Soutenance – Elodie VOILLOT Créer le multiple : la Réunion des fabricants de bronze (1839-1870)- 29 janvier 2014

 

IMAGE VOILLOT

Elodie Voillot

Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense / École du Louvre

Soutenance de thèse de doctorat, Créer le multiple : la Réunion des fabricants de bronze (1839-1870)dirigée par Mme Ségolène Le Men et Mme Catherine Chevillot.

29 janvier 2014, à partir de 9h30 dans la salle René Rémond (B015), bâtiment B, à l’Université Paris-Ouest-Nanterre- La Défense

Le jury sera composé de : Mme Claire Barbillon, Maître de Conférences HDR, Université Paris-Ouest ; Mme Catherine Chevillot, Conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée Rodin ; M. Sébastien Clerbois, Chargé de cours, Université libre de Bruxelles ; Mme Anne-Françoise Garçon, Professeur d’histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Mme Ségolène Le Men, Professeur d’histoire de l’art, Université Paris-Ouest, membre de l’IUF ; M. Bertrand Tillier, Professeur d’histoire de l’art, Université de Bourgogne.

Ferdinand Barbedienne et Achille Collas, Vénus de Milo, bronze, 2e moitié du xixe siècle, H. 0,17 m, Paris, musée Gustave Moreau ©RMN-Grand Palais / René Ojéda

Elle se tient debout, la tête délicatement inclinée, une épaule un peu plus haute que l’autre. De son chignon bas, dans lequel est ramassée sa chevelure, s’échappent quelques mèches qui retombent sur sa nuque. Pour l’instant, elle nous tourne le dos ; un dos sensiblement plié en avant, comme lorsque l’on contracte le ventre par défense. Par pudeur, aussi. Le drapé roulé sur ses hanches dévoile un buste ferme à la musculature délicate. Sa taille est soulignée par la légère torsion qui anime son corps, encore amplifié par l’avancée de sa jambe gauche au genou replié. Elle est immobile. Elle a seulement arrêté son mouvement. Au sortir de l’eau, Aphrodite n’a ceint sur ses reins qu’une étoffe. Cette Vénus de Milo-là est noire. Sur la patine sombre de son épiderme, la lumière joue, glisse le long de sa colonne vertébrale, s’enfonce dans les plis et les commissures, comme pour ne plus jamais en sortir. Pourtant, il ne tient qu’à nous de nous en saisir et de tout bouleverser. Et alors, de découvrir son visage, ses yeux vides, minuscules, mais présents. Sous la chaleur de la paume, le bronze s’anime, vit, palpite. Dans la main, la déesse antique trouve une nouvelle grandeur, infinitésimale.

Au début du xixe siècle, plusieurs fabricants de bronzes parisiens décident de s’allier et de fonder une société : la Réunion des fabricants de bronze. Héritière de l’ancienne corporation des fondeurs, la Réunion propose un nouveau modèle de groupement professionnelpour accompagner les transformations contemporaines et le développement sans précédent que connaît l’industrie du bronze entre 1839 et 1870. Portées par des innovations techniques, telle que l’invention de la machine à réduire, de nouvelles questions commerciales, juridiques et esthétiques, se posent alors aux acteurs de cette industrie. Comment promouvoir les productions parisiennes sur un marché de plus en plus international ? Comment lutter activement contre la contrefaçon des modèles qui sévit ? Comment faire reconnaître la valeur esthétique d’ouvrages relevant tant de l’art que l’industrie ? Dans une société marquée par la multiplication des images et des objets, à un moment où le souci de la démocratisation de l’art devient un enjeu politique, l’édition de sculptures participe à la constitution d’une culture visuelle tout en posant les prémisses d’une conception du multiple comme œuvre d’art.

À travers l’étude de la Réunion, de son fonctionnement et, plus spécifiquement, de son rôle de tribunal arbitral, l’enjeu de cette thèse est de comprendre comment les actions pour la reconnaissance juridique du caractère artistique de productions industrielles s’articulent avec une conception spécifique de la reproduction comme création.

 

 

 

 

Techn’Old week – 5 au 8 mars 2014

logo rmtt

Invitation Techn’Old Week

L’association Les Atomes Crochus a le plaisir de vous inviter à sa « Techn’Old week« , une semaine intergénérationnelle autour des objets technologiques d’hier et d’aujourd’hui.

Ateliers, projections, musée participatif et autres surprises vous attendent à l’espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes à Paris du 5 au 8 mars prochains. Vous êtes tous les bienvenus ! Le programme est en pièce jointe.

Par ailleurs, nous vous rappelons qu’il est encore possible de participer à notre concours vidéo : http://www.tes-techniques.fr/le-concour

Joyce Weil

Séminaire Corps, techniques et société – CETCOPRA

GT 41 de l’Association Française de Sociologie « Corps, techniques et société »

Séminaire public 2014

« Au carrefour des médecine et du métissage des pratiques : corps et représentations »

Mardi 16h00-18h30

Lieu : CETCOPRA – Université Paris 1. 17, rue de Tolbiac. 75013 Paris. 5ème étage (RER C ou Métro ligne 14, bus 62 ou 89) Responsables : Marina Maestrutti (Cetcopra, Paris 1), Valérie Souffron (Cetcopra, Paris 1)

A travers l’approche socio-anthropologique qui le caractérise, et en continuité avec l’intérêt porté aux technologies médicales de mise en image des corps, le GT41 poursuivra ses activités en interrogeant plus généralement les lieux et les contextes (sociaux, culturels, historiques, théoriques et pratiques) dans lesquels ces technologies prennent sens et contribuent à la construction des savoirs. Notre préoccupation pour l’entre-deux des problématiques touchant aux corps et aux techniques essayera cette année d’interroger les croisements des médecines, de leurs représentations, de leur pratiques. En valorisant la dimension anthropologique et culturelle des pratiques des santé, on explorera comment la biomédecine contemporaine non seulement se confronte avec la diversité des contextes locaux et des moyens d’accès, mais aussi à celle des traditions médicales et du sens donné à la maladie et à ses manifestations. Soigner le corps et l’esprit suscite partout des attentes, des interprétations, des revendications et les technologies médicales participent à ce questionnement de manière significative : comment concilier les espoirs suscités par la médicalisation et les inégalités d’accès aux soins ? Comment faire face aux déceptions individuelles et collectives confrontées à l’échec des promesses, ou à leur réalisations limitées ? Du point de vue des pratiques, comment se construisent les itinéraires thérapeutiques des individus au croisement des croyances, des visions du monde et des options offertes ? Du point de vue des connaissances, il s’agira de poursuivre l’

interrogation sur les mises en sens et les mises en savoirs provoquées par les technologies, par ceux qui les conçoivent, ceux qui les utilisent et enfin par les contextes de leur appropriation.

Ces questions générales seront abordées par des ethnologues, des anthropologues, des juristes, des historiens, des sociologues, des philosophes ou encore des praticiens, à partir de leurs recherches respectives.

Mardi 4 février 2014

Lucia Candelise (REHSEIS/CHSPAM, SPHERE, CNRS), Médecine complémentaire et médecine conventionnelle : la rencontre de différentes cliniques et pratiques.

Le cas de l’acupuncture

Caterina Guenzi (CEIAS, EHESS), Pierres et pyramides. Objets thérapeutiques dans les savoirs divinatoires indiens

Mardi 4 mars 2014

Bernard Andrieu (Université de Lorraine, CNRS, MSH Lorraine), Pratiques et épistémologie de l’autosanté

Sylvie Fainzang (INSERM, Cermes 3/CNRS-INSERM-EHESS-UPD), L’automédication :

enjeux de l’autodiagnostic et de l’autonomie

Mardi 1 avril 2014

Augustin Emane (Université de Nantes, MSH Ange Guépin), Le « savoir-voir » du thérapeute : pratiques de soin et représentations de la maladie dans la médecine d’Albert Schweitzer au Gabon

Anne-Marie Moulin (SPHERE, CNRS), Le labyrinthe du corps : médicalisation et technologies de pointe dans les pays musulmans

Mardi 6 mai 2014

Céline Lafontaine (Université de Montréal), Le corps du biocapital

Joëlle Vailly (Inserm, Iris/CNRS-Inserm-EHESS-UP13), Le nœud biopolitique de la naissance : les dépistages de maladies génétiques

Sans inscription – contacts : valerie.souffron@orange.fr   marina.

maestrutti@uni-paris1.fr  valerie.souffron@univ-paris1.fr Sites : http://www.univ-paris1.fr/centres-de-recherche/cetcopra/ ; www.afs- socio.fr

 

De l’Aéronautique à la Culture Aérienne – 6 février 2014

 2EDVOL_frontcover

  De l’Aéronautique à la Culture Aérienne

Séance du séminaire La recherche aéronautique Claudine Fontanon (EHESS/CAK), Marie Thébaud-Sorger( CRH/GRHEn, Paris7 ICT)

Autour de l’ouvrage

L’emprise du vol

De l’invention à la massification, Histoire d’une culture moderne

Metispresses, 2013

Jeudi 6 février 201  14h00 – 17h30

Centre Alexandre Koyré

27 rue Damesme-75013 Paris – 5e étage, salle de séminaire

Cette journée s’inscrit dans le prolongement du séminaire engagé depuis deux ans à l’EHESS « La Recherche aéronautique : acteurs, espaces, pratiques ». Nous y avons poursuivi  la construction d’une histoire de l’aéronautique qui tendait à élargir le champ d’une approche centrée sur l’histoire de l’industrie – l’histoire des avionneurs, des « objets » et des compagnies aériennes – en nous focalisant sur les liens entre les milieux de l’innovation, la recherche fondamentale et appliquée, et la naissance à différentes périodes de contextes propices d’expérimentations et de politiques de recherche, en relation avec les développements entrepreneuriaux.

La sortie de l’ouvrage L’emprise du vol. De l’invention à la massification : histoire d’une culture moderne, Nathalie Roseau, Marie Thébaud-Sorger (eds), MetisPresses, 2013, est l’occasion, en envisageant la dimension proprement culturelle, de réexaminer des problématiques transversales soulevées par l’émergence du vol dans les sociétés contemporaines. Il s’agit ici d’aborder la  manière dont le territoire aérien se construit par des appropriations techniques, sociales, politiques, artistiques. Que changent-elles dans la perception et les sensations des échelles du territoire (espace géopolitique, rapport au paysage et aux espaces urbains), dans les pratiques de mobilités (celles du voyage, du commerce, du quotidien) ? Comment génèrent-elles de possibles attentes et imaginaires (récits, images, culture matérielle, invention technique), tout en réinscrivant ces processus dans des contextes de réceptions précis (guerres et reconstruction, mondialisation et tensions environnementales, etc.) ?

Histoire, littérature, culture visuelle, histoire entrepreneuriale, art contemporain, socio anthropologie, urbanisme et architecture, l’ouvrage montre combien ces domaines sont transformés et symétriquement transforment en retour la portée de l’aéronautique. A partir de cet objet, il propose, plus largement, un questionnement sur la vertu de l’interdisciplinarité pour la recherche que la rencontre souhaiterait prolonger.

Introdution Nathalie Roseau (LATTS-ENPC) et Marie Thébaud-Sorger
Tables rondes animés par Larissa Zakharova (CERCEC/EHESS), Sophie Poirot-Delpech (CETCOPRA/ParisI), Jean-Marc Besse (Geographie-cités),avec les contributeurs de l’ouvrage : Claude d’Abzac Epezy, David Burigana, Teresa Castro, Gilles Chamerois, Caroline Moricot, Frédéric Pousin, Andrea Uelberger

 

 

 

 

Médecins et ingénieurs des Lumières – 24 janvier 2014

Séminaire Les ingénieurs et la société 24 janvier de 10h  à 12h

Antoni ROCA ROSEL (Ecole supérieure technique des ingénieurs industriels de Barcelone) : « Médecins et ingénieurs à l’époque  des Lumières :  Francesc Salva i Campillo et Francesc Sanponç i Roca »

à l’EHESS 190 Avenue de  France, 75013 Paris

salle 2   ( rez de chaussée)

Claudine Fontanon   Irina Gouzevitch

EHESS/ Centre Alexandre Koyré  EHESS/                 Centre Maurice Halbwachs

Boris Vian, un ingénieur très parisien par Jean-François Belhoste, Mardi 21 janvier à 17 h 30

Boris Vian, un ingénieur très parisien

conférence de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes-études, membre de l’association Centrale-Histoire

mardi 21 janvier 2014, à 17 h 30,

Conférence de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France

1513251_731740260178151_1296022051_n
Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville ou Rambuteau).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’itinéraire personnel de Boris Vian s’inscrit tout entier dans le cadre parisien. Entré à l’Ecole centrale des arts et manufactures, il y fit sa scolarité rue Montgolfier, à deux pas du Conservatoire des arts et métiers, entre 1940 et 1942. Né à Ville d’Avray (Hauts-de-Seine), il avait fait ses classes préparatoires au lycée Condorcet. Et c’est place de la Bourse qu’il trouva son premier emploi à l’Association française de normalisation (Afnor) où il resta jusqu’en 1946 et écrivit ses premiers romans. Amoureux du jazz, Vian passait cependant ses soirées à jouer de la trompette dans les caves, ce qui le conduisit à Saint-Germain-des-Prés où il côtoya Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir au café de Flore et aux Temps Modernes. Son œuvre non seulement se ressent de cette vie toute parisienne, mais exprime aussi, à peine voilée, sa formation axée sur la technique et les sciences appliquées. L’Association des Centraliens a choisi Boris Vian comme « Centralien de l’année 2013 » et la promotion des élèves de cette année porte son nom.

 

Prochaine séance du Séminaire Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes Jeudi 23 janvier de 16 h 30 à 18 h 30, Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 115

Séminaire Transferts techniques dans les sociétés non industrielles passées et présentes 
 
Prochaine séance  :
Jeudi 23 janvier de 16 h 30 à 18 h 30.
Lieu : Univ. Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges 8 rue Albert Einstein 75013 – salle 115
 

Parviz Mohebbi (UMR 7528 Mondes iranien et indien)

« La circulation et la connaissance des objets techniques européens en Iran »

 
Organisateurs du séminaire :
Yoshio Abé
Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin Lyon III-UMR 7041 ArScAn
Cozette Griffin-Kremer
Liliane Hilaire-Perez, EHESS, Université Paris-Diderot Paris VII
Haris Procopiou, Université Panthéon-Sorbonne Paris I-UMR 7041 ArScAn
 

Nous nous intéressons aux modalités de circulation des savoir-faire et des objets techniques – à l’état de matières premières, d’ébauches ou de produits finis – dans les sociétés non industrielles, y compris les sociétés sans écriture passées ou présentes. Ces transmissions peuvent s’opérer d’un groupe voisin à un autre, par emprunt ou diffusion, mais aussi d’une génération à l’autre. De plus, les techniques font l’objet d’adaptation à des besoins différents ou de perfectionnements. Enfin, les  circulations peuvent marquer des arrêts. Ce sont les arythmies mises en évidence par Jean Guilaine au Néolithique. En étudiant des cas concrets, nous examinerons ce que l’on peut percevoir de ces différentes modalités, à partir des traces matérielles et des sources textuelles à notre disposition. Nous verrons les difficultés que rencontrent l’archéologue et l’historien pour reconnaître ces transferts, plus faciles à appréhender en contexte anthropologique actuel.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Prochaine séance du séminaire « Penser/classer les collections techniques » Vendredi 24 janvier 15-19h, Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)

Séminaire Penser / classer les collections techniques
Prochaine séance :
Vendredi 24 janvier 15 – 19 h – Demi-journée « Penser/classer les collections ethnologiques »
 
Lieu : Institut du Monde anglophone de Paris 3 (5 rue de l’École de Médecine, 75005)
 
Programme :
• Susanne Mersmann (Université Johannes Gutenberg-Mayence) : « Le statut et la définition de l’objet au Palais du Trocadéro à la fin du XIXe siècle ».
• Dominik Collet (Université de Heidelberg) : “Staging Separation – Distant worlds in early museums”.
• Jeanna Tchistiakowa (Musée ethnographique de la Russie) : « Le musée ethnographique de la Russie et son système d’inventaire de sa fondation (1895) à nos jours ».
Organisateurs du séminaire :
Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin (Lyon-III) et UMR 7041 ArScAn
Christiane Demeulenaere-Douyère, Centre Alexandre Koyré, Paris
Liliane Hilaire-Perez, EHESS et Université Paris-Diderot (Paris-VII)
Valérie Nègre, École nationale supérieure d’Architecture de Paris La Villette et UMR AUSser
Fabien Simon, Université Paris-Diderot (Paris-VII)
Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne-Nouvelle (Paris-III)
Koen Vermeir, CNRS-UMR 7219 SPHERE
Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.
In this seminar, we reflect on the way curators and researchers think about techniques collections – objects, archaeological remains, texts, books. We will discuss how these collections are formed as well as the research methods used to study these collections. Collections are dependent on the intellectual and material conditions in which they have been formed, on procedures of inventory and classification, on methods of identification and labelling. Furthermore, researchers who study technical collections are often brought to
question the criteria of classification that have guided their constitution. At stake are thus the confrontation and analysis of research methods for technical collections, as well as a study of their formation.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les instruments d’optique et leur fabrication – 15 janvier 2014

Séminaire Histoire de la lumière

2013 11 17 Séminaire Histoire de la Lumière Programme détaillé final
Les instruments d’optique et leur fabrication

15 janvier de 14h30 à 17h30 à l’Université Paris Diderot immeuble Condorcet, salle Juan Gris (734A).      

Paolo BRENNI (CNR, Fondazione Scienza e Tecnica, Museo Galileo, Florence)   : Le verre optique : histoire, fabrication, utilisation                                        

Jim BENNETT  (Museum of History of Science, Oxford University): Robert Hooke and practical optics: the case of the telescope

Présentation
Ce séminaire a pour objet de réfléchir autour de questions relatives à l’optique théorique et l’optique instrumentale, à leurs modes d’interaction, ainsi qu’à leurs liens avec d’autres domaines, telle l’astronomie. Il s’agit donc d’explorer à la fois les champs théoriques et instrumentaux dans le domaine de la lumière. Les questions qui seront à examiner concerneront ainsi les instruments, les modes d’interprétation théorique, les liens entre expérience et théorie et enfin les conditions et possibilités de réinvestissement de ces différents domaines dans le cadre de l’enseignement.

(CAPHES-ENS, SPHERE-Univ Paris-Diderot, GHDSO-Univ Paris-Sud)

Histoire transnationale des Arts décoratifs – 13 janvier 2014

Formation doctorale de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (ED 514) :

Histoire transnationale des Arts décoratifs

lundi 13 janvier 2014 (16h-18h) en Salle16, Institut du Monde anglophone,

Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris.

– Estelle Thibault (Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS/ UMR AUSSER 3329) : Gottfried Semper à l’Exposition universelle de Londres : réordonner le bazar mondial.

-Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Esquisse pour une histoire transnationale des premiers Musées des Arts décoratifs.

Céline Trautmann-Waller

 

CFP ICOHTEC pour le 20 janvier 2014 – East -West Transfer of Technology during the Cold War

 East -West Transfer of Technology during the Cold War

Description_Technology Transfer Session-v5-final

The Cold War period (1947 – 1989) was a transition from wartime constellations to low-tension ones. Circumstances during the Cold War were strained but without open military conflicts between the two big political blocks. Although these years have been described as a period of icy relations between East and West, the period, nevertheless, had another – cooperative – side. Under the epithet “peaceful co-existence”, various kinds of technology was exchanged across the “Iron Curtain,” and this activity is the theme of our session proposal for which we invite contributions from you.

The session proposal will be submitted to the Programme Committee of the 41st ICOHTEC Symposium, which will be held in Brasov, Romania on 29 July – 2 August 2014. The general theme of this meeting is “Technology in Times of Transition”. Potential contributors are invited to send their paper proposals to Timo Myllyntaus (timmyl@utu.fi) by 20 January 2014.