Prix CILAC Jeunes chercheurs 2014 – Dépôt de candidature ouvert

Prix CILAC  Jeune chercheur 2014

en patrimoine industriel, scientifique et technique

en partenariat avec le Musée des arts et métiers

Prix Cilac 2014

Institué en 2011, le Prix Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique est un encouragement à la recherche, à la valorisation et à la prise d’initiatives innovantes dans le domaine du patrimoine industriel, tangible et intangible. Il a pour vocation de rendre compte de la vitalité de l’enseignement et de la recherche, théorique et appliquée, dans le vaste champ du patrimoine industriel, scientifique et technique.

Il s’adresse donc aux étudiants dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture, de l’urbanisme et des arts plastiques, de niveau Master 1 et 2 et Doctorat.

Ce prix vise à promouvoir des travaux universitaires innovants dans le domaine du patrimoine industriel, par leur méthodologie, leur objet, leur mise en œuvre et/ou leur forme finale, en cours ou récemment achevés.

En 2014, pour sa 4e édition dans le cadre d’un partenariat avec le Musée des arts et métiers, le Prix Cilac Jeune chercheur maintient les thématiques des années précédentes, et souhaite encourager les candidatures dans le champ du patrimoine mobilier technique et industriel : restauration, conservation, mise en valeur de machines, outils…

 

L’édition 2014 du Prix Cilac Jeune chercheur donnera lieu à une journée d’étude le 5 décembre 2014, au musée des arts et métiers, à Paris, au cours de laquelle les candidats présenteront leur travail devant le Jury et le public. Les lauréats seront proclamés à l’issue de cette journée.

La date limite d’envoi des dossiers de candidature est fixée au 20 octobre 2014

par voie électronique au CILAC : cilac@cilac.com

ou à l’adresse postale : CILAC – BP 20115 – 75261 Paris Cedex 06.

Le dossier doit comporter :

–  Le titre du projet/travail et son résumé (10 000 signes maximum)

–  Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique

–  Le CV et la copie de la carte d’étudiant

– Le cas échéant, le mémoire ou résultat final correspondant.

Toute demande de renseignements doit être adressée à Louis André, Secrétaire général du CILAC.  cilac@cilac.comwww.cilac.com

Colloque Gares en guerre 1914-1918 – 3-5 sept. 2014, Paris

Colloque Gares en guerre / Stations in Wartime, 1914-1918

3 au 5 septembre 2014, Paris

 http://www.ahicf.com/colloque-gares-en-guerre-stations-in-wartime,140.html

http://www.ahicf.com/inscription-registration,868.html

Il est accompagné et suivi de l’événement 1914-2014, Du pain et des liens qui, sur une idée originale d’Emmanuelle Cronier, maître de conférences à l’université Picardie Jules-Verne, propose pendant trois jours au public un parcours sensoriel, évoquant par des documents d’époque commentés, des ambiances sonores, des gestes et le partage du biscuit ANZAC, né de la guerre, le rôle symbolique et affectif de l’alimentation en temps de guerre, les usages de la gare de l’Est durant la Grande Guerre et les émotions dont les gares ont été le lieu et l’occasion.

Un concert, des conférences, des visites de la gare et du quartier, des animations sont proposées.

Événement ouvert à tous sur le parvis de la gare de Paris-Est le vendredi 5 septembre (14 h-20 h), le samedi 6 septembre et le dimanche 7 septembre (9 h-19 h).

Marie-Noëlle Polino – secrétariat général et scientifique Rails et histoire – Association pour l’histoire des chemins de fer / Railway Historical Society – 9, rue du Château-Landon, F-75010 PARIS – Tél. / Phone: +33(0)1 5820 51 02 – Fax: +33(0)1

Congrès ENIUGH 5-7 sept. 2014, Paris, session Expositions universelles et déchirures du siècle

Du 5 au 7 septembre 2014, Paris, à l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris :

Congrès de l’European Network in Universal and Global History (ENIUGH)

 Session « expositions internationales confrontées aux déchirures du siècle, 1850–1950« 

5 septembre, de 9 h à 15 h 30

Programme détaillé sur http://www.uni-leipzig.de/~eniugh/congress/programme/event/?tx_seminars_pi1%5BshowUid%5D=223

Journée Les entrepreneurs de l’aménagement du littoral, 17 sept. 2014, Lorient

Journée d’étude
Les entrepreneurs de l’aménagement du littoral (XVIIIe-XIXe siècles)
Maison de la Recherche – Le Paquebot      Université de Bretagne-Sud
Mercredi 17 septembre 2014

CERHIO CNRS UMR 6258 à l’Université de Bretagne-Sud (Lorient, France)

Programme de la journée

– 9h20 : Mot d’accueil par Sylviane LLINARES, Professeur des universités, directrice du CERHIO-Lorient CNRS UMR 6258, Université de Bretagne-Sud.

– 9h30 – 10h : Grégory FLOC’H, doctorant en Histoire de l’art, Université de Nantes : Petite grammaire à l’usage des entrepreneurs de l’aménagement du littoral : origine du « style sévère » breton ?

– 10h00 – 10h30 : Stéphane DURAND, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Équipe HEMOC / Centre Norbert Elias – UMR 8562 : Les entrepreneurs des travaux portuaires en Languedoc au xviiie siècle : de la concurrence à la défaillance

– 11h00 – 11h30 : Anne CONCHON et Éric SZULMAN, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IDHES CNRS UMR 8533 : Recomposition administrative et stratégies entrepreneuriales : la compétence du département des Ponts et Chaussées sur les ports de commerce dans la seconde moitié du xviiie siècle

– 11h30 – 12h00 : Alexandre ROY, Université de Tokyo, Institut des Sciences Sociales (en visioconférence): La modernisation du littoral japonais à la fin du xixe siècle, entre initiative locale et prérogative d’Etat : le cas de l’aménagement du port de Moji entre 1886 et 1889

– 14h00 – 14h30 : Catherine SOUBEIROUX et Benjamin ÉGASSE, Université de Bretagne-Sud, CERHIO CNRS UMR 6258 : Les petits entrepreneurs de travaux publics et la conjoncture. L’aménagement du littoral de la Bretagne Sud en temps de crise (xviiie – xixe siècles)
– 14h30 – 15h00 : Pierre CAILLOSSE, Université de La Rochelle, UMR LIENSs – Équipe ESTRAN : L’adjudication des petits travaux maritimes aux xviiie et xixe siècles : évolution, spécialisation et contrôle. Le cas de la pointe du Médoc

– 15h45 – 16h15 : Jean-Christophe FICHOU, chercheur associé du LÉA, Université de Tours et de l’UMR 5196, Techniques et Cultures, CNRS – MNHM : Construire les phares au xixe siècle

– 16h15 – 17h00 : Synthèse et conclusion de la journée par Gérard LE BOUËDEC, Professeur émérite d’histoire maritime à l’Université de Bretagne-Sud et directeur du GIS d’Histoire maritime-CNRS.

Benjamin EGASSE et Catherine SOUBEIROUX
Doctorants en Histoire et Sciences Sociales des régions littorales et de la mer
Laboratoire CERHIO CNRS UMR 6258 / GIS d’Histoire Maritime

Séminaire sur l’Histoire de l’Informatique, sept. 2014

Séminaire sur l’Histoire de l’Informatique

mardi 23 septembre 2014, 14h30, amphi C « Abbe Gregoire » du Cnam, 292 rue Saint-Martin à Paris

(http://presentation.cnam.fr/adminsite/photo.jsp?ID_MEDIA=1147941706053)

Marie d’Udekem-Gevers, professeur à l’université de Namur, docteur en sciences, docteur en sciences anthropologique et maître en informatique : « La Machine mathématique IRSIA-FNRS : cette méconnue de l’histoire de l’informatique en Belgique ».

L’exposé a pour objet une machine méconnue, construite chez Bell à Anvers entre 1951 et 1956 et appelée à l’époque la « Machine mathématique ‘IRSIA-FNRS’ » (MMIF), car elle était subventionnée par l’Institut pour l’Encouragement de la Recherche Scientifique dans l’Industrie et l’Agriculture

(IRSIA) et le Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS).  L’exposé se fonde essentiellement sur des informations inédites et de première main. Il présente d’abord le cadre historique à la MMIF puis se concentre sur ses aspects techniques. Il permet de tirer des conclusions susceptibles de provoquer l’étonnement, à savoir que la MMIF fut entièrement conçue en Belgique, qu’elle était une machine à calculer dont le programme était enregistré en mémoire centrale et que son langage de programmation était de niveau assembleur. Il tentera enfin de dégager la façon dont les techniques informatiques ayant abouti à cette machine se sont, à l’origine, diffusées en Belgique. La présentation souligne l’influence suisse.

Docteur en sciences (Groupe zoologie), docteur en sciences anthropologique et maître en informatique, Marie d’Udekem-Gevers a un profil interdisciplinaire.

Ses pôles actuels de recherche sont essentiellement l’histoire des techniques ayant conduit à l’informatique ainsi que l’histoire de l’informatique en Belgique. A l’Université de Namur, elle est titulaire notamment d’un cours intitulé « Approche anthropologique de l’informatique ».

Elle est membre du WG 9.7 (History of Computing) de l’IFIP et du Centre de recherche en histoire des sciences de l’Université catholique de Louvain.

Inscription gratuite aupres de  : isabelle.astic@cnam.fr

Cette seance sera enregistree et diffusee simultanement sur Internet. Si vous etes interesses, vous pouvez me contacter a l’adresse ci-dessus.

Isabelle Astic

Responsable des collections Informatique et Reseaux, Co-responsable du Projet « Vers un musee de l’informatique et du numerique »

(www.musee-informatique-numerique.fr)

Musée des arts et metiers – Le Cnam

Cahiers d’histoire de l’aluminium, n°51, 2014

Numéro 51 des Cahiers d’histoire de l’aluminium
juillet 2014

Claire Leymonerie, Nathalie Postic
Fantasmagories d¹objets industriels. Entretien avec Dominique Sarraute,
photographe

Marco Bertilorenzi, Philippe Mioche
Between Strategy and Diplomacy. History of Alumina Alternative Technologies
(1900s-1980s)

Manfred Knauer
A Difficult New Beginning. The Race of the German Aluminium Industry to
Catch up with the Competition in the 1950s and 1960s

Rudi Gomperts
Le combat perdu pour le prix de l’énergie : l’histoire de l’usine
d’électrolyse Pechiney Nederland (1969-2011)

Pour commander ce numéro ou vous abonner, cliquer ici
<http://www.histalu.org/iha-rubrique-article.php?rub=2&art=7> .

Ce numéro des Cahiers d¹histoire de l¹aluminium est aussi disponible en
version numérique sur Cairn
<https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-histoire-de-l-aluminium-2013-2.htm> .

Claire Leymonerie
Secrétaire scientifique
Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA)
6, boulevard du général Leclerc
92110 Clichy
www.histalu.org
tel : +33 (0)1 41 05 97 61
email : c.leymonerie@histalu.org

Takashi Nishiyama. Engineering War and Peace in Modern Japan, 1868–1964, Johns Hopkins University Press, 2014

Engineering war and peace Book Cover Photo.indd

 

Takashi Nishiyama. Engineering War and Peace in Modern Japan, 1868–1964, Johns Hopkins University Press, 2014.

Naval, aeronautic, and mechanical engineers played a powerful part in the military buildup of Japan in the early and mid-twentieth century. They belonged to a militaristic regime and embraced the importance of their role in it. Takashi Nishiyama examines the impact of war and peace on technological transformation during the twentieth century. He is the first to study the paradoxical and transformative power of Japan’s defeat in World War II through the lens of engineering.

Nishiyama asks: How did authorities select and prepare young men to be engineers? How did Japan develop curricula adequate to the task (and from whom did the country borrow)? Under what conditions? What did the engineers think of the planes they built to support Kamikaze suicide missions? But his study ultimately concerns the remarkable transition these trained engineers made after total defeat in 1945. How could the engineers of war machines so quickly turn to peaceful construction projects such as designing the equipment necessary to manufacture consumer products? Most important, they developed new high-speed rail services, including the Shinkansen Bullet Train. What does this change tell us not only about Japan at war and then in peacetime but also about the malleability of engineering cultures?

Nishiyama aims to counterbalance prevalent Eurocentric/Americentric views in the history of technology. Engineering War and Peace in Modern Japan, 1868–1964 sets the historical experience of one country’s technological transformation in a larger international framework by studying sources in six different languages: Chinese, English, French, German, Japanese, and Spanish. The result is a fascinating read for those interested in technology, East Asia, and international studies. Nishiyama’s work offers lessons to policymakers interested in how a country can recover successfully after defeat.

 

Takashi Nishiyama is an assistant professor of history at the State University of New York, Brockport.

« Legend has it that wartime aeronautical engineering converted to the success of a bullet train in postwar Japan. Takashi Nishiyama’s approach includes those who contributed at all levels of technology, from engineers on down. His conclusions are solid and convincing. »

— Shigeru Nakayama, Professor Emeritus, Kanagawa University

« Takashi Nishiyama addresses his path-breaking subject with meticulous care and admirable breadth of vision. His fascinating study offers penetrating insight into the wartime baseline of postwar Japan’s impressive economic development—and, at the same time, helps place Japan firmly in the great debates about war, peace, and technology in our modern times. »

— John W. Dower, Massachusetts Institute of Technology

E-FAITH – Workshop Cheminées d’usine et Week-end Patrimoine industriel

E-FAITH

Fédération européenne des associations du patrimoine industriel et technique

E-FAITH 2015

L’année 2015 approche à grands pas et la campagne européenne de promotion pour le patrimoine industriel et technique, prévue pour cette année-là, atteint déjà sa vitesse de croisière. Dans tous les pays européens, des associations et des bénévoles enthousiastes ont d’ores et déjà commencé à préparer des programmes et des projets pour mettre ce patrimoine en lumière.

Nous vous prions aussi de noter les dates des deux réunions déjà prévues pour la fin de l’été et l’automne:
– un deuxième workshop sur la conservation et la mise en valeur des cheminées d’usine, aura lieu à Roubaix (France), le 29 et le 30 août – Les inscriptions sont possibles dès maintenant
– le 8e week-end annuel du patrimoine industriel, organisé par l’E-FAITH (Fédération européenne des associations du patrimoine industriel et technique) se tiendra à Lyon (France), du 24 au 26 octobre

Projet HuTech – HUMAINS ET TECHNOLOGIES 2014/2015

Appel à communication Projet HuTech – Humains et Technologies

        Doctorants en philosophie, nous avons obtenu un financement de la part de l’Université Lyon3 dans le cadre des projets juniors pour les années 2014/2016, en vue d’ouvrir un espace de réflexion sur les pôles  »Humains et Technologies ».

Nous souhaitons à ce titre porter notre attention plus particulièrement sur les objets technologiques contemporains en premier lieu, et sur les problèmes philosophiques qu’ils suscitent.

Cet espace doit être ouvert au maximum, pour que les disciplines, les milieux, et les points de vue s’intensifient réciproquement. Pour ce faire, nous avons élaboré un format de séance original : deux doctorants présentent leurs travaux pendant une séance, et sont encadrés par un participant  »senior »,  chercheur ou praticien, dont la responsabilité sera de canaliser la réflexion, et d’ouvrir la discussion à partir des présentations. Les communications des deux doctorants devront tenir entre 20 et 30 minutes, afin de laisser un temps appréciable à la discussion.

Les différentes présentations se feront au cours de l’année universitaire 2014/2015 autour de cinq thématiques différentes.

–         Séance introductive : L’augmentation invasive de la technique

–          Les technologies non palpables : nanotechnologies et médicaments

–          Le corps technologisé : quantifier le soi

–          Technologies et Cognition : Neurotechnologies

–          Les modèles de développement urbain : smart cities et villes biomimétiques

Un des objectifs du projet est également d’ouvrir l’espace de réflexion au maximum, notamment en direction des mondes non-académiques. N’hésitez pas à faire parvenir cet appel aux personnes qui ne font pas parti du milieu académique mais qui pourrait être intéressées par les séminaires.

Pour le format, une rapide présentation et une page résumant votre possible intervention sont suffisant.

Ecrire à jfgross@hotmail.fr et mettre en copie humainsettechnologies@gmail.com

Projet Junior 

Humains et technologies

Porteurs de projet :

–  Romain Sauzet – doctorant en philosophie – IRPhil : (projet de thèse : La pluralité scientifique en action : le cas du Labex IMU (Intelligence des Mondes Urbains), sous la direction de Thierry Hoquet)

Jean-Félix Gross – doctorant en philosophie- IRPhil : (projet de thèse : L’effet placebo : une épistémologie du corps pharmacologique, sous la direction de Thierry Hoquet).

Argumentaire

            Les problèmes posés par les relations entre Humains et Technologies sont devenus l’objet courant de nombreuses réflexions. Trop souvent, la simplicité conduit à réduire l’un à l’autre, que ce soit en se faisant le chantre du transhumanisme ou en inventant l’homme comme démiurge absolue de la technologie. Ces deux pôles, saisis comme des entités homogènes, ne nous semblent pas un point de départ satisfaisant. C’est pourquoi, mettant de côté ce préjugé d’homogénéité, nous prenons le parti d’engager un processus de réflexions philosophiques prenant en compte l’hétérogénéité et la multiplicité: des Humains face à des à des Technologies.

Cette hypothèse de travail est en premier lieu motivée par la confusion qui règne autour du concept de technologie : parle-t-on des objets techniques contemporains ? De la réflexion qui permet le développement technique ? De la pensée réflexive sur  la technique? En se fondant seulement sur l’usage quotidien du mot de  technologie, sa polysémie est tout au mieux multiple, le plus souvent contradictoire. Pourquoi cette situation de confusion ?

Lorsque l’on porte son attention au plus près de la polarité Humains et Technologies, on constate que l’accent réflexif est toujours mis sur l’Humain, en considérant que, puisqu’il est à la fois le géniteur de la technique et qu’il en subit les effets, c’est à partir de lui qu’il faut partir pour penser cette réalité. Ce point de départ nous semble être précisément l’origine du flou conceptuel qui règne autour de la notion de technologie.

Ainsi, c’est à partir de ce diagnostic de confusion que nous voudrions proposer ce projet junior. Sa dynamique générale serait alors la suivante : renverser le pôle d’attracteur des problèmes issus de la philosophie de la technologie. Pour ce faire, il s’agira de fonder la réflexion sur la dimension empirique, c’est-à-dire partir des occurrences concrètes, des machines. Cette focalisation du regard permettra deux attitudes philosophiques complémentaires :

–                    Éviter d’associer la technologie à une essence prédéterminée ou tout autre forme d’ensemble homogène, facilité d’esprit développée par de nombreuses philosophies, qu’elles soient technophiles ou technophobes. Conduire une voiture disposant d’un GPS n’a pas la même implication existentielle que d’être opéré au cerveau par laser, et ces deux situations n’ont que peu en commun avec le fait de se raconter et de se constituer comme sujet via un compte Facebook®. Néanmoins, si les occurrences contemporaines technologiques ne sont effectivement que les symptômes d’une dynamique commune, il faut pouvoir le prouver au terme d’une véritable enquête, et non l’affirmer comme postulat.

–                    La technologie, notamment à partir les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), est trop souvent pensée comme détachée de ses conditions matérielles. A l’inverse de cette dématérialisation de la technologie, il serait important de rappeler l’importance de sa présence physique et concrète : Goldman Sachs® a payé très cher l’installation ses data centers le plus près possible des serveurs centraux de la City Londonienne, les quelques nanosecondes de transmission d »informations économiques gagnées par ce procédé représentant un véritable avantage économique.

De la sorte, en se focalisant sur les objets et machines concrètes, le projet junior Humains et Technologies tentera cette mise à l’écart d’une conception a priori du sujet humain comme maître et possesseur de la technique, afin de prendre en compte le plus précisément les occurrences décrite par le concept de technologie. Bien entendu, cette mise à l’écart du pôle humain constituera une tentative théorique, et n’aura de sens que si ce dernier revient à la fin, que si cette analyse de la technologie concrète permet en retour de mieux appréhender ces technologies multiples. Étudier les technologies, cela revient nécessairement à retrouver ce qu’il y a en elles d’humain.

Ainsi, c’est au travers de cette dynamique que nous voudrions aborder d’un œil neuf les débats liés au sujet technologique contemporain : l’anthropotechnie, le transhumanisme, l’homme augmenté, etc. Réfléchir non pas sur la Technologie, mais sur les Technologies. Pour ce faire, nous  nous proposons de distinguer les différentes matérialités technologiques par un critère de spatialité. A partir d’un niveau micro, celui des nanotechnologies et des micro-particules polluantes, jusqu’à un niveau macro, celui des ensembles urbains, des dispositifs de traitement de données (les Big Data), en passant par des niveaux intermédiaires les dispositifs technique individuels tels que l’ordinateur, les produits pharmaceutiques, les véhicules, etc.

Cet intérêt pour les différents niveaux technologiques n’est pas seulement taxinomique : il permet également de clarifier les différentes formes technologiques auxquelles l’homme est confronté. Ce faisant, il permet de poser avec plus d’acuité le problème de la médiation : quels sont les objets techniques avec lesquels j’ai une médiation directe, c’est-à-dire sur lesquels je possède un certain contrôle au niveau individuel (allumer ou éteindre un ordinateur ; prendre sa voiture, etc.) ?  Quels sont ceux au contraire que je semble subir, où la médiation individuel semble faire défaut (la pollution aux micro-particules, l’appartenance à un ensemble urbain, etc.) ? A chaque niveau technique, dans chaque objet, pour chaque pratique, les deux facettes de ces médiations coexistent : utiliser une voiture résonne avec le fait que cette dernière soit issue d’un processus de production complexe. Ainsi, le croisement de la distinction de différents niveaux technologiques, problématisé selon la réflexion autour des médiations fournira un regard susceptible de saisir toute la profondeur des modalités de relation entre l’Homme et la Technologie.

Cette perspective d’étude ne sera pas seulement théorique. En effet, en partant des objets eux-mêmes, il sera possible de croiser les regards des différents acteurs du monde de la technologique : ingénieurs, informaticiens, économistes, juristes. C’est-à-dire ceux qui les inventent, les produisent, fournissent le cadre de leur développement, etc. De la sorte, cette réflexion pourra prétendre traiter directement des préoccupations concrètes de tous les acteurs. En demeurant cependant fondamentalement philosophique, il s’agira de concevoir cette approche comme une possibilité de convergence des différentes approches des technologies, et de la sorte, tenter à notre tour de produire un véritable logos de la technologique.

Objectifs Principaux

1. Enquêter sur les différentes formes de relations que l’homme entretient à l’égard des différentes occurrences que l’on peut ranger sous ce concept, en envisageant la diversité des objets techniques et ainsi clarifier les différents sens du mot technologie.

2. Éclairer la réalité empirique des technologies. En allant à rebours de la dématérialisation générale théorique (cloud, réseaux, etc.) et en rappelant l’importance de la matérialité de ces technologies.

3. Préciser les différentes thèses issues de la philosophie de la technique en les confrontant aux problématiques contemporaines.

4. Ouvrir un espace de discussion fécond entre les pratiques académique et non-académiques et profondément interdisciplinaire, à travers l’invitation d’intervenants extérieur au monde de la recherche.

5. Promouvoir l’activité de recherche des doctorants et mettre en avant leurs compétences et expertises à travers leur participation au séminaire.

6. Favoriser la connexion entre les différents acteurs universitaire du Grand Lyon (Lyon 1, 2, 3, ENS, Insa, LIRIS, etc.), et de la région (G2i, Grenoble INP, Mine St-Etienne, Université Jean Monet, etc.).

Modalités Concrètes des événements scientifiques

            Nous proposons de développer le projet junior Humains et Technologies selon deux modalités principales, au travers d’un souci commun : être le lieu d’une formation des jeunes chercheurs. La formation doctorale trouve difficilement des occasions spécifiques à son statut particulier. Plus vraiment étudiant et pas encore chercheur à part entière, peu de situations satisfont aujourd’hui les demandes des jeunes chercheurs.

Ce projet aura donc pour objectif institutionnel de fournir des conditions spécifiques pour satisfaire cette attente. En permettant aux doctorants une occasion de présenter leurs travaux ou de s’exprimer sur un sujet sur lequel il serait compétent, il s’agirait également de leur permettre de travailler sur les problématiques au cours d’événements scientifiques favorisant l’échange et la discussion.

Nous proposons d’organiser deux types distincts d’événements :

•                     5 séminaires de recherche (tous les deux mois) au cours de l’année universitaire 2014-2015 : portant sur les différents niveaux technologiques que nous auront identifiés, autour d’une problématique centrale (l’innovation, le développement durable, etc.).  Pour les mener à bien, nous proposons une modalité originale : les participants seront au nombre de trois : deux doctorants et un ‘senior’, chercheur ou praticien, qui tiendra le rôle de discutant. Chaque doctorant présentera durant une vingtaine de minutes leurs réflexions. Au terme des deux présentations, le discutant ouvrira la discussion, en commentant et critiquant les perspectives présentées. Le rôle des  »seniors » sera double : à la fois canaliser la discussion et contraindre une certaine qualité d’échange.

•                     A l’issue de cette première année, où cinq séminaires auront été animés, une session sur deux jours sera organisée, aux alentours de juin 2015. A partir de l’ensemble des problématiques qui auront été soulevées durant les séminaires, un programme de présentation de discussions sera proposé, alternant table et rondes et moments informels pour évoquer les différents sujets.

•                     Au terme de ces journées, une nouvelle session de 5 séminaires sera proposée pour l’année universitaire 2015-2016. Ils seront organisés autour des différentes problématiques qui y auront été soulevées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ATOMES CROCHUS – RACONTE-MOI TES TECHNOLOGIES

ATOMES CROCHUS – RACONTE-MOI TES TECHNOLOGIES

Le projet continue et le concours vidéo est notamment en train de se transformer en festival intergénérationnel du film « Raconte-moi tes technologies », pour l’année 2014/2015.

En attendant la rentrée, nous vous invitons à visionner le film « Connexions » de Joyce Weil et Chloé Wachter, les 2 volontaires investies sur le projet, et donc le service civique s’est terminé fin juin : le film permet, à travers une approche sensible, de découvrir pleinement le projet, ses origines, son fonctionnement, mais aussi d’entendre les témoignages de participants, petits et grands.

Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le film, en page d’accueil de notre site dédié : http://www.tes-techniques.fr/

Céline Martineau

Les Atomes Crochus – Chargée de projets

celine.martineau@atomes-crochus.org

Site : www.atomes-crochus.org

Site Raconte-moi tes technologies : www.tes-techniques.fr Facebook : « Raconte-moi tes technologies »