Appel à communication – Les relations entre les artistes et la production des arts décoratifs et industriels (1er déc. 2014)

Journée d’études consacrée aux relations entre les artistes et la production des arts décoratifs et industriels (époque moderne et contemporaine), organisée à  Mulhouse par Aziza Gril-Mariotte le 17 avril 2015.

Après les travaux initiés en 2010, lors des Journées d’histoire industrielle, consacrées au thème de « l’art et l’industrie », puis en 2014 avec la journée d’études sur « le dessinateur dans les arts décoratifs et industriels, un technicien ou un artiste ? Entre savoir-faire et créativité », le CRESAT ( Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques) souhaite poursuivre les questionnements autour des relations entre l’art et la fabrication d’objets, de produits.

Avant la fin du XIX e siècle, à  la suite des débats autour des relations entre l’art et l’industrie, la création artistique d’objets reste perçue à travers l’opposition entre arts majeurs ou beaux-arts et arts mineurs. L’échelle de valeur, imposée par l’organisation de l’art à  l’époque moderne en Occident, explique sans doute qu’associer le nom d’un artiste à  celui d’un objet relève du défi, à  l’exception de quelques rares exemples à  la Renaissance. Pourtant, des artistes ont toujours contribué à  la production d’objets usuels, de manière plus ou moins directe. D’une part, la circulation des modèles a favorisé la propagation des formes et des styles et d’autre part, les manufacturiers/industriels ont régulièrement eu recours aux services d’artistes pour renouveler la création de leurs productions.

Des expositions ont permis de mieux connaître certaines productions d’artistes, notamment à la fin du XIX e et au XX e siècle : Félix Bracquemond (2005), Rodin (2009), Sonia Delaunay et ses tissus simultanés (2012), Picasso céramiste (2013). Ces expositions monographiques, en mettant en lumière l’implication de ces artistes dans la création d’objets utilitaires, reflètent l’intérêt que suscitent aujourd’hui ces productions. Malgré l’essor des recherches autour des questions touchant aux arts décoratifs du point de vue de la création et de la production, de nombreux aspects restent à  analyser.

Après avoir étudié en 2014, la place et le statut du dessinateur dans l’entreprise, l’objectif de cette deuxième journée d’études est d’aborder le rôle des artistes dans la création des arts décoratifs et industriels, à  travers notamment :

Le point de vue du fabricant : intentions et conditions de la commande, émergence de la figure de l’artiste-fabricant

Les motivations et la démarche des artistes : prise en compte des contraintes techniques de production, implication de l’artiste dans la fabrication

Les relations entre le commanditaire (manufacturier / fabricant / industriel / éditeur) et l’artiste (peintre / sculpteur / architecte / ornemaniste / décorateur) dans le cadre d’une production d’objet usuel unique ou en série.

Au-delà  des études de cas, peu significatives lorsqu’elles restent isolées, les interventions chercheront à  donner des clefs de compréhension en fonction des époques et des types de productions, afin de pouvoir distinguer des phénomènes dans la durée. En croisant l’histoire de l’art, l’histoire économique et technique, les interventions devront permettre de mieux cerner le rôle tenu par les artistes dans la création pour les arts décoratifs et industriels.

Les propositions de 300 mots environ, accompagnées d’une bio-bibliographie, sont attendues avant le 1 er décembre 2014 à  l’adresse suivante : aziza.gril-mariotte@uha.fr

Date de la journée d’études : vendredi 17 avril 2015

Lieu : Université de Haute-Alsace

Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques

Journée d’études organisée par Aziza Gril-Mariotte, Maître de conférences en histoire de l’art

aziza.gril-mariotte@uha.fr

Journée d’études consacrée aux relations entre les artistes et la production des arts décoratifs et industriels (époque moderne et contemporaine), organisée à Mulhouse par Aziza Gril-Mariotte le 17 avril 2015.
Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications :

Après les travaux initiés en 2010, lors des Journées d’histoire industrielle, consacrées au thème de « l’art et l’industrie », puis en 2014 avec la journée d’études sur « le dessinateur dans les arts décoratifs et industriels, un technicien ou un artiste ? Entre savoir-faire et créativité », le CRESAT ( Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques) souhaite poursuivre les questionnements autour des relations entre l’art et la fabrication d’objets, de produits.

Avant la fin du XIX e siècle, à la suite des débats autour des relations entre l’art et l’industrie, la création artistique d’objets reste perçue à travers l’opposition entre arts majeurs ou beaux-arts et arts mineurs. L’échelle de valeur, imposée par l’organisation de l’art à l’époque moderne en Occident, explique sans doute qu’associer le nom d’un artiste à celui d’un objet relève du défi, à l’exception de quelques rares exemples à la Renaissance. Pourtant, des artistes ont toujours contribué à la production d’objets usuels, de manière plus ou moins directe. D’une part, la circulation des modèles a favorisé la propagation des formes et des styles et d’autre part, les manufacturiers/industriels ont régulièrement eu recours aux services d’artistes pour renouveler la création de leurs productions.

Des expositions ont permis de mieux connaître certaines productions d’artistes, notamment à la fin du XIX e et au XX e siècle : Félix Bracquemond (2005), Rodin (2009), Sonia Delaunay et ses tissus simultanés (2012), Picasso céramiste (2013). Ces expositions monographiques, en mettant en lumière l’implication de ces artistes dans la création d’objets utilitaires, reflètent l’intérêt que suscitent aujourd’hui ces productions. Malgré l’essor des recherches autour des questions touchant aux arts décoratifs du point de vue de la création et de la production, de nombreux aspects restent à analyser.

Après avoir étudié en 2014, la place et le statut du dessinateur dans l’entreprise, l’objectif de cette deuxième journée d’études est d’aborder le rôle des artistes dans la création des arts décoratifs et industriels, à travers notamment :

v Le point de vue du fabricant : intentions et conditions de la commande, émergence de la figure de l’artiste-fabricant

v Les motivations et la démarche des artistes : prise en compte des contraintes techniques de production, implication de l’artiste dans la fabrication

v Les relations entre le commanditaire (manufacturier / fabricant / industriel / éditeur) et l’artiste (peintre / sculpteur / architecte / ornemaniste / décorateur) dans le cadre d’une production d’objet usuel unique ou en série.

Au-delà des études de cas, peu significatives lorsqu’elles restent isolées, les interventions chercheront à donner des clefs de compréhension en fonction des époques et des types de productions, afin de pouvoir distinguer des phénomènes dans la durée. En croisant l’histoire de l’art, l’histoire économique et technique, les interventions devront permettre de mieux cerner le rôle tenu par les artistes dans la création pour les arts décoratifs et industriels.

Les propositions de 300 mots environ, accompagnées d’une bio-bibliographie, sont attendues avant le 1 er décembre 2014 à l’adresse suivante : aziza.gril-mariotte@uha.fr

Date de la journée d’études : vendredi 17 avril 2015

Lieu : Université de Haute-Alsace

Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques

Journée d’études organisée par Aziza Gril-Mariotte, Maître de conférences en histoire de l’art

aziza.gril-mariotte@uha.fr

LIED – Aspects de l’économie dans le contexte de la transition énergétique, 30 sept. 2014

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

    Thème « Aspects de l’économie dans le contexte de la transition énergétique » 

                               Le 30 septembre, de 14 à 17 heures, salle 454 A

                                Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot

   Ce troisième séminaire du cycle «  modélisation » fera le point sur les scénarios  liés à la transition énergétique de façon pragmatique. Faisant suite au séminaire critique de Gaël Giraud il devrait conduire à un débat constructif en présence de Gaël.

14h Céline Guivarch (Economiste, CIRED)

Exploration des liens entre croissance, énergie et émissions de gaz à effet de serre : modèles, scénarios, incertitudes

L’exposé tentera de faire trois choses : (i) proposer une analyse critique du paysage des modèles utilisés dans la communauté de modélisation énergie-économie-environnement, (ii) présenter les derniers résultats obtenus avec ces modèles, en particulier ceux du groupe III du GIEC, (iii) détailler une approche « hybride » de la modélisation des liens entre économie et énergie, en montrant les apports et limites potentiels de cette approche.

16h30 Débat final. Animateurs : Petros Chatzimpiros (Socio écologue, LIED) et Eric Herbert (Energéticien, LIED).

Parution : Jean-Sébastien Cluzel dir., Hokusai, le vieux fou d’architecture, 2014

Jean-Sébastien Cluzel dir.,

Hokusai, le vieux fou d’architecture,

Paris, Seuil, 2014

En 1816, Katsushika Hokusai (1760-1849), le célèbre maître de l’estampe japonaise, consacre le cinquième volume de sa Manga à l’architecture. Vingt ans plus tard, il reprend ce thème dans un nouveau manuel de dessin : le Livre de dessins pour artisans. Nouveaux modèles (1836). Au Japon, faire de l’architecture le sujet d’un livre illustré était inédit et jamais un recueil de gravures sur bois n’avait rendu des bâtiments avec
autant de clarté et de véracité.
Destinés aux artisans, ces deux manuels de dessin d’architecture permettent de découvrir comment l’artiste marie les traditions picturales chinoise, japonaise et occidentale, et associe avec génie l’art du dessin et l’art d’édifier. Rappelant les grands traités d’architecture d’Europe, ces deux ouvrages sont à l’avant-garde
de l’approche architecturale japonaise moderne.
Ces chefs-d’oeuvre du livre illustré de l’époque d’Edo sont, pour la première fois, reproduits ici et accompagnés de leur traduction intégrale et annotée. Les exemplaires présentés, conservés à la Bibliothèque nationale de France, ont appartenu à Théodore Duret (1838-1927) et à Edmond de Goncourt (1822-1896), défenseurs des impressionnistes et grands amateurs d’art japonais.

http://www.seuil.com/livre-9782021105827.htm

Sous la direction de : Jean-Sébastien Cluzel.

Auteurs : Jean-Sébastien Cluzel, Antoine Gournay, Inaga Shigemi, Christophe Marquet, Valérie Nègre, Nishida Masatsugu.

Traducteurs : Jean-Sébastien Cluzel, Christophe Marquet, Nishida Masatsugu.

Parution : De la Trace à la Trame, 2014

Clément-Noël DOUADYet l’équipe Morphocity,

De la Trace à la Trame,

Paris, L’Harmattan, 2014

Cet ouvrage, consacré à la voie, lecture du développement urbain, s’inscrit dans une recherche en cours sur la modélisation numérique de la morphogenèse viaire (ANR-MN MoNuMoVi).

Clément-Noël DOUADY
et l’équipe Morphocity
http://www.morphocity.fr/équipe-1/
Site d’accès aux informations sur l’ouvrage :
http://clement-noel.douady.pagesperso-orange.fr/Trace-trame.html

Appel à communication – Journée jeunes chercheurs (5 oct. 2014)

journées d’études jeunes chercheurs

28 et 29 novembre 2014 à l’ENS d’Ulm à Paris.

organisées par la SFHST, la SHESVIE, la SFHSH, le Cofrhigeo et le Club d’histoire de la chimie

L’objectif de ces journées est de présenter et de faire connaître les travaux de jeunes chercheurs sur le point de finir leur thèse ou l’ayant très récemment soutenue. L’enjeu de ces rencontres est de permettre le dialogue entre les chercheurs, de mettre en évidence leurs difficultés méthodologiques et de proposer un espace de discussion et d’échange.

Si vous souhaitez y participer, les propositions (un titre et quelques lignes de présentation) sont à envoyer avant le 5 octobre à Nicolas Weill-Parot (nweillparot@gmail.com) et  Anne-Lise Rey (annelise.rey@free.fr)

Appel à communication – Manufacturing Landscapes (1er janvier 2015)

Manufacturing Landscapes:  

Nature and Technology in Environmental History

An international conference to be held in Beijing,

at Renmin University of China, 28-31 May 2015

Co-Sponsored by the Center for Ecological History, Renmin University of China, and Rachel Carson Center for Environment and Society, Munich

Nuclear power plants, bullet trains, factory farms, and ancient rice paddies are all forms of landscapes transformed by technology.  They express a relationship between humans and the natural world.  Like all technologies, they have been shaped by their environmental conditions and in turn have reshaped the earth into new environments.  Lewis Mumford, in Technics and Civilization, distinguished between “eotechnics,” “paleotechnics,” and “neo-technics,” each representing a set of ideas, values, and material ways of relating to nature.  Such broad changes over time and yet also very local landscapes of nature-technology will be foci of our conference.  Our scope is interdisciplinary and ranges widely over time and space, from the preindustrial era to the modern age when the whole earth is sometimes described as a human artifact.

We seek papers on such topics as the transformation of plants, animals, and genes into “organic machines,” the impact of water or electric power production on natural systems, mining as an intervention in nature, the perception of nature through the changing lens of technology and innovation, and the ecology of industrialization.  We are interested in such issues as the meaning of the “Anthropocene” and its cultural implications, western vs. nonwestern views of the line separating nature from technology, theories of hybridity and techno-imperialism, and concepts of envirotech histories.

This conference is open to all ranks and all scholars, from graduate students to senior professors.  Participants will be selected competitively.  Those interested in attending should send a written proposal of one page in length (or about 300 words) and include a title and a one- or two-page CV.  The deadline for consideration is 1 January 2015.  Successful proposals will be announced around 1 February, and complete drafts of papers (minimum of 5,000 words in English or the equivalent in Chinese characters) will be required by 1 May.  All papers will be circulated to the participants in advance and will not be orally presented in full during the conference.

Travel expenses for scholars living outside of China will be paid by the Rachel Carson Center for Environment and Society.  Scholars living within China should depend on their own universities for covering travel expenses. For all participants, hotel expenses for four nights will be covered by Renmin University of China.

•                The distinguished historian Edmund Russell of the United States will be our keynote speaker.  Among his works are War and Nature; Evolutionary History; “The Nature of Power: Synthesizing the History of Technology and Environmental History;” and “Can Organisms Be Technology?” The last day of the conference will be devoted to a field trip that will explore the interaction of technology and nature in the Beijing area.

 

Send proposals in Chinese or English to all of the conference organizers:

Mingfang Xia

xiamingfang2@vip.sina.com

Helmuth Trischler

h.trischler@deutsches-museum.de

Donald Worster

dworster@ku.edu

 

Mingfeng Xia is Director of the Center for Ecological History, Remin University of China, and Director of and Professor of History in the Qing Institute.  Helmuth Trischler is Head of Research at the Deutsches Museum, Professor of Modern History and History of Technology at Ludwig-Maximilians-Universität, and Co-director of the Rachel Carson Center, Munich, Germany.  Donald Worster is Hall Distinguished Professor of History Emeritus, University of Kansas, Lawrence, Kansas, USA, and Distinguished Foreign Expert, Renmin University of China, Beijing.  The organizing committee also includes Shen Hou, Deputy Director of the Center for Ecological History and Associate Professor of History at Renmin University of China.  The conference secretary is Agnes Kneitz, Assistant Professor of History at Renmin University of China.

EXPOSITION Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens

Dans le cadre de la commémoration nationale de la Grande Guerre, l’École polytechnique présente une exposition

Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens (15 septembre – 15 décembre 2014)

Cette exposition est organisée autour de nouvelles sources récemment versées aux archives de l’Ecole polytechnique, notamment une collection très riche de photographies et de dessins mise à disposition par la famille de  Maurice Pellé (1863-1924) et une importante correspondance  manuscrite acquise par la SABIX.

Ces sources jettent un éclairage original sur différents aspects de la Première guerre mondiale, parmi lesquels le Berlin d’avant-guerre où Pellé était attaché militaire, les tensions dans les colonies avec la fortification de Diego-Suarez à Madagascar, le Grand quartier général de 1914 à 1916, le front de 1916 à 1918, ou encore la politique européenne de la France d’après-guerre.

La trajectoire de Maurice Pellé est croisée avec de nombreux autres témoignages issus des collections de l’Ecole polytechnique, comme les dessins d’élèves inspirés par la Grande guerre, et mise en contexte par plusieurs entrées thématiques (histoire de l’enseignement du dessin à l’X, évolutions de l’Ecole après la défaite de 1870,  etc.)

Un catalogue de 90 pages est disponible à la bibliothèque centrale de l’X.

Vous trouverez l’affiche de l’exposition sur le site de la Diagonale Paris-Saclay,

http://www.ladiagonale-paris-saclay.fr/nos-actions/exposition-le-general-pelle/

une présentation sur le site de la Mission du centenaire,

http://centenaire.org/fr/en-france/ile-de-france/essonne/lexposition-le-general-pelle-la-guerre-de-tardera-pas-regards-de

et des informations pratiques sur l’organisation des trois espaces d’expositions sur le site de la bibliothèque centrale de l’X :

http://www.bibliotheque.polytechnique.edu/accueil/actualites-culturelles/expo-crh/le-general-pelle-la-guerre-ne-tardera-pas-regards-de-polytechniciens-315390.kjsp

Des visites guidées sont organisées à l’occasion des journées du patrimoine.

Je vous signale également qu’une autre exposition, « Une Grande Ecole dans la Grande Guerre », avait proposé il y a dix ans un panorama général sur les engagements des polytechniciens dans la Première guerre mondiale, avec une attention particulière portée aux évolutions des sciences et des techniques. Le catalogue en a été réédité et est disponible au Centre de ressources historiques de l’Ecole polytechnique.

Frédéric Brechenmacher

Professeur chargé de cours en histoire des sciences

Directeur du LinX

École polytechnique

LinX  / Laboratoire interdisciplinaire de l’X : humanités et sciences sociales.

91128 Palaiseau Cedex, France

00 33 (0)1 69 33 33 54

Exposition  » Ornements. XVe-XVIIIe siècles » – INHA 3 octobre – 31 décembre 2014

Exposition  » Ornements. XVe-XVIIIe siècles.

Chefs-d’œuvre de la collection Jacques Doucet »

3 octobre – 31 décembre 2014.

2014-EXPO INHA-Ornements-Affiche

Informations
Galerie Colbert
salle Roberto Longhi
2, rue Vivienne – 75002 Paris
Accès : 6, rue des Petits-Champs
Métro : Bourse ou Palais Royal-Musée du Louvre
Exposition ouverte du mardi au samedi de 14h30 à 19h30
Entrée libre

Plus de détails cliquez-ci

Commissariat de l’exposition
Michaël Decrossas et Lucie Fléjou

La Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, héritière de la Bibliothèque d’art et d’archéologie créée par le couturier Jacques Doucet (1853-1929) à partir de 1908, est aujourd’hui riche de plus de 25 000 estampes d’ornement, réunies en près de 700 volumes. Son fonds  d’estampes couvre la production, tant française qu’italienne ou allemande, du XVIe au XVIIIe siècle. Sources importantes pour les historiens des arts décoratifs, de l’architecture, de l’estampe, ces œuvres ont fait l’objet d’un catalogage informatisé et d’une numérisation, dans le cadre du programme « Histoire de l’ornement » de l’INHA. L’exposition, organisée dans la salle Roberto Longhi de la Galerie Colbert, correspond à l’achèvement de ce programme et à la parution d’un livre consacré à la collection d’estampes d’ornement de l’INHA, publié en coédition par Mare et Martin et l’INHA.

À travers la présentation d’une cinquantaine d’estampes, où se déploie une multiplicité de motifs (rinceaux, frises, fleurs, volutes, grotesques, trophées, cuirs…), l’exposition permet d’éclairer les fonctions de l’estampe d’ornement, mais aussi le contexte de sa production et de sa diffusion, et enfin, son statut d’objet d’étude et de collection. Sont particulièrement mis en valeur les points forts de la collection Doucet, telles les estampes allemandes des XVIe-XVIIe siècles (Martin Schongauer, Virgil Solis, Albrecht Dürer), les gravures d’orfèvres « cosses de pois » du premier XVIIe siècle (Jean Toutin), mais aussi les estampes françaises du XVIIIe siècle représentant rocailles et chinoiseries (Pillement, Huquier), ainsi que leurs copies européennes. Des objets d’art permettent de resituer la place de l’estampe au sein du processus de création. Enfin, reliures remarquables, états rares, épreuves coloriées, illustrent l’histoire des praticiens, amateurs  ou collectionneurs de ces estampes, tel Edmond Foulc, dont la collection fut acquise par Jacques Doucet en 1914.

Jean-Philippe Garric, VERS UNE AGRITECTURE, 2014

 

Jean-Philippe Garric, VERS UNE AGRITECTURE. Architecture des constructions agricoles (1789-1950), Mardaga, 2014

À la fin du xviiie siècle, le bâtisseur François Cointeraux (1740-1830) proposait de créer une science nouvelle, l’Agritecture, réunissant les savoirs de l’architecture et de l’agriculture. Il anticipait ainsi de deux siècles les recherches actuelles d’une architecture verte et d’une agriculture urbaine, dépassant l’opposition ville / campagne. Pourtant, de la Révolution à la Seconde Guerre mondiale, la voie qui prévaut en France dans la théorie des constructions agricoles est plutôt celle d’une modernisation des pratiques locales traditionnelles par des élites urbaines progressistes. Une abondante littérature s’attache alors à réinventer les bâtiments de la ferme par l’emploi de matériaux, de techniques et de modèles nouveaux. Elle se préoccupe des habitations, des étables et des granges mais aussi de programmes modestes : bergerie, toit à porcs, clapier, poulailler ou chenil. Ses maîtres-mots sont l’économie, le rendement, l’hygiène, la morale. Les solutions avancées, rationnelles, voire industrielles, ne sont pourtant pas dénuées d’ambitions esthétiques

Des folies rustiques de l’aristocratie, dont le « Hameau de Reine » de Marie-Antoinette est le parangon, aux fermes modèles du Second Empire et aux établissements agricoles industriels du premier xxe siècle, se dessine une dialectique toujours actuelle de l’utile et du futile, du nécessaire et du superflu.

A travers une lecture des publications contemporaines, qui accorde une place importante à l’analyse des corpus visuels, c’est à une généalogie de cette hybridation entre architecture et agriculture, entre contingences fonctionnelles et ambitions culturelles, que cet ouvrage nous invite.

http://www.editionsmardaga.com/Vers-une-agritecture

De l’entretien quotidien des édifices à la conservation du patrimoine bâti aux époques antique et médiévale-10 oct. 2014

journée d’étude 

« De l’entretien quotidien des édifices à la conservation du patrimoine bâti

aux époques antique et médiévale »

10 octobre 2014 de 9h à 17h30 au Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis. 

 Programme JE entretien 10 oct

Maxime L’Héritier
Université Paris 8

De l’entretien quotidien des édifices à la conservation du patrimoine bâti aux époques antique et médiévale

Programme

9h : Accueil des participants

9h15 : Introduction (Charles Davoine, Maxime L’Héritier, Ambre Péron)

9h30 : Robert Carvais, Centre de théorie et analyse du droit, CNRS UMR 7074, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Entretenir les bâtiments : une préoccupation juridique essentielle sous l’Ancien Régime

9h50 : Charles Davoine, Université Paris 8, EA 1571

Entretenir, refaire, restaurer : problèmes théoriques et pratiques des distinctions lexicales dans le droit romain

10h20 : Discussion

10h45 : Pause

11h : Hélène Dessales, ENS, UMR 8546 AOROC/IUF

Les constructions en « tuf jaune » dans la Campanie romaine : usages et modalités d’entretien

11h30 : Sandra Zanella, Université Paris 1, INHA

Le chantier de reconstruction de la Maison des Mosaïques géométriques à Pompéi : rénovation urbanistique ou continuité ‘idéologique’ ?

12h : Discussion

12h30-14h : Déjeuner. Buffet sur place

14h : Amélie Pérrier, Université d’Orléans, CNRS UMR 5060 IRAMAT

Entretien et restauration des monuments à Delphes dans l’Antiquité

14h30 : Raphaëlle Chossenot, CNRS UMR 8589 LAMOP

« Laver, racoutrer, relier, resouder, remettre à point » : l’entretien des vitraux, un souci permanent ?

15h : Discussion

15h30 : Pause

15h45 : Frédéric épaud, CNRS UMR 6173 CITERES, LAT

La notion du conservatisme, de la restauration et de l’innovation technique à propos des charpentes médiévales

16h15 : Sylvain Aumard, Centre d’études Médiévales

L’entretien des couvertures médiévales : quelle(s) lecture(s)  archéologique(s) ?

16h45 : Discussion

17h15 : Conclusion de la journée