Séminaire Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques – 4 et 18 mai 2015

Histoire de l’énergie et des transitions énergétiques

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/88/

EHESS, Bâtiment le France, 190 av de France, Paris 13è, RdC, Salle 2

Eunhye Kim, postdoctorante à l’Université Paris-DiderotGeneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études à l’EHESS

4 mai  2015 : EXCEPTIONNELLEMENT, 2 SEANCES :

de 11 h à13 h : Geneviève Massard-Guilbaud « Autour du livre de Stanley Jevons The Coal Question, 1865 »
et
de 14 h à 17 h : Aline Durand, professeure d’archéologie et d’histoire de Moyen-Âge à l’université du Maine, « Artisanats du feu et gestion des ressources ligneuses au Moyen Âge »

18 mai de 14 h à 17 h : Alain Nadaï, directeur de recherche au CNRS, économiste de l’environnement, « Les territoires de l’éolien »

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech

ENPC01_Ms_3154_0045

Nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de l’École des Ponts ParisTech http://patrimoine.enpc.fr/

Près de 700 documents sont consultables en ligne.

La Bibliothèque numérique patrimoniale repose sur la solution open source Omeka, tout comme la première du genre, la bibliothèque des phares, site de référence sur le patrimoine des phares développé par l’École en 2013.

Pour en savoir plus,  consultez patrimoine.enpc.fr et sa rubrique « à propos« .

Je me tiens ainsi que l’équipe projet à votre disposition .

Isabelle Gautheron, directrice de la documentation et du patrimoine

Séminaire : La technique et les valeurs – Andrew Feenberg

Andrew Feenberg, professeur à l’Université Simon Fraser (Colombie britannique), donnera une série de quatre conférences en français au Collège international de philosophie les 29 avril, 20 et 27 mai, et 3 juin 2015 sur le thème « Technique et valeurs ».

Toutes les séances auront lieu à l’École normale supérieure, rue d’Ulm, Paris, Salle U/V

Résumé : Quelle est la relation entre la technique et les valeurs ? Cette question est à l’arrière-plan de la politique de la technique. Peut-on espérer changer la technique pour la rendre conforme à nos valeurs ou faut-il nous conformer à ses impératives ? Cette dernière vue a prévalu jusqu’à récemment et a justifié une mentalité technocratique qui prédomine encore maintenant dans les entreprises et les gouvernements. Mais des luttes politiques récentes semblent la réfuter. L’écologie commence à forcer la technique à se conformer à nos valeurs. Cette question s’implique dans un vieux problème philosophique, le problème de la relation entre les faits et les valeurs. David Hume nous dit que « devoir » ne peut pas être dérivé de « être ». Aucun nombre de faits ne peut établir une valeur.
Bien que Kant pensât que certaines valeurs pouvaient être dérivées du fait que les hommes sont rationnels, d’autres philosophes ont conclu que les valeurs ne sont que des préférences qui ne sont pas basées dans la réalité. Aucune des deux théories trouva une connexion entre les valeurs et les faits. Ce débat continue indéfiniment et semble incapable de résoudre le dilemme. Par contre, il s’avère que la technique est constituée de faits qui incorporent des valeurs. Contester les valeurs incorporées dans la technique peut entraîner de nouveaux faits. Le problème posé par ce séminaire reste ouvert.

Séance du 29 avril 2015, 17h : Le problème de la modernité dans la philosophie japonaise
La première tentative pour amener la technique à se conformer  à des valeurs s’est produite non pas à l’Ouest mais à l’Est. A la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, les modernisateurs chinois et japonais pensèrent qu’ils pourraient trouver une façon d’incorporer les sciences et les techniques occidentales dans leur culture traditionnelle. Leur slogan fut « science occidentale, éthique oriental »  L’approche philosophique la plus intéressante était celle qu’explorèrent Kitaro Nishida et ses étudiants.  Ils avancèrent  qu’une nouvelle compréhension de la relation de la culture à la nature commençait à émerger à l’Est, et qu’elle pourrait former la base de la technique asiatique.
Ce cours-ci explique la philosophie qui détermine leur tentative de « surmonter  la modernité » et ses conséquences désastreuses.
http://www.sfu.ca/~andrewf/books/French_PhilosophieNishida.pdf
Pour une théorie critique de la technique, chap. 6

Séance du 20 mai, 17h : Le mouvement écologiste et la politique la technologique
Le mouvement technologique émergea en tant que force politique significative aux Etats-Unis au début des années soixante-dix. C’est à cette époque que les scientifiques proposèrent au public des idées pour confronter la crise environnementale grandissante.  Il y avait deux courants de pensée qui s’affrontaient : les penseurs qui avaient le plus d’influence proposaient des limites à la croissance de la population aussi bien que celle de l’industrie. Mais une école  dissidente essaya de relier la crise environnementale à la logique capitaliste et au design de la technologie et exigea la simplification de la vie ainsi que la réduction de la prospérité. Cette deuxième école soutenait qu’il fallait réaliser dans la technologie des valeurs écologiques afin de pouvoir continuer une croissance qui augmenterait le bien-être humain dans des conditions compatibles avec la santé  environnementale.
Ce cours décrit le débat et ses résultats.
http://www.sfu.ca/~andrewf/books/FINAL_EcologieSocialisme.pdf
Pour une théorie critique de la technique, chap. 1-2

Séance du 27 mai, 17h : L’anthropologie et la question de la nature. Sur L’Écologie des autres, de Philippe Descola
Philippse Descola a publié un livre intéressant sur l’écologie, auquel ce cours répondra. Descola propose que la relation des humains à la nature dans chaque culture est déterminée par une structure détereminée. La structure qui prédomine dans les sociétés occidentales a mené à l’indifférence à la santé de l’environnement et donc est responsable de la crise environnementale. Descola identifie la structure occidentale à la science naturelle moderne. A partir de ses commentaires, ce cours va considérer les relations entre la nature telle qu’elle est vécue et sentie et la nature de la science naturelle. Les deux choses ne sont pas aussi identiques que Descola ne le pense, mais elles ont des interactions complexes. Une compréhension différente de la distinction pourrait-elle expliquer l’émergence  du mouvement environnementaliste ?
http://www.sfu.ca/~andrewf/lesdixparadoxes.pdf et www.sfu.ca/~andrewf/desfr.doc

Séance du 3 juin, 17 : La réalisation de la philosophie : Marx, Lukács et L’École de Frankfort
Une tradition importante dans l’histoire de la philosophie moderrne n’a jamais accepté l’argument de Hume, ni l’alternative de Kant. Selon cette tradition les valeurs ne sont pas détachées essentiellement du monde des faits mais l’imprègnent complètement. Hegel  avait fondé cette tradition et elle est devenue un courant dans la philosophie marxiste qui a eu beaucoup d’influence en Europe. Les textes principaux de cette tradition sont les Manuscrits de 1844 de Marx, Histoire et conscience de classe de Lukács, Dialectique des lumières de Adorno et Horkheimer et l’Homme unidimensionnel de Marcuse. Ces philosophes ont essayé de surmonter l’écart entre la culture et la nature, entre les valeurs et les faits. Ils ont proposé que la révolution puisse transformer non seulement la société mais aussi la nature. Ce cours examinera cette proposition étonnante.
http://www.sfu.ca/~andrewf/realizing.docx
« La phénoménologie de Marcuse: Lire le chapitre six de L’Homme unidimensionnel, » Revue Illusio, no. 10/11, 2013, pp. 307-323.

Christian Borde et Eric Roulet dir., Les journaux de bord XIVe-XXIe siècle, 2015

Journaux bord

Christian Borde et Eric Roulet dir.

Les journaux de bord XIVe-XXIe siècle, Shaker Verlag, 2015

Christiane Villain-Gandossi, Note sur les registres de bord au Moyen Âge

Éric Roulet, Les malentendus d’un texte célébrissime : le journal de bord du premier voyage de Christophe Colomb en Amérique

Éric Roulet et Patrick Villiers, La législation française des journaux de bord au XVIIe et au XVIIIe siècle d’après les ordonnances de marine

Annie Madet-Vache, Le « Journal général historique politique et nautique de la campagne de Mr le comte d’Estaing », conservé au Musée national de la Marine

Patrick Villiers, Les journaux de bord des vaisseaux du Roi. L’exemple des frégates Sensible et Friponne pendant la guerre d’Amérique

Joël Gatrat, La dernière croisière du corsaire la Fantaisie de Dunkerque (1799)

Florence Le Corre, Journaux et récits de bord : la collection du Musée national de la Marine

Christian Borde, Un capitaine caboteur face à l’écriture à bord du lougre Pitre Armel de Nantes, 1861-1863

Justin Le Carpentier, Les limites d’une source et l’apport des dossiers de marées. Le chalutier cherbourgeois l’Annie en 1951

Henri Moulinier, Témoignage sur le dernier chalutier rochelais de type pêche-arrière, le Peoria (1985-1993)

Isabelle Knab-Delumeau, Les journaux de bord contemporains dans la marine nationale

 Éric Roulet et Christian Borde, De l’art de tenir un journal de bord

 

Appel à comm. – L’entreprise maritime dans le monde occidental.

http://crhael.univ-littoral.fr/?cat=8

L’entreprise maritime dans le monde occidental.

Essai de définition XVe -XXIe siècle

 

10-11-12 mars 2016

 

Université du Littoral – CRHAEL-HLLI EA 4030

 

Boulogne-sur-Mer

Les propositions de communications sous forme d’un titre et d’un résumé de 2 000 mots, assortis d’une courte biobliographie, sont à adresser aux organisateurs Eric Roulet et Christian Borde (e.roulet@sfr.fr <mailto:e.roulet@sfr.fr> ; cborde@sfr.fr <mailto:cborde@sfr.fr>) avant le 1er juin 2015.

 

Vient de paraître : Guillaume CARNINO – L’Invention de la science La nouvelle religion de l’âge industriel – 2015

9782021111477L’Invention de la science
La nouvelle religion de l’âge industriel
Guillaume CARNINO
Date de parution 09/04/2015
Éditions du Seuil (coll. L’Univers historique)
336 pages – 24.00 € TTC

« La science a prouvé que… »
D’où nous vient cette idée selon laquelle la science serait garante du vrai ?
Guillaume Carnino propose une enquête historique et généalogique permettant de comprendre pourquoi et comment, en France, à l’heure de la IIIe République, cette idée en est venue à être unanimement partagée. Il dévoile les rouages de la carrière de savants comme Louis Pasteur, mais aussi l’histoire de simples artisans et pêcheurs dont les découvertes furent convoitées par les industriels. Il montre de quelle manière l’image d’un Galilée anticlérical a pu être fabriquée et renouvelle le regard que l’on porte sur la mise en place de l’école gratuite et obligatoire par Jules Ferry.
Parallèlement à la décision démocratique, la pratique scientifique devient peu à peu un mode de gouvernement des êtres et des choses, qui marque l’avènement de la civilisation des experts. La science, désormais auréolée d’un prestige quasi religieux et présentée comme pure – c’est-à-dire indifférente aux intérêts individuels -, se révèle finalement un moyen d’administrer la société autant que de transformer la nature par l’industrie.

http://www.seuil.com/livre-9782021111477.htm

Éric Picholle, Une histoire du laser – 3 avril 2015

 Éric Picholle (LMPC, CNRS, Nice)

3 avril à 16 h., MSHS, 3 boulevard François Mitterrand, Nice, Bâtiment de l’Horloge, amphi 31 : « Une histoire du laser, du pistolet à rayons de Buck Rogers au projet “Star Wars” de Ronald Reagan ».

Axe interdisciplinaire « Histoire des Idées, des Sciences et des Arts » de l’Université de Nice Sophia Antipolis (« Histoire de l’Imaginaire Scientifique et Technique »).