables ? La question est envisagée ici à partir de la distinction opérée par Hannah Arendt entre travail et œuvre. Le travail – l’ensemble des tâches répétitives nécessitées par la survie quotidienne – est parfois sublimé par des chants ou des chorégraphies qui embellissent le labeur et allègent sa pénibilité. Tandis que l’élaboration d’une œuvre – c’est-à-dire la création d’un objet qui viendra s’ajouter durablement au monde – peut être esthétisée par un geste technique hautement maîtrisé. De Boas à Leroi-Gourhan, des auteurs ont lié la valeur esthétique d’un objet à la perfection de sa réalisation technique mais les contributeurs de ce dossier, qui s’étend de la Préhistoire au xxie siècle, et de l’Europe à l’Afrique, montrent que le geste technique est une composante à part entière du jeu social dans lequel il s’insère et que sa beauté ne se réduit pas à la maîtrise de règles formelles.

la revue Gradhiva sur revues.org

Le flyer au format pdf

 

Le RUCHE

http://leruche.hypotheses.org/

lerucheLe RUCHE, Réseau Universitaire de Chercheurs  en Histoire Environnementale, est un réseau pluridisciplinaire  créé en septembre 2008 et constitué en association à but non lucratif au printemps 2009. Ses membres sont des personnes originaires de diverses universités et autres établissements d’enseignement supérieur ou secondaire, ou intéressé-e-s par l’histoire environnementale, et relèvent de disciplines variées.

L’objectif du RUCHE est de promouvoir le développement de l’histoire environnementale et de faciliter les échanges intellectuels entre les chercheurs en histoire environnementale, parfois isolés dans leurs  universités ou institutions respectives, par la tenue de séminaires, journées d’études, colloques, recherches et publications collectives, en facilitant la circulation des informations ou en faisant connaître les publications intéressantes

Le RUCHE est la branche francophone de l’ESEH, European Society for Environmental History

Le RUCHE fait partie du R2DS, Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable de l’Île de France, qui le subventionne. Il est hébergé par le Groupe de Recherche en Histoire Environnementale du Centre de Recherches Historiques (UMR CNRS/EHESS), à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, à Paris.

HDR Valérie NEGRE – Architecture et culture technique – 24 mai 2013

Valérie Nègre 

a le plaisir de vous annoncer la soutenance de son habilitation à diriger des recherches

le vendredi 24 mai 2013, à 9h30 1 rue Jacques Callot, 75 006

 Architecture et culture technique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

Mémoire inédit

L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique entre XVIIIe et XIXesiècles

Université de Paris-Est.

Jury : Laurent Baridon (Université Lyon 2), André Guillerme (Cnam), Liliane Hilaire Pérez (Université Paris Diderot. Paris 7), Alina Payne (Harvard University), Antoine Picon (directeur de l’HDR, Université Paris-Est et Harvard University), Joël Sakarovitch (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Malaquais)

Le troisième volume intitulé « L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique » porte sur les relations entre les architectes et les artisans au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. A l’origine de ce travail, il y a l’idée que les historiens de l’architecture ont examiné les parcours des architectes, des ingénieurs et des savants et les relations qu’ils entretenaient, mais se sont peu intéressés aux artisans du bâtiment. Or les artisans n’évoluaient pas dans un monde cloisonné (on sait à quel point leurs liens avec les architectes, familiaux ou professionnels, étaient étroits). L’essai vise à restituer leurs échanges et leurs influences à la fin du XVIIIe siècle au moment où un mouvement d’idées en faveur des arts et métiers revalorise le manuel et le « matériel » et où l’Etat encourage les progrès techniques. Il montre que les discours et les pratiques des artisans ne sont pas sans conséquences sur la façon dont les architectes perçoivent leur activité et dont ils la représentent et se la représentent.

 

Valérie Nègre, architecte, Maitre-assistant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette

 

 

 

Le sens du métier – 31 mai 2013

Capture-d’écran-2013-04-29-à-10.50.26Journée d’études, IDHE (UMR 8533-CNRS), Université Paris 8

Le sens du métier : identité et organisation dans les métiers d’art et d’industrie en France (XVIIe-XXe siècles)

 Vendredi 31 mai 2013, 10h.-16h.30

Université Paris 8,  bâtiment D, salle D 143 2 rue de la liberté, 93526 Saint-Denis cedex,

Métro ligne 13 : St-Denis-Université

 L’historiographie a longtemps fait de l’organisation corporative le pilier institutionnel du monde des métiers sous l’Ancien Régime, s’enfermant ainsi dans un débat opposant « corporatisme » et « libéralisme », et faisant des lois de 1791 l’aboutissement d’un long combat des libéraux contre le supposé archaïsme des communautés d’arts et métiers. Depuis une vingtaine d’années, cette vision ancienne a été complètement révisée : il importe de distinguer entre l’exercice d’une profession et l’appartenance à une corporation ; toutes les professions ne sont pas uniformément « instituées » en métiers corporés ; les réalités professionnelles sont bien plus diverses ; enfin, la dissolution des corporations en 1791 n’a pas supprimé tous les besoins organisationnels ou réglementaires, pas plus que les représentations identitaires des différentes professions artisanales. Ainsi, d’une part, la conscience d’une appartenance professionnelle a existé sous l’Ancien Régime en dehors de la forme corporative, et d’autre part, les identités de métier ont continué d’exister après l’abolition des corporations.

Cette journée d’études est consacrée au cas des professions d’art, qui oscillent entre « art » et « industrie » dans les représentations communes, et se situent précisément bien souvent en dehors du système corporatif : comment penser alors l’identité de métier, quand  le savoir-faire ne s’incarne pas dans une forme instituée susceptible de  cristalliser et manifester à la fois une appartenance collective, de découper un « eux » et un « nous » ? Quel sens, en somme, peut avoir le métier sans corporation ?

 

09h45-10h. Accueil, café/thé

10h.-10h15 Introduction : Philippe Minard, Audrey Millet (IDHE-Paris 8)

10h15-11h15

– Lesley Miller (Victoria and Albert Museum, Londres)

Un pied dans la Grande Fabrique. Les dessinateurs de la soierie lyonnaise au XVIIIe siècle

– Audrey Millet (Université Paris 8, IDHE)

Dessiner des indiennes de Pondichéry à New-York : une organisation en réseaux (XVIIe-XIXe siècles)

11h15-12h. : Discussion : Corine Maitte (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

13h45-15h15

-Elodie Voillot (Université Paris Ouest – INHA)

Unir, promouvoir et protéger : la Réunion des fabricants de bronzes (1818-1870)

-Eugénie Briot (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

Inspiration vs oxydoréductions : le métier de parfumeur au XIXe siècle, entre chimie et alchimie

-Jérémie Cerman (Université Paris-Sorbonne)

L’atelier de dessin industriel de Robert Ruepp, une entreprise prédominante de la Belle Époque

15h15-16h30 : Discussion : Patrick Verley (Université de Genève)

http://artindus.hypotheses.org/

 

 

Entre art et industrie

http://artindus.hypotheses.org/

artetindusCe carnet vise à favoriser les recherches historiques sur les liens entre l’art et l’industrie, à mettre en réseaux les chercheurs et à présenter l’actualité des travaux français et internationaux aussi bien dans l’espace scientifique. Il recense les travaux en cours, les événements (journées, colloques…) et les appels à communication. Son ambition est de centraliser l’information sur le sujet.

Pour des informations supplémentaires :

https://sites.google.com/site/audreypatriziamillet/

Contact : audrey.patrizia.millet ” at ” gmail.com

 

 

Groupe Meule

groupemeulehttp://groupemeule.hypotheses.org/

Colloque meule Reims 2014 Appel à comm.

Ce carnet a pour objectif de diffuser l’état d’avancement des recherches en cours du “Groupe Meule” et de son PCR (Projet Collectif de Recherche). Il doit permettre également aux chercheurs et archéologues de trouver des informations pour mieux traiter ce mobilier lithique. Le Groupe Meule est ouvert à toute personne s’intéressant au matériel de mouture (moulins va-et-vient et rotatifs, de la Préhistoire au Moyen Âge). Créé à l’occasion du colloque de Grenoble sur les meulières (22-25 septembre 2005), ce groupe réunit aujourd’hui une trentaine de membres (archéologues, géologues, étudiants, universitaires, professionnels et bénévoles). Depuis 2006, le Groupe Meule travaille à la réalisation de bases de données sur les moulins à bras rotatifs et les moulins va-et-vient en vue d’étudier leur diffusion et d’établir une typo-chronologie.

Pour un Musée de l’Informatique et de la Société numérique

http://www.musee-informatique-numerique.fr/

Site collaboratif et participatif du projet : Pour un Musée de l’informatique et de la société Numérique.

muséeinfoVous êtes invités à faire part de vos propositions et contributions pour rêver, imaginer et construire la « maison des muses  numériques », la « cité des humanités numériques » ou le « musinfo ». Comme vous pouvez le constater le nom et le contour de ce futur espace à la fois réel -avec des lieux multiples- mais aussi/surtout virtuel avec une présence sur le web restent ouvert.

Le numérique, la science et la technique informatique sont à la fois l’objet visé à « démont(r)er », « exposer »; « diffuser sur le web » mais aussi le support moderne d’une nouvelle muséographie réelle, virtuelle et diffuse… sans oublier les modèles d’affaires économiques à inventer en fonction de nos contraintes budgétaires et de la dynamique propre au numérique.

Sur le chemin de cette construction, le projet est ouvert aux propositions et contributions, nous sommes en train de préparer une structuration et renforcer la coordination entre les partenaires du projet pour proposer un projet aux décideurs et financeurs publics et privés.

Sur ce site sont regroupés des informations sur la problématique de Muséee informatique, les actes du colloque et vos contributions.

Participez en rejoignant le projet.

À vos claviers…

International Committee for the History of Technology (ICOHTEC)

http://www.icohtec.org/

icohtecICOHTEC was founded in Paris 1968 when bitterness divided the nations in the Eastern and Western worlds. The intent was to provide a forum of scholars for the history of technology from both sides of the ‚iron curtain‘. It was constituted as a Scientific Section within the Division of the History of Science and Technology of the International Union of the History and Philosophy of Science (IUHPS/DHST). The first President was Eugeniusz Olszewski (Poland), with Vice-Presidents S. V. Schuchardine (USSR) and Melvin Kranzberg (USA). The first Secretary-General was Maurice Daumas (France), through whose ini­tia­tive the French government hosted the first inde­pendent symposium at Pont-a-Mousson (1970). Symposia have been held almost every year, and the proceedings of many meetings have been published, although in a variety of forms.

Société française d’histoire des sciences et des techniques (SFHST)

http://www.sfhst.org/Créée en 1980, reconnue par l’Académie des Sciences, la SFHST a pour but de sussfhstciter, coordonner et encourager les études relatives à l’histoire et à l’épistémologie des sciences et des techniques. Ses activités envisagent les sciences et les techniques dans leur dynamique, en privilégiant la diversité des points de vue et les échanges entre chercheurs, tant sur le plan méthodologique que cognitif. Son ouverture aux autres champs de l’histoire et aux autres disciplines (sciences humaines, économie, conservation, muséologie) facilite l’insertion de l’histoire des sciences et des techniques dans l’ensemble des questionnements actuels.Par ses objectifs, la SFHST se veut un organe de liaison et d’information entre les chercheurs, les institutions (centres de recherche et d’enseignement, universités, bibliothèques, archives, musées, centres de diffusion de la culture scientifique et technique…) et les sociétés savantes concernées. Elle favorise les liens avec les correspondants étrangers et tient à la dimension internationale de ses rencontres.La SFHST édite, avec les éditions Vuibert, les Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences. Elle dispose aussi d’une lettre d’information aux adhérents et d’un site WEB qui détaillent l’actualité de l’histoire des sciences et des techniques.

Elle organise périodiquement des congrès qui rassemblent la communauté des historiens des sciences et des techniques. Les derniers congrès se sont tenus à Lille (2001),  à Poitiers (2004), à Paris (2009) et à Nantes (2011).

Chaque année, la SFHST encourage l’activité des jeunes chercheurs en attribuant deux prix (thèse de doctorat, mémoires de Master).