Appel à communication – Colloque « Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire (France, 1789-1815) »

Ateliers et manufactures-FRANCAIS et ANGLAIS

 Colloque « Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire

(France, 1789-1815) »

Vendredi 13 et samedi 14 juin 2014
Paris, Institut national d’histoire de l’art et Centre allemand d’histoire de l’art

Les propositions de communication d’une page maximum ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique en français ou en anglais sont à envoyer à l’adresse mail suivante avant le lundi 30 septembre 2013 : AteliersManufactures1789-1815@dt-forum.org.

Appel à communication – Congrès SFHST – Lyon 28-30 avril 2014

Propositions symposia – congrès SFHST – Lyon 28-30 avril 2014 – date limite 30 septembre 2013.

Créée en 1980, reconnue par l’Académie des Sciences, la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST, http://www.sfhst.org/) a pour but de susciter, coordonner et encourager les études relatives à l’histoire et à l’épistémologie des sciences et des techniques en France.

La SFHST a confié au laboratoire « Sciences & Société ­— Historicité, Éducations, Pratiques » (S2HEP, EA 4148 http://s2hep.univ-lyon1.fr/) de l’Université Lyon 1 l’organisation de son prochain congrès national qui aura lieu les 28, 29 et 30 avril 2014 à Lyon.

Cette manifestation est destinée à refléter toute la richesse, la diversité et la vitalité de la recherche en histoire des sciences et des techniques en France. Elle est l’occasion de faire le point sur l’état de l’art et d’échanger tant sur le plan méthodologique que cognitif.

Nous invitons donc tous nos collègues à proposer jusqu’au 30 septembre 2013 des thèmes de symposia qui pourront accueillir des communications sur 1 à 3 demi-journées. À titre d’exemples, on peut se reporter au précédent congrès qui s’est tenu à Nantes

http://sfhstnantes2011.blogspot.fr/p/presentation-des-sessions.html

Les propositions comprendront un titre et une dizaine de lignes de présentation. Il est souligné que les sessions thématiques sont préférées aux sessions disciplinaires, mais pas exclusivement.

Les propositions sont à soumettre directement sur une plateforme hébergée à l’adresse suivante : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Vous devrez créer un compte à cet effet en cliquant sur le lien dédié : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/user/createaccount

Si vous avez des questions à propos de ce congrès, vous pouvez contacter Jonathan Simon au jsimon@univ-lyon1.fr

In Situ, Revue des Patrimoines

In Situ, Revue des Patrimoines

http://insitu.revues.org/399

Objectifs et principes généraux

La revue est publiée par le ministère de la Culture et de la Communication, direction générale des patrimoines, depuis 2001.

Ses objectifs essentiels sont :

  • offrir à l’ensemble des professionnels du patrimoine un organe de diffusion des résultats de leurs travaux portant sur la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine ;
  • favoriser les échanges entre les différents acteurs et les différentes disciplines de la recherche appliquée au patrimoine ;
  • mettre à disposition du public les nouvelles connaissances sur le patrimoine.

La revue est ouverte à des contributions émanant de spécialistes extérieurs : universités, CNRS, musées, écoles d’architecture…

In Situ est une revue scientifique, ayant un comité de validation des articles avant leur diffusion.

Le support Internet

La revue est diffusée gratuitement et uniquement sur Internet. Ce support offre :

  • une information plus riche que le support papier, en particulier un accès aux notices des bases de données patrimoniales et les atouts des liens hypertexte ;
  • la possibilité, pour le lecteur, d’éditer dans un format adapté (PDF) une version imprimée des articles ;
  • une diffusion rapide.

Maquette

Les différentes rubriques sont les suivantes :

  • un dossier central consacré à une thématique spécifique dont la direction est confiée à un spécialiste du sujet traité ;
  • varia : articles de fond sur des sujets divers ;
  • brèves : textes informatifs courts.

Soumission des articles

Vous pouvez transmettre vos propositions de textes (en précisant la rubrique et le thème) à la rédaction, en vous conformant aux règles définies dans les recommandations aux auteurs.

De l’art de bâtir aux champs à la ferme moderne, revue In Situ, n°21, 2013

Figure 1

Numéro 21 d’In Situ, revue des patrimoines : De l’art de bâtir aux champs à la ferme moderne, qui réunit les communications des colloques « L’art de bâtir aux champs » et « Les campagnes européennes et les territoires coloniaux, entre tradition et innovation », organisés par le Ministère de la culture et de la communication et l’Institut national d’histoire de l’art.
http://insitu.revues.org/10012

 

Une histoire de l’énergie

 

Une histoire de l'énergie

parution Une histoire de l’énergie

UNE HISTOIRE  DE L’ENERGIE. Les servitudes de la puissance

Jean-Claude Debeir
Jean-Paul Deléage
Daniel Hémery
Chocs pétroliers, accidents nucléaires, crise climatique, déforestation
et désertification: l’actualité ne cesse de mettre en évidence le rôle crucial des
systèmes énergétiques dans le devenir du monde. En les replaçant dans la longue
durée de l’histoire des sociétés humaines et de leurs écosystèmes, l’analyse
historique éclaire leurs crises récurrentes. S’il est vrai que le feu de bois des systèmes énergétiques anciens
diffère techniquement.

Table
Avant-propos. L’énergie, la crise
1. Énergie et sociétés
2. De la préhistoire aux mondes antiques
3. Le modèle énergétique chinois
4. Contrainte écologique et innovations mécaniques dans l’Occident médiéval
5. Révolution de l’énergie et industrialisation européenne
6. L’expansion du système énergétique capitaliste: l’âge des réseaux
7. La fracture énergétique (1973-1985)
8. À la recherche d’une issue: genèse et contraintes du nucléaire
9. Un nucléaire très cartésien
10. Insoutenabilité et résilience du système énergétique contemporain
11. Énergie, écologie, socialisme: une problématique mondiale.

Appel à communication – Fonte d’art française, avril 2014

Colloque international Avril 2014 – Appel à communication

Fonte d’art française : les chemins de la diffusion

Emergente à partir de 1800, prenant de l’ampleur à partir des années 1830, la fonte d’ornement et la fonte d’art (fonte de fer et de série sur catalogue) a connu un âge d’or qui s’est achevé vers 19301<https://mail.google.com/mail/u/0/?hl=fr&tab=wm#13fc7a74a477b480_sdfootnote1sym>.

Le XIXe siècle a été un siècle du « multiple » mais la fonte de fer (qui a concerné la statuaire, le mobilier urbain, et la commande publique) a été souvent ignorée des chercheurs.

Le travail de l’ASPM2<https://mail.google.com/mail/u/0/?hl=fr&tab=wm#13fc7a74a477b480_sdfootnote2sym>

et du RIFA3<https://mail.google.com/mail/u/0/?hl=fr&tab=wm#13fc7a74a477b480_sdfootnote3sym>

sur la diffusion des fontes françaises en France et dans le monde (plus de 70 pays et 250 villes étrangères connues) a mis en évidence des mécanismes complexes que ce colloque vise à préciser.

Trois éléments semblent importants dans le développement et la diffusion des fontes d’art :

* la notion de « goût français*  » (opposé à la puissance industrielle anglaise dès l’exposition universelle de Londres en 1851) avec l’importance des modèles dits « à l’antique » (du Louvre, de Versailles) ou celle de certains sculpteurs  (comme Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Mathurin Moreau),

*Les échanges : pour l’international, le lien entre diplomatie et coopération, pour le marché intérieur, les relations politiques ou religieuses. Mais aussi l’ implication des marchands*, des revendeurs, des intermédiaires comme le montrent les délibérations municipales, y compris dans le choix des monuments aux morts.

*La stratégie dont témoigne la concentration sur quelques fonderies d’art *(alorsqu’au départ, des dizaines de fonderies s’y étaient lancées) : être près du pouvoir, éblouir le visiteur, investir pour accroître le prix du ticket d’entrée et décourager la concurrence. Et ainsi être connu, reconnu, consulté, et pouvoir rassurer l’édile qui est comptable des choix.

Les documents seront transmis exclusivement par courrier électronique à l’adresse

dominiqueperchet@gmail.com

Christopher Gerteis dir., Critical Readings on the History of Industrialization in Modern Japan, Brill, 2012

Critical Readings on The History of Industrialization in Modern Japan

Christopher Gerteis dir., Critical Readings on the History of Industrialization in Modern Japan, Brill, 2012

The three volumes of this collection (Tokugawa Economy and SocietyMeiji Industrialization, and Twentieth Century Japan) feature essays examining the economic and social transformations that redefined Japan from the proto-industrial economy of the early moder era to Japan’s twentieth-century emergence as one of the world’s great industrialized nations.

The first volume, Tokugawa Economy and Society, examines how the political economy of the eighteenth and nineteenth century, despite political constraints designed specifically to hinder social and economic change, established the proto-industrial roots for Japan’s rapid industrialization during the Meiji Era.

The second volume, Meiji Industrialization, explores how the men who established the modern government of the Meiji Era (1868-1912) found fertile ground for the rapid industrialization they envisioned necessary for the defense of the nation. Their successes, and failures, laid the groundwork for a modern empire.

The final volume, Twentieth Century Japan, examines the century of industrialization that underpinned the rise of Imperial Japan, its disastrous invasion of Pacific Asia, and its unexpected emergence from the ashes of World War II to become one of the world’s great industrialized powers, a feat which has since fascinated politicians and industrialists across the developing and developed world.

Aaron Moore, Technology, Ideology, and Empire in Japan’s Wartime Era, 1931-1945, Stanford University Press, 2013

Aaron Moore. Technology, Ideology, and Empire in Japan’s Wartime Era, 1931-1945, Stanford University Press, 2013

The conventional understanding of Japanese wartime ideology has for years been summed up by just a few words: anti-modern, spiritualist, and irrational. Yet such a cut and dried picture is not at all reflective of the principles that guided national policy from 1931-1945. Challenging the status quo, Constructing East Asia examines how Japanese intellectuals, bureaucrats, and engineers used technology as a system of power and mobilization–what historian Aaron Moore terms a « technological imaginary »–to rally people in Japan and its expanding empire. By analyzing how these different actors defined technology in public discourse, national policies, and large-scale infrastructure projects, Moore reveals wartime elites as far more calculated in thought and action than previous scholarship allows. Moreover, Moore positions the wartime origins of technology deployment as an essential part of the country’s national policy and identity, upending another predominant narrative–namely, that technology did not play a modernizing role in Japan until the « economic miracle » of the postwar years.

Cahiers Simondon

Cahiers Simondon

Collection Esthétiques – Série « Philosophie »
Coordonnée par Jean-Hugues Barthélémy

L’Harmattan, 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com

Numéro 5, 2013, dirigé par Jean-Hugues Barthélémy

Ouvrage publié avec le concours de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Nord

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue eusros&obj=livre&no=40204

TABLE DES MATIERES
Présentation,
par Jean-Hugues Barthélémy ………………………………………………………. 5
« Esclaves et machines, même combat ! L’aliénation
selon Marx et Simondon »,
par Vincent Bontems ………………………………………………………………….. 9
« De l’homme à la matière : pour une “ontologie difficile”.
Marx avec Simondon »,
par Andrea Bardin …………………………………………………………………….. 25
« Le concept de milieu en amont et en aval de Simondon »,
par Victor Petit …………………………………………………………………………. 45
« Design et technophanie »,
par Vincent Beaubois ……………………………………………………………….. 59
« Socialisation et individuation : le concept bourdieusien
d’habitus au prisme de la pensée de Simondon »,
par Baptiste Morizot …………………………………………………………………. 75
« GLOSSAIRE SIMONDON :
les 50 grandes entrées dans l’oeuvre »,
par Jean-Hugues Barthélémy …………………………………………………… 105
« Activités de l’Atelier Simondon »,
par Vincent Bontems & Vincent Beaubois ……………………………… 139

Atelier Simondon

L’Atelier Simondon

http://atelier-simondon.ens.fr/

L’Atelier Simondon est organisé conjointement avec le Cirphles et l’École Normale Supérieure

Ses activités sont soutenues par le Laboratoire disciplinaire Pensée des Sciences et le Groupe Histoire Philosophie Sciences. L’Atelier Simondon est animé par Vincent Bontems (LARSIM) ; il organise en collaboration avec Jean-Hugues Bathélémy et la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord le séminaire « Culture et Invention ». Frédéric Pascal (LARSIM) collabore à l’organisation et à l’archivage de ces séminaires, il est également l’actuel webmestre et créateur de cette page.

Appel à communication – Les zones portuaires 16 -17 janvier 2014

Les zones portuaires : aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours

Les journées d’étude de la SFHU (Société française d’histoire urbaine) se tiendront les 16 et 17 janvier 2014, à l’université de Caen Basse-Normandie et sont organisées en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN).

La thématique retenue cette année invite à réfléchir aux liens entre les installations portuaires et la ville. Port au cœur de la ville, existence d’avant-ports dissociés de l’espace urbain, les schémas et leurs évolutions sont multiples depuis les époques anciennes et les mutations des espaces portuaires nombreuses. Cette thématique, conçue dans une perspective chronologique et géographique large, trouve un écho particulier dans les territoires de l’ouest de la France, et spécialement de Normandie, où les questions de rapports entre les espaces portuaires et le tissu urbain ont orienté les politiques d’aménagement.

À toutes les époques, les spécificités des villes portuaires sont liées à leur intimité avec l’eau, à la morphologie des quartiers du port et des zones qui accueillent les navires. Toutefois, les infrastructures portuaires ont évolué au fil du temps en liaison avec les mutations économiques et techniques : navires, fret, routes maritimes, circuits de redistribution. Comment ces évolutions se traduisent-elles dans l’espace des ports et dans le rapport des zones portuaires avec l’espace urbain ? Qui sont les acteurs du déplacement et quels sont les intérêts en jeu ?

Certains espaces et bâtiments portuaires ont fait l’objet d’importantes opérations de renouvellement, tandis que les activités migraient vers de nouveaux sites plus adaptés. D’autres sont aujourd’hui encore délaissés (zones d’entrepôts et de fonctions logistiques…) et constituent des espaces dont l’insertion dans le tissu urbain est parfois problématique ou pour lesquels il faut réparer la césure ville/port longtemps créée par les voies ferrées et les infrastructures de logistique. Depuis les années 1960, la concentration des sites portuaires s’accélère et concerne presque toutes les activités. On propose d’étudier la réhabilitation et/ou requalification et les usages nouveaux qui peuvent en découler : waterfronts, patrimonialisation des « vieux ports », opérations événementielles, « mise en tourisme » de l’activité de pêche, etc. On attend à la fois un exposé des problématiques et des études d’exemples emblématiques des évolutions récentes et moins récentes. La comparaison internationale sera vivement souhaitée. Les aspects sociaux de la requalification ne seront pas oubliés.

Comité scientifique : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2), Stéphane Frioux (université Lumière Lyon 2), Jean-Pierre Guilhembet (université Paris-Diderot-Paris 7), Laurence Jean-Marie (université Caen Basse-Normandie), Jean-Louis Lenhof (université Caen Basse-Normandie), Denis Menjot (université Lumière Lyon 2), Laurence Montel (université Caen Basse-Normandie), Thibault Tellier (université Lille 3).
Les propositions de communication devront parvenir avant le 15 septembre 2013 et sont à adresser à laurence.jean-marie@unicaen.fr

Appel à communication – Les femmes dans les expositions universelles – date limite de dépôt des propositions repoussée au 15 novembre 2013

AAC2  aac

 

Appel à communications pour un colloque international

 

Les femmes dans les expositions internationales et universelles (1878-1937)

Actrices et objets des savoirs

Lieu : Université Paris Descartes, Paris

Octobre 2014

 

Les femmes ont participé aux expositions internationales dès la première à Londres en 1851, au même titre que leurs collègues exposants ou animateurs de l’exposition masculins. Cependant, les enjeux de cette participation changent de registre lors de l’Exposition de 1878, à Paris, lorsque les Français organisent en même temps le premier Congrès international du droit des femmes. La visibilité des femmes prend une autre dimension lors de la Foire Internationale de Chicago, en 1893, quand les Américaines choisissent de valoriser la participation des femmes à l’économie morale et sociale nationale par la construction d’un bâtiment spécifique – le Palais des femmes. La Foire a également été le lieu de rencontres entre femmes dans le cadre du World’s Congress of Representative Women où elles ont débattu de problèmes sociaux, économiques et politiques.

Si les historien-ne-s et historien-ne-s de l’art ont étudié les enjeux autour de cette représentation de la contribution féminine aux richesses matérielles et immatérielles de leurs nations respectives, la place des femmes dans les expositions universelles en général n’a pas fait l’objet d’études systématiques ou comparatives. Il s’agira dans ce colloque de susciter de telles recherches pour les expositions universelles qui ont eu lieu entre 1878 et 1937, avec le souci de croiser les approches disciplinaires et d’inclure des perspectives de chercheur-e-s  travaillant sur des aires géographiques variées.

L’objectif du colloque est de réfléchir collectivement à la manière dont les femmes investissent les lieux des expositions (par leurs créations artistiques, leur travail, leurs associations ou leurs réseaux…) afin de cerner les caractéristiques des subjectivités à l’œuvre. Les expositions dont il sera question sont en priorité les foires et expositions internationales, universelles ou spécialisées, qui rassemblent de nombreux pays, mais les expositions coloniales où les puissances impériales du temps sont présentes peuvent aussi être examinées dans ces perspectives. Les bornes chronologiques retenues engagent les communicant-e-s à penser leur contribution dans le contexte plus large de la modernité esthétique, du mouvement féministe national et/ou international et de l’avènement de l’ère de la consommation. Les propositions qui privilégient une approche biographique d’individus ou de collectifs sont les bienvenues comme celles qui proposent une approche diachronique sur plusieurs expositions. De même, sont encouragées les contributions de jeunes chercheur-e-s dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui intègrent une dimension historique à leur travail.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais avec traduction simultanée (en fonction des financements obtenus).

Les axes privilégiés sont les suivants :

 

Expositions universelles et féminismes internationaux

De quelle manière les expositions ont-elles donné l’occasion aux féministes des différentes nations de construire des stratégies de coopération internationale ? En quoi la compétition et la concurrence entre nations, en jeu lors des expositions, ont-elles freiné ces coopérations ? ou les ont-elles encouragées ou favorisées ? Peut-on établir une chronologie du féminisme international en rapport avec celle des expositions ?

 

Statistiques et langages scientifiques mobilisés par les femmes

A la demande des organisatrices de la Foire Internationale de Chicago, les pays participants ont envoyé des rapports statistiques mettant en avant le rôle spécifique des femmes. Il s’agit d’un langage nouveau que les femmes s’approprient afin de démontrer leurs contributions à l’organisation économique et sociale de leurs pays.  Comment mobilisent-elles ce mode d’expression ? Ce discours a-t-il un effet sur la perception du rôle des femmes à l’époque ? Ces rapports statistiques sont-ils mobilisés au-delà de leur exposition lors de ces foires ? Trouve-t-on d’autres exemples de langages « scientifiques » mobilisés par les femmes pour asseoir leur légitimité dans les différentes sciences de la période.

Éducation, travail féminin

L’éducation a toujours été l’une des revendications prioritaires des mouvements féministes et féminins au XIXe siècle, avec une tension permanente entre la volonté de former de bonnes mères et le souci d’améliorer la formation professionnelle des femmes. De quelle manière l’éducation et le travail féminin dans toutes ses formes sont-ils représentés dans les expositions universelles ? Alors que la plupart des expositions présentent la place des femmes dans la société selon des normes de genre largement consensuelles, peut-on déceler des manières d’investir l’espace des expositions qui traduisent des aspirations plus radicales ? Les expositions mettent-elles en lumière des espaces professionnels traditionnellement « masculins » (techniques, inventions…) investis par les femmes ? Dans l’organisation et la mise en valeur de l’éducation et du travail des femmes, quels sont les messages véhiculés ? Et quelles évolutions dans le contenu entre 1878 et 1937 ?

« Made by women » : usages, économie et circulations postérieures

Les femmes contribuent aux expositions en présentant des objets fabriqués par les femmes, comme, par exemple, dans le domaine des « arts industriels » (notamment le textile). De quelle manière les femmes œuvrent-elles pour que « leurs » objets soient exposés et quels sont les effets de leur mise en scène lors des expositions ? Peut-on tracer « la vie sociale » des objets dans leurs usages et circulations au-delà des expositions ?  Comment interpréter la production de rapports ou de statistiques concernant les objets produits par les femmes par rapport aux revendications nationales et internationales des femmes ? Témoignent-ils d’une volonté de questionner les normes de genre et avec quelle efficacité ?

Art, Architecture, Photographie, Esthétique

Présentes comme artistes, plus rarement comme architectes, les femmes sont également représentées comme « objets » dans les aspects « artistiques » des expositions : décorations murales, sculptures, photographies…, ou spectacles  (le cas notamment des femmes « indigènes »). Les représentations esthétiques et esthétisantes du féminin comme les réalisations artistiques produites par les femmes proposent une véritable grammaire du genre qu’il conviendrait aussi d’examiner. De quelle manière les femmes se saisissent-elles des moyens artistiques pour se représenter lors des expositions et quels sont les éléments contextuels qui permettent de tracer des évolutions ?

Associations et modèles philanthropiques et charitables

 Dans une démarche souvent qualifiée de réformiste, les femmes sont également présentes dans les expositions par le biais des organisations qu’elles animent pour soutenir les pauvres, les prostituées, les vieillards, etc. Comment cette manière de se présenter dans l’espace public se combine-t-elle avec des revendications citoyennes présentes chez les femmes des pays participant à ces expositions ? Enfin, en comparant leurs activités philanthropiques et charitables, peut-on déceler l’influence du féminisme international sur ces actrices modérées, par exemple peut-on constater une inflexion dans leur lecture du rôle des femmes dans leur nation ou dans leur activisme ?

 

 

Modalités de soumission des propositions de communication

avant le 30 octobre 2013

 

Envoi d’un résumé de 500 mots qui précise l’objet de la communication, les questions centrales, les sources sur lesquelles il s’appuie. Inclure également une bibliographie de 5 titres appropriés. L’articulation avec un ou plusieurs axes du colloque devra être précisée.

 

Joindre au résumé un curriculum vitae abrégé (pas plus de 2 pages).

 

Adresse pour la soumission des propositions : Expositionsfemmes@parisdescartes.fr

 

Les réponses seront transmises avant le 30 janvier 2014

 

Comité scientifique 

 

Demeulenaere-Douyère, Christiane (conservatrice générale du patrimoine, chercheuse associé au Centre Alexandre Koyré, Paris)

Offen, Karen (historienne, Stanford University)

Gubin, Eliane (historienne, Université Libre de Bruxelles)

Hilaire-Pérez, Liliane (historienne, Université Paris Diderot)   

Picon, Antoine (historien of architecture and technology, Harvard University

Rasmussen, Anne (historienne des sciences, Université de Strasbourg)

Roberts, Mary Louise (historienne, Université of Wisconsin-Madison)

Rupp, Leila (histoire, études du genre, University of Santa Barbara)

Zimmermann, Susan (historienne, Central European University, Budapest)

 

Comité d’organisation

 

Rebecca Rogers (UM8 8070 Centre de recherche sur le lien social-CERLIS,  Université Paris Descartes)   

Myriam Boussahba-Bravard (EA 4214 Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones- LARCA, Université Paris Diderot)

Hélène Périvier (OFCE, PRESAGE-Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le GEnre, Sciences Po Paris)

 

 

Télécharger l’appel au format pdf (French+English)