Que garder du patrimoine de l’industrie lourde du XXe siecle ? – 6 juin 2014, NAMUR

  Que garder du patrimoine de l’industrie lourde du XXe siecle ? 

Colloque 6 juin 2014, NAMUR, Auditorium des Moulins de Beez

http://patrimoineindustriel.be/Newsletters/display/123/

 <http://www.patrimoineindustriel.be>

Pour l’inscription en ligne: patrimoineindustriel@idpw.be en mentionnant toutes vos coordonnées.

<http://patrimoineindustriel.be/fr/newsletter/desinscription/+d7868f4c720017

75133a84888709a67c>

<http://www.cfwb.be/>

<http://patrimoineindustriel.be/

Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles asbl 80, Rue du Cazier, 6001 Marcinelle, Belgique

Tel: 0(032) 71 22 08 56

Fax: 0(032) 71 88 08 57

DELAI SOUMISSION 1er juin 2014 – 5e Congrès international d’histoire de la construction

Appel à contributions : 5e Congrès international d’histoire de la construction Chicago (USA) du 3 au 7 juin 2015

DELAI 1er juin prochain 2014.

Des tarifs préférentiels ainsi que des bourses seront accordés aux étudiants

http://www.5icch.org

Call for Abstracts

We invite researchers and practitioners from all aspects of the history of construction to submit paper abstracts for the 5th International Congress on Construction History, to be held in Chicago and hosted by the Construction History Society of America June 3-7, 2015. The congress follows on successful interdisciplinary congresses held in Madrid (2003), Cambridge UK (2006), Cottbus (2009), and Paris (2012).

Paper and Presentation Proposals

Papers will be published in the Congress proceedings and will be presented by the authors at the Congress. Each paper proposal must include:

  • a title,
  • authors’ names and institutional affiliations,
  • an abstract of 400 words,
  • key words (selected, if possible, from the list of topics and subjects),
  • a one-page curriculum vitae indicating contact information, status, laboratory affiliation if relevant, and publications or other relevant work for each author.

Papers presented at the congress will be published in both electronic and paper versions. All papers and presentations must be in English. Please contact 5icch.chicago@gmail.com with any questions.

 

Submission: Submit proposals to https://www.easychair.org/conferences/?conf=icch5 by June 1, 2014.

 

Paper topics may include:

 

History and construction of specific projects

History of the building trades or specific builders

Organization of construction work

Wages and the economics of construction

The development of building codes and regulations

Trade unions and guilds

Structural analysis and the development of structural forms

Development of construction tools, cranes, scaffolding, etc

Building techniques in response to their environments

Building materials, their history, production and use

 

History of services (heating, lighting etc.) in buildings

The changing role of the professions in construction

Building archaeology

Computer simulation, experimentation and reconstruction

Use of construction history for dating of historic fabric

Recording, preservation and conservation

Construction in architectural writing

The role of construction history in education

The bibliography of construction history

The theory and practice of construction history

 

Important Dates:

Deadline for abstracts: June 1, 2014

Abstract decision notification: August 15, 2014

Deadline for paper submission: February 1, 2015

Deadline for final papers: March 31, 2015

v\:* {behavior:url(#default#VML);}
o\:* {behavior:url(#default#VML);}
w\:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

CHSA logo

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Conference on Percussive Technology and Human Evolution (London, 18-19 September 2014) UCL-Institute of Archaeology

 Conference programme_Page_1
 
On the 18th and 19th of September 2014 an international conference will take place at the Institute of Archaeology (University College London) as part of the project “Percussive technology in Human Evolution: A comparative approach”, sponsored by the Leverhulme Trust- International Networks Program.
Researchers from around the world working on the various facets of percussive technology will meet for two days to present new discoveries related to the role of pounding activities in areas such as Primatology, Ethnology and Archaeology. The conference aims to promote inter-disciplinary comparisons to aid better understanding of the role of pounding activities in primate evolution.
A limited number of poster presentations on themes related with the conference key topics will be accepted. Titles and abstracts should be submitted before June 15th, 2014 to Adrian Arroyo: a.arroyo@ucl.ac.uk
Conference Venue: Lecture Theatre G6. Institute of Archaeology, University College London. 31-34 Gordon Square. WC1H 0PY. London.
Contact: a.arroyo@ucl.ac.uk Adrian Arroyo (Conference Secretary)

Les Débats du Centre A. Koyré – « Qu’est-ce que la technologie ? » 30 avril 2014

Les Débats du Centre Alexandre Koyré

un mercredi par mois,  10h à 12h, au 5e étage du 27 rue Damesme, Paris 13e.

2e édition : 30 avril 2014 : « Qu’est-ce que la technologie ? »

afficheDDCAK30avril2014LHP

Débat avec Liliane HILAIRE-PEREZ (Université Paris 7, EHESS; Centre Alexandre Koyré), à l’occasion de la sortie de son ouvrage La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle (Paris: Albin Michel, 2013). Les deux discutants seront Mathieu Arnoux (Université Paris 7, EHESS; Groupe d’Archéologie Médiévale) et Guillaume Carnino (Université de Technologie de Compiègne; Connaissance, Organisation, Systèmes Techniques).

 

Emanuel BERTRAND

Maître de conférences ESPCI ParisTech

Chercheur au Centre Alexandre Koyré

UMR 8560 (CNRS/EHESS/MNHN)

27, rue Damesme

75013 Paris

Éric Szulman La navigation intérieure sous l’Ancien Régime, 2014

Éric Szulman

La navigation intérieure sous l’Ancien Régime

Naissance d’une politique publique

Presses univesrtaire de Rennes, 2014

Collection : Histoire

Cet ouvrage explore, à travers un grand XVIIIe siècle, l’histoire de la navigation intérieure, de l’administration attentive de Colbert à la politique publique instituée par Turgot en matière de trafic fluvial. Il s’agit de comprendre le cheminement par lequel cette action publique s’est construite et institutionnalisée, d’en saisir les modalités intellectuelles et administratives et de repérer les jeux d’acteurs par lesquels elle a été forgée.

Préface d’Anne Conchon et Dominique Margairaz.

Avec le concours de l’IDHE-université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

  • L’émergence d’une préoccupation publique (vers 1660-vers 1740)
  • La navigation intérieure comme nouveau domaine d’administration (vers 1740-1763)
  • Le plan Bertin (1763-1773) ou l’institutionnalisation d’une catégorie d’action publique
  • Le plan Turgot (1774-1776), la concrétisation d’un élan décisif
  • La publicisation du débat (1760-1790) : logiques et dynamiques
  • Les pratiques et les circuits administratifs d’une politique coordonnée (1775-1790)
  • Naissance d’une politique publique (1) : financement et construction de nouvelles infrastructures
  • Naissance d’une politique publique (2) : les réformes de la police de la navigation
  • La rupture révolutionnaire (1790-1792)

Association francophone d’histoire de la construction -SITE INTERNET

Charpentière

Ouverture du site internet

de l’Association francophone d’histoire de la construction :

 www.histoireconstruction.fr 

Il devrait constituer le bulletin de liaison des historiens de la construction en présentant les activités de l’association, les nouvelles manifestations (appels à contributions, colloques, séminaires), les parutions, les soutenances concernant notre champ.

Pour ceux qui le souhaitent, nous serons ravis de diffuser leurs travaux et activités. Les travaux en cours intéressant notre communauté se dévoileront à travers l’annuaire constitué des membres automatiquement mis à jour à chaque adhésion.

Il devrait être également un site de publication de sources et de recherche.

Il permet enfin d’adhérer facilement en ligne à l’association de chez vous.

Robert Carvais

Pour le bureau

Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique scientifique, technique et industrielle

2 volumes élaborés au cours des journées « Michel Crozon »

Fdp-rencontres-m-crozon

Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique scientifique, technique et industrielle.

Une mémoire pour demain : 30 ans de culture scientifique, technique et industrielle. 

            Le premier volume décrit  l’émergence des actions  de culture scientifique, leurs développements depuis les années 60  et jusqu’à ce jour , et les liens divers avec les divers partenaires acteurs de ces mouvements au long de cette progression.

            Le second volume  est plus  directement consacré à la culture technique (actions patrimoniales et de préservation, écomusées dans des territoires en mutation , les partenariats …) et à son devenir.

 

Françoise Birck, L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN), 2014

Françoise Birck, L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012 : entre université, grand corps d’Etat et industrie, Nancy, Presses Universitaires de Lorraine, 2014.

Couverture Ecole des mines

L’ouvrage est publié dans la collection « Histoire des institutions scientifiques ». Sa publication a été rendue possible grâce à l'aide précieuse de la Maison des Sciences de l'Homme Lorraine.

« L’un des objectifs des réformateurs républicains à l’origine de la loi de 1896 qui entraîne la création d’universités dans tous les anciens centres académiques, était de combattre le déséquilibre entre le centre parisien et la province.

La marge d’autonomie laissée aux universités réparties sur l’ensemble du territoire leur ouvrait un champ suffisamment large pour qu’elles puissent innover, définir par elles-mêmes ce qu’elles voulaient enseigner en relation avec leur environnement économique, social et politique, et devenir ainsi de véritables universités régionales.
À Nancy, la faculté des sciences met en place en l’espace de quelques décennies (1889-1919), avec l’appui des milieux politiques et économiques locaux, un ensemble d’enseignements de sciences appliquées couvrant un large éventail de disciplines. Elle n’est pas la seule à innover dans ce domaine pendant la même période mais elle a réellement initié le mouvement de création des instituts techniques qui deviendront plus tard des écoles nationales supérieures d’ingénieurs (ENSI).
La création de l’École des Mines de Nancy, en 1919, sous le nom d’Institut métallurgique et minier, apparaît comme la dernière manifestation de cet élan créateur. Elle est liée aux circonstances exceptionnelles de la Première Guerre mondiale. À la suite de la défaite de l’Allemagne, le retour à la France des anciens territoires annexés pose le problème du remplacement des ingénieurs allemands employés jusque-là dans les industries métallurgiques et minières de la région. Les industriels locaux sollicitent l’université pour former les ingénieurs français dont ils ont besoin, en collaboration avec un nouveau partenaire, le corps des Mines qui règne déjà sur les écoles des Mines de Paris et Saint-Étienne. Cette association inédite donne à l’École des Mines de Nancy un statut tout à fait original, entre université, grand corps d’État et industrie.
Le récit monographique montre comment un institut créé par l’université pour donner une culture scientifique à des spécialistes destinés à l’industrie s’est inscrit progressivement dans le « système des grandes écoles ». La dernière partie de l’ouvrage évoque ce que doit à cette histoire l’évolution d’un dossier né près d’un siècle plus tard, celui du projet ARTEM (Arts, Technologie, Management) et la manière dont l’école fait encore aujourd’hui usage de son histoire pour préserver sa spécificité. »

L’ouvrage est disponible au prix de 20 Euros dans les bonnes librairies et peut être commandé sur le comptoir des presses d’université à cette adresse : http://www.lcdpu.fr/collections/histoiredesinstitutionsscienti/.

Pour information, voici les précédents titres parus dans cette collection

Laurent Rollet & Philippe Nabonnand (Dir), Les uns et les autres : biographies et prosopographies en histoire des sciences et des techniques, 2012.

Fabien Knittel, Agronomie et innovation, le cas Mathieu de Dombasle (1777-1843), 2009.

Yamina Bettahar & Françoise Birck (Dir.), Etudiants étrangers en France : l’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du 20° siècle, 2009.

Pierre-Antoine Gérard (Dir.), Les collections scientifiques des universités, 2008.

Marie-Jeanne Choffel-Mailfert & Laurent Rollet (Dir.), Mémoire et culture matérielle de l’Université : sauvegarde, valorisation et recherche, 2008.

Françoise Birck & André Grelon (Dir.), Des in génieurs pour la Lorraine, 19°-20° siècles, 2007 (réédition de l’ouvrage paru en 1999 aux Presses Serpenoise).

Laurent Rollet & Marie-Jeanne Choffel Mailfert (Dir.), Aux origines d’un pôle scientifique : faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy du Second Empire aux années 1960, 2007.

Pascal Dubourg Glatigny, L’Europe moderne et la fabrique des savoirs : les arts et l’architecture entre science et technique (HDR)

Pascal Dubourg Glatigny a soutenu son dossier d’habilitation à diriger des recherches

« L’Europe moderne et la fabrique des savoirs :

les arts et l’architecture entre science et technique »

sous la conduite de Joël Sakarovitch (professeur des universités, Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais), le samedi 12 avril 2014 à 14 h, à l’Académie d’Architecture

Le dossier contient un ouvrage inédit intitulé : L’architecture morte ou vive. Les infortunes de la coupole de Saint-Pierre de Rome au XVIIIe siècle.

Le jury était composé de  : Jean Boutier, directeur d’études, EHESS-Marseille, Marianne Cojannot Le Blanc, professeur, Université Paris-Ouest Nanterre, Pietro Corsi, professeur, Université d’Oxford, Christian Michel, professeur ordinaire, Université de Lausanne, Werner Oechslin, professeur émérite, ETH Zürich et Antonella Romano, directrice d’études, EHESS-Paris

Norbert Wiener, La cybernétique – Présentation originale de Ronan Le Roux

Norbert Wiener (1894-1964), mathématicien américain, est l’un des pères des théories de l’information, des communications et de l’automatique. Il a popularisé sa vision unifiée de ces domaines et de leur implication scientifique et philosophique sous le nom de cybernétique.

Les éditions du Seuil honorent le cinquantenaire de sa disparition par une brillante salve éditoriale, publiant en même temps en ce début avril :

— Dans la collection « Sources » : La cybernétique, première traduction française (par Ronan Le Roux, Robert Vallée et Nicole Vallée-Lévi) de l’ouvrage fondateur de N. Wiener, Cybernetics, avec une présentation originale de Ronan Le Roux

— Dans la série de poche « Points-Sciences », Cybernétique et société, de N. Wiener, réédition de la traduction française de The human use of human beings: Cybernetics and Society (1950-1954), traduction de P. Mistoulon revue par Ronan Le Roux, présentation inédite de Ronan Le Roux.

— Dans la collection « Science Ouverte », Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener, de Pierre Cassou-Noguès

Pour plus de détails, voir http://www.seuil.com/resultats-recherche.php?auteur=wiener et http://www.seuil.com/resultats-recherche.php?auteur=cassou

Les Savoirs de l’ingénieur militaire – Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes dir.

Parution des actes de la 5e journée d’étude du musée des Plans-reliefs (Musée des Plans-reliefs, INHA, CDHTE-CNAM – 22 octobre 2010) sur « Les Savoirs de l’ingénieur militaire et l’édition de manuels, cours et cahiers  d’exercices (1751-1914) », sous la direction d’Emilie d’Orgeix (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3) et Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs, Paris).

L’invention de nouveaux supports d’enseignement militaire – cahiers d’exercices, cours manuscrits et lithographiés, feuilles de modèles à copier, manuels pratiques, maquettes, etc.– a constitué, à partir du milieu du XVIIIe siècle, un terrain d’expérimentation foisonnant dans les écoles militaires françaises. Adossé aux travaux en cours de bibliographie du livre d’architecture français (INHA) et d’inventaire des collections de modèles théoriques (musée des Plans-reliefs), ce volume explore la façon dont ce pléthorique matériel pédagogique, moyen d’expression institutionnel, espace d’homogénéisation des savoirs et vecteur d’expérimentations, a constitué un vecteur essentiel pour l’affirmation d’une identité corporative et d’une culture architecturale et scientifique militaires nationales.

Emilie d’Orgeix

maître de conférences en histoire de l’art moderne

UFR Humanités – Département histoire de l’art et archéologie

Université Michel de Montaigne | Bordeaux 3

Domaine universitaire

F – 33607 PESSAC Cedex

Tél : 06 71 47 04 81

emilie.dorgeix@u-bordeaux3.fr

 

Isabelle Warmoes

Ingénieur d’études

Adjointe au directeur

Musée des Plans-reliefs

Hôtel national des Invalides

75007 Paris

Tél. : 01 45 51 91 58

isabelle.warmoes@culture.gouv.fr

www.museedesplansreliefs.culture.fr

La machine de Louis Couffignal – 24 avril 2014

Séminaire de l’Histoire de l’Informatique et du Numerique:

« La machine de Louis Couffignal : analyse d’un échec »

 jeudi 24 avril 2014, de 14h30 a 17h00,

au Cnam, 292 rue saint-Martin, 75003 PAris, dans l’amphi A  « Fabry-Perot » :

http://culture.cnam.fr/medias/photo/paris-3-amphi-fabry-perrot_1347002162197.jpg

Depuis 1977, le Musée des arts et métiers possède dans ses collections la « machine pilote » de ce qui aurait du être le premier calculateur électronique français. Au delà des polémiques liées a la construction de cette machine par Louis Couffignal, nous avons voulu comprendre son fonctionnement et les  innovations que comportaient ce projet. Nous avons aussi voulu comprendre les raisons qui l’ont empêché d’être  mené à terme.

Nous présenterons la première phase de nos travaux durant cette nouvelle séance du séminaire d’Histoire de l’Informatique et du Numérique »

Avec

Francois Anceau, professeur émérite de la chaire des Techniques fondamentales de l’informatique du Cnam, ancien enseignant-chercheur à l’Imag (pôle mathématiques et Stic du site grenoblois), chez Bull et à l’Ecole Polytechnique, et auteur d’ouvrages en architecture des ordinateurs et en micro-électronique. Il effectue actuellement sa recherche au département Systems On Chip (SOC) du laboratoire Lip6.

Isabelle Astic, ingénieur en Informatique, responsable de la collection Informatique et réseaux au Musée des arts et métiers, Serge Corporon, ingénieur en électronique retraité et spécialiste dans la conception de circuits.

Ce seminaire est co-organisé par le Musée des arts et métiers, Pierre-Eric Mounier-Kuhn et Francois Anceau dans le cadre du projet « Vers un musée de l’informatique et de la société numérique ».

Vous pouvez soutenir ce projet en vous inscrivant a sa liste de diffusion (voir onglet « contact » du site www.musee-informatique-numerique.fr).

Entrée dans la limite des places disponibles, sur inscription gratuite aupres de  : isabelle.astic@cnam.fr

Cette seance sera enregistree et diffusee simultanement sur Internet. Si vous etes interesses, vous pouvez me contacter a l’adresse ci-dessus.

Isabelle Astic

Responsable des collections Informatique et Reseaux Musee des arts et metiers – Le Cnam

 

La Poste centrale du Louvre. Un prototype d’architecture postale, une pensée rationaliste à l’œuvre : Prochaine conférence de la SOCIÉTÉ DE L’HISTOIRE DE PARIS ET DE L’ILE DE FRANCE, mardi 15 avril 2014, à 17 h 30

LA SOCIÉTÉ DE L’HISTOIRE DE PARIS ET DE L’ILE DE FRANCE 
 
a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence
 
le mardi 15 avril 2014, à 17 h 30
 

La Poste centrale du Louvre. Un prototype d’architecture postale, une pensée rationaliste à l’œuvre

 

par Guy LAMBERT, maître de conférences en histoire de l’architecture à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, chercheur à l’IPRAUS (UMR AUSser 3329).

Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris (M° Hotel de Ville ou Rambuteau). Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Aujourd’hui en cours de reconversion, la Poste de la rue du Louvre est à la fois bien connue comme équipement public et paradoxalement méconnue comme édifice. Cette création précoce de la IIIe République est venue concrétiser un projet poursuivi durant presque tout le XIXe siècle : doter la poste parisienne d’un siège moderne au cœur de Paris. Conçu entre 1878 et 1888 par Julien Guadet, architecte des Bâtiments civils et professeur à l’École des beaux-arts, l’édifice constitue sa réalisation la plus emblématique. Par son organisation, il illustre une pensée rationaliste, éprise ici d’une recherche de fluidité et d’efficacité du service, tandis que son architecture reflète le souci de donner une expression propre à des programmes utilitaires relevant de l’État. L’apparence massive des façades de pierre cache de vastes nefs métalliques conçues pour être modulables. « Une usine et un monument », telle est l’interprétation que l’architecte donne d’un tel programme.