Présentation du film « Bois et Zellij », Mohamed Abdeljalil El Hajraoui Professeur de l’enseignement supérieur à l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine

Mercredi 19 mars 2014

à 17 heures

à l’Institut de Paléontologie humaine

1 rue René Panhard, 75013 Paris

Mohamed Abdeljalil El Hajraoui
Professeur de l’enseignement supérieur à l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine
Préhistorien
Directeur du Patrimoine Culturel du Maroc (2000-2006)
Présentera son film : « Bois et Zellij »
 
« Bois et Zellij »
Dans la série « Corps de métiers traditionnels de la naissance à nos jours »
Production 2M
Réalisation A. Talbi
Scénario et textes M. A. El Hajraoui
Musique S. Chraibi
Année 2009

Durée 40’

28 mars 2014-LE DESSIN D’ARCHITECTURE : ŒUVRE/OUTIL DES ARCHITECTES ?

LE DESSIN D’ARCHITECTURE : ŒUVRE/OUTIL DES ARCHITECTES ?

Vendredi 28 mars 2014, de 14h à 18h30
en Grande salle de l’École nationale des chartes,
sous la direction d’Agnès Callu et de Jean-Michel Leniaud

Demi-journée d’étude organisée par l’École nationale des chartes et le Labex CAP pendant la semaine des salons de dessin et en collaboration avec DRAWING NOW PARIS 2014

Présentation

L’École nationale des chartes, en partenariat avec DRAWING NOW PARIS et le Labex CAP (Création, Arts et Patrimoines), organise une journée d’étude sur le dessin d’architecture. Cet après-midi pluridisciplinaire se propose de réfléchir, en longue durée, à la valeur esthétique et à la fonction sociale d’un « geste graphique » à la confluence de l’Ars et de la Teckné. Mobile dans ses qualifications et ses modes de représentations, il répond à des usages pluriels à l’intérieur de l’espace créatif autant que sur le registre de l’analyse.

Programme

Accueil par Christine Phal, présidente de DRAWING NOW PARIS

–   14h-14h30 : Introduction (Jean-Michel Leniaud, directeur de l’École nationale des chartes)

–   14h30-15h : Les dessins de l’art gothique (Étienne Hamon, Université Picardie Jules Verne)

–   15h-15h30 : Le Louvre et les Tuileries dessinés au siècle des Lumières (Guillaume Fonkenell, Musée du Louvre, École nationale des chartes)

–   15h30-16h : L’Europe architecturale du XVIIIe siècle : analyse des dessins (Basile Baudez, Paris IV)

–   16h-16h30 : Pause

–   16h30-17h : Charles Percier et le frontispice comme forme artistique (Jean-Philippe Garric, Paris I)

–   17h-17h30 : La machine optique de l’architecture : desseins et dessins de Jean-Paul Jungmann (Agnès Callu, École nationale des chartes/IHTP)

–   17h30-18h : La ville : dessin, design et architecture (Antonella Tufano, GERPHAU)

–   18h-18h30 : Conclusions (Pierre-Marc de Biasi, directeur de l’ITEM)

Les actes de la journée d’étude seront publiés fin 2014 / début 2015.

Infos pratiques :

19, rue de la Sorbonne
75005 Paris

+33 (0)1 55 42 75 00

Espaces des savoirs – La Société des Arts de Genève

Espaces des savoirs

accueil-eds

La Société des Arts de Genève

 www.espaces-des-savoirs.ch

http://www.infoclio.ch/fr/node/134145

http://www.unige.ch/communication/lejournal/journal87/article3/article3.pdf UNIGE_FINAL_J87_p4UNIGE_FINAL_J87_p4

UNE VIDEO : http://infoclio.ch/fr/node/134229

La plateforme Espaces des savoirs est liée à la recherche doctorale de Sylvain Wenger (Institut d’histoire économique P. Bairoch, Université de Genève). Ses recherches portent sur les modalités d’acquisition, de production et de diffusion de savoirs pouvant être utilisés à des fins technologiques dans le contexte du démarrage industriel en Suisse occidentale (1750-1850). Le site présente quatre cas d’études dont une cartographie d’échanges épistolaires entre la Suisse, la France et l’Angleterre, une représentation interactive des lieux de production à Genève autour de 1830, une base de données sur les Membres de la Société des arts de Genève entre 1776 et 1851), et une chronologie institutionnelle.

19 mars 2014-L’enseignement d’Antoine Desgodets à l’Académie (1721-1728)

desgodetsLancement

L’enseignement d’Antoine Desgodets à l’Académie (1721-1728).

La quadrature du savoir architectural moderne : ordonner, distribuer, mesurer et régler.

 

Ce projet de recherche, soutenu par l’Agence nationale de recherche (ANR), permet de mettre à disposition des lecteurs, amateurs et spécialistes, une première édition critique des quatre cours d’Antoine Desgodets portant sur les ordres, la commodité, le toisé et les servitudes.

Prononcés à l’Académie royale d’architecture de 1721 à 1728, les cours d’Antoine Desgodets constituent un jalon important dans la construction et la normalisation du savoir architectural à l’époque classique. Pendant plus de six ans, une équipe pluridisciplinaire d’une vingtaine de chercheurs s’est attelée à repérer les divers témoins manuscrits conservés à travers le monde, pour les transcrire et les collationner en vue de cette édition.

Cette présentation, produite dans le cadre de ce travail, constitue les premiers résultats de cette aventure

Elle se déroule le mercredi 19 mars 2014, de 17h30 à 19h30, à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari, 2, rue Vivienne, 75002 Paris (accès : 6 rue des Petits-Champs) entrée libre

Robert Carvais

CNRS, Centre de théorie et analyse du droit

ENSA Paris-Malaquais

Thomas Le Roux dir., Les paris de l’industrie, 1750-1920

Thomas Le Roux dir.,

Les paris de l’industrie, 1750-1920

Editions Créaphis, 2014

Le livre fait suite à l’exposition du même nom tenue au Réfectoire des Cordeliers en décembre et janvier 2014.

Ce livre d’histoire abondamment illustré propose une réflexion sur les rapports que Paris entretient avec l’industrie et son environnement depuis le milieu du XVIIIe siècle. Signe de l’entrée dans la modernité pour les uns, de régression sociale pour les autres, l’ère industrielle est assurément une période de profondes transformations du tissu urbain et d’importants bouleversements du champ économique et social pour les Parisiens. La redécouverte de cette histoire refoulée a paru nécessaire à l’historien Thomas Le Roux et quelques-uns des grands spécialistes de ces questions, afin d’identifier les activités industrielles et leurs conséquences sur le paysage, les dangers et les résistances à l’industrie, les processus de l’acclimatation industrielle.

Avec les contributions de Claire Barillé, Florence Bourillon, Jean-François Belhoste, Guillaume Carnino, Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, François Jarrige, Thomas Le Roux, Nicolas Pierrot, Bénédicte Reynaud, Paul Smith, Marie Thébaud-Sorger, Niels Van Manen, Denis Woronoff.

13 mars 2014 – La machine et le temps

 

*La machine et le temps*

Séminaire Machines et imagination, Pierre Cassou-Noguès, Koen Vermeir, ViktoriaTkaczyk

 13 MARS 2014

Salle 412B-Rothko, bâtiment Condorcet 4, rue Elsa Morante, 75013 PARIS

  Métro : Ligne 14, RER C, station : Bibliothèque François Mitterrand

http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?rubrique38

 

11h-13h

Paul Harris (Loyola Marymount Univ) :

« Probing the Depths of Time: Science, Philosophy, Poetics »

Elie During (Paris 10) :

« La machine simultanéiste : introduction au temps vertical »

14h30

Jimena Canales (Harvard University):

« Time Travel: Machines, Theories

and Desires »

Arnaud Regnauld (Paris 8):

 » ‘There are emptinesses to be filled with nothing but seeing — and in seeing, being nothing but that which fills our eyes with the ghosts of digital thoughtography’ – /Filmtext 2.0/ de Mark Amerika »

17h00

Darian Mecham (UWE, Bristol) :

Titre à préciser

 

Séance suivante le 14 mai

La machine et les cinq sens

Michael Wheeler (Stirling)

Andreas Mayer (Paris)

Margarete Vöhringer (Berlin)

Nicolas Wade (Dundee)

Kirian Murphy (university of Colorado)

James Williams (Dundee)

 

Koen Vermeir

Senior Research Fellow, CNRS

Laboratoire SPHERE (UMR 7219), 5 rue Thomas Mann – Case 7093, 75205 Paris Cedex 13, France

 

 

 

PRIX DE THESE SFHST 2014

PRIX DE THESE SFHST 2014

formulaire_candidature_sfhst_2014

Comme chaque année, fidèle à sa mission d’encouragement et de promotion des études relatives à l’histoire des  sciences et des techniques, la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST) récompense des travaux de recherche dans l’un ou l’autre de ces deux domaines.

En 2014, le  Prix de la thèse sera décerné à la meilleure thèse soutenue en histoire des sciences et des techniques entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2013. Il sera doté d’un montant de 1000 €.

Les candidats désireux de concourir doivent envoyer :
– un CV de deux pages maximum,
– leur rapport de thèse,
– une partie significative de leur thèse à leur convenance mais n’excédant pas 30 pages (Il est conseillé au candidat de présenter un document donnant à voir ses résultats et la méthodologie mise en œuvre dans ses travaux de doctorat plutôt que l’introduction ou la conclusion du mémoire de thèse.),
– une version électronique de leur thèse (en pièce jointe ou en CD-Rom)
– ainsi que le formulaire de candidature (cf. fichier joint) dûment complété, au plus tard le 15 avril 2014, à l’adresse suivante : marc.moyon@unilim.fr.

En retour, les candidats recevront à leur adresse électronique les coordonnées du rapporteur auquel ils devront adresser un exemplaire de leur thèse. Le Prix de la thèse de la SFHST 2014 sera remis solennellement lors de l’Assemblée Générale de la Société qui se déroulera à l’automne 2014 (la date sera communiquée ultérieurement).

Pour toutes questions, vous pouvez à me contacter ou vous connecter sur le site de la SFHST (Rubrique ‘Prix de Thèse’). Surtout, n’hésitez pas à faire connaître ce prix de la thèse dans votre laboratoire…

Très cordialement,
Marc Moyon (Pour la SFHST)

Marc Moyon
Maître de Conférences, Université de Limoges

Atelier Internet

Atelier Internet

ENSENSSIBCIPH

Éric Guichard, équipe Réseaux, Savoirs & Territoires

2013-2014

L’Atelier Internet est un séminaire fondé en 1995 à l’ENS (rue d’Ulm) par Éric Guichard.
Il a son pendant lyonnais depuis 2006 (à l’ENSSIB): l’AIL (Atelier Internet Lyonnais).

 

Avec la participation de Pierre-Antoine Chardel, Henri Desbois, Christine Ducourtieux, Andrew Feenberg, Eric Guichard, Stéphane Lamassé, Vassili Rivron, Philippe Rygiel.

 

 

Plus d’informations à l’URL http://barthes.ens.fr/atelier/

Les deux séminaires sont ouverts à tous.
Pour s’inscrire, contacter Eric point Guichard at ens point fr (ou at enssib point fr).

  • PARIS
    Les prochaines séances de l’Atelier Internet (à Paris) se tiendront les vendredis 14, 21 et 28 février, 7, 14 et 28 mars, 4 avril et 16 mai 2014.Elles auront lieu à l’Ens-Ulm (45, rue d’Ulm, 75005 Paris), en salle U/V (département de mathématiques et applications, au fond de la cour Pasteur, 2e sous-sol), de 17h à 19h30, sauf le 28 mars (salle W, 3e étage).

    Le programme qui suit est provisoire. Notamment, les dates et titres des exposés sont susceptibles d’être modifiés.
    Les premières séances permettent de caler le séminaire, en précisant sa perspective épistémologique.

    • 14 février. Éric Guichard. L’écriture comme clé d’analyse de l’internet. Artisanat et industrie de l’écrit. Évolution des professions intellectuelles. Épistémologies des SHS.
    • 21 février. Éric Guichard. Relations entre écriture et technique. Dimensions techniques et sociales de l’activité intellectuelle. La question de l’interprétation. Culture de l’écrit, proximités entre technique et culture. L’inséparabilité de la technique et des discours à son sujet.
    • 28 février. Éric Guichard. Quels enseignements, de la maternelle à l’Université, qui intègrent méthodes, savoirs, savoir-faire et théorie critique, en lien avec les formes contemporaines d’écriture?
    • 7 mars. Vassili Rivron. Médias sociaux et affirmation ethnique en Afrique Centrale: des techniques intellectuelles entre objectivation et mutation culturelle.
    • 14 mars. Henri Desbois. Géographies actuelles et virtuelles de l’internet: L’Etat et la carte à l’ère de Google Earth.
    • 28 mars. Christine Ducourtieux et Stéphane Lamassé, introduits par Philippe Rygiel. Littératie contemporaine des historiens.
    • 4 avril. Andrew Feenberg. Présentation de son dernier ouvrage, Pour une théorie critique de la technique (Lux éditeur, mars 2014). Discutant: Pierre-Antoine Chardel.Séance co-organisée avec le LAboratoire «Sens et COmpréhension du monde contemporain» (LASCO, Université Paris-Descartes / Institut Mines-Telecom).
    • 16 mai. Bilan et perspectives.
  • LYON
    Les séances de l’Atelier Internet Lyonnais (AIL, à Lyon) se sont tenues les mercredis 27 novembre, vendredi 13 décembre (à 14h), mercredis 18 décembre 2013, 8, 15 et 24 janvier 2014, de 17h à 19h30 (sauf les 13 décembre et 24 janvier), à l’Enssib (17 Bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne).À la demande des participants, des séances exceptionnelles se tiendront entre février et juin 2014.
    Dates et thèmes seront précisés ultérieurement.

    • 27 novembre: Introduction et projets de l’année. Éric Guichard
    • Vendredi 13 décembre 14h: Mettre la lumière en boîte: pourquoi la photographie est devenue numérique. Gérard Berry, Professeur au Collège de France
    • 18 décembre: Mise en place des ateliers et groupes de travail, avec échanges théoriques et pratiques. Éric Guichard.
    • 8 janvier: Débat informel sur les groupes lyonnais impliqués dans les Fablabs, Hackerspaces et Medialabs.
    • 15 janvier: Construire un laboratoire de l’éducation (au) numérique, en ou hors l’Université. Éric Guichard. Salle 026-027.
    • 24 janvier. Journée d’étude Cartographies numériques, géographies du numérique (10h30-18h, amphithéâtre).
  • LYON et PARIS
    Trois manifestations furent communes aux deux séminaires:

 


Présentation 2013-2014

L’Atelier Internet s’appuie sur une théorie forte: l’écriture est une technique essentielle à l’activité intellectuelle et l’internet en est la version contemporaine: une écriture informatique et en réseau. L’écriture est aussi une technique souvent contraignante, dans la mesure où son efficacité ne peut se déployer qu’une fois stabilisée une culture de l’écrit: un ensemble de pratiques collectives, de méthodes, inventées, héritées ou adaptées, qui garantissent l’interprétation. La culture numérique n’est alors que le pendant contemporain de la culture de l’écrit.

En cela, le séminaire s’attache dans ses versions lyonnaise comme parisienne à relier les pratiques savantes du passé et du présent, en insistant sur leur rapport à l’écriture. Il participe d’une déconstruction des discours attachés à l’internet (l’utilisateur, la communauté, les usages, les promesses du futur, le numérique, etc.) tout en conjuguant études fines de pratiques en étroits collectifs, métrologie et géographie de l’internet, suivi (ou création) d’outils intellectuels inédits, analyses épistémologiques et philosophiques.

L’étude attentive des savoirs et savoir-faire liés aux écritures du passé et d’aujourd’hui, qui renvoie aux relations entre littératie, méthodes, culture et technique, permettra aussi aux participants de l’Atelier Internet de réfléchir aux possibilités de construction de la culture numérique via les institutions éducatives (école, lycée, Université). Ce qui permettra de prolonger et d’approfondir les questions d’éducation au sens large en relation avec l’outillage mental contemporain et avec la variété de ses producteurs, relayeurs, et plus largement médiateurs.

Séminaire ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE – 20 mars 2014

Séminaire

ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE :

GOTTFRIED SEMPER ET LES DÉBUTS D’UNE SCIENCE DES ARTEFACTS

Caroline van Eck (Université de Leyde), Patricia Falguières (EHESS), Odile Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI), Philippe Sénéchal (INHA).

Ehess, Musée Des Arts Décoratifs, Ensci, Inha, Université De Leyde.

Jeudi 20 mars 2014 à 18h00,

à l’INHA, salle Nicolas Fabbri de Peiresc, 2 rue Vivienne 75002 Paris :

Carla Yanni

Professeure d’histoire de l’architecture à Rutgers University, est l’auteur de Nature’s Museums: Victorian Science and the Architecture of Display,Baltimore, Johns Hopkins, 2000.

Nineteenth-Century Exhibitions and Museums in Great Britain:  Economic, Religious, and Evolutionary.

Nathan Schlanger

Archéologue, INRAP, UMR Trajectoires, Ecole du Louvre, éditeur de l’œuvre « technologique » de Marcel Mauss est l’auteur de nombreuses études sur l’histoire de l’archéologie et de l’anthropologie.

La science (préhistorique) entre art et industrie. Le musée de l’histoire du travail à l’exposition universelle de 1867.

 

L’objet du séminaire Arts-Innovation-Industrie est l’exploration de la notion d’« arts industriels» et de son champ sémantique, « industrie artistique», « Kunstindustrie », tel qu’il se déploie à travers l’histoire de l’art, l’industrie et les pratiques artistiques dans l’Europe du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

L’année 2013 / 2014 sera consacrée à Gottfried Semper (1803 -1879) dans son contexte européen. Architecte, théoricien de l’art et des « arts industriels », son œuvre écrite, nourrie des apports de la linguistique, de l’anthropologie, de l’archéologie, des sciences naturelles, est au cœur des débats sur l’art des XIXe et XXe siècles et ouvre des voies encore largement inexplorées à l’étude des pratiques contemporaines.

 

 

Séance suivante :

Jeudi 17 Avril : Sigrid de Jong.

 

Séminaire ouvert au public dans la limite des places disponibles.

Le séminaire ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE a lieu le premier jeudi de chaque mois, à 18H, à l’INHA, salle Nicolas Fabbri de Peiresc, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Attention la date du séminaire peut glisser d’un jeudi à l’autre chaque mois, il est donc impératif de s’inscrire à la mailing-list.

Contact et programmation exclusivement par inscription à la mailing -list :

artetindustrie@ehess.fr

LIED 10 juin 2014-«Les économistes ont ils des modèles de transition énergétique »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

       Thème «Les économistes ont ils des modèles de transition énergétique ?  » 

 

                                    Le 10 juin, de 14 à 17 heures, salle 454 A

 

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

 

 

   La transition énergétique est accompagnée de nombreux scénarios qui font l’objet de controverses. Pour analyser les modèles sous jacents avec le recul nécessaire, ce deuxième séminaire d’un cycle sur la modélisation donnera à un économiste le temps nécessaire pour amener à entrevoir où en sont en fait leurs propres modèles. Le troisième s’appuiera sur cette base pour poursuivre cette approche critique des scénarios censés orienter de façon judicieuse nos choix en vue d’une transition énergétique idéale.

 

 

14h Gaël Giraud (Economiste, PSE et REFI)

                 

Une revue critique des modèles néo-classiques

 

   La littérature dédiée aux modèles économiques néo-classiques, en dépit de sa grande diversité, possède un certain nombre de caractéristiques invariantes : le paradigme des anticipations rationnelles, le refus de distinguer entre macro- et micro-économie, l’épistémologie de Friedman, le refus des rendements croissants, l’absence ou la neutralité de la monnaie, etc. On proposera une revue critique de ces invariants.

 

15h Pause café

 

15h30  Gaël Giraud (Economiste, PSE et REFI)

 

Dynamique cyclique et instabilité à la Minsky. 

 

   On proposera une approche alternative à la littérature néo-classique, destinée à montrer qu’il est possible de construire des modèles économiques quantitatifs qui  échappent aux critiques (formulées dans l’exposé précédent). Ici, il s’agira d’une dynamique inspirée de Goodwin-Keen, exhibant des krachs financiers et autres comportements catastrophiques typiques de l’instabilité à la Minsky caractéristique de marchés dérégulés.

 

16h30 Débat final. Animateurs : Renaud du Tertre (Economiste, Paris Diderot) ;  Christophe Goupil (Physicien, LIED)

LIED 1er avril 2014-«Controverses dans les techno sciences »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

                         Thème «Controverses dans les techno sciences » 

 

             Le premier avril, de 14 à 17 heures, amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes

 

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

 

 

   La transition énergétique fait l’objet de nombreuses controverses qui mettent parfois les chercheurs et les ingénieurs dans des situations de militants. Des embryons de débats à ce sujet se sont présentés lors des précédents séminaires. Pour les analyser avec le recul nécessaire, la séance commencera par deux exemples complémentaires situés loin des passions que pourraient engendrer en séance les controverses typiques de la transition énergétique. L’exposé suivants abordera ces dernières avant de laisser place à une table ronde critique qui permettra d’aborder le débat final sur de saines bases.

 

              Attention ce séminaire n’a pas lieu dans la salle habituelle.

            L’amphithéâtre PGdG est au sous sol du bâtiment Condorcet.

 

 

14h Pierre-Henry Gouyon (Biologiste, Muséum d’histoire naturelle)                  

 

Quelle Nature pour quels Progrès ?

 

   La perception de la Nature joue certainement, dans la façon dont nous souhaitons exercer nos choix, un rôle fondamental. Depuis Buffon qui déclarait que « La nature brute est hideuse et mourante », certaines visions du progrès se sont situées clairement en opposition vis-à-vis de la Nature. D’autres promeuvent une Nature foncièrement bonne et qu’il conviendrait de ne pas modifier sous peine de commettre le crime de transgression. On peut légitimement se demander si l’irrationalité n’est pas équitablement partagée entre ces deux bords. Et ne serait-ce pas sur ce type d’irrationalité que s’amorcent les controverses dans tous les domaines ?

 

Se superpose à la controverse entre une nature bonne et une nature mauvaise, une dualité entre une nature stable et une nature en évolution constante. Sur ce dernier plan, il est curieux de constater qu’alors que la science a clairement montré que l’Évolution concernait l’ensemble des êtres, plusieurs oppositions se font jour. D’une part, l’opposition religieuse fondamentaliste ne peut accepter de perdre l’idée de ce monde stable où l’humain a été placé, au sommet d’une échelle des êtres. Même quand l’idée d’évolution est acceptée, on voit souvent des affirmations du genre « L’Évolution a créé les espèces et, à la fin, l’Homme est apparu ». Une telle présentation des faits ne sous-entend-elle pas : « maintenant, ça y est, c’est stabilisé, on est arrivé au bout » ? Les récentes controverses concernant l’utilisation des biotechnologies (et le brevet sur les insertions d’ADN) concernent, entre autres, ce point.

 

La question est de savoir s’il nous appartient de figer une situation en modifiant à la marge des acquis ancestraux ou s’il faut faire fonctionner des mécanismes naturels complexes. Les ressources offertes à l’agriculture par le milieu naturel sont-elles renouvelables ou données, créées par le passé, stables ? Doit-on tenter de conserver la biodiversité ? Doit-on considérer que les semences sont une ressource fixe offerte par un processus mystérieux depuis le néolithique ? Doit-on « freiner l’érosion des ressources génétiques » ou (re)mettre en place les conditions de l’Évolution, génératrice de diversité ? Doit-on concevoir l’activité agricole dans le sens d’une « agriculture minière » qui exploite sans renouveler ? Doit-on garder les ressources génétiques congelées dans un grand frigo souterrain, une « Arche de Noé » moderne ou cela n’est-il qu’une survivance biblique ? Autant de questions qui engagent comme on dit aujourd’hui l’avenir de la planète (entendez l’avenir des humains sur la planète). Le scientifique plongé dans ces questions doit-il rester neutre ? Parlons-en !

 

14h30 Francis Chateauraynaud (Sociologue, GSPR/EHESS)

 

Quelle théorie de l’argumentation pour la sociologie des controverses ?

 

Ces dernières années, les usages du terme de « controverse » se sont étendus au point de désigner peu ou prou tous les processus critiques qui traversent les sociétés contemporaines. C’est particulièrement saillant à propos des sciences et des technologies, des enjeux sanitaires, environnementaux ou énergétiques. Ce faisant, la forme « controverse » mérite d’être mise en variation, et en tension, avec d’autres formes, comme la « discussion », le « procès », le « conflit », la « polémique »  ou le « débat public.

 

Afin de lever un certain nombre d’ambiguïtés, voire de paralogismes, à l’œuvre dans les joutes polémiques  concernant les rapports entre les mondes scientifiques et les publics, l’exposé prendra ainsi appui sur des dossiers comme l’amiante, le nucléaire, les OGM, les nanotechnologies, la pollution atmosphérique, le changement climatique ou encore les  gaz de schiste, dont la description et l’analyse sur la longue durée sont en partie assurées par une équipe de sociologue numériques. Sur cette base il proposera trois lignes de clarification.

La première déploie les différentes versions de la « sociologie des controverses », depuis la théorie de l’acteur-réseau lancée dès la fin des années 1980 jusqu’à la sociologie argumentative ou la balistique sociologique de facture plus récente, étant entendu qu’il ne peut y avoir de « controverse » proprement dite sans confrontation d’arguments.

La deuxième ligne concerne l’usage de notions sociologiquement problématiques comme celles de « croyance », de « peur » ou d’ « irrationalité ». Ces notions ne peuvent servir de point de départ à la compréhension de ce qui  rassemble ou oppose des acteurs. Il vaut mieux y regarder à deux fois avant de qualifier les comportements associés d’ « irrationnels ».

Dans un troisième moment, il convient d’interroger les échelles et les modes de confrontation auxquels ont recours les protagonistes lorsqu’ils défendent une cause ou, au contraire, tentent d’en réduire la portée. Nous nous y attarderons un peu plus pour tenter de comprendre les désaccords  qui surgissent au cœur des expériences pratiques, lorsque les personnes ou les groupes doivent produire un minimum de repères communs et d’agencements collectifs.

 

Par contraste avec les approches qui privilégient l’entrée par l’histoire des idées, l’interprétation des sondages d’opinion ou le commentaire des études de psychologie expérimentale, comme dans le cas des « biais cognitifs », la sociologie pragmatique des controverses se nourrit d’une casuistique évolutive. Celle-ci ne permet-elle pas de suivre une multiplicité de processus saisis par les moments d’épreuves ou les bifurcations, qui voient se modifier les jeux d’acteurs et d’arguments ?

 

 

15h Pause café.

15h30 Table ronde : « Scientifique et/ou militant ? »

 

Daniel Boy (Socio politiste, CEVIPOF) ; Mathieu Brugidou (Sociologue, EDF) ; Guillaume Lecointre (Biologiste, Muséum d’histoire naturelle) ; Jacques Treiner (Physicien, Pierre et Marie Curie)

 

 

16h Débat final. Animateurs : Mathieu Arnoux (Historien, LIED) ; Fabienne Malagnac (Biologiste, LIED)

LIED 18 mars 2014 – « Nouveaux modes de consommation ? »

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

 

                         Thème « Nouveaux modes de consommation ? » 

 

                  Le 18 mars, de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet.

 

                                                Campus Paris Diderot

 

 

   De nouveaux modèles en économie voient le jour en particulier sous la pression de la transition énergétique à favoriser. Pour aiguiller le débat interdisciplinaire final sur cette question, interviendront successivement un économiste, un physicien et un désigner.

 

 

14h Philippe Moati (Economiste, Paris Diderot)                 

 

Vers un modèle de consommation sobre ?

   

Le modèle de consommation issu des « Trente glorieuses », fondé sur l’accumulation intensive de marchandises, semble aujourd’hui remis en question. Les mutations sociétales se couplent aux effets des tensions sur le pouvoir d’achat et aux opportunités ouvertes par les nouvelles technologies pour promouvoir une évolution des comportements de consommation. Des pratiques émergentes de développent en marge des logiques marchandes dominantes, dont  la consommation collaborative est l’expression la plus spectaculaire. Parallèlement, les grands acteurs de l’offre (industriels, distributeurs, prestataires de service) font évoluer leurs modèles économiques en cohérence avec les fondements de la création de valeur associés au capitalisme contemporain. A mesure qu’ils « s’orientent clients », ils adoptent une posture « servicielle » qui les écartent du modèle traditionnel fondé sur la transaction autour de produits.

 

La rencontre de ces deux dynamiques laisse entrevoir le basculement vers une « économie des effets utiles », davantage centrée sur la satisfaction des besoins que sur la production des moyens de les satisfaire, où les effets utiles et les solutions prendraient le relais du produit dans l’organisation de la relation marchande. Une telle évolution permet d’entrevoir un processus de dématérialisation de la valeur et, ainsi d’envisager une voie de conciliation de la croissance et des enjeux environnementaux. Nous nous interrogerons sur la nature de cette économie des effets utiles et des conditions institutionnelles de son émergence et de ses vertus environnementales.

 

15h Pause café

 

15h30 Christophe Goupil (Physicien, LIED)

 

Performance énergétique et efficacité : une sobriété précaire ?

 

Les questions énergétiques sont peuplées d’un florilège de termes dont les définitions constituent le socle de réflexion du débat sur la transition énergétique.  S’il est clair que chaque opération de la vie courante (déplacement d’une voiture, chauffage d’une maison, fabrication d’un objet…) nécessite d’utiliser une certaine quantité d’énergie, il est plus délicat de parvenir à répertorier les solutions les plus performantes pour y parvenir. D’autre part,  efficacité énergétique et performance énergétique sont deux notions parfois confondues, ce qui conduit à obscurcir le débat. Dans un premier temps, et à partir de quelques considérations physiques, nous tenterons de définir sans ambiguïté l’efficacité énergétique en la confrontant aux usages visés. Dans un second temps nous  aborderons les questions de sobriété en nous plaçant du point de vue de l’usager. Si la sobriété apparaît de plus en plus comme le complément de l’efficacité, sa définition reste encore sujette à caution et sa mise en œuvre délicate. Paradoxalement, la sobriété nécessite des moyens pour être mise en œuvre, l’absence de ces moyens conduisant à la vulnérabilité ou la précarité énergétique. L’exposé consistera somme toute à nous poser cette question : que dépenser pour être sobre ?

 

16h David L’Hôte (Designer, projet GICC VIADUC)

 

Le design, objet de transformations.

 

Depuis le XIXème siècle, au rythme des évolutions industrielles, le design participe à la conception des dispositifs qui structurent notre quotidien. Le designer concoure à l’évolution de nos pratiques en cherchant le compromis entre l’usage et les contraintes de production. Il contribue à façonner un écosystème matériel qui modèle discrètement nos habitudes. Nous sommes devenus les objets du design. Car intégrer la sobriété énergétique ou les solutions servicielles à nos modes de vie nécessite des dispositifs et des modalités spécifiques à la métamorphose de nos habitudes. C’est la synthèse des effets, des moyens, et de la manière de les produire qu’opère le designer.

Nous verrons que les démarches du designer et du chercheur ont de nombreux points communs. La valorisation de la recherche et la diversification des territoires du design font converger les disciplines. Nous pourrons alors nous poser la question de l’apport du design au projet de recherche et de l’influence du cadre de la recherche sur le design.

 

 

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio écologue, LIED) ; Pascal David (Physicien, LIED)

Histoire environnementale de la France moderne et contemporaine

Histoire environnementale de la France moderne et contemporaine

Histoire environnementale de la France moderne et contemporaine_final

Séminaire ouvert de recherche organisé à l’Ehess par

Jean-Baptiste Fressoz (Centre Koyré, CNRS), Grégory Quenet (UVSQ, IUF),

François Jarrige (Centre G. Chevrier, Univ. de Bourgogne), Thomas Le Roux (Maison Française d’Oxford / Centre de Recherches Historiques) et Christophe Bonneuil (Centre Koyré, CNRS).

Les mercredi de 15 h à 17 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 12 mars au 18 juin 2014

Depuis les années 1970, l’histoire environnementale a constitué de nouveaux objets d’étude : les forêts, l’eau, les montagnes, les rivières et les fleuves, le climat etc. L’objet de ce séminaire est différent : il s’agit de revisiter les objets classiques de l’historiographie de la France moderne et contemporaine à travers le prisme d’une histoire environnementale et matérielle. À quoi pourrait ressembler une histoire environnementale de l’absolutisme ? La révolution française et l’Empire constituent-t-ils une rupture dans les régulations environnementales ? Peut-on relire la IIIe République comme stabilisation d’un ordre industriel ? Quel rôle ont joué les guerres dans la mobilisation générale des ressources et l’accélération de la crise environnementale ? Comment relier l’empire formel et informel à l’histoire environnementale de la France ? Une lecture environnementale peut-t-elle déplacer notre compréhension des dites ‘Trente Glorieuses’?

 

Il s’agit d’un séminaire de recherche. Il est ouvert à tous, et éventuellement validable par les étudiants de master de l’Ehess.

 

12 mars – Ecrire l’histoire de France aujourd’hui, la dimension environnementale

(a)- XIXe siècle

Autour des volumes du XIXe siècle de la nouvelle nouvelle histoire de la France contemporaine au Seuil,

avec Quentin Deluermoz (Univ. Paris 13)

 

19 mars –  Ecrire l’histoire de France aujourd’hui, la dimension environnementale

(b)-XXe siècle

Autour des volumes du XXe siècle de la nouvelle nouvelle histoire de la France contemporaine au Seuil,

avec Ludivine Bantigny (Univ. Rouen)

 

26 mars – Les histoires environnementales à l’étranger

Avec Grégory Quenet et Laurent Coumel (CERCEC, EHESS)

 

2 avril – La nature de l’absolutisme

Avec Raphaël Morera (CERHIO, CNRS)

Discutant: Grégory Quenet

 

9 avril – Les îles, laboratoire de la réflexivité environnementale au XVIIIe siècle ? Autour de Pierre Poivre

Avec Grégory Quenet

Discutant: Jean-Baptiste Fressoz

 

7 mai – Terminer la Révolution ? Science, empire et environnement dans la stabilisation politique de la IIIe République  

Avec Guillaume Carnino (Univ. T. Compiègne)

Discutants : François Jarrige et Christophe Bonneuil

 

14 mai – Histoire environnementale de la révolution française

Avec Jean-Baptiste Fressoz et Thomas Le Roux (GRHEN, CNRS)

 

21 mai– La rupture métabolique

Avec Sabine Barles (Univ. Paris 1)

Discutant : Jean-Baptiste Fressoz

 

28 mai – Quelle histoire environnementale de la 1ère guerre mondiale ?

Avec Damien Baldin (Ehess /Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale)

 

4 juin – Versailles, lieu de mémoire et environnement

Avec Grégory Quenet

Discutant: Guillaume Blanc (UVSQ)

 

11 juin – Réintégrer les flux de matière et d’énergie dans l’écriture historienne (exceptionnellement de 11h à 13h, salle à préciser)

18 juin- La nature des dites « Trente glorieuses »

Discussion autour du livre Une autre histoire des ‘Trente glorieuses’. Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre de C. Pessis, S. Topçu et C. Bonneuil (La Découverte, 2013).


Christophe BONNEUIL
http://www.koyre.cnrs.fr/spip.php?article90

Editeur aux Editions du Seuil

Centre Koyré d’Hist. des Sciences et des Techniques (UMR CNRS-Ehess-MNHN)
CNRS. 27 rue Damesme
75013 Paris – France
tel. 01 73 73 35 64 / 06 34 16 71 59