THESE – Marie Glon, Les Lumières chorégraphiques, 5 décembre 2014

Marie Glon

Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au coeur d’un phénomène éditorial (1700-1760)

Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) en histoire et civilisations

vendredi 5 décembre à 14h. au Centre national de la danse, 1 rue Victor Hugo, 93500 Pantin (3e étage, salle de projection).

Le jury sera composé de

– M. Roger Chartier, directeur d’études à l’EHESS, professeur au Collège de France
– M. Roland Huesca, professeur à l’université de Lorraine
– M. Christian Jouhaud, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche au CNRS
– Mme Isabelle Launay, professeur à l’université Paris 8
– Mme Marina Nordera, professeur à l’université de Nice – Sophia-Antipolis
– M. Georges Vigarello, directeur d’études à l’EHESS, qui a dirigé cette thèse.

Résumé

Les Lumières chorégraphiques
Les maîtres de danse européens au coeur d’un phénomène éditorial (1700-1760)

Conjuguant l’histoire des usages de l’écrit, l’histoire des transferts culturels et l’histoire du corps, cette thèse cherche à comprendre le phénomène éditorial qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – « art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. L’étude des danses gravées révèle des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. Elle éclaire également une pensée technique propre au premier XVIIIe siècle, alliant de façon originale l’abstraction et la culture artisanale : une conceptualisation du corps en mouvement s’invente au sein même des caractéristiques les plus concrètes d’ouvrages conçus comme des outils. Elle dévoile enfin un réseau d’échanges : il s’agit de faire circuler, dans des espaces géographiques et sociaux divers, des danses, mais aussi des idées et des innovations techniques. Pour les maîtres de danse qui y recourent, la Chorégraphie devient en effet une langue écrite internationale, au moyen de laquelle ils dialoguent avec leurs confrères. Investissant le monde de l’imprimé, instaurant les conditions d’exercice d’un esprit critique et collaboratif, ils reconfigurent leur statut et leurs activités. C’est l’ensemble de ce phénomène que nous appelons les Lumières chorégraphiques : un projet de mise en mouvement du corps, de mise en mouvement des frontières géographiques, institutionnelles et sociales, de mise en mouvement de pensée.

Laboratoire : Institut Interdisciplinaire du Contemporain (UMR 8177 CNRS/EHESS), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

 

Appel à communication 10e symposium d’histoire sociale des techniques militaires : 25-01-2015

CFP Soc Hist of Mil Tech ICOHTEC 2015

Appel à communication

10e symposium d’histoire sociale des techniques militaires

Tel Aviv, 16 au 21 août 2015, dans le cadre du congrès de l’ICOHTEC.

Les propositions de communications, indépendantes de l’organisation du congrès, doivent parvenir à Bart Hacker avant le 25 janvier 2015 : hacker@si.edu

AAC – Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Université de Neuchâtel, 4-7 novembre 2015

Continuer la lecture de AAC – Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature entre 1740 et 1840

Séminaire de recherche 2014-2015 – Les collections techniques

 Penser / classer les collections techniques

Séminaire de recherche 2014-2015

Lieux : centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris

et université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris

Institutions organisatrices : Centre Alexandre Koyré / Master “Histoire des sciences, technologies, sociétés” (EHESS), CEREG-Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, ICT, Institut des Humanités de Paris (IHP), UMR 7219 SPHERE (CNRS/université Paris 7), Master “Histoire & civilsations comparées” (université Paris 7)

Dans ce séminaire, on se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. Nous ferons le point d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage, des modes d’identification et de désignation des articles. De plus, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution. Il s’agit donc de confronter et d’analyser les méthodes de la recherche dans les collections techniques, tout autant que d’étudier leur formation.

 

6 demi-journées de 14 à 18 h, le vendredi : 3 octobre, 21 novembre, 12 décembre, 23 janvier, 13 février, 20 mars.

 

3 octobre 2014 – La partie ou le tout : autour de la question des échantillons

Lieu : centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme 750013 Paris, salle de conférences, 5e étage

  • Nadine Besse et Sylvain Besson, Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne : “La collection d’échantillons textiles du Musée d’Art et d’Industrie: état des lieux”
  • Isabelle Laboulais, Université de Strasbourg – EA 3400: « Exposer les collections de minéraux : les choix de l’École des mines entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration ».

21 novembre 2014- Les outils dans les musées d’archéologie et d’ethnographie

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

  • Catherine Schwab, Musée d’Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye  : « Le classement des collections, des réserves aux vitrines, au Musée d’Archéologie nationale »
  •  Sophie Chave-Dartoen et Solenn Nieto, Musée d’ethnographie de l’Université de Bordeaux : “Les collections techniques issues du pavillon des Douanes Chinoises à l’Exposition universelle de 1878 et déposées au Musée d’ethnographie de l’Université de Bordeaux”

 


 

12 décembre 2014 – Technicité des collections : gestion, médiation, restauration

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

* Dominique Vandecasteele et Rémi Catillon, Musée des arts et métiers : “Comprendre, conserver et restaurer le patrimoine scientifique et technique dans un musée”

* Soline Morinière, DRAC Alsace, Service régional de l’Archéologie : “Comprendre une collection de moulages : quels outils pour l’enseignement de l’histoire de l’art ?”


 

23 janvier 2015 – Les arts décoratifs

Lieu : université Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 126

  • Céline Trautmann-Waller , Université Sorbonne Nouvelle-Paris3-CEREG:  “Collectionner et exposer les tapis d’Orient à Vienne à la fin du XIXe siècle : entre histoire des techniques, théorie de l’ornementation et promotion des arts décoratifs”
  • Rossella Froissart, UMR 7303-TELEMME CNRS Aix-Marseille Université: “L’Ornementation usuelle (1866-1868) de Rodoplhe Pfnor : questions de styles à la portée des ouvriers d’art”
  • Audrey Millet, Université Lille III – UMR 8533, CNRS, IDHES : “Dessinateur-collectionneur en manufacture : dessins, livres et échantillons comme supports des techniques (XVIIIe-XIXe siècles)”

 

13 février 2015 – Les classifications des instruments scientifiques

Lieu : université Paris 7, salle précisée ultérieurement

  •  Armelle Legoff, Archives nationales : présentation du livre : Bertrand Daugeron et Armelle Leggof dir., Penser/classer/administrer. Pour une histoire croisée des collections, Paris, CTHS / MNHN, 2014
  • Alexi Baker, CRASSH & History and Philosophy of Science, University of Cambridge: “Instruments of early modern London: urban manufacture, transnational use, and modern (mis)representation”

 

20 mars 2015 – Les collections extra-européennes

Lieu : université Paris 7, salle précisée ultérieurement

  • Mau Chuan Hui, Université Tsing Hua, Taïwan : “Les recherches en Chine sur l’industrie textile et les collections chinoises”
  • Habiba Aoudia, EHESS-IRIS : “Nommer les ‘arts indigènes’ d’Afrique du Nord:  statut de l’objet et catégories muséales”

 

 

Organisation

Sophie Archambault de Beaune, Université Jean-Moulin (Lyon-III) et UMR 7041 ArScAn

Charlotte de Castelanu l’Estoile, Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Christiane Demeulenaere-Douyère, Centre Alexandre Koyré

Liliane Hilaire-Perez, EHESS (Centre Alexandre Koyré) et Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Valérie Négre, École nationale supérieure d’Architecture de Paris La Villette et UMR AUSser

Fabien Simon, Université Paris-Diderot  – Paris 7 (ICT)

Marie Thébaud-Sorger, CNRS-Centre Alexandre Koyré

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3-CEREG

Koen Vermeir, CNRS-UMR 7219 SPHERE