HDR Manuela Martini, 15 nov. 2013 – Parcours professionnels, famille et mobilités (XIXe -XXe s.).

Habilitation à Diriger les Recherches

de Manuela  Martini

soutenue à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

le 15 novembre 2013

Parcours professionnels, famille et mobilités.

Une histoire sociale du travail et de l’entreprise familiale (XIXe-XXe siècle)

comportant le mémoire inédit intitulé

Du travail et des hommes.

Migrations et petite entreprise du bâtiment dans la banlieue parisienne au XXe siècle

 

devant un jury composé de :

Dominique Barjot, professeur d’histoire économique contemporaine, Université Paris Sorbonne-Paris IV, rapporteur

Marco Cattini, professeur d’histoire contemporaine, Università Commerciale L. Bocconi, Milan

Christian Chevandier, professeur d’histoire contemporaine, Université du Havre, rapporteur

Nancy L. Green, directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales, rapporteur

Liliane Hilaire-Pérez, professeur d’histoire moderne, Université Paris Diderot-Paris 7, directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales, présidente du jury

Catherine Omnès, professeur d’histoire contemporaine, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, garante.

 

Liliane Hilaire-Perez / La pièce et le geste – Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle

Liliane Hilaire-Pérez montre comment l’économie marchande anglaise, matrice de la culture technique des Lumières, est avant tout une économie de la pièce et du geste, c’est-à-dire de l’assemblage et du processus. Les techniques sont toujours à la fois un objet et un moyen de connaissance de l’homme. Loin d’être l’apanage des ingénieurs, ces savoirs se sont développés en milieu artisanal, se déployant dans de multiples fabrications : meuble, serrurerie, chaudronnerie, carrosserie, etc.
Impulsée par de véritables entrepreneurs, à la tête de firmes polyvalentes, sectorielles, ramifiées, puisant dans toutes les ressources de l’économie urbaine, cette économie marchande ouvre sur un autre univers technique et inventif, avant le machinisme et sa sacralisation. L’étude de cette culture technique donne à penser à nouveaux frais nos conceptions et nos usages actuels de la technologie dont l’origine n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, scientifique, mais bien artisanale.

 

 

 

Liliane Hilaire-Pérez

Éditeur : Editions Albin Michel

Collection / Série : Bibliothèque évolution de l’humanité

Prix de vente au public (TTC) : 24 €

464 pages ; 22,5 x 14,5 cm ; broché

ISBN 978-2-226-24630-1

EAN 9782226246301

Usages des sources numériques en histoire des sciences et des techniques III – JE vendredi 29 novembre 2013 9h30 – 16h30

 CRHST_progr.29_11_13 (ok)_Page_1

 

Depuis la première journée d’étude sur ce thème en 2007, l’utilisation des sources numériques pour la recherche en histoire des sciences et des techniques et au-delà, en sciences humaines et sociales, a progressé. Nous avons aujourd’hui accès en ligne à de multiples corpus constitués de documents très divers : textes imprimés, fonds d’archives numérisés, instruments de recherche archivistique, documents iconographiques, vidéos, simulations 3D, etc.

 

Dans le même temps sont apparus ou se sont affirmés des outils qui s’appuient sur l’archivistique, sur les techniques d’informatisation et de traitement des données, et sur les ressources de l’édition numérique. Ces outils posent de nouvelles questions à la recherche en SHS, favorisent l’interdisciplinarité en reconfigurant à la fois les métiers de l’information scientifique et technique et ceux de la recherche.

 

Cette troisième journée d’étude propose de faire un nouveau point sur les interactions entre les « techniques du numérique » disponibles et leur exploitation effective dans des programmes de recherches  (articulations entre la constitution des corpus et leur exploitation) ainsi que dans la formation des étudiants.

 

Dans un environnement foisonnant, le paysage institutionnel lui-même est en constante adaptation avec, notamment, la TGIR Huma-Num qui accompagne les chercheurs dans cette évolution avec des repères pour un archivage pérenne et un accès homogène aux données. Les disciplines s’organisent comme le suggère le projet de Consortium d’Histoire des Sciences et des Techniques qui compte fédérer les équipes du domaine engagées dans la production de corpus numériques.

 

 

PROGRAMME

Cette troisième journée d’étude propose de faire un nouveau point sur les interactions entre les « techniques du numérique » disponibles et leur exploitation effective dans des programmes de recherches  (articulations entre la constitution des corpus et leur exploitation) ainsi que dans la formation des étudiants.

 

9h30      Accueil et présentation

 

Claude Farge (Universcience)

Thérèse Charmasson (Universcience- CRHST)

 

Introduction

Christine Blondel (CNRS-Centre Alexandre-Koyré / CRHST-Universcience)

 

09h45  Session 1

 

Les nouvelles pratiques archivistiques : de l’accès aux sources à la conservation pérenne

 

Président : Stéphane Pouyllau (TGIR Huma-Num)

Florence Clavaud (Archives nationales)

Nicolas Larousse (TGIR Huma-Num)

 

 

10h45    Pause-café

 

11h15  Session 2

 

Formation des étudiants et corpus en ligne

 

Président : Alain Bernard (Université Paris Est Créteil / Centre Koyré)

Sylvain Laubé (Université de Bretagne Occidentale)

Marc Renneville (TGIR Huma-Num / Centre Koyré)

 

12h15    Déjeuner

 

14h00 Session 3

 

Les nouveaux outils d’annotation et le concept collaboratif pour la recherche

 

Président : Olivier Bruneau (Archives Henri Poincaré)

Scott Walter (Archives Henri Poincaré)

Marco Segala (Université d’Aquila / Centre Koyré)

 

15h00    Pause-café

 

15h15    Session 4

 

 Le projet de Consortium d’Histoire des Sciences et des Techniques

 Modérateur : Alain Michel (Université d’Evry / CRHST)

 

 

Cité des sciences et de l’industrie

Salle Jean-Painlevé

Bibliothèque des sciences et de l’industrie

Entrée niveau-1

 

Informations

Secrétariat du CRHST

01 40 05 75 52

crhst@universcience.fr

 

Les paris de l’industrie, 1750-1920 – 5 déc.2013 – 7 janv. 2014

Exposition  5 Décembre 2013- 7 Janvier 2014

Les paris de l’industrie, 1750-1920

Réfectoire des Cordeliers, Paris 6e

15 rue de l’École de Médecine, 75006 Paris [Accès]
01 44 27 81 60

À la fin du XVIIIe siècle, l’industrialisation commence à transformer le monde. Ce processus de fabrication de produits manufacturés avec de nouvelles techniques, remplaçant progressivement un système artisanat manuel par une mécanisation plus poussée, est largement discuté à l’époque, car il touche fortement la façon de vivre. À Paris, comprendre cette révolution, qui est aussi urbaine, nécessite de s’interroger sur les processus économiques, spatiaux, scientifiques et politiques qui ont permis et légitimé cette insertion industrielle dans une ville où culture, religion et finance dominaient. Selon quelles modalités Paris s’est-elle métamorphosée en une grande ville industrielle au XIXe siècle ? Comment la capitale a-t-elle négocié la part de risque inhérente aux activités de production et parié sur la coexistence de la ville et de l’industrie, en transformant les rapports de la société à son environnement ?

Si, au XXIe siècle, l’industrialisation européenne apparaît naturelle et inéluctable, la réalité est plus complexe. En effet, cette illusion rétrospective ne tient pas compte de fortes disparités régionales et sectorielles, de ruptures de rythmes et d’accélérations incluant le poids des événements, le rôle des individus et de leurs actions. Elle s’intègre également dans les échanges transnationaux et dépend du poids des structures administratives, politiques et savantes. Pour le dire autrement, l’industrialisation est un choc brutal qui bouleverse les structures traditionnelles de la société, et qui est fortement critiquée. En premier lieu par des ouvriers et artisans qui perdent leur qualification face à de nouveaux procédés, mais aussi par des citadins, qui s’interrogent avec des médecins, parfois avec véhémence, sur les nuisances qui surviennent dans leur voisinage.

Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale.

Dominique Cardon / Mémoires de teinture. Voyage dans le temps chez un maître des couleurs. Paris: CNRS Editions

Mémoires de teinture. Voyage dans le temps chez un maître des couleurs. Paris: CNRS Editions, 2013, 416 p., 46 planches couleurs, ISBN : 978-2-271-07964-0, 29 €

6806-1679-Couverture

                     Appendices: “Analyses colorimétriques des échantillons de teinture”, par Iris Brémaud

                    “Analyses de colorants des échantillons de teinture”, par Witold Nowik

Edition critique, mise en perspective historique et économique, commentaires scientifiques et techniques d’un manuscrit anonyme, non daté, regroupant quatre Mémoires de teinture du même auteur. Deux de ces mémoires sur la teinture des draps exportés vers les Échelles du Levant illustrent la quasi-totalité des procédés décrits,  à l’aide d’échantillons de drap Londrin second collés au regard de la recette de la couleur correspondante. Toutes les pages à échantillons sont reproduites en couleurs. L’analyse du texte permet d’identifier l’auteur avec une forte probabilité comme “l’entrepreneur” de la Manufacture royale de Bize, au nord-ouest de Narbonne. C’est à la fin de la Guerre de Sept Ans qu’il rédige ces textes qui nous révèlent l’orchestration au jour le jour d’ateliers de teinture capables de satisfaire les goûts changeants des élites des différentes parties de l’Empire Ottoman, en donnant couleur, bon an mal an, à 2750 pièces de drap. Grâce à l’analyse colorimétrique des échantillons, des noms de nuances comme “fleur de grenade”, “biche anglais”, “soupevin royal”, “prune sur truffe”, sans rien perdre de leur pouvoir évocateur, sont désormais traduits en coordonnées CIE Lab et CIE Lch, permettant aux chercheurs et conservateurs d’identifier ces couleurs dans les collections textiles, et aux coloristes et créateurs contemporains, de leur donner une nouvelle vie

PRIX MAURICE DAUMAS 2014

The International Committee for the History of Technology, ICOHTEC, welcomes submissions for the Maurice Daumas Prize, which aims to encourage innovative scholarship in the history of technology. ICOHTEC is interested in the history of technological development as well as its relationship to science, society, economy, culture and the environment. The history of technology covers all periods of human history.

There is no limitation as to theoretical or methodological approaches.

The Maurice Daumas Prize will be awarded to the author of the best article submitted on the history of technology and published in a journal or edited volume in 2012 or 2013. Submissions are welcomed from scholars of any country, and their focus can be the technological past of any period or part of the world. Eligible for the prize are original articles published in any of the official ICOHTEC languages (English, French, German, Russian or Spanish). If the language of publication is not English, applicants must include a three-page English summary.

For the Maurice Daumas Prize 2014, please send your submission to each of the five Prize Committee members no later than 5 January 2014. Electronic submissions are preferred. The winner will be contacted in late May 2014.

The prize will be awarded at our 41st Symposium, to be held 29 July – 2 August

2014 in Brasov, Romania.  The winner will receive a cash prize of Euro 500 as well as a travel grant of Euro 300 (if needed) to attend the ICOHTEC Symposium of 2014. Additionally, the ICOHTEC Symposium will feature a special panel organized around the winning article.

Susan Schmidt Horning, Prof., Chair

St. John’s University

Queens, NY 11439 USA

Email: <mailto:schmidts@stjohns.edu>schmidts@stjohns.edu

Andrew Butrica, Dr.,

Research Historians Group

Bethesda, MD  USA

Email: <mailto:abutrica@earthlink.net>abutrica@earthlink.net

Hermione Giffard, Dr.

Independent Scholar

The Netherlands

Email: <mailto:hgiffard@gmail.com>hgiffard@gmail.com

Pierre Lamard, Prof.

L’Université de Technologie

de Belfort-Montbéliard (UTBM) France

Email: <mailto:pierre.lamard@utbm.fr>pierre.lamard@utbm.fr

Patrice Bret, Dr.

Centre Alexandre Koyré/CNRS-EHESS-MNHN

Paris, France

Email: <mailto:patrice.bret@yahoo.fr>patrice.bret@yahoo.fr

Andrew J. Butrica, Ph.D.

Research Historian

Sent from my Xylo Phone

Séminaire LIED – Résilience, urbanisme et énergies,14 janvier 2014

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

                               Thème « Résilience, urbanisme et énergies  » 

               Le 14 janvier, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

 

14h Damien Serre (Géographe, LIED)

La ville résiliente : du concept à la mise en oeuvre

Depuis les années 2000, le concept de résilience fait son apparition en géographie,  urbanisme et gestion des risques car le concept de vulnérabilité montre ses limites dans la compréhension et la réduction des risques. De nombreuses réflexions, études, écrits, séminaires… exposent l’intérêt de la résilience qui a notamment pour atout d’approcher le risque d’une manière globale, intégrée et systémique. Même si l’intérêt de la notion est évident les actions d’évaluation opérationnelle ou de mise en œuvre du concept de résilience restent très rares. Dès lors, on peut se demander ce qui manque pour que la résilience puisse trouver les moyens de sa transcription :

  • La science pourra-t-elle aboutir à concevoir la ville résiliente ?
  • Pourra-t-on intégrer enfin la question des risques dans l’aménagement de manière systématique ?
  • Pourra-t-on permettre à la ville de fonctionner en mode dégradé pendant les crises en maintenant des niveaux minimums de fonctionnement des systèmes liés à l’énergie ?

14h30 Damienne Provitolo (Géographe, Géoazur)

Analyse des risques au regard de la résilience.

Devenues des notions phares du domaine des risques, des catastrophes et du changement climatique depuis une vingtaine d’années, la vulnérabilité et la résilience connaissent un véritable engouement sur la scène scientifique nationale et internationale mais aussi auprès des acteurs institutionnels en charge de prévenir et gérer les territoires exposés aux risques et catastrophes. Si ces deux concepts semblent ne pouvoir se comprendre que l’un par rapport à l’autre, ils restent polysémiques, notamment de par leur appropriation par des champs disciplinaires variés. Le concept de vulnérabilité recouvre diverses acceptations qui ont en commun d’intégrer l’idée de choc subi par un événement extérieur et une notion de fragilité, de difficulté à s’en défendre. Mais les sociétés possèdent aussi la capacité de résister, de s’adapter ou d’innover. Les catastrophes les perturbent, mais les font rarement disparaître. La résilience illustre cette capacité.

Il s’agira notamment d’apporter un éclairage aux questions suivantes : de quels cadres méthodologiques disposons nous pour analyser la résilience des systèmes « socio-écologiques » ? Existent-ils des déterminants propres à la vulnérabilité et à la résilience des sociétés et des territoires ? À quelle(s) échelle(s) spatiale(s) et temporelle(s) penser la résilience ? Ces notions de vulnérabilités et résiliences sont-elles opératoires pour aider les acteurs institutionnels à prévenir et gérer les risques et les catastrophes? Quels types de stratégies développer pour accroître la résilience des territoires ? Quels comportements adopter ?

15h Pause café

15h30 Stéphane Douady (Physicien, MSC)

Forme hiérarchique et organique des villes : un sélection humaine ?

En analysant les plans de ville, on observe la prédominance d’un certain type de structures, celles correspondant à une croissance organique, par additions successives, qui crée un structure hiérarchique particulière, et ceci quelles que soient les époques et même les cultures.

Même quand la ville est « planifiée », cela ne correspond qu’à une petite partie, qui va se fondre dans la mosaïque organique globale. On pourrait penser que ce type de structure est juste un héritage de l’histoire, dont nous somme prisonnier. Mais les différentes tentatives de s’en extraire ont trop souvent été soldées par des échecs. Faut-il donc conclure que c’est aussi ce type de structure qui est sélectionné par l’homme-usager lui même ? Auquel cas il faut tenir compte de ses choix et résistances profondes dans la conception de nouveaux plans.

16h Jonathan Rutherford (Géographe-urbaniste, LATTS)

Transitions énergétiques urbaines

Alors que quasiment tous les aspects du fonctionnement urbain dépendent par nature de l’accès aux flux et aux circulations d’énergie, les acteurs urbains semblent intervenir de moins en moins dans la production, l’organisation et la gestion des énergies. Dans le même temps, tandis que les villes sont des lieux de consommation élevée, et de fait, auraient une influence directe sur la nature et la forme des systèmes énergétiques dans leur ensemble, les acteurs responsables de ces systèmes négligent généralement la dimension urbaine, ne considérant les villes que comme les derniers maillons d’une chaîne qu’il suffit d’approvisionner.

Cette présentation du sujet conduira à interroger la relation profondément ambivalente entre l’énergie et l’urbain. A l’heure des transitions énergétiques (de formes diverses) qui cherchent à engager nos sociétés sur des voies (multiples, contestées) de changement radical et systémique, cette relation ne devraient-elle pas être repensée ? L’exposé cherchera à se démarquer des approches (politiques et académiques) qui voient la ville soit comme une entité ou une échelle fixe, dans laquelle une part toujours plus importante de l’énergie est utilisée, soit comme un cible d’une transition énergétique normative et définie à une autre échelle, soit encore comme un instrument de sa mise en œuvre. Cette intervention explorera donc plutôt comment les transitions énergétiques reposent toujours, au moins en partie, sur des processus, pratiques et changements urbains. Elle déboulonnera ainsi le mythe (convenu et post-politique) d’un seul scénario de transition énergétique, unique et générique, auquel les contributions des villes sont attendues et vers lequel tous pourraient ou devraient converger. Quelles sont les répercussions analytiques et pratiques d’une approche urbaine intégratrice qui n’extériorise pas (en dehors de l’urbain) le changement sociotechnique ? Et les transitions énergétiques ne s’opèrent-elles pas par des transformations urbaines dont il convient d’étudier les formes et les répercussions sociopolitiques ?

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio-écologue, LIED) ; Mireille Ferri (Conseillère régionale, vice-présidente de l’IAU IdF) ; José Halloy (Modélisateur, LIED)

CFP-Répartition des tâches dans les sociétés pré- et prohistoriques

Dans le cadre du XVIIe Congres UISPP (Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques)

Burgos, 1-7 septembre 2014

Se tiendra le colloque « Répartition des tâches dans les sociétés pré- et protohistoriques » organisé par Sophie A. de Beaune, Haris Procopiou, François Sigaut (†)

Les communications seront de 15 minutes et les posters sent acceptés (en anglais, espagnol et français).

Les résumés ne dépasseront pas 500 mots et doivent être adressés directement sur le website: www.burgos2014uispp.com en indiquant la session et le nom de l’organisateur/trice.

 

Calendrier

30 avril 2014: soumission des propositions

30 juin 2014: liste finale des résumés et des posters

28 août 2014: date limite d’enregistrement au congrès

La compréhension du fonctionnement des sociétés pré- et protohistoriques, et plus largement, des sociétés dites pré-industrielles, passe par celle de la répartition des activités techniques. Plutôt que d’aborder cette question du seul point de vue économique, comme cela se fait trop souvent, nous la posons ici dans une perspective anthropologique. Nous proposons dans cette session de réunir des contributeurs ayant développé une réflexion dans deux directions principales.

Selon la première, on s’interrogera sur le rôle des modalités techniques précises dans l’affectation d’une activité aux hommes ou aux femmes. Il est classique de dire que les activités féminines répondent à des besoins domestiques, et que, dès qu’elles acquièrent un statut économique « marchand », elles quittent l’aire domestique et passent aux mains des hommes. Il n’y aurait ainsi pas de tâches masculines ou féminines en soi. En revanche, pour la même tâche, les femmes et les hommes n’utilisent pas les mêmes techniques – par exemple, les femmes montent généralement les poteries à la main, tandis que les hommes utilisent le tour. Peut-on vérifier ou non ce genre de constatations dans des populations anciennes ? Et a-t-on d’ailleurs les moyens archéologiques de le faire ? Cette approche « technographique » enrichira un débat qui se contente bien souvent de catégories trop générales.

Dans les sociétés simples dites indivisées (Clastres), la seule répartition possible des tâches a lieu selon le sexe et l’âge, ce qui les distingue des sociétés plus complexes, où l’accroissement de la production et des échanges conduit à des spécialisations plus poussées. D’où la seconde question, qui concerne la répartition des tâches au sein d’un groupe donné – familial, social ou autre –, spécialisé dans une activité technique particulière…

Le concept d’atelier, dû à l’école de Frédéric Le Play, et appliqué par Paul Descamps aux « peuples sauvages » dans les années 1920, pourra ici s’avérer utile pour considérer cette question. Il ne s’agit pas seulement de l’atelier considéré comme lieu de travail mais de l’atelier vu comme un réseau de personnes collaborant à une même activité, au sein du réseau plus large constitué par l’ensemble du groupe social. Entendue dans ce sens, la structure de l’atelier et le répertoire des activités peuvent permettre de comprendre l’organisation du groupe social, de même que les répercussions au sein du groupe en cas de modifications, même minimes, de l’un des éléments de la chaîne technique.

Les études de cas sont bienvenues, non seulement dans le domaine pré- et protohistorique mais aussi dans le domaine ethnographique, chez les sociétés dites pré-industrielles, dans la mesure où ils peuvent éclairer les premiers. Les communications plus théoriques sur la validité de nos interprétations en ce domaine sont également susceptibles d’enrichir cette question.

Bien cordialement,

Sophie A. de Beaune et Hara Procopiou.

sophie.de-beaune@mae.cnrs.fr