Saint Gobain 350 ans- Reconstitution de la manufacture en 1785

http://www.saint-gobain350ans.com/#!/fr/manufacture/

Ce site renvoie à une initiative originale : une exposition en ligne retraçant l’histoire de l’entreprise Saint Gobain. Manufacture royale de glaces créée sous Louis XIV à l’instigation de Colbert en 1665, installée en 1692 dans le village de Saint Gobain en Picardie, la manufacture, qui connaît de nombreuses mutations, survit aux différents régimes en poursuivant ses mues successives tant  dans l’organisation que dans sa capacité à innover –  par exemple après la guerre en se mettant en pointe de la filière  de la fibre de verre. Successivement entreprise d’État et entreprise à capitaux privés, elle fut nationalisée en 1782, reprivatisée en 1786 devenant aujourd’hui un gros groupe industriel international (par une succession d’acquisitions) . Pour célébrer ces 350 ans, le groupe se penche sur son parcours et lance cette exposition retraçant l’histoire de la fabrique.

Parmi les différents rubriques  qui restituent la richesse de son activité ( chronologie en 22 datesgalerie des innovations depuis 1665, rubrique sur les  hommes qui ont incarné l’entreprise galerie de portraits et lectures thématiques possibles), on soulignera  l’initiative originale de la reconstitution en 3D de la Manufacture de Saint-Gobain en 1785. Ce travail  très intéressant -réalisé par une agence nantaise de conception et réalisation d’applications multimédia culturelles et patrimoniales- pour les historiens en général et les  historiens des techniques en particulier, détaille le fonctionnement de la fabrique dirigée alors par Pierre Delaunay-Deslandes, alors qu’elle compte 1200 ouvriers (leurs familles vivants sur le site).

La solution originale consiste à inclure dans la restitution 3D des ateliers, des reconstitutions filmées montrant les ouvriers aux travail, tandis un commentaire off explique le déroulé des tâches et l’usage des outils. Fort pertinemment, l’atelier choisi par le lecteur est indiqué automatiquement au sein du plan de la fabrique (en bas à droite) ce qui permet de le situer dans l’ensemble  du site de production. Les tâches qui sont  détaillées sont celles du déchargement des billettes, l’épluchage de l’argile, l’atelier de poterie (et notamment  la fabrication des creuset), la salinerie (où s’opère le nettoyage de la soude et la fabrication des cristaux nécessaires à la pureté du verre), l’alimentation des fours, le défournement de la cuvette de la pate de verre en fusion, l’écrémage de la pate de verre, le coulage  et sa transformation en glace, enfin les opérations de finitions: le doucissage, le polissage, et le conditionnement des glaces dans les paniers -un dernier focus étant réalisé sur le logement des ouvriers . Notons aussi la présence des « sons » de la fabrique, assez rare dans ce genre de projet numérique.

La commissaire de cette  exposition virtuelle,  Anne Alonzo, chartiste et archiviste de Saint Gobain, a réuni pour cette exposition des sources multiples (documents d’archives, photographies, films, objets, etc.) majoritairement des archives de Saint-Gobain, mais aussi des archives publiques, de la BnF et de collections particulières. Le site permet une approche accessible et grand public, mais ne donne pas de détails renvoyant aux  sources ou aux méthodes utilisées pour cette belle réalisation, et ne permet de recontextualiser les pratiques mises en scène . À noter cependant un espace interactif où  les anciens  de Saint Gobain (ou autre) peuvent télécharger des documents  qu’ils posséderaient sur l’entreprise, démarche d’autant plus pertinente que chaque salarié, à quelque niveau qu’il se soit trouvé, est porteur d’une parcelle de sa mémoire.

 

 

CFP Art-Objects in Motion: Material Culture in Transition- 18-20 June 2015 – CRASSH, Cambridge

Masai_mobile_phone_-_Wellcome

Proposals for papers and for visual and performing art are welcome for the three-day interdisciplinary conference

Objects in Motion: Material Culture in Transition.

The conference is supported by and will be held at the Centre for the Arts, Social Sciences and Humanities (CRASSH) at the University of Cambridge on 18-20 June 2015. The deadline for all proposals is 15 March 2015, and registration is expected to open in April 2015:

http://www.crassh.cam.ac.uk/events/25668

Objects in Motion will bring together diverse scholars, curators, writers, and artists to discuss material culture in transition. Material objects are produced within specific contexts – geographical, cultural, and temporal. This is true for things as diverse as the Great Sphinx built in Egypt at least 4500 years ago, the Lindisfarne Gospels illuminated in 8th-century Northumbria, a wooden ceremonial mask carved in 19th-century Nigeria, or a mobile phone made in 21st-century China.

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques – Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

 Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques

 « Les savoirs opératoires de la chimie de la Renaissance à l’industrialisation »

1ère séance Vendredi 13 Mars 2015 10-12h

 Marco Beretta (Université de Bologne)

« Mapping Lavoisier’s chemical laboratories: a preliminary survey »

 Lavoisier’s laboratory at the Petit Arsenal has been often celebrated as the site where the Chemical Revolution took place. However, this laboratory was set up only in 1776 and even after this date Lavoisier continue to perform many of his chemical experiments outside it. The aim of this presentation is to offer a preliminary mapping of Lavoisier’s sites of experimentation. I shall also refer to Lavoisier’s numerous instructions on how to make a chemical laboratory and to the increasingly important role played by Parisian makers of chemical instruments. On the basis of new textual and iconographic evidence I shall consider the laboratory at the Arsenal under new light. While its organization and apparatus were different from earlier chemical laboratories, as early as the 1760s many prominent European chemists and naturalists who engaged in pneumatic experiments  built their laboratories in a way that resemble that of Lavoisier.

Ce séminaire à périodicité irrégulière s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaissent l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

 Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris,  5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr,

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Quand Homo sapiens faisait son cinéma – 20 fév. 2015

image004

Conférence du Conservatoire des techniques

Cinémathèque française – 51 rue de Bercy 75012 Paris

Vendredi 30 janvier 2015, Naissance du Technicolor, Céline Ruivo et Jean-Pierre Verscheure

Vendredi 20 février, 14h30 : Quand Homo sapiens faisait son cinéma, projection-débat autour du film Quand Homo sapiens faisait son cinéma, réalisé par Marc Azéma et Pascal Cuissot.

Les techniques constructives Italie, France et anciens Pays‐Bas, XVIe-XVIIIe s. – 26-27 fév. 2015

Chantier Renaissance_programme    Chantier Renaissance_poster

Les techniques constructives dans les écrits d’architecture entre Italie, France et anciens Pays‐Bas (XVIe – début XVIIIe siècle)

Colloque international

Université catholique de Louvain & Université de Namur

Namur – Bruxelles    26 – 27 février 2015