Bruno Bentz, « Carreaux peints, XVIIe-XVIIIe s. » – 9 janvier 2014, Paris 7

Dans le cadre du séminaire

« Transferts techniques dans les sociétés non industrielles »

(Centre A. Koyré, ICT, ArScAn)

nous recevrons le 9 janvier 2014 de 17h30 à 19h30

Bruno Bentz (Centre d’Archéologie générale, Paris IV)

« Du carreau peint à la peinture de carreaux : 

transfert d’un motif décoratif des châteaux français des xviie et xviiie siècles »

Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 103

 

Bien cordialement,

Yoshio Abé, Sophie A. de Beaune, Cozette Griffin-Kremer, Liliane Hilaire-Perez , Haris Procopiou.

Séminaire Ingénieurs et société – Thierry Renaux, Collections d’ingénieurs – 10 janvier 2014

  Séminaire Ingénieurs et société

10 janvier 2014 de 10 à 12 heures à l’EHESS

198 avenue de France 75013 Paris – Salle 2

Nous accueillerons Thierry RENAUX (Centre Alexandre Koyré) pour sa conférence sur

 « Des collections d’ingénieurs ou l’illustration du patrimoine de l’aluminium :

les collections d’automobiles Jean-Albert Grégoire et les collections d’objets Jean Plateau ».

 

Claudine Fontanon                                                                                                                                                                                        Irina Gouzevitch

EHESS/ Centre Alexandre Koyré                                                                                                                                          EHESS/ Centre Maurice Halbwachs

Techniques & Culture – Appel à contribution « Essais de bricologie » pour le 6 janvier 2014

La revue Techniques & culture lance un premier appel à contributions pour un numéro intitulé « Essais de bricologie. Ethnologie de l’art et du design contemporain » porté par deux coordonnateurs, un historien de l’art, Thomas Golsenne (Villa Arson, Nice) et une chercheuse en art et sciences de l’art, Patricia Ribault (ESAD, Reims). Ce numéro thématique vise à explorer les relations entre l’anthropologie et la création contemporaine. Il s’attachera en particulier aux savoir-faire des uns et des autres sous la forme d’un quasi-manifeste de « brico-logie ». Ce numéro est largement ouvert aux disciplines des sciences sociales et donnera lieu à une rencontre scientifique préparatoire avant l’édition à proprement parler. Sont également prévues, une exposition à la Villa Arson et des rencontres scientifiques et publiques avec des artistes et scientifiques à la Villa Noailles, la Villa Arson et l’Ehess de Marseille.

Conditions de soumission

  • Un résumé d’une page, 2 000 caractères maximum, donnant lieu par la suite à un article de 25 000 à 35 000 caractères, accompagné de 15 à 20 illustrations en haute définition.
  • Date limite de soumission : lundi 6 janvier 2014
  • Parution : 1er semestre 2015
  • À l’adresse de la rédaction : techniques-et-culture@ehess.fr

 

Techniques & culture s’intéresse en particulier à l’ethnologie des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes, comme productions socioculturelles à part entière, au cœur des rapports entre les hommes, mais aussi entre les sociétés et leur environnement. La revue publie des numéros thématiques. Pour connaître les normes de la revue, consulter le site de la revue : http://tc.revues.org/1556 ou s’adresser à la rédaction. D’autres appels et numéros thématiques sont également prévus sur les Restes, La Méditerranée, les Objets et seront prochainement diffusés.

Consulter le texte de l’appel sur Calenda : http://calenda.org/263653 ou sur le site de la revue : http://tc.revues.org/6839


Argumentaire

Allez à la Documenta de Kassel, au Palais de Tokyo à Paris, à la Biennale d’art contemporain de Venise : partout vous voyez des sculptures néo-primitivistes, des photos et des films ethnographiques ou tout comme, des carnets d’observation, des peintures postcoloniales. Vous voyez cités ou évoqués Alfred Gell, Philippe Descola, Tim Ingold, Bruno Latour, l’animisme et le chamanisme, l’agency et l’anthropologie symétrique. C’est un fait : les artistes contemporains s’intéressent à l’ethnologie. Cela ne date pas d’hier mais c’est tout de même assez récent : un des premiers critiques d’art à s’en être aperçu, Hal Foster, a écrit son article inaugural, « Artist as Ethnographer », en 1995. Depuis, le phénomène a pris tellement d’ampleur, les expositions qui associent objets d’art et objets d’ethnographie sont innombrables ; et les auteurs donnent à ce « tournant ethnologique » (Montazami) de l’art contemporain des raisons fort diversifiées.

Si les artistes se sont donc si massivement intéressés à l’ethnologie depuis une vingtaine d’années, qu’en est-il de la réciproque ? Les ethnologues se sont-ils intéressés à l’art contemporain ? Il faut bien le reconnaître ici, la réponse est décevante car elle est négative ; du moins le mouvement des ethnologues vers les artistes d’aujourd’hui n’est-il pas aussi massif que celui des artistes vers les ethnologues. Les quelques démarches isolées que nous avons pu rencontrer (Susanne Küchler sur Sophie Calle, Alfred Gell sur Damien Hirst par exemple) ne changent pas foncièrement la donne. Il y a bien une sociologie, des sociologies de l’art, qui envisagent l’art contemporain de loin, en adoptant le point de vue statistique, en couvrant de vastes échelles, soit pour montrer comme il s’organise en réseau professionnel (Becker), soit pour comprendre les discours qui le (mal)traitent (Heinich). Il existe évidemment une anthropologie de l’art, mais celle-ci traite des productions traditionnelles émanant des sociétés étudiées par l’ethnographie : le langage plastique des pirogues trobriandaises est passionnant, mais ce n’est pas de l’art contemporain. Et même sans aller aussi loin, on peut se tourner vers l’ethnologie des arts et traditions populaires, champ vaste et captivant ; mais, comme la pirogue trobriandaise, le moule à beurre normand est produit par une figure de l’autre, qui n’est pas issu de la même culture que l’ethnologue. Or, dans ce dossier, nous voulons justement éviter cette coupure quasi-ontologique et étudier un des aspects fondamentaux de notre propre culture : notre production artistique.

L’ethnologie, telle que nous l’entendons ici, ne doit pas être confondue avec la discipline universitaire, mais plutôt être prise comme un niveau d’analyse : ni celui, trop restreint, de l’ethnographie, que l’ethnologie déborde par sa visée comparatiste et théorique, ni celui, trop ouvert, de l’anthropologie, qui couvre malheureusement aujourd’hui à peu près tout et n’importe quoi. Une approche ethnologique qui étudierait à son échelle, c’est-à-dire celle des petits collectifs – mot commun au vocabulaire des ethnologues et des artistes ! – la trajectoire d’un groupe d’artistes, voire d’un seul, les réseaux dans lesquels ils sont acteurs, leurs systèmes de parenté symbolique ou pas, leur vie quotidienne et leurs rituels, leur « magie » et leur « ontologie » (pour prendre deux mots issus de générations ethnologiques différentes), leurs techniques et leurs pratiques, et qui permettrait, par une mise à distance comparatiste ou théorique, d’en déterminer les principales lignes de force ; une telle approche ethnologique sollicitée ici est donc encore difficile à trouver. C’est d’autant plus regrettable que « l’art contemporain » est impossible à définir du point de vue des formes artistiques qu’il contient, puisqu’elles y sont toutes – les plus novatrices, les plus rétrogrades, les plus High Tech, les plus Low Tech, les plus nobles, les plus kitsch – et que la seule manière par laquelle il semble possible de le définir est de s’intéresser à ses acteurs (pas seulement aux artistes, mais à tous ceux qui font vivre les œuvres, et les œuvres elles-mêmes), c’est-à-dire de manière ethnologique.

Pour les objets de design, la question se pose autrement, car la plupart d’entre eux n’ont pas pour vocation première d’être exposés et contemplés, mais pratiqués, utilisés. Ceux que vous verrez à la Biennale de design de Saint-Étienne ou à la Villa Noailles ne flirtent pas spécifiquement avec l’ethnographie, ils témoignent plutôt de leur époque et de ses problématiques sociétales ou techniques. En cela, ils portent une valeur ethnologique intrinsèque, témoignant d’eux-mêmes, sans représentation, des us et coutumes d’une société à une époque donnée. Ils sont les héritiers de ces mêmes objets artisanaux qui remplissent les musées de sociétés et de civilisations et, à ce titre, s’inscrivent en continuité avec eux. Mais ce qui les rend si spécifiques, si intéressants d’un point de vue ethnologique, c’est qu’ils se sont « objectivés » à mesure que le processus d’industrialisation rationalisait leurs modes de production, et donc leurs modes d’« existence ». Il serait intéressant de comparer leurs langages techniques, rituels et symboliques avec ces autres objets, ceux auxquels s’intéressent les anthropologies des objets et de la consommation, dont les fonctions sont, en quelque sorte, inversées, tels les objets de culte vs les objets « cultes ». Cela reviendrait à déplacer le regard traditionnellement porté sur le design – qui s’attache tout d’abord aux formes et aux fonctions d’usage – vers une culture à la fois matérielle et immatérielle des objets contemporains. Un tel mouvement commence déjà à exister (Adam Drazin, Pauline Garvey entre autres) mais il n’est que frémissant.

Bien sûr il y a d’autres domaines d’expression artistique qui auraient besoin d’une bonne ethnologie : les arts du spectacle, le cinéma, la musique par exemple. Mais l’art contemporain et le design ont ceci d’intrinsèquement ethnologique, pourrait-on dire, qu’ils s’expriment à travers des objets, au sein d’une culture matérielle spécifique ; or l’ethnologie des objets et de la culture matérielle est depuis bon nombre d’années une des voies royales empruntées par les ethnologues. Et si certaines pratiques artistiques comme la performance ou l’art conceptuel ne sont pas orientés vers la production d’objets, elles n’en restent pas moins accessibles à une ethnologie des techniques du corps ou de la culture immatérielle.

Étudier l’art contemporain et le design d’un point de vue ethnologique (ce qui ne veut pas nécessairement dire par des ethnologues assermentés) devrait donc permettre de remplir une lacune épistémologique. Nous y voyons un double avantage : remettre en question un certain nombre de catégories en usage aussi bien chez les artistes et les designers que chez les chercheurs, même si ceux-ci et ceux-là les ont déjà sérieusement écornées, comme art/artisanat, tradition/modernité, cultures chaudes/cultures froides, etc. ; et surtout porter un regard différent sur ces pratiques, donc leur donner une autre forme d’intelligibilité, ce qui pourrait peut-être contribuer à sortir l’art contemporain et le design de l’incompréhension dont ils souffrent parfois auprès des non-connaisseurs.

Comment procéder ? Nous avons dessiné quelques pistes de recherche, à moins que d’autres ne se dessinent en sus. Nous les proposons à tous les chercheurs capables de porter un « regard ethnologique » sur l’art contemporain et le design. Ces pistes, on pourrait les regrouper sous le terme de « bricologie » qui est à l’art et au design ce que la technologie est à la technique : une réflexion sur les pratiques. C’est un univers de pensée où le savoir se combine au faire : la bricologie n’est pas seulement, en effet, discours sur le bricolage, l’art et la technique. C’est la science de ce qui dépasse les clivages habituels entre discours et pratique, art et technique, esprit et main. Il faut donc qu’à côté d’une recherche sur les artistes, les designers et les œuvres, il y ait une recherche avec eux. L’artiste et le designer sont objet et sujet de la recherche.

— Dans des collectifs et des sociétés étudiés par les ethnographes, des artistes issus de ces communautés pratiquent des formes d’art qui circulent dans le réseau de l’art contemporain. À cheval entre deux, trois identités, voire plus, ces artistes fournissent une excellente occasion de questionner le clivage tradition/modernité, le multiculturalisme et le multinaturalisme, le postcolonialisme et la question de la symétrisation des regards et des pratiques. Nous ne sommes plus dans le cas de figure du savant civilisé auscultant la culture traditionnelle des « primitifs », à la Franz Boas, mais nous cherchons les situations où les positions sont plus complexes, réversibles, diffractées.

— Art, artisanat, design : des mots très clairs en théorie mais brouillés dans la pratique. Il serait sans doute intéressant de se demander les raisons de cet écart entre théorie et pratique, mais plus encore de se pencher sur ce domaine de la praxis artistique (au sens large) où les catégories sont mises de côté et où l’attention aux modes d’invention des formes, aux protocoles d’élaboration des projets, aux acteurs nécessaires à la mise au monde d’une pièce, aux ressources matérielles et humaines qu’ils ont à disposition permettrait de développer une approche plus fine. Des arts et traditions populaires au design, du bricoleur du dimanche à l’artiste ingénieur, gageons qu’il n’y a pas des ruptures d’espèce, mais des différences de degrés dans les mêmes pratiques, avec des acteurs et des moyens différents, mais qui parfois se rencontrent.

— Un « mode d’existence » (pour parler comme Simondon et Latour) en particulier des objets d’art et de design mérite une attention particulière : le mode technique. Il est au centre de tous les problèmes, il associe toutes les questions. Car si la modernité peut se définir par une invention exponentielle de techniques, que dire de la contemporanéité ? C’est ce que nous demandons, justement, à ceux qui savent parler des techniques aujourd’hui, qu’ils soient technologues, ingénieurs, anthropologues des techniques ou philosophes. Plus précisément, art et technique partagent une longue histoire qu’on qualifierait d’amour si elle n’était entrecoupée de ruptures et de divorces à répétition. Or, si aujourd’hui il va théoriquement de soi que l’art est « au-dessus » des techniques, que le designer conçoit et le technicien exécute, cette répartition des rôles et des compétences, cette distinction des modes d’existence est pratiquement impossible à établir. Loin d’être au-dessus des techniques, jamais autant qu’aujourd’hui les artistes et les designers n’ont-ils inventé, expérimenté, détourné, mis à mal les techniques qu’ils éprouvent, renouvellent, réinventent sans cesse. Quelles « chaînes opératoires », quelles formes de « promission » (terme par lequel on peut traduire l’affordance de James Gibson) sont mises en jeu dans les gestes techniques des artistes et des designers ?

— Puisque les objets ont une « vie sociale » et sont dotés d’« agentivité » par les relations entre agents et patients qui les activent, cela doit s’appliquer aux objets d’art et de design contemporains, dont l’existence déborde largement le seul moment de leur production. Une œuvre d’art se caractérise traditionnellement par sa capacité à traverser les siècles en changeant de fonction, en suscitant de nouveaux regards, de nouveaux usages, parce qu’elle est toujours présente. Mais aujourd’hui ce qui a changé c’est que la sempiternelle présence de l’œuvre compte moins que les innombrables manières de l’inscrire, ses multiples modes de reproduction, les médias qui la diffusent ou qui constituent même son medium, comme le cas des œuvres sur internet. Quant à l’objet de design, celui qui restera dans la mémoire collective, il se caractérise par sa capacité à modifier durablement les usages voire les techniques d’une époque donnée, donc à s’inscrire de manière plus ou moins spectaculaire, plus ou moins évidente dans sa culture. Nous parions que les chercheurs ont beaucoup à dire sur ces objets à la présence diffuse.

Pour Techniques & culture

Thomas Golsenne et Patricia Ribault

 

Histoire des écoles régionales d’architecture – 16 janvier, Strabsourg

ERAS 2014 01 16 programme

VDP_Strasbourg

Histoire des écoles régionales d’architecture

16 janvier 2014, de 10h. à 17h.

Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg,

à l’occasion de l’exposition et de la publication de l’ouvrage « Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg ».

 

http://www.strasbourg.archi.fr/?rub=affactu&art=1540

http://www.strasbourg.archi.fr/?rub=affactu&art=1540

 

Le vocabulaire de la charpente – 19 déc. 2013, Perpignan

Le programme de recherche ARQUIMESA – Textes et documents d’histoire et de civilisation de l’Occident méditerranéen de l’émergence des langues romanes aux sociétés industrielles – a été initié en 2011 et développé au sein du laboratoire CRHiSM (EA 2984) de l’Université de Perpignan Via Domitia. Il est tourné vers les textes et documents des pratiques, usages et sociologie du monde des métiers. Une première journée d’étude, le 6 décembre 2012, a été consacrée aux Livres de raisons d’artistes et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle (publication en cours).

Pour la deuxième journée, la thématique retenue est : Le vocabulaire de la charpente. Le choix de traiter du matériau bois et de sa mise en œuvre se justifie face à un constat clair : celui d’un paradoxe entre l’importance et l’omniprésence du matériau à l’époque médiévale et moderne et le peu d’études de références qu’on lui a consacrées. La question de la charpente, en comparaison avec le couvrement de pierre, est un thème qui a été très peu abordé. Le terme même de charpente a un sens assez large : il recouvre aussi bien le couvrement (charpente de toit), que les planchers (souvent analysés sous l’angle de leur décor). De multiples questions se posent sur les métiers, les outils, le travail, la mise en œuvre, les essences de bois utilisées etc., dans les domaines de l’histoire, de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Les archives – en particulier – l’édition critique des textes spécifiques concernant les zones occidentales de la méditerranée (Italie, Provence, Catalogne, Languedoc), peuvent contribuer à approfondir notre connaissance du sujet. C’est plus précisément la question du vocabulaire de la charpente qui a été retenue afin d’être développée et discutée. Cette journée se fera donc en partenariat avec le groupe de recherche LIGNA sur « Les charpentes méditerranéennes » (sous la direction de Philippe Bernardi).

La journée se déroulera à l’Université de Perpignan Via Domitia le 19 décembre 2013

Salle de recherche CRHiSM – BÂT Y, 1er étage – 52 avenue Paul Alduy 66 860

PERPIGNAN Cédex

Transferts techniques dans les sociétés non industrielles

Séminaire Transferts techniques 2013-2014

Pwpnt Chabert transfert technique

Texte transfert AL Chabert

Résumé intervention Chabert 19.12.2013

Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes

2013-2014

Séminaire du Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS)

et du Laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337) de l’Université Paris-Diderot

Yoshio Abé, Sophie Archambault de Beaune (Université Jean-Moulin Lyon 3), Cozette Griffin-Kremer, Liliane Hilaire-Perez (EHESS, Université Paris-Diderot Paris 7), Haris Procopiou (Université Panthéon-Sorbonne Paris I)

Jeudi de 16 h 30 à 18 h 30 (Université Paris-Diderot).

Dates : 19 décembre 2013, 9 janvier (exceptionnellement de 17 h 30 à 19 h 30), 23 janvier, 13 février, 13 mars, 27 mars, 10 avril, 22 mai (demi-journée de 14 h à 18 h), 12 juin 2014.

La séance du 19 décembre se tiendra salle 580 F, Halle aux Farines, 9 esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013 Paris, les salles concernant les autres séances seront communiquées ultérieurement.

Nous nous intéressons aux modalités de circulation des savoir-faire et des objets techniques – à l’état de matières premières, d’ébauches ou de produits finis – dans les sociétés non industrielles, y compris les sociétés sans écriture passées ou présentes. Ces transmissions peuvent s’opérer d’un groupe voisin à un autre, par emprunt ou diffusion, mais aussi d’une génération à l’autre. De plus, les techniques font l’objet d’adaptation à des besoins différents ou de perfectionnements. Enfin, les  circulations peuvent marquer des arrêts. Ce sont les arythmies mises en évidence par Jean Guilaine au Néolithique. En étudiant des cas concrets, nous examinerons ce que l’on peut percevoir de ces différentes modalités, à partir des traces matérielles et des sources textuelles à notre disposition. Nous verrons les difficultés que rencontrent l’archéologue et l’historien pour reconnaître ces transferts, plus faciles à appréhender en contexte anthropologique actuel.

19 décembre

Univ. Paris 7 – salle 580 F dans la Halle aux Farines, entrée 9 esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013 Paris

Introduction

Anne-Lyse Chabert (doctorante en philosophie des sciences) (Programme Handicaps et Sociétés/EHESS-PRES HESAM)

« Quand la calligraphie se faisait avec la bouche : transfert d’une technique d’expertise »

9 janvier 2014 Attention séance exceptionnellement de 17h30 à 19h30

Bruno Bentz (Centre d’Archéologie générale, Paris IV)

« Du carreau peint à la peinture de carreaux : transfert d’un motif décoratif des châteaux français des xviie et xviiie siècles »

23 janvier

Parviz Mohebbi (UMR 7528 Mondes iranien et indien)

« La circulation et la connaissance des objets techniques européens en Iran »

13 février

Hara Procopiou (Université Panthéon-Sorbonne Paris I, UMR 7051 ArScAn)

« Transferts techniques en Méditerranée orientale durant l’Âge du Bronze »

13 mars

Elise Morero (UMR 7051 ArScAn)

« Transferts techniques dans l’artisanat lapidaire en Méditerranée orientale : L’analyse des productions de vases de pierre à l’Age du Bronze et de l’industrie de cristal de roche fatimide (x-xiie siècle av. J.-C.) »

27 mars

Irina Gouzévitch (EHESS, Centre Maurice Halbwachs)

« Influence versus circulation : une antithèse à l’épreuve de l’histoire des transferts techniques entre la Russie et l’Europe occidentale au xviii siècle »

10 avril

Cozette Griffin-Kremer (Centre de recherche bretonne et celtique, Brest)

« À la rencontre des sources inédites – élevage et traction animale … et transfert technique ? »

22 mai

Demi-journée (4 h) : La diffusion des techniques agricoles

• Patricia Anderson (CNRS UMR 7264 CEPAM) : « Peut-on suivre les voies de la diffusion des techniques agricoles originaires du Proche-Orient à partir des outils agricoles et des phytolithes ? »

• Frédéric Abbès (CNRS UMR 5133 Archéorient) : « Processus de diffusion lors de la néolithisation au Proche et Moyen-Orient »

• Yoshio Abé : « Transferts techniques aratoires des rizières en Eurasie »

12 juin

Benoît Mille (C2RMF, UMR 7055 Préhistoire et Technologie)

« La statuaire sud-arabique et grecque (env. 600 av. J.-C.) : un transfert du bois au bronze » (titre provisoire)

 

 

 

 

Colloque « Pouvoir(s) et environnement » – CFP

Appel à communication et à poster. Colloque international du RUCHE “Pouvoir(s) et environnement”. Date limite: 15 mars 2014

Le prochain colloque du RUCHE aura lieu à l’université de Rennes 2 des 15 au 17 octobre 2014. Organisé par Raphaël Morera (CNRS CERHIO), Laurent Coumel (EHESS, CERCEC) et Alexis Vrignon (Université de Nantes, CRHIA), il aura pour thème “Pouvoir(s) et environnement”.

Consulter l’appel à communication

Les propositions de communications (3000 signes au maximum) doivent être adressées au plus tard le 15 mars 2014 aux adresses suivantes: raphael.morera@uhb.fr ; lcoumel@gmail.com ; alexis.vrignon@wanadoo.fr

Colloque « Démocratie technique » – CFP

Congrès SFHST : 28-30 avril 2014 à Lyon

Formations technologiques et démocratie technique : quelle pertinence ? 

De longue date, la société interpelle divers choix techniques qui transforment la société ou de choix organisationnels (travail industriel). Comment les prendre en considération ? Qui est qualifié pour en décider ? Depuis le XXe siècle, le processus démocratique entre en débat. Penser la technologie, c’est d’abord considérer la technique comme finalité et choix plus que comme procédé.

De multiples séminaires scientifiques, il ressort que l’intelligence d’un phénomène technique relève de nombreux domaines a priori éloignés. Simultanément, ouvriers, techniciens et ingénieurs font face à des situations sociotechniques complexes, où leurs seules connaissances techniques ne suffisent pas : leur pratique les amène quotidiennement à croiser des champs disciplinaires qu’ils tendaient à classer comme périphériques au cours de leur cursus.

Cette session se propose d’interroger la démocratie technique en focalisant la réflexion sur les salariés industriels. En priorité :

–  Quels regards poser sur leurs  programmes de formation ?

– Quels « lieux novateurs » (établissements d’enseignement, associations, structures académiques),  cultivant une analyse réflexive sur ces enjeux

–  Comment se situent les différentes catégories professionnelles dans les controverses sur le monde industriel ?

Au-delà des acteurs industriels, tout humain ne devrait-il pas être au cœur de tout processus  technique en tant que concepteur, décideur et usager ?

Yves-Claude Lequin  et  Pierre Lamard

yves.lequin@utbm.fr et pierre.lamard@utbm.fr

 

http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Si vous souhaitez proposer un sujet de communication (et nous vous y invitons vivement à le faire !), veuillez nous l’adresser avant le 14 janvier 2014.

 

Colloque Mondes électriques – CFP

*Mondes électriques. Créations, circulations, tensions, transitions, 19e-21e s.*

18-19 décembre 2014 (Paris)

*Appel à communication*

 *Date limite : 15 mars 2014*

En 1990, l’Association pour l’histoire de l’électricité en France organisait un colloque intitulé « Electricité et électrification dans le monde ». Cette manifestation marquait l’ambition de dépasser les frontières hexagonales pour s’ouvrir sur le monde de l’électricité (Trédé, 1992).

C’était une extension spatiale des interrogations essentiellement nationales qui avaient cours alors au sein de l’Association. Une vingtaine d’années plus tard, le Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie renoue avec cette ambition, pour créer un nouveau jalon de l’histoire de l’électricité à l’échelle du monde, mais sous un angle, qui, à côté du cadre national ou conjointement à lui, tienne aussi désormais compte des approches transnationales, connectées, globales, impériales qui ont marqué les développements de l’historiographie durant la période. Il s’agira aussi d’accorder une plus grande attention à la question du genre et à la période la plus contemporaine, la seconde moitié du 20e siècle et les deux dernières décennies, qui ont connu de profonds changements en matière de production et de régulation, et sur lesquelles portent un nombre croissant de travaux. De nouvelles recherches ont été conduites, de nouveaux territoires explorés (Barjot et al., 2002 ; Hausman, Hertner, Wilkins,

2008 ; Winther, 2008; Hecht, 2012), qu’en somme ce colloque permettra de réunir et de mettre en perspective.

 

Le passage du singulier au pluriel pour qualifier l’électricité à l’échelle globale annonce la diversité des phénomènes étudiés et des approches mobilisées. Ces mondes de l’électricité, nous souhaitons les aborder à travers quatre axes privilégiés, non exclusifs, mais qui sont apparus comme des priorités scientifiques.

 

 

1. la création et les dynamiques d’innovation qui caractérisent les systèmes et les cultures électriques, différenciés selon les contextes, qu’on les compare ou qu’on étudie leurs connexions. Les solutions développées pour répondre aux problématiques des espaces ruraux (petites unités diesel au Brésil qui illustrent une forme d’insularité rurale), les énergies dites alternatives (le développement du solaire pour des productions hors-réseau) et les réseaux dits intelligents témoignent chacun à leur manière de la diversité de ces dynamiques à travers la planète;

 

 

2. les circulations des hommes, des savoirs, des techniques électriques à travers les espaces politiques. Le nucléaire civil, par exemple, ne se limite ainsi pas au projet *Atoms for peace* qui serait une volonté politique d’implanter cette énergie dans le monde. En Europe, de l’Ouest comme de l’Est, puis dans les autres pays du monde, les projets nucléaires s’inscrivent dans un entrelacs de politique nationale, de lobbying industriel international, de réglementation internationale, de promotion et de contestation transnationales, etc. L’une des ambitions du colloque est bien de tenter de mettre au jour ce type d’entrelacs et de sortir des explications monocausales, non seulement pour le nucléaire, mais également pour la grande hydroélectricité (Inga, Trois-Gorges, Itaipu…), les centrales thermiques (Allemagne, Pologne), le photovoltaïque ainsi que les éoliennes (Espagne, Ethiopie…) ;

 

 

3. les tensions qui, à travers les inégalités nationales et internationales, ou les controverses sur les impacts sociaux, environnementaux et économiques de l’énergie électrique, rendent compte du caractère à la fois technique et politique de l’électricité. La montée en parallèle des thèmes de la précarité et des économies d’énergie dans les pays industrialisés en est une manifestation concrète et presque quotidienne. Entre « acceptation sociale », hybridation des technologies et accès à l’électricité, les mobilisations politiques sont nombreuses autour de l’électricité, que ce soit dans l’opposition aux aménagements (Grand Inga en RDC, Jirau au Brésil, centrales nucléaires…), dans la revendication à l’accès (manifestations liées aux coupures d’électricité en Guinée, en

Inde…) ou dans la contestation de la présence des entreprises étrangères (Bulgarie, Bolivie…).

 

 

4. L’inscription des dynamiques de l’électricité dans une histoire plus large des énergies peut être menée par une étude des relations avec d’autres énergies. La conversion des autres énergies (charbon, gaz, pétrole, solaire…) en électricité est souvent présentée comme apportant souplesse dans la gestion du réseau et dans la consommation. Sur quelles bases s’effectue ce raisonnement ? Comment l’étude des relations entre énergies peut-elle faire avancer la connaissance des « transitions » ou celle des « additions » énergétiques, en particulier dans la longue durée ?

Quelle place occupe l’autoproduction par rapport à la production centralisée dans ces différentes organisations ? Ces interrogations peuvent faire l’objet d’approches historiques mais sont également voulues pour être résolument pluridisciplinaires, et notamment à destination de la sociologie et de l’économie.

 

L’histoire de l’électricité n’est pas, ne devrait pas être seulement l’objet des historiens de l’électricité. Elle est celle des historiens de l’énergie plus globalement. Mais aussi celle des historiens des sciences, de la consommation, de la ville, des représentations, de l’environnement, du genre. C’est résolument dans cette perspective qu’est lancé cet appel à communications qui cherche à établir un dialogue interdisciplinaire sur l’histoire, la politique et la culture des mondes électriques. Il s’adresse non seulement à la discipline historique, mais aussi à la sociologie, à l’anthropologie, à la géographie, à la science politique, à l’économie, au droit.

 

 

Les langues de travail seront le français et l’anglais. Une publication bilingue est prévue.

 

Deux formats de propositions de communication sont possibles :

 

–          Une session complète, de préférence composée de trois

communications

 

–          Une communication isolée

 

Dans tous les cas chaque proposition de communication comprendra un résumé en 500 mots en français ou en anglais ainsi qu’un cv d’une page, assortis le cas échéant d’une présentation en 500 mots des objectifs de la session.

Les organisateurs du colloque disposent de possibilités limitées de prise en charge des frais de transport et de séjour, en particulier pour les chercheurs en début de carrière et affiliés à des institutions de pays non membres de l’OCDE. Merci de faire part de votre éventuelle demande de financement dès la soumission de votre proposition de communication, sous forme d’une lettre séparée.

 

 

 

Merci d’envoyer vos propositions de communication avant le *15 mars 2014 *à l’adresse suivante : comite.histoire.electricite@gmail.com

 

Les réponses seront données par les membres du conseil scientifique au plus tard le 15 avril 2014.

 

 

 

Conseil scientifique

 

Alain Beltran, directeur de recherche au CNRS, Irice UMR 8138, président du Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie

 

Daniel Breslau, Associate Professor, Virginia Tech

 

Christophe Bouneau, professeur d’histoire contemporaine, Université Bordeaux 3

 

Yves Bouvier, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne

 

Gabrielle Hecht, professeure d’histoire contemporaine, Université du Michigan

 

Léonard Laborie, chargé de recherche au CNRS, Irice UMR 8138

 

Stéphanie Le Gallic, ATER à l’Université Paris-Sorbonne

 

Pierre Lanthier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université du Québec à Trois-Rivières

 

Serge Paquier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Saint-Etienne

 

 

 

Institutions organisatrices :

 

Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie

 

http://edf.histoire.com

 

CNRS, Irice UMR 8138

 

http://irice.univ-paris1.fr

 

 

 

Références

 

Dominique Barjot, Arnaud Berthonnet, Sophie Cœuré, Daniel Lefeuvre (dir.), *L’électrification outre-mer de la fin du XIXe siècle aux premières décolonisations*, Paris, SFHOM / Fondation EDF, 2002.

 

William J. Hausman, Peter Hertner, Mira Wilkins, *Global Electrification. **Multinational Enterprise and International Finance in the History of Light and Power 1878-2007*, New York, Cambridge UP, 2008.

 

Gabrielle Hecht, *Being Nuclear. Africans and the Global Uranium Trade,*Cambridge, MA, MIT Press, 2012.

 

Monique Trédé (dir.), *Electricité et électrification dans le monde, 1880-1980*, Paris, PUF, 1992.

 

Tanja Winther, *The impact of electricity: Development, desires and dilemmas*, New York, Berghahn Books, 2008.

La technologie, savoir d’Etat – 16 décembre 2013

Affiche-Colloque-La-technologie-savoir-dEtat-16-déc.-2013

 Résumés La technologie, savoir d’Etat – 16 déc. 2013

« La technologie, savoir d’Etat :

regards croisés entre caméralisme allemand et bureaucratie chinoise

16 décembre 2013

Université Paris Diderot – Paris 7

Halle aux farines – Salle 27C
10 rue Françoise Dolto
75013 Paris

 

Institut des Humanités et des Sciences de Paris

EA 337 Identités-Cultures-Territoires (ICT) (université Paris Diderot-Paris 7), 

Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS)

EA 3967 Centre de Linguistique Inter-langues, de Lexicologie, de Linguistique Anglaise et de Corpus (CLILLAC) (université Paris Diderot-Paris 7),

SPHERE (UMR 7219, université Paris Diderot-Paris 7/CNRS),

Fondation pour la Science

9h : accueil

9 h30-9h45 : introduction par Liliane Hilaire-Pérez et Jochen Hoock

 

SESSION 1 – Technologie, mines et métallurgie en Allemagne

Président de séance : John Humbley (CLILLAC)

Discutants : Mathieu Arnoux (ICT), Liliane Hilaire-Pérez (ICT)

9h45-10h15 : Stephan Gorissen (université de Bielfeld) : « À propos de l’économie politique du savoir technologique : la sidérurgie en Allemagne au XVIIIe et au début du XIXe siècle »

10h15-10h45 : Jakob Vogel (Sciences Po, Paris) : « La « science des salines » de la fin du XVIIIe siècle : essai d’établissement d’une science camérale technologique »

 

10h45-11h15 : pause

11h15-11h45 : Jacob Orrje (université d’Uppsala), “A Geometric Community Takes Shape. The Mathematical Perception of Swedish Mining Administration 1700-1750”

11h45-12h30 : discussion

 

Déjeuner

 

SESSION 2. Les réalités universitaires: le cas de l’université de Göttingen

Président de séance : Laurent Dedryvère (ICT)

Discutants : Guillaume Carnino (CAK) et Jochen Hoock (ICT)

13h30-14h00 : André Wakefield (Pitzer College, Claremont) : “Beckmann in Göttingen”

14h00-14h30 : Hans-Erich Bödeker (Max Planck Institute for History, Göttingen) : “Johann Beckmann: scholarly practices at the Göttingen university about 1800”

14h30-15h00 : Guillaume Garner (ENS Lyon), « Johann Beckmann et les sciences camérales de son temps »

15h00-15h30 : discussion

 

15h30-15h45 : pause

 

SESSION 3. La codification des savoirs techniques et la bureaucratie impériale en Chine

Président de séance : Mathieu Arnoux (ICT)

Discutantes : Caroline Bodolec (CNRS) et Delphine Spicq (Collège de France)

15h45-16h15 : Mau Chuan-Hui (Tsing Hua University, Taïwan) : “Chinese agriculture policy and the development of technology: a long period of observation on sericulture ?”

16h15-16h45 : Lin Tian-Jen (National Palace Museum Researcher Fellow, Taïwan) : “A Process of Understanding History:Descriptions of the Source of the Yellow River and National Policies”

16h45-17h15 : discussion

 

17h15-18h15 : table ronde sur les projets, la science et la technologie Allemagne – Chine

Présidente de séance : Danielle Candel  (HTL)

Présentation du GIS UTSH « L’unité de la technologie et des sciences humaines ».

Participants à la table-ronde : Mathieu Arnoux (Paris 7/EHESS), Caroline Bodolec (CNRS), Eric Brian (EHESS), Guillaume Carnino (UTC), Frédéric Graber (CNRS), Pierre Lamard (UTBM), Charles Lenay (UTC), Dominique Margairaz (Paris 1), Joost Mertens, Delphine Spicq (Collège de France) et les membres du projet IHSP-P7

 

 

Comité scientifique : Guillaume Carnino (CAK), Danielle Candel (HTL), Laurent Dedryvère (ICT), Liliane Hilaire-Pérez (ICT), Jochen Hoock (ICT), John Humbley (CLILLAC), Natalie Kubler (CLILLAC), Joost Mertens, Koen Vermeir (SPHERE)

 

Intention

La technologie désigne actuellement les « nouvelles technologies » et les « techno-sciences », qui réduisent la technique aux applications de la science. Pourtant, au XIXe siècle, la technologie revêt un autre sens, celui d’une science de la technique, c’est-à-dire d’une science des arts et des intentions fabricatrices. Pour Christian Wolff (Philosophie logica sive rationalis, 1728) la technologie est un « discours rationnel sur la technique ».

Le caméralisme a joué un rôle fondamental dans l’édification de cette discipline dont l’un des textes fondateurs est l’Anleitung zur Technologie de Johann Beckmann (1777), suivi de l’essai devenu plus célèbre, l’Entwurf der allgemeinen Technologie (1806). Ce dernier ouvrage vient d’être traduit pour la première fois en français et l’édition commentée de cet essai est menée dans le cadre d’un groupe de travail formé grâce à l’Institut des Humanités et des Sciences de Paris et réunissant des chercheurs en histoire et en linguistique.

A l’occasion de cette publication et afin d’approfondir la réflexion sur le creuset allemand de la technologie, nous proposons un colloque international. L’enjeu est d’une part, d’analyser les liens entre la technologie et la production de savoirs administratifs qui font une large part à la connaissance des territoires, des ressources naturelles et des arts. Le caméralisme repose sur une « trilogie » réunissant « l’économie (comme science de la gestion de la richesse des personnes privées ou des ménages), la science des finances publiques, et la ‘science de la police’ qui synthétise et organise le savoir universitaire nécessaire à la formation des administrateurs des Etats territoriaux de l’Empire ». Dans ce cadre, par exemple, l’extension de la statistique au milieu du siècle, implantée à Göttingen par Gottfried Achenwall, intègre la « connaissance plus exacte des capacités productives de la monarchie » et contribue à asseoir la technologie comme science académique, dans le sillage de la « statistique universitaire». D’autre part, il s’agit d’étudier un milieu savant à travers sa formation, ses activités, ses techniques intellectuelles – ainsi les classifications opératoires et les analogies – et ses pratiques culturelles, tels les emprunts à d’autres ramifications de la pensée économique, en Angleterre, en France. In fine, on aimerait pouvoir mieux connaître le « terreau nourricier » de la technologie comme le disait Jean-Claude Perrot pour l’économie, soit la multiplicité des œuvres – y compris celles les moins abouties – qui ont nourri la réflexion d’un Beckmann par exemple. Leurs circulations, leurs traductions nous intéressent notamment. Citons la physikalisch-ökonomische Bibliothek (1779-1806) et les Beyträge zur Oekonomie, Technologie, Polizey und Cameralwissenschaft (1779-1791). Si cette voie n’est pas exclusive d’autres approches actuelles de la recherche, montrant les liens entre les rationalités opératoires nées des pratiques fabricatrices d’une part et les théorisations savantes de l’autre, nous nous limiterons dans cette journée au corpus des auteurs caméralistes.

Enfin, il nous a semblé fondamental de décloisonner l’histoire de la technologie et de proposer une comparaison avec la Chine qui sur le long terme, des Song aux Qing a favorisé la codification des savoirs techniques en mobilisant les lettrés-fonctionnaires dans la gestion des ateliers impériaux, des circulations de savoirs techniques et des questions environnementales. Il s’agit d’une bureaucratie qui fait de la technique un savoir d’Etat à part entière. Les liens étroits entretenus par le laboratoire ICT avec des collègues de Taïwan ont permis d’élaborer une session comparative et de prévoir un débat général ouvrant pour la première fois sur une approche de la technologie en termes d’histoire globale des savoirs d’Etat.

 

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Jean-Michel MINOVEZ, Catherine VERNA, Liliane HILAIRE-PÉREZ (dir.)

arton1284-8df4d
Le 33e volume des Journées Internationales d’Histoire de Flaran vient de paraître aux Presses Universitaires du Mirail :

http://w3.pum.univ-tlse2.fr/

J.M. Minovez, C. Verna et L. Hilaire-Perez, Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, PUM, 2013, 310 pages.

Les industries n’ont pas été exclusivement localisées en ville et en banlieue, elles n’ont pas attendu la « Révolution industrielle » pour se développer et les usines n’en furent pas le seul espace de production : nombreux sont aujourd’hui les travaux qui permettent de le démontrer. L’industrie est née dans les campagnes européennes. Mais que furent exactement les industries rurales au Moyen Âge et à l’Époque moderne ? Comment les reconstituer, les définir pour mieux en étudier les spécificités ? Pour y parvenir, les études rassemblées dans ce volume analysent les structures d’intégration des activités industrielles : l’organisation spatiale de la production et les circuits de sa commercialisation, la pluriactivité des producteurs et, à l’interface des processus productifs et marchands, les fonctions multiples de l’entreprise inscrites dans les campagnes dès le Moyen Âge. L’ouvrage propose ainsi un précieux tour d’horizon de l’historiographie européenne, non seulement la plus traditionnelle, centrée sur le concept de proto-industrie dont il interroge toutes les facettes et les enrichissements récents mais également grâce au choix de la longue durée, l’historiographie la plus neuve qui fournit à l’industrie des périodes anciennes sa légitimité scientifique.

 

TABLE DES MATIÈRES

Jean-Michel Minovez, Catherine Verna, Liliane Hilaire-Pérez   L’industrie des campagnes : retrouver la longue durée

Mathieu Arnoux Districts industriels, régions de production, marchés  (Europe, XIIe-XVe siècle). Quelques pistes de réflexion

Andrea Barlucchi L’industrie de la laine dans le territoire florentin (XIIe-XVe siècle).

Chris Dyer  L’industrie rurale en Angleterre des années 1200 à 1550 : géographie, sociologie et organisation de la production et des marchés

Íñigo Mugueta Moreno Les territoires de la sidérurgie médiévale au Pays basque et en Navarre

Catherine Verna Pour une approche biographique de l’entreprise rurale au Moyen Âge.

Germán Navarro Les industries rurales dans la Couronne d’Aragon au XVe siècle.

Mohamed Ouerfelli Ficarazzi : un centre industriel de production du sucre au XVe siècle.

Jean-Marie Yante Recrutement entrepreneurial, financement industriel et pluriactivité entre Meuse et Moselle (XIVe-XVIe siècle).

Jacques Bottin Entre ville et campagnes : réflexions sur les modes de développement de la production textile dans l’Europe du premier Âge moderne

Craig Muldrew L’importance du filage comme activité rurale en Angleterre, 1550-1770.

Corine Maitte, Didier Terrier Pour reconsidérer les logiques spatiales de l’essaimage proto-industriel. La manufacture d’Aumale vers 1715.

Agustín González Enciso Les facettes de la pluriactivité dans les industries rurales de l’Espagne moderne.

Jean-Pierre Poussou Les industries rurales dans le Sud-Ouest de la France au XVIIIe siècle

Pat Hudson Une nouvelle approche des industries rurales et du processus d’industrialisation en Grande-Bretagne

Jürgen Schlumbohm La diversité des régions linières en Allemagne (XVIIe-début du XIXe siècle).

Jean Cantelaube, Olivier Codina Les territoires pyrénéens de la sidérurgie à la catalane. Des ressources de l’écosystème aux demandes des marchés (XVIIe-XIXe siècle)..

Carlo Marco Belfanti Des industries rurales aux districts industriels ? Le cas de l’Italie du Nord, du XVIe au XIXe siècle.

 

Sommaire-FLA33

L’emprise du vol – Marie Thébaud-Sorger, Nathalie Roseau

EDVOL_frontcover

L’emprise du vol. De l’invention à la massification : histoire d’une culture moderne/,* éditions MetisPresses (Genève)

http://www.metispresses.ch/shop/lemprise-du-vol/

L’ouvrage traite de l’aéronautique et de son imaginaire, à travers une approche pluridisciplinaire – articulant notamment les champs de l’histoire des techniques, de l’histoire culturelle et politique et de l’histoire visuelle.

DESCRIPTION DE L’OUVRAGE

Comment l’expérience du vol a-t-elle transformé notre vision du monde?

Ce livre a pour ambition de comprendre l’empreinte profonde du vol aérien, né à la fin du 18e siècle, sur la culture moderne. À cet effet, il envisage la culture aérienne sur la longue durée et selon diverses problématiques transversales et diachroniques: les pratiques du vol, les frontières géopolitiques, les récits et médiations, les expériences sensitives, les nouvelles spatialités. Nombre d’objets et de figures incontournables y sont abordés tels que les machines aéronautiques, le pilote, l’aéroport, l’entreprise, l’enthousiasme populaire, les productions artistiques, la vue aérienne, les pratiques du voyage.

Construit autour de onze études de cas représentatives, et incluant une riche iconographie qui vient ponctuer ce panorama, /L’emprise du vol/ met en relation des approches jusque-là disséminées, de la littérature à l’urbanisme, de l’histoire de l’art à l’esthétique, de l’histoire des techniques à l’histoire politique. Marqué par son ouverture transdisciplinaire et transnationale, cet ouvrage témoigne du processus de globalisation qui a façonné l’émergence de la conquête de l’air et qui, loin d’être synonyme d’uniformisation, révèle un rapport nouveau au territoire, à l’environnement et à la matérialité de notre monde contemporain.

TABLE DES MATIERES

Introduction / /Les empreintes du vol, une culture de la modernité///

*Nathalie Roseau / Marie Thébaud-Sorger*

PARTIE I / PRATIQUES DU VOL ET CONSTRUCTION DE L’HÉROÏSME

/Les héros de l’air. Figures et nouveaux modèles de masculinité dans la première moitié du 20//e //siècle///

*Claude D’Abzac-Epezy*

/Voler ou piloter? Les pratiques professionnelles à l’épreuve de l’automatisation///

*Caroline Moricot*

PARTIE II / TRANSNATIONALISME ET TERRITOIRES POLITIQUES

/Les routes aériennes. Visions politiques et imaginaires nationaux dans la Norvège de l’entre-deux-guerres///

*Rune Hovd*

/Europlane! Politiques et images de l’Airbus «Européen» (1967-1992)///

*David Burigana*

PARTIE III / FABRIQUE DES HISTOIRES

/La grande nouvelle aérienne. Passion et peur de l’aviation au travers de la carte postale (1890-1914)/

*Guillaume de Syon*

/Icare à Chicago. Contre-jour de Thomas Pynchon ou l’éthique de la réversibilité du regard/

*Gilles Chamerois*

Expériences aériennes

/L’air comme matière. Champs d’exploration pour les artistes///

*Andrea Urlberger*

PARTIE IV / EXPÉRIENCES SENSITIVES ET VISUELLES

/Cinématisme et construction du regard. En dirigeable sur les ruines de la guerre (1918-1919)/ *Teresa Castro*

/Projeter la grande échelle. L’aménagement du littoral aquitain (1967-1988)///

*Frédéric Pousin*

PARTIE V / SPATIALITÉS HYPERMODERNES

/Le Jet Age. Optimisme technologique et pensée de l’obsolescence/

*Vanessa R. Schwartz*

/Le paradigme de la frontière. L’aéroport, miroir de la condition urbaine///

*Nathalie Roseau*

 

Éditeur(s) scientifique(s): Marie Thébaud-Sorger, Nathalie Roseau

Collection: vuesDensemble

ISBN: 978-2-94-0406-82-1

Date de publication: 15.10.2013

Nombre de pages: 208

34 EUR

http://www.metispresses.ch/shop/lemprise-du-vol/

 

 

 

 

Les sources de l’histoire des patrimoines : comment et où mener une recherche ? en ligne (2e éd.) – INP

Le centre de ressources documentaires de l'Institut national du
patrimoine vient de mettre en ligne dans la médiathèque numérique la
seconde édition du dossier de formation sur _LES SOURCES DE
L’HISTOIRE DES PATRIMOINES : COMMENT ET Où MENER UNE RECHERCHE ?_
Ce dossier rassemble les réflexions menées en 2010 et 2012 autour de
cette problématique et constitue un document de référence utile aux
professionnels et chercheurs pour l'identification des sources
archivistiques, permettant de documenter l'histoire du patrimoine bâti
et des objets mobiliers ainsi que les nouveaux outils permettant d'y
accéder : guides, bases de données, autres instruments de recherche
majeurs.
LES SOURCES DE L’HISTOIRE DES PATRIMOINES : COMMENT ET Où MENER UNE
RECHERCHE ? http://mediatheque-numerique.inp.fr/index.php/content/download/8579/114791/version/9/file/Sources_histoire_des+patrimoines_2013.pdf

Christiane Demeulenaere-Douyère : « L’architecte François Cointeraux (1740-1830), infatigable promoteur de la construction en pisé de terre » mardi 10 décembre 2013 de16h-18h.

cointeraux

Cointeraux(1)_biblio_séminaire 2013-2014

Prochaine séance du séminaire « Architecture et fabrique du territoire en Europe, Moyen Âge-époque moderne »
le mardi 10 décembre 2013, 16h-18h.

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré) :
« L’architecte François Cointeraux (1740-1830),infatigable promoteur de la construction en pisé de terre ».

Université Denis Diderot-Paris 7, Halle aux Farines, place Vidal-Naquet, 75013 Paris, salle 314 B.

Entrée libre.

Séminaire Ingénieurs et société – Le roman secret de Henri Poincaré – 13 déc. 2013

Séminaire Ingénieurs et société

organisé par Claudine Fontanon et Irina Gouzevitch

vendredi 13 décembre de 10 h à 12h

EHESS-190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare) salle  2

Notre invité sera Laurent ROLLET (Université de Nancy/ Archives Henri Poincaré) pour une conférence sur Le roman secret de Henri Poincaré

avec une introduction de Claudine FONTANON (EHESS/ Centre Alexandre Koyré) sur « Les ingénieurs à l’Académe des sciences (1860-1940)

Résumé de la conférence de Laurent ROLLET

Poincaré rédigea un roman complet dans les années 1879-1880. À cette époque il était dans une période de transition : il venait de prendre sa première résidence d’ingénieur des mines à Vesoul, un poste où il s’ennuyait beaucoup, et il se préparait à embrasser une carrière universitaire en terminant son doctorat et en travaillant sur les fonctions fuchsiennes. L’ouvrage semblait irrémédiablement perdu jusqu’à ce qu’on le retrouve, presque par hasard, en 2012.

Oscillant entre la comédie dramatique et la farce, il met en scène une histoire d’adultère dans une petite ville de province entre une dame de la bourgeoisie et un sous-préfet. Tout dans ce manuscrit de 80 pages prête à sourire : les personnages portent des noms comiques (M. de la Blanquette, M. Cidoux, M. Robinet de la Sapinière, Flicotin,), les quiproquos sont nombreux, le dénouement presque miraculeux et les analyses psychologiques sont fleuries d’aphorismes ou de généralisations morales qu’on ne peut lire qu’au second ou au troisième degré.

On pourrait voir ce roman – et c’est bien ainsi qu’il a été traité par la plupart des biographes qui en ont fait vaguement état – comme une simple parenthèse dans une carrière par ailleurs bien remplie. Il est pourtant bien plus que cela. En premier lieu, il constitue un document inédit sur les pratiques littéraires des savants, pratiques sur lesquelles on a finalement assez peu d’exemples. Il prolonge de plus une pratique d’écriture quotidienne que l’on peut suivre dans sa correspondance d’étudiant et dans laquelle il insère fréquemment des poèmes ou des mises en scène théâtrales de ses visites mondaines ; il nous renseigne donc sur son mode de vie à cette époque, sur la manière dont il organisait son temps entre travail et loisir, et, peut-être aussi sur ses ambitions littéraires. Enfin, il constitue une fenêtre ouverte sur son imaginaire littéraire ainsi que sur ses représentations sociales, politiques et culturelles…