Séminaire Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

                              Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines »

Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques

Jeudi 24 octobre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD)

Séance 4 : Les Lieux de la création

Organisateurs : Guy Lambert (ENSA Paris-Belleville), Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Valérie Nègre (ENSA Paris La Villette), Nadia Podzemskaia (CNRS-EHESS)

Ce sont paradoxalement les enseignements les plus conformes au modèle universitaire (cours magistraux) c’est-à-dire parfois les moins centraux, qui ont attiré l’attention des historiens et des sociologues de l’éducation (cours de théorie, géométrie, sociologie, histoire, etc.). C’est ainsi que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites sont méconnus. Les traces écrites rares, indirectes et fragmentaires expliquent en partie ces choix. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans les domaines artistiques et techniques. La séance portera sur l’analyse des lieux de l’enseignement et ce qui s’y déroule : l’atelier, l’agence, les visites, les salles de travaux dirigés, le laboratoire, le musée. On sait notamment peu de choses de la manière dont se déroulaient et se déroulent les « studios » ou « ateliers » où s’enseignent la « conception », qu’il s’agisse d’institutions comme les Écoles d’ingénieur ou d’architecture, les Écoles de design, de restauration ou les Écoles des Beaux-arts.

 

 

Présidente de séance : Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

– Andrea Leers (Université d’Harvard)

Croiser les échelles, les cultures et les disciplines : une méthodologie d’apprentissage de l’architecture, du paysage, et de l’urbanisme

 

– Renaud d’Enfert (Service d’histoire de l’éducation)

Dedans, dehors… Cadres matériels et pratiques pédagogiques de l’enseignement du dessin au XIXe siècle

 

– Michel Aphesbero (Ecole des beaux-arts de Bordeaux)

Teaching as art. The History of an Unsettled Studio. 1989 – 2013

 

Répondant : Christian Hottin (Direction des Patrimoines, ministère de la Culture)

 

Prix jeune chercheur ICOHTEC 2014

ICOHTEC Prize for Young Scholars

2014

 

The ICOHTEC-Book Prize is sponsored by the Juanelo Turriano Foundation and consists of 3,000 Euro. The prize winning book will be presented and discussed at a special session of the next ICOHTEC symposium, Braşov, Romania, 29 July – 2 August 2014.

 

ICOHTEC, the International Committee for the History of Technology, is interested in the history of technology, focusing on technological development as well as its relationship to science, society, economy, culture and the environment. The history of technology covers all periods of human history and all populated areas. There is no limitation as to theoretical or methodological approaches.

 

Eligible for the prize are original book-length works in any of the official ICOHTEC languages (English, French, German, Russian or Spanish) in the history of technology: published or unpublished Ph.D. theses or other monographs written by scholars who, when applying for the prize, are not older than 37 years. Articles and edited anthologies are not eligible.

 

For the ICOHTEC Prize 2014, please send a copy of the work you wish to be con­sidered for the prize to each of the three Prize Committee members.  Your submissions must be postmarked not later than 7 February 2014. You may also submit an electronic version of the book or Ph.D. thesis by 24:00 o’clock of your local time on the same day. If your book is in Spanish or Russian, please also supply a summary in English, French or German of about 4500 words. In that case, the prize committee will find additional members, who are familiar with the language in which your book is written.  Please also include an abstract of no more than a half-page in length.

 

If the work is a Ph.D. thesis, it should have been accepted by your university in 2012 or 2013; if it is a published work, the year of publication should be 2012 or 2013. The submission should be accompanied by a CV (indicating also the date of birth) and, if applicable, a list of publications. Applicants are free to add references or reviews on the work submitted.

 

Any materials sent to the prize committee will not be returned.

 

Send a complete application by regular mail services or by email to each of the following Prize Committee members:

 

 

Dr. Rachel Maines, Prize Committee Chair                             Email: rpm24@cornell.edu
School of Computer & Electrical Engineering

726 University Avenue Rm. 311

Cornell University

Ithaca NY 14853

USA

 

 

 

Dr Peter L. Jakab                                                                         Email: jakabp@si.edu

Associate Director for Collections and Curatorial Affairs

National Air and Space Museum

P.O. 37012, MRC 312

Smithsonian Institution

Washington, DC 20013-7012

USA

 

Dr. Klaus Staubermann                                                        Email: K.Staubermann@nms.ac.uk

Principal Curator of Technology
National Museums of Scotland

Chambers Street

Edinburgh

EH1 1JF

UK

 

LISTE HEMPS

HEMPS

History of Early and Modern Plant Sciences (1450-1850)

portant sur la botanique, la physiologie végétale, la pathologie végétale, les études sur l’horticulture, sur les plantes cultivées, sur les plantes médicinales et les simples, les herbiers, les jardins botaniques, etc., des années 1450 aux années 1850.

 

Si vous désirez vous inscrire, vous devez envoyer un  courriel à :

plant-early-modern-sciences-request@univ-lille1.fr

 

Journée Jeunes chercheurs, SFHST – 29-30 nov. 2013

La Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques, la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie, la Société Française d’Histoire des Sciences Humaines, le Comité Français d’Histoire de la Géologie et le Club de la Chimie organisent des Journées destinées aux Jeunes Chercheurs en histoire et épistémologie des sciences et des techniques, sur le point de finir leur thèse ou l’ayant récemment soutenue, dont l’objectif est de leur permettre de présenter leurs travaux.

Ces journées auront lieu les 29 et 30 novembre 2013, à Paris. Le lieu précis sera précisé ultérieurement.

Nous vous invitons à nous envoyer vos propositions de communications, accompagnées d’un court CV, avant le 12 octobre 2013. 

Contact : sabine.rommevaux@free.fr

 

————————————————————

Sabine Rommevaux

Directrice de recherche au CNRS

Présidente de la Société française d’histoire des sciences et des techniques

Université PARIS 7 – CNRS
Laboratoire SPHERE UMR 7219
Bat. Condorcet, Case 7093
5 rue Thomas Mann
75205 PARIS CEDEX 13

 

 

 

L’école et le musée – Arras, 8 nov. 2013

Programme Ecole et musée Arras 8 novembre 2013

L’école et le musée.

Apprendre du passé, préparer l’avenir ? XIXe-XXe siècles

8 novembre 2013

Maison de la recherche de l’Université d’Artois

Cette journée d’étude souhaite progresser dans la connaissance des relations entre l’école et le musée, en tenant compte du spectre large des situations possibles, du musée scolaire dans les classes de la Troisième République jusqu’aux élèves en visite au musée. L’enjeu réside dans une meilleure compréhension de la constitution du patrimoine scolaire et des usages qui sont à l’origine des objets, des apprentissages et des discours qui émanent des relations entre école et musée. À la lumière de différentes approches disciplinaires, les communications proposées s’attacheront à démontrer la manière dont l’histoire des musées scolaires et des usages scolaires des musées s’articule aux enjeux patrimoniaux dont l’université d’Artois et l’École supérieure du professorat et de l’éducation, héritière d’un patrimoine hérité des anciennes écoles normales, ont choisi de s’emparer.

11e Salon du livre d’Histoire de Woippy 16 et 17 novembre 2013

« Préhistoire et Archéologie »

sous la parrainage de Sophie Archambault de Beaune

90523456_p

Pour toute information complémentaire : http://www.salonwoippy.com/

Conférence de Mme Sophie Archambault de Beaune :

L’homme et l’outil.  Inventions et innovations techniques dans la préhistoire.
Samedi 16 novembre 15 heures – Espace conférences – Salle Saint-Exupéry

Penser / classer les collections techniques Séance 1 – Bibliographie I. Hedde

Séance 1 – Biblio Hedde par C. Demeulenaere

Dans le cadre de la 1e séance du séminaire Penser / classer les collections techniques :

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Bibliographie I. Hedde (sém. collections techniques, séance 1)

Séance 1 – Biblio Hedde par C. Demeulenaere

Dans le cadre de la 1e séance du séminaire Penser / classer les collections techniques :

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Penser/classer les collections techniques 2013-2014

Séminaire Penser/classer les collections techniques

Séminaire organisé par le Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS), le laboratoire SPHERE (CNRS/ université Paris Diderot – Paris ), le master Recherche Identités Altérités de l’université Paris Diderot – Paris 7, le master Recherche Etudes germaniques de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en collaboration avec l’UMR AUSSER et l’INHA.

Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.

Jeudi 7 novembre 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

Vendredi 6 décembre 15h.-19h. Demi-journée sur les cabinets de curiosité

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris

Séance commune avec le séminaire de Patricia Falguières

• Patricia Falguières (EHESS) : « L’instrument / l’image, les deux voies de la mimesis dans le cabinet des arts au XVIe siècle »

Sven Dupré (Max Planck Institute for the History of Science) : «Technology and Collecting in Early Modern Antwerp: The Artful Worlds and Material Possessions of the Portuguese Merchant-Banker Emmanuel Ximenez »

Alex Marr (Université de Cambridge) : « Ingenuity in the Gallery »

Vendredi 24 janvier 15.-19h. Demi-journée : « Penser/classer les collections ethnologiques »

Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)

Susanne Mersmann (Université Johannes Gutenberg-Mayence) : « Le statut et la définition de l’objet au Palais du Trocadéro à la fin du xixe siècle ».

Dominik Collet (Université de Heidelberg) : “Staging Separation – Distant worlds in early museums”

Jeanna Tchistiakowa (Musée ethnographique de la Russie) : « Le musée ethnographique de la Russie et son système d’inventaire de sa fondation (1895) à nos jours »

Jeudi 6 février 17h.-19h.

Université Paris 7, bâtiment Condorcet salle Mondrian (646A)

Sophie A. de Beaune (Université Lyon III-UMR 7041 ArScAn) : « Muséographie de la préhistoire au xixe siècle : le cas d’Édouard Piette, géologue préhistorien »

Jeudi 6 mars 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) : « Méthodologie et sources pour une histoire de la constitution des collections du Conservatoire des arts et métiers »

Jeudi 20 mars 17h.-19h.  

INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, salle Chastel

Anne Lafont (INHA) : « Le cabinet de curiosités comme laboratoire expérimental au xviiie siècle : hypothèses »

Jeudi 3 avril 17h.-19h.

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

Vincent Bontems (CEA) : « La classification des machines chez Gilbert Simondon »

Vendredi 16 mai 15h.-19h. Demi-journée: « De l’objet quotidien à l’objet muséographié »

Université Paris 7, bâtiment Condorcet salle Mondrian (646A)

Thierry Bonnot (CNRS-IRIS) : « Biographies d’objet : de l’usine au musée ou à la collection personnelle. Patrimonialisation d’objets du quotidien »

Alban Bensa (EHESS-IRIS) : « Du particulier au général : montrer l’échange et l’invention dans le Musée des Confluences de Lyon à partir d’une collection d’objets ethnographiques ».

 

 

Précautionnisme, peur du nouveau et objets techniques – 8 oct. 2013

                   SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

               Thème «Précautionnisme, peur du nouveau et objets techniques  » 

                     Le 8 octobre, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

14h Gérald Bronner (Sociologue, LIED)

Perception du risque et précautionnisme

Les perceptions collectives du risque sont influencées par de nombreux facteurs : selon que le risque soit considéré comme subi, incontrôlable, crée par l’homme, craint ou non, qu’il soit distant ou fasse partie de notre quotidien, selon les caractéristiques sociales de ceux qui le perçoivent etc. Toutes ces variables sociales et psychologiques s’hybrident avec les invariants de la perception du risque. En développant plusieurs exemples, on examinera certains d’entre eux et la façon dont ils favorisent la diffusion dans l’espace public d’éléments de débats, portant notamment sur des enjeux technologiques (comme la diffusion de l’électricité par les lignes à Très Haute Tension) qui ne sont pas toujours raisonnables.

14h30 Sophie de Mijolla-Mellor (Psychanalyste, Paris Diderot)

La crainte irrationnelle du risque

Le risque peut être recherché activement comme un plaisir s’il renforce l’image narcissique du sujet mais, imposé de l’extérieur par ceux qui sont supposés protecteurs et compétents, il est insupportable et crée une attitude de repli anxieux à l’égard du nouveau. Ainsi, la peur liée à la gestion de l’énergie procède-t-elle largement de la déception en la confiance dans le savoir supposé intégral des savants et des techniciens et de la perte du confort de l’irresponsabilité,  telle que la provoquent les catastrophes écologiques. Cette attitude s’apparente simultanément à une angoisse de déréliction de ne plus pouvoir continuer à croire en un environnement maîtrisable  par la science faisant de l’homme le « maître et possesseur » de la Nature. On s’interrogera sur l’efficacité d’opposer des arguments rationnels à ces fantasmes et à l’angoisse en général.

15h Pause café

15h30 Vincent Bontems (Philosophe, CEA Saclay)

L’aliénation culturelle des techniques

Gilbert Simondon a dédié une part considérable de son attention non seulement à l’analyse mécanologique des objets techniques mais aussi à l’analyse psychosociale de l’évolution de ces objets dans un milieu social et culturel. Son point de départ est de relever une tendance culturelle, d’une part, à craindre le changement et la nouveauté techniques (le « misonéïsme »), d’autre part, à dénigrer la valeur humaine de la technique. C’est pourquoi, par exemple, les objets techniques souffrent souvent d’une sorte de « complexe d’infériorité » culturelle : ils dissimulent la réalité de leur fonctionnement. En outre, la projection de fantasmes sur la technique (le mythe du « soulèvement des machines », par exemple) témoigne de la méconnaissance de la réalité humaine contenue dans les objets techniques. Pour Simondon, on peut donc parler d’une « aliénation » culturelle des objets techniques, qui découle, selon lui, de leur statut d' »esclaves énergétiques » dans des sociétés soumises à une idéologie du rendement. Ces éléments d’analyse éclairent de façon originale le sentiment d’angoisse face à « l’accélération » des sociétés contemporaines en quête d’innovation permanente et la perte de sens de l’idée de progrès technique.

16h Frédéric Gros (Philosophe, Paris Est Créteil)

De la dette impossible au risque zéro

Le fameux  » principe de précaution  » n’est pourtant pas récent, mais son usage actuel s’est pourtant déjà fortement éloigné de son inspiration d’origine. Conçu comme un appel démocratique à la réflexion et un principe d’action devant l’absence de certitudes, réfléchi depuis l’horizon d’un bouleversement de l’équilibre planétaire, il est devenu un instrument médiatico-politique et un fantasme social : le désamorçage de tous les dangers – alors même que la vie n’est rien d’autre après tout que cette prise de risque indéfiniment reconduite face à la certitude de la mort. Il est temps d’interroger ce sens inédit et troublant de la sécurité et de comprendre à la fois son ancrage et ses effets dans nos vies et nos représentations.

16h30 Discussion animée par Mathieu Arnoux (Historien, LIED) et Christophe Goupil (Physicien, LIED)